Navigation – Plan du site
Lectures

Lise GARON (1998), Le silence tunisien. Les alliances dangereuses au Maghreb

préface de Robert MÉNARD et Jacques ZYLBERBERG, Montréal, Harmattan
Michel Camau
p. 200-205
Référence(s) :

Lise GARON (1998), Le silence tunisien. Les alliances dangereuses au Maghreb, préface de Robergt MÉNARD et Jacques ZYLBERBERG, Montréal, Harmattan

Texte intégral

1Ce livre, annonce d’emblée Lise Garon, « n’est pas le produit de la seule réflexion scientifique ». De fait, il développe, à propos du Maghreb en général et de la Tunisie en particulier, un point de vue sur la démocratisation envisagée simultanément comme nécessité d’ordre éthique et comme processus historique fragile et incertain. Dans cette double perspective, il dresse un constat sans concession des violations des principes démocratiques par des « dictatures, se légitimant par des objectifs de démocratisation ». Non sans emprunter la forme d’un réquisitoire d’où sourd, à chaque ligne, l’indignation suscitée par le cynisme des gouvernants qui oppriment, des élites qui se soumettent et des acteurs internationaux qui se compromettent.

2On l’aura compris, le mode discursif qui structure l’ouvrage et définit son genre est celui de la dénonciation inspirée par la solidarité avec les victimes de l’arbitraire et la volonté de rétablir les faits et leur vérité.

3Si besoin était, le silence serait rompu et les alliances dangereuses mises à nu. Dès lors, comment rendre compte d’un tel ouvrage et, qui plus est, dans une revue savante ?

4Critiquer, en tant que telles, l’indignation, la dénonciation, la solidarité ? Seuls les « chiens de garde » ont goût, intérêt et compétence en la matière. Approuver sans ambages une démarche humaniste et citoyenne ? Il n’est pas sûr que l’on attende du lecteur un repli pur et simple sur des valeurs partagées. Ce n’est point parce que son programme de vérité associe la démocratie aux fins légitimes et l’arbitraire aux pratiques illégitimes qu’il doive taire observations et objections inspirées par l’aspiration à une connaissance réglée.

5Dans ces conditions, l’écueil à éviter serait celui d’un dialogue de sourds opposant la défense des concepts à celle… des droits de l’homme ou d’un débat pédant sur la portée et les limites de la neutralité axiologique, citations de Léo Strauss et de Max Weber à l’appui.

6Il ne s’agit pas davantage de chicaner sur telle ou telle imprécision ou erreur factuelle ou d’interprétation. Par exemple, l’auteure, manifestement peu familiarisée avec les règles constitutionnelles, se méprend sur la teneur des amendements introduits dans la constitution tunisienne. Mais le trait importe peu en définitive au regard de la pertinence ou non de l’ensemble du propos.

7Sans doute, pourrait-on s’arrêter sur les problèmes de construction de l’ouvrage. De même qu’il ne parvient pas toujours à opérer le départ entre l’impératif démocratique et la dimension aléatoire des processus de démocratisation, le livre de Garon aborde, sans vraiment les relier, trois questions distinctes. Il caractérise et stigmatise « le silence » comme modalité politique de discipline tendant au verrouillage de la société tunisienne. Il livre les résultats d’analyses de contenu de la presse maghrébine et internationale aux fins d’élucidation de pratiques discursives. Il pointe et dénonce, à l’échelle des différents pays du « Maghreb central », les « alliances dangereuses » passées par les élites avec les détenteurs du pouvoir au nom de la menace islamiste et au prix d’un renoncement à la consolidation d’une « société civile ».

8Rompre « le silence tunisien », analyser la presse et mettre en lumière « les alliances dangereuses au Maghreb », cette juxtaposition de projets ne prête à commentaire, sinon à conséquence, que dans la mesure où elle laisse transparaître des défectuosités plus préoccupantes. Elle correspond à une stratégie d’enquête oscillant entre la mise en récit du journalisme d’investigation, les concepts de la politologie et les techniques de l’analyse de contenu. S’agissait-il de dégager la teneur et le poids de la presse maghrébine et internationale au regard de pratiques politiques spécifiées, de suppléer aux médias en livrant des informations peu ou mal diffusées ou de conduire une réflexion sur les conditions de possibilité d’une démocratisation au Maghreb ?

9Pour arguer d’une complémentarité des démarches, encore faudrait-il que la pluralité de projets ne témoignât point d’une « myopie documentaire ». On songe ici au déséquilibre du travail d’enquête, particulièrement développé sur la Tunisie et relativement économe en ce qui concerne l’Algérie et le Maroc. L’approfondissement du thème des « alliances dangereuses », fécond au regard d’une interrogation sur les processus dits « de démocratisation », en pâtit.

10Au-delà des considérations de type formel et du constat d’une sorte de patchwork où le jugement politique dispute à l’approche compréhensive et où la préoccupation méthodologique dans l’analyse de presse contraste avec la tonalité journalistique de nombre de développements, ce sont bien les limites dans l’analyse des processus qui méritent discussion.

11Garon « appelle un chat un chat », objectera-t-on, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, si l’on en croit ses préfaciers. Pourtant, à la réflexion, rien n’est moins sûr. Elle nomme les chats de telle manière qu’ils pourraient tout autant aboyer que miauler. On l’aura compris, l’assertion met en cause, au-delà des intentions de l’auteure, sa manière de nommer et de classer. Elle s’inspire des critiques de Sartori à l’encontre d’un comparatisme producteur d’espèces impensables parce que dotées de caractères impropres à une quelconque classification (Sartori, 1991, 1994). On pourrait dire que les concepts chat-chien sont à la pratique savante ce que la chauve-souris suggère au sens commun.

12Le régime tunisien expose particulièrement à la dérive du chat-chien pour la bonne raison qu’il suggère d’emblée l’image de la chauve-souris. Un régime qui imprime sur ses billets de banque Ouverture — démocratie — État de droit mais qui se ferme à toute expression critique, n’accepte d’opposition que conformiste et fait prévaloir la raison d’État sur les droits de l’homme.

13La tentation est grande de cadrer le projecteur sur la chauve-souris et partant de s’enfermer dans une problématique dont elle dicte les termes : le régime tunisien prétend qu’il est démocratique mais, en réalité, il est autoritaire. Garon succombe à cette tentation qui, du point de vue de la compréhension, a pour effet de conduire dans une sorte d’impasse en surévaluant la portée significative de la mise en opposition du discours et de la pratique. Par exemple, accorde-t-elle une importance démesurée à un ouvrage d’un ancien ministre vantant les mérites du régime. En quoi la critique pas à pas de ce pur produit de communication gouvernementale ou, si l’on préfère, de propagande, est-elle susceptible de nous faire avancer, fut-ce d’un iota, dans l’analyse du régime ?

14Pour autant, il ne s’agit pas d’opposer à la proposition le régime tunisien prétend qu’il est démocratique mais, en réalité, il est autoritaire une autre du type bien qu’il réprime ses opposants et contrôle les moyens d’expression, le régime n’est pas réductible à sa dimension autoritaire. Toutes deux, en effet, partent du même postulat implicite d’une spécificité du régime tunisien. L’une et l’autre, fascinées par la chauve-souris, nomment un chat-chien, un autoritarisme à nul autre pareil. Elles surévaluent des particularités de contexte au prix d’une méconnaissance du type de situation dont elles relèvent.

15En l’occurrence, il n’aurait pas été inutile de se référer à une notion telle que celle de transition par imposition avancée par Ph. Schmitter et d’autres pour rendre compte de situations où un régime est lui-même à l’origine de changements politiques dont il maîtrise l’ampleur et la portée, une prétendue libéralisation politique à dose homéopathique contrecarrant toute démocratisation.

16Une fois qu’on l’a reconnue comme telle, que l’on n’est pas dupe de ses ailes et de sa façon de marcher, mieux vaudrait laisser la chauve-souris et déplacer le projecteur sur les processus. On serait ainsi à même de prendre en compte les particularités de contexte tout en les dépassant.

17Assurément, Garon se fixe cet objectif. Toutefois, elle ne s’en donne pas toujours les moyens, si l’on en juge par son inclination à l’élasticité conceptuelle. Le recours de manière indifférenciée à des notions telles que totalitarisme, dictature, despotisme, tyrannie non seulement fait fi de pans entiers de la politologie mais encore et surtout n’est pas de nature à éclairer le lecteur sur les caractéristiques du politique au Maghreb.

18De même, la référence récurrente à la « culture » ou à la « vision patriarcale » relève plus de la figure rhétorique que de l’essai d’élucidation. La notion, à supposer qu’on la prenne au sérieux, participe de problématiques situant les obstacles à la démocratisation en deçà des « alliances dangereuses » et des pratiques d’imposition du « silence ». On en trouvera l’une des illustrations les plus systématiques dans l’ouvrage dense consacré par Hisham Sharabi au néopatriarcat (1988, 1996).

19Garon parsème ainsi son parcours de petits cailloux censés permettre au lecteur de lui emboîter le pas mais qui se révèlent en réalité de grosses pierres d’achoppement. Elle procède, en effet, comme si elle explorait des terres inconnues, méconnaissant, délibérément ou non, toute une littérature qui a accumulé, par essais et erreurs, les éléments d’une cartographie des ornières et des sentiers plus ou moins praticables.

20Des nombreux travaux consacrés à la démocratisation et au politique dans le Monde arabe et au Maghreb, elle ne retient pour ainsi dire rien, sinon des bribes ou observations superficielles. Cette ligne de conduite trouve son illustration la plus caricaturale dans le traitement réservé aux travaux d’un Maxime Rodinson. Celui-ci n’est cité que pour comparaître dans un procès sommaire en essentialisme ! Aucune œuvre ne saurait échapper à la critique de quiconque. Encore faut-il se donner la peine d’en prendre la mesure et d’en apprécier la teneur.

21Une lecture pour le moins sommaire de la bibliographie spécialisée cantonne Garon aux seules « théories en usage », qu’il s’agisse de société civile ou de démocratie. C’est dire qu’elle se double d’une très forte dépendance à l’égard du discours des acteurs dès lors qu’il semble apporter de l’eau au moulin de l’auteure.

22Il en va ainsi notamment lorsque Garon s’appuie sur les plaidoyers pro domo de Ghazi Hidouci, ancien ministre algérien, ou de Mohamed Mzali, ancien premier ministre tunisien, curieusement compté parmi les « prophètes désarmés ». Que ce professionnel de la politique tunisienne soit en butte au régime n’a pas pour vertu de lui conférer une nouvelle virginité. Ce qu’il dit et écrit ne peut être envisagé en faisant abstraction de sa contribution au mode de segmentation des élites politiques tunisiennes et à la configuration de l’autoritarisme.

23À quoi bon toutes ces réserves ? Ne procéderaient-elles pas d’une méprise sur la visée de l’auteure et le genre de l’ouvrage ? Le dilemme énoncé au départ demeure plus que jamais.

24Si Garon entendait seulement porter témoignage, stimuler l’interrogation et mobiliser « l’opinion », il conviendrait purement et simplement de lui donner acte de son honnêteté intellectuelle et de la cohérence d’une prise de parole démocratique. À cette aune, son travail ne manque pas « d’utilité sociale » par les informations qu’il produit et la passion qui l’anime.

  • 1 « Si le secret est essentiel au maintien des dictatures, l’information ne peut que provoquer leur c (...)

25Mais, manifestement, son entreprise ne relève pas de ce seul programme de vérité. Elle ne dissimule pas une ambition « savante ». De ce point de vue, celui de la production « d’effets d’intelligibilité », force est de considérer de sérieuses limites qui culminent dans une nomologie hâtive1 et des velléités prédictives à l’emporte-pièce. Ainsi en Tunisie, « les conditions objectives de la chute de la dictature » seraient apparues ; il ne manquerait plus que « le détonateur de la colère populaire, dans un contexte intérieur qui devient de plus en plus difficile à gérer ». En la circonstance, « l’illusion héroïque » remplit son office en masquant la complexité de conjonctures politiques. La « chute d’une dictature » ne préjuge en rien d’une démocratisation pas plus que la « colère populaire » n’en constitue nécessairement le détonateur.

26Au fait, la démocratisation est-elle l’enjeu de la situation présente ? Faute de poser la question et d’y apporter des éléments de réponse, il est toujours loisible de s’en remettre à la roue de l’histoire. Celle-ci, comme chacun sait, tourne inexorablement mais nous condamne, en matière de connaissance, au sur place.

Haut de page

Bibliographie

SARTORI, Giovanni (1991), « Comparing and miscomparing », Journal of Theoretical Politics, 3(3) : 243-257.

SARTORI, Giovanni (1994), « Bien comparer, mal comparer », Revue Internationale de Politique Comparée, 1(1) : 19-36.

SHARABI, Hisham (1988), Neopatriarchy. A theory of Distorted Change in Arab Society, Oxford, University Press.

SHARABI, Hisham (1996), Le néopatriarcat, Paris, Mercure de France.

Haut de page

Notes

1 « Si le secret est essentiel au maintien des dictatures, l’information ne peut que provoquer leur chute », peut-on lire, par exemple, à la page 267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Camau, « Lise GARON (1998), Le silence tunisien. Les alliances dangereuses au Maghreb », Communication, vol. 19/1 | 1999, 200-205.

Référence électronique

Michel Camau, « Lise GARON (1998), Le silence tunisien. Les alliances dangereuses au Maghreb », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6243

Haut de page

Auteur

Michel Camau

Michel Camau, Université d’Aix-en-Provence.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org