Navigation – Plan du site
Lectures

Denis SAINT-JACQUES, Jacques LEMIEUX, Claude MARTIN et Vincent NADEAU (1994), Ces livres que vous avez aimés : les best-sellers au Québec de 1970 à aujourd’hui

Québec, Nuit blanche éditeur
Luc Pinhas
p. 235-238
Référence(s) :

Denis SAINT-JACQUES, Jacques LEMIEUX, Claude MARTIN et Vincent NADEAU (1994), Ces livres que vous avez aimés : les best-sellers au Québec de 1970 à aujourd’hui, Québec, Nuit blanche éditeur

Texte intégral

1Produits par excellence du processus d’industrialisation du marché du livre au même titre que le livre en format de poche ; symboles, en même temps, d’une culture de consommation de masse largement inspirée par les États-Unis où s’est au demeurant forgée l’expression, avant que Robert Laffont n’en généralise l’usage francophone en lançant, en 1956, une collection du même nom ; dévalorisés de fait a priori par la doxa intellectuelle qui ne daigne le plus souvent y repérer qu’un des effets forcément néfastes de l’emprise des forces économiques sur le champ culturel, les best-sellers se sont vus souvent évincés des préoccupations des scientifiques et n’ont guère fait l’objet, à de rares exceptions près, d’études approfondies et objectives. Pourtant, et justement parce qu’ils participent à une massification de la culture et bénéficient d’une large diffusion, les best-sellers paraissent à même, au-delà des préjugés, de fournir une mine d’indications sur la manière dont la société — et ici, tout particulièrement la société québécoise sur laquelle porte prioritairement l’analyse — se vit collectivement, se pense et se rêve, en même temps qu’ils peuvent faire ressortir les aspirations qui s’y manifestent. C’est là du moins le point de départ des études croisées qui sont présentées dans cet ouvrage. Sa principale caractéristique est, en effet, de refuser de se limiter à l’étude d’un seul aspect particulier pour chercher à confronter d’amont en aval, en mobilisant diverses techniques et méthodes de recherche, les différents discours tenus sur et par les best-sellers : celui des professionnels du livre, celui des listes des meilleures ventes, celui des récits eux-mêmes, enfin celui, primordial bien évidemment, des lecteurs qui révèle les conditions de réception, donc de succès, des livres de grande consommation. Précisons, d’autre part, que si le point de départ assigné à cette étude est le début des années 1970, c’est que de cette époque datent les premières parutions régulières, dans La Presse, de listes de best-sellers, lesquelles attestent alors de l’importance prise par le phénomène au Québec.

  • 1 Les chiffres proposés varient d’un chapitre à l’autre.

2Le premier chapitre est constitué de la synthèse d’entretiens qui permettent de donner la parole aux acteurs de la chaîne du livre. Son examen provoque un motif de surprise : sorti des propos convenus qui tendent à justifier la production, la distribution et la vente de ce type de produits, le best-seller ne se laisse guère approcher que de manière subjective. Certes, il apparaît comme un livre de vente rapide et aisée, qui a un format type de plus de 300 pages, un prix idéal, une couverture « attrayante et réaliste », un public ciblé largement constitué de ménagères de moins de 50 ans, et qui raconte une histoire « dont l’écriture est accessible et qui passionne tout en renseignant ». Mais les professionnels interrogés ne s’accordent ni sur les périodes privilégiées de vente, ni sur l’importance respective des différents circuits de commercialisation, ni surtout sur le nombre d’exemplaires vendus nécessaire à l’identification, parmi les autres ouvrages, du best-seller. Ainsi, celui est-il une « meilleure vente », mais qu’on ne sait ou ne veut identifier précisément, certains donnant comme seuil — pour un bassin québécois de lecteurs de 3 à 4 millions1 — le chiffre de 3 000 exemplaires, là où d’autres parlent de 20, 30 voire 50 000 exemplaires. Particularité du produit culturel, même soumis à la standardisation et à la rationalisation, le best-seller semble en fin de compte n’avoir de réalité qu’à partir du moment où les professionnels lui ont conféré ce statut, c’est-à-dire y ont cru, depuis l’éditeur qui investit sur lui en publicité et le pousse, alors qu’il se contente de placer ses autres titres à l’office, jusqu’au libraire qui le place en grosses piles près de la caisse, en passant par le distributeur qui ménage sur sa grille une catégorie « best-seller » ! Il n’est jusqu’aux listes publiées par les journaux qui reflètent, plus que la réalité de ventes tenues secrètes par les éditeurs, l’arbitraire des libraires interrogés pour les dresser. Autre constat notable, qui semble révéler une certaine faillite de la construction d’une communauté francophone décentrée, la majorité des best-sellers, y compris ceux en provenance des États-Unis et malgré quelques auteurs québécois publiés au Québec, viennent des éditeurs français, lesquels dominent encore une grande partie de la distribution du livre au Québec.

3Les trois chapitres qui suivent permettent selon les cas de préciser ou de rectifier l’opinion des professionnels du livre. L’étude statistique des listes publiées dans La Presse de 1970 à 1990 met en évidence une présence des auteurs québécois en réalité non négligeable, puisqu’ils représentent 38 % du total, même si l’importance respective des auteurs américains (31 %) et français (23 %) manifeste la dualité à laquelle est sensible la culture québécoise contemporaine. En revanche, la suprématie des éditeurs français, qui publient la quasi-totalité des auteurs américains à succès, se trouve confirmée : elle vient sans nul doute entraver et l’expansion des éditeurs locaux, et la découverte de nouveaux talents. Par ailleurs, il est à noter qu’aux côtés d’une Arlette Cousture (Les Filles de Caleb) inscrite dans la veine populaire, nombre d’auteurs québécois de best-sellers se voient reconnus par la critique littéraire « légitime » : Tremblay, Ducharme, Beauchemin, Hébert, Godbout… S’agit-il là d’un effet de distinction, d’un certain manque d’auteurs québécois populaires, ou plus sûrement de la manifestation d’une certaine recherche identitaire, culturelle et littéraire ? Il pourrait être intéressant de l’analyser davantage. Toujours est-il que, comparées aux listes françaises, américaines ou canadiennes en anglais, les listes québécoises font apparaître une certaine originalité et que les plus grands succès du marché québécois (les supersellers) ne s’identifient pas dans leur majorité à ceux des autres marchés considérés ; preuve qu’il est — encore ? — difficile dans le domaine du livre, et malgré quelques contre-exemples, de mettre au point des produits standardisés à l’échelle internationale. La prise en compte de la durée, à travers ce second marché que constituent livres de poche et clubs, permettrait peut-être, toutefois, de nuancer l’affirmation.

4Autre enseignement tiré des listes de La Presse, le roman l’emporte largement, avec près de 50 % des titres, sur les biographies (dont on sait qu’elles sont souvent elles-mêmes romancées), sur les essais et sur les livres pratiques. Mais de quel roman s’agit-il ? Le best-seller ne paraît pas se différencier de la littérature « légitime » par sa lisibilité stylistique ; en revanche, il se caractérise par des formes narratives traditionnelles et apprivoisées par le cursus scolaire, celles du roman bourgeois du XIXe siècle. D’autre part, il mêle généralement représentation du vécu et information de type encyclopédique, selon un schéma actantiel aisément repérable, pour raconter le plus souvent « une histoire de persévérance et de réussite dont le protagoniste, héros de la société libérale moderne, s’offre en exemple au lecteur de culture moyenne ». C’est là sans doute son trait majeur, avec d’autres productions de la culture de masse, que de se faire le propagateur d’une idéologie qui se prétend mondialiste. La réussite visée, cependant, peut être davantage d’ordre économique ou social, comme c’est largement le cas dans les best-sellers américains, ou plutôt d’ordre affectif ou amoureux, thématique que les auteurs français privilégient. Les lecteurs québécois, qui affectionnent l’un et l’autre, ne se distinguent guère en ce sens des auditeurs de téléromans, tels que les a étudiés Nathalie Goudreau dans le numéro de Communication de décembre 1997 (Goudreau, 1997). Il est vrai que le best-seller est souvent adapté pour la télévision.

5Sans provoquer un grand étonnement, l’étude quantitative et qualitative de la réception, que présente le dernier chapitre, fait ressortir que le lectorat québécois d’ouvrages à succès — qui est évalué à 2,3 millions de personnes — est largement féminin (à 67 %) et se compose pour les deux tiers de personnes de scolarité collégiale ou universitaire. Quoiqu’elles ne se désintéressent ni des biographies ni des documentaires, les femmes font le succès du roman, d’amour plus que d’action, mais le plus intéressant à noter est sans aucun doute l’extrême fragmentation du marché qui contraste avec la consommation d’autres types de produits culturels, puisque la réception moyenne d’un best-seller est évaluée à une dizaine de milliers de lecteurs seulement. L’effet de masse du seul best-seller reste donc très relatif le plus souvent. Par ailleurs, la lecture d’un best-seller doit concilier plaisir de lire et désir d’apprendre ; elle doit provoquer « une évasion enrichissante » et, pour ce faire, permettre d’adhérer au « caractère exemplaire de l’univers narratif et des personnages qui l’habitent ». Autrement dit, le livre sera d’autant plus apprécié qu’il répond aux « attentes idéologiques » du lecteur et qu’il le confortera dans sa vision du monde. Or, celle-ci, sans nul doute, doit être associée à sa consommation d’autres types de produits culturels.

6Voilà une piste transversale que les limites de Ces livres que vous avez aimés ne permettent naturellement pas d’explorer, mais qui mériterait de l’être et qui permettrait peut-être d’approfondir le décodage des textes préférés des lecteurs de best-sellers, de même au demeurant que de répondre de manière plus précise au contrat de lecture que proposaient initialement les chercheurs de cette étude. Il conviendrait en particulier — et, outre celui des romans, l’examen des biographies et des essais à succès pourrait y contribuer — de mieux cerner le particularisme québécois, s’il existe, et de le confronter aux aspirations collectives d’autres publics, francophones et anglophones notamment. À moins que la mondialisation à l’œuvre n’ait déjà étouffé toute diversité culturelle…

Haut de page

Bibliographie

GOUDREAU, Nathalie (1997), « Les téléromans au Québec entre 1993-1994 et 1994-95. Contenu, conditions de production et auditoires », Communication, 18(1) : 125-137.

Haut de page

Notes

1 Les chiffres proposés varient d’un chapitre à l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Pinhas, « Denis SAINT-JACQUES, Jacques LEMIEUX, Claude MARTIN et Vincent NADEAU (1994), Ces livres que vous avez aimés : les best-sellers au Québec de 1970 à aujourd’hui », Communication, vol. 19/1 | 1999, 235-238.

Référence électronique

Luc Pinhas, « Denis SAINT-JACQUES, Jacques LEMIEUX, Claude MARTIN et Vincent NADEAU (1994), Ces livres que vous avez aimés : les best-sellers au Québec de 1970 à aujourd’hui », Communication [En ligne], vol. 19/1 | 1999, mis en ligne le 01 août 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6263

Haut de page

Auteur

Luc Pinhas

Luc Pinhas, Université de Paris XIII.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org