Navigation – Plan du site
Lectures

Marc RABOY (1995), Accès inégal : les canaux d’influence en radiodiffusion

Québec, Presses de l’Université du Québec
Anne-Marie Gingras
p. 232-234
Référence(s) :

Marc RABOY (1995), Accès inégal : les canaux d’influence en radiodiffusion, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1L’étude de l’élaboration des politiques publiques constitue toujours une entreprise ardue parce qu’elle doit soupeser le poids des différents acteurs sociaux impliqués et tenter de saisir les influences s’exerçant au grand jour comme celles des lobbies, plus discrètes. Accès inégal, qui est l’examen du processus d’influence ayant mené à l’adoption de la Loi sur la radiodiffusion de 1991, s’avère à cet égard une réussite, parce que Marc Raboy s’est préoccupé à la fois des procédures formelles et des tractations de coulisses. Les premières font l’objet d’une analyse grâce à l’examen des travaux du Groupe de travail sur la radiodiffusion et ceux des instances législatives concernées — y compris l’examen des deux projets de loi. Quant aux tractations de coulisses, elles ont été cernées grâce aux entretiens effectués auprès de personnes directement impliquées dans le processus de redéfinition de la politique ou concernées par la question.

2Selon Raboy, l’accès au processus d’influence détermine le poids des acteurs ayant des intérêts dans la radiodiffusion ; parmi les acteurs sociaux les plus importants, notons les radiodiffuseurs et les câblodistributeurs, la Société Radio-Canada, les publicitaires, les associations de producteurs, les associations syndicales, le CRTC et les publics organisés. Le point de départ de l’étude est le principe, fort justifié, qu’une politique publique ne s’explique pas uniquement à l’aide des processus législatifs, consultatifs ou réglementaires en tout genre ; les influences moins directes et le lobby jouent un rôle non négligeable. L’influence renvoie donc non seulement aux mécanismes reliés au système de démocratie libérale, mais aussi — et surtout — au pouvoir et au privilège qui se manifestent dans les contacts informels et l’accès privilégié aux décideurs.

3Le livre laisse voir les difficultés de mise en oeuvre des politiques publiques en général et de la politique de la radiodiffusion en particulier ; cette dernière n’étant pas d’un intérêt majeur pour le gouvernement, elle subit plutôt qu’elle n’exerce un impact sur d’autres politiques publiques ou orientations gouvernementales. Par exemple, la politique de la radiodiffusion subit les influences de la conjoncture politique et constitutionnelle. L’orientation de cette politique, comme bien d’autres, ne résulte pas d’une volonté politique claire s’appuyant sur une planification soignée et stratégique. Le sous-ministre Bernard Ostry explique : « L’élaboration d’une politique implique un degré de réflexion et d’analyse qui n’existe pratiquement plus dans les milieux gouvernementaux » (p. 28).

4Certains aspects de l’influence ressortent clairement de l’étude de Raboy : les acteurs sociaux se manifestent quand des questions précises les concernent et restent silencieux dans le cas contraire ; il y a souvent dissonance entre les discours des acteurs sociaux et leurs actions, de même qu’entre les principes défendus et les moyens concrets pour les mettre en oeuvre. Ainsi, des accords sur des questions de principe peuvent se traduire par des divergences quant aux moyens à utiliser, ce qui met en lumière le double niveau d’action de certains acteurs sociaux : le discours sert à présenter une image publique rassurante et les moyens, qui n’y correspondent pas, témoignent des véritables intérêts défendus. Ainsi,

Plus un groupe est éloigné des centres de pouvoir, plus les victoires qu’il remporte ont trait aux principes, tandis que les moyens concrets choisis pour la mise en oeuvre de ces principes sont souvent ceux préconisés par les groupes industriels qui se trouvent plus près des centres de pouvoir (p. 145).

5Les coulisses apparaissent comme des lieux plus propices aux jeux d’influence que les instances officielles et tous les acteurs ne s’y meuvent pas avec autant de facilité… Les coulisses constituent le terrain de jeu privilégié du secteur privé et il ressort donc de l’analyse que le secteur privé (radiodiffuseurs et câblodistributeurs surtout) possède l’accès le plus important et le plus diversifié au processus d’influence. L’accès aux coulisses du CRTC est par ailleurs continuel, voire « incestueux ». Selon plusieurs interviewés du secteur privé eux-mêmes en cause,

il arrive fréquemment qu’un président du CRTC demande à celui de l’ACR [Association canadienne des radiodiffuseurs] ou de l’ACRTF [Association canadienne de la radio et de la télévision de langue française] de lui indiquer les règlements qui le dérangent et qui pourraient être modifiés (p. 154).

6La prévalence des coulisses comme lieu privilégié de contact avec les décideurs signifie, entre autres, que les publics organisés — Institut canadien d’éducation des adultes, Friends of Canadian Broadcasting, etc. — ont un accès relativement réduit au processus d’influence. Décrits par les représentants du secteur privé comme un « mal nécessaire » ou des « groupes marginaux », les publics organisés ne sont pas considérés comme de véritables joueurs possédant de l’influence.

7Dans certains cas, il apparaît clair que les audiences publiques et comités en tout genre ne constituent qu’une vitrine de relations publiques pour les « véritables joueurs », ceux qui ont des intérêts économiques en jeu dans la redéfinition de la politique de radiodiffusion. Cela ne signifie pas que les audiences publiques et les processus officiels soient totalement inutiles. S’ils sont des exercices visant à se donner une image de bon citoyen corporatif pour le secteur privé, les groupes sociaux peuvent parvenir à faire accepter leur position (souvent de principe).

8Accès inégal constitue un ouvrage modèle en ce qui concerne l’analyse des politiques publiques, parce qu’il prend en compte les véritables relations de pouvoir existant entre les différents acteurs sociaux, relations qui pèsent lourdement sur le processus. Dans le cas de la politique de radiodiffusion, les intérêts économiques surdéterminent les décisions, même si de beaux et grands principes ont été inclus dans la Loi de 1991.

9Si l’analyse présentée dans cet ouvrage nous apparaît tout à fait juste, le choix de l’auteur de passer sous silence l’enjeu de la marchandisation semble difficile à comprendre. Les indices de marchandisation se retrouvent nombreux dans le livre : la stratégie de commercialisation de Radio-Canada axée sur les cotes d’écoute, la transformation des publics en « marchés », les obligations différentes pour le réseau public et les radiodiffuseurs privés en matière de contenu canadien, les préoccupations d’ordre économique qui l’emportent sur celles d’ordre culturel. Raboy utilise plutôt les expressions « vision nettement économisante » et « plus grande commercialisation des produits » (p. 52), ce que ne renierait pas Pierre Juneau lui-même qui, dans le rapport du Comité d’examen des mandats SRC, ONF Téléfilm de 1996, attribuait à cette vision une bonne part des difficultés de la Société Radio-Canada.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Gingras, « Marc RABOY (1995), Accès inégal : les canaux d’influence en radiodiffusion », Communication, vol. 19/1 | 1999, 232-234.

Référence électronique

Anne-Marie Gingras, « Marc RABOY (1995), Accès inégal : les canaux d’influence en radiodiffusion », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6260

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Gingras

Anne-Marie Gingras est professeure au département des sciences politiques, Université Laval.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org