Navigation – Plan du site
Lectures

Jean FOLKERTS, Stephen LACY et Lucinda DAVENPORT (1998), The Media in Your Life. An Introduction to Mass Communication

Boston, Allyn and Bacon
Olivier Mœschler
p. 171-176
Référence(s) :

Jean FOLKERTS, Stephen LACY et Lucinda DAVENPORT (1998), The Media in Your Life. An Introduction to Mass Communication, Boston, Allyn and Bacon

Texte intégral

1La discussion d’un « simple » ouvrage d’introduction s’avère moins aisée que ce que l’on pourrait penser. En effet, nous sommes confrontés non pas à un travail scientifique adressé à un cercle de lecteurs spécialisés mais à un livre didactique qui vise un public large et, surtout, jeune. D’entrée de jeu, les critères d’appréciation doivent donc différer des critères scientifiques. En même temps, s’agissant d’un ouvrage qui ambitionne d’ouvrir un lectorat non informé à un domaine central de nos sociétés, cette appréciation spécifique ne saurait en aucun cas revenir à un jugement candide.

2Ce livre fouillé, épais de plus de 500 pages, traite des médias et de leur influence sur notre vie quotidienne. Ses chapitres, qui fonctionnent comme des modules, se succèdent dans une apparente simplicité. La préface expose les visées générales. Suivent un chapitre introductif, une partie qui semble plutôt théorique, ainsi qu’une brève histoire des médias. Les chapitres 4 et suivants recouvrent l’ensemble du champ médiatique : livres, journaux, magazines, cinéma, radio, télévision, musique et industrie du disque, enfin « Computers and the Information Highway ». Quelques thèmes et « related industries » concluent l’ouvrage : la régulation, l’éthique, les relations publiques, la publicité, ainsi qu’un chapitre sur la recherche. S’il est certain que le traitement sériel des différents secteurs des médias permet de structurer l’exposé de manière claire, certains lecteurs pourraient regretter la perception fragmentaire qui découle de ce qui apparaît souvent comme un ensemble systémique. Aussi est-on frappé par l’absence de la table des matières de thèmes plus conflictuels, comme la dimension idéologique des médias.

3Ce n’est que par déduction que le public cible de l’ouvrage se laisse établir. En effet, il est question de « majors in journalism and mass communication programs » mais aussi de « nonmajors », comme bien sûr de la « wider audience » ; en outre, l’ouvrage serait aussi « extremely relevant for general communicators, not just journalists », ce qui suggère qu’il serait aussi destiné à ces derniers (p. xxvi). Vu que les auteurs s’adressent sans cesse à des « students » ainsi qu’à leurs enseignants, on peut déduire que l’ouvrage vise avant tout des élèves, vraisemblablement de niveau college, notamment en médias et journalisme, tout en cherchant à appâter un public plus large d’intéressés ; son utilité pour des professionnels semble toutefois limitée. Notons ici que l’ouvrage s’adresse à un public américain : les exemples et cas étudiés concernent les États-Unis et le champ médiatique américain. On ne saurait critiquer ce qui est un choix méthodologique ; aussi, vu l’hégémonie mondiale des médias étatsuniens, on peut escompter une certaine pertinence de l’ouvrage pour des « students » dans le reste du monde.

4La méthode des auteurs se veut très didactique. Au début de chaque chapitre, des autoquestionnaires doivent amener le lecteur à se poser des questions sur sa propre pratique des médias. Des « key concepts » sont traités dans des encadrés, et les termes spécialisés figurent en gras dans le texte et sont brièvement définis en bord de page ; en fin d’ouvrage, on trouve outre l’index un glossaire qui reprend la majorité de ces définitions (mais pas les concepts-clé). À la fin de chaque partie, un résumé, des questions (très pointues), une liste de « Issues to Think About », enfin une courte bibliographie doivent permettre aux élèves de réviser et d’approfondir les connaissances acquises.

5Le texte est agrémenté d’exemples et d’illustrations réelles et fictives, un atout pédagogique certain (on doute toutefois du potentiel formateur de phrases telles que « John buys the newspaper to read the box scores of all the major league teams, Jennifer buys Vogue to catch the new fashions and read up on women’s issues » (p. 23). Des portraits individuels présentent des personnalités connues comme exemplaires de leur domaine (sous forme de « success stories » bien américaines : Bill Gates pour les ordinateurs, Stephen King en littérature, etc., en relevant les millions de consommateurs atteints ou de dollars gagnés…), le côté « politically correct » de l’ouvrage faisant que de temps à autre, une femme ou un représentant des minorités y soit mis en relief (comme, en cinéma, Jodie Foster et, moins détaillé, Spike Lee). Des tableaux chronologiques (débutant à l’époque de la découverte des Amériques) et des encadrés « impact features » (relevant des effets culturels ou économiques d’un média) complètent cet arsenal pédagogique, sans oublier les guides, diapositives, vidéos et autres accessoires que l’enseignant peut se procurer auprès de l’éditeur.

6L’intégration par les auteurs de l’ordinateur au champ des médias est moins coquetterie que programme. L’ensemble de l’ouvrage se veut très axé « multimédia », dans le contenu comme dans la forme. Dans la mise en page, tout semble avoir été entrepris pour faire oublier qu’on a affaire à un livre : une palette large de types de caractères, styles et autres polices, une multitude d’encadrés, de photos, de faux reliefs et autres dispositifs visuels caractérisent l’ouvrage (qui existe d’ailleurs aussi en version interactive sur cédérom).

7Dans le contenu également, l’esprit multimédia est là : non seulement il est souvent fait référence à la convergence croissante entre les différents médias, mais le livre possède sa propre page Web (www.abacon.com/folkerts), qui, très attractive, contient aides, links, informations complémentaires aux différents chapitres, questionnaires à choix multiple à correction automatique, etc. Enfin, chaque chapitre inclut une rubrique « Navigating the Web » qui contient des adresses de sites. En raison de la variabilité notoire de ces dernières, ce dispositif semble toutefois quelque peu désuet ; il aurait été plus prudent de renvoyer pour cela précisément au site du livre, avec la possibilité d’une mise à jour.

8À travers les déclarations d’intention volontaristes des auteurs, se cristallise leur visée théorique. Dans un mouvement doublement critique, il s’agit de questionner non seulement l’apparente évidence des médias, mais aussi les questionnements dont ils ont déjà fait l’objet par le passé — apparemment seulement, selon les auteurs. Dans un premier temps, les médias sont définis comme un ensemble social, économique et — non sans frilosité conceptuelle — « potentially political », ou encore comme « economic and cultural segment of American life », dont il s’agirait de fournir une « systemwide view » aux étudiants (p. xxvi-xxvii). Mais il faut éviter de sombrer dans l’analyse macrosociologique : les auteurs veulent montrer « where the media functions on a day-to-day basis » plutôt qu’une « projection of the media’s social negative effects » (p. xxvii). Par là, une dichotomie issue du sens commun, qui oppose un « macro » virtuel, négatif et pessimiste à un « micro » concret où tout irait pour le mieux (et qui pose une indépendance entre les deux) est réaffirmée alors que sa remise en question aurait pu constituer un défi pédagogique majeur pour l’ouvrage.

9Un certain malaise sous-jacent à la définition des médias et de leur composante politique potentielle se confirme dans le fait qu’étonnamment, parmi les éléments à charger à partir du site du livre, se trouve un module intitulé « Power and Ideology » : alibi rassurant ou part honteuse cachée ? Mis à part le fait que ce « bonus chapter » s’avère introuvable, cette hésitation est peut-être liée au fait que, malgré la multidimensionalité affirmée au début, l’approche des auteurs se révèle essentiellement économique et parcellaire : « we think that US media should be understood for what it is — a collection of primarily commercial organisations » (p. xxvii). Si cohérence il y a, elle se trouve avant tout du côté de la technique, à laquelle on donne une place importante. Elle relève aussi de l’histoire : en effet, il est affirmé qu’on veut percevoir les médias comme « a coherent story over time » (p. xxvii). Malgré ce credo historique, dans un souci en soi louable d’actualité, enfin afin de s’assurer de l’intérêt d’un lectorat jeune supposé distrait, l’accent est clairement mis sur la description du paysage médiatique américain tout récent.

10Le premier chapitre (intitulé « We the People and the Mass Media ») ouvre sur le phénomène — supposé récent — de l’utilisation accrue par les candidats présidentiels des derniers moyens techniques et médiatiques pour séduire un électorat large. Mais, pour les auteurs, si dimension politique il y a, elle se réfère surtout au potentiel démocratique des médias, si bien que l’ouvrage frôle par endroits le manuel d’éducation civique. À l’inverse, cette partie introductive ne fait que mentionner des notions centrales telles que le knowledge gap, l’accès différentiel à l’information, la socialisation par les médias ou l’impérialisme culturel. Cette veine optimiste et très « américaine » est omniprésente : les médias sont essentiellement présentés comme un moyen de plus en plus sophistiqué pour les individus de se procurer des informations et de participer à la vie publique, l’idéalisme des auteurs pouvant les amener à conclure à l’identité entre média et monde : « In some ways, our world is like the Internet. It has main highways and side roads to communication, and the roads are connected through an international network » (p. 14).

11Le chapitre 2 (« How People Communicate : Uses and Structure ») est sensé introduire quelques éléments théoriques. Il présente notamment un modèle de la communication (p. 20, inspiré de Shannon et Weaver, 1949) qui semble toutefois quelque peu désuet. Ainsi, l’interprétation y est conçue — sous forme de « semantic noise » — comme interférence voire comme obstacle à une bonne transmission du message ; on peine pourtant à voir comment on pourrait concevoir aujourd’hui la communication comme étant exempte d’interprétation. Aussi, la communication est jugée « successful » quand l’image qu’obtient le récepteur du message envoyé par le communicateur à partir de son idée de départ est identique à cette dernière — un cas de figure qui, dans la pratique, doit représenter l’exception (sauf dans des environnements spécifiques très codifiés comme l’armée). Enfin, on est surpris que la traduction toute spécifique dont fait l’objet tout message selon le média utilisé ne soit pas considérée (à moins qu’elle soit comprise par les auteurs dans la rubrique « channel noise »).

12Plus généralement, l’approche essentiellement économiste sous-jacente semble limiter la portée de l’effort de conceptualisation des auteurs. Au centre de leur modèle de la communication de masse (p. 29) se trouvent les « gens » avec leurs multiples besoins et désirs ; les individus payent pour recevoir les informations qu’ils veulent, et les médias répondent à cette demande par leur offre (comme dans ce passage à haute valeur analytique : « Individuals seek different types of diversion, which is why some people prefer films by Spike Lee and others prefer films by Steven Spielberg » (p. 27). Si l’emprise (hypothétique aux États-Unis bien sûr) des médias par un parti politique est présentée comme une réduction de l’éventail des informations, la contrainte économique, qui peut avoir des conséquences analogues, n’est pas perçue, comme d’ailleurs les problèmes résultant de la surinformation. Les limites de ce modèle de type homo œconomicus sont les plus flagrantes quand les auteurs tentent d’expliquer que la « demande » (consciente) des individus inclut des éléments aussi diffus que le renforcement des valeurs culturelles !

13À la partie historique, qui résume efficacement l’évolution des médias (les Civilisations anciennes, Gutenberg, puis bifurcation vers les États-Unis et importance de la presse dans le processus d’indépendance du pays), suivent les chapitres dédiés aux différents médias. Regardons de plus près celui qui traite du cinéma. Pour le lecteur non américain, l’absence quasi totale (certes consciente) des cinémas autres que celui américain (en fait : hollywoodien) dérange, surtout étant donné qu’une des grandes forces de Hollywood a été d’une part d’avoir su attirer et intégrer des talents étrangers et d’autre part de s’être imposé, dès les années 1920, sur le marché mondial — deux données qui ont modifié de fond en comble les possibilités et les contraintes de la production filmique « indigène ». Le discours est efficace et attrayant, mais ne dépasse pas le sens commun informé (ainsi, la nomination aux Oscars est considérée comme un indice de l’importance d’un film ou d’une personne). Surtout pour un média qui touche aussi à l’art, la focalisation sur des aspects économiques et techniques semble dommageable ; ce n’est que sommairement que les contenus et les styles cinématographiques sont traités, qu’un lien entre œuvre et société est suggéré. Plus décevant, l’interrelation pourtant très instructive entre les films et l’industrie changeante, entre produits et mode de production n’est pas discutée (ce qui explique probablement l’absence, dans la bibliographie du chapitre, de l’ouvrage de référence en la matière de Hollywood, à savoir Classical Hollywood Cinema de Bordwell, Staiger et Thompson, de 1985). Ces remarques valent mutatis mutandis également pour les autres chapitres.

14Enfin, après les parties dédiées aux thèmes spécifiques, traitant des cas et problématiques les plus visibles en matière d’éthique, de régulation (le mot se réfère au droit), de publicité, etc., le dernier chapitre, sur la recherche sur les médias, surprend agréablement par sa portée plus large. De manière un peu caricaturale, les options de recherche sont résumées par la bipolarité « social science approach », quantitative, et « critical approach », qualitative et critique. L’École de Chicago et, assez longuement, celle de Francfort sont présentées. Si la multiplicité des approches possibles est, de fait, introduite, le lecteur — s’il parvient jusqu’à ce dernier chapitre — a l’arrière-goût désagréable qu’on voulait lui faire croire que le reste de l’ouvrage et son approche économiste-techniciste étaient libres de tout paradigme. Bref, l’absence de liens entre cette partie et les autres, entre la théorie et la réalité à décrire, est à regretter. À titre d’exemple, alors qu’il est ici soudain question de gatekeepers et de facteurs autres qu’individuels influençant l’usage des médias, on n’en trouve que peu d’indices dans les parties précédentes. Ce n’est donc qu’en lisant cette partie que l’étudiant se rend compte que des choix théoriques ont été faits — implicitement, ce qui est à critiquer.

15En résumé, cet ouvrage bien ficelé fournit à des jeunes étudiants et à un public large non informé une introduction fouillée, pragmatique et efficace, sans parvenir à leur apporter une vision originale des médias. C’est une image en fin de compte très consensuelle qui est véhiculée : des médias, de la technologie — et des États-Unis, pays des clivages par excellence. Il est frappant que chaque pensée dissonante soit introduite par des précautions comme « some critics argue that… ». Certaines limites conceptuelles de l’ouvrage expliqueraient peut-être l’ambivalence du sous-titre : il pourrait s’agir d’une introduction autant à la réflexion sur les médias qu’aux médias eux-mêmes, en tant que contexte de travail. Le fait que les thèmes de réflexion incitent souvent l’étudiant à se concevoir comme acteur (potentiel ou futur) des médias irait dans ce sens (ex. : « What do you think the technology of the future will be ? How will it affect production, distribution and marketing of the movies ? »).

16En tous les cas, si un ouvrage d’introduction (que celle-ci concerne par ailleurs les médias ou la réflexion sur ces derniers) doit fournir plus qu’une énumération séduisante d’idées plus ou moins reçues, ce livre, aussi bien mené qu’il soit, représente une chance manquée. Ce d’autant plus que, par conviction ou par sens du marketing, les auteurs se disent en introduction d’ouvrage persuadés de détenir un « unique learning system », dont l’institution des « key concepts » est sensée être la pierre de touche. Pourtant, le concept sans doute le plus important à communiquer aurait été celui du concept même : l’idée que pour décrire le réel, il y a des outils intellectuels à notre disposition, liés à une pluralité d’approches possibles du même objet. Cet élément de base aurait été utile non seulement à ceux qui réfléchissent aux médias, mais aussi à ceux qui les utilisent et, last but not least, aux journalistes en herbe parmi les lecteurs, et on aurait ainsi donné une chance à ce slogan de l’ouvrage : « In today’s whirlwind of converging media, we’ll help you find your place ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Mœschler, « Jean FOLKERTS, Stephen LACY et Lucinda DAVENPORT (1998), The Media in Your Life. An Introduction to Mass Communication », Communication, vol. 19/2 | 2000, 171-176.

Référence électronique

Olivier Mœschler, « Jean FOLKERTS, Stephen LACY et Lucinda DAVENPORT (1998), The Media in Your Life. An Introduction to Mass Communication », Communication [En ligne], vol. 19/2 | 2000, mis en ligne le 08 août 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6372

Haut de page

Auteur

Olivier Mœschler

Olivier Mœschler est rattaché à l’Institut de sociologie des communications de masse, Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org