Navigation – Plan du site
Lectures

Paul BLETON et Richard SAINT-GERMAIN (dir.) (1997), Les hauts et les bas de l’imaginaire western

Montréal, Tryptique
Costin Popescu
p. 191-193
Référence(s) :

Paul BLETON et Richard SAINT-GERMAIN (dir.) (1997), Les hauts et les bas de l’imaginaire western, Montréal, Tryptique

Texte intégral

1La façon dont la culture médiatique a créé et entretenu l’imaginaire western au long du XXe siècle est examinée par une douzaine d’auteurs, sous la direction de Paul Bleton et Richard Saint-Germain. Les points d’intérêts, très divers, de ce recueil d’études ont des envergures différentes : depuis la délimitation, autant que possible, des frontières de genres tels le western (cinéma) et le country (musique), en passant par l’analyse de la manière dont la BD et la publicité, formes de la culture de masse, abordent le western, jusqu’à la réception des conventions de celui-ci dans divers espaces culturels, français ou québécois, en l’occurrence.

2Les auteurs parviennent à prouver la complexité de faits historiques et culturels que normalement les gens considèrent et adoptent comme simples, clairs (peu sont ceux qui supposent les tortueux processus par lesquels l’image de l’Ouest a acquis ses déterminations successives).

3Aux origines du country, par exemple, il y a valses autrichiennes, polkas et mazurkas de l’Europe de l’Est, yodels du Tyrol, chants celtiques, ballades irlandaises, rythmes hawaïens et afro-américains… On peut se demander si les influences que le country a exercées et subies et qu’il continue à exercer et subir (le rock y a joué un rôle de premier rang) ne vont finalement effacer ses traits caractéristiques, dissoudre le genre même. Mais, au fait, quels seraient ces traits ? Car l’histoire du country est protéique : hillbilly, musique des honky-tonks, western swing, musique des rockabillies, country-pop, bluegrass, countrypolitan, voilà autant de courants (et combien en seraient-ils encore ?) à même de décourager toute personne qui, passionnée, voudrait approfondir le domaine. À quelle étape de cette histoire devrait se placer quelqu’un cherchant à dresser le « bon » inventaire des traits caractéristiques du country ?

4Pas mal de méandres définissent l’évolution du western également. Ici, les diverses contraintes (techniques, socio-politiques, etc.) exercées sur le genre sont plus faciles à isoler. Par exemple, l’apparition du cinéma sonore a compliqué et l’intrigue des films et leurs personnages, manichéens à l’époque du cinéma muet. On peut supposer que les soucis de cohérences documentaires, de même que les nouvelles valeurs sociales, ont déterminé l’adoption de perspectives jusque-là rejetées sur les conflits et personnages des films western : aussi, femmes et Amérindiens se sont-ils vus valorisés au cours des dernières décennies.

5Il convient également d’observer que les conventions du western sont des plus sévères. Cela mène à un relativement rapide effritement des forces expressives du genre. Le risque n’est pas passé inaperçu. Les Américains surtout ont peu à peu abandonné le western en faveur du policier et de la science-fiction. C’est la raison pour laquelle on voit aujourd’hui un agent de police sauver toute une collectivité de la terreur que s’emploient à déployer soit des meutes de bandits astucieux et sadiques, soit des vagues d’extraterrestres affluant notre planète. C’est peut-être un signe que les affrontements entre cow-boys et adversaires sont aujourd’hui ressentis comme trop doux : nous avons besoin de stimuli plus dramatiques…

6Les Européens fascinés de l’Ouest n’ont pas pu l’abandonner : aussi se sont-ils attachés à parodier l’imaginaire western : Lucky Luke, par exemple, tire « plus vite que son ombre », bien qu’il ne le fasse (ou justement parce qu’il ne le fait) que dans des bandes dessinées. Les films sadiques de Enrico Leone pourraient eux aussi être considérés, ne serait-ce que partiellement, comme des parodies.

7On peut se demander pourquoi le country et le western ont provoqué partout dans le monde de tels engouements (beaucoup de garçons au-delà des États-Unis jouent aux cow-boys, Garth Brooks, chanteur country, a vendu en 1991 plus de 20 millions de disques et cassettes, plus que Michael Jackson et U2, etc.). Le recueil n’offre pas de réponse explicite, mais aide à en chercher une. « La tradition des films western est une recréation soutenue et une représentation permanente de l’édification des États-Unis » ; cette citation du géographe John Rennie Short nous invite à méditer, d’un côté à l’obsession que l’acte de fonder représente pour l’espèce humaine, obsession continuellement manifestée en culture, et, d’un autre, à l’investissement de prestige dont bénéficient dans l’histoire moderne les États-Unis (pour des raisons économiques, politiques, culturelles, militaires, etc.).

8On ne saurait ignorer qu’au moins certains pionniers de l’Ouest avaient l’intuition, sinon la conscience, qu’ils étaient en train de proposer au monde de nouveaux mythes et cherchaient à en tirer profit. Ils savaient déjà que la représentation de la réalité est souvent plus importante que la réalité même. William Frederick Cody, alias Buffalo Bill, après avoir laissé son nom dans l’histoire, s’est empressé de le laisser dans la mythologie : il a créé le cirque Buffalo Bill’s Wild West, qui présentait au public les magnifiques exploits réalisés dans l’Ouest réel (entre 1889 et 1905, le cirque de Buffalo Bill a fait le tour de la France). Et à peine vingt ans après la fin des guerres contre les Indiens, il a proposé à ces derniers de jouer devant les caméras la bataille de Wounded Knee, sur les mêmes lieux, sacrés depuis pour les Indiens (les vaincus ont accepté de rejouer la scène à condition que les balles à blanc soient remplacées par des munitions réelles) : Buffalo Bill avait à coup sûr appris que seulement « dire » rend « faire » inoubliable : et que « dire » peut même changer « faire » comme bon lui semble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Costin Popescu, « Paul BLETON et Richard SAINT-GERMAIN (dir.) (1997), Les hauts et les bas de l’imaginaire western », Communication, vol. 19/1 | 1999, 191-193.

Référence électronique

Costin Popescu, « Paul BLETON et Richard SAINT-GERMAIN (dir.) (1997), Les hauts et les bas de l’imaginaire western », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6236

Haut de page

Auteur

Costin Popescu

Costin Popescu, Université de Bucarest.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org