Navigation – Plan du site
Lectures

Claude-Jean BERTRAND (1997), La déontologie des médias / Claude-Jean BERTRAND (1997), Les médias en Grande-Bretagne

Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? »
Marc-François Bernier
p. 159-161
Référence(s) :

Claude-Jean BERTRAND (1997), La déontologie des médias, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? » / Claude-Jean BERTRAND (1997), Les médias en Grande-Bretagne, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? »

Texte intégral

1Conformes à la tradition de cette collection des plus diversifiées, ces deux livres de Bertrand sont des ouvrages d’introduction davantage que de réflexion et d’analyse, quoique la dimension critique ne soit pas absente, surtout dans La déontologie des médias, ouvrage qui retiendra principalement mon attention ici. Ce livre est divisé en trois parties qui s’intéressent successivement à l’économie politique, aux principes et aux valeurs des médias, aux types de codes de déontologie et à leurs contenus. La troisième partie est consacrée aux fameux M*A*R*S* (moyens d’assurer la responsabilité sociale des médias) dont Claude-Jean Bertrand fait la promotion, en Europe surtout, depuis 1990. Précisons que l’auteur ne se limite pas aux médias d’information, mais traite aussi de la programmation télévisuelle et même de la publicité. Il aborde ainsi les règles qui gouvernent, ou devraient gouverner, la fonction ludique et divertissante des médias.

2Pour Bertrand, la liberté totale des médias serait intolérable (p. 6) et la déontologie est la seule stratégie acceptable afin de contrer l’exploitation des médias par les puissances économiques (p. 9). Après avoir énuméré les six fonctions des médias (observer le milieu environnant, assurer la communication sociale, fournir une image du monde, transmettre la culture, contribuer au bonheur — divertir — et faire acheter), Bertrand évoque l’idée d’une « déontologie à géométrie variable » parce que les médias sont très différents, tant par leur fonction que par leur mode de propriété (p. 16). Il reconnaît toutefois la grande difficulté de codifier le journalisme qui n’est pas fondé sur une science comportant une théorie globale et un ensemble bien défini de connaissances (p. 24).

3Bertrand est d’avis que la plupart des problèmes des médias découlent de leur triple nature d’industrie, de service public et d’institution politique (p. 26). Il soutient que les lois du marché ne garantissent pas une bonne communication sociale et va même jusqu’à critiquer l’attitude « absurde », selon lui, des journalistes américains qui s’opposent à toute loi sur la presse (par crainte d’entraver leur liberté) sans toutefois reconnaître l’importance des restrictions de la logique marchande sur cette même liberté (p. 21-22).

4Quant aux « valeurs fondamentales » des médias, il y énonce la survie de l’espèce, le respect de la vie humaine, ne pas nuire inutilement, l’égalité, le progrès humain, le respect de la loi, faire la promotion de la justice et des droits de l’Homme, améliorer le sort d’autrui et la démocratie (p. 31-32), ce qui n’est pas un mince programme.

5À cela, il faut ajouter une définition de la liberté de presse qui ne repose plus uniquement sur la simple négation de la censure, mais également sur l’affirmation « d’une tâche à remplir : satisfaire le droit à l’information de chaque citoyen. Le droit d’être informé bien. Et aussi le droit d’informer, c’est-à-dire d’avoir accès aux médias » (p. 34). Bertrand reconnaît qu’il est impensable de permettre à tous l’accès aux médias, mais estime que la déontologie est « un moyen respectable d’y parvenir » (p. 35) justement parce que l’auteur dresse un programme costaud de la déontologie des médias qui doit lever les obstacles du droit à la communication de nations faibles à nations fortes, de citoyens à pouvoirs établis et de groupe à groupe au sein de la même société (p. 36). Plus loin, il affirme que le journaliste doit présenter un portrait réaliste des autres pays et susciter la curiosité et la sympathie pour leurs cultures (p. 47). Toujours dans la liste des responsabilités pour le moins surprenantes de la presse, l’auteur prescrit celle de ne rien publier qui puisse porter atteinte à l’intimité familiale, ne pas se faire le chantre de la loi de la jungle et de favoriser la coopération entre les peuples (p. 55).

6Claude-Jean Bertrand soumet que les médias commerciaux prêchent le conservatisme social ainsi que le libéralisme économique (p. 65), alors que leur influence passerait par l’omission et l’occultation d’informations importantes (p. 66).

7Quant aux codes de déontologie, Bertrand y voit des objectifs intéressants (écarter les charlatans, informer le public, accroître la crédibilité des journalistes, protéger le public, maintenir le prestige de la profession et éviter l’intervention de l’État) (p. 41), mais comme ils ne résolvent pas tout, ils requièrent un complément, « la formation déontologique des journalistes » (p. 62). L’auteur évoque plusieurs défaillances des médias que les codes de déontologie abordent peu ou pas : pensée unique, crainte de la nouveauté, information et divertissement emmêlés, superficialité et simplisme, et l’omission de certains sujets tabous qui serait « le pire péché des médias » (p. 67). Dans la même veine, il critique le cynisme excessif des journalistes qui représenterait un danger pour la démocratie (p. 71).

8Finalement, Bertrand dresse une longue liste de M*A*R*S* qui devraient, en principe, assurer des pratiques journalistiques responsables tout en gardant à distance les autorités gouvernementales (conseils de presse, ombudsman, courrier des lecteurs, groupes d’observation des médias, la formation professionnelle, les codes de déontologie, les revues critiques, la recherche scientifique, etc.)

9En prescrivant plusieurs responsabilités sociales aux médias, et en précisant le contenu de ces responsabilités, Bertrand se situe dans une tradition interventionniste de la déontologie plutôt que dans la tradition de la neutralité libérale, laquelle peut suggérer des règles et des critères quant aux normes professionnelles, mais ne s’aventure pas de façon trop précise à expliciter les responsabilités des médias. Par ailleurs, la distinction entre morale et déontologie est peu satisfaisante (p. 25) puisque Bertrand semble amalgamer morale et éthique, tout en se référant au John C. Merrill de 1974, alors que cet auteur a modifié passablement son point de vue depuis 1989. On peut aussi retrouver quelques contradictions apparentes, dont cette affirmation à l’effet que les médias exercent leurs droits légaux ou coutumiers au nom des citoyens (p. 26) auxquels ils doivent rendre des comptes, alors que Bertrand soutient par ailleurs que le journalisme ne repose pas sur un contrat social (p. 7).

10Finalement, quelques lignes pour dire que dans Les médias en Grande-Bretagne, Bertrand y va d’une description méticuleuse du portrait médiatique de ce pays et de ses principales évolutions historiques, dont les luttes contre la censure dans les siècles passés. Les statistiques y sont nombreuses et les observations pertinentes, le tout étant présenté dans le style télégraphique adapté au format du livre, ce qui nous prive malheureusement d’exemples qui auraient favorablement enrichi certains passages. L’auteur dresse un portrait de la presse écrite, sa concentration et ses problèmes de tirage. Quant aux médias électroniques, Bertrand raconte les mutations survenues à la suite de la déréglementation.

Haut de page

Bibliographie

MERRILL, John C. (1974), The Imperative of Freedom: A Philosophy of Journalistic Autonomy, New York, Hasting House.

MERRILL, John C. (1989), The Dialectic Journalism: Toward a Responsible Use of Press Freedom, Baton Rouge, Louisiana State University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc-François Bernier, « Claude-Jean BERTRAND (1997), La déontologie des médias / Claude-Jean BERTRAND (1997), Les médias en Grande-Bretagne », Communication, vol. 19/2 | 2000, 159-161.

Référence électronique

Marc-François Bernier, « Claude-Jean BERTRAND (1997), La déontologie des médias / Claude-Jean BERTRAND (1997), Les médias en Grande-Bretagne », Communication [En ligne], vol. 19/2 | 2000, mis en ligne le 02 août 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6366

Haut de page

Auteur

Marc-François Bernier

Marc-François Bernier est journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org