Navigation – Plan du site
Lectures

Roselyne KOREN (1996), Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme

Paris, L’Harmattan
Geneviève Bastien
p. 216-218
Référence(s) :

Roselyne KOREN (1996), Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1L’objectivité journalistique existe-t-elle ? Le journaliste est-il vraiment « un observateur qui informe, explique et révèle, éducateur, porte-parole de l’opinion publique, témoin objectif de l’actualité en train de se faire, historien de l’instant, manière de héros philosophique pour temps incertains » (p. 22), totalement dégagé des faits qu’il rapporte ?

2L’objectivité journalistique a-t-elle déjà existé ? Madame Roselyne Koren, professeure de linguistique française à l’université Bar-Ilan d’Israël, s’est penchée sur la question du pouvoir des mots et celle de l’éthique de l’énonciation dans le discours médiatique. Dans son ouvrage Les enjeux éthiques de l’écriture de presse, elle en vient à la conclusion suivante : l’objectivité journalistique est un leurre. Il n’est pas possible pour un journaliste d’informer, analyser et expliquer sans le moindre engagement. Il réside toujours une arrière-pensée, une volonté d’informer pour faire agir. L’auteure y présente l’objectivité et les principes fondamentaux d’objectivisme comme des idéaux, plus ou moins mythiques, réunis par une seule réelle motivation, soit le désir d’objectivité.

3L’objectivité journalistique n’existe donc pas : « tout dire sur tout, faire le tour de l’événement, saisir un fait dans sa totalité, voilà ce à quoi un journaliste accorde une importance primordiale. Il passe sous silence, ce faisant, l’existence d’une autre obligation incontournable de l’écriture de presse : la sélection des informations et son corrélatif inévitable, la mise en ordre » (p. 39).

4Koren base son étude sur des considérations linguistiques et des considérations éthiques. Elle souligne que d’un point de vue linguistique, la subjectivité se traduit par l’utilisation judicieuse des vocables correspondants aux faits, procédé qu’elle appelle le « parler vrai ». Les mots sont choisis, tout comme les faits rapportés, et même le discours le plus neutre est empreint de choix plus ou moins collés à la réalité factuelle. Contrairement à l’adage populaire, le langage n’est pas le « serviteur servile » de la pensée ; il existe bel et bien des façons de jouer avec la langue qui passent inaperçues aux yeux du récepteur. L’emploi de certains procédés linguistiques comme la juxtaposition, l’introduction de pronoms ou noms généralistes qui laissent planer une certaine ambiguïté factuelle, ou même l’emploi de verbes quasi-synonymes font pencher les pseudo-faits du côté de la subjectivité.

5De même, la citation, définie par plusieurs auteurs comme le fief par excellence de l’objectivité, n’a qu’une importance relative. « Les paroles rapportées entre guillemets pourraient avoir le statut de faits à l’état pur si le journaliste ne les insérait pas dans son propre discours, mais dès lors qu’il y a insertion, il y a nécessairement mise en scène » (p. 57).

6La présence de raisonnements appuyés sur des faits vient elle aussi appauvrir l’idée d’objectivité journalistique. L’auteure décrit comme un abus ce type discursif qui consiste à « tenter de transférer à des conclusions subjectives la rationalité du lexique scientifique » (p.71). Cette pratique relève plutôt du discours idéologique et présenter un texte de ce genre en insinuant qu’il s’agit d’information objective peut semer la confusion dans la tête du lecteur, confiant et non averti. L’autorité de la personne qui argumente sur la perception du récepteur fait en sorte que, la plupart du temps, ce dernier s’en remette à l’évaluation effectuée par le connaisseur, soit le journaliste. D’où le danger d’en arriver à cette fausse objectivité.

7Dans un dernier temps, Koren souligne qu’il existe des journalistes qui n’ont aucunement l’intention de se retrancher ou se protéger derrière un semblant d’objectivité. Ceux-là préfèrent exercer pleinement leur fonction critique. « Le ton de dérision est une des stratégies qui légitiment l’existence de la presse écrite parce qu’il contribue activement à l’établissement d’une distance critique » (p.138). À ce moment, les positions sont claires : le journaliste ne se targue pas d’être objectif, et le récepteur du message ne croira pas ce qui serait, en réalité, de la fausse représentation. Une des formes les plus exploitées du journalisme critique est sans contredit la couverture médiatique de la politique, notamment dans les pays occidentaux. Ce « devoir d’irrespect » consiste en la divulgation des éléments que les dirigeants tentent de dissimuler. Les journalistes le font sur un ton sarcastique, triomphant, et la démarcation objectivité/subjectivité est plus facilement repérable.

8Cette distanciation face au pouvoir politique est nécessaire, selon Koren, pour que survive la liberté d’expression et de diffusion d’informations. Il devient donc du devoir du journaliste de pousser plus loin la critique et l’investigation afin de rester dégagé de toute attache et d’exercer légitimement un contre-pouvoir. « Le langage n’est plus considéré comme un miroir fidèle, mais comme un agent actif de mise en question et de distanciation irrévérencieuses » (p. 151).

9En cette fin de siècle, alors que le journalisme entre dans une ère nouvelle, soit celle de l’information-communication, on peut sentir la présence de plus en plus marquée d’un système médiatique à deux vitesses. Certains cherchent encore et toujours à travailler en accord avec cet idéal qu’est l’objectivité journalistique, alors que d’autres « aspireraient, avant tout, à persuader et à séduire, simultanément, leurs adeptes et leurs adversaires » (p. 261). Le journaliste joue de plus en plus le rôle de médiateur, exploite de façon plus marquée ses possibilités rédactionnelles sous la bannière de la fonction critique. Il existe, selon Koren, un « lien essentiel entre l’information et le devoir de concilier l’ancien et le nouveau » (p. 262). La concurrence est rude, le lecteur exigeant… « Il faut donc le reconquérir sans cesse, le séduire, lui plaire tout en essayant, d’autre part, de l’assujettir » (p. 265).

10La presse écrite devrait donc accepter sa propre façon de discourir et cesser de tendre toujours vers ce souhait chimérique qu’est l’objectivité. « La crédibilité de la presse écrite risque d’être contestée aussi longtemps qu’elle continuera à souscrire au mythe de l’objectivisme » (p. 267).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Bastien, « Roselyne KOREN (1996), Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme », Communication, vol. 19/1 | 1999, 216-218.

Référence électronique

Geneviève Bastien, « Roselyne KOREN (1996), Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6250

Haut de page

Auteur

Geneviève Bastien

Geneviève Bastien est étudiante à la maîtrise en communication publique, Université Laval.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org