Skip to navigation – Site map
Articles

Journalisme public et gestion des enjeux sociaux

Étude de la campagne « spécial emploi » du journal Le Soleil de Québec
Thierry Watine and Michel Beauchamp
p. 93-126

Abstracts

A concept which has been emerging since the end of the 1980s, public journalism may be defined as an approach in which the media play a much more active role in their communities : 1) by offering concrete solutions to problems which affect the daily lives of their citizens ; and 2) by encouraging citizens to be more involved in the democratic process. Here, the authors present a case study of the « Spécial Emploi » campaign organized by Québec City daily newspaper, Le Soleil, in the spring of 1996 in an attempt to verify to what degree — and within what limitations — was this campaign one of public journalism. The authors try to establish links between this new approach, and theoretical streams such as « the social responsibility of media », « the democratic participation of citizens » and « the involvement of business in social issues ».

Top of page

Full text

  • 1 Parmi les grandes mutations en cours dans les métiers du journalisme, nous pensons notamment à la p (...)
  • 2 Pour une synthèse détaillée de ces deux courants, on pourra se reporter aux travaux de Denis McQuai (...)

1Le champ journalistique traverse depuis plusieurs années une série de bouleversements qui contraignent ses principaux acteurs — les professionnels de l’information — à s’adapter sans cesse à de nouvelles contraintes, voire à repenser certaines de leurs pratiques1. Parmi les grandes questions qui agitent la profession figurent, entre autres, celles de la responsabilité sociale des journalistes et de la participation démocratique des citoyens à la gestion des enjeux sociaux. C’est notamment autour de ces deux concepts classiques2 — mais plus que jamais d’actualité si l’on se réfère aux nombreux débats qu’ils continuent de susciter aujourd’hui — que s’est développée à partir de la fin des années quatre-vingt l’approche dite du « journalisme public » selon laquelle les journalistes doivent prendre une part beaucoup plus active dans leur milieu et contribuer à apporter, sur la base d’une interaction renforcée entre les médias et leurs publics, des solutions concrètes aux problèmes quotidiens des citoyens : emploi, éducation, santé, sécurité, environnement, etc. (Brin, 1997 ; Charity, 1996 ; Beauchamp & Watine, 1996 ; Merritt, 1995 ; Rosen, 1994 ; Merritt & Rosen, 1994).

  • 3 Dans le cadre de nos travaux au Centre de recherche de l’École supérieure de journalisme de Lille e (...)

2Qu’on la qualifie de journalisme « public », « civique » ou « citoyen », cette nouvelle approche du métier — particulièrement en vogue auprès des professionnels de l’information qui cherchent à renforcer leur « utilité sociale3 » — a donné lieu à de nombreuses expérimentations et de nombreux débats, d’abord en Amérique du Nord (Hoyt, 1992 ; Miller, 1994 ; Miller et Schaffer, 1995 ; Charity, 1996, etc.), puis en Europe (Lignac, 1996 ; Renard, 1996 ; Merlant, 1996, etc.).

  • 4 Dans cet article synthèse publié en juin 1996, Michel Beauchamp et Thierry Watine ont notamment pré (...)

3Le présent article ne vise pas à redéfinir les principes du journalisme public ni à formuler de nouvelles propositions théoriques à son sujet ; il n’a pas non plus pour vocation de mettre en relief les arguments « pour » et « contre » ce type de pratique ; il ne cherche pas, enfin, à traiter du contexte d’émergence du journalisme public en Amérique du Nord. En effet, nous avons déjà abordé ces différentes questions dans un texte de synthèse publié en 19964. Cette fois-ci, notre article relève plutôt de l’étude d’un cas particulier qui permet, selon différents auteurs (par exemple : Yin, 1989 ; Stake, 1994), de faire une analyse plus fine et approfondie de certains phénomènes. À ce sujet, Yin écrit (1989 : 23) : « A case study is an empirical inquiry that investigates a contemporary phenomenon within its real-life context when the boundaries between phenomenon and context are not clearly evident and in which multiple sources of evidence are used. »

  • 5 Mentionnons que l’expérience du Soleil a été reprise ailleurs au Québec, notamment dans la région d (...)

4Très concrètement, la présente démarche a pour objectif de vérifier dans quelle mesure la campagne médiatique « Spécial Emploi » organisée par le journal Le Soleil de Québec au cours du printemps 1996 s’apparente au modèle récent du journalisme public5. À notre connaissance, il s’agit là de la première étude de cas sur cette approche du métier dans le contexte québécois.

  • 6 Selon Schramm, cité par Yin (1989 : 23), « the essence of case study, the central tendency among al (...)
  • 7 Le corpus de base sur lequel nous avons travaillé est composé d’une soixantaine d’articles du Solei (...)
  • 8 Ont été interviewés au cours du mois de février 1997 : Gilbert Lavoie (rédacteur en chef du Soleil) (...)
  • 9 Documents institutionnels consultés :
    « Atelier n° 1 : Connaissance de soi » (avril 1996)
    « Atelier n (...)

5D’un point de vue méthodologique6, nous avons analysé l’ensemble des articles publiés par ce quotidien dans le cadre de sa campagne en faveur de l’emploi7 et procédé à des entretiens (d’une durée moyenne de 90 minutes) avec les principaux responsables et partenaires de l’opération (ces entretiens ont été enregistrés et retranscrits8). Nous avons également eu recours à divers documents institutionnels ayant trait à l’organisation du projet, à son déroulement et à ses incidences dans le milieu9.

  • 10 En 1994, Rosen et Merritt soulignent que le journalisme public est apparu dans un contexte bien par (...)
  • 11 Dans les éléments ayant trait aux « techniques » du journalisme public, nous avons choisi de ne pas (...)

6Par ailleurs, à partir de nos précédents travaux sur la question, d’une étude de cas réalisée par Brin (1997) ainsi que des principales recherches fondatrices de Jay Rosen, Davis Merritt et Arthur Charity10, nous avons élaboré aux fins de cette étude de cas une grille d’analyse du journalisme public articulée autour de trois volets distincts et comportant un total de neuf critères spécifiques11 :

  1. la « philosophie » du journalisme public :
    une approche plus positive de la réalité quotidienne ;
    le souci d’apporter des réponses et des solutions concrètes aux problèmes des citoyens ;
    le désir de renforcer le lien social entre les citoyens

  2. les « techniques » du journalisme public :
    la mise en place de nouveaux partenariats entre les médias et avec les milieux institutionnels ;
    l’organisation de rencontres régulières avec les citoyens (forums, ateliers, groupes de discussion, etc.) ;
    le renforcement des procédures de rétroaction entre l’entreprise de presse et son public

  3. les « effets » du journalisme public :
    une motivation nouvelle pour les journalistes ;
    une plus grande facilité d’accès aux sources ;
    une forte mobilisation du public autour des thèmes abordés.

7Après avoir décrit dans un premier temps les grandes étapes du projet « Spécial Emploi » tel qu’il a été présenté — et donc structuré — dans les colonnes mêmes du journal Le Soleil de Québec (mars, avril et mai 1996), nous nous intéresserons dans un deuxième temps au discours a posteriori des principaux organisateurs et partenaires de l’opération sur les enjeux, les résultats et les limites de la campagne (février 1997). À l’aide de la grille d’analyse proposée plus haut, nous tenterons dans un troisième temps de déterminer jusqu’à quel point le projet « Spécial Emploi » du Soleil de Québec s’inscrit dans la logique du journalisme public, que ce soit en matière de vision du métier (philosophie), de moyens mis en œuvre (techniques) et d’incidences à la fois pour le journal, ses partenaires institutionnels et ses lecteurs (effets).

La campagne « Spécial Emploi » du Soleil de Québec

  • 12 Le tirage du Soleil passe à 130 000 exemplaires le samedi, soit une augmentation de 30 % par rappor (...)
  • 13 Il s’agit là de l’intitulé exact de l’exergue du Soleil.

8Journal d’information générale de la grande région de Québec tirant à quelque 100 000 exemplaires12, Le Soleil lance sa campagne « Spécial Emploi » le 22 mars 1996. Par la plume de son rédacteur en chef, Gilbert Lavoie, « le quotidien de la capitale13 » annonce ce jour-là en première page à ses lecteurs qu’il souhaite donner un « coup de pouce à l’emploi », formulation étonnamment modeste compte tenu à la fois de l’ampleur et de la nouveauté de l’opération autour de laquelle la rédaction du Soleil va se mobiliser durant plusieurs semaines consécutives. S’adressant dès les premières lignes de son article d’ouverture aux demandeurs d’emploi, Gilbert Lavoie se range immédiatement dans le camp de ceux qui, nombreux, considèrent que la lecture des journaux est le plus souvent déprimante pour ceux et celles qui sont au chômage :

Est-ce que vous êtes à la recherche d’un emploi ? Êtes-vous découragé par les manchettes à répétition sur les pertes d’emplois, le chômage ? Avez-vous abandonné ? Il y a un mois, j’ai eu un choc en consultant la rubrique « emplois » des journaux de Québec. À part les demandes pour des danseuses, des hôtesses, des vendeurs à commission et des postes de conciergerie, il n’y avait rien (Le Soleil, 22/03/96, A1).

  • 14 À noter que le chômage dans la grande région de Québec est retombé sous la barre symbolique des 10  (...)

9Au-delà des statistiques, comparables à celles de la plupart des pays occidentaux (début 1996, le taux de chômage était environ de 11 % au Canada14), plusieurs facteurs expliquent la détérioration de la situation de l’emploi dans la grande région de Québec au milieu des années 1990.

  1. Moins de 10 % des nouveaux postes sont de véritables créations d’emplois : la plupart des embauches dans le secteur de la capitale (100 000 en 1996) correspondent en réalité à un simple « roulement » de la main-d’œuvre.

  2. Les deux tiers des emplois disponibles ne font l’objet d’aucune publicité, ni dans les médias, ni sur les terminaux du gouvernement provincial.

    • 15 Selon Statistique Canada, 50 % des nouveaux emplois créés au Québec chaque année sont rémunérés sur (...)

    Les postes effectivement annoncés sont ou hyperspécialisés (les employeurs ne trouvent alors pas de candidats suffisamment « pointus ») ou temporaires et mal payés (donc peu attractifs)15.

    • 16 Source : la Chambre de commerce régionale de Sainte-Foy.

    L’informatique et les télécommunications sont les deux créneaux économiques les plus « ouverts » en termes d’emplois nouveaux : 70 % des PME présentes dans ces deux secteurs seraient en situation d’embaucher, mais la majorité de leurs dirigeants éprouvent des difficultés à trouver des candidats disposant d’une formation adaptée16.

10Devant des horizons aussi bouchés (le premier dossier de la campagne « Spécial Emploi » ne s’ouvre pas par hasard le 23/03/96 sur le titre éloquent de « marché impitoyable »), les demandeurs d’emploi se retrouvent pour la plupart confrontés à des défis qui les dépassent. Pour Jean-Marc Salvet, l’un des journalistes de la rédaction du Soleil les plus engagés dans la campagne pour l’emploi, la barre a été placée très haut pour ceux qui ont choisi de s’en sortir :

En plus de leurs compétences techniques et académiques, les candidats doivent désormais faire valoir d’extraordinaires qualités humaines et être d’un optimisme à toute épreuve. Mais ce n’est pas encore suffisant. Ils doivent être rompus aux techniques de recherche d’emploi (Le Soleil, 23/03/96, A1).

11Sous l’impulsion initiale du rédacteur en chef du Soleil, la campagne « Spécial Emploi » naît donc de la conviction qu’un journal régional comme celui de la grande région de Québec ne peut pas se contenter de « raconter » éternellement le drame du chômage : il est au contraire de sa responsabilité d’avoir à la fois une approche plus constructive de la question et de prendre des initiatives concrètes pour tenter, dans son environnement immédiat, d’enrayer la spirale du chômage et de la détresse humaine qui l’accompagne. « Il y a encore des emplois, affirme Gilbert Lavoie, pas assez malheureusement, mais il y en a ! Et la pire erreur dans un marché aussi difficile est d’abandonner, de cesser de chercher » (Le Soleil, 22/03/96, A1).

12Et le rédacteur en chef d’annoncer que, rompant avec l’approche journalistique traditionnelle, son entreprise de presse a choisi de passer à l’action en lançant une opération « Spécial Emploi » pour aider les chômeurs à retrouver du travail : « Vous êtes à la recherche d’un emploi ? Vous voulez connaître tous les moyens à votre disposition, les méthodes les plus efficaces, les domaines les plus prometteurs ? Voilà la démarche à laquelle nous vous proposons de vous inscrire » (Le Soleil, 22/03/96, A1).

13L’opération, prévue pour durer un mois et demi, vise deux objectifs spécifiques : d’une part, offrir aux demandeurs d’emploi des outils de base en matière de recherche pour leur permettre de maximiser leurs chances sur le marché du travail et, d’autre part, proposer aux employeurs d’améliorer leurs techniques de recrutement afin de les aider à trouver les « profils » correspondant à leurs besoins. En somme, il s’agit pour Le Soleil d’essayer de faire davantage coïncider l’offre et la demande dans la grande région de Québec. Autrement dit, de jouer un rôle de « facilitateur de rencontres » entre ceux qui sont prêts à travailler et ceux qui cherchent à embaucher. Mais Gilbert Lavoie estime que les prétentions du journal doivent s’arrêter là. En effet, en dépit du bien-fondé du projet et de l’enthousiasme qui anime ses promoteurs, le rédacteur en chef du Soleil refuse de bercer d’illusions ses lecteurs en prétendant avoir trouvé une recette miracle au chômage : « Nous lançons ce projet avec réalisme : notre démarche ne créera pas d’emplois supplémentaires. Si nous contribuons à augmenter les chances de réussite de ceux et celles qui sont à la recherche d’un emploi, nous aurons atteint notre objectif » (Le Soleil, 22/03/96, A1).

  • 17 À noter que parallèlement à ce réseau institutionnel, plusieurs organismes externes (le plus souven (...)

14Dès l’origine même du projet dont ils sont les initiateurs, les responsables du Soleil savent qu’ils ne pourront pas porter à eux seuls une campagne d’une telle envergure au sein de leur milieu. L’idée de trouver des partenaires compétents fait donc rapidement son chemin. Les candidats en la matière sont vite trouvés puisqu’il existe, tant sur le plan fédéral, provincial que régional, des organismes et des programmes divers et variés dont la vocation est précisément d’aider, de former et d’orienter les demandeurs d’emploi dans leurs démarches. Pour la seule région de Québec et Chaudière-Appalaches (plus d’un million d’habitants), un millier de spécialistes œuvrent quotidiennement dans le domaine. Ainsi, dans les 12 centres d’emploi fédéraux, quelque 400 fonctionnaires se consacrent au placement des sans-emploi et aux questions liées à l’assurance-emploi. Sur le plan provincial, les 19 centres Travail-Québec comptent pas moins de 500 employés qui gèrent les programmes dits « d’employabilité » et administrent l’aide de dernier recours. Enfin, une centaine d’employés de la Société québécoise de la main-d’œuvre proposent des services d’information et d’orientation à partir de huit bureaux différents17. Sur un plan financier, près de 100 millions de dollars sont consacrés par Ottawa et Québec à des mesures directes et indirectes en faveur de l’emploi dans la zone de couverture du Soleil.

15Après plusieurs rencontres de travail pour se mettre d’accord à la fois sur les objectifs et les moyens, le quotidien de la capitale s’associe avec le ministère du Développement des ressources humaines du Canada, la Société québécoise de développement de la main-d’œuvre, le ministère québécois de la Sécurité du revenu et le Groupe Intégration au Travail (GIT). Par ailleurs, soucieuse d’augmenter la visibilité de la campagne auprès du grand public, la direction du Soleil décide de « couvrir » l’ensemble de l’opération en tandem avec la station de radio CJMF de Québec (FM 93). Particulièrement fier d’avoir réussi un montage aussi audacieux, Gilbert Lavoie n’hésite pas à parler d’une « collaboration exceptionnelle […], d’un projet unique au pays ». Toutefois, pour des raisons d’indépendance éditoriale vis-à-vis de laquelle ils ne veulent faire aucun compromis et afin d’éviter toute tentative de « récupération » de l’opération, les dirigeants du Soleil excluent dès le départ toute collaboration avec quelque responsable politique que ce soit.

16D’un point de vue strictement opérationnel, la campagne « Spécial Emploi » du Soleil mise sur une stratégie articulée autour de quatre volets distincts :

  1. un « blitz médiatique » de quatre semaines composé d’éditoriaux, de reportages, de dossiers, d’entrevues, de portraits et d’informations pratiques sur le thème de l’emploi dans la grande région de Québec ;

  2. trois séries d’ateliers gratuits (étalés sur deux week-ends consécutifs durant le mois d’avril 1996) destinés aux demandeurs d’emploi et assurés à la fois par des employés des organismes partenaires (pour le contenu) et des journalistes du Soleil (pour la partie « accueil » et « animation »). Les ateliers sont orientés autour des trois thèmes suivants : i) la spécificité du marché de l’emploi dans la région de Québec et Chaudière-Appalaches (nouvelles tendances, secteurs en croissance, attentes et exigences des employeurs, etc.) ; ii) la connaissance de soi (niveau de formation, compétences particulières, valeurs, facultés d’adaptation, légitimité des prétentions, etc.) ; iii) l’apprentissage des principales techniques de recherche d’emploi (constitution d’un CV, rédaction d’une lettre de proposition de services, utilisation des contacts interpersonnels, etc.) ; 

  3. la publication gratuite d’offres d’emploi dans les colonnes du Soleil chaque mercredi durant toute la durée de l’opération ;

  4. une soirée « Spécial Employeurs » pour conclure la campagne.

Un blitz médiatique

17Comme prévu dans le plan de travail général, la campagne « Spécial Emploi » donne lieu à la publication de nombreux dossiers sur l’emploi ayant pour dénominateur commun, sauf exception, un souci évident de traiter sous un jour positif les sujets abordés. Si l’on parle de l’industrie des télécommunications et de l’informatique, c’est pour dire entre autres que « le secteur […] continue d’avoir de grands besoins » et que parmi les entreprises concernées, « 70 % d’entre elles ont affirmé être en processus d’embauche » (Le Soleil, 26/03/96, B1). Si l’on traite de la question des jeunes et de l’emploi, c’est pour se féliciter par exemple que « les 35 000 étudiants de Laval [soient] en contact avec les entreprises du monde entier grâce à Internet » (Le Soleil, 27/03/96, B1). Si l’on évoque la situation des chantiers MIL Davie dans la région de Chaudière-Appalaches, c’est pour annoncer en titre que « la moitié des 2 000 travailleurs […] ont retrouvé du travail » (Le Soleil, 29/03/96, A1). Si l’on fait le compte rendu de la dernière Conférence sur le devenir social et économique du Québec, c’est pour s’empresser d’annoncer que le futur régime national d’apprentissage « permettra à des milliers de jeunes de quitter les bancs de l’école pour aller se former en entreprise » (Le Soleil, 01/43/96, A1). Les exemples pourraient être multipliés…

18L’approche journalistique de la question de l’emploi durant l’opération se veut également très concrète et directement utile pour les principaux intéressés. Le Soleil publie ainsi à plusieurs reprises des articles très pratiques dont les titres annoncent bien la couleur : « Une armée de services et de programmes existent pour aider les chercheurs d’emploi » (23/03/96, A29) ; « Spécial emploi : les coordonnées des guichets » (28/03/96, B2) ; « Se vendre pour créer son emploi » (06/04/96, B1) ; « Se lancer en affaires pendant les vacances d’été : je crée mon emploi, tu crées ton emploi, il crée son emploi. » (03/05/96, C1) ; « Cégep de Rivière-du-Loup : un coffre d’outils pour se dénicher un emploi d’été » (10/05/96, A3), etc.

  • 18 On estime qu’environ 220 000 postes « temporaires » s’ouvrent chaque année au Québec durant la péri (...)

19En fin de campagne, Le Soleil accordera une attention toute particulière à la question des jeunes face à l’emploi. Plusieurs articles traiteront de cette question d’autant plus d’actualité que le printemps est une période propice chez les étudiants du collégial et de l’université pour effectuer les démarches de recherche de « jobs » d’été18. Gilbert Lavoie explique la pertinence de la stratégie mise en œuvre à cette occasion : « Lundi, les bureaux d’emplois étudiants du réseau des Centres d’emploi du Canada ouvriront leurs portes. Nous saluerons cet événement comme il se doit. Dès aujourd’hui, notre collègue Jean-Marc Salvet nous offre, à la “une” et dans une de nos pages “Dossier”, des articles d’information sur le marché de l’emploi étudiant. Le Soleil continuera de vous communiquer toute l’information pertinente à ce sujet au cours des semaines à venir » (27/04/96, A1). Et le rédacteur en chef d’annoncer que les étudiants pourront également profiter d’offres d’emploi s’adressant directement à eux et publiées gratuitement par Le Soleil tous les vendredis dans le cahier magazine du journal. L’objectif reste le même : sans avoir la prétention de créer lui-même de l’emploi, Le Soleil mise sur une plus grande diffusion des postes disponibles pour à la fois aider les étudiants à se trouver un travail d’été et permettre aux employeurs de dénicher les meilleurs candidats. Les petites annonces « spécial étudiants » commenceront à être publiées dès le début du mois de mai 1996…

20Par ailleurs, durant la campagne, le journaliste Pierre Asselin (de la rubrique « économie » du Soleil) prend l’initiative de participer, sur une période totale de trois semaines, à plusieurs des rencontres de travail organisées par un club de recherche d’emploi à Québec. Conséquence directe du « climat de proximité » qui s’établit à l’intérieur du groupe (composé de 12 chômeurs de tous horizons), le ton de l’article de Pierre Asselin s’inscrit dès les premières lignes dans le genre « intérêt humain » où l’effet de proximité est clairement recherché : « Il faut les voir. Douze étrangers assis à la même table, dans une pièce qu’on dirait remplie par la timidité. Ils osent à peine se regarder et dans moins de 24 heures, ils devront avoir trouvé le courage de décrocher le téléphone pour se chercher un emploi. Je vous jure que ça rit jaune » (20/04/96, A 30). À l’issue de cette expérience inhabituelle où il a pris le temps de connaître ses interlocuteurs, le journaliste avoue qu’il porte un regard différent sur les victimes du chômage : « Trois jours, pendant les trois semaines qu’a duré le club, ils ont accepté qu’un journaliste vienne mettre son nez dans leurs vies ; ils ont joué le jeu. Nous nous sommes bien amusés, il faut le dire. Et puis ça déniaise. Comment, après ça, utiliser le mot “chômeur” pour décrire une personne qui se cherche un emploi ? » (20/04/96, A 30).

Des ateliers pratiques

  • 19 Les organisateurs parlent alors de plus de 3 000 inscriptions, compte tenu du fait que de nombreux (...)

21Quarante-huit heures après le lancement de la campagne, Le Soleil annonce en « une » dans son édition dominicale du 24 mars 1996 que plus de 2 000 personnes se sont inscrites aux ateliers thématiques gratuits19. Sous le titre rédigé en gros caractères « On veut travailler », le journaliste Jean-Marc Salvet rend compte du succès spectaculaire de l’opération. La mobilisation massive et spontanée des lecteurs est, selon lui, sans équivoque : « Que tous ceux qui prétendent que les sans-emploi ne veulent pas travailler se le tiennent pour dit : malgré des mois ou des années de misère, la volonté de réintégrer le marché du travail est encore bien vivante » (24/03/96, A1).

22Le journal profite de ce premier bilan pour publier de nombreux témoignages de lecteurs qui parlent de leurs déconvenues sur le marché de l’emploi et ce, malgré leurs diplômes et leurs expériences professionnelles passées. Ingrid, 39 ans, avait créé sa propre entreprise en 1985. L’aventure durera cinq ans : « La récession l’a fait disparaître », explique-t-elle, regrettant d’avoir depuis lors à travailler épisodiquement comme secrétaire intérimaire pour le compte d’une agence privée de placement. Denis, 46 ans, est titulaire d’un baccalauréat en traduction depuis 1989 : on lui avait dit qu’il y aurait « d’énormes besoins » dans le domaine au début des années 90. Résultat : « Tout ce que j’ai fait depuis ce temps-là, c’est de végéter d’un contrat à l’autre ou d’une pige… à rien du tout. » Geneviève, 39 ans, de nationalité française, a immigré au Québec début 93. Contrairement à ses espoirs, elle découvre le chômage en arrivant dans son nouveau pays d’adoption : « Je sais que, comme en France, il n’y a pas d’emplois pour tout le monde. C’est ce qui est terrible et que nous ne pouvons pas accepter. » Claude, 40 ans, a perdu son emploi de surveillant dans une école de Sainte-Foy. Depuis, il cherche : « Je ne veux pas dépérir chez nous. La vie n’est pas faite pour ça. Ce que je veux, moi, c’est travailler. » Tous misent sur les ateliers qui leur sont proposés pour sortir de l’impasse. Leurs inquiétudes et leurs espoirs sont rassemblés dans un article au titre évocateur : « Une bouée de sauvetage » (24/03/96, A3). Leurs expériences respectives — mais surtout leurs attentes vis-à-vis de l’opération — semblent donner raison aux organisateurs de la campagne.

23En revanche, les premières réactions sont beaucoup plus mitigées du côté des employeurs : une quinzaine de chefs d’entreprises seulement manifestent leur intérêt pour l’opération à laquelle ils sont conviés. Pour le journaliste Jean-Marc Salvet, « la timide réponse des patrons » constitue « la seule ombre au tableau de la journée » (24/03/96, A1). La riposte des organisateurs ne se fait pas attendre puisque le jour même, le journal relance vigoureusement en première page la partie patronale :

  • 20 L’expression « clinique », régulièrement utilisée tout au long de la campagne « Spécial Emploi », e (...)

La réponse impressionnante des travailleurs en recherche d’emploi mérite un appel spécial auprès des employeurs. Des cliniques spéciales20 seront mises sur pied afin de vous aider dans le recrutement de votre personnel. Plusieurs employeurs gaspillent temps, énergie et argent et ratent la possibilité d’améliorer leur main-d’œuvre parce qu’ils n’ont pas de bonnes méthodes de recrutement. Nos cliniques sont gratuites. De plus, si vous avez des postes à combler dans votre entreprise, Le Soleil publiera gratuitement vos offres d’emploi dans son édition magazine de mercredi (24/03/96, A1).

24Sur la lancée du succès des premières inscriptions aux ateliers, Gilbert Lavoie consacre sa chronique du 25/03/96 au dévouement des fonctionnaires fédéraux et provinciaux qui ont administré les appels des demandeurs d’emploi tout au long du week-end. Très appuyé, le coup de chapeau aux intervenants institutionnels de la campagne témoigne de la part des dirigeants du Soleil du souci manifeste — mais sans doute inhabituel dans d’autres circonstances — de « soigner » leurs partenaires du moment :

Ce qu’il y a de remarquable au lendemain de cette opération, c’est que les dirigeants des organismes gouvernementaux concernés […] aient accepté sans hésitation l’offre du Soleil de souscrire à cet effort qui comportait une part de risques. Il aurait été tellement facile de s’abstenir, de continuer d’offrir les services existants et de se laisser porter par la routine. Les fonctionnaires que […] nous avons vus à l’œuvre en fin de semaine ont vraiment à cœur le sort des personnes à la recherche d’un emploi (25/03/96, A2).

25Et le rédacteur en chef du Soleil d’imaginer, quelques jours seulement après le lancement de la campagne, des suites possibles à une collaboration selon lui prometteuse :

Déjà en fin de semaine, nos partenaires gouvernementaux caressaient d’autres projets, spéculaient sur les moyens de rejoindre les employeurs, de trouver de nouvelles offres d’emploi, de lancer des initiatives à l’intention des jeunes qui sortiront bientôt des cégeps et des universités. L’enthousiasme que nous avons trouvé chez ces gens est habituellement générateur d’idées novatrices. Nous continuerons de les appuyer (25/03/96, A2).

  • 21 Les « sans-chèque » sont, pour la plupart, des femmes qui essayent de réintégrer le marché du trava (...)

26Le même jour, le clou est encore enfoncé par le journaliste Pierre Asselin. À l’occasion d’un article sur les « sans-chèque » (demandeurs d’emploi ne bénéficiant ni de l’aide sociale, ni de l’assurance-emploi21), ce dernier conforte les propos de son rédacteur en chef en émaillant son texte de compliments non dissimulés à l’endroit des partenaires gouvernementaux : « C’est un travail que les fonctionnaires, fédéraux comme provinciaux, aimeraient bien faire chaque jour : aider tous ceux qui se cherchent un emploi, sans distinction de normes ou de clientèles » (25/03/96, A2).

27Un peu plus loin : « Ce furent deux journées de travail pas comme les autres pour ces fonctionnaires qui se sont dits enchantés d’offrir un service gratuit et accessible à une population qui a manifesté ce besoin de façon éloquente en fin de semaine » (25/03/96, A2).

28Quelques jours plus tard, Gilbert Lavoie sent le besoin d’en remettre un peu plus. Rappelant que conjoncture économique aidant, tout demandeur d’emploi risque un jour ou l’autre de se retrouver en fin de droits (et donc de prestations), le rédacteur en chef du Soleil invite les lecteurs concernés par le problème à se rapprocher au plus vite des organismes officiels voués à l’emploi. Là encore, ce qui pourrait passer pour un conseil judicieux et légitime n’est sans doute pas très loin, dans la forme en tout cas, d’un « coup de pub » sans frais pour ses bénéficiaires :

Au cours des mois à venir, de nombreux travailleurs de la grande région de Québec seront victimes des coupures budgétaires annoncées par le gouvernement Bouchard. Ces mises à pied seront pénibles dans bien des familles. S’il est un conseil à donner à tous ces gens, c’est de s’inscrire sans délai aux programmes d’employabilité et de formation mis à leur disposition par les gouvernements pendant qu’ils sont prestataires de l’assurance-chômage (30/03/96, A 35).

  • 22 Imprécisions ou contradictions dues en partie à la confusion entre le total des inscriptions et le (...)

29Malgré des bilans chiffrés parfois imprécis ou contradictoires22, les ateliers pratiques remportent un vaste succès qui dépasse les espérances des organisateurs. Évoquant au cours de la phase préparatoire des ateliers une « entreprise colossale ! » (titre de sa chronique du 09/04/96, A2), le rédacteur en chef du Soleil conclut son article sur une pointe d’humour qui en dit long sur la fébrilité… et les inquiétudes qui ont accompagné l’expérience : « S’il avait fallu, en lançant “Spécial Emploi” à la mi-février, tenter de résoudre à l’avance tous les problèmes de logistique et d’organisation liés à une telle opération, nous n’aurions jamais osé. Heureusement qu’on ne savait pas… » (09/04/96, A2).

30Les craintes de Gilbert Lavoie sont définitivement levées dès la fin de la première vague des ateliers (les 13 et 14 avril 1996). En l’espace de deux jours, plusieurs centaines de sans-emploi participent aux séances de formation qui leur sont offertes. Dès le 15 avril, rappelant qu’il s’agit « d’une première au Canada », le rédacteur en chef du Soleil lance un message plein d’émotion aux participants :

Pour la première fois, j’ai pu mettre des visages sur les milliers d’appels reçus les 23 et 24 mars, lors de l’annonce de l’organisation de ces cliniques. Et pour la première fois de ma vie, en croisant vos regards où se lisait autant d’espoirs et dans certains cas tellement de fatigue, j’ai presque eu honte d’avoir un si bon emploi. Je vous le jure : s’il y avait eu des employeurs à ces cliniques, il se serait fait des embauches samedi et dimanche. Vous l’auriez mérité (15/04/96, A2).

  • 23 Ces chiffres sont tirés d’un sondage effectué par Ghislain Marois Consultant et mené auprès de 500 (...)

31La deuxième série d’ateliers (les 20 et 21 avril 1996) ne fait que confirmer les choses puisque la mobilisation est aussi forte que la semaine précédente. Enfin, dans un bilan final publié en novembre de la même année, Le Soleil annonce qu’un total de 1 189 personnes auront effectivement participé aux séances de formation. Avec une conséquence jugée encourageante par les responsables du journal : 28 % d’entre elles auront en effet réussi à retrouver du travail dans les deux mois suivant l’opération23.

Des petites annonces gratuites

32Autre volet essentiel de la campagne « Spécial Emploi » : la publication gratuite durant quatre mercredis consécutifs de petites annonces exclusivement dédiées à l’emploi dans la grande région de Québec. Quelque 200 postes sont ainsi annoncés dans l’édition du 27 mars 1996. L’initiative vaut un appel en première page du cahier magazine du Soleil :

Tel que nous l’avons promis lors du lancement de ce « Spécial Emploi », voici plus de 200 postes disponibles dans les entreprises de Québec et Chaudière-Appalaches. Ces emplois ont été reçus aux bureaux de Développement et ressources humaines Canada et répondent aux exigences habituelles (27/03/96, C1).

33Une semaine plus tard, le journal annonce en « une » que 42 personnes ont retrouvé du travail après consultation de la première série d’annonces.

34Les trois mercredis suivants, 150, 156 et 136 postes immédiatement disponibles sont ainsi proposés aux lecteurs du Soleil (soit un total de près de 500 emplois en un mois). Devant pareil engouement, la direction du journal décide de jouer les prolongations :

Votre réponse à la publication de ces offres nous a convaincus de la nécessité de continuer. À compter de la semaine prochaine, tous les mercredis, Le Soleil consacrera donc un bloc d’espace de son cahier des annonces classées à la publication d’offres transmises par les centres d’emploi (17/04/96, A1).

35Dans l’un de ses nombreux bilans d’étape, Gilbert Lavoie précise les effets induits de cet effort porté sur la publication des petites annonces pour l’emploi. Courant avril 1996, les employeurs de la région de Québec ont inscrit 1 720 offres auprès des centres d’emploi du Canada contre 1 189 lors de la même période un an plus tôt. Calcul fait, cela représente une augmentation de 531 postes. Pour le rédacteur en chef du Soleil,

le message est clair : la diffusion dans Le Soleil des offres d’emploi sélectionnées par Développement des ressources humaines Canada a amené les employeurs à acheminer un plus grand nombre d’offres vers les terminaux du gouvernement. Résultat : la banque des offres d’emploi a été enrichie, augmentant d’autant les chances des travailleurs en situation de chômage (27/04/96, A1).

36L’effet « boule de neige » de l’opération « Spécial Emploi », bien que difficilement prévisible et « chiffrable » lors des préparatifs de la campagne, commence donc rapidement à se manifester.

Une soirée « Spécial employeurs »

37Contrairement aux demandeurs d’emploi, les employeurs de la grande région de Québec se mobilisent plus « mollement » lors du premier appel médiatique des responsables du Soleil. En effet, l’atelier sur les procédés d’embauche qui leur est proposé le 20 avril 1996 parvient à peine à réunir une douzaine de chefs d’entreprise. Dès le surlendemain de ce rendez-vous raté, le rédacteur en chef du Soleil tente dans sa chronique de la « une » de redresser la situation en invitant les employeurs à s’inscrire au plus vite à une grande soirée sur les techniques de recrutement prévue le 7 mai 1996 au Musée de la Civilisation de Québec, en collaboration avec l’ensemble des Chambres de commerce de la région. Le ton est à la fois direct… et insistant :

Avis aux employeurs. Vous dirigez une petite ou une moyenne entreprise ? Vous avez tout à gagner en améliorant la qualité du recrutement de votre personnel. Le Soleil vous invite à une soirée « Spécial Employeurs » le 7 mai. Nous sommes persuadés que l’événement constituera un investissement précieux dans l’avenir de votre entreprise […]. Nous savons à quel point un bon employé est une richesse incalculable pour l’entreprise. La soirée du 7 mai vous aidera à recruter les meilleures ressources humaines disponibles. C’est un rendez-vous incontournable […] (22/04/96, A1).

38La dernière semaine du mois d’avril 1996 est ponctuée dans les colonnes du Soleil de plusieurs rappels sous forme d’encarts publicitaires intitulés : « La ligne des employeurs / Appelez-nous » et un « numéro 800 » est mis à la disposition des candidats à la soirée. Mais les retours restent timides : la « chimie » tant espérée ne se fait toujours pas. Début mai, décidant d’adopter une nouvelle stratégie, les responsables de la campagne jouent la carte de la séduction en annonçant que la rencontre « Spécial Employeurs » sera non seulement utile mais divertissante. Quitte à surprendre en jouant dans un registre sans doute inhabituel pour lui, le rédacteur en chef du Soleil ne ménage pas sa peine pour « vendre » sa rencontre :

Vous êtes employeur ? Vous aimez le théâtre ? Une cinquantaine de places sont encore disponibles […]. Dépêchez-vous ! Ce sera une soirée dont vous entendrez parler. Le contenu est sérieux : on y traitera de recrutement de personnel. Mais nos partenaires gouvernementaux qui ont planifié l’événément nous ont promis de joindre l’utile à l’agréable. Fini les conférences plates qui endorment tout le monde et vous coûtent les yeux de la tête. L’événement du 7 mai sera gratuit et offrira un contenu théâtral fort divertissant […]. On vous attend […]. Appelez tout de suite ! (01/05/96, A2).

39Dernier événement public organisé dans le cadre de l’opération « Spécial Emploi », la soirée des employeurs parviendra finalement — au grand soulagement des organisateurs — à attirer une centaine de participants. Le 18 mai 1996, le rédacteur en chef du Soleil peut mettre un terme à la campagne, non sans une certaine modestie… mais avec des convictions plus intactes que jamais : « Nous ne saurons jamais combien de personnes auront déniché un emploi dans nos pages grâce à cette initiative. Mais nous avons la certitude de faire œuvre utile. C’est pourquoi nous continuerons… » (18/05/96, A2).

Le discours des acteurs de la campagne « Spécial Emploi »

  • 24 Centre des Ressources humaines Canada : instance de niveau fédéral relevant du ministère du Travail (...)
  • 25 Groupe Intégration au Travail : organisme parapublic fondé en 1988 dont la mission est d’aider les (...)

40Trois séries d’entretiens en profondeur ont été réalisées avec les différents acteurs de la campagne « Spécial Emploi » : 1. deux cadres dirigeants du Soleil, directement responsables de l’opération (Gilbert Lavoie, rédacteur en chef du journal et Gilles Ouellet, directeur des pages financières) ; 2. les deux journalistes de la rédaction les plus engagés dans le projet (Jean-Marc Salvet, du service des faits divers et Pierre Asselin, de la rubrique économie) ; 3. deux des principaux partenaires institutionnels de la campagne (Jacques Godbout, directeur du Centre des ressources humaines Canada24 et Louise Barrette, directrice de GIT-Conseil, Groupe d’Intégration au Travail25).

41L’objectif essentiel de ces différentes rencontres, tenues en février 1997, était de permettre aux différents acteurs participant à l’opération de s’exprimer — avec le recul suffisant — à la fois sur leurs attentes vis-à-vis du projet (à quels types de préoccupations professionnelles correspondait-il ?) et sur les principaux enseignements à en tirer (dans quelle mesure les objectifs ont-ils été atteints ?).

Les cadres dirigeants du Soleil

42Postulant qu’un journal comme Le Soleil est « un intervenant majeur dans la société », Gilbert Lavoie estime que les médias ne peuvent plus aujourd’hui se contenter — au nom d’un devoir de réserve communément admis comme l’un des dogmes fondateurs du journalisme traditionnel — d’offrir une simple « photographie » de la réalité événementielle dont la principale vertu serait d’être fidèle à « l’original ». Tout en admettant que le mandat premier d’une entreprise de presse est avant tout « d’informer » ses lecteurs et que toute initiative se situant au-delà de ce mandat « appelle à une grande prudence », le rédacteur en chef du Soleil revendique son souci d’être également un « acteur » au sein de son milieu :

Moi, je suis profondément convaincu que l’on ne peut pas rester passif devant certaines situations qui demandent la mobilisation de grandes énergies dans une société […]. Le journal ne sert pas seulement à véhiculer de l’information […] ; il contribue à un brassage d’idées qui permet de faire bouger les choses […]. Ce doit être de l’information qui contribue à faire évoluer une société.

43Selon lui, la campagne « Spécial Emploi » constitue « un très bel exemple » de la double responsabilité sociale des médias : « On informe, on donne la nouvelle brute, on explique avec les réactions, le dossier, les commentaires, l’éditorial… et on peut aller plus loin en prenant des initiatives… »

44Cette vision du journalisme est largement partagée par Gilles Ouellet, responsable des pages financières du journal. Tout média, confirme-t-il, doit « informer, expliquer et animer ». Dès qu’une entreprise de presse s’engage concrètement dans son milieu, aussitôt qu’elle lance et anime des projets qui touchent aux préoccupations quotidiennes de ses lecteurs, elle crée un climat propice à renforcer le lien entre le média et son environnement : « Tout ce qui est dynamique, tout ce qui met dans le coup les lecteurs, moi j’y crois. Je trouve là l’occasion d’une relation plus forte avec les lecteurs. » Et de citer plusieurs exemples d’opérations ponctuelles du Soleil ayant par le passé misé sur une nouvelle interactivité avec le public : organisation d’un concours d’écriture dans les écoles, création d’une chronique intitulée « Parlons fric » où les lecteurs pouvaient évoquer leurs problèmes d’argent et se voir proposer des conseils pratiques, mise en place d’ateliers sur la préparation de la retraite animés par des experts dans le domaine, etc. Qu’il s’agisse ici de toucher les jeunes, les plus démunis, les personnes âgées ou tout autre segment du public, l’objectif selon Gilles Ouellet est de « continuer à prendre des initiatives pour que le journal soit plus branché sur les citoyens ».

45La campagne « Spécial Emploi » est d’abord née d’un constat général : de nombreux citoyens déplorent aujourd’hui le fait que les médias offrent trop souvent une vision négative de la réalité où l’exposé des problèmes l’emporte régulièrement sur les solutions et les réussites. La propension naturelle des journalistes à parler essentiellement des « trains qui déraillent » a créé peu à peu une situation de rejet au sein du public. Selon Gilles Ouellet, cette approche à sens unique de l’actualité ne passe plus auprès des lecteurs :

Il y a un ras-le-bol des mauvaises nouvelles. Certes, on n’est pas là pour faire juste un journal de bonnes nouvelles, mais combien de fois entend-on dire que c’est rien que des mauvaises nouvelles. Donc les gens se bouchent un peu les oreilles et les yeux. C’est surprenant de voir le nombre de gens qui ne veulent plus rien savoir !

46La question de l’emploi, abondamment traitée par les médias, constitue à cet égard une bonne illustration du problème. Dans un mea culpa sans équivoque, le rédacteur du Soleil admet que son journal a pu contribuer lui aussi à la déprime des chômeurs parce que le traitement journalistique retenu pour traiter du phénomène (choix des nouvelles, angle, ton, etc.) ne leur laissait a priori aucun espoir sérieux de s’en sortir :

Nous, ce qu’on fait depuis plusieurs années, c’est d’écrire « fermeture à tel endroit, mises à pied à tel endroit », etc. Je me suis dit que le chômeur qui lit nos manchettes qui sont très tristes et qui regarde les offres d’emploi doit se dire : y en a pas de jobs ! On réussit à le convaincre qu’il n’y a pas d’emplois du tout, du tout, du tout. Ça devient quasiment de la désinformation.

47Pareil aveu n’est pas tout à fait lié au hasard. Père de deux adolescents en âge de trouver un emploi estival, Gilbert Lavoie a constaté personnellement que les démarches de recherche de « jobs d’été » relevaient du casse-tête… et que la lecture des petites annonces pouvait s’avérer très vite décourageante pour les jeunes. Et donc, a fortiori pour les plus âgés !

Un samedi, je regardais les offres d’emploi dans les journaux […]. J’ai constaté qu’il n’y avait à peu près rien, sauf quelques emplois de danseuses et services d’escorte. Alors je me suis dit que ça devait être démoralisant pour ceux qui sont vraiment au chômage. Moi, mes deux gars, ils n’ont pas le couteau sous la gorge : ce sont des « jobines » qu’ils se cherchaient. Mais ceux qui ont besoin de travailler pour vivre, pour survivre, en faisant cette lecture-là des journaux, ils devaient se dire : « il n’y a rien pour moi ». Et je me suis dit : « ça doit les porter au découragement »…

48L’objectif essentiel de la campagne « Spécial Emploi » était donc, selon l’expression de Gilles Ouellet, de « renverser la tendance », de trouver les mots et les idées pour sortir de la spirale : « Cela a coïncidé avec un changement de vocabulaire. On parlait désormais moins de confrontations et d’affrontements pour traiter de l’emploi. On était beaucoup plus intéressé et sensible à la création d’emplois, au partage du travail ». Et de citer, pour l’exemple, une nouvelle série dans la rubrique économie du journal intitulée « L’imagination au travail » et dont le but est de mettre en évidence des entreprises qui créent de l’emploi et qui innovent. Bref, porter un autre regard sur la question, plus constructif, plus utile, plus motivant.

49Au-delà du service rendu aux demandeurs d’emploi (petites annonces et ateliers pratiques), le rédacteur en chef du Soleil admet que la campagne visait aussi à servir l’image de l’entreprise au sein de son environnement : « Il y a plusieurs objectifs quand on fait des choses comme çà. L’objectif d’information et d’éducation populaire est là. Mais il y aussi l’objectif égoïste du journal qui est d’asseoir sa présence dans le milieu. » Poussé dans ses retranchements, Gilbert Lavoie reconnaît — avec les nuances et subtilités de rigueur — que la direction du Soleil attendait des retombées très concrètes de l’opération qui allaient bien plus loin que la seule gratitude des lecteurs :

C’est vrai qu’il y a du marketing là-dedans. Prétendre le contraire serait faux. Mais c’est ce que j’appelle du marketing intelligent. Ce n’est pas du marketing traditionnel qui vient du service marketing. C’est le travail de gens dans une salle des nouvelles qui disent qu’il faut « être pertinent ». Prétendre que tout cela est totalement désintéressé par rapport à l’objectif de faire connaître et vendre le journal, ce serait être menteur pas mal.

50Pour ce qui est de la réalisation même de la campagne, les dirigeants du Soleil n’ont à aucun moment eu la prétention de porter l’ensemble du projet. Que ce soit pour la recherche de postes nouveaux à annoncer dans leurs colonnes du mercredi ou pour l’animation des ateliers de formation, « on ne pouvait pas faire ça tout seul », et Gilbert Lavoie de préciser comme une évidence : « Nous, on offrait un véhicule de communication, d’information […]. On avait ce véhicule-là, mais on n’avait ni l’expertise, ni les ressources ni même l’énergie. Il fallait des partenaires. » Contrairement aux habitudes ancrées dans la pratique « habituelle » du métier où le rapport aux sources est, sauf exception, distant sinon conflictuel, l’exercice consistait cette fois à collaborer étroitement avec des institutions publiques et parapubliques pour faire front commun face à un fléau de société. Les propos du rédacteur en chef du Soleil laissent clairement transparaître que cette alliance de type nouveau n’allait pas nécessairement de soi : « Avant ça, on ne connaissait pas les gens du gouvernement avec qui on faisait affaire […]. On ne pouvait pas se permettre que ça floppe […]. On a dû leur faire confiance comme eux ont dû nous faire confiance ». De nombreuses rencontres de coordination et de planification seront nécessaires… assorties de concessions mutuelles et de partage obligé de compétences. Et si le consensus a pu prendre forme au fil des semaines ayant précédé le lancement de la campagne, c’est parce qu’au Soleil, on considérait que toutes les volontés réunies participaient ni plus ni moins « au projet du siècle » [sic], lequel n’aurait jamais fini par aboutir « sans y mettre notre âme » [sic].

  • 26 Mentionnons qu’il est très peu question du rôle de la radio dans les différents documents que nous (...)

51S’étant ainsi assurés d’une collaboration totale de leurs partenaires institutionnels (et, partant, d’un accès exceptionnellement privilégié aux sources), les dirigeants du Soleil ont complété le montage final de l’opération en s’associant à la radio CJMF de Québec. Objectif : gagner en visibilité grâce à un relais sur les ondes de la région. Pour Gilbert Lavoie, la synergie entre la presse écrite et audiovisuelle est aujourd’hui indispensable dans ce genre d’aventure : « L’époque où un journal vivait isolé, en ignorant la radio et la télévision, est révolue. Alors, quand on lance un projet comme celui-là, on veut avoir le plus d’exposure possible, la plus grande vitrine possible. » Ce type de collaboration du Soleil avec une station de radio ne sera pourtant pas renouvelée par la suite. Explication de Gilbert Lavoie, rédacteur en chef du journal : « On n’a pas répété cette expérience-là pour une raison très simple, c’est que lorsqu’on choisit un partenaire radio, les autres vous boudent. Ce sont les lois du marché26. »

52En revanche, toute participation d’acteurs politiques a été catégoriquement écartée. « On les a tenus à l’écart volontairement », martèle Gilbert Lavoie, selon qui la présence de partenaires idéologiquement trop marqués aurait comporté deux risques majeurs : 1. une récupération très rapidement partisane de la campagne ; 2. une tension inutile entre les partenaires institutionnels du niveau fédéral d’un côté et provincial de l’autre. Bref, conclut le rédacteur en chef du Soleil, « cela aurait miné notre crédibilité ».

53À la fin, avec quelque huit mois de recul, les deux cadres dirigeants du Soleil tirent un bilan particulièrement positif de la campagne « Spécial Emploi ». « C’est la plus belle opération d’éducation populaire que j’ai connue, assure Gilles Ouellet, on a développé un réseau qui n’est pas officiel mais un réseau branché sur les citoyens. Je trouve ça extraordinaire quand on peut se le permettre. » Le discours n’est pas moins enthousiaste chez son collègue Gilbert Lavoie qui souligne quelques-uns des enseignements qu’il a retenus de l’opération : 1. la réalité du pouvoir d’influence d’un journal en tant qu’agent de changement dans son environnement (« Malgré tout le temps que j’ai passé dans les médias d’information, je ne m’étais jamais rendu compte à quel point la puissance d’un quotidien dans le milieu permettait de faire bouger les choses. Au Québec, on ne s’était jamais rendu aussi loin dans ce genre de démarche ») ; 2. la grande réactivité des lecteurs dès lors que ces derniers sentent que les « vrais » problèmes sont abordés de façon constructive (« Cela nous a amené beaucoup de commentaires de la part des lecteurs qui appelaient, nous envoyaient des lettres pour nous remercier et nous féliciter ») ; 3. la forte mobilisation du personnel du journal autour d’un projet socialement utile (« Ce qui est agréable, c’est d’avoir une idée que d’autres reprennent à leur compte […], qu’ils défendent avec acharnement […]. Une bonne trentaine de personnes du Soleil ont participé à l’opération »).

54Le seul souvenir en demi-teinte de Gilbert Lavoie concerne la réaction à contre-temps des chefs d’entreprise de la région de Québec : « On n’a pas réussi aussi bien qu’on le voulait avec les employeurs parce que cela a été un peu improvisé sur le tard… »

Les journalistes

55Désignés par leur hiérarchie pour assurer la partie « terrain » de la campagne, Jean-Marc Salvet (du service des faits divers) et Pierre Asselin (de la rubrique économie) portent un regard plus nuancé — bien que non négatif — sur l’opération à laquelle ils ont activement participé. L’un comme l’autre a accepté de jouer le jeu, d’abord parce qu’ils « pratiquaient » depuis plusieurs années la question de l’emploi au sein de leur rédaction et, par ailleurs, parce qu’ils ont tout de suite eu le sentiment qu’ils vivraient sur le plan professionnel une expérience nouvelle, peut-être unique au cours de leur carrière.

56Jean-Marc Salvet a ainsi été séduit par l’idée d’avoir l’occasion de traiter en profondeur (et avec la perspective d’un suivi de plusieurs semaines) d’un problème de société qu’il connaît bien et qu’il décrit en ce qui le concerne comme une préoccupation majeure :

Comme je suis aux faits divers, rien ne m’empêche a priori d’écrire sur l’emploi. Mais le fait est que l’on n’en parle pas beaucoup, pas assez à mon goût. C’était donc une opportunité. Ce n’était pas tant les angles ou le projet comme tel que l’idée de parler de l’emploi, d’en parler le plus possible, d’en parler tout le temps. De se dire que pendant un mois et demi, on va pratiquement en parler tous les jours…

57Autre facteur décisif dans la réponse positive qu’il a donnée à sa direction : l’originalité de la campagne à laquelle on le conviait : « Je n’avais jamais rien vu de tel dans les autres médias […]. J’ai vu par la suite que l’idée a été reprise, mais à cette époque-là, c’était complètement nouveau. » Et d’ajouter que l’une des forces premières d’un journal est de faire preuve d’audace et de créativité pour, en amont, sortir les journalistes de leur routine quotidienne et créer, en aval, un effet de surprise au sein du lectorat : « Un des concepts de départ dans le métier, c’est de surprendre, de ne pas faire en sorte que ce soit le train-train quotidien. Je pense qu’un journal doit innover, surprendre tout le temps. Alors, des projets comme celui-là, ça ne peut être que bon. »

58Considérant enfin qu’il n’existe pas « une » mais « des » vérités, Jean-Marc Salvet a choisi de s’engager dans la campagne pour traiter autrement de la question de l’emploi en tenant compte davantage de la complexité du phénomène : « On peut toujours cogner sur le même clou et dire » :

Ça va mal, ça va mal… « On peut aussi montrer des exemples où les gens tentent d’innover, tentent d’employer de nouvelles formules, montrer des “success story”. Ça ne veut pas dire que ça ne va pas mal, mais je pense qu’il faut faire les deux : parler des mauvaises nouvelles mais en même temps prendre une autre porte. Plus on présente de facettes, mieux ce sera. »

59Les motivations de départ de Pierre Asselin ressemblent à celles de son collègue, mais très vite le propos se veut plus radical : « On donne toujours des mauvaises nouvelles sur le marché de l’emploi […]. Dans le fond, les gens ont l’impression que parce que le chômage est élevé, personne ne va s’en trouver des jobs. Mais il s’en trouve beaucoup ! »

60Au fil des discussions, les divergences entre les deux journalistes se font plus fortes et plus précises. Pour ce qui a trait par exemple au partenariat avec les institutions gouvernementales, Jean-Marc Salvet ne s’est pas senti « menacé » dans son travail journalistique. Il a vu là, au contraire, une occasion de faciliter la collecte des informations nécessaires à la rédaction de ses reportages et dossiers :

Les choses nous ont été clairement annoncées, il n’y avait pas de cachotteries donc ça ne m’a jamais gêné […]. Je pense même que [le partenariat] a été utile dans la mesure où l’on a pu avoir des données qu’on n’aurait pas eues autrement. Et ce n’était pas des données qui étaient là pour embellir le portrait […]. Non, il ne s’agissait pas de publi-reportages […]. Je n’ai pas eu de comptes à rendre aux sources institutionnelles.

61Pierre Asselin en revanche a éprouvé certaines réticences quand il a compris qu’il aurait à travailler de concert avec des organismes publics des niveaux tant fédéral que provincial : « J’étais un peu mal à l’aise avec la formule parce que je trouvais que c’était plus de l’information-service que du journalisme. Pour moi, le journalisme consiste à aller chercher des nouvelles sans savoir vraiment ce qu’on va trouver. Tandis que là, on voulait vraiment communiquer de l’information pratique aux lecteurs. » Le journaliste a par ailleurs regretté que les responsables de l’opération « Spécial Emploi » imposent aux différents acteurs du projet — et notamment aux journalistes — une approche systématiquement positive de la question de l’emploi : « On voulait remotiver le monde, susciter l’enthousiasme. Là, je trouve que ça sort de la démarche journalistique. En principe, on ne décide pas à l’avance si on va être positif ou négatif […]. C’est cet aspect-là qui m’agace. »

62Bien qu’il considère que la majorité des échos ont été « quand même positifs » au sein de la rédaction du Soleil, que l’atmosphère de travail dans le journal n’a jamais été « aussi bonne » et qu’au fond, la campagne « Spécial Emploi » peut être qualifiée « d’excellente opération » ayant recueilli « un succès impressionnant », Pierre Asselin hésiterait à l’avenir à être associé — professionnellement parlant — à pareil projet : « Je l’ai fait une fois ; je ne pourrais pas dire que j’aimerais le refaire ». En revanche, compte tenu des nombreux « retours » des lecteurs du Soleil à la suite de la publication de ses articles (« Je n’avais jamais eu autant de réactions de gens »), Jean-Marc Salvet n’hésite pas à se déclarer partant pour une autre expérience du genre. Pourvu qu’il y soit question de l’emploi, son thème de prédilection.

Les partenaires institutionnels

63Qu’il s’agisse de Jacques Godbout (directeur du Centre des Ressources humaines Canada) ou de Louise Barrette (directrice du Groupe Intégration au Travail de Québec), le partenariat mis en place à l’occasion de la campagne « Spécial Emploi » a été vécu comme une expérience à la fois originale et productive. Originale car les deux institutions prenaient au départ un risque certain en s’associant avec une entreprise de presse dont le mandat est a priori très différent du leur ; productive parce qu’elles ont pu mesurer après coup les retombées positives de l’opération en termes d’image et d’efficacité. Pourtant, la partie n’était pas gagnée d’avance.

64En effet, au même titre que de nombreux acteurs de la vie publique régulièrement soumis à la vigilance critique des médias, les responsables des deux organismes en question nourrissaient au départ une certaine méfiance vis-à-vis du travail journalistique traditionnel. Reprochant aux professionnels de l’information d’être le plus souvent « des porteurs de mauvaises nouvelles » (Louise Barrette) ou pire de « créer la nouvelle au lieu de la rapporter » (Jacques Godbout), les deux représentants institutionnels ne cachent pas qu’ils avaient l’un et l’autre une vision peu reluisante des médias. Jacques Godbout explique ses réticences : « J’ai eu trois fois plus d’expériences malheureuses avec les médias que d’expériences heureuses. Et j’ai une opinion qui n’est pas très éloquente de ce que sont les médias. » Et de préciser que dans le domaine précis de l’emploi, « il n’y a habituellement pas beaucoup de projets dans l’air : les nouvelles sont toujours négatives, il n’y a pas beaucoup d’espoir… » Même diagnostic chez Louise Barrette qui déplore par exemple que l’on ne parle à peu près jamais dans la presse « des petites entreprises qui vont très bien, de la création d’emplois qui se fait dans ce domaine-là. »

65L’objectif était donc selon la directrice du GIT de « renverser la vapeur, de faire tourner la machine autrement » afin de profiter au maximum du pouvoir d’influence d’une entreprise de presse comme Le Soleil. En effet, soutient Jacques Godbout, une opération telle que la campagne « Spécial Emploi » exigeait une force de frappe que seul un journal localement bien implanté pouvait alors garantir : « Être capable de parler à près de 100 000 personnes par jour, on n’a pas ces moyens-là. S’il avait fallu acheter cela en publicité, on n’y serait jamais arrivé ! » En somme, le partenariat a pu voir le jour parce que tous les acteurs concernés se retrouvaient pour une fois autour de la même idée : « couper cette espèce de climat morose qu’il y avait dans la région de Québec » (Louise Barrette) et « essayer par des moyens relativement simples de créer une forme d’énergie positive pour redonner aux gens un peu d’espoir » (Jacques Godbout). « Positiver » sans tromper, précise le directeur du Centre des Ressources humaines Canada, parce qu’il n’est pas question de dire autre chose que la stricte vérité : « De l’emploi, il y en a ! Et notre rôle, c’est de dire où sont les emplois, quelles sont les conditions pour les obtenir. »

66Quelques mois après l’issue de la campagne, Louise Barrette et Jacques Godbout n’hésitent pas à dresser un bilan élogieux de ce qu’ils ont expérimenté. En matière de collaboration, explique la première, « on allait tous dans le même sens… et j’ai toujours eu la pleine participation du Soleil, tout le temps. » Et c’est sans regret apparent que Louise Barrette, dans un aveu révélateur d’une certaine conception de la relation médias-sources, se souvient « que l’on ne pouvait pas encadrer les journalistes… même si on voulait au moins leur donner une trame de fond sur laquelle ils pouvaient travailler. » Pour le second, le partenariat tel qu’il a été vécu « est venu confirmer que c’était bien la façon de faire les choses » et qu’il était même nécessaire d’en faire désormais « un objectif ».

67Le bilan n’est pas moins enthousiaste en ce qui a trait à l’évolution de l’image même des organismes auprès du grand public. Se félicitant ainsi d’avoir pu faire « six ou sept fois la “une” » du Soleil, Louise Barrette insiste sur l’utilité de l’opération en termes de visibilité : « C’est certain, pour nous cela a été une très belle couverture pour faire connaître nos services à la population. » Les propos sont encore plus directs chez Jacques Godbout : « J’en suis sûr, l’événement a carrément valorisé l’image de notre organisation […]. Et cela a eu aussi un impact très positif sur l’image de mon sous-ministre et sur moi ! »

Conclusion

68L’objectif central de cette étude de cas vise, rappelons-le, à vérifier dans quelle mesure la campagne « Spécial Emploi » organisée par le quotidien d’information générale Le Soleil au printemps 1996 relève — tant en matière de principes énoncés, de moyens mis en œuvre que de retombées — de la logique du « journalisme public » tout en laissant apparaître des liens avec des courants théoriques plus larges ayant notamment pour objet les rapports entre les entreprises et leur environnement (responsabilité sociale des organisations dans leur milieu, gestion des enjeux sociaux, construction d’une image publique, etc.).

69Après avoir procédé à une description détaillée de l’opération telle qu’elle a été présentée dans les colonnes mêmes du Soleil et nous être ensuite intéressés aux logiques d’action des principaux acteurs de la campagne, il nous est désormais possible de soumettre l’ensemble des informations recueillies aux neuf critères distincts que nous avons définis pour établir notre grille d’analyse du journalisme public.

70Très concrètement, l’examen détaillé de nos données permet de conclure que la campagne « Spécial Emploi » du quotidien Le Soleil :

  1. s’est fondée, sur le plan stratégique, sur une approche plutôt positive de la question de l’emploi dans la grande région de Québec, tournant ainsi le dos à une approche plus classique du sujet où l’accent est habituellement porté sur le taux élevé du chômage, les fermetures d’entreprises, le décalage entre l’offre et la demande, le manque de formation des demandeurs d’emploi, les problèmes de recrutement des entreprises, etc. ;

  2. qu’elle a mis en lumière le souci des responsables du Soleil ainsi que des partenaires institutionnels engagés dans l’opération d’apporter certaines réponses et solutions concrètes aux demandeurs d’emploi de la région par une campagne d’information sans précédent sur la question, des ateliers de formation et la publication de petites annonces gratuites ;

  3. qu’elle a, d’une certaine façon, contribué à renforcer le lien social entre de nombreux demandeurs d’emploi de la région en leur permettant, d’une part, d’être reconnus — au moins pendant quelques semaines — comme un groupe à part entière au sein de la collectivité et, d’autre part, de participer à des activités (sous forme d’ateliers) où les uns et les autres partageaient des intérêts et des soucis communs ;

  4. qu’elle a favorisé dès sa phase préparatoire la mise en place de nouveaux partenariats avec — pour l’essentiel — plusieurs organismes publics des niveaux fédéral, provincial et régional (dont la contribution a été exemplaire aussi bien en termes d’engagement que de partage des responsabilités), de même qu’avec une station de radio locale (CJMF) ; 

  5. qu’elle a donné lieu à plusieurs séries de rencontres avec des demandeurs d’emploi sous forme d’ateliers pratiques de formation, lesquels ont attiré in fine près de 1 200 personnes et mobilisé une centaine de bénévoles (dont plusieurs employés du journal) ;

  6. qu’elle a permis, jusqu’à un certain point et sur des questions précises, le renforcement des procédures de feedback (ou phénomènes d’interactivité) entre les journalistes et les lecteurs du journal, notamment parce qu’il s’agissait pour bon nombre d’entre eux de citoyens concrètement interpellés dans leur vie quotidienne par la question du chômage ;

  7. qu’elle a suscité une motivation nouvelle chez les journalistes choisis pour assurer le « terrain » (ainsi qu’une bonne partie du personnel du journal) et ce, malgré quelques réserves d’ordre professionnel ou déontologique de certains d’entre eux sur les limites, voire les dangers, d’une telle expérience ;

  8. qu’elle s’est traduite dans les faits, pour les journalistes du Soleil mobilisés dans le projet, par une plus grande facilité d’accès aux sources gouvernementales, elles-mêmes directement concernées par la réussite de l’opération ;

  9. qu’elle s’est concrétisée, enfin, par une forte mobilisation du public (avec notamment des augmentations sensibles du tirage au moment de la publication des offres d’emplois régulières tout au long du processus).

71À la lumière de ces constats, et en dépit du fait que le rédacteur en chef du Soleil affirme avoir agi tout au long de la campagne « Spécial Emploi » sur la base de simples « réflexes spontanés » plutôt que de « modèles » (« Je ne suis pas un théoricien de l’information », explique le rédacteur en chef Gilbert Lavoie), notre étude tend à montrer que l’initiative lancée au printemps 1996 par le « quotidien de la capitale » entre — au moins dans ses grandes lignes — en résonance avec l’esprit du journalisme public tel qu’il a été pensé par ses pères fondateurs à la fin des années quatre-vingt aux États-Unis. Même s’il était selon nous excessif de parler de « cas école » à propos d’une opération que les dirigeants du Soleil n’ont à aucun moment imaginé ériger en système, la campagne « Spécial Emploi » offre une bonne illustration de ce que la plupart des médias de proximité cherchent depuis quelques années à replacer au cœur même de leur mission : une nouvelle utilité sociale.

  • 27 Nous avons conscience que les résultats de notre recherche ne peuvent être inconsidérément générali (...)
  • 28 Voir supra, note n° 11 (citation de Charity).
  • 29 Davis Merritt (1994) écrit, à propos du journalisme public : « [...] it is a philosophy. It liberat (...)

72Nous souhaitons toutefois apporter quelques bémols aux résultats de notre étude de cas27 qui, sans remettre en question nos conclusions, en atténuent la portée. En effet, notre étude traite d’une opération étroitement balisée dans le temps et dans l’espace rédactionnel du Soleil, en contradiction donc avec la vision d’Arthur Charity selon qui le journalisme public exige au contraire une continuité sur le plan diachronique ainsi qu’une cohérence sur le plan synchronique28. Plus qu’une simple recette, précise pour sa part Davis Merritt, c’est une « philosophie » (philosophy) qui doit permettre au journalisme de jouer son rôle intégral (full role) dans le processus démocratique (democratic process)29. La campagne « Spécial Emploi » du Soleil n’avait certes pas toutes ces prétentions… Par ailleurs, le thème retenu par les dirigeants du quotidien de la capitale (l’emploi) était au départ suffisamment consensuel pour rallier d’emblée — et donc sans véritable surprise — les grands acteurs institutionnels concernés depuis longtemps par la question de l’emploi dans la grande région de Québec. Leur participation à la campagne, bien que saluée à plusieurs reprises par les dirigeants du Soleil, était donc a priori acquise, ce qui relativise quelque peu l’originalité du partenariat ainsi mis en place. La coopération entre le journal et des organismes publics aurait-elle été aussi fructueuse avec des thèmes politiquement et socialement plus « sensibles » comme la violence en milieu familial, la drogue chez les jeunes, l’insécurité publique, etc. ?

  • 30 Au Québec, le quotidien La Presse de Montréal a organisé en septembre 1996 une opération intitulée (...)

73En dépit de ces quelques réserves et sur la foi d’autres expériences de même nature tant au Québec qu’en France30, nous croyons pouvoir dire que la campagne « Spécial Emploi » mise en place par Le Soleil au cours du printemps 1996 permet de mieux comprendre les grands principes qui animent les partisans du journalisme public ainsi que les mécanismes auxquels ils ont habituellement recours pour appliquer sur le terrain leur nouvelle vision du métier.

74Mentionnons à cet égard que cette vision est loin de faire l’unanimité. Les détracteurs de ce nouveau courant estiment, entre autres :

  1. que le journalisme public relève davantage d’une approche de type marketing (d’abord destinée à relancer les tirages de la presse écrite) que d’un véritable souci d’utilité sociale ;

  2. qu’il risque de créer, à terme, une confusion entre la mission première des journalistes (informer) et celle des travailleurs sociaux, voire des responsables politiques (traiter les problèmes sociaux) ; 

  3. qu’il conduit progressivement à une perte de distance — et donc d’indépendance — des médias vis-à-vis du public et des milieux institutionnels.

  • 31 Pour plus de détails, voir l’article de Jean Charron et Jean de Bonville (1996).

75Au-delà des critiques émises à leur endroit par les tenants du journalisme dit « traditionnel », les professionnels de l’information tentés ou convaincus par le journalisme public encouragent depuis une dizaine d’années des pratiques innovatrices qui ont le mérite de cristalliser bon nombre des grandes interrogations déontologiques et économiques qui pèsent actuellement sur l’ensemble du champ journalistique. Du point de vue de la recherche, les manifestations du journalisme public ont un intérêt tout particulier en ce sens qu’elles interpellent le paradigme dominant (axé sur l’information) au profit de nouveaux modèles en construction. Par exemple, Charron et de Bonville, qui ont mis de l’avant le concept de « journalisme de communication », établissent des liens entre ce concept et celui de journalisme public31. Ils écrivent : « Certaines manifestations concrètes de journalisme de communication se donnent […] explicitement des visées (et une légitimité) d’action communautaire. C’est le cas du “journalisme public” que cherchent à implanter plusieurs dizaines de quotidiens aux États-Unis, qui, en suivant le modèle de la “conversation publique” démocratique, prétendent offrir aux communautés locales un support à la résolution de problèmes collectifs » (Charron et de Bonville, 1996, p. 83).

76Le courant du journalisme public tel qu’il se manifeste dans la campagne « Spécial Emploi » du Soleil s’inspire, selon nous, de plusieurs des fondements de la théorie de la responsabilité sociale selon laquelle les médias doivent répondre à des « obligations essentielles » dans la société. À cet égard, McQuail rappelle les grands principes qui devraient gouverner ceux qui adhèrent à ces fondements :

The theory has […] to reconcile independence with obligation to society. Its main foundations are : an assumption that the media do serve essential functions in society, especially in relation to democratic politics ; a view that the media should accept an obligation to fullfill these functions — mainly in the sphere of information (McQuail, 1987, p. 116).

77Ce courant fait également écho aux enseignements de la théorie sur la participation démocratique (où les médias sont censés servir, entre autres, les « besoins », les « intérêts » et les « aspirations » des individus). À ce propos, McQuail insiste sur les attentes et les préoccupations des citoyens :

The central point of a democratic-participant theory lies with the needs, interests and aspirations of the active receiver in a political society. It has to do with the right of relevant information, the right to answer back, the right to use the means of communication for interaction in small-scale settings of community, interest group, sub-culture (McQuail, 1987, p.122).

78En somme, notre étude de cas permet, croyons-nous, de mieux situer le journalisme public en le posant comme une sorte de « concept-frontière » entre le journalisme traditionnel (où les médias, en tant que gardiens de la démocratie, se donnent comme premier mandat d’offrir aux citoyens une information à la fois objective et indépendante) et la communication institutionnelle (où les médias, en tant cette fois qu’entreprises évoluant dans un marché concurrentiel, sont soucieux de leur image et de leur compétitivité). Quelque part entre le pôle de l’« information » et celui de la « communication », entre la logique citoyenne et la logique marchande, le journalisme public peut constituer, à notre avis, un bon révélateur des mutations et réajustements aujourd’hui en cours dans le champ de la communication publique.

Top of page

Bibliography

BEAUCHAMP, M. et T. WATINE (1996), « La nouvelle responsabilité sociale des médias et des journalistes », Les Cahiers du journalisme, 2 : 108-127.

BEAUCHAMP, M. et T. WATINE (1996), « Le journalisme public aux États-Unis : émergence d’un nouveau concept », Les Cahiers du journalisme, 1 : 142-159.

BRIN, C. (1997), Le journalisme civique au Canada : étude du projet « Eyes on Alberta ». Mémoire de maîtrise en communication publique, Québec, Université Laval.

CHARITY, A. (1996), « What is civic journalism? Five communities, five examples », National Civic Review, hiver-printemps : 14-17.

CHARITY, A. (1996), « Journalisme public : vers une écoute plus constructive des citoyens », Les Cahiers du journalisme, 5 : 128-135.

CHARITY, A. (1995), Doing Public Journalism, New York, Guilford Press Inc.

CHARRON, J. et J. DE BONVILLE (1996), « Le paradigme du journalisme de communication : essai de définition », Communication, 17(2) : 51-97.

HOYT, M. (1992), « The Wichita experiment », Columbia Journalism Review, juillet-août : 43-47.

LE SOLEIL (1996), « Un journal, un siècle, Magazine souvenir », Québec, décembre.

LIGNAC, G. (1996), « L’Est Républicain : “Agir contre le chômage” », Les Cahiers du journalisme, 2 : 68-72.

MASSÉ, P. (1992), Méthodes de collecte et d’analyse de données en communication, Québec, Presses de l’Université du Québec et Téléuniversité.

MCQUAIL, D. (1987), Mass Communication Theory: An Introduction, 2e édition, Newbury Park, Sage Publications.

MERLANT, P. (1996), « Le projet de magazine citoyen Tempo », Les Cahiers du journalisme, 2 : 74-80.

MERRITT, D. (1995), Public Journalism and Public Life: Why Telling the Truth is Not Enough, Lawrence Erlbaum Associates, Publishers, Hillsdale, New Jersey.

MERRITT, D. (1994), « Public journalism: What it means, how it works » dans J. ROSEN et D. MERRITT (1994), Public Journalism: Theory and Practice, Dayton, Kettering Foundation.

MERRITT, D. et J. ROSEN (1994), Public Journalism : Theory and Practice, Dayton, Kettering Foundation.

MILLER, E. (1994), « The Charlotte project: Helping citizens take back democracyt », St Petesburg, The Poynter Papers, 4.

MILLER, E. et J. SCHAFFER (1995), Civic Journalism: Six Cases Studies, A joint report by the Pew Center for Civic Journalism and the Poynter Institute for Media Studies.

RENARD, Y. (1996), « Radio-France Urgences Lille : une station qui s’implique dans son milieu », Les Cahiers du journalisme, 2 : 90-98

ROSEN, J. (1994), « Public journalism: First principles » dans J. ROSEN et D. MERRITT (1994), Public Journalism: Theory and Practice, Dayton, Kettering Foundation.

ROSEN, J. (1994), « Behind public journalism », APME Readership Committee : 4-9.

ROSEN, J. (1994), « Public journalism as a democratic art », texte tiré d’une conférence prononcée lors d’un séminaire à l’American Press Institute, Reston, Virginia, le 11 novembre.

ROSEN, J. (1994), « Making things more public: On the political responsability of the media intellectual », Critical Studies in Mass Communication, 11 : 363-388.

ROSEN, J. (1994), « The gospel of public journalism », American Journalism Review, septembre : 28-34.

ROSEN, J. (1991), « Making journalism more public », Communication, 12 : 267-284.

STAKE, R. E. (1994), « Case studies » dans N. K. DENZIN et Y. S. LINCOLN (dir.), Handbook of Qualitative Research, Sage, Thousand Oaks, p. 236-247.

WATINE, T. (1997), « La productivité et la complexité comme contraintes de la production journalistique », The Global Network, 6-7 : 5-22.

WATINE, T. (1996), « Journalistes : une profession en quête d’utilité sociale », Les Cahiers du journalisme, 2 : 34-41.

YIN, R. K. (1989), Case Study Research. Design and Methods, Newbury Park, Sage Publications.

Top of page

Notes

1 Parmi les grandes mutations en cours dans les métiers du journalisme, nous pensons notamment à la précarisation croissante de la profession (attestée par la croissance régulière du nombre des pigistes), au développement des contraintes journalistiques liées aux efforts de productivité de la plupart des entreprises de presse et à l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans de nombreuses salles de rédaction.

2 Pour une synthèse détaillée de ces deux courants, on pourra se reporter aux travaux de Denis McQuail (1987) sur les six théories normatives des médias (six normative media theories) : Authoritarian theory, Free press theory, Social responsability theory, Soviet media theory, Development media theory, Democratic-participant theory (McQuail D. [1987], Mass communication theory: An introduction, New bury Park, Sage Publications.).

3 Dans le cadre de nos travaux au Centre de recherche de l’École supérieure de journalisme de Lille et, plus spécifiquement, du groupe de réflexion NORSOM que nous avons mis en place en 1996 sur le thème de la « nouvelle responsabilité sociale des médias », nous avons développé ce concept d’utilité sociale en partant du constat que de nombreux journalistes sont aujourd’hui démotivés — sinon prêts à changer de carrière — parce qu’ils ont le sentiment de ne pas répondre aux véritables préoccupations et attentes des citoyens : exclusion, chômage, pauvreté, insécurité, violence familiale, etc. (Watine T., 1996). Dans l’article mentionné ci-dessus, nous postulons que le journalisme public participe précisément de cette aspiration de certains professionnels de l’information à faire preuve d’une plus grande utilité sociale au sein de leur environnement.

4 Dans cet article synthèse publié en juin 1996, Michel Beauchamp et Thierry Watine ont notamment présenté les techniques spécifiques du journalisme public, quelques-uns des cas fondateurs de la nouvelle approche (Ledger Inquirer, Wichita Eagle et Charlotte Observer) ainsi que divers repères théoriques permettant de mieux comprendre les conditions dans lesquelles le journalisme public a commencé à se développer au début des années 1990. Par ailleurs, sur l’évolution du journalisme public et les débats ayant trait à cette approche, on pourra consulter les sites web suivants :
Civic Journalism (
www.gspa.washington.edu/trust/journalism.html) ;
Kettering Foundation (
www.kettering.org/about/about.html) ;
Nieman Foundation (
www.nieman.harvard.edu/nieman.html) ;
The Civic Journalism Initiatives (
http://access.mpr.org/civic_j/) ;
The Pew Research Center for The People and The Press (
www.people-press.org/) ;
The Poynter Institute (
www.poynter.org/poynter/).

5 Mentionnons que l’expérience du Soleil a été reprise ailleurs au Québec, notamment dans la région de Montréal par les quotidiens La Presse et The Gazette.

6 Selon Schramm, cité par Yin (1989 : 23), « the essence of case study, the central tendency among all types of case study, is that it tries to illuminate a decision or a set of decisions : why they were taken, how they were implemented, and with what result ». Sur la pertinence d’avoir recours à diverses méthodes de recherche (entretiens, analyse documentaire, etc.) dans le cadre d’une étude de cas, voir par exemple : Yin (1989), Stake (1994), Massé et Vallée (1992).

7 Le corpus de base sur lequel nous avons travaillé est composé d’une soixantaine d’articles du Soleil (éditoriaux, chroniques, dossiers, portraits, pages pratiques) publiés durant les mois de mars, avril et mai 1996 et tous consacrés à la question de l’emploi dans la grande région de Québec.

8 Ont été interviewés au cours du mois de février 1997 : Gilbert Lavoie (rédacteur en chef du Soleil), Gilles Ouellet (directeur des pages financières du journal), Jean-Marc Salvet (journaliste au service « faits divers »), Pierre Asselin (journaliste de la rubrique « économie »), Louise Barrette (directrice du Groupe Intégration au Travail de Québec) et Jacques Godbout (directeur du Centre des Ressources humaines Canada).

9 Documents institutionnels consultés :
« Atelier n° 1 : Connaissance de soi » (avril 1996)
« Atelier n° 2 : Mon projet professionnel » (avril 1996)
« Atelier n° 3 : Techniques de recherche d’emploi » (avril 1996)
« Soirée “Spécial employeurs” : le processus de recrutement/sélection, un investissement essentiel et incontournable » (mai 1996)
« Spécial Emploi : Le Soleil, CJMF 93, Développement des ressources humaines Canada, Société québécoise du développement de la main-d’œuvre, ministère québécois de la Sécurité du revenu », document synthèse (juillet 1996).

10 En 1994, Rosen et Merritt soulignent que le journalisme public est apparu dans un contexte bien particulier où plusieurs facteurs ont joué un rôle déterminant : « Journalists in the United States are at a critical point in the history of their craft. Threatened on one side by declining readership and new economic pressures in the media industry, they face, on another side, a different kind of threat from the fraying of community ties, the rising disgust with politics, and a spreading sense of impotence and hopelessness among Americans frustrated by the failures of their democratic system » (Rosen & Merritt 1994). Quant à Charity (1995), il précise que le journalisme public doit être envisagé comme une nouvelle philosophie du métier qui doit marquer, de façon continue et non uniquement ponctuelle, une véritable rupture avec l’approche traditionnelle : « Editors would be wrong to start small because they assume “treating readers as citizens” is — like an ombudsman’s column or a special Sunday supplement — either an add-on to city hall coverage and investigative journalism, or else a competitor for scarce resources. Public journalism is an idea with application for every page of the paper and every facet of the business ».

11 Dans les éléments ayant trait aux « techniques » du journalisme public, nous avons choisi de ne pas retenir dans cette étude un critère selon nous moins important, mais parfois pris en considération par certains auteurs, à savoir la mise en valeur de l’information par différents procédés graphiques : tableaux, encadrés, icônes, mise à la « une », etc. À ce sujet, voir par exemple Brin (1997 : 24-25, 72-73 et 94).

12 Le tirage du Soleil passe à 130 000 exemplaires le samedi, soit une augmentation de 30 % par rapport aux autres jours de la semaine (Le Soleil, 1996).

13 Il s’agit là de l’intitulé exact de l’exergue du Soleil.

14 À noter que le chômage dans la grande région de Québec est retombé sous la barre symbolique des 10 % en novembre 1998 (source : Le Devoir du 07-08/11/98).

15 Selon Statistique Canada, 50 % des nouveaux emplois créés au Québec chaque année sont rémunérés sur la base du salaire minimum (entre 6 et 8 dollars de l’heure) et, surtout, sont « temporaires » (contrats d’une durée inférieure à un an). Signe qui ne trompe pas, le nombre des agences de placement en travail temporaire (qui, profitant de la précarisation croissante du monde du travail, vivent de la « location de personnel ») est passé entre 1987 et 1992 de 273 à 345, soit une augmentation de 26 %. Ce secteur emploie près de 14 000 employés.

16 Source : la Chambre de commerce régionale de Sainte-Foy.

17 À noter que parallèlement à ce réseau institutionnel, plusieurs organismes externes (le plus souvent financés par les pouvoirs publics) ont pour vocation de « prolonger » les interventions des gouvernements fédéral et provincial en matière d’emploi, notamment pour les femmes, les immigrants, les jeunes, les handicapés, etc.

18 On estime qu’environ 220 000 postes « temporaires » s’ouvrent chaque année au Québec durant la période estivale. Près de 10 % d’entre eux sont directement subventionnés par les gouvernements de Québec et d’Ottawa.

19 Les organisateurs parlent alors de plus de 3 000 inscriptions, compte tenu du fait que de nombreux candidats annoncent leur intention de participer à plusieurs ateliers.

20 L’expression « clinique », régulièrement utilisée tout au long de la campagne « Spécial Emploi », est en réalité un anglicisme quand on lui donne le sens de « cours pratique » (source : Le Multidictionnaire des difficultés de la langue française de Marie-Eva de Villers). C’est pourquoi nous lui préférons dans cet article le terme « atelier ».

21 Les « sans-chèque » sont, pour la plupart, des femmes qui essayent de réintégrer le marché du travail après avoir élevé leurs enfants ou des jeunes diplômés du collégial ou des universités qui habitent encore au domicile familial et qui n’ont pas encore connu d’activité professionnelle durable.

22 Imprécisions ou contradictions dues en partie à la confusion entre le total des inscriptions et le nombre de participants réels aux ateliers, sans parler du fait que certains participants suivront plusieurs ateliers, compliquant encore un peu plus la bonne comptabilité de l’opération !

23 Ces chiffres sont tirés d’un sondage effectué par Ghislain Marois Consultant et mené auprès de 500 personnes ayant pris part aux ateliers de formation.

24 Centre des Ressources humaines Canada : instance de niveau fédéral relevant du ministère du Travail et jouant un rôle essentiellement local.

25 Groupe Intégration au Travail : organisme parapublic fondé en 1988 dont la mission est d’aider les demandeurs d’emploi à réintégrer le marché du travail, à créer leur entreprise ou à devenir des travailleurs autonomes.

26 Mentionnons qu’il est très peu question du rôle de la radio dans les différents documents que nous avons consultés (bilans, rapports, synthèses, etc.).

27 Nous avons conscience que les résultats de notre recherche ne peuvent être inconsidérément généralisés. Il conviendrait, selon nous, de procéder à d’autres études similaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives sur les pratiques du journalisme public au Québec. Sur les limites de l’étude de cas, voir notamment : Yin (1989).

28 Voir supra, note n° 11 (citation de Charity).

29 Davis Merritt (1994) écrit, à propos du journalisme public : « [...] it is a philosophy. It liberates traditional journalism from the artificial constraints it has imposed to himself, allowing it to play the full role implicit in the democratic process : providing relevant information and a place for that information to be discussed and turned into action ».

30 Au Québec, le quotidien La Presse de Montréal a organisé en septembre 1996 une opération intitulée « Défi Emploi » qui, à peu de choses près, s’inspire largement de la campagne « Spécial Emploi » du Soleil de Québec. En France, le quotidien régional L’Est Républicain mettait en place la même année (mars 1996) une campagne similaire sous le label évocateur de « Agir contre le chômage ».

31 Pour plus de détails, voir l’article de Jean Charron et Jean de Bonville (1996).

Top of page

References

Bibliographical reference

Thierry Watine and Michel Beauchamp, « Journalisme public et gestion des enjeux sociaux », Communication, vol. 19/2 | 2000, 93-126.

Electronic reference

Thierry Watine and Michel Beauchamp, « Journalisme public et gestion des enjeux sociaux », Communication [Online], vol. 19/2 | 2000, Online since 02 August 2016, connection on 23 November 2017. URL : http://communication.revues.org/6329 ; DOI : 10.4000/communication.6329

Top of page

About the authors

Thierry Watine

Thierry Watine est professeur adjoint au Département d’information et de communication, Université Laval. Il est par ailleurs rédacteur en chef de la revue Les Cahiers du journalisme. Il tient à remercier Mme Colette Brin et M. René Beaudet de l’Université Laval pour leur active collaboration à la cueillette des données.

By this author

Michel Beauchamp

Michel Beauchamp est professeur titulaire au Département d’information et de communication, Université Laval. Il tient à remercier Mme Colette Brin et M. René Beaudet de l’Université Laval pour leur active collaboration à la cueillette des données.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org