Navigation – Plan du site
Lectures

Mark HUNTER (1997), Le journalisme d’investigation en France et aux États-Unis

Paris, Presses universitaires de France
Didier Oti
p. 212-215
Référence(s) :

Mark HUNTER (1997), Le journalisme d’investigation en France et aux États-Unis, Paris, Presses universitaires de France

Texte intégral

1« L’affaire du Watergate (1972-1974) a posé un jalon dans l’histoire du journalisme en général et dans celle du journalisme d’investigation en particulier. […] En France, c’est l’affaire du sang contaminé qui a confirmé en 1991-1992, l’émergence et la puissance du journalisme d’investigation à la française ». Ces deux phrases introductives résument le propos de Mark Hunter dans cet essai qui évoque la naissance, l’évolution et les caractéristiques du journalisme d’investigation aux États-Unis et en France.

2Dans la partie consacrée aux États-Unis, l’auteur montre que les fondements de ce genre journalistique sont jetés au milieu du XVIIe siècle avec le muckraking, le journalisme fouille-merde. Au départ soutenu par un public favorable aux croisades contre la corruption et l’injustice, le muckraking finit par agacer des Américains qui, somme toute, sont fiers de leur société. Il disparaît progressivement de la scène dans les années 1920, non sans avoir ébranlé certains principes fondamentaux du journalisme américain.

3D’après Hunter, l’opposition des muckrakers à la notion de l’objectivité sera reprise par une bonne partie de la classe journalistique, notamment la presse dite alternative, les « nouveaux journalistes », et les correspondants de la guerre du Vietnam. Pour ces professionnels, en plus d’être restrictive, l’objectivité journalistique favoriserait les points de vue officiels et majoritaires. De plus, une attitude distante du journaliste ou un simple exposé des opinions des acteurs d’un événement ne faciliterait pas toujours la progression d’une enquête. L’implication personnelle du journaliste est par conséquent indispensable.

4Comme pour donner raison aux détracteurs de l’objectivité, le Washington Post a écrit l’une des plus belles pages du journalisme américain en transgressant quelques normes du métier. L’affaire du Watergate, rappelle Hunter, est née d’une enquête journalistique menée à partir de sources demeurées confidentielles. Et, tout au long de l’enquête, le journal s’est clairement positionné comme un « adversaire » du Président Nixon.

5Le succès du Washington Post dans cette affaire a eu pour effet d’étendre l’investigation journalistique aux champs demeurés jusque-là peu explorés : économie, santé publique, sport, consommation, environnement, etc. La crise constitutionnelle provoquée par l’enquête du Watergate dresse cependant une partie de l’opinion publique contre la presse dont les méthodes de travail sont dénoncées par des politiques et des universitaires. Elles sont qualifiées de trompeuses, de malhonnêtes, ou d’illégales. Des décisions de justice défavorables à la presse se multiplient. Ce qui a pour conséquence de refréner l’ardeur des journalistes d’investigation et leurs employeurs qui, par ailleurs, contractent des assurances en prévision d’éventuels procès. Pour toutes ces raisons, souligne Hunter, l’investigation a progressivement abandonné les sables mouvants de la politique et des sujets de société pour naviguer dans les eaux tranquilles des portraits de célébrités et des sujets faciles.

6Pour ce qui est de la France, le journalisme d’investigation est davantage un prolongement du fait divers selon l’auteur. À la différence des États-Unis, il est pratiqué dans un contexte fortement politisé. Les clivages idéologiques sont reflétés par la presse qui est également une espèce de partenaire officieux de l’État. Depuis la Deuxième Guerre mondiale, ce dernier aide les médias de diverses façons : exonérations fiscales, subventions du coût du papier, prêts d’argent, abonnements de soutien, etc. En retour, la presse est mesurée dans ses critiques du gouvernement. Elle ne dénonce pas le système qui l’a engendrée et ne remet pas en question les valeurs fondamentales de la République. D’où la stupéfaction des journalistes français face à l’acharnement de leurs confrères américains dans l’affaire du Watergate. Néanmoins, le Washington Post et ses journalistes feront des émules en France.

7Encouragés par une opinion publique bienveillante, les journalistes français sont plus audacieux dans leurs enquêtes et moins révérencieux à l’égard des politiques. Le pouvoir judiciaire ayant commencé à s’affranchir de l’exécutif, des affaires jusque-là inconnues du grand public défrayent la chronique pendant de longs mois, causant de grosses secousses dans le microcosme politique : démission du ministre de la Défense Charles Hernu dans l’affaire du sabotage du bateau de Greenpeace par les services secrets français en 1985 ; mise en cause implicite du gouvernement de Laurent Fabius dans l’affaire du sang contaminé ; suicide de l’ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy mêlé à une affaire de délit d’initié, etc.

8Reste que pour Hunter, l’investigation journalistique en France pâtit de la difficulté d’accéder à la documentation officielle, contrairement aux États-Unis où les journalistes peuvent recourir à la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act) pour briser le mur du silence de l’administration. La législation en matière de presse est globalement plus sévère en France qu’aux États-Unis. La presse française se perçoit et est perçue par l’opinion publique comme un instrument politique, alors que son homologue américaine se considère volontiers comme un adversaire du politique. Enfin, l’expression subjective en France n’est pas vue comme une entrave au professionnalisme. Mieux, le talent du journaliste est très valorisé, contrairement aux États-Unis où l’accent est mis sur la méthode et les règles professionnelles.

9Au total, Hunter nous propose un travail assez bien documenté. Il est constellé de bons repères et rappels historiques dont l’intégration est facilitée par une démarche chronologique. Sans doute faute d’espace, l’auteur saute cependant très vite par-dessus des points cruciaux. Ce qui laisse le lecteur sur sa faim. Passe encore que ne soient mentionnés nulle part le cadre théorique et la méthodologie de cette étude apparemment tirée d’une recherche universitaire. Mais on est surpris que les quatre chapitres du livre équitablement consacrés aux cas français et américain ne soient pas suivis d’une synthèse. Faute de paragraphes récapitulatifs, on sort du livre de Hunter sans être fixé sur ce qu’en définitive il a voulu démontrer. À moins de s’en tenir aux sommaires mis en parallèle de l’introduction. Car ce qui fait office de conclusion du livre n’a presque pas de lien avec sa problématique présumée. L’ouvrage s’achève en effet par un agrégat de recettes sur le journalisme d’investigation, et de comparaisons entre le reportage conventionnel et le reportage d’enquête !

10Autre légère déception, l’auteur fait état de l’attachement des journalistes américains à l’objectivité et de celui des Français à la subjectivité sans vraiment élaborer sur la question. Pourquoi le journaliste américain cherche-t-il méticuleusement les faits, alors que son confrère français préfère commenter ou philosopher ? Est-ce en raison de l’influence du fonctionnalisme dans la société américaine (Beaud, 1984) et des origines littéraires du journalisme français (Charon, 1993) ?

11Divers auteurs soutiennent que les théories journalistiques seraient inspirées des deux grandes traditions philosophiques que sont le positivisme et l’herméneutique (Giddens, 1976). Ainsi, l’épanouissement du journalisme objectif en Amérique du Nord en particulier serait le corollaire de l’introduction du positivisme en sciences sociales (Schudson, 1978). D’autres y voient plutôt un contrecoup de l’invention du télégraphe (Siebert et al., 1956 ; Carey, 1969). Les coûts reliés à l’utilisation du télégraphe et la possibilité pour les journalistes de s’adresser à plusieurs publics auraient favorisé, selon James Carey, l’adoption d’un style dépouillé, accessible à tous et « objectif ».

12D’aucuns prétendent que la quête de l’objectivité journalistique aux États-Unis s’explique par la tendance égalitaire de ce pays, plus respectueux de la capacité d’analyse du citoyen, alors qu’en France, pays élitiste et paternaliste s’il en est, le public est présumé ignorant et a besoin d’être guidé (Watkins, 1964 ; Arendt, 1967 ; Padioleau, 1985 ; Bateson et Ruesch, 1988). Que pense Hunter de toutes ces hypothèses ?

13Situé dans un cadre théorique précis, cet essai aurait sans doute été plus complet. Mais cette omission n’oblitère pas la richesse documentaire du travail de Hunter. Dans un champ aussi rebattu que celui de la comparaison des pratiques journalistiques américaines et françaises, son grand mérite est d’avoir su puiser dans l’actualité récente des éléments susceptibles de rafraîchir une problématique éculée.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT, Hannah (1967), Essai sur la révolution, Paris, Gallimard.

BATESON, Gregory et Jurgen RUESCH (1988), Communication et société, Paris, Seuil.

BEAUD, Paul (1984), La société de connivence. Média, médiations et classes sociales, Paris, Aubier.

CAREY, James W. (1969), « The communication revolution and the professional communicator » dans P. HALMOS (dir.), The Sociology of Mass Media Communicators. The Sociological Review Monograph, 13.

CHARON, Jean-Marie (1993), Cartes de presse. Enquête sur les journalistes, Paris, Stock, Coll. « Au vif ».

GIDDENS, Anthony (1976), New Rules of Sociological Method, New York, Basic Books.

PADIOLEAU, Jean-Gustave (1985), Le Monde et le Washington Post, Précepteurs et Mousquetaires, Paris, Presses Universitaires de France.

SCHUDSON, Michael (1978), Discovering the News, New York, Basic Books.

SIEBERT, Frederick S., Wilbur SCHRAMM et Theodore PETERSON (1956), Four Theories of the Press : The Authoritarian, Libertarian, Social Responsibility and Soviet Communist Concepts of What the Press Should Be and Do, Urbana, University of Illinois Press.

WATKINS, Frederick M. (1964), L’ère des idéologies, Englewood Cliffs, Prentice-Hall International.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Oti, « Mark HUNTER (1997), Le journalisme d’investigation en France et aux États-Unis », Communication, vol. 19/1 | 1999, 212-215.

Référence électronique

Didier Oti, « Mark HUNTER (1997), Le journalisme d’investigation en France et aux États-Unis », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6247

Haut de page

Auteur

Didier Oti

Didier Oti estr chercheur associé, Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org