Navigation – Plan du site
Recherches

Internaute idéal, internaute virtuel

Exploration des fantasmes d’une décennie
Hélène Prévôt
p. 139-146

Texte intégral

1L’internaute est à la fin de ces années quatre-vingt-dix ce que le cadre dynamique était aux années quatre-vingt. À la fois modèle, celui qui communique avec le monde, et idéal, le citoyen du village global, l’inaccessible internaute incarne les valeurs et les aspirations de cette fin de siècle.

  • 1 Ce questionnaire a été diffusé auprès de 2900 Canadiens, du 24 juillet au 22 septembre 1998.
  • 2 Consommateur de 15 ans et plus, un seul répondant par famille.
  • 3 Les sondages d’Impact Recherche, « Omnibus Internet », effectués tous les mois dans la région de Mo (...)

2Inaccessible, l’internaute ? Pas tant que cela. S’il ne s’affiche pas publiquement, s’il ne se distingue pas comme tel, il est facilement accessible dans son élément. Très ouvert aux questionnaires diffusés sur le Net, il aime répondre, parler de lui. Narcissisme ? Non, pas précisément. S’il est vrai que l’internaute est à la recherche de lui-même, la réceptivité aux questionnaires est sans doute d’abord le fait d’une « éthique de l’information » qui doit circuler. Individualiste, anticonformiste, tourné vers l’affirmation voire le dépassement de soi, l’internaute n’est pas égoïste et se distingue de l’ensemble de la population par une grande tolérance et une conscience des équilibres globaux très forte. Ce sont, en trois mots, les conclusions du programme 3SC de CROP (Centre de Recherche en Opinion Publique), basé sur une enquête annuelle à domicile1 auprès de 2900 Canadiens. Enquête auto-administrée sur une population non proportionnelle (urbaine et non urbaine), le sondage 3SC comprend un cahier de questions tournées vers l’analyse du rythme d’adoption des nouvelles technologies par les consommateurs2. Ce sondage privé intéresse une quinzaine de grandes corporations comme Vidéotron, Bell, la Banque Nationale ou Hydro-Québec. Les données concernant le profil de l’internaute ont eu un traitement minimal orienté vers la publication médiatique. Par son mode de diffusion, le programme 3SC présente le mérite, en rapport à d’autres données3 sur les usagers d’internet, d’offrir des comparaisons entre l’internaute et le « commun des mortels ».

3À quoi ressemble le citoyen du monde, et comment se distingue-t-il de ses congénères ? À travers l’examen des valeurs maîtresses qu’il prône, de son mode d’être social et de sa conception de l’identité, nous nous proposons de le saisir comme modèle idéal-typique de normes et de valeurs historiquement situées, en l’occurrence celles qui se sont épanouies durant ces années 1990.

Consommateur plus que travailleur

4Les valeurs maîtresses prônées par l’internaute sont « l’adaptabilité à la complexité de la vie » (154, indice 100 relativement à l’ensemble de la population), « la recherche de la nouveauté » (144), « le besoin d’autonomie personnelle » (147) et dans une moindre mesure « la souplesse de la personnalité » (110). Adaptabilité, complexité, souplesse, nouveauté ou innovation, autonomie ; les valeurs de l’internaute sont les valeurs en vogue dans l’entreprise depuis le tournant des années 1990. Tous ces termes définissent l’employé idéal en même temps que l’organisation du travail efficace dans ce que l’on ne cesse d’appeler un univers changeant. Et pourtant, l’internaute accorde une moindre importance au travail (88).

  • 4 Lire Luhman sur les systèmes autopiétiques, lu et commenté par Alain Gras (1993).

5Assimilées au-delà de toutes attentes, les valeurs de l’entreprise seraient devenues les valeurs de l’individu qui dénigrerait son propre mode d’intégration sociale ? Ce n’est peut-être pas aussi simple que cela. En fait, ce type de discours de la complexité et de l’autonomie définit d’abord un système, ouvert sur son environnement puisqu’il intègre la souplesse et l’innovation, mais un système autoréféré. Or le propre de ces systèmes autopoïétiques4 est précisément de rendre pertinente l’information contenue dans son environnement. L’internaute se définit donc par ses valeurs comme un système autoréféré. Il compulse et traite l’information pour créer de l’innovation et rester vivant pour le ou les sous-systèmes plus larges qui l’englobent. Il serait la plus petite entité d’une subdivision à l’infini en passant par « le village global » (132), communauté des hommes et « la conscience écologique planétaire » (139) qui fonctionnerait à son image selon cette logique systémique.

6Ce qui permettrait de comprendre non seulement ce désinvestissement du travail qui correspond à un mode révolu d’identification sociale, le traitement de l’information garantissant l’autonomie de la personne et l’intégration au système collectif, et d’autre part, cet « enthousiasme pour la technologie » (130) avec une prédominance pour « les technologies de la gestion du temps » (124). L’enthousiasme pour la technologie des internautes, qui la fréquentent de près, n’est pas à confondre avec l’enthousiasme aveugle des années soixante. Il s’agit d’un enthousiasme qui se réalise, qui connaît ses besoins et les satisfait. Si la gestion du temps est importante, c’est précisément parce que l’accessibilité et le traitement de l’information doivent idéalement s’effectuer en temps réel. La technologie, parce qu’elle permet effectivement cette accessibilité, est le support concret des valeurs d’autonomie et d’adaptabilité. Nous avons compris qu’il s’agit bien entendu d’abord des technologies de l’information et de la communication qui permettent cette gestion du temps.

7Si l’internaute n’est plus un travailleur pour les autres, quelle est son identité sociale ? Nous l’avons constaté, il ne s’affiche pas comme internaute, compulseur d’informations. Face au collectif institué, il est modéré : « faible confiance envers les gouvernements » (85), faible critique envers les grandes entreprises (86). Il n’est ni pour, ni contre, mais préfère s’en tenir à d’autres références. En fait d’une manière plus conventionnelle, il se définit comme consommateur. À son « enthousiasme face à la consommation » (138), il oppose tout de même une certaine résistance à la société de consommation (116). Il développe ce que l’enquête a appelé la consommativité, sorte d’expertise de la consommation.

  • 5 Le développement de ce type de rencontre « entre un désir et sa satisfaction » est ressenti dans le (...)

8Pour l’internaute, la consommation est encore affaire de savoir et d’information. Le prix importe peu (83), mais le choix doit être éclairé. Ce type de consommation, agie et non subie par l’internaute, est appropriation, co-production du sens et de l’objet. En effet, par ce choix, par cette expertise, le consommateur averti acquiert une autonomie par rapport à cette société de consommation qui célébrait de fait la production comme seule créatrice de richesse. La consommation devient créatrice d’un mode de vie et de rapport sociaux, non plus ceux qui sont issus de la rencontre d’une offre et d’une demande, mais bien d’un désir et de sa satisfaction5. Le mépris du prix est un indice de cette émancipation de la loi du marché.

Contestataire désincarné, pour un universel concret

  • 6 Pour mieux saisir le rapport entre la transparence, la réconciliation et l’authenticité, lire Phili (...)

9Si l’internaute définit son mode d’intégration sociale sous le signe de la logique marchande, il s’en approprie néanmoins les mécanismes. Il fait sienne d’une part la critique des années soixante-dix et d’autre part l’identification au style de vie des années quatre-vingt, dans une réconciliation non seulement consentie, mais consciente. La forme de cette réconciliation, l’expertise, n’est pas anodine non plus. Elle est la forme qui se répand, de manière plus générale comme mode de résolution des conflits. Le politique au sens large, qui recouvre les conflits sociaux et les questions éthiques (environnementales, médicales, etc.) légitime ses choix au nom de l’expertise. Plus qu’une réconciliation historique, le mode d’intégration sociale de l’internaute est conciliation, dépassement des oppositions, notamment celle du consommateur et du producteur : elle se veut transparence. La transparence de l’expertise et du savoir d’abord, mais aussi celle du sujet et de l’authenticité6.

10Ainsi, au-delà du dénigrement du prix, l’internaute fait peu cas de l’utilité (72). L’internaute ne s’embarrasse pas de « faux prétexte » pour justifier de son enthousiasme à l’égard de la technologie ou de la consommation. Par contre, il se targue d’une certaine recherche de l’originalité (141). Autre manière de marquer son autonomie sans toutefois se poser en rupture de ses groupes de référence, puisque l’originalité singularise, distingue, mais n’exclut pas, à la différence d’un anticonformisme classique. Conciliation ou réconciliation de la critique et de la consommation ? L’internaute a, en tous cas, intégré certaines valeurs contestataires des années soixante-dix : faible attachement à la hiérarchie (111), « égalité des sexes » (147), « égalité des jeunes » (140), « permissivité sexuelle » (143), faible intérêt pour la beauté et pour le corps (81).

  • 7 Selon la thèse du sociologue David Romprès, Université Laval, 1993.

11Si la contestation de la hiérarchie et l’égalité des sexes comme la permissivité sexuelle sont des « révolutions » qui ont fait leur chemin depuis les années soixante-dix au point d’être difficilement contestable en 1990, en revanche, l’indifférence à l’âge, au corps et à la beauté sont en rupture radicale avec les années quatre-vingt qui avaient vu se développer tout un mouvement de culte « corporéiste7 ». En fait, ces valeurs ne seraient pas tant le fait d’un souci d’égalité ou de justice sociale que d’une conception désincarnée de l’individu.

12En effet, l’individu qui « habite » le réseau, qui brasse, compile, sélectionne des informations, crée du sens et fait circuler du savoir, cet individu n’a ni âge (on a vu les coups de génie des jeunes cracks de l’informatique), ni sexe (même si majoritairement le surf sur le web demeure une activité masculine, il tend à s’homogénéiser). Cet individu, de fait, est un cerveau : petit cerveau humain qui se branche sur le grand cerveau du cyberespace. Rappelons ici l’histoire de ce mot de cyberespace qui, sorti d’un roman de science-fiction (Gibson, 1985), en est venu à signifier la réalité en devenir, en potentiel, la réalité virtuelle, de nos civilisations. Et William Gibson définissait ainsi le cyberespace comme le branchement de multitudes de cerveaux humains sur un immense cerveau universel, « une hallucination consensuelle, vécue quotidiennement en toute légalité par des millions d’opérateurs dans tous les pays… » (p. 63)

  • 8 Nous faisons ici référence à la rupture épistémologique inaugurée par la première cybernétique (Wie (...)

13Il convient naturellement de distinguer ce cerveau universel de la Raison universelle des Lumières. Universel abstrait, la raison faisait appel à quelque chose comme « le bon sens », présent en chaque Homme, représentant de la plus vaste humanité. Le cerveau qui « anime » le cyberespace fait référence à la capacité dont dispose le vivant de traiter de l’information. Et l’homme n’est plus seul capable d’exercer cette activité8 puisque, de la plus petite cellule à l’ordre écologique en passant par l’ordre et le chaos dans le cosmos, toute forme de vie se perpétue de et par le traitement de l’information. L’indifférenciation du sexe et de l’âge ne sont que de petits pas aisément franchis vers cet universel « concret ». Ce petit détour permet aussi de saisir l’importance accordée par l’internaute à « la conscience écologique planétaire » (139) alors même qu’il ne revendique aucun attrait pour la nature (66).

14L’écologie, sa préservation et le respect des équilibres qui la composent, est sans doute le lieu d’expression de prédilection de la conscience collective dans le village global (appartenance au village global, indice 132). L’écologie devait être la science de l’habitat, de la maison (Haeckel, 1866). Comme le village global, l’écologie inspirait le foyer. Adepte du darwinisme, Haeckel envisageait déjà un sens très large à ce qu’il voulait être « une science de l’économie, des habitudes, du mode de vie, des rapports vitaux externes des organismes » (cité dans Drouin, 1993 : 86). Si la nature peut être envisagée comme un idéal, d’authenticité, de liberté ou autres valeurs qui ont pu l’investir, l’écologie est une science, un savoir, un discours qui peut être idéalisé par la suite, mais n’en perd pas pour autant ces traits de description objective du réel. Comme le cerveau universel, l’écologie présuppose la vie comme le traitement d’information. Pour survivre dans son environnement l’organisme, le système organique, doit sélectionner ce qui sera nécessaire non seulement à la reproduction de son existence, mais aussi à son adaptation constante. Humble, l’internaute se considérerait comme tout organisme vivant dépendant de l’équilibre fragile de son environnement ou comme neurone du cerveau relié par ses synapses au savoir universel ? Il disposerait de la forme la plus évoluée de ce que Bateson a appelé l’Écologie de l’esprit en même temps qu’il prendrait conscience de sa fragilité en tant qu’être contingent.

Paradoxes et réconciliation

15L’internaute ne craint pas les paradoxes, souvent créateurs, qu’il préfère aux oppositions. Ainsi, prône-t-il la souplesse de l’identité reliée au genre. Plus poussée que l’indifférenciation sexuelle que nous avons considérée comme un trait de l’être désincarné qui navigue dans le cyberespace, la souplesse de l’identité liée au genre renvoie à la croyance que la personnalité a une composante masculine et une composante féminine qu’il s’agit non seulement d’explorer, mais d’exprimer (153). Il s’agit tout de même d’un des deux traits les plus distinctifs qui caractérisent les internautes par rapport au reste de la population, et peut-être un de ceux qui marque encore davantage cet esprit de réconciliation qui anime les valeurs de l’internaute. Ainsi, « le contrôle de la destinée » (135) n’a d’égal que « la spontanéité » (139), valeurs difficilement conciliables dans l’expérience si ce n’est dans la foi inconditionnelle en un Moi fort et central : la personnalité unique comme source d’innovation, la personnalité à explorer, à découvrir et d’une certaine manière à exploiter. Si le cerveau traite l’information de son environnement, la personnalité est une information à mettre en valeur, elle est message, elle est feedback. En ce sens la spontanéité est transparence pour un contrôle qui ne se cache pas : contrôle de son environnement et donc de son histoire.

16De là, ce Moi fort et central ne s’oppose pas au reste du monde. Parce qu’il appartient à cet ordre écologique (ou plus modestement mondial dans le discours courant), parce qu’il est connecté à ce cerveau universel, il est animé d’un respect a priori pour ce qui potentiellement est information. Sa tolérance en matière de sexualité (143), de famille (125), de culture (139) le présente comme un être très ouvert, sans pour autant être indifférent puisqu’il appartient précisément à cette écologie planétaire, à ce village global, et au multiculturalisme. Somme toute l’internaute est assez modéré dans ses valeurs et bien intégré à la société contemporaine. Original sans être marginal, consommatif mais pas consommateur, technophile écologiste, il incarne une pensée de la conciliation et de la réconciliation. Politically-correct, intelligent, il voudrait incarner une conscience éclairée, mais non engagée. Être citoyen du monde, c’est habiter le village global, se connecter au cerveau universel, ce n’est plus faire l’histoire de façon consciente.

17Alors qui est cet internaute qui se laisse saisir ? Il n’est plus l’informaticien fanatique des années 1970-1980. Il n’est plus l’universitaire esseulé qui l’a suivi. Il est tout un chacun qui privilégie ce mode d’être au monde. Parce qu’Internet demeure une passion qui n’exclut pas les autres rapports au monde, mais investit la vie. Sans frontière entre temps de loisir et temps de travail, l’internaute moyen passe plus de cinq heures par jour devant son écran. Au détriment de la télévision, au détriment de l’autre concret, il privilégie ce contact désincarné au savoir universel.

18Non pas tant parce qu’il définirait l’avenir de notre civilisation (le cadre dynamique en est resté pour beaucoup au stade du fantasme…), mais bien parce qu’il soutient par ses valeurs et ses motivations l’imaginaire collectif de notre fin de siècle, l’internaute était intéressant à rencontrer. Parce qu’en lui s’incarnent le relativisme culturel et scientifique, la réconciliation d’une logique marchande et d’une conscience écologique, le paradoxe de la transparence et de l’autoréférence, il est à la société informative ce que la classe ouvrière pouvait être à la société industrielle : « un potentiel ». Et pourtant, individualiste et conciliant, il se pose dans une certaine indifférence comme la rupture la plus marquée à la logique du conflit.

19Idéal, l’internaute l’est dans le discours de la société qui fabrique cette catégorie comme modèle d’elle-même. Parce qu’il existe dans cet espace déterritorialisé du réseau, il est réel potentiel de socialité. Virtuel, donc, il condense en lui un ensemble de possibles réels et contradictoires qui sont autant fantasmatiques, comme le fruit d’une histoire récente, que véritable éventail de voies pour l’avenir. Éminemment ancré dans l’ici et maintenant de notre imaginaire social-historique l’internaute se pose néanmoins en décalage des identités classiques (catégorie socioprofessionnelle, espace géo-culturel, sexe, âge, etc.).

Haut de page

Bibliographie

BRETON, Philippe (1992), « Les deux cultures des sciences de l’information et de la communication », Culture technique, 24 : 191-193.

BRETON, Philippe (1995), Utopie de la communication, Paris, La Découverte.

GIBSON, William (1985), Neuromancien, Paris, La Découverte.

GRAS, Alain (1993), Grandeur et dépendance, Paris, Presses Universitaires de France.

HAECKEL, Ernst (1866), Generelle mophologie der organismen, cité par Jean-Marc DROUIN (1993), Histoire de la pensée écologique, Paris, Flammarion, p. 86.

PROULX, Serge et Philippe BRETON (1989), L’explosion de la communication, la naissance d’une nouvelle idéologie, Paris/Montréal, La Découverte/Boréal.

ROCHEFORT, Robert (dir.) (1997), Le consommateur entrepreneur, Paris, Odile Jacob.

WIENER, Norbert (1962, 1954), Cybernétique et société, Paris, Union Générale, 10/18.

Haut de page

Notes

1 Ce questionnaire a été diffusé auprès de 2900 Canadiens, du 24 juillet au 22 septembre 1998.

2 Consommateur de 15 ans et plus, un seul répondant par famille.

3 Les sondages d’Impact Recherche, « Omnibus Internet », effectués tous les mois dans la région de Montréal depuis 1995 et plus récemment dans les régions de Québec, Toronto et Vancouver (résultats diffusés sur le site de Cossette), mis à part, l’enquête menée par le RISQ demeure la principale source d’informations sur l’internaute québécois. Mais elle procède selon la tradition instaurée par le Graphic Visualization & Usability Center’s (GVU) du Georgia Institute of Technology à Atlanta par questionnaires en ligne.

4 Lire Luhman sur les systèmes autopiétiques, lu et commenté par Alain Gras (1993).

5 Le développement de ce type de rencontre « entre un désir et sa satisfaction » est ressenti dans le marketing de plus en plus axé sur l’information, le conseil et le service qui cible une population avertie et non docile. Voir Rochefort (1997).

6 Pour mieux saisir le rapport entre la transparence, la réconciliation et l’authenticité, lire Philippe Breton (1995). L’auteur y explique comment, après le deuxième conflit mondial, la communication est apparue, dans le prolongement de la science responsable et de l’expertise éclairée, comme mode de résolution des conflits pour lutter contre la barbarie.

7 Selon la thèse du sociologue David Romprès, Université Laval, 1993.

8 Nous faisons ici référence à la rupture épistémologique inaugurée par la première cybernétique (Wiener, 1954). Pour un commentaire abrégé de cette thèse, lire Philippe Breton (1992). Ou, pour une version plus élaborée, Proulx et Breton (1989).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Prévôt, « Internaute idéal, internaute virtuel », Communication, vol. 19/2 | 2000, 139-146.

Référence électronique

Hélène Prévôt, « Internaute idéal, internaute virtuel », Communication [En ligne], vol. 19/2 | 2000, mis en ligne le 02 août 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6350 ; DOI : 10.4000/communication.6350

Haut de page

Auteur

Hélène Prévôt

Hélène Prévôt est doctorante en sociologie, Université Laval.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org