Navigation – Plan du site
Lectures

Sophie BACHMANN (1997), L’éclatement de l’ORTF

Paris, L’Harmattan
Olivier Mœschler
p. 239-243
Référence(s) :

Sophie BACHMANN (1997), L’éclatement de l’ORTF Paris, L’Harmattan

Texte intégral

  • 1 Ce compte-rendu a déjà fait l’objet d’une publication (volume 18, no 2). Une erreur technique s’éta (...)

1C’est à une véritable micro-histoire de ce qui s’avère être « un des épisodes-clés de l’histoire de la télévision » que se livre Sophie Bachmann dans son étude de cas fouillée, issue de sa thèse rendue, il y a dix ans déjà, à l’Institut d’études politiques de Paris1. Il s’agit d’une radiographie détaillée d’un événement qui a changé la donne du paysage télévisuel français d’après-guerre, retraçant presque au jour le jour une période « des plus méconnues de l’histoire de la télévision » (p. 18). Ce livre ambitieux, au-delà de nous « renseigne[r] sur le fonctionnement même de la République en ces années-là » (Jean-Noël Jeanneney dans la préface, p. 9), témoigne également des difficultés de cerner un fait aussi multidimensionnel et complexe que l’éclatement ou, plus exactement, le démantèlement de l’Office de Radiodiffusion-Télévision Française (ORTF) au cours de l’été 1974. L’ouvrage de Bachmann a avant tout le mérite de nous rappeler, au travers d’un cas exemplaire, les enjeux bien réels et que trop actuels dont font l’objet les médias dans nos sociétés dites de communication.

2Initialement, Bachmann se demande quels sont les « facteurs politiques, économiques, sociaux-culturels » qui ont amené, quelques semaines après l’élection du nouveau président de la République, le gouvernement à « bouleverser les structures du système audiovisuel » (p. 13) jusqu’à flirter avec la privatisation. Comme le démontre bien l’auteure, ce « tournant radical dans l’histoire de la télévision » (p. 12) n’est que compréhensible dans son contexte historique et politique précis, qui est double : la crise du pétrole qui frappe le monde occidental et, surtout, l’arrivée au pouvoir en France de Giscard d’Estaing avec tout ce que cela implique en matière de tentatives de redistribution des moyens financiers publics et, plus précisément, de remodelage des rapports entre pouvoir et médias.

3En 1974, l’ORTF, issu du monopole d’État de 1923 et institué en 1964 dans son autonomie administrative et financière (le directeur général restant toutefois nommé par le gouvernement), représente 16 000 agents, un budget de 2400 millions de francs ainsi que 3 chaînes de télévision et 5 de radio, comprenant des stations et des bureaux outre-mer. Jusque-là, l’Office avait été à la fois fortement lié au pouvoir et apte à fournir des programmes de qualité. Sous le Gaullisme notamment, la télévision française (surtout le journal télévisé) acquiert une fonction véritablement politique, alors même qu’existent des émissions plus diversifiées et de haut niveau, qui forgent son renom. Selon l’auteure, l’abandon partiel du monopole de production en 1964 et l’avènement des variétés, feuilletons et autres jeux n’entament pas trop la qualité générale, grâce en partie à l’ouverture à des réalisateurs de cinéma.

4C’est l’emprise gouvernementale manifeste sur l’information autour des événements de mai 68 et la grève qui s’ensuit (avec le licenciement exemplaire de plus de 70 journalistes) qui fonde la fissure entre le pouvoir et l’ORTF, certains des témoins interrogés par l’auteure rattachant même à cette crise la volonté, exprimée quelques années plus tard, de « casser » l’Office. Dès lors, la publicité et une certaine concurrence entre les chaînes sont développées, et la tendance va vers le divertissement et la séparation, non innocente, des genres (notamment avec une distinction accrue entre information politique d’une part et humour ou débats de l’autre) : déjà, la télévision doit être « un instrument de distraction plutôt que de réflexion et de culture » (p. 22). En 1972, une première réforme de l’Office a lieu sous Georges Pompidou. Selon Bachmann, cette première reprise en main par le gouvernement ressemble beaucoup à celle qui suivra, puisque, présentée comme une nouvelle chance accordée au monopole, elle comporte déjà une atténuation du monopole. Dans le livre, ces tensions autour de l’ORTF sont ramenées d’une part à des facteurs externes (dégradation générale du climat politique et social ; immobilisme faisant suite aux rumeurs concernant l’état de santé de Pompidou), d’autre part aux structures mêmes de la radio-télévision qui passe de l’ère artisanale à celle industrielle. Il est toutefois patent que les arguments de fonctionnement s’entremêlent constamment à des visées plus idéologiques : si, dans les discours politiques, le problème principal semble être la situation financière et les lourdeurs de l’Office, l’auteure démontre avec acuité que non seulement ces reproches ne sont pas neufs, mais que la situation financière se stabilisera jusqu’en 1974 à un moment, toutefois, où ce problème aura été relégué au deuxième plan.

5Ces considérations nous amènent à la partie centrale du livre. En automne 1973, la situation se dégrade davantage à la suite des mesures de restriction économique et au non-renouvellement en masse de contrats. Les divers syndicats dénoncent les dégradations de l’emploi et les attaques contre le service public de radio-télévision subies depuis 1972. Les choses se précipitent : élaboration, en février 1974, d’un premier projet de décentralisation de l’Office ; bras-levé des syndicats qui voient là une tentative de mainmise de la part du gouvernement sur l’audiovisuel ; enfin déclaration commune des syndicats dénonçant devant une opinion publique étonnamment indifférente  cette « mise en cause définitive du service public » (citée p. 75) et appelant à une grève générale d’un jour. Comme le relate minutieusement Bachmann, c’est au lendemain de l’élection de Giscard d’Estaing et de la modification du rapport de force au sein de la majorité que la crise de l’ORTF trouvera son apogée et sa fin. Dans une véritable « psychose de privatisation » (Bachmann), l’été 1974 est secoué par de nombreuses grèves des personnels de la radio-télévision. L’option annoncée par le gouvernement le 3 juillet surprend tout le monde. Dans l’idée de « donner au service public une nouvelle chance » (Jacques Chirac, alors premier ministre, cité p.112), on restructure l’ORTF en instaurant une compétition entre unités autonomes et déclarées responsables, mais ceci toujours dans le même cadre du service public : la « compétition du secteur privé » avec les « obligations de service public » (citations du gouvernement, p. 120) ! La suite du livre détaille les nombreuses grèves qui, provoquées par la réforme, se prolongent jusqu’en 1975 sans pouvoir empêcher l’ouverture de la voie pour les réformes des années 1980, à commencer par l’abolition du monopole en 1982.

6Si c’est dans ce compte rendu de la lutte hautement politique autour de la radio-télévision française que réside la force et le courage de cet ouvrage, ce dernier, mesuré aux exigences de toute démarche scientifique, accuse toutefois des manques évidents. La description méticuleuse et impartiale de tous les faits est en soi, certes, admirable (jamais Bachmann ne se laisse aller à des jugements faciles), mais la structuration péniblement chronologique et méticuleusement factuelle du texte rend toute tentative de synthèse difficile, pour le lecteur comme d’ailleurs pour l’auteure. L’écriture éclatée en de multiples alinéas (ne dépassant le plus souvent pas une à deux phrases) semble en témoigner et rend la lecture quelque peu aléatoire. On observe également des problèmes de méthode incompréhensibles à ce niveau d’édition. Ainsi, alors même que la bibliographie est vaste, rares sont les ouvrages qui sont cités ou explicitement utilisés dans le texte. Par contre (et en partie, il est vrai, par l’absence d’analyses du sujet à ce jour), l’auteure se base essentiellement sur des articles de presse de l’époque et, surtout, sur d’innombrables témoignages. Malgré le travail remarquable que ces entretiens avec les principaux protagonistes de l’époque représente (on en dénombre une petite trentaine), l’ouvrage en sort imprégné d’une dimension journalistique peu rassurante  notamment là où le lecteur s’aperçoit que l’analyse de l’historienne fait subrepticement place à la paraphrase inavouée de jugements et opinions de témoins interrogés... Pas rares sont en outre les expressions qui ont un statut incertain, entre citation, dicton, sens commun et pensée de l’auteure (ou tout cela à la fois) ; comme les citations in extenso qui, laconiquement, ne mènent à aucune conclusion. Parfois, l’auteure va jusqu’à résumer des pans entiers de documents officiels ; le compte-rendu du rapport Marceau Long (autour de la première réforme de 1972, p. 54-65) frôle la retranscription, alors que celui-ci s’avère par la suite comme étant d’une importance secondaire. Plus étonnamment encore, les citations aux références incertaines, voire tout simplement absentes, abondent, et la localisation des nombreux et précieux documents cités n’est jamais indiquée, rendant tout travail de vérification ou d’approfondissement impossible.

7Si l’auteure constate en cours d’analyse qu’il n’est « pas toujours aisé d’établir des connexions entre les évolutions politiques, économiques, structurelles, technologiques et celles de la programmation » (p. 216), cela est surtout vrai si l’on se refuse à hiérarchiser la masse des données empiriques, à faire des choix. Dans le cas de cet objet controversé, la règle selon laquelle toute analyse implique une construction de l’objet aurait été plus que jamais de mise. Le lecteur se voit ainsi confronté à un livre hybride, ouvrage de science politique sans effort de synthèse et reconstitution historique manquant de fiabilité factuelle.

8Malgré ses défauts navrants, par son objet et par les problématiques qu’il soulève, il s’agit là pourtant d’un livre précieux. Ce que l’on ne comprend que trop bien à travers la description de Bachmann, c’est que la télévision est devenue, en France comme ailleurs, un enjeu capital pour le pouvoir. À ce sujet, l’auteure rapporte (p. 118) une remarque de Giscard d’Estaing, révélatrice mais de source non citée, selon laquelle c’est la désagrégation de la société italienne  provoquée, selon le président français, par la dérégulation forcenée de la télévision italienne  qui l’aurait amené à opter prudemment pour une conservation partielle du monopole… Bachmann suggère en outre que dans le cas de la réforme de l’ORTF, une réelle dépolitisation du médium a lieu : morcellement des syndicats, introduction d’une culture d’entreprise dans les chaînes, limitation du droit de grève et, surtout, épuration au niveau du personnel (dont auraient fait les frais notamment les personnes syndiquées ou réputées de gauche). Elle en déduit  peut-être un peu sommairement  que les bases sont posées pour le développement d’une télévision d’intégration et de distraction. Il est vrai que la volonté, d’ailleurs peu originale, du gouvernement d’instaurer une télévision de facilité aux dépens de la culture et de la connaissance est exprimée de manière explicite : le Président de la République énonce, dans une lettre envoyée aux nouveaux directeurs de chaîne au printemps 1975 (citée p. 204-2005), que « de même que l’art a toujours rempli une fonction de recherche et de délivrance », l’audiovisuel peut « offrir, à côté de la rencontre indispensable avec le réel, beaucoup d’imagination et un peu de délivrance ». Pour l’anecdote sérieuse, on remarquera que, dans le cadre des nouvelles chaînes, typifiées et aux directions quasi élues par le gouvernement, c’est un théoricien des mass médias, Jean Cazeneuve, qui prend la direction de la première chaîne  la plus institutionnelle et consensuelle... Pour les syndicats et l’opinion de gauche, dont l’analyse, certes empreinte de machiavélisme, paraît aujourd’hui lucide, il s’agit clairement d’une volonté de la part du pouvoir de prouver, par la réduction de ses moyens, la non-rentabilité du service public, afin de faciliter par la suite sa privatisation un schéma devenu classique dans d’autres domaines également.

9L’enjeu des médias face au pouvoir s’illustre chez Bachmann en filigrane, notamment à travers la polémique autour de la définition, variable et hautement idéologique, que les acteurs politiques donnent des journalistes de télévision. Ces derniers sont définis tour à tour comme des journalistes « pas tout à fait comme les autres » (Georges Pompidou, cité p. 27) et « comme les autres [devant] manifester le même esprit critique et assurer une information complète » (François Mitterand, cité p. 89)... Faiblesse des mots devant la rhétorique du pouvoir toutefois, puisque Giscard d’Estaing déclarera pour sa part (cité p. 206), au lendemain de sa réforme, que les journalistes de télévision ne sont « pas la voix de la France » et qu’ils sont... « des journalistes comme les autres » !

Haut de page

Notes

1 Ce compte-rendu a déjà fait l’objet d’une publication (volume 18, no 2). Une erreur technique s’était glissée à l’étape de la photocomposition et avait eu pour conséquence l’oblitération des parenthèses. La bonne compréhension du texte devenait ainsi plus difficile. Afin de rendre justice à l’auteur de cette recension et à l’auteure de l’ouvrage cité, nous reproduisons le compte-rendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Mœschler, « Sophie BACHMANN (1997), L’éclatement de l’ORTF  », Communication, vol. 19/1 | 1999, 239-243.

Référence électronique

Olivier Mœschler, « Sophie BACHMANN (1997), L’éclatement de l’ORTF  », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6230

Haut de page

Auteur

Olivier Mœschler

Olivier Mœschler est professeur à l’Université de Lausanne. Courriel : olivier.mœschler@ias.unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org