Navigation – Plan du site
Articles

La production médiatique de l’espace public et sa médiation du politique

Martine Paquette
p. 47-74

Résumés

La contrepartie de la popularité grandissante du concept d’espace public renvoie non seulement à la pluralité de ses formes, mais aussi à sa difficile conceptualisation et opérationnalisation. Le présent article s’attache au fondement multidisciplinaire de l’espace public et jette des balises de réflexion sur sa double dimension politique et médiatique. L’auteure suggère de mettre en relation la représentation de l’univers des rapports sociaux avec celle que sous-tend la régulation politique propre à chaque forme de l’État moderne et d’appréhender sous cet angle les transformations historiques de l’espace public médiatique. L’article aborde également la médiatisation comme forme de médiation tendant à polariser la diversité des médiations et examine les sens que revêtent les termes espace et public.

Haut de page

Texte intégral

1La popularité grandissante du concept d’espace public, voire sa centralité dans les sciences sociales, peut s’expliquer en raison de son interdisciplinarité. Récupéré çà et là de diverses façons, ce concept est marqué par une grande labilité et fluctuation. Son opérationnalisation s’avère périlleuse, car le concept paraît évanescent, voire réduit à la métaphore ou à l’idéologie (Chanial, 1992 : 63). L’un des problèmes souvent soulevés concerne son caractère dilué : il se présente comme un déjà-là abstrait à remplir. Pourtant, il se réalise dans des formes concrètes, historiques, sociales et politiques. L’instabilité référentielle du concept force à questionner son sens. Il semble impérieux de travailler à sa définition, peut-être même en raison de la mutation sociétale actuelle et de la crise de la représentation que nous connaissons. Comme le précise Ferry (1989 : 20), une redéfinition sociologique de l’espace public politique s’avère nécessaire à cause du développement médiatique considérable que nous connaissons depuis le milieu du vingtième siècle.

2Je propose, dans le cadre de cet article, de situer l’espace public dans une perspective multidisciplinaire (tel est d’ailleurs le propre de ce concept), soit au confluent de la sociologie politique et de la communication, et ainsi de le considérer à la fois comme un espace communicationnel et politique. J’interrogerai cette confluence en examinant l’espace public au regard de sa production par les médias de masse et de sa médiatisation du domaine politique. Je proposerai, en fin de parcours, une définition de l’espace public qui, sans être exhaustive, a le mérite de préciser certains aspects que l’on semble généralement tenir pour acquis (tel le sens même des mots espace et public). Cette approche théorique a pour but de dégager, dans une perspective sociologique, quelques dimensions du concept d’espace public qui puissent contribuer même modestement à sa clarification.

Communication et politique

  • 1 Wolton pose cette équivalence (1989). Voir la critique de Breton à cet égard (1995 : 325).
  • 2 C’est notamment la position de Miège : l’étude de la composante politique de l’espace public lui pa (...)
  • 3 En effet, quelques critiques ont été adressées à « l’idéalisation d’un âge d’or de l’espace public  (...)
  • 4 Wolton remarque un écart entre la référence fréquente au concept d’espace public, surtout depuis un (...)

3La dimension politique de l’espace public semble peu présente dans les études en communication. Souventes fois, elle demeure périphérique soit parce qu’on ne la définit pas (on assimile, par exemple, médias et démocraties1), soit parce qu’on tente tout simplement de la minimiser, voire de l’évacuer, comme si elle était obsolète, car liée aux modèles grec et bourgeois (Arendt et Habermas), ou trop englobante2. Il faut néanmoins préciser, comme le fait Pailliart, que l’étude de l’espace public en regard de la sphère politique relève d’une tradition avec laquelle il importe de rompre — mais en partie seulement, me semble-t-il — afin de dégager la pluralité du concept et ses manifestations dans diverses institutions (non seulement médiatiques ou politiques, mais religieuses, éducationnelles, entrepreneuriales…) ainsi que de « se dégager d’une vision idéale et normative de l’espace public3 » (Pailliart, 1995 : 200). Quoique l’appréhension de l’espace public par la sphère politico-médiatique puisse paraître classique, il ne semble pas que son sens soit épuisé ; la multiplicité des références, pour ne pas dire cette référence à la mode (Wolton, 1997 : 380), et l’acception large du concept ne doivent pas être confondues avec une conceptualisation fine du phénomène4. Aussi, l’opérationnalisation du concept ne doit pas mener, comme le fait remarquer Chanial (1992 : 63), à « une simple catégorie descriptive » aux dépens de la charge normative du concept.

4Inversement, en sociologie politique, c’est la médiation par les médias de masse qui apparaît déficitaire dans les références à l’espace public. Celui-ci est le plus souvent défini au regard de l’analyse habermassienne, ce qui équivaut en quelque sorte à faire fi de 200 ans d’histoire. La constitution de l’espace public au XVIIIe siècle repose sur des conditions historiques, institutionnelles et politiques particulières. Il faut tenir compte aujourd’hui des mutations qui ont eu lieu aux XIXe et XXe siècles, dont l’avènement des démocraties et des médias de masse (Ferry, 1989), la transformation des relations entre l’économique et le politique sous l’État-social (Floris, 1995 : 128) et entre le privé et le public (Dahlgren, 1994 : 246), pour définir l’actuel espace public, même si on tient à référer à l’espace public moderne des Lumières. La référence habermassienne est canonique et nécessaire ; cependant elle renvoie à un moment de l’espace public, sa naissance moderne. Le concept d’Habermas, bien qu’il mette en œuvre les liens entre l’État et la « publicisation de la raison politique », demeure spécifiquement lié à l’État bourgeois et, disons-le, à une conception assez idéalisée de la raison critique universelle. Une prise en compte formelle mais évanescente du concept au regard d’une conception normative de la démocratie, autrement dit « un processus de vulgarisation et de simplification à l’excès des cadres analytiques qui constituent la charpente de L’Espace public » (Neveu, 1995 : 44), tend ainsi à évincer ses avatars. Il s’avère réducteur de ne ressortir qu’un énoncé condensé des analyses d’Habermas et de le présenter comme un sens commun, un enthymème ou un truisme irréfutable (Thériault, 1998 : 231 ; Salée, 1995 ; Wievorka, 1997), comme si l’espace public était une donnée naturelle et non historique. Il s’agit d’éviter de reprendre la définition de l’espace public bourgeois, comme discussion rationnelle sur l’édification de la Cité, de simplement l’assimiler au lieu démocratique des débats ou de l’appliquer sans autre évaluation à la société contemporaine.

Production médiatique de l’espace public et formes de l’État

5L’étude de l’espace public, comme lieu structuré par les médias de masse et espace central de visibilisation du politique, s’inscrit dans un cadre sociétal, un contexte sociopolitique singulier, et nécessite conséquemment de référer aux régulations politiques. Il ne s’agit pas ici de creuser cette question mais de suggérer, comme mise en perspective de la réflexion qui sous-tend ce texte, que le point d’intersection entre la communication et le politique se situe dans la prise en compte des formes concrètes de l’État moderne : « la nécessité d’une compréhension sociologique de la communication, [qui] passe par la reconnaissance herméneutique de son ancrage à l’intérieur des formes socio-historiques de régulation sociale » (Côté, 1998 : 130). Lier les transformations de l’État et de l’espace public médiatique constitue une piste de recherche heuristique.

6La médiatisation du politique, dans le sens de la représentation de la société comme totalité, pourrait être appréhendée d’un double point de vue, soit en mettant l’accent sur les médias de masse et leur travail discursif en aval, soit en insistant sur ce qui se trouve en amont, comme les logiques de régulations propres aux formes de l’État moderne. Ce ne sont pas les effets des médias qui nous intéressent ici mais, pour le dire de façon succincte et imagée, les effets de la société sur les médias par le biais des régulations politiques. En regard des théories communicationnelles, on peut référer à la perspective que privilégie « la mise en agenda des médias eux-mêmes » (« media agenda-setting »), qui consiste à prendre en compte les phénomènes se situant en amont du processus de médiatisation, dont le contexte sociétal (Breton et Proulx, 1994 : 230). Les formes de l’État fournissent préalablement un cadrage spécifique quant à la représentation des rapports sociaux et ainsi quant aux façons de publiciser la société, de la rendre communément visible et intelligible.

7Ce processus en amont permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle l’espace public médiatique mue en raison notamment des transformations des formes de l’État. Dans la modernité, on reconnaît trois formes de l’État : libéral, providentialiste et néolibéral. La reconnaissance de ces trois formes fait consensus en sociologie (Bourque et Duchastel, 1992 : 82), bien que leur périodisation soit changeante en fonction des théories et surtout des singularités nationales. Fondamentalement, la re-distribution des institutions entre les sphères publique et privée détermine une forme de l’État. Sommairement, une forme de l’État renvoie à un ensemble de règles (d’abord le droit et la loi) qui permet la gestion et l’organisation des institutions, privées et publiques, et des rapports sociaux (Beauchemin, Bourque et Duchastel, 1995). Les formes de l’État ne sont pas envisagées ici sous l’angle des transformations économiques et institutionnelles, comme le font les analyses classiques « trop étroitement économiques » (Rosanvallon, 1992 : 8), mais plutôt en ce qui a trait à la finalité d’une forme de l’État, ultimement à la mise en forme des rapports entres les individus, à l’image de la société qui en ressort, bref au sens que prend le « vivre-ensemble » (Rosanvallon, 1992 : 40).

8À moins de considérer l’espace public médiatique comme autoréférentiel, comme agissant en vase clos ou en « insularité » (Halimi ; voir aussi Champagne, 1990 : 243), on ne peut le soustraire des influences des formes singulières de l’État moderne qui restructurent fondamentalement l’entièreté d’une société et conséquemment le regard que celle-ci porte sur elle-même. Une nouvelle logique de régulation étatique « entraîne un déplacement significatif de la représentation des rapports sociaux et de la relation de l’individu à la société » (Beauchemin, Bourque et Duchastel, 1995 : 17). Le passage d’une forme de l’État à une autre « provoque non seulement le changement du rapport entre les institutions, mais aussi la mutation de la culture, du discours politique et de la représentation du monde » (Beauchemin, Bourque et Duchastel, 1991 : 176). C’est en raison de ces transformations profondes qu’on peut supposer que la représentation de l’univers des rapports sociaux dans l’espace public objectivé par les médias de masse se transforme parallèlement au passage d’une forme de l’État à une autre, comme Habermas l’a indiqué par son analyse de l’espace public moderne qui naît au XVIIIe siècle sous l’État libéral et se transforme avec l’avènement de l’État interventionniste (ou social dans les termes d’Habermas).

9Les frontières mouvantes ainsi que les transformations historiques de l’espace public sont liées aux formes de l’État, ne serait-ce que parce que fondamentalement l’articulation privé/public se déplace en fonction des formes de l’État. Ce qui est d’intérêt public change. Les formes de l’État peuvent ainsi déterminer le passage d’enjeux de l’espace privé à l’espace public ou l’inverse. L’espace public médiatique est reconfiguré par la transformation sociétale qu’implique le passage d’une forme de l’État à une autre et concomitamment la révèle. La représentation médiatique de la société, comme totalité ou même comme non-totalité, se trouve déjà informée par celle que sous-tend chaque forme de l’État. L’appartenance à une logique de régulation impose des limites, trace des frontières quant à la représentation de la société, donc ce qu’on en dit, la façon dont on le dit et ce qu’on tait. Les médias de masse effectuent, dans cette perspective, un travail après-coup en reproduisant une représentation symbolique déjà transformée par le changement de régulation politique. C’est dans ce sens qu’on peut parler de l’incidence des formes de l’État sur l’espace public médiatique quant à la représentation de la totalité. Le contenu de l’espace public médiatique demeure néanmoins fondamentalement imprévisible dans la mesure où les événements qui seront rendus publics ne sont pas connus à l’avance en raison des intérêts contradictoires et conflictuels dont se nourrit un état de société donné et des événements inattendus (Floris, 1995), ce qui donne à l’espace public médiatique un caractère fluctuant et insaisissable.

Le fondement multidisciplinaire de l’espace public

  • 5 En ce qui concerne la routinisation, même l’épuisement, qui s’est établie dans les critiques visant (...)

10Peu d’études prennent en compte concrètement les liens entre les formes de l’État et la nature communicationnelle de l’espace public, d’où le besoin de recourir pour l’instant à des théories sur le concept de l’espace public pour mieux cerner certains traits généraux et fondamentaux. Quelle que soit la façon d’appréhender l’espace public, la référence à L’Espace public est incontournable. Il n’est pas inutile de rappeler que cet ouvrage fondateur et précurseur du concept moderne de l’espace public s’articule autour d’une perspective multidisciplinaire (Habermas, 1992 : 161) ou « un bilinguisme conceptuel en faisant penser dans les catégories de la communication et de la prise de parole un modèle politique » (Neveu, 1995 : 38). Quoique ce classique soit à juste titre critiqué à certains égards en raison du « modèle bourgeois » qu’il illustre5, sa prise en compte du politique et de la communication suggère encore des voies d’analyse intéressantes. Comme le note Neveu dans son évaluation de la réception actuelle du livre d’Habermas et des critiques qui lui ont été adressées, « L’Espace public offre aux chercheurs un socle pour renouveler l’analyse du politique, penser son articulation au culturel, introduire une réflexion qui explicite et sollicite à la fois la catégorie de la “communication” comme médiation centrale des rapports sociaux » (1995 : 38).

  • 6 C’est dans ce sens un « espace public politiquement orienté » (Ferry, 1989 : 17).
  • 7 Habermas nuance la vision idéalisée, unitaire, voire totalisante, qui se dégage de l’analyse de la (...)
  • 8 Précisons que l’idée d’un espace public comme médiateur entre la société civile et l’État, qui sert (...)

11L’espace public au sens moderne, comme il s’est constitué à l’époque des Lumières, réfère à la sphère du pouvoir public (Habermas, 1978 : 29). La sphère est publique, car constituée de personnes privées rassemblées en un public qui échappe à l’État absolutiste. Cette sphère publique est à la fois politique (elle crée un espace argumentatif où le public fait un usage critique et politique de la raison qui vise à contraindre l’État absolutiste à rendre son pouvoir légitime6) et bourgeoise (elle est limitée à une classe, une élite homogène, basée sur la propriété et la culture) (Bautier, 1992 : 88). Habermas s’est intéressé aux conditions institutionnelles qui ont permis ce moyen de contrôle politique inédit, ou cette communication politique au sens large, soit un public qui soumet structurellement et institutionnellement le pouvoir par la discussion rationnelle et transforme ainsi la nature de la domination7. L’espace public constituait une médiation entre l’État et la société civile8, à laquelle participait la médiatisation par la presse. En effet, la naissance de la sphère publique bourgeoise, en plus de ses considérations capitalistes et politiques, est liée au développement de la presse. Les personnes privées se sont avant tout rassemblées en un public littéraire ; le public était ainsi restreint au public des lecteurs. Cette sphère culturelle s’est peu à peu élargie en une sphère politique, grâce notamment à la presse, réagissant à un État perçu comme un instrument de domination à contrôler.

  • 9 Habermas a déjà noté que, s’il faisait de nouveau l’analyse des transformations structurelles de l’ (...)

12On connaît bien la conclusion pessimiste9 de L’Espace public : le principe de Publicité va contribuer à l’élargissement de l’espace public et dégénérer au profit de la publicité commerciale et manipulatoire. L’espace public n’exerce plus de fonction politique et critique. Le public est vassalisé, car exclu désormais de la légitimation même du pouvoir. Les médias ne constituent plus une médiation particulière, comme c’était le cas dans la sphère publique bourgeoise, mais un lieu de manipulation : ce sont des instruments pour le pouvoir qui servent à assurer la loyauté de la masse. Il n’est plus investi par un public faisant un usage critique de sa raison dirigé contre l’État, mais par l’État même et les puissances économiques. En perdant sa capacité médiatrice, l’espace public se restreint à la seule médiatisation et devient un lieu technique et instrumental, conforme au type de raison qui l’a investi.

  • 10 Précisons que L’Espace public, paru en allemand en 1962, fut traduit en français en 1978 et en angl (...)
  • 11 Habermas décrivait, dans L’Espace public, un public homogène, passif et victimaire, en suivant une (...)

13Habermas met bien en évidence un axiome essentiel : la domination et la structuration de l’espace public par les médias de masse, quoique la conception des relations entre les médias de masse et la société apparaisse réductrice. Les médias sont perçus comme « une influence exercée de l’extérieur » (Habermas, 1992 : 186). En dépit du refus d’Habermas, trente ans après la parution de L’Espace public10, de réitérer une opposition entre le moment où l’espace public s’institutionnalise et son déclin sous l’État-social, il conserve, avec quelques nuances et révisions à propos de son analyse et de sa conception du public11, l’idée des deux dominations, celles du pouvoir sur les médias de masse et ainsi l’espace public (1992 : 173). L’analyse de l’espace public d’Habermas montre comment l’activité communicationnelle, comme discussion rationnelle et politique, s’appuie sur des produits de l’activité sociale, notamment les institutions et les médias de masse.

14Or, que peut bien être le sens politique d’un espace public réduit à la dimension médiatique et à sa seule capacité de domination et de consommation ? Habermas, dans sa dernière préface, définira dès lors l’espace public politique comme les « conditions de communication par lesquelles la formation discursive de l’opinion et de la volonté d’un public citoyens peut être réalisée » (1992 : 180). Deux point sont à relever. D’une part, cette définition tend à restreindre la communication au niveau interpersonnel (Floris, 1995 : 123) et ainsi à ne plus mettre en évidence la dialectique entre la médiation et la médiatisation. D’autre part, elle vise à dégager le principe de Publicité de son incarnation spécifique dans la sphère publique bourgeoise (Chanial, 1992 : 68), ce qui permettrait de pluraliser le concept d’espace public. Or, le politique ne serait plus une instance centrale de régulation ; ce rôle serait rempli par la pratique quotidienne de l’usage public de la raison argumentative (Chanial, 1992 : 68). Cette conception semble découler de la normativité rattachée au concept de l’espace public. Il faut rappeler que l’étude de la sphère publique chez Habermas s’inscrit dans l’horizon du principe universaliste de l’usage politique de la raison. L’espace public se présente alors comme « le concept fondamental d’une théorie normative de la Démocratie » (Habermas, 1992 : 180). Ainsi, l’espace public est-il pris en compte au regard d’une réflexion sur la profondeur démocratique, le fondement du pouvoir et une éthique de la communication (Bautier1994 : 90). Pour Habermas, l’espace public était en 1962 un concept normatif « en ce sens qu’il représentait les conditions idéales d’une organisation et d’un fonctionnement politiques permettant l’émancipation des individus et des collectifs » (Quéré, 1992 : 78). La sphère publique bourgeoise est présentée plus comme un idéal qu’une réalité historique en raison de sa vision formaliste, abstraite et rationaliste de la communication (Dahlgren, 1994 : 246 ; Floris, 1995 : 122). Habermas a substitué à l’idéalisation de la sphère publique bourgeoise, à l’aune de laquelle les transformations de l’espace public furent jugées, une conception plutôt procédurale et argumentative dans la Théorie de l’agir communicationnel. Mais, le point de vue demeure normatif dans la mesure où « l’idéal d’un espace public autonome, garant de la liberté et de l’autodétermination rationnelle des individus et des collectifs, représente quelque chose d’à la fois désirable et contraignant » (Quéré, 1992 : 78).

15L’éthique de la discussion qui sous-tend l’espace public renvoie à une éthique de la procédure de la discussion rationnelle. Cette conception permet d’éviter l’impasse à laquelle conduisaient les conclusions de L’Espace public (Calhoun, 1992 : 30), soit un espace public médiatique de manipulation et de consommation. Or, l’analyse habermassienne, en se situant au niveau d’une « idéalité normative » (Quéré, 1992 : 80), ne permet pas d’appréhender la réalité de l’espace public comme phénomène.

  • 12 Certains auteurs tendent à appréhender l’espace public au regard des travaux d’Habermas sur l’éthiq (...)

16Outre le changement quasi paradigmatique de l’analyse de l’espace public dans l’œuvre d’Habermas12, de L’Espace public on peut néanmoins retirer une leçon majeure pour l’analyse de l’espace public contemporain : quoiqu’il forme un espace distinct de l’État et du marché (Fraser, 1992 : 110-111), ses mutations sont liées à la fois au « processus de transformation de l’État et de l’économie » (Habermas, 1992 : 169) et au développement des médias. Je m’attarderai principalement, comme annoncé au début, aux dimensions médiatique et politique quoique les changements économiques contribuent aux transformations de l’espace public. Voir à ce propos Chanial (1992 : 72), Garnham (1992) et Quéré (1992 : 78).

L’espace public comme produit médiatique

  • 13 Il faut, en effet, mettre en perspective la pluralité des espaces publics, c’est-à-dire qu’il n’exi (...)

17Comment les médias produisent-ils l’espace public ? Miège retrace les quatre modèles de communication médiatique qui ont historiquement mis en forme l’espace public contemporain : la presse d’opinion, la presse commerciale, les médias de masse et la généralisation des techniques de communication dans tous les champs sociaux (1997 : 113-126 ; 1995a : 165-169). Il ne s’agit pas, selon lui, d’ajouter des variantes au modèle bourgeois d’Habermas, mais de mettre en lumière le fonctionnement communicationnel de la société moderne (1997 : 113). Ces modèles de communication constituent des « principes organisateurs » de l’espace public qui apparaissent et coexistent selon diverses variantes liées aux particularités historiques et culturelles des sociétés. Dans cette optique, l’espace public est essentiellement vu comme une médiation culturelle et sociale. Miège propose une re-production, par la multiplication, de l’espace public : de nombreux espaces publics se chevaucheraient en raison de la diversification des activités de l’individu et de la prégnance de l’usage des techniques de communication13 (1989 : 166). Il s’avère important de considérer les changements médiatiques, comme le fait Miège. Or, l’accent mis sur les micro-espaces individuels et le marché (précisément divers marchés auxquels l’individu accède : le travail, la consommation, l’école, la santé…), lesquels sous-tendent la séparation du culturel et du politique, circonscrit l’espace public aux sphères marchande et culturelle.

  • 14 La notion même de communication politique ne fait pas consensus. Voir Breton (1995) qui estime qu’u (...)
  • 15 La démocratie est parfois associée aux conséquences du type de propriété (État, industrie privée) e (...)
  • 16 La démocratie de la participation par la technique et sa substitution à un système de représentatio (...)

18Aussi, le refus du politique, ou la dissociation de l’espace médiatique et de l’espace politique, que drainent les analyses de Miège, semble conduire à des écueils ; il s’avère néanmoins formateur de s’arrêter aux mises en garde qu’il contient. Miège s’oppose à une approche « assimilant sans précaution aucune, ou comme s’il s’agissait d’une évidence, l’EP à sa composante “politique”, l’EP politique » (1995b : 50). Mais, ce qu’il refuse obstinément, c’est précisément ce qu’il nomme la réduction de l’espace public politique à la représentation politique, soit « l’analyse des rapports entre dirigeants politiques, journalistes des grands médias audiovisuels et experts en marketing politique » (1995b : 50). Cette critique apparaît juste dans la mesure où elle met en lumière, en plus du réductionnisme potentiel de la définition même du politique, des faiblesses analytiques de l’espace public. Miège fait remarquer, à juste titre, qu’une confusion entre l’espace public et le politique peut se créer et entraîner celle entre la médiatisation et la médiation (1995 : 57). Cette confusion est liée à l’illusion que la communication politique régule l’espace public et que ses techniques sont bénéfiques à la vie politique. Wolton, par exemple, considère la communication politique, entendue comme « l’espace où s’échangent les discours contradictoires des trois acteurs qui ont la légitimité de s’exprimer publiquement sur la politique et qui sont les hommes politiques, les journalistes et l’opinion publique au travers des sondages » (1989 : 30) comme « le véritable moteur de l’espace public14 » (1995 : 109 ; 1989 : 29). Non seulement Wolton présente-t-il la communication comme un soutien de la démocratie15, voire une alternative au politique, mais ses analyses sous-tendent une conception réductrice du politique, laquelle se résume à la rationalité et à la laïcité (1992 : 102) ainsi qu’une vision édulcorée de l’espace public en raison de l’omission de la conflictualité donnant chair à l’espace public (Floris, 1995 : 125). D’autres, comme Ferry, pousseront loin l’idée de l’impact des techniques de communication sur la démocratie, par une transformation inédite de l’espace public induite par les nouvelles technologies, en avançant le passage d’une démocratie de représentation à une démocratie de participation. Ainsi, en plus de la confusion pouvant s’instaurer entre la médiatisation et la médiation, c’est la séparation de la médiatisation et de la représentation qui est aussi mise de l’avant dans certains modèles16.

19Les critiques de Miège mettent donc en garde contre les glissements, confusions et aplatissements qui peuvent survenir lors de la prise en compte de la composante politique de l’espace public, dont au premier chef la définition même du politique et une conception candide des techniques. Cependant, à mon sens, il n’est pas réducteur de lier l’espace public médiatique et l’espace public politique ; cela est même fondamental dans la mesure où les médias structurent l’espace public et que le politique nécessite cette vitrine, cette mise en visibilité, comme le reconnaît lui-même Miège (1995b : 53). L’entreprise serait réductionniste si on proposait un recouvrement total et indistinct des deux espaces et définitions, ou si on définissait trop abstraitement ou de façon limitative le politique. L’étude de l’espace public en relation avec les formes de l’État permet de donner un sens précis au mot politique et d’inscrire l’espace public dans une société et une culture concrètes.

20Qu’en est-il donc de la production médiatique de l’espace public ? Bien que le modèle général de Miège paraisse incomplet, il met de l’avant le rôle d’objectivation que jouent les médias depuis la naissance de l’espace public moderne. Ce dernier apparaît, et cette fois je suis d’accord avec Wolton, « fonctionnellement et normativement indissociable du rôle des médias » (1992 : 95). Il est heuristique de suivre ici les propositions de Quéré (première manière, soit 1982). Quéré prend en compte la double dimension technique et symbolique que met en œuvre la médiatisation. Les médias, en reconduisant les attributs de la structure universelle de l’espace public (impersonnalité, neutralité, extériorité, objectivité) (1982 : 55), ou comme l’a appelé Quéré le « tiers symbolisant », instituent une médiation symbolique, laquelle découle d’une activité communicationnelle. En remplissant ce rôle de support d’un mode historique d’objectivation de la médiation symbolique propre à un espace socioculturel, les médias contribuent à créer une aire d’appartenance commune reconnaissable et « donnent une assise à l’identité et à l’action individuelle et collective » (1982 : 154). Autrement dit, par leur représentation de la société, les médias produisent symboliquement une extériorité, une réflexivité qui permet à la société de se rendre intelligible et visible à elle-même.

21La conception de l’espace public de Quéré repose sur les différences historiques et culturelles de l’objectivation de la médiation symbolique. Elle met en œuvre une distinction entre les traits universaux de l’espace public et ses singularisations historiques, soit des modalités et contenus différents selon les états donnés de société. Par exemple, une étude de Bernard Floris montre que l’entreprise et l’économie sont des thèmes qui reçoivent un traitement différent selon les diverses phases de l’espace public moderne en France. Dans l’espace public bourgeois du XIXe siècle, l’entreprise, comme le champ économique en général, relève du domaine privé ; elle échappe à la sphère du débat public. Cette « coupure entre le champ économique privé et l’espace public » (Floris, 1995 : 126) s’atténue dans la deuxième moitié du XIXe siècle alors que s’interpénètrent le politique et l’économique et que les ouvriers en tant que classe apparaissent dans l’espace public. Or, c’est après la Première Guerre mondiale que l’économie investit de plus en plus l’espace public et que l’entreprise acquiert une « valeur positive » au point de devenir, surtout à partir des années quatre-vingt, un thème central (Floris, 1995 : 128). En revanche, l’expansion de la logique marchande peut contribuer à exclure de l’espace public d’autres thèmes, des événements ou problèmes sociaux (Chanial, 1992 : 72). La variation du contenu de l’espace public est en lien avec les différents repères identitaires propres à chacune des époques. L’espace public, comme régulation symbolique, génère des références identitaires, soit « un espace symbolique permettant aux citoyens de se situer par rapport à la société » (Bautier, 1994 : 89). Les médias participent au mouvement de production-reproduction de la société en contribuant « à la création et au maintien de l’identité, du consensus, du partage des mêmes “souvenirs” et des mêmes interprétations, du même sens de l’action sociale, de l’histoire, des mêmes aspirations » (Lacroix, 1995 : 264) ; dans ce sens, ils constituent des acteurs historiques et s’inscrivent dans la durée, l’histoire, la culture.

22Or, la postmodernité entraîne, selon Quéré (1982 : 114), une mutation de l’activité communicationnelle et corollairement de l’espace public et de la régulation des rapports sociaux par l’avènement de la « société technologique ». À la médiation symbolique de la société moderne se substituerait la médiation technique de la postmodernité, qui consiste en un dépérissement des repères collectifs identitaires (1982 : 111), et l’illusion que la société est directement accessible (1982 : 106), au profit de la subjectivité et de la technicisation. En raison de cet affaiblissement de l’objectivation de la médiation symbolique, qui représentait la société comme totalité sociale hétérogène, l’espace public apparaît défaillant. La société comme synthèse n’est pas détruite, mais devient évanescente, même invisible. L’objectivation de la société n’est plus médiatisée par les représentations et mises en scène instituées par les médias.

23Les médias nourrissent les transformations de l’espace public, car ils sont partie prenante des conditions de cohésion ou de rupture sociétales. On ne peut pourtant les considérer comme des causes directes de ce changement, car cette conception ne saurait éclairer la contradiction qu’elle engendre : les médias produisent et anéantissent le domaine public. En évitant cette équation sans aboutissement, Quéré nous entraîne sur une voie éclairante : comment les médias opèrent-ils symboliquement dans une société en mutation, dont le rapport à elle-même devient techniquement déterminé ? La perspective de Quéré ne relègue néanmoins pas aux oubliettes la contradiction, structurelle en quelque sorte, des médias, mais l’appréhende comme potentialité générée par la société et non comme puissance fragmentale inhérente aux techniques de la communication de masse.

  • 17 Voir « Médias, mensonges et démocratie » (février 1992), Manière de voir 14, Le Monde diplomatique.

24Ce qui ressort fortement de la conception de Quéré, qu’on soit d’accord ou non avec son interprétation du passage de la modernité à la postmodernité, renvoie au rôle d’objectivation de la réflexivité, et donc de l’espace public, et de représentation ou de mise en scène du pouvoir et des rapports sociaux (1982 : 42). Le terme de mise en scène met bien en évidence la distanciation qu’instituent les médias par la mise en forme et en sens de l’espace public. Les médias ne participent pas d’une interaction : ils se présentent devant les spectateurs. Aussi, la scène est liée à la notion de représentation. Il ne s’agit pas de la sphère représentative, telle que décrite par Habermas (le pouvoir se donne en spectacle devant un peuple complètement exclu de la sphère politique), quoique parfois certains événements puissent nous conduire à envisager cette perspective (pensons par exemple aux manipulations médiatiques qui ont eu lieu pendant la guerre du Golfe17). La représentation a plutôt ici le sens de discours second, de commentaire en tant que réorganisation et mise en scène de la parole originale (Breton, 1995 : 32). L’enjeu de l’espace public médiatisé, dans la perspective de Quéré, est donc la mise en scène de la visibilité de la société, les références du vivre-ensemble.

L’espace public comme médiatisation politique

25Que signifie la médiatisation du politique dans l’espace public ? Au fondement de l’espace public prend place une scène argumentative ou dialogique, comme le reconnaissent de nombreux auteurs et au premier chef Habermas. La tendance actuelle du regard communicationnel porté sur l’espace public et ses transformations, selon Bautier, omet le rapport de domination au profit « d’une vision irénique et esthétisante de la communication » (1994 : 189). En considérant le fondement dialogique de l’espace public, on prend en compte sa teneur conflictuelle, argumentative, voire sismique. Le dialogisme sous-tend un espace fondamentalement polyphonique. Dialogique ne renvoie pas seulement au sens premier, formel et restreint du mot dialogue. Deux niveaux sont à considérer : le dialogisme intrinsèque à tout discours et la relation dialogique entre les discours. Toute relation est dialogique, c’est-à-dire orientée vers autrui (Todorov, 1981 : 98). Le dialogisme sous-tend une conception singulière du discours : un discours non fini, non clôturé, pris dans les réseaux de l’interdiscursivité. Le discours n’est ainsi ni figé ni fixiste, mais en devenir. Les conflits, débats et opinions sont appelés à se transformer en raison de la confrontation incessante aux autres discours ; l’espace public recèle ainsi un caractère processuel (Dalhgren, 1994 : 250). Le dialogisme singulier mis en œuvre par une configuration institutionnelle (politique, médiatique, économique…) et un lieu identitaire nourrissent l’espace public ; s’il était monolithique, pourrions-nous encore parler d’espace public ?

  • 18 Dans ce sens, Ferry parle d’« esthétique de la figuration » (1989 : 18). L’esthétique est à compren (...)

26À la scène dialogique de débats instituée par les médias s’ajoute la scène d’apparition du monde (Quéré, 1992 : 77). C’est le lieu de l’apparition du « monde commun » (Arendt, 1983), c’est-à-dire de la pluralité comme dimension politique. La conception arendtienne de l’espace public, qui relève d’une réinterprétation de la conceptualisation aristotélicienne de la Politique, bien que fondamentalement politique, diffère du modèle habermassien reposant sur l’argumentation et la procédure dans une visée critique et émancipatoire. Chez Hannah Arendt, l’espace public, qui consiste en l’institution symbolique d’un espace d’appartenance, « apparaît », devient visible dans sa dimension phénoménale18. Le point de vue phénoménologique sous-tend que les actions, événements ou personnes prennent sens et forme socialement au moment de leur apparition (Quéré, 1992 : 81), bref que « le monde est l’apparition des êtres » (Tassin, 1996 : 73). L’espace public et le politique sont ainsi ce qui apparaît au vu de tous. La scène d’apparition ou la dimension phénoménale ne signifie pas apparaître devant les autres, les spectateurs (comme c’était le cas du modèle de la sphère publique représentative d’Habermas), mais avec les autres, en public, dans le même espace intervallaire. Se crée ainsi une « phénoménalisation interdépendante de la politique, du monde commun et de l’espace public » (Quéré, 1992 : 83).

27Que signifie cette interrelation au regard de la problématique qui nous occupe ? Le domaine public, chez Arendt, renvoie à deux dimensions, celle de l’apparence (ou apparition), soit l’espace de la pluralité humaine où chacun apparaît aux autres, celle de l’appartenance (le monde commun), soit l’appartenance symbolique, le rapport à une totalité signifiante. Cet espace public est essentiellement politique, car c’est le seul lieu où peuvent se construire et être représentés les rapports sociaux. Or, si le monde commun ne s’offre plus dans la diversité des perspectives, il ne peut plus apparaître comme totalité signifiante. Arendt associe le dépérissement du domaine public dans la modernité à ce monolithisme, lequel constitue un refus du phénomène politique.

28La pensée d’Arendt permet de concevoir les médias à l’égard de la représentation de la totalité signifiante. Notamment, elle ouvre une avenue singulière quant aux relations entre les médias de masse, quoiqu’elle n’en parle pas directement, et l’espace public. On peut avancer que la visibilité nécessaire à l’apparition du monde commun et de l’espace public et politique dépend, en grande partie aujourd’hui, des médias dans la mesure où ceux-ci structurent l’espace public central. La visibilité médiatique, en étant essentiellement la scène du domaine public, sa principale vitrine, peut tendre, en le bornant, à restreindre l’espace public, et en concomitance l’espace politique, à elle-même. On rejoint ici la critique de Breton (1995) concernant l’aplatissement des médiations sur la seule médiatisation. Cette médiatisation du monde commun propre à la société contemporaine, en raison de cette obligation d’utiliser les techniques de communication pour être visibles dans la société (Miège, 1989 : 211), ne jouerait donc pas un rôle positif en raison de sa trop forte prédominance, d’où l’attitude de Cassandre de certains auteurs. Selon les pessimistes, l’espace public se transforme radicalement, voire périclite en raison de la technologisation (Quéré, 1982), de l’instrumentalisation (Habermas, 1978), de la psychologisation (Sennett, 1979), du monolithisme (Arendt, 1983), lesquels induisent une perte du symbolique, de la discussion rationnelle et politique, des conventions et de la diversité humaine, bref de diverses médiations. Ces auteurs portent un regard critique sur la modernité. La dépolitisation qui sous-tend leur analyse n’est pas sans lien avec les transformations de l’espace public et ainsi la médiatisation même du politique. De nombreux auteurs ne partagent pas cette posture à l’égard de l’espace public et avancent plutôt l’idée d’une recomposition (Pailliart, 1995 : 193). Et même pour un auteur plutôt optimiste comme Lipovetsky, les médias élargissent l’horizon du questionnement sur la vie individuelle et collective et contribuent ainsi à la multiplication des points de vue (1987 : 280). Bref, que le point de vue soit optimiste ou pessimiste, il n’en demeure pas moins que tous reconnaissent que la médiatisation de la représentation de la société est centrale.

La totalisante médiatisation

  • 19 La médiologie met bien en évidence cette distinction : les médias constituent un des supports, un m (...)

29Une des dimensions fondamentales de l’espace public concerne la médiation. L’appréhension de l’espace public comme phénomène à la fois médiatique et politique peut conduire à une confusion de la médiation avec la médiatisation : l’« idéologie de la communication » nourrirait cette confusion en privilégiant la valeur de la communication dans les représentations du politique et même en se présentant comme une alternative au politique par l’idée de « société de communication » (Breton, 1995 : 323). La médiatisation est un cas particulier de médiation, entendu ici que cette dernière, comme le souligne la perspective médiologique19, déborde la diffusion médiatique et renvoie étymologiquement à un milieu, un moyen, un intermédiaire par lequel l’univers symbolique se matérialise (par exemple un livre, une mode, une institution). Une médiation est essentiellement une mise à distance. Les médias de masse en objectivant l’espace public participent à la réflexivité de la société, soit sa mise à distance d’avec elle-même (Quéré, 1982 ; Floris 1995 : 126). La distance fait partie du processus d’objectivation, dont l’enjeu est à la fois normatif, identitaire et symbolique (Quéré, 1982). Ce rôle d’objectivation, quotidien, massifiant et à l’échelle collective, est peut-être ce qui donne aux médias une telle centralité dans la société contemporaine. En plus d’être un lieu où la société peut potentiellement s’apparaître à elle-même et se reconnaître, la « médiation médiatisée » renvoie aussi à un « champ médiateur » (Floris, 1995 : 125) (on pourrait parler de scène, comme Quéré, 1982) entre le pouvoir politique qui doit se légitimer et la gestion symbolique des rapports sociaux. Ce deuxième niveau dans la médiation médiatisée réfère en d’autres termes à une lutte symbolique pour la visibilité. Le fondement politique de l’espace public médiatique repose ainsi à la fois sur la façon dont la société se représente comme « vivre-ensemble » et sur la gestion des rapports sociaux. La prégnance de la médiatisation comme forme de médiation tendrait cependant à amalgamer le domaine politique et l’espace public médiatique.

  • 20 L’idée que les médias sont le centre de tout relèverait de l’utopie de la communication (Breton, 19 (...)

30En étant au centre, l’espace public médiatique tend à évacuer le politique ou à le permuter. Ainsi, on risque de nourrir l’illusion technicienne selon laquelle, par la médiatisation, la société sera transparente, entièrement visible, sans secret et compréhensible20 (Breton, 1997 : 96 et 1996 : 129-131 ; Breton et Proulx, 1994 : 304). Si en place et lieu d’un monde commun, on met au centre l’espace médiatique, alors peut se profiler une « société technologique » (Quéré, 1982). L’espace médiatique comme centre, comme « finalité » de la communication (Breton, 1992 : 229), ravale le projet politique à la dimension du visible médiatique, absorbe son sens, car il ne porte pas de projet collectif, d’où un certain rapetissement du monde.

  • 21 Cette réduction peut prendre une autre direction : l’objectivité, qui constitue le socle de la légi (...)
  • 22 Voir Breton (1995 : 331) : il réfère à l’exemple classique de la « petite phrase ». La production d (...)
  • 23 Ici, Breton voit de nouveau à l’œuvre l’idéologie de la communication, cette fois comme égalisatric (...)

31On comprend bien que l’espace politique ne se résume pas à l’espace structuré par les médias de masse. Ce n’est pas un recouvrement total. Le discours politique n’est pas l’équivalent de la représentation qu’en donne l’espace public médiatique. Il se déploie dans un espace autre, celui de l’institutionnalisation et de l’organisation des rapports sociaux élaborant les règles de la régulation politique, dont le droit et la loi (Beauchemin, Bourque et Duchastel, 1995 : 16). Breton propose de distinguer, avec raison, deux modalités de « la mise en forme de la parole politique » : la médiatisation du politique, effectuée au premier chef par les médias, et l’argumentation politique, produite par la parole politique elle-même. En réduisant la médiation à la médiatisation, on occulte l’argumentation politique au profit du « commentaire médiatique21 » (1995 : 326). Or, la médiatisation « étend son influence en amont, sur les conditions dans lesquelles s’exerce l’argumentation22 » (1995 : 327). C’est dans ce sens que la diversité des médiations est polarisée par la médiatisation ; celle-ci revêt une grande légitimité au détriment d’autres façons plus « directes » d’entrer en contact avec le public (Breton, 1995 : 327). Or, cette emprise médiatique sur les processus de médiation engendre un « redoutable paradoxe » (Breton, 1995 : 328) : elle masque la différence entre la parole politique et le commentaire médiatique sur celle-ci. Le média apparaît comme le créateur, du moins le coproducteur, de la parole politique, alors que cette dernière existe avant sa médiatisation23. Ainsi, c’est toute l’argumentation politique, comme processus, parole et légitimité qui se trouve « sous l’emprise de la médiatisation » et qui est confondue avec elle (Breton, 1995 : 329-330).

  • 24 La médiatisation constitue une forme de médiation, une médiation symbolique de la société avec elle (...)

32Dans cette perspective, on peut prolonger cette hypothèse en suggérant que concomitamment est masquée la différence entre l’espace médiatique et l’espace proprement politique, c’est-à-dire qui est à l’extérieur du monde médiatique et où est produite originalement la parole politique. L’espace public médiatique se présente comme central au point d’occulter d’autres processus de médiation, telles des institutions (Parlement, école, famille…)24. La confusion entre la médiatisation et la médiation peut entraîner celle de l’espace public et de l’espace politique, tout comme celle entre la démocratie et les médias, que nous avons déjà notée, et entre le fait et sa représentation (voir le « tautisme » de Sfez, 1992). Et le passage à la postmodernité reposerait éventuellement « sur le fait que des mutations de société fondamentales sont aujourd’hui liées à l’absorption du politique par la sphère médiatique » (Breton, 1995 : 324). La dissolution tendancielle du politique peut, par exemple, être nourrie par l’utilisation des sondages. Pailliart nous rappelle l’importance de la statistique dans l’espace public. Celle-ci revêt un caractère « scientifique » (1995 : 198) qui donne aux faits sociaux une apparence d’objectivité ; les sondages tout en étant importants dans les décisions politiques, tendent ainsi à évacuer les débats. Ils donnent « l’impression d’une maîtrise possible de la réalité » (Wolton, 1989 : 171) ; c’est dans ce sens qu’ils peuvent contribuer à la confusion entre la médiatisation et la médiation et à l’affaiblissement du politique.

33La médiatisation tend à la totalisation de la médiation. Elle concourt à absorber, délégitimer ou occulter les autres formes de médiation. Il est légitime de vouloir mettre en cause, comme le fait Breton, cette convergence des techniques de communication. Or, il faut comprendre que cette critique ne vise pas directement les médias (ce qui serait attribuer une autonomie humaine à des techniques créées par les humains et verser dans la fatalité technologique), mais la place hégémonique, centrale que nous leur laissons dans les processus de médiation. « Au trop peu de médiation on répond maintenant par un trop-plein de médiatisation, idéalisée par une idéologie à forte consonance utopique, qui, profitant de l’affaiblissement actuel de la parole politique, fait des médias le centre de toute chose » (Breton, 1995 : 333). C’est la représentation singulière de l’humain et de sa société sous-jacente à cette emprise médiatique qu’il s’agit ultimement de dégager.

Visibilité du monde et visibilité médiatique

34La question à savoir pourquoi la médiatisation est si importante n’est pas d’ordre technique, mais politique : elle concerne la représentation des rapports sociaux et renvoie au défi essentiel du vivre-ensemble. Il y aurait en quelque sorte un renversement de visibilité : ce pourquoi l’espace public médiatique existait — mettre au centre le débat politique —, comme l’a montré Habermas, devient subsidiaire. L’espace public médiatique comme centre de visibilisation, comme obligation pour apparaître à la collectivité, paraît, dans ce sens, engloutir l’espace politique. La totalité s’invisibilise. On peut penser que si l’espace médiatique est au centre, c’est en raison même de notre difficulté à nous représenter comme totalité, à assumer, dans des mots arendtiens, le phénomène politique.

  • 25 Selon Habermas, « Sennett transpose les traits de la sphère publique représentative dans la sphère (...)

35Les médias engendreraient le « paradoxe moderne de l’isolement dans la visibilité » (Sennett, 1979 : 220). Le paradoxe médiatique de l’isolement dans la visibilité sous-tend une absorption de la société dans le moi et corollairement une dépolitisation. Pour Sennett, l’espace public relève de la théâtralité du social, c’est-à-dire qu’il implique une médiation par le caractère anonyme, impersonnel et conventionnel de la communication. Il associe les transformations des codes de la conduite publique, depuis la chute de l’Ancien Régime et surtout depuis la Seconde Guerre mondiale, à une psychologisation de la vie publique. Il postule une destruction de la vie en société ; il ne reste plus que des personnalités concevant le monde comme une manifestation d’elles-mêmes25. Les médias, dans la perspective de Sennett, contribuent au déclin de la vie publique et servent de soutien à la « société intimiste ». Ce sont des techniques nourrissant la personnalisation ; sous cet angle, ils ne font qu’accentuer l’incapacité d’agir impersonnellement et la défaillance des repères identitaires. C’est dans ce sens qu’ils sont l’incarnation du « paradoxe d’un espace public vide » (Sennett, 1979 : 220).

36Ce paradoxe, dans des mots arendtiens, implique que nous apparaissons les uns aux autres, mais sans être liés. L’espace polyphonique où se rencontrent les divers points de vue est visible, existant, mais ceux-ci ne convergent pas vers un même monde, si ce n’est un monde tant rapetissé qu’il ne peut signifier une totalité, une société en tant que synthèse historique, projet de vivre-ensemble et finalités collectives. La diversité existe, mais non le monde commun ; il y a à la fois une perte de lien et de distance. L’apparence et l’appartenance, les deux versants du monde commun arendtien, se détachent : les points de vue apparaissent mais seuls, sans lien à une unité les transcendant ; ils sont visibles mais isolés. Reformulé autrement, ce paradoxe signifie que les médias rendent visible la non-représentation d’une totalité signifiante.

Espace et public

  • 26 Garnham (1992 : 372) soulève la question de la reconfiguration de l’espace public au regard du dépl (...)
  • 27 À l’élargissement horizontal de l’espace public, qui sous-tend davantage un mouvement de déracineme (...)
  • 28 Cet espace est périssable et fragile en raison de l’imprévisibilité et de l’irréversibilité de l’ac (...)

37En regard des balises suggérées, qui articulent les dimensions communicationnelle et politique, je propose d’appréhender l’espace public comme une scène médiatique et dialogique de visibilité politique. Ayant déjà insisté sur l’objectivation médiatique et la visibilité du vivre-ensemble ainsi qu’abordé le fondement dialogique de l’espace public, je commenterai maintenant les termes mêmes d’espace et de public. Deux dimensions de la spatialité sont à considérer. Il y a d’abord la singularisation dans un espace social, national, en dépit de l’ouverture sur l’universalité (Chambat, 1995 : 71). L’espace public, à l’instar du politique, prend racine dans une nation, un espace circonscrit par l’État. Il constitue un lieu de communication de la société avec elle-même. Or, il faut prendre en compte la dialectique qui se noue et les échanges qui ont lieu entre les espaces publics nationaux des diverses sociétés (Ferry, 1989 : 20). Dans cette dialectique du national et de l’international, l’espace public est saisi comme un dépassement du cadre de l’État-nation dans la mesure où il permet une communication entre les sociétés par l’échange de représentations26. Cette ouverture entre les espaces publics sous-tend un public indéterminé et potentiellement illimité27 (Ferry, 1989 : 21). L’espace renvoie ensuite au réseau des relations humaines, soit « l’inter-est, qui est entre les gens et par conséquent peut les rapprocher et les lier » (Arendt, 1983 : 240). Cet espace intervallaire, créé par l’action et la parole, constitue une médiation entre les individus eux-mêmes, et entre les individus et le « monde commun » — ce monde qui transcende les vies individuelles. Au sens arendtien, il est tout aussi concret que le monde matériel et visible des objets ; or il est périssable (Arendt, 1983 : 259). Non seulement permet-il à chacun de révéler sa singularité, mais il produit des liens et confère une signification, temporelle, normative, symbolique, au monde durable de l’homo faber. L’action politique vise à rendre permanente la cohésion de cet espace constamment soumis, dans la temporalité même, à la fragilité28. Ainsi, les humains, par la parole et l’action, apparaissent les uns aux autres dans l’espace public.

  • 29 Nous sommes loin ici des distinctions qu’effectue Wolton (1997 : 381) entre l’espace commun (expres (...)
  • 30 Bien entendu, public a aussi le sens de rassemblement de personnes, même si celui-ci prend forme da (...)

38Dans ce sens, un monde ne peut être commun sans public. Que faut-il entendre par public ? À la fois visible et commun. Le public n’est le prolongement ni du privé ni du commun (dans le sens de communautaire) (Tassin, 1992 : 32). Au lieu de concevoir l’espace public dans une relation de proximité ou de distance avec le privé, comme si celui-ci représentait un point de départ, un centre de vie à l’aune duquel sont mesurés les écarts ou les dérivations, on pourrait « penser l’espace comme ajointement d’intervalles et non comme relation de distance [...] le problème est moins celui de la distance qui sépare que celui du lien qui unit dans la séparation. » (Tassin, 1992 : 33) Tassin reprend explicitement la vision arendtienne de l’espace de l’« être-en-commun ». L’espace public ne signifie pas maintenir relié ce qui est distancié (ce que fait le « monde commun ») : il se déploie entre les individus (inter homines, l’inter-est arendtien). Cet espace — plus précisément cet espace-temps — intervallaire rend la pluralité, comme dimension politique et vivre-ensemble, visible. « Le domaine public est cet espace de visibilité, lieu de l’apparition du monde : non pas ce sans quoi le monde ne serait pas, mais ce sans quoi il ne pourrait apparaître comme monde commun. » (Tassin, 1992 : 35) C’est dans ce sens que « public signifie moins commun que visible » (Tassin, 1992 : 35). L’espace public, en s’offrant au jugement de tous par la parole et l’acte, donne existence au monde commun29. Sous cet angle, on peut dire que la visibilité devient le principe de l’action politique, car « le sens de l’agir politique et du vivre-ensemble ne s’apprécie pas au regard des motivations, par définition privées, ou des résultats escomptés, par définition imprévisibles, mais toujours au regard des paroles qui se disent et des actes qui s’accomplissent publiquement, s’offrant ainsi au jugement du public » (Tassin, 1992 : 36). L’espace renvoie au « monde commun », qui devient son enjeu dans la mesure où il le rend visible30 comme lieu où apparaissent la parole et l’action.

  • 31 Dans l’idée d’une substitution de la démocratie représentative par la démocratie participative grâc (...)

39Le temps s’avère une catégorie analytique indissociable de l’espace, et pourtant cette caractéristique est rarement abordée dans les travaux sur l’espace public, si ce n’est la considération de ses transformations historiques potentielles. Or, outre la singularisation de l’espace public dans le temps historique, c’est la conception même du temps qu’il faut aussi examiner. Le dialogisme de l’espace public tout comme la façon dont sont menés les débats et présentées les informations sont assujettis à la conception temporelle (laquelle n’est pas intrinsèque aux techniques de communication) qui prévaut dans l’espace public et dans la société, tels aujourd’hui l’immédiateté et le direct. Wolton met bien en évidence la contradiction qui se noue entre la vitesse de l’information événementielle et la complexité sociétale et historique. Se crée ainsi le temps technologique et médiatique différent de celui de l’histoire et de la société (Wolton, 1992 : 98). Cette disjonction pourrait expliquer le recours à la personnalisation, laquelle occulte aussi le temps de la société pour nourrir un temps personnalisé. On pourrait avancer comme hypothèse que la totalité signifiante est invisible (ou fragmentée) dans la représentation médiatique en raison non nécessairement de la complexité de la société, mais parce que la conception temporelle dominante elle-même, immédiate et personnalisante, exclut le complexe. Si les médias ne retiennent que la « petite phrase » d’un discours politique (Breton, 1995 : 331), ce n’est pas pour une raison « naturellement » technique ; cela peut illustrer l’influence en amont de la médiatisation sur la parole politique, comme l’avance Breton, et aussi de la manière dont la société se représente dans son rapport au temps31.

Espace public et modernité

40Les médias de masse, en tant que techniques de communication, ne portent pas en eux une « vision » de la société, malgré ce que sous-tend le déterminisme technologique de la perspective mcluhanienne, soit le postulat selon lequel les technologies, tout en étant une projection de ce qu’est l’être humain physiquement et intellectuellement, influencent les facultés et capacités humaines de même que la société entière. La représentation de la société dans les médias ne découle pas non plus d’une simple manipulation idéologique (dans les pays démocratiques). En raison de leur influence symbolique et de la place centrale qu’occupe la « médiation médiatisée », les médias participent au mouvement de production et reproduction de la société : ils le font en objectivant un espace public qui tend, par sa massification même, à représenter la totalité. Le travail symbolique des médias concerne ainsi la représentation du lien social dans la mesure où ils mettent en forme et en sens la société de laquelle ils font partie. Cette représentation médiatique doit être comprise au regard de la régulation politique mise en œuvre par chaque forme de l’État qui, elle-même, sous-tend une représentation singulière de l’univers des rapports sociaux et du rapport de l’individu à la totalité.

41J’ai proposé de considérer l’espace public comme une scène médiatique et dialogique de visibilité politique. L’espace médiatisé que mettent en œuvre les médias de masse est public dans le sens arendtien du terme : il rend visible le politique, comme vivre-ensemble, et le monde commun, comme repère d’appartenance. Ils mettent en scène la parole politique, foncièrement argumentative et dialogique, par leur objectivation et reconstruction du discours originel.

42Dans la modernité, la société se représente comme entité politique et s’autoproduit par le politique dans les institutions de la sphère publique et dans l’espace public ; son identité ne provient pas d’un garant extérieur, transcendantal ou déifié. L’État moderne constitue le centre de régulation des rapports sociaux (Beauchemin, Bourque et Duchastel, 1995 : 16) puisque les règles d’institutionnalisation sont posées à partir de l’État. Or, la crise actuelle de l’État-nation sous-tend des transformations de l’espace public. On peut ainsi supposer que l’espace public actuel se transforme en raison de la crise que traverse la société contemporaine et qui réside au niveau de l’identité collective et individuelle (Freitag, 1988 : 18).

43Les transformations de l’espace public découlent de changements de la représentation (Beaud, 1987 : 21) : l’espace public se redéfinirait par le passage d’un espace public politique à un espace public circonscrit à la question sociale ; le social et non plus le politique serait l’objet de l’espace public. On pourrait reprendre ici, pour mieux mettre en évidence et prolonger l’intéressante hypothèse de Beaud, la distinction formulée par Freitag entre le sociétal et le social dans la mesure où ces deux hypothèses reposent sur l’idée de réduction, voire de confusion. Le sociétal, comme totalité signifiante et projet de vivre-ensemble, s’émousserait au profit de la gestion des rapports entre individus, gestion technocratique n’inscrivant pas ces derniers dans un projet historique et moral, dans un monde commun de valeurs et de finalités collectives. La totalisante médiatisation, qui occulte les autres voies de médiation du politique, n’enfouirait-elle pas aussi la société comme projet ? L’espace public médiatisé fournirait-il la formidable contradiction de la représentation de « l’oubli de la société » (Freitag, 1988) ?

Haut de page

Bibliographie

ARENDT, Hannah (1983), Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

ARENDT, Hannah (1996), « La politique a-t-elle finalement encore un sens ? », dans Politique et pensée, Colloque Hannah Arendt, Paris, Payot & Rivages, p. 181-186.

BAUTIER, Roger (1992), « Habermas et le champ de la communication », Cinémaction, 63 : 88-92.

BAUTIER, Roger (1994), « Les espaces de communication : publicité limitée ou communication idéale ? », dans Roger BAUTIER, De la rhétorique à la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

BEAUCHEMIN, Jacques, Gilles BOURQUE et Jules DUCHASTEL (1991), « L’Église, la tradition et la modernité », Recherches sociographiques, 32 (2) : 175-197.

BEAUCHEMIN, Jacques, Gilles BOURQUE et Jules DUCHASTEL (1995), « Du providentialisme au néolibéralisme : de Marsh à Axworthy. Un nouveau discours de légitimation de la régulation sociale », Cahiers de recherche sociologique, 24 : 15-47.

BEAUD, Paul (1987), « Les nouvelles frontières de l’espace public », Réseaux, 22 : 17-28.

BEAUD, Paul (1990), « Sens commun : de quelques avatars historiques de la notion d’opinion publique », Réseaux, 43 : 9-31.

BENHABIB, Seyla (1992), « Models of public space: Hannah Arendt, the liberal tradition, and Jürgen Habermas », dans Craig CALHOUN (dir.), Habermas and the public sphere, Cambridge, The MIT Press, p. 73-98.

BOURQUE, Gilles et Jules DUCHASTEL (1992), « Le discours politique néo-libéral et les transformations actuelles de l’État », Discours social/Social Discourse, 4 (3) : 77-95.

BOURQUE, Gilles et Jacques BEAUCHEMIN, (1994), « La société à valeur ajoutée ou la religion pragmatique », Sociologie et sociétés, 26 (2) : 33-56.

BRETON, Philippe (1992), « Une idéologie alternative ? », Cinémaction, 63 : 227-229.

BRETON, Philippe (1995), « Médias, médiation, démocratie », Hermès, 17-18 : 321-334.

BRETON, Philippe (1996), « L’utopie de la communication entre l’idéal de la fusion et la recherche de la transparence », Quaderni, 28 : 125-133.

BRETON, Philippe (1997), L’Utopie de la communication, Paris, La Découverte & Syros.

BRETON, Philippe et Serge PROULX (1994), L’Explosion de la communication, Paris/Montréal, La Découverte/Boréal.

CALHOUN, Craig (dir.) (1992), Habermas and the Public Sphere, Cambridge, The MIT Press.

CHAMBAT, Pierre (1995), « Espace public, espace privé : le rôle de la médiation technique », dans Isabelle PAILLIART (dir.), L’Espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, p. 65-98.

CHAMPAGNE, Patrick (1990), Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Minuit.

CHANIAL, Philippe (1992), « Espaces publics, sciences sociales et démocratie », Quaderni, 18 : 63-73.

CÔTÉ, Jean-François (1998), « La société de communication à la lumière de la sociologie de la culture : idéologie et transmission de sens », Sociologie et Sociétés, 30(1) : 117-132.

DAHLGREN, Peter (1994), « L’espace public et les médias », Hermès, 13-14 : 243-262.

DEBRAY, Régis (1991), Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard.

FERRY, Jean-Marc (1989), « Les transformations de la publicité politique », Hermès, 4 : 15-26.

FLICHY, Patrice (1991), Une histoire de la communication moderne. Espace public et vie privée, Paris, La Découverte & Syros.

FLORIS, Bernard (1995), « L’entreprise sous l’angle de l’espace public », dans Isabelle PAILLIART (dir.), L’Espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, p. 119-138.

FRASER, Nancy (1992), « Rethinking the public sphere: A contribution to the critique of actually existing democracy », dans Craig CALHOUN (dir.), Habermas and the Public Sphere, Cambridge, The MIT Press, p. 109-142.

FREITAG, Michel (1988), « L’oubli de la société », Société, 3 : 9-25.

GARNHAM, Nicholas (1992), « The media and the public sphere », dans Craig CALHOUN (dir.), Habermas and the Public Sphere, Cambridge, The MIT Press, p. 359-376.

GERSTLÉ, Jacques (1985), « La communication et la dualité public/privé », Revue française de science politique, 37 (5) : 659-674.

HABERMAS, Jürgen (1978), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

HABERMAS, Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Payot.

HABERMAS, Jürgen (1992), « “L’espace public”, 30 ans après », Quaderni, 18 : 161-191.

HALIMI, Serge (1999), « Ces débats médiatiquement corrects », Le Monde diplomatique, mars, p. 3.

HOHENDAHL, Peter Uwe (1992), « The public sphere: Models and boundaries », dans Craig CALHOUN (dir.), Habermas and the Public Sphere, Cambridge, The MIT Press, p. 99-108.

LACROIX, Jean-Guy (1995), « La culture, les communications et l’identité dans la question du Québec », Cahiers de recherche sociologique, 25 : 247-298.

LIPOVETSKY, Gilles (1987), L’Empire de l’éphémère, Paris, Gallimard.

MEHL, Dominique (1994), « La “vie publique privée” », Hermès, 13-14 : 95-113.

MIÈGE, Bernard (1989), La Société conquise par la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

MIÈGE, Bernard (1995a), « L’espace public : perpétué, élargi et fragmenté », dans Isabelle PAILLIART (dir.), L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, p. 163-175.

MIÈGE, Bernard (1995b), « L’espace public : au-delà de la sphère politique », Hermès, 17-18 : 49-62.

MIÈGE, Bernard (1997), La Société conquise par la communication 2. La communication entre l’industrie et l’espace public, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

NEVEU, Érik (1994), Une société de communication ?, Paris, Montchrestien.

NEVEU, Érik (1995), « Les sciences sociales face à L’Espace public, les sciences sociales dans l’espace public », dans Isabelle PAILLIART (dir.), L’Espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug, p. 37-64.

PAILLIART, Isabelle (dir.) (1995), L’Espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug.

QUÉRÉ, Louis (1982), Les Miroirs équivoques. Aux origines de la communication moderne, Paris, Aubier Montaigne.

QUÉRÉ, Louis (1992), « L’espace public : de la théorie politique à la métathéorie sociologique », Quaderni, 18 : 75-92.

ROSANVALLON, Pierre (1992), La Crise de l’État-providence, Paris, Seuil.

SALÉE, Daniel (1995), « Espace public, identité et nation au Québec : mythes et méprises du discours souverainiste », Cahiers de recherche sociologique, 25 : 125-153.

SÉNÉCAL, Michel (1995), L’Espace médiatique, Montréal, Liber.

SENNETT, Richard (1979), Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil.

SFEZ, Lucien (1992), Critique de la communication, Paris, Seuil.

TASSIN, Étienne (1992), « Espace commun ou espace public », Hermès, 10 : 23-37.

TASSIN, Étienne (1996), « La question de l’apparence », dans Politique et pensée, Colloque Hannah Arendt, Paris, Payot & Rivages, p. 67-91.

THÉRIAULT, Joseph Yvon (1998), « Sociologie, démocratie et aventure du sujet moderne », Cahiers de recherche sociologique, 30 : 231-248.

TODOROV, Tzvetan (1981), Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique suivi de Écrits du Cercle de Bakhtine, Paris, Seuil.

TOURAINE, Alain (1989), « Communication politique et crise de la représentativité », Hermès, 4 : 43-51.

WIEVORKA, Michel (dir.) (1997), Une société fragmentée ?, Paris, La Découverte & Syros.

WOLTON, Dominique (1989), « La communication politique : construction d’un modèle », Hermès, 4 : 27-42.

WOLTON, Dominique (1992), « Les contradictions de l’espace public médiatisé », Hermès, 10 : 95-114.

WOLTON, Dominique (1995), « Les contradictions de la communication politique », Hermès, 17-18 : 107-124.

WOLTON, Dominique (1997), Penser la communication, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Wolton pose cette équivalence (1989). Voir la critique de Breton à cet égard (1995 : 325).

2 C’est notamment la position de Miège : l’étude de la composante politique de l’espace public lui paraît impertinente (1997 : 113 ; 1995 : 50).

3 En effet, quelques critiques ont été adressées à « l’idéalisation d’un âge d’or de l’espace public » (Neveu, 1995 : 41 et 1994 : 24-25) ; voir aussi notamment Lipovetsky (1987 : 279) et Habermas lui-même (dans Calhoun, 1992 : 463).

4 Wolton remarque un écart entre la référence fréquente au concept d’espace public, surtout depuis une vingtaine d’années, et le nombre limité des travaux sur l’existence contemporaine de l’espace public et ses conditions théoriques et sociologiques (1992 : 114). Les travaux portent surtout sur la naissance moderne de l’espace public et la philosophie politique du XVIIIe siècle.

5 En ce qui concerne la routinisation, même l’épuisement, qui s’est établie dans les critiques visant le développement analytique ou historique de L’Espace public, voir Neveu (1995). Habermas, dans sa dernière préface (1992), reconnaît le fondement des critiques judicieuses adressées à cette œuvre.

6 C’est dans ce sens un « espace public politiquement orienté » (Ferry, 1989 : 17).

7 Habermas nuance la vision idéalisée, unitaire, voire totalisante, qui se dégage de l’analyse de la formation et de la transformation de la sphère publique bourgeoise en prenant plus formellement en compte l’existence d’autres sphères et le caractère limitatif de la citoyenneté de la sphère publique bourgeoise. Habermas précise qu’en plus de la sphère publique dominante, la bourgeoise, elle-même hétérogène, existent d’autres sphères publiques propres à des cultures ou des classes, telle la sphère publique plébienne (1992 : 164-165). C’est une « prise en compte d’une pluralité d’espaces de prise de parole qui viennent alimenter l’espace public central » (Neveu, 1995 : 53). Voir aussi la critique de Quéré (1982 : 74).

8 Précisons que l’idée d’un espace public comme médiateur entre la société civile et l’État, qui sert aussi à maintenir des rapports de domination à l’intérieur de la société civile (Calhoun, 1992 : 39), a laissé place à une reformulation, dans la Théorie de l’agir communicationnel, portant sur le conflit des frontières entre le système et le monde vécu (Quéré, 1992 : 79).

9 Habermas a déjà noté que, s’il faisait de nouveau l’analyse des transformations structurelles de l’espace public, il adopterait une « perspective moins chagrine et simplement hypothétique » (1992 : 188).

10 Précisons que L’Espace public, paru en allemand en 1962, fut traduit en français en 1978 et en anglais seulement en 1989.

11 Habermas décrivait, dans L’Espace public, un public homogène, passif et victimaire, en suivant une conception béhavioriste qui postule des effets puissants et linéaires. De nombreuses critiques portaient d’ailleurs sur ce sujet (voir, entre autres, Neveu, 1995 : 42 ; Miège, 1989 : 106 ; Quéré, 1982 : 74 ; Calhoun, 1992 : 33). Habermas reconnaît avoir « évalué de façon trop pessimiste la capacité de résistance, et surtout le potentiel critique d’un public de masse pluraliste et largement différencié, qui déborde les frontières de classe dans ses habitudes culturelles » (1992 : 174). En corollaire, son appréciation du passage d’une sphère publique critique à une sphère publicitaire (commerciale) aurait été réductrice.

12 Certains auteurs tendent à appréhender l’espace public au regard des travaux d’Habermas sur l’éthique de la discussion en occultant des dimensions fondamentales de son ouvrage fondateur, telles que le développement historique singulier de l’espace public (Hohendahl, 1992).

13 Il faut, en effet, mettre en perspective la pluralité des espaces publics, c’est-à-dire qu’il n’existe pas un seul espace public, en l’occurrence celui des médias de masse. Or, l’espace public médiatique s’avère central, dans la mesure où il est incontournable, ne serait-ce que pour la parole politique. Il s’agit peut-être de penser l’existence d’espaces publics partiels et pluriels, dans un même espace national, en coexistence avec un espace public central structuré par les médias (voir entre autres les collectifs dirigés par Calhoun, 1992, et Pailliart, 1995).

14 La notion même de communication politique ne fait pas consensus. Voir Breton (1995) qui estime qu’une confusion des savoirs sous-tend cette notion, d’où les difficultés à fonder scientifiquement ce domaine. Voir aussi Ferry : en même temps qu’une forme de communication politique se soustrait à l’espace public, ce dernier transcende le champ de la communication politique (1989 : 22-23).

15 La démocratie est parfois associée aux conséquences du type de propriété (État, industrie privée) et du fonctionnement économique sur l’orientation des médias, comme Sénécal (1995) le fait. Or, sa définition implicite de l’espace public médiatique s’avère conséquemment réduite à l’univers techno-économique.

16 La démocratie de la participation par la technique et sa substitution à un système de représentation apparaissent relever d’un mythe (Bautier, 1994 : 195). L’idée de libération, et de démassification, par la technique sous-tend un renouveau de la citoyenneté grâce à l’« agora réticulaire » ; ces discours prospectifs versent dans « l’utopie techniciste » de la société de communication (Gerstlé, 1985 : 669). Touraine, dans une autre perspective, conçoit en parallèle le déclin du politique, comme lieu synthétique d’expériences humaines, comme discours central et autonome de la représentation de la collectivité, et la montée de la communication politique au sens d’une réduction des messages au médium (1989 : 46).

17 Voir « Médias, mensonges et démocratie » (février 1992), Manière de voir 14, Le Monde diplomatique.

18 Dans ce sens, Ferry parle d’« esthétique de la figuration » (1989 : 18). L’esthétique est à comprendre comme valeur expressive et identitaire. Quéré, quant à lui, distingue trois principes de la « scénarité » de l’espace public arendtien : la phénoménalité de la politique, qui apparaît sur une scène publique ; sa réception par un public qui la juge et la commente ; enfin l’existence d’un espace symbolique d’appartenance (1992 : 81). Voir aussi Tassin (1996 : 71-77).

19 La médiologie met bien en évidence cette distinction : les médias constituent un des supports, un moyen parmi d’autres, par lesquels une idée se matérialise et devient une force (Debray, 1991 : 15). Voir aussi Breton (1995 : 321).

20 L’idée que les médias sont le centre de tout relèverait de l’utopie de la communication (Breton, 1997 : 138).

21 Cette réduction peut prendre une autre direction : l’objectivité, qui constitue le socle de la légitimité même du travail journalistique, peut laisser sous-entendre une non-médiation, en présentant le journaliste comme un simple témoin, et ainsi masquer le processus de transformation propre à la médiatisation (Garnham, 1992 : 367).

22 Voir Breton (1995 : 331) : il réfère à l’exemple classique de la « petite phrase ». La production de l’argumentation politique est conditionnée par la médiatisation qui n’extrait du discours politique, le plus souvent, qu’une phrase clé, choc, autour de laquelle l’événement ou la nouvelle seront reconstruits.

23 Ici, Breton voit de nouveau à l’œuvre l’idéologie de la communication, cette fois comme égalisatrice des points de vue, du commentaire et de la parole, de la reconstruction et de la production. Ainsi, sur le plan des valeurs, « cette idéologie fait exister une opposition artificielle entre la transparence de la médiatisation et l’opacité du politique » (1995 : 329). La médiatisation incontournable conjuguée à l’idéologie de la communication concourent à masquer les distinctions entre les deux modalités de « mise en forme » de la parole politique suggérées par Breton, soit l’argumentation et la médiatisation, qui équivaut ici au commentaire, donc à un discours médiatique et second sur une parole originelle et argumentative. À propos de cette contradiction, voir aussi Wolton (1992 : 106).

24 La médiatisation constitue une forme de médiation, une médiation symbolique de la société avec elle-même. L’espace public constitue « le cadre “médiatique” grâce auquel le dispositif institutionnel et technologique propre aux sociétés post-industrielles est susceptible de présenter à un “public” les multiples aspects de la vie sociale » (Ferry, 1989 : 20). La définition que donne Ferry éclaire les traits majeurs de la médiatisation de l’espace public. La scène est médiatique par son cadre institutionnel et technique ; elle l’est aussi en ce qu’elle tend à représenter la société dans toutes ses dimensions. C’est ce dernier aspect qui semble distinguer fortement la médiatisation des autres formes de médiation et qui tend à occulter ces dernières au profit d’une place importante, sinon centrale, accordée à la médiatisation.

25 Selon Habermas, « Sennett transpose les traits de la sphère publique représentative dans la sphère publique bourgeoise classique » (1992 : 165), et ce qu’il constate, en fait, est donc simplement le déclin des formes traditionnelles de la sphère publique représentative (modèle féodal) à l’œuvre dans la théâtralité et la présentation cérémonielle de soi. Quéré abonde dans le même sens en avançant que Sennett ne distingue pas la structure permanente de l’espace public de ses modèles historiques et confond conséquemment le développement d’une forme particulière de sociabilité avec le déclin même de l’espace public (1982 : 49).

26 Garnham (1992 : 372) soulève la question de la reconfiguration de l’espace public au regard du déploiement mondial du capitalisme et du repositionnement de l’État-nation.

27 À l’élargissement horizontal de l’espace public, qui sous-tend davantage un mouvement de déracinement qu’une déterritorialisation, correspond, selon Ferry, un élargissement vertical, soit un lieu d’entrée dans l’histoire, ou une façon de se l’approprier dans le processus même de l’élaboration d’une identité collective, et un dépassement de la frontière entre public et privé, de sorte que ce qui est véritablement intime puisse néanmoins apparaître en public, être discuté et débattu.

28 Cet espace est périssable et fragile en raison de l’imprévisibilité et de l’irréversibilité de l’action ainsi que de la possibilité d’instrumentaliser celle-ci (Arendt, 1983 : 251-294).

29 Nous sommes loin ici des distinctions qu’effectue Wolton (1997 : 381) entre l’espace commun (expression), l’espace public (discussion) et l’espace politique (décision).

30 Bien entendu, public a aussi le sens de rassemblement de personnes, même si celui-ci prend forme dans une médiation, tel qu’on le conçoit lorsqu’on réfère à la rupture opérée par la modernité dans la constitution d’un public fondé sur la communauté politique, et non plus seulement restreint à la sphère littéraire (voir Habermas, 1978).

31 Dans l’idée d’une substitution de la démocratie représentative par la démocratie participative grâce aux nouvelles technologies de communication (comme la prône Ferry), « avec le temps réel et l’ubiquité que recouvrent la transparence des réseaux et l’implication dans l’interactivité, c’est bien la médiation de l’espace public qui serait en cause, et avec lui, le temps long de la constitution des problèmes publics » (Chambat, 1995 : 86). L’espace public est bousculé par la crise de la représentation, qui sous-tendrait une autre conception de la temporalité que véhiculent potentiellement les nouvelles techniques de communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Paquette, « La production médiatique de l’espace public et sa médiation du politique », Communication, vol. 20/1 | 2000, 47-74.

Référence électronique

Martine Paquette, « La production médiatique de l’espace public et sa médiation du politique », Communication [En ligne], vol. 20/1 | 2000, mis en ligne le 11 août 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6425 ; DOI : 10.4000/communication.6425

Haut de page

Auteur

Martine Paquette

Martine Paquette est doctorante, Université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org