Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel DAYAN et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct

Paris, Presses universitaires de France
Larbi Chouikha
p. 194-199
Référence(s) :

Daniel DAYAN et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct, Paris, Presses universitaires de France

Texte intégral

1Ce travail qui scrute avec minutie les cérémonies télévisées sous toutes leurs facettes constitue une référence précieuse pour tous ceux qui étudient les formes d’intrication de la télévision dans les grands événements mondiaux.

2Les deux auteurs, éminents spécialistes de la réception télévisuelle, ont entrepris cette recherche sur la base de leurs travaux antérieurs respectifs, pour les compléter et les enrichir par une somme d’observations pertinentes et une abondante documentation. La lecture de l’ouvrage est rendue aisée et accessible aux chercheurs et aux journalistes, par la clarté des analyses qui sont exposées et développées dans un souci pédagogique et corroborées par un florilège d’exemples et d’illustrations.

3À partir de plusieurs exemples édifiants sur les cérémonies télévisées — des premiers débats présidentiels américains de 1962 à la visite du pape en Pologne en 1984 —, les auteurs se sont appliqués d’abord à circonscrire leur territoire de recherche, en nous proposant des définitions de notions clés comme « événements médiatiques », « cérémonies télévisées », etc. En même temps, ils ont explicité leur méthode d’investigation ainsi que leur cadre de référence très imprégné, comme ils l’affirment, des travaux de langue anglaise, mais aussi de l’ancrage « à un paysage audiovisuel aisément reconnaissable » (voir notes infrapaginales p. xx).

4À la question pertinente : « pourquoi étudier les cérémonies télévisées ? », ils se sont évertués à expliciter les 15 raisons qui les ont incités à le faire. Pour ma part, j’insiste sur la 15e raison qui porte sur « le regard anthropologique de la télévision » pour affirmer que, à l’ère des télévisions « satellitaires », l’étude des cérémonies télévisées de portée mondiale nous donne l’occasion d’observer de quelles manières des publics appartenant à d’autres cultures, à d’autres aires géographiques, s’inscrivent dans ce « temps mondial ».

5Mais cette problématique n’est pas développée par les auteurs, puisque l’étude porte presque exclusivement sur les sociétés « occidentales démocratiques » et que le but de leur travail est « de retrouver ainsi les traces d’une “politique symbolique” au cœur de notre présent » (p. 26).

6La mise en perspective du « regard anthropologique » de la télévision vise notamment à faire la part belle à la notion de « félicité » telle qu’elle est explicitée et corroborée dans le dernier chapitre du livre. Tout d’abord, pour bien faire comprendre « la magie » qui caractérise les événements télévisés, surtout ceux qui annoncent des « transformations ». Ensuite, pour dégager les effets attribués à ces cérémonies : effets liés à des événements spécifiques et effets liés au genre cérémonies télévisées. Et précisément dans le paragraphe relatif aux « effets sur les institutions publiques », les auteurs en recensent sept effets « génériques ». Le sixième de ces effets, relatif au « double rôle de scansion vis-à-vis de l’histoire politique » que jouent les cérémonies télévisées, me permet d’illustrer cet exposé en évoquant les conditions dans lesquelles étaient apparues les premières images télévisées en Tunisie. En effet, l’introduction des images télévisées fut le fait de la chaîne italienne (la RAI UNO), six ans avant le démarrage de la télévision nationale. En plus de la proximité géographique qui lie les deux pays, il s’agit aussi à l’époque de répondre au souhait des quelques familles de Tunis disposant d’un récepteur de suivre en direct les Jeux Olympiques de Rome de 1960 auxquels participait un athlète tunisien. Et cet exemple illustre bien l’idée que l’introduction de la télévision dans nos pays provient d’un besoin exprimé par les « élites » pour suivre « des événements significatifs pour l’identité nationale » (p. 215).

7La classification des cérémonies télévisées en trois groupes plus ou moins distincts, tels qu’ils sont exposés au chapitre deux du livre, mérite une attention particulière. Tout d’abord, il existe des cérémonies appelées les « conquêtes » que les auteurs définissent par deux caractéristiques : d’une part, elles comportent un exploit qui vise à dépasser les limites de ce qu’ils appellent le possible, et d’autre part, cet exploit s’accompagne, selon eux, d’une opération charismatique (p. 31). Le second groupe porte sur des cérémonies marquées par des « confrontations », où, dans la plupart des cas, il s’agit d’événements récurrents, temporellement et spatialement délimités, qui opposent selon des règles strictes, des individus ou des équipes. Enfin, le dernier groupe renferme toutes les cérémonies régies par les règles du « couronnement » qui sont édictées par la tradition et rappellent aux sociétés les liens qui les rattachent à leur passé.

8Néanmoins, cette typologie est loin d’être figée et générale, et les auteurs citent plusieurs exemples d’événements qui montrent l’intrication de ces trois catégories dans une même cérémonie télévisée. Un tableau publié en page 42-43 dresse une liste de 11 principales dimensions à partir desquelles ces 3 groupes se forment.

9Les chapitres suivants analysent les formes de négociations qui interviennent dans le choix et dans le cours de l’événement télévisé. Ces formes de négociation mettent en scène trois partenaires : tout d’abord, les organisateurs qui décident qu’un événement aura lieu, ensuite, les journalistes et les réalisateurs de télévision qui confèrent à l’événement une forme de « publicité », et enfin, les publics, à travers les manifestations de leurs réactions.

10La liberté d’action « toute relative » qui caractérise chaque partenaire dans ce procès de négociation qui s’instaure entre eux tout au long de l’événement fait l’objet d’une analyse détaillée dans les chapitres trois et quatre.

11Le chapitre cinq est consacré à l’analyse de la réception avec une insistance particulière sur « l’expérience des téléspectateurs et les rôles qu’ils sont appelés à jouer vis-à-vis de l’événement » (p. 118). L’entrée par le biais d’une étude comparative entre la télévision ordinaire quotidienne et une cérémonie télévisée m’a paru pertinente. Car c’est précisément « notre rapport ordinaire à la télévision » qui va changer lors de la réception d’une cérémonie télévisée. Et comme le soulignent les auteurs, « on peut quasiment parler de deux médias différents » (p. 119).

12Les rôles proposés aux spectateurs varient selon la nature des cérémonies, mais aussi « à condition que ces derniers consentent par leur présence, à valider l’événement » (p. 134). En même temps, il convient de signaler qu’il existe aussi des spectateurs sceptiques, c’est-à-dire ceux qui ignorent l’événement ou qui refusent de suspendre leur scepticisme, ou ceux qui se montrent ouvertement hostiles à son égard (p. 135).

13Le chapitre six intitulé « Agir pour l’événement : cérémonies de préfiguration » est consacré aux formes d’interactions qu’engendrent ces cérémonies entre les trois partenaires déjà cités. Ces cérémonies de préfiguration sont des événements appelés « transformatifs » parce qu’ils préludent à des transformations, et « qu’ils s’accompagnent d’un certain style d’interaction entre les organisateurs de l’événement, un public temporairement converti à une nouvelle définition du possible et des acteurs cérémoniels dont la présence est relayée en direct par celle de la télévision » (p. 153).

14En partant de l’idée que les événements télévisés se caractérisent toujours par une dimension « historique », les auteurs distinguent trois cas de figures de cérémonies télévisées. Il y a d’abord les cérémonies commémoratives qui sont liées à des événements antérieurs, éloignés ou récurrents, et qui n’ont rien de stable, puisqu’ils ne cessent d’évoluer en réponse aux sollicitations du présent. Ensuite, on relève des cérémonies qui sont des « réponses », dans la mesure où l’événement vient d’avoir lieu. Selon les auteurs, ces cérémonies — exemple : les funérailles des dirigeants assassinés — engagent une lourde responsabilité de la part de la télévision, car « bonne ou mauvaise, la forme ainsi conférée à de tels événements est souvent celle que retiendra la mémoire collective » (p. 156).

15Enfin, le troisième cas de cérémonies revêt un caractère particulier comparativement aux deux précédents. En effet, ces cérémonies s’organisent autour d’une proposition de changement radical et invitent une société entière à la prendre en considération (p. 157). Et l’événement à localiser dans ce cas portera sur la cérémonie elle-même ou dans ses conséquences. Les visites de l’ex-président égyptien à Jérusalem en 1977 et du pape Jean-Paul II en Pologne en 1979 entrent dans cette catégorie.

16Ces cérémonies de « préfiguration » consistent avant tout à proposer un nouveau cadre de référence « qui se caractérise par une nouvelle perception du temps et une nouvelle conception de l’espace propres à une société » (p.160). À partir de ce constat, trois caractéristiques se dégagent : d’une part, ces cérémonies répondent à un conflit devenu latent ; d’autre part, elles précèdent pour cela à une réécriture de l’histoire et à un redéploiement géographique ; enfin, elles permettent ainsi de recourir à des solutions précédemment inconcevables. Ce « paradigme » corroboré par des exemples liés aux cérémonies télévisées portant sur les visites de Sadate et du pape Jean-Paul II, permet aux auteurs d’affirmer « le pouvoir inhérent à certaines cérémonies de susciter de nouvelles réalités historiques » (p. 171).

17Compte tenu de ces observations, il m’a paru intéressant de partir d’une autre posture imprégnée d’une autre échelle d’observation, pour exprimer le point de vue suivant.

18Les cérémonies télévisées citées par les auteurs et diffusées par nos chaînes nationales ou par des chaînes « satellisées » ne suscitent pas partout les mêmes réactions et ne produisent pas les mêmes effets que ceux qu’on peut observer dans les sociétés occidentales et auprès de leurs publics.

19Tout d’abord, comme ils l’ont fort justement écrit : « les cérémonies télévisées ont partie liée avec une conception de l’espace public qui exclut arcanes et secrets d’État » (p. 230). Cette donnée fait effectivement défaut dans la plupart de nos pays — mais encore faut-il bien s’entendre sur le sens à donner à cette notion d’espace publique appliquée à nos pays respectifs !

20En même temps, il convient aussi de ne pas sous-estimer la place d’une « culture de réception » à travers laquelle se profilent et s’expriment des formes culturelles propres à une société, à un groupe d’individus. Et dans cette perspective, l’affirmation qui consiste à dire que « les cérémonies télévisées, soumettent leurs participants à une épreuve qui consiste à déplacer ou à abolir les barrières, à mettre en place de nouveaux repères temporels, à mettre des frontières en mouvement » (p. 228) mérite à mon sens d’être relativisée en fonction de la nature de l’événement et de notre échelle d’observation. À titre d’exemple, les images télévisées portant sur la visite de Sadate à Jérusalem ont été perçues, vécues et ressenties dans la plupart des pays arabes autrement qu’en Occident.

21Et c’est précisément là que résiderait, à mon sens, un des fondements de ce « mystère » que peut receler une cérémonie transformative, et qui demeure, comme le soulignent les auteurs, « une sorte de page blanche dont le contenu reste à spécifier » (p. 190). La raison d’un tel « mystère » serait fondée sur la méconnaissance ou la non-reconnaissance du rôle d’un autre partenaire à cette « négociation », à savoir les réactions des publics arabes et les sentiments qui les animent. Ces réactions et sentiments ne peuvent être comparés à ceux des publics occidentaux, ni ne peuvent être analysés sous un même angle de vue, tant les raisons qui les sous-tendent sont complexes et très imbriquées les unes aux autres. Ce qui est certain, c’est qu’aucun dirigeant (ou personnage public) arabe ne peut demeurer longtemps complètement indifférent à ces réactions. Et le contraste relevé par les auteurs (en notes infrapaginales, p. 71) sur l’organisation publique des cérémonies de funérailles des deux Raïs défunts, Nasser et Sadate, et l’intérêt « populaire » qui avait caractérisé chacune d’elles, corrobore à mon sens ce sentiment.

22Mes impressions générales sur le contenu de l’ouvrage portent sur cette remarque très personnelle que je me permets de formuler. Au-delà de ce qu’il convient d’appeler le « temps mondial » à travers notre inscription dans les cérémonies télévisées mondiales, il importe de même d’inclure cette « culture de réception » qui est constituée à la fois de la culture du groupe et du rythme de vie à l’intérieur duquel les individus s’insèrent. L’importance que prend notre rythme de vie quotidien et tout ce qui l’imprime, y compris dans nos émotions et nos sensations, renvoie à la structuration de notre « espace public » dans un temps donné mais aussi aux formes d’interaction qui se déploient à l’intérieur de cet espace. Dans cet ordre d’idées, il me paraît intéressant de citer un événement plus récent portant sur les circonstances de la mort de la Princesse Diana et de son compagnon Dodi, mais en partant plutôt des réactions qu’elles avaient suscitées auprès des publics arabes. Tout d’abord, l’intérêt pour cet événement portait sur le fait que Dodi était égyptien, donc arabe et de surcroît, musulman. Sa compagne n’était autre que la célèbre Princesse Diana qu’il envisageait d’épouser, acquérant ainsi un statut et un capital de prestige qui n’auraient jamais été atteints par un arabe vivant dans la société britannique. Ensuite, l’événement s’est produit en pleine saison estivale qui se caractérise dans nos pays par un rythme de vie imprégné de formes et de lieux de sociabilité particuliers : les plages, les cafés publics, les veillées nocturnes… À partir de là, ce n’étaient plus seulement les informations transmises par les télévisions qui allaient animer ces formes de sociabilité, mais plutôt les rumeurs — souvent les plus extravagantes — qui allaient réactiver tout un univers commun, d’imaginaire, de représentations, de sensations, mais aussi de frustrations à l’encontre de l’Occident et des images qui sont conçues et véhiculées à partir de son aire géographique et culturelle.

23À première vue, l’impression qui se dégage des réactions et sentiments des publics arabes tous confondus à l’égard de grands événements télévisés dans lesquels ils se trouvent impliqués — la visite de Sadate à Jérusalem, la couverture de la guerre du Golfe, la mort de Dodi et de la Princesse Diana —, c’est que le fait même que toutes les télévisions du monde se mettent à l’unisson pour reproduire l’événement et tout ce qui l’entoure, sous le même angle de vue, dans la même mise perspective et en puisant dans un même et unique univers de sens et de significations, est ressenti et même vécu comme une « mise à distance », voire pour certains, comme un « complot » contre « nous ». Et ce nous qui relève essentiellement d’un imaginaire, englobe tout à la fois la nation arabe, la umma islamique, mais aussi la communauté d’opprimés.

24Enfin, les analyses des auteurs sur la question de la « désintermédiation : tension qui existe entre les intermédiaires attitrés et leurs concurrents médiatiques » (p. 223) m’ont paru très pertinentes et auraient mérité plus de développements. Elles mettent au grand jour un sentiment très partagé dans nos pays que les « rapports » qu’entretiennent les médias occidentaux avec les acteurs de la vie publique ne sont pas toujours empreints d’une grande transparence.

25À mon avis, la circulation de cet ouvrage dans nos pays sera d’un grand intérêt pour toute la communauté scientifique des chercheurs et ce, pour une double raison. D’une part, la grande diffusion du livre pourrait permettre aux chercheurs des pays du « Sud » de tirer le plus large profit de la somme de connaissances qu’il recèle, et pourquoi pas, de s’inspirer de la démarche suivie par les auteurs, pour investir à leurs « manières » ce territoire de la recherche qui demeure encore méconnu ou sous-exploré dans nos pays. En même temps, la pertinence des analyses et observations qui y sont développées et la perspicacité des réflexions que suscite la lecture pourraient constituer les prémices d’un projet de collaboration entre chercheurs de différentes cultures et aires géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larbi Chouikha, « Daniel DAYAN et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct », Communication, vol. 19/1 | 1999, 194-199.

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Daniel DAYAN et Elihu KATZ (1996), La télévision cérémonielle. Anthropologie et histoire en direct », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6241

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Larbi Chouikha est professeur à l’Institut de Presse et des Sciences de l’information, Tunis. Courriel : larbichouikha@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org