Navigation – Plan du site
Lectures

Brian D. LOADER (dir.) (1997), The Governance of Cyberspace, Politics, Technology and Global Restructuring

Londres, Routledge
Alain Laramée
p. 227-228
Référence(s) :

Brian D. LOADER (dir.) (1997), The Governance of Cyberspace, Politics, Technology and Global Restructuring, Londres, Routledge

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif contient un recueil d’articles émanant d’un colloque tenu à l’Université de Teeside, au Royaume-Uni, en avril 1995. Ce colloque visait à explorer la nature des transformations, induites par l’avènement du cyberespace, de la gouverne des sociétés. Les articles, au nombre de 13, ne constituent pas les actes du colloque comme tels, mais sont une résultante des présentations révisées par les auteurs à la suite du colloque.

2L’ouvrage se divise en trois parties : La théorisation du cyberespace ; les États-nations, leurs frontières et leur régénération ; réglementer le cyberespace : vie privée et surveillance.

3L’introduction faite par l’éditeur, Brian D. Loader, présente à la fois la problématique générale de la gouverne des sociétés modernes et de la gouverne du cyberespace, et le contenu de l’ouvrage en fonction de cette problématique. En soi, cette introduction vaut la lecture puisqu’elle a le mérite d’éviter l’approche trop souvent manichéenne ou normative et pose de manière tout à fait stimulante la problématique des interactions à la fois théorique, politique et pragmatique des liens entre l’évolution des technologies de l’information (l’inforoute en étant la manifestation dominante) et les manières traditionnelles de concevoir et de gouverner nos sociétés.

4Dans la première partie, cinq sous-thèmes sont explorés : les dimensions socialisantes du cyberespace ; la question de la culture virtuelle, de la polarisation sociale urbaine et la science-fiction ; la neuroscience du cyberespace comme nouvelle métaphore constitutive du moi et ses frontières ; la gouverne comme telle ; les mondes virtuels et les réalités sociales du cyberespace. Les approches utilisées par les auteurs vont de l’analyse conceptuelle et littéraire à l’anthropologie et ont comme objectif de proposer une représentation conceptuelle de ce cyberespace. Outre l’hétérogénéité des disciplines et des concepts de référence, cette section comporte un intérêt certain pour quiconque veut analyser le cyberespace sous l’angle des imaginaires et des représentations interpellées.

5La deuxième partie est réservée aux relations entre l’État-nation et les problématiques de frontières et de régénération. Trois thèmes sont explorés : l’état virtuel à l’ère du postmodernisme, de l’informatisation et de l’administration publique ; les défis posés à la gouverne des territoires et au processus politique par les nouvelles formes cyberspatiales de l’interaction humaine ; et les oppositions entre la démocratie digitale et l’aristocratie informationnelle. Dans les deux premiers articles, les auteurs posent des questions et énoncent des hypothèses d’analyse et de recherche à explorer alors que dans le troisième, on expose une problématique sociologique néo-marxiste illustrée de l’analyse d’un cas, celui de la ville de Manchester.

6Dans la dernière partie, quatre auteurs exposent autant de facettes des défis de la réglementation du cyberespace en fonction de la protection de la vie privée et du potentiel de surveillance des TIC soit : la vie privée, la démocratie et l’information ; le futur de la cryptographie sur Internet ; les produits et les services de multimédias et leurs incidences sur les droits d’auteur et les manifestations de l’extrême droite sur Internet. Chacune de ces questions est présentée de manière à mettre en évidence la nécessité politique et sociale pour les gouvernements de réglementer les usages des inforoutes et certains écueils à éviter.

7Dans l’ensemble, cet ouvrage couvre un large éventail des diverses questions et des défis que posent aux pays démocratiques la circulation tout azimut et extra-territoriale des informations ainsi que leur accessibilité. Par contre, même si ces questions sont, aux fins de l’édition, regroupées sous un même thème, il ne faudrait pas en déduire pour autant que, comme plusieurs ouvrages de cette nature, il y a homogénéité de perspectives, d’idéologies, de cadre de référence et encore moins de rigueur et de qualité d’écriture et d’argumentation.

8Cependant, malgré ces difficultés, la plupart des contributions sont de niveau universitaire et sont de nature à féconder une réflexion déjà en cours ou à stimuler l’exploration de certaines hypothèses de travail.

9Enfin, il est un peu agaçant de trouver plusieurs erreurs d’édition comme des fautes d’orthographe, de typographie et, plus important encore, des absences de références en bibliographie d’ouvrages cités dans le texte. Toutefois, la présence d’un index et d’un glossaire rend l’ouvrage intéressant du point de vue pédagogique.

10En résumé, ce livre, malgré la faiblesse et le manque de rigueur de certains textes, offre un bon aperçu pour amorcer une réflexion sur cette vaste question que présente la gouverne des sociétés modernes à l’ère de la prolifération des réseaux d’information et des communications communément dénommés les inforoutes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Laramée, « Brian D. LOADER (dir.) (1997), The Governance of Cyberspace, Politics, Technology and Global Restructuring », Communication, vol. 19/1 | 1999, 227-228.

Référence électronique

Alain Laramée, « Brian D. LOADER (dir.) (1997), The Governance of Cyberspace, Politics, Technology and Global Restructuring », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6255

Haut de page

Auteur

Alain Laramée

Alain Laramée est professeur à la Télé-Université, Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org