Navigation – Plan du site
Lectures

Michel MATHIEN et Catherine CONSO (1997), Les agences de presse internationales

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? », 3231
Zoubir Chaouche-Ramdane
p. 229-231
Référence(s) :

Michel MATHIEN et Catherine CONSO (1997), Les agences de presse internationales, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? », 3231

Texte intégral

1À travers différents chapitres, les auteurs situent les agences de presse internationales comme étant d’une part « des acteurs parmi les médias » et d’autre part comme étant « le média des médias n’ayant toutefois pas de rapport direct avec les usagers des médias ». L’ouvrage traite avec force détails de l’histoire des agences et plus particulièrement celle des trois agences mondiales (AFP, Reuter, AP) qui « couvrent toute la population de la planète et qui constituent par voie de conséquence les plus grands réseaux de collecte et de distribution d’information dans le monde ».

2Par ailleurs, à travers un certain nombre d’éléments d’information et de données, les auteurs mettent l’accent sur le développement des agences pendant plus d’un siècle, leur indépendance dans le cadre des « guerres idéologiques » et consacrent enfin un long développement aux problèmes de concurrence entre les différentes agences de presse (émergence d’un marché mondial de l’information). En outre, l’accent est mis sur la mission des agences de presse internationales qui consiste en premier à « couvrir l’actualité étrangère par la production de dépêches sur tous les sujets d’actualité » et à « couvrir l’actualité étrangère par la production de dépêches sur tous les sujets d’actualité et à se consacrer à la double tâche de réception, de distribution de l’information mais aussi de filtre ».

3Les auteurs de l’ouvrage soulignent avec force que le développement des grandes agences de presse internationales s’est fait grâce à des principes auxquels étaient attachées les agences internationales, principes tels que le partage du monde par des contrats et des alliances, l’échange réciproque de l’information et une politique de non-concurrence. Toutefois, ces agences (de la fin du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle), tout en affirmant leur liberté d’action, restent liées à leur pays d’origine.

4À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le paysage des agences de presse à travers le monde se modifie d’une part avec l’apparition d’agences nationales qui ont une dimension politique et non plus commerciale des grandes agences, et d’autre part avec la mise en place d’un nouvel ordre pour l’information mondiale avec des agences telles qu’UP, AP et Reuter en compétition commerciale mais qui vont s’unir pour contrer une autre forme d’affrontement : la concurrence idéologique (Tass, Europe Centrale).

5Les auteurs de l’ouvrage font aussi une présentation complète et détaillée des principales agences de presse internationales en retraçant notamment le cheminement historique, politique et économique de l’AFP (Agence France Presse), de l’AP (Associated Press), qui est « une coopérative d’échange d’informations sans but lucratif et qui encourage un journalisme de faits », de Reuter, qui a une dimension internationale et d’UPI, qui est « présent sur tous les lieux du monde et qui est devenu avec Reuter le plus grand producteur privé d’information du monde et une référence en leur domaine ». Les autres agences telles que DPA (Allemagne) qui tend à devenir la grande agence européenne, Ansa (Italie), présente sur les cinq continents avec en particulier une concentration sur l’Amérique latine, Kyodo et JijiPress (Japon) et Efé (Espagne) trouvent leur place à côté des grandes agences de presse internationales dans cet ouvrage.

6Les agences de presse internationales (AP, UPI, Reuter, AFP) jouent un rôle très important dans les luttes d’influence Est-Ouest dans le Tiers-monde, contribuent au débat sur les deux doctrines d’informer (débat UNESCO) mais aussi à la confrontation Nord-Sud car elles monopolisent le flux d’information (80 % des nouvelles transitent via Londres, New York, Paris), ce qui amène l’Unesco à se pencher sur l’inégalité des flux d’information par la mise en place de la Commission Sean Mc Bride qui présentera son rapport final en 1980 (prise de conscience des problèmes posés par les moyens de communication dans le monde, dans leurs modes de fonctionnement économique comme dans le développement de leurs techniques et surtout de conséquences politiques, sociales et culturelles).

7La fin de l’ouvrage est consacrée à la situation des agences de presse internationales, situation caractérisée essentiellement par une mondialisation de l’information qui a pour conséquence immédiate « le déplacement de la concurrence du terrain idéologique que symbolise la chute du “mur de Berlin” », vers celui exclusivement économique et une concurrence généralisée due aux « mutations technologiques qui ont accéléré et amplifié la circulation des flux d’information à l’échelle planétaire ». Ces agences de presse internationales risquent, comme le soulignent si bien les auteurs, « de déborder de plus en plus de leur fonction de médias des médias pour devenir elles-mêmes des médias tout court et ce grâce à l’évolution des techniques, les mutations de la communication électronique et numérique et enfin du marché mondial de l’information ».

8L’ouvrage traite avec force détails et données précises de l’évolution historique, politique et économique des agences de presse internationales. Les auteurs retracent à travers une centaine de pages très denses la naissance des agences, leur développement, leur évolution et leurs actions à travers le monde.

9L’ouvrage permettra sûrement de combler un vide en matière de compréhension des médias en général et des agences en particulier.

10L’ouvrage permettra à ceux qui s’intéressent aux médias en général et aux enseignants-chercheurs et étudiants particulièrement d’avoir une étude riche en information sur les agences de presse internationales. C’est aussi un outil de référence pouvant servir à appréhender la réalité complexe du monde de l’information.

11Écriture d’une fluidité et d’une clarté remarquables, le livre mérite d’être lu avec attention pour la somme d’informations qu’il recèle sur les agences de presse internationales, et plus particulièrement pour les plus anciennes d’entre elles (Reuter, Associated Press et AFP).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zoubir Chaouche-Ramdane, « Michel MATHIEN et Catherine CONSO (1997), Les agences de presse internationales », Communication, vol. 19/1 | 1999, 229-231.

Référence électronique

Zoubir Chaouche-Ramdane, « Michel MATHIEN et Catherine CONSO (1997), Les agences de presse internationales », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6257

Haut de page

Auteur

Zoubir Chaouche-Ramdane

Zoubir Chaouche-Ramdane, Université Aboubekr Belkaid, Tlemcen.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org