Navigation – Plan du site
Lectures

Sandro BERNARDI (1994), Le regard esthétique ou la visibilité selon Kubrick

traduit de l’italien par Laure RAFFAELLI-FOURNEL, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, Coll. « Esthétiques hors cadre »
Yann Roblou
p. 189-190
Référence(s) :

Sandro BERNARDI (1994), Le regard esthétique ou la visibilité selon Kubrick, traduit de l’italien par Laure RAFFAELLI-FOURNEL, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, Coll. « Esthétiques hors cadre »

Texte intégral

1L’opuscule de Sandro Bernardi, bien qu’il s’intéresse à l’esthétique et à la visibilité, n’offre curieusement qu’une iconographie peu abondante et en noir et blanc qui ne rend pas justice à l’une des caractéristiques essentielles du travail du metteur en scène américain. On peut par ailleurs regretter que Bernardi ne s’intéresse qu’à un petit nombre de films (essentiellement Barry Lyndon, 1975), quand justement il insiste sur la cohérence globale de l’œuvre. Mis à part ces choix, dont le lecteur/spectateur des films de Kubrick peut trouver qu’ils sont arbitraires et n’appuient guère le propos de l’auteur, l’essai de Bernardi s’impose comme une lecture majeure.

2Et cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que la concision du propos de Bernardi va de pair avec une culture extrêmement vaste : les théoriciens de la littérature (Barthes, Genette) et du cinéma (Burch, Eisenstein) côtoient les philosophes (Deleuze, Lyotard) et les sémiologues (Metz). D’autre part, l’auteur se pose clairement comme un théoricien du cinéma qui s’appuie sur l’œuvre cohérente d’un auteur particulier, et non comme un autre biographe. Enfin, le vocabulaire employé, tout technique qu’il soit, n’entrave en rien la lecture de son travail.

3L’essai s’articule en deux parties. La première décrit la notion de vision et la façon dont celle-ci est présente dans l’œuvre de Kubrick, la seconde s’intéresse à la figure centrale du spectateur. La problématique développée est la suivante : l’œuvre de Kubrick est le reflet d’une dualité (narration classique et expérimentation) dont elle tire toute sa force afin d’atteindre à la création d’« images dialectiques ». La visibilité dont il est question dans le titre serait le travail du regard du spectateur mis à l’épreuve d’un cinéma où le contraste entre représentation et moyens de la représentation est aboli, transcendé. De sorte que la vision serait le plaisir le plus banal et en même temps le travail le plus difficile.

4Le moyen d’accéder à ce travail du regard peut prendre, dans le cadre du cinéma de Stanley Kubrick, plusieurs formes. Par des figures telles que ce que Bernardi appelle « les mouvements immobiles » (panoramique, travelling, gros plan, frame stop), les plans subjectifs dont la limite extrême est le « plan subjectif sans sujet », on voit se dessiner la présence d’un spectateur qui est à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du film, c’est-à-dire un « spectateur transcendantal ».

5Comme l’indique le titre du dernier chapitre (l’Art de regarder), c’est bien cette figure qui est centrale, non seulement à l’œuvre de Kubrick, mais au cinéma moderne dans son ensemble. En abolissant la rupture traditionnelle entre regarder et voir, l’esthétique de la visibilité (comprise comme activité) donne une nouvelle place au spectateur, qui n’est plus un lecteur passif mais bien l’objet des fictions cinématographiques. En ce sens, nous ne pouvons que suivre Bernardi lorsqu’il conclut : « C’est du spectateur que le film parle aux spectateurs ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Roblou, « Sandro BERNARDI (1994), Le regard esthétique ou la visibilité selon Kubrick », Communication, vol. 19/1 | 1999, 189-190.

Référence électronique

Yann Roblou, « Sandro BERNARDI (1994), Le regard esthétique ou la visibilité selon Kubrick », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6233

Haut de page

Auteur

Yann Roblou

Yann Roblou, Université de Valenciennes. Courriel : yann.roblou@univ-valenciennes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org