Navigation – Plan du site
Lectures

André GOSSELIN (1998), La logique des effets pervers

Paris, Presses Universitaires de France, Coll. « Sociologies »
François Demers
p. 177-180
Référence(s) :

André GOSSELIN (1998), La logique des effets pervers, Paris, Presses Universitaires de France, Coll. « Sociologies »

Texte intégral

1Ce livre présente une discussion savante, claire et nuancée, des significations et applications en sciences sociales de l’adage : « L’enfer est pavé de bonnes intentions ». Il offre trois types de contenu :

  1. un exposé épistémologique de cet aspect de la pensée de plusieurs grands noms de la sociologie et de l’économique, qui a consisté à mettre à jour les conséquences non voulues des actions des individus, regroupées sous diverses étiquettes : « le mécanisme de la main invisible » (Adam Smith), « les conséquences non prévues des actions sociales intentionnelles » (Robert Merton), les « effets pervers » (Raymond Boudon ; le titre du livre s’en inspire visiblement et il faut souligner à ce propos que la collection dans laquelle il paraît aux PUF est dirigée par M. Boudon), les « effets contre-intuitifs » (Michel Crozier), les « effets contre-productifs » (Ivan Illich), la « méthode compositionnelle en référence aux effets non prévus de composition ou d’agrégation des actions individuelles » (Friedrich Hayek), le « paradoxe des conséquences » (Julien Freund). Cette discussion de haute voltige est surtout l’objet des 67 premières pages (Introduction et Premier article) et de la Conclusion générale (p. 217 à 249).

  2. une exploration empirique de la place de l’argument des effets pervers dans la rhétorique d’hommes politiques québécois, canadiens et américains (deuxième partie : articles 3, 4, 5 et 6 ; pages 83-179) visiblement préoccupée de falsifier la thèse de Albert Hirschman (1991). Cette partie, presque la moitié du livre, constitue en quelque sorte son apport plus direct et plus appliqué aux études en communication.

  3. un développement de cette idée directrice en matière de morale et d’éthique, qui met fortement en lumière l’importance de l’éthique déontologique pour pallier à l’information imparfaite (notamment sur les conséquences de ses actions) dont dispose l’acteur social avant de prendre ses décisions. Ici, le débat se fait surtout entre les thèses de Max Weber et celles de Frederic Hayek (Troisième partie : articles 7 et 8 ; pages 179-215).

2Ce livre est fait de 8 articles parus dans des revues savantes, au Québec, au Canada et en France, entre 1992 et 1996 (plus bien sûr une introduction et une conclusion). Le statut de deux d’entre eux reste cependant un peu incertain à cet égard :

  • le premier : « Les étapes épistémologiques de la thèse des effets pervers », quoique présenté comme un article lui aussi, ne paraît pas avoir été publié ailleurs que dans ce livre. Il pourrait même avoir été rédigé spécifiquement pour le livre. De fait, il est présenté dans l’introduction comme « une sorte de note de recherche qui propose une grille d’analyse (ou un système catégoriel) destinée à dégager les divers statuts épistémologiques caractérisant cette idée (les effets non prévus) dans la théorie sociale et politique » (p. 2).

  • le cinquième : « Les arguments de causalité et de conséquence dans les débats politiques télévisés » qui est présenté dans l’introduction de la manière suivante : « [...] est une synthèse de deux études réalisées par l’auteur de cet ouvrage en collaboration avec Gilles Gauthier, professeur au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Nous avons fait en sorte d’aborder dans cette synthèse ce qui constitue notre contribution originale à ces deux études, [...] » (p. 5) Puis, la note en bas de page identifie les deux travaux comme ayant été publiés dans la Revue québécoise de science politique en 1995 et dans une communication au Congrès des sociétés savantes, à Montréal la même année. Pourtant, en page 123 au début de l’article, la note en bas de page l’identifie de la manière suivante : « Article écrit en collaboration avec Gilles Gauthier et publié dans la Revue française de science politique, vol. 47, no 6, décembre 1997. »

3Ce livre a été écrit par l’un de mes ex-collègues du Département d’information et de communication. La note à l’endos de la couverture précise d’ailleurs que André Gosselin « a été professeur à l’Université Laval (Québec) de 1990 à 1997 ». Connaissant déjà la plus grande partie de ses travaux pendant sa présence chez nous, je crois savoir que le montage de textes scientifiques qu’offre ce livre constitue en quelque sorte une somme de ses avancées dans sa principale filière de recherches. La note biographique de la couverture ajoute à la fin le détail suivant : « Depuis 1998, il s’occupe de la gestion de portefeuilles et poursuit des recherches sur les marchés boursiers et les stratégies de placement ».

4Ce livre est construit sur un thème qui symbolise en quelque sorte la douleur de tous ceux qui ont cru au cours de ce siècle dans les bonnes intentions des gouvernements communistes, soviétiques et révolutionnaires et, plus généralement, dans les promesses de l’action étatique, de la politique et de la gauche. C’est ce qui lui donne son actualité et sa grande pertinence. Il offre en effet un examen à tête reposée, technique et détaillé, de ce qui fut un brûlot contre le cynisme, l’auto-illusion, la naïveté ou la volonté de puissance de plusieurs. Mais, en tant qu’argument idéologique et politique, les effets inattendus furent aussi et continuent d’être utilisés comme une invitation à abandonner les collectivités à la main invisible, c’est-à-dire au libre jeu des actions individuelles.

5Par là, l’argument des effets pervers a produit son propre effet pervers : il a poussé au refus pur et simple de la sociologie comme effort de comprendre (c’est-à-dire prévoir) l’évolution sociale, jusqu’à ralentir l’effort scientifique en ce qui concerne la compréhension de l’évolution des sociétés, et l’identification des facteurs clés à influencer, tels l’éducation, l’environnement et la culture qui constituent le cadre de vie collective dans lequel se déroule le (libre) jeu des individus. L’autre face de cet effet pervers, conséquence de la première, c’est évidemment le refus de la politique comme tentative d’améliorer le contexte dans lequel se déroule l’action inégale des individus. Par crainte des effets pervers, insinue l’argument, il est plus rationnel de s’abstenir d’agir.

6En fait, pour rendre justice à l’individu réel, qui est en principe à la base de l’individualisme méthodologique, il faudrait pousser jusqu’à son terme la méthode compréhensive, qui selon Gosselin est l’approche privilégiée par les économistes qui ont développé le thème des effets imprévus. Il faudrait donc inclure dans le portrait des processus mentaux obtenu par introspection, la recherche de la connaissance des conséquences et l’ajustement constant aux effets des décisions et des actions. Bref, comme le souligne l’auteur dans la dernière phrase du livre, l’individu dans l’action a aussi besoin d’anticiper et d’inclure dans ses évaluations une case pour les effets paradoxaux, insoupçonnés, inattendus ou pervers, qu’il faudra au besoin corriger par la suite.

7On peut d’ailleurs estimer que l’analyse faite par André Gosselin n’a pas suffisamment pris sa distance devant une approche qui tente d’expliquer la totalité des phénomènes sociaux par la seule agrégation des actions individuelles. Il aurait fallu mettre plus clairement encore ce « paradigme » en contraste avec des facteurs que l’homme d’action et de gestion introduit aussi dans ses équations, selon les situations et les contextes, outre les actions des autres : le poids de la bio-génétique, l’influence des technologies, le climat, les croyances, la culture, le hasard ou même l’agrégat des paresses produites par les micro-inerties de la vie quotidienne. Ce sont des forces qui agissent sur ce que les hommes pensent, désirent et anticipent, qui tracent des régularités et des convergences dans les actions, qui se présentent souvent comme venus d’hier pour encadrer les collectivités d’aujourd’hui et qu’il faut aussi prendre en compte, si on veut agir minimalement de manière rationnelle.

Haut de page

Bibliographie

HIRSCHMAN, Albert (1991), Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, Fayard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Demers, « André GOSSELIN (1998), La logique des effets pervers », Communication, vol. 19/2 | 2000, 177-180.

Référence électronique

François Demers, « André GOSSELIN (1998), La logique des effets pervers », Communication [En ligne], vol. 19/2 | 2000, mis en ligne le 02 août 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6376

Haut de page

Auteur

François Demers

François Demers, Université Laval.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org