Navigation – Plan du site
Articles

Analyser le discours de presse

Mises au point sur le « discours de presse » comme objet de recherche
Alice Krieg
p. 75-97

Résumés

Cet article propose quelques mises au point sur le discours de presse susceptibles d’aider l’analyste du discours débutant dans sa confrontation avec un corpus de presse écrite. Après avoir analysé la posture particulière du chercheur à l’égard de son objet, on s’intéresse à la nature de ce qui est donné à lire dans le journal. Le discours de presse apparaît comme un objet propre, non réductible à un reflet des prises de parole publiques. Il est caractérisé par la polyphonie, et par la sélection et la transformation des énoncés qu’il rapporte. Une connaissance minimale des pratiques professionnelles des journalistes s’avère nécessaire pour comprendre la façon dont le journal donne la parole aux différents acteurs de l’espace public.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, le discours médiatique est devenu un objet d’étude à part entière pour les sociologues, les chercheurs en sciences politiques et les analystes des discours sociopolitiques. À l’intérieur du discours médiatique, le discours de presse reste un objet privilégié de l’investigation, tandis que le discours radiophonique reste son parent pauvre et que le discours télévisuel augmente en intérêt auprès des chercheurs. Comme tout objet de recherche, le discours médiatique n’est pas une donnée immédiate, évidente. Les chercheurs en sont en général conscients, et font au détour d’une page quelque allusion au fait que l’objet sur lequel ils travaillent n’est pas transparent. Ce constat de principe, cependant, ne s’accompagne que rarement d’une explicitation des problèmes spécifiques rencontrés par le chercheur.

  • 1 Voir notamment, pour le domaine francophone : Charron, Lemieux et Sauvageau (1991), Ruellan (1993), (...)

2Nous proposons ici quelques jalons destinés à préciser la caractérisation de cet objet qu’est le discours médiatique, en nous intéressant restrictivement au discours de presse écrite (bien qu’ils partagent avec celui-ci certaines propriétés, le discours radiophonique et le discours télévisuel mériteraient des analyses distinctes). Il n’est pas question pour nous de faire une théorie générale du discours de presse, ni de proposer une approche du système médiatique en son ensemble (voir en ce sens les propositions de Mathien, 1989 et 1992), mais, plus modestement, de faire quelques mises au point susceptibles d’aider les analystes (de profession ou, surtout, étudiants) à répondre à la question : « (Au fait) sur quoi travaille-t-on ? » La réponse à cette question passe par la prise en compte du journal comme objet sémiologique particulier, et par une connaissance, fût-elle sommaire, de certaines pratiques professionnelles bien connues des journalistes eux-mêmes, et qu’ont entrepris de décrire certains sociologues1.

3Après nous être interrogée sur la posture particulière de l’analyste à l’égard de son objet, nous chercherons à cerner la nature de ce qui est donné à lire dans le journal. Les exemples donnés au cours de cet article proviennent essentiellement de la presse française, qui nous est la plus accessible du point de vue pratique. Ils représentent des illustrations des questions que nous abordons, et non pas des énoncés constitutifs d’une étude de cas. En effet, nous ne proposons pas une méthode pour mener l’analyse d’un corpus de presse donné (analyser l’argumentation des éditorialistes dans le débat sur la parité hommes/femmes dans les partis politiques, analyser la parole d’expertise sur tel conflit armé, analyser le vocabulaire utilisé dans la presse pour désigner le nationalisme catalan, analyser les modalités de narration spécifiques au genre du reportage…), mais nous souhaitons expliciter certaines des caractéristiques du discours de presse dont la connaissance peut s’avérer utile dans toute analyse d’un corpus d’articles de presse.

Le lecteur, l’analyste et la sémiologie du journal

4Étudier du discours de presse, c’est se mettre dans une posture particulière, qui est celle de l’analyste, et non celle du lecteur de journal contemporain de l’événement. Pour banale qu’elle soit, cette idée mérite d’être soulignée, car l’analyste plongé dans la lecture de l’archive a tôt fait de l’oublier, surtout lorsqu’il travaille sur des journaux récents, qui relatent des faits dont il a déjà eu l’occasion d’entendre parler (mais « en direct », en tant que lecteur).

5L’analyste étudie souvent — et de plus en plus — des énoncés recueillis sur des supports matériels divers : numéro du journal sur papier (collection reliée ou disposée dans des cartons), fragment de la collection du journal microfilmée, photocopies d’articles dans des revues de presse, texte électronique sur cédérom ou en ligne. Textuellement, tous ces énoncés appartiennent au journal, c’est-à-dire que tous ces énoncés sont, dans la lettre, ce qu’a pu lire le lecteur du journal au jour de sa parution. Mais les supports sur lesquels ces énoncés se présentent au chercheur ne sont pas les mêmes que ceux sur lesquels ils se présentent au lecteur, et les conditions de la lecture ne sont pas identiques pour l’un et pour l’autre. Cela n’est pas sans incidence sur la lecture que l’analyste fait du texte et de son contexte. En caricaturant un peu la situation, on peut dire que ce que lit l’analyste n’est pas ce que lit le lecteur.

6D’abord, l’analyste procède à une lecture intensive alors que le lecteur pratique en général une lecture extensive. Le plus souvent, le lecteur lit vite, avec une attention flottante, en accompagnement de pratiques ordinaires (transports, attente) qui impliquent parfois des interruptions involontaires, et qui peuvent être définitives, dans le parcours du texte. Le lecteur de journal se trouve le plus souvent dans des situations sans grand rapport avec l’ambiance silencieuse et recueillie des bibliothèques, quand l’analyste (que les bibliothécaires appellent malgré tout un « lecteur ») est assis, papier et stylo à la main, et qu’il est venu pour cela seulement : pour lire le journal. Pour l’analyste, l’attention flottante devient une faute professionnelle, du moins lorsqu’elle est mal placée, c’est-à-dire lorsqu’elle porte sur l’objet d’investigation déterminé a priori. Car, pour le reste, l’attention flottante serait plutôt une vertu du chercheur. Elle est cette « disponibilité » dont parle l’historienne Arlette Farge (1989 : 88), « c’est-à-dire cette aptitude à engranger ce qui ne semble pas immédiatement nécessaire et qui, plus tard — sait-on jamais —, pourrait s’avérer indispensable », et qui parfois, en effet, s’avère réellement indispensable. Un chercheur devrait savoir oublier — et avoir les moyens matériels d’oublier — qu’il est quelqu’un de pressé par le temps.

  • 2 Sur le temps du journal, voir Mouillaud (1994). Sur la temporalité médiatique en général, voir Tétu (...)
  • 3 En linguistique de l’énonciation, on appelle « embrayeurs » (traduction de shifters, proposé par Ro (...)
  • 4 Maurice Mouillaud (1997) a illustré la façon dont la cohabitation forcée du temps rédactionnel et d (...)

7Ensuite, le journal a son propre système temporel2, qui se manifeste notamment par ce que les linguistes appellent des embrayeurs3 (mots tels que « hier », « demain »…) : ceux-ci sont tantôt embrayés sur le temps du journal à l’heure où celui-ci est écrit (temps rédactionnel), tantôt sur le temps du lecteur à l’heure où celui-ci lit (temps du lecteur)4, mais ils ne sont jamais embrayés sur le temps de l’analyste-archiviste-chercheur. Lire le journal en analyste suppose donc une inscription temporelle qui n’est pas prévue par le texte. De ce point de vue, l’analyste du discours travaillant sur la presse, même contemporaine, se voit assigner une place énonciative identique à celle de l’historien travaillant sur de l’archive ou de l’imprimé.

8Enfin, la forme même du journal n’est pas la même : le « journal » tel qu’il se présente à l’analyste n’en est pas tout à fait un. Le journal est, si l’on peut dire, dénaturé. Ce n’est pas à l’objet sémiotique « journal » que l’analyste a affaire, mais à un ensemble de textes qui, sous des formes diverses, en tiennent lieu.

9En passant du journal à la photocopie d’articles dans une revue de presse, l’analyste perd de vue la mise en page et le contexte événementiel construits quotidiennement par chaque édition du journal : quel était l’emplacement de tel article dans l’« aire scripturale » de la page, selon l’expression de Jean Peytard (1975) ? Dans cette aire scripturale, de quels sujets parlaient les articles environnants ? Quels étaient ce jour-là les événements remontés à la Une du journal ? Quelle était la concurrence événementielle du moment pour l’article rencontré ? De tout cela, la coupure de presse, découpée et détachée de son site, ne souffle mot.

  • 5 Nous empruntons directement cette sémiologie du journal à Maurice Mouillaud (1990).

10En passant du journal au microfilm, « cette technique impitoyable qui change sensiblement la lecture, donc l’interprétation » de l’archive (Farge, 1989 : 23), le centre et la périphérie du journal changent de place. Dans le journal, les pages « exposées », qui donnent directement sur l’extérieur, c’est-à-dire la Une et la dernière page, sont à la périphérie5. Les pages « couvertes », elles, organisées en rubriques et abritées par la périphérie, sont placées au centre du journal. Dans le microfilm, la topographie du journal a changé. Les pages exposées ne sont plus organisées autour d’un centre mais suivent une ligne, qui chemine directement le long de la pagination : la première, puis la deuxième, puis la troisième page, etc., sont les plus exposées. La dernière page devient dans le microfilm la page la moins exposée.

11En passant du journal au cédérom ou aux archives en ligne, deux modes de consultation qui sont amenés à se développer, non seulement la place de l’article dans la page et le contexte événementiel donné par les articles environnants disparaissent du champ de vision de l’analyste, mais les valorisations graphiques, la composition du texte en colonnes, et les illustrations voisines du texte (dessins, cartes et photographies) s’évanouissent aussi de l’appréhension immédiate. Présenté sur un support électronique, le texte apparaît comme éternellement neuf, jamais vieilli ni usé, alors qu’ailleurs il exprimerait son caractère d’objet historique par un papier jauni et cassant, et par une mise en page démodée. À la saisie immédiate de la totalité du journal comme objet, écrit Roger Chartier (1996 : 32-33), la représentation électronique du texte « fait succéder une navigation au long cours dans des archipels textuels aux rivages mouvants ». Sur cédérom ou en ligne, il ne reste plus du journal qu’un matériel purement verbal, guère plus qu’une chaîne de caractères. Or, la conception purement textuelle du discours que le support électronique sous-tend occulte, ainsi que l’écrit encore Roger Chartier (1996 : 135), le fait « que les formes produisent du sens et qu’un texte, stable en sa lettre, est investi d’une signification et d’un statut inédits lorsque changent les dispositifs qui le proposent à l’interprétation ».

12Les formes matérielles à travers lesquelles les textes sont offerts au lecteur affectent directement les processus de coconstruction du sens et l’interprétation. On dira ainsi que les articles que l’analyste lit à l’occasion de sa recherche ne sont pas ceux que les lecteurs ont pu lire dans le journal au jour de sa parution.

  • 6 Dans une abondante littérature, voir les propositions d’Umberto Eco (1985 ; 1992).

13La question de la réception du texte par le lecteur amène à évoquer cette question toujours d’actualité, sans doute toujours d’actualité parce qu’irrésolue : la question des effets et de l’influence. Comme le rappelle judicieusement le psychosociologue Claude Chabrol (1988 et 1996), les innombrables efforts déployés pour mesurer l’influence des médias, depuis les études de l’école empiriste de Paul Lazarsfeld dans les années 1940 (rappelons classiquement : Lazarsfeld, Berelson et Gaudet, 1944 ; Lasswell, 1948 ; Berelson, 1954 ; Katz et Lazarsfeld, 1955 ; Klapper, 1960) jusqu’à aujourd’hui, ont abouti à une absence de réponse solide, pour intéressantes que soient les questions posées et les pistes ouvertes. L’opération de coconstruction du sens que suppose toute interprétation6, les pratiques de « braconnage » des lecteurs telles que suggérées par Michel de Certeau (1980 : 239-255), la diversité des facteurs impliqués dans la formation de l’opinion, les dissonances qui se produisent parfois entre l’opinion et l’action… rendent d’autant plus difficile la mesure des effets d’un discours ou d’une série de discours sur leurs lecteurs. Ces différentes réalités interdisent en tout cas qu’on déduise d’un texte les effets réels qu’il produit, et qu’on confonde des effets de sens possibles avec une influence effective. D’influence, il est donc impossible de parler pour l’analyste du discours de presse, aussi tentant que cela puisse être parfois. Tout au plus l’analyste peut-il lire des effets d’un ensemble indéterminable de discours dans d’autres discours produits après celui-ci : chaque énoncé peut être vu comme le résultat incommensurable des énoncés produits avant lui.

Le discours de presse : polyphonie, sélection, transformation

14Analyser du discours de presse, c’est comprendre dans quelle posture on se met en tant qu’analyste (ou plutôt comprendre dans quelle posture nous met le journal constitué en archive). Mais c’est aussi connaître la nature de ce qui est donné à lire dans ce journal désormais archivé. C’est ici au discours de presse lui-même, tel qu’il apparaît imprimé dans le journal, qu’on s’intéresse, en tenant compte des conditions de sa production. Le discours de presse présente des caractéristiques assez particulières, dont une des plus remarquables est sans doute la polyphonie. Celle-ci se laissera d’autant mieux saisir qu’on en distinguera les différents niveaux.

15D’abord, même si l’on exclut cette catégorie particulière de discours qu’est le discours publicitaire (il présente entre autres la particularité d’être conditionné à un achat d’espace), le journal rassemble des genres de textes très hétérogènes, qui impliquent des signatures appartenant à des figures distinctes de l’espace public. En effet, à l’intérieur de la masse des discours que l’on trouve dans un journal — le « texte journalique », selon les propositions de Jean Charron et Jean de Bonville (1996) —, on rencontre aussi bien des textes produits à l’initiative de la rédaction (correspondant aux différents genres journalistiques enseignés dans les écoles : compte rendu, brève, reportage…) et impliquant des signatures appartenant à des figures telles que « agencier » ou « membre de la rédaction », que des textes (tels que les tribunes ou les lettres de lecteurs) qui, tout en étant publiés sous le contrôle de la rédaction, trouvent leur site de production initial en-dehors de celle-ci, et impliquent des figures appartenant à d’autres composantes de l’espace public (figures de l’« expert », de l’« élu », du « lecteur-citoyen »…). Dans les pages du journal, certaines figures sont valorisées dans leur singularité (jusqu’à donner lieu à un petit pavé biographique de l’acteur incarnant la figure), alors que d’autres acteurs s’effacent entièrement derrière leur figure, par exemple derrière leur fonction de source (article signé du nom de l’agence) ou derrière le nom du journal (article non signé). En se contentant de prendre pour unité pertinente le texte, on perçoit déjà la diversité des paroles qui s’expriment dans le journal.

16Ensuite, chaque texte arrive au journal avec un degré de polyphonie plus ou moins élevé : l’éditorial ou la lettre de lecteur sont généralement écrits d’une seule main, alors que la dépêche d’agence comprend déjà au moins deux signatures lorsqu’elle arrive au journal. Le journal (en la personne physique du réviseur — ou rewriter — et/ou du secrétaire de rédaction) apporte ensuite sa propre voix au chapitre en procédant à des coupes et à des réécritures. Cette succession d’interventions apparaît de façon caractéristique dans la signature de ce genre d’article que les professionnels appellent une « mouture » (ou « montage »), et qui est généralement signé avec une structure du type « Jean Dupont, avec AFP », où AFP vaut déjà à lui seul pour au moins deux signatures (la première pour l’agencier qui est en relation de proximité géographique avec les récitants de l’événement, la seconde pour le relecteur qui se trouve au bureau, ou desk).

17Enfin, chaque texte, selon le genre journalistique auquel il appartient, et parfois selon le style propre à son auteur, est plus ou moins riche en « récits de paroles », selon les termes de Gérard Genette (1972 : 189-203), c’est-à‑dire plus ou moins riche en discours rapporté sous toutes ses formes. Dans le discours de presse plus qu’ailleurs, il existe une superposition des mains qui écrivent, et sous la plume de chaque main s’expriment en multitude les paroles convoquées.

18Une des conséquences du caractère polyphonique du discours de presse est qu’il est souvent difficile d’identifier la source du propos tenu, ou encore d’identifier son « instance de validation », pour reprendre la terminologie de Blanche-Noëlle Grunig et Roland Grunig (1985 : 56-73). Certes, la mention de la source est un idéal de la profession. À sa naissance, le journal Le Matin, qui allait devenir un des quatre grands quotidiens français d’avant 1914, promettait : « Nous nous faisons une loi absolue de citer la source de toutes les nouvelles que nous publions. » (Le Matin, 30 août 1884, cité par Lavoinne, 1994 : 100) Cependant, cet idéal professionnel est loin d’être la règle dans la réalité (outre qu’il est en fait irréalisable). Les pratiques dites du off amènent les journalistes à effacer totalement l’existence de la source (toute mention de source disparaît alors) ou à gommer partiellement l’identité de cette source (le juge d’instruction peut devenir « selon des sources proches de l’enquête », Lionel Jospin peut devenir « dans l’entourage du Premier ministre »). À l’inverse, du fait que le journaliste peut être amené à vouloir légitimer les opinions qu’il est susceptible d’avoir, l’existence d’une source est parfois totalement inventée, comme l’explique un journaliste américain : « “Des sources habituellement fiables”, “des sources très fiables”, “une source bien informée”, “des diplomates” ou “des observateurs”. Ces informateurs anonymes peuvent être n’importe qui ou personne. […] Cela signifie simplement que le journaliste en est arrivé à une certaine conclusion et qu’il n’a trouvé personne pour l’endosser » (Rosenblum, 1993 : 108 ; nous traduisons).

  • 7 Cette grève avait été lancée en réaction à l’annonce d’un plan de redressement impliquant des licen (...)
  • 8 Christian Paul, « “Bienvenue en enfer” », Sud-Ouest, 20/06/92, p. 2. Extrait : « À bout de forces, (...)

19Au vu de l’importance de la signature dans la profession (comme en témoigne la « grève des signatures » lancée le 6 décembre 1995 par la rédaction de Libération7), on pourrait espérer que la signature de l’article donne quelque indication sur l’identité de l’auteur des propos formulés dans l’article. En vain. Un exemple assez banal en donne l’illustration. Le 20 juin 1992, dans le quotidien régional Sud-Ouest, paraît un reportage rédigé depuis Sarajevo, intitulé « Bienvenue en enfer », publié sous la signature de Christian Paul. Le même jour, dans un autre quotidien régional, Ouest-France, paraît une correspondance rédigée depuis Sarajevo, intitulée « Bienvenue en enfer », et signée de François Musseau. Bien qu’ils diffèrent en certains passages et qu’ils se distinguent dans l’organisation générale du récit, ces deux textes présentent des similitudes textuelles telles qu’on peut être certain qu’elles ne doivent rien au hasard8. Christian Paul et François Musseau ont-ils rédigé leur papier sur la base d’une dépêche d’agence commune, reçue à Sarajevo, mais dont ils auraient oublié de faire mention ? Ont-ils envoyé à leur rédaction respective deux textes distincts, que les rédactions de Bordeaux (siège de Sud-Ouest) et de Rennes (siège de Ouest-France) ont ensuite enrichis copieusement à l’aide d’une même dépêche d’agence ? Christian Paul et François Musseau sont-ils une seule et même personne physique, rédigeant sous pseudonyme pour l’une ou l’autre rédaction ?… On voit combien les pratiques de masquage total, de gommage partiel, d’invention, et de travestissement des sources et des signatures rend difficile la mise en relation d’un propos et de son auteur.

20La polyphonie est parfois invisible pour l’analyste du discours (elle ne se laisse alors appréhender qu’à travers une enquête sur les pratiques professionnelles). Mais il lui arrive aussi d’être donnée à voir explicitement à travers les différents procédés du discours rapporté. Il importe de noter que le discours rapporté n’implique nullement une textualité des propos représentés, y compris, comme l’a souligné Jacqueline Authier (1992), lorsque le discours rapporté prend la forme du discours direct (du type « Il a dit : “X” »). Dans le journal, les propos rapportés, quand bien même ils se présentent sous la forme de la citation encadrée de guillemets, sont souvent reformatés, réécrits, reformulés.

21Cette réécriture va bien au-delà des nécessités de substitution et de transformation qu’implique un éventuel transcodage de l’oral à l’écrit (ce dernier étant, faut-il le souligner, le seul code langagier autorisé à passer dans le journal). Comme l’observe Catherine Kerbrat (1980 : 163), le comportement du discours de presse « à l’égard des citations est incroyablement cavalier ». André Petitjean (1986 : 69), pour sa part, a qualifié les journalistes de « fabulateurs », après avoir observé la façon dont un même dialogue donnait lieu à différentes versions dans différents journaux. On s’étonnera moins de ces comportements « cavaliers » et « fabulateurs » en constatant que la textualité du propos rapporté n’est pas érigée en règle d’écriture de la profession.

  • 9 L’entretien incriminé est publié dans l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, 01/09/94, dans le dossi (...)
  • 10 L’entretien de Philippe Labarde est publié sous le titre « Des citoyens, pas des endives ! » dans l (...)
  • 11 Les propos incriminés sont rapportés par Anne-Cécile Sarfati dans l’hebdomadaire féminin Elle, 09/0 (...)

22Certains manuels de journalisme recommandent de citer les propos tels qu’ils ont réellement été prononcés, mais d’autres manuels préconisent de rapporter plutôt des propos vraisemblables (ce que le locuteur aurait dit « s’il s’était bien exprimé »). Tel est par exemple, en matière d’entretien, le conseil donné par Marc Voirol (1990 : 50) au journaliste débutant : « Après avoir lu son interview, l’interlocuteur du journaliste doit pouvoir reconnaître : “Ce n’est pas exactement ainsi que je l’ai dit, mais c’est exactement ce que je voulais dire”. » Ce point de vue n’est évidemment pas celui de tout le monde. Régulièrement, des acteurs se plaignent de la déformation dont leurs propos ont fait l’objet. Ils le font savoir par un simple courrier qui pourra être publié dans la rubrique « Courrier des lecteurs », ou en usant du droit de rectification que leur reconnaît la loi. « Ce que l’on a retenu de mes propos est réducteur et superficiel au regard d’une question dont la gravité demande plus de réflexion et plus de substance », écrit un médecin après avoir lu la publication d’un entretien qu’elle avait accordé au Nouvel Observateur9. « Je ne me souviens pas avoir employé cette formule lapidaire », écrit Philippe Labarde, responsable de la commission radio au Conseil supérieur de l’audiovisuel, après avoir découvert qu’on lui prêtait dans un entretien cette phrase : « À mon avis, France Info, c’est fini10 ». L’avocat Jean-Yves Le Borgne découvre dans le magazine Elle11 qu’il a dit que les femmes n’étaient pas aptes à développer les qualités d’éloquence requises pour le métier d’avocat. Il réplique : « Je suis choqué des propos qui me sont prêtés dans votre article et qui résultent de citations tronquées prises en dehors de leur contexte. Ce, d’autant que je professe depuis toujours des thèses contraires. »

23Nous nous garderons d’imaginer que cette légèreté de l’instance médiatique soit le résultat d’une quelconque dégradation des pratiques professionnelles. Il suffit de noter qu’Edmond de Goncourt, il y a une centaine d’années, se plaignait de l’insolence avec laquelle un journaliste du Rappel avait rapporté ses propos. Dans l’article du Rappel, écrit Edmond de Goncourt, « tout ce que j’ai dit au reporter est faux, adultéré, imbécilifié » (de Goncourt, Journal, 1895, cité par Ferenczi, 1996 : 33). Et l’écrivain poursuit : « Ces reporters qui n’ont pas un sou de mémoire et qui ne descendent pas à prendre des notes ! Dorénavant je leur dirai : je ne cause qu’avec des reporters qui prennent des notes. C’est une sorte de garantie m’assurant qu’il sera imprimé à peu près ce que j’ai dit, et non tout autre chose. » (Ibid.) Le comportement cavalier de l’instance médiatique à l’égard des paroles qu’elle rapporte n’est donc pas nouveau. En revanche, ce qui est peut-être nouveau (mais cela demanderait à être vérifié par une investigation historique sérieuse), c’est que certains acteurs anticipent désormais sur la réécriture dont leurs propos sont susceptibles de faire l’objet. Jean Charron (Charron, Lemieux et Sauvageau, 1991 ; Charron, 1994) a ainsi montré comment certains acteurs de l’espace public, des hommes politiques en particulier, formulaient leurs déclarations de manière que celles-ci soient faciles à reprendre pour l’instance médiatique (les propos ont ainsi non seulement plus de chances d’être diffusés, mais aussi plus de chances d’être repris sans trop de transformations).

  • 12 De façon très générale, on appelle métadiscours un discours qui parle du discours. Nous nous occupo (...)

24La non-textualité du discours rapporté semble atteindre tout particulièrement le discours dans ses composantes métadiscursives12. Facilement considérés comme des ratés de l’expression, les commentaires métadiscursifs ne sont pas toujours repris dans les propos rapportés par la presse.

  • 13 Jacques Chirac répondant à une question d’Emmanuel Chain dans l’émission « Les Français s’interroge (...)

25Le commentaire métadiscursif est parfois abrégé, au passage de la reformulation que subit l’énoncé dans son ensemble. S’entretenant à la télévision avec des journalistes, le président Jacques Chirac dit : « Ce que vous voulez me faire dire si je comprends bien c’est si je suis pour plus de “flexibilité”, lâchons le mot, puisqu’il est derrière votre phrase. Je n’aime pas ce mot. Je ne l’aime pas. Je ne l’aime pas tout simplement parce qu’il a, à tort ou à raison, une connotation antisociale13. » Ce commentaire d’une grande richesse métadiscursive a semblé trop long, trop complexe, semble-t-il, à différentes rédactions de journaux. Dans Le Monde du 14 décembre 1996, il devient : « Vous voulez me faire dire si je suis pour plus de flexibilité. Lâchons le mot, puisqu’il est derrière votre phrase ! Je n’aime pas ce mot. Je ne l’aime pas tout simplement parce qu’il a une connotation antisociale. » Le quotidien Le Figaro du 13 décembre 1996, procédant à une réécriture plus draconienne, a donné à lire cette version : « La question que vous me posez, en fait, c’est de savoir si je suis pour la flexibilité. Lâchons le mot. Je ne l’aime pas car il a une connotation antisociale. » Dans ces deux journaux, du moins des fragments importants du métadiscours de Jacques Chirac ont-ils survécu.

  • 14 À la suite de Josette Rey-Debove (1978) et de son travail sur la connotation autonymique, Jacquelin (...)
  • 15 Intervention en direct à la télévision de Jacques Chirac, avec Anne Sinclair et Alain Duhamel, 22/0 (...)

26Mais le commentaire métadiscursif est parfois purement et simplement supprimé. Nous avons relevé les gloses de modalisation autonymique14 formulées par le président de la République, Jacques Chirac, à l’occasion d’une intervention télédiffusée, le 22 février 199615. On en comptait neuf. Dans la retranscription proposée le lendemain par Le Figaro, on ne comptait plus que sept de ces gloses. Dans celle du Monde, six gloses seulement avaient passé la barre de la retranscription.

  • 16 On peut penser que cette transformation a été opérée par un agencier de l’AFP, puisqu’on trouve le (...)

27Il arrive parfois que l’instance médiatique ne se contente pas d’effacer le commentaire métadiscursif, mais, mieux, qu’elle pousse le zèle et son idéal de discours lisse jusqu’à tirer dans la reformulation de l’énoncé les conséquences de ce qu’elle croit observer (par exemple, en remplaçant le mot commenté par le locuteur comme étant inadéquat par le mot que l’instance médiatique suppose être le bon). Invité sur un plateau de télévision, Alain Juppé, alors Premier ministre, déclare : « Nous avons encore une chance — mais est-ce qu’on peut employer le mot chance avec tous les drames qui arrivent ? — de marquer un coup d’arrêt face à la folie serbe, et c’est à Gorazde. » (1995) Dans les colonnes de la presse, cet énoncé a été débarrassé de ce qui a manifestement été considéré comme une scorie : « Nous avons encore une occasion de marquer un coup d’arrêt face à la folie serbe et c’est à Gorazde16. »Sans doute le transcripteur du propos d’Alain Juppé a-t-il cru appliquer le principe énoncé par Marc Voirol : ne transcrivez pas ce qu’a dit le locuteur mais ce qu’il a voulu dire.

28Commentaires métadiscursifs simplifiés, commentaires métadiscursifs supprimés, commentaires métadiscursifs interprétés. Cette pratique n’est pas sans conséquence pour le chercheur. On pourra bien sûr dire que ces commentaires sont de bien petites choses. Et ils le sont en effet si on a décidé de ne pas s’y intéresser. Mais que se passe-t-il lorsque les commentaires de ce type se trouvent précisément être l’objet de l’étude, à partir desquels le chercheur va organiser sa description et son interprétation ? Il se passe que l’analyste décrit et interprète un énoncé qui n’a pas été produit, ou plus exactement un énoncé qui n’a pas été produit par le locuteur auquel il est attribué. La pratique journalistique qui consiste à intervenir sur les commentaires métadiscursifs peut également avoir une incidence lorsque l’analyste s’intéresse au vocabulaire employé par les locuteurs sur tel ou tel sujet. Par exemple, un analyste qui s’intéresserait aux emplois du terme « exclusion » par les hommes politiques français pourrait être tenté de relever que l’homme politique Untel a utilisé ce mot s’il voit qu’on lui attribue cette phrase dans un journal : « La lutte contre l’exclusion devrait être la priorité de la majorité actuelle. » Mais l’exemple que nous offre la transformation de l’énoncé d’Alain Juppé montre que l’homme politique en question peut très bien avoir déclaré, en réalité : « La lutte contre la “fracture sociale”, bien que je répugne à utiliser cette expression approximative, devrait être la priorité de la majorité actuelle. »Plutôt que de dire qu’Untel a utilisé le terme « exclusion » pour désigner l’état des inégalités en France, on préférera donc considérer qu’il est représenté comme tel, et qu’il a été donné à voir, dans l’espace public, comme un utilisateur de ce mot.

29Une dernière pratique, enfin, a pour conséquence que ce qui est écrit dans le journal n’est pas nécessairement ce qui a été dit. C’est celle de la traduction. Tous les propos rapportés dans le journal ne le sont pas, tant s’en faut, dans leur langue d’origine. Ce phénomène est particulièrement massif lorsque les articles portent sur des événements à caractère international, ou advenant à l’étranger. La diversité des nationalités des acteurs impliqués dans la décision et dans le commentaire, l’existence de langues privilégiés par l’action diplomatique ou la communication internationale, l’implication de réseaux mondiaux d’information dans la circulation des énoncés… font que les énoncés subissent de multiples traductions et retraductions, d’une langue à l’autre, puis parfois dans une troisième (avant d’être, dans certains cas, retraduits dans la première). Ces procédés de traductions multiples ont pour conséquence que ce qui arrive finalement dans les colonnes des différentes presses nationales n’est pas identique à ce qui a été dit.

30Ce qui est donné à lire n’est pas identique à ce qui a été dit, d’abord parce que chaque langue découpe le réel d’une manière qui lui est propre et qu’il n’existe pas, de ce fait, de synonyme d’une langue 1 dans une langue 2 (pour une synthèse critique de cette position voir Mounin, 1963 : 21-40). Ensuite, parce que la mémoire des usages dont est lesté un mot déterminé de la langue 1 n’est pas la même que celle qui leste le plus-ou-moins-synonyme de ce mot dans la langue 2. Par exemple, le déjà-dit qui pèse sur l’expression « nettoyage ethnique » n’est probablement pas identique à ceux qui pèsent, diversement, sur les plus-ou-moins-synonymes que sont « ethnic cleansing » en anglais, « ethnische Säuberung » en allemand, « limpieza étnica » en espagnol, « pulizia etnica » en italien, ou « ètnitchiéskaia tchistka » en russe.

31Enfin, dans leur passage d’une langue 1 à une langue 2, les énoncés subissent parfois des transformations morpho-syntaxiques — et non pas uniquement lexicales et sémantiques — qui en modifient la signification. Par exemple, lorsque la catégorie verbale utilisée par le journaliste Roy Gutman (1993) dans un quotidien américain (« …to “ethnically cleanse”… ») est transformée en une nominalisation dans sa traduction en langue française (« …visant à réaliser la “purification ethnique”… »), c’est, selon l’expression de Patrick Sériot (1986 : 34), à un bouleversement de « l’équilibre des ambiguïtés », donc à un bouleversement du sens, qu’on assiste. Car la traduction, explique Patrick Sériot à propos des ambiguïtés, « en supprime certaines (mais il s’agit d’un choix entre différentes possibilités et non d’une résolution, ce qui est différent) et en crée d’autres, les deux phénomènes étant liés aux formes propres des langues de départ et d’arrivée. » (Sériot, 1986 : 35 ; voir aussi Sériot, 1984). Dans le fait de la traduction, ce n’est plus par désinvolture que l’instance médiatique est infidèle aux propos qu’elle rapporte, mais par le fait incontournable qu’il existe de la langue.

32En rappelant que le discours de presse est profondément polyphonique, en rappelant que l’instance médiatique reformule et réécrit les paroles dont elle fait le récit, et en rappelant l’existence de pratiques de traduction effectuées par l’instance médiatique elle-même aussi bien que par les diverses instances qui sont en amont, nous voulons insister sur le fait que les énoncés étudiés par l’analyste tout au long de son travail sont simplement (et ne sont que) ceux qui sont donnés à lire par le journal, représentés dans ses colonnes. De même que ce que lit l’analyste n’est pas ce qu’a lu le lecteur, ce que lit l’analyste n’est pas ce qui a été dit. Il ne s’agit pas pour nous de dire que l’on trouve « n’importe quoi » dans le journal. Nous voulons plutôt souligner que ce ne sont pas des relations d’identité et de textualité qui unissent les paroles des commentateurs s’exprimant dans l’espace public et le journal qui les fait parler sous son nom, mais des rapports de sélection et de transformation.

Points de vue sur la polyphonie du discours médiatique

  • 17 Citons, par ordre chronologique décroissant : Charaudeau (1997 : en particulier 158-160 et 177-189) (...)

33Nombreux sont les auteurs qui, dans des perspectives théoriques fort diverses, ont noté le caractère éminemment polyphonique du discours médiatique17, qu’il s’agisse du discours de presse écrite, du discours radiophonique, ou du discours télévisuel. Chacun, à sa manière, souligne combien ce discours se présente comme un enchevêtrement de paroles, combien, comme le dit lui-même un praticien, en l’occurrence le journaliste de radio Emmanuel Laurentin (dans MScope, 1994 : 82), « les journalistes, dans leur grande majorité, retranscrivent et redistribuent les mots qu’ils entendent ou qu’ils lisent ». Françoise Claquin (1993), elle, parle d’un « art du montage » pour désigner ce bel exemple d’imbrication des discours qu’est la revue de presse. À des degrés divers, cette expression s’appliquerait aussi bien au discours d’information médiatique en son ensemble : celui-ci consiste pour une large part à rapporter des paroles qui lui sont extérieures, soit qu’il leur réserve des rubriques spécifiques (tribunes, courrier des lecteurs), soit qu’il tisse son propre discours avec ces paroles extérieures (à travers les différents procédés du discours rapporté).

34Si tous ces auteurs s’accordent sur le caractère polyphonique du discours médiatique, tous ne prennent pas la peine d’expliquer la façon dont ils l’envisagent. En convoquant des paroles qui lui sont extérieures, l’instance médiatique est-elle un pervers simulacre d’agora (par la polyphonie, l’instance donnerait l’illusion qu’elle laisse s’exprimer des opinions diverses) ? Ou bien est-elle le moyen de rendre compte au mieux, dans les conditions d’un discours réglé, d’une variété de points de vue ?

35La première position (la polyphonie comme simulacre) est adoptée par exemple par Marianne Ebel qui, dans la conception d’un discours de presse assujetti à l’ordre économique et idéologique dominant, conçoit la polyphonie dans le cadre d’une stratégie délibérée de masquage du parti pris du journal : les « différentes formes du discours [rapporté] cré[ent] chez le lecteur l’illusion d’une pluralité de discours alors qu’il s’agit d’un seul discours, cautionné de manières diverses » (Ebel, dans Fiala et Ebel, 1983 : 251). Quant au courrier des lecteurs, Marianne Ebel (op. cit. : 291) l’envisage comme partie intégrante d’une stratégie « qui utilis[e] le discours des lecteurs pour construire son propre discours et à travers lui son image d’une presse ouverte ». Une telle conception de la polyphonie médiatique a également les faveurs de Michel Collon (1994) et de Pierre Bourdieu (1996a et 1996b). Ce point de vue sur la polyphonie médiatique s’inscrit, plus largement, dans une conception ultra-critique des médias, envisagés comme des instruments de domination et de mirage démocratique. Pour contourner ce qui serait une manœuvre fallacieuse du système médiatique, les auteurs proposent soit d’avoir recours à des médias alternatifs (option de Michel Collon) — en faisant comme si ces médias n’avaient pas leurs propres règles de sélection et de transformation —, soit de négocier les modalités de la prise de parole à la condition exclusive d’être en position de dominant dans la négociation (option de Pierre Bourdieu).

36Dans la seconde hypothèse, le dispositif médiatique est positivement envisagé, selon l’expression de Daniel Schneidermann (1996), comme une « moulinette ». On considère alors que s’exprimer par l’intermédiaire des médias « pour tenter d’y délivrer une pensée, c’est obligatoirement passer un compromis avec la moulinette », compromis dans lequel « on gagne, mais on perd aussi » (Schneidermann, 1996 ; voir aussi Schneidermann, 1999). On estime dans ce cas que l’accès à la parole publique médiatisée est conditionné à l’acceptation d’un certain nombre de normes et de règles, qui déterminent pour partie la longueur, la forme et le degré de technicité de la parole exprimée. C’est ce second point de vue que nous adoptons.

  • 18 Sur la citation (au sens large) comme « ablation », acte quasi chirurgical de prélèvement et de mut (...)

37Nous prenons acte du caractère fortement contraignant, encadrant, calibrant, du discours médiatique pour les paroles qu’il convoque (que cette mise aux normes s’opère dans la sélection des locuteurs autorisés à parler et/ou qu’elle s’opère dans la sélection ou dans la transformation du propos rapporté). Mais nous mettons en avant deux arguments, qui motivent notre position. D’abord, il existe un caractère nécessairement mutilant de tout discours rapportant pour le discours rapporté, où qu’il ait lieu, à l’intérieur des médias ou non18. Ensuite, nous pensons qu’il existe une nécessité d’une relative cohérence idéologique à l’intérieur de chaque titre de presse. C’est ainsi qu’on ne trouve pas, dans les tribunes libres ou le courrier des lecteurs du quotidien Le Figaro, de positions critiques de type marxiste (pour dire vite), mais qu’on y trouve en revanche, de temps à autre, des positions que ne renieraient pas des journaux d’extrême droite tels que National Hebdo ou Présent. La parole convoquée est alors pour le journal un moyen de faire s’exprimer des opinions qui, sans être centralement les siennes, sont à sa périphérie. On peut ainsi penser que la polyphonie omniprésente dans le journal n’est pas un simulacre fallacieux de l’expression d’opinions contradictoires, mais plutôt la représentation normée d’opinions acceptables. Bref, on peut penser que cette polyphonie est une façon pour le journal de construire, à l’intérieur de l’espace de ce qui est dicible selon lui, « une chambre d’échos où résonne le concert des voix qui, sans lui, n’auraient pas d’échos » (Mouillaud, dans Mouillaud et Tétu, 1989 : 129).

38Chaque type de corpus pose des problèmes spécifiques à l’analyste du discours. Les analystes des interactions verbales ordinaires, par exemple, sont confrontés à l’apparent désordre du matériel qu’ils recueillent (une conversation quotidienne est faite d’auto-interruptions, de reprises, de chevauchements entre paroles des interlocuteurs), ainsi qu’au caractère indissociable de la parole avec d’autres modes d’expression qui l’accompagnent (l’analyste ne peut se passer de tenir compte des mimiques du visage, des gestes, et plus généralement de l’inscription des corps des locuteurs dans l’espace). Dans le présent article, nous avons voulu mettre en évidence les questions particulières que soulève toute analyse de corpus de presse écrite, et sur lesquelles l’analyste ne peut manquer de s’interroger, sous peine d’être menacé par les raccourcis et les erreurs d’analyse.

39Pour résumer sommairement ce que devrait être cette attitude vigilante, nous dirons qu’analyser le discours de presse suppose que l’on ait conscience, en arrière-plan du travail, de deux choses. Premièrement, la posture de l’analyste est radicalement différente de celle du lecteur. La tentation qu’on peut avoir d’imaginer qu’on est à la place du lecteur (et, par conséquent, qu’on est à même de comprendre ce qui se passe dans l’esprit du lecteur au moment de la parution du journal) est une tentation forte, mais elle doit être remise à sa place de désir. Et si ce désir devait être réalisé, ce ne serait certainement pas avec les moyens de l’analyse du discours, mais, au mieux, avec l’aide de la psychologie et de la psychologie sociale expérimentales. Deuxièmement, ce qui est écrit dans le journal n’est pas ce qui a été dit. Le discours de presse doit alors être mis à sa place de discours relativement autonome, et en aucun cas réductible à un reflet des prises de parole publiques. Les analystes le savent, mais oublient souvent de le dire explicitement, tant ce savoir implique la modestie.

40Ces considérations d’apparence chagrine ne visent pas à faire des renoncements ou des deuils : le deuil d’un analyste apte à comprendre la réception effective du discours de presse, et le deuil d’un analyste à même de saisir l’intégralité des discours produits dans l’espace public. En revanche, elles permettent d’affirmer la spécificité du discours de presse comme objet propre, non réductible à d’autres productions langagières. Cet objet, alors, mérite ses méthodes d’investigation spécifiques, et justifie l’existence de ce champ de l’analyse du discours qu’est l’analyse du discours de presse.

41Dans sa contribution spécifique à la compréhension des faits politiques et sociaux contemporains — ou passés, mais toujours historiquement situés —, l’analyse du discours de presse s’attache à voir dans quelle mesure certains bouleversements sociaux s’accompagnent de changements dans le lexique employé par les journaux, ou de déplacements dans la signification du vocabulaire utilisé. Elle s’emploie à identifier les différents schémas argumentatifs développés dans la presse à l’occasion de débats provoqués, par exemple, par le calendrier parlementaire. Ou encore, elle se donne pour objectif de suivre l’emploi médiatisé et la circulation de certains termes, slogans et formules, et à interpréter leur éventuelle corrélation avec les faits que l’agenda médiatique met à l’ordre du jour. Si, comme l’écrit Tzvetan Todorov (1989 : 13), « les discours sont, eux aussi, des événements, des moteurs de l’histoire, et non seulement ses représentations », l’analyse du discours de presse peut constituer un des modes d’accès privilégiés à la matière même de l’histoire en train de se faire.

Haut de page

Bibliographie

ACCARDO, Alain et al. (1995), Journalistes au quotidien : outils pour une socio-analyse des pratiques journalistiques, Bordeaux, Le Mascaret.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline (1991), « Hétérogénéités et ruptures : quelques repères dans le champ énonciatif », dans Herman PARRET (dir.), Le Sens et ses hétérogénéités, Paris, Éditions du CNRS, Coll. « Sciences du langage » : 139-151.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline (1992), « Repères dans le champ du discours rapporté », L’Information grammaticale, 55-56 : 38-42 et 10-15.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi : boucles réflexives et non-coïncidences du dire, 2 tomes, Paris, Larousse, Coll. « Sciences du langage ».

BENVENISTE, Émile (1970), « L’appareil formel de l’énonciation », repris dans Émile BENVENISTE (1974), Problèmes de linguistique générale, 2, Paris, Gallimard, Coll. « Tel », p. 79-88.

BERELSON, Bernard R., Paul F. LAZARSFELD et William N. MCPHEE (1954), Voting: A Study of Opinion Formation in a Presidential Campaign, Chicago, University of Chicago Press.

BOURDIEU, Pierre (1996a), Sur la télévision, suivi de L’Emprise du journalisme, Paris, Liber éditions, Coll. « Raisons d’agir ».

BOURDIEU, Pierre (1996b), « Analyse d’un passage à l’antenne », Le Monde diplomatique, avril, p. 25.

CHABROL, Claude (1988), « Le lecteur : fantôme ou réalité ? Étude des processus de réception », dans Patrick CHARAUDEAU (dir.), La Presse : produit, production, réception, Paris, Didier Érudition, Coll. « Langages, discours et société », p. 161-184.

CHABROL, Claude (1996), « La question des effets : les apports de la psychologie », communication à la journée du GRAM (Groupe de Recherche sur l’Analyse du discours des Médias) du 3 février, consacrée à « La question des effets en analyse du discours », Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle.

CHAMPAGNE, Patrick et Dominique MARCHETTI (1994), « L’information médicale sous contrainte : à propos du “scandale du sang contaminé” », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 101-102 : 40-62.

CHARAUDEAU, Patrick (1997), Le Discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Nathan-Ina, Coll. « Médias-Recherches ».

CHARRON, Jean (1994), La Production de l’actualité : une analyse stratégique des relations entre la presse parlementaire et les autorités politiques, Montréal, Boréal.

CHARRON, Jean et Jean DE BONVILLE (1996), « Présentation. Journalismes en mutation. Perspectives de recherche et orientations méthodologiques », Communication, 17 (2) : 15-49.

CHARRON, Jean, Jacques LEMIEUX et Florian SAUVAGEAU (1991), Les Journalistes, les médias et leurs sources, Montréal/Boucherville, Gaëtan Morin.

CHARTIER, Roger (1996), Culture écrite et société : l’ordre des livres (14e-18e siècle), Paris, Albin Michel, Coll. « Bibliothèque Histoire ».

CLAQUIN, Françoise (1993), « La revue de presse : un art du montage », Langage et Société, 64 : 43-71.

COLLON, Michel (1994/1972), Attention médias ! Les médiamensonges du Golfe. Manuel anti-manipulation, Bruxelles, Éditions EPO.

COMPAGNON, Antoine (1979), La Seconde main, ou le travail de la citation, Paris, Seuil.

DE CERTEAU, Michel (1990/1980), L’Invention du quotidien, I, Arts de faire, nouvelle édition établie et présentée par Luce GIARD, Paris, Gallimard, Coll. « Folio Essais ».

DELPORTE, Christian (1995), Histoire du journalisme et des journalistes en France, Paris, Presses Universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? »

DELPORTE, Christian (1999), Les Journalistes en France, 1880-1950 : naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, Coll. « XXe siècle ».

ECO, Umberto (1985/1979), Lector in fabula : le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, traduit de l’italien par Myriem BOUZAHER, Paris, Grasset.

ECO, Umberto (1992/1990), Les Limites de l’interprétation, traduit de l’italien par Myriem BOUZAHER, Paris, Grasset.

FARGE, Arlette (1989), Le Goût de l’archive, Paris, Seuil, Coll. « La librairie du XXe siècle ».

FERENCZI, Thomas (1996/1993), L’Invention du journalisme en France : naissance de la presse moderne à la fin du XIXe siècle, Paris, Payot.

FIALA, Pierre et Marianne EBEL (1983), Langages xénophobes et consensus national en Suisse (1960-1980) : discours institutionnels et langage quotidien ; la médiatisation des conflits, Neuchâtel, Université de Neuchâtel, Faculté des lettres.

FISHMAN, Mark (1980), Manufacturing the News, Austin, University of Texas Press.

FREUND, Andreas (1991), Journalisme et mésinformation, Grenoble, La Pensée sauvage, Coll. « Média-Discours ».

GENETTE, Gérard (1972), Figures III, Paris, Seuil, Coll. « Poétique ».

GRUNIG, Blanche-Noëlle et Roland GRUNIG (1985), La Fuite du sens : la construction du sens dans l’interlocution, Paris, Hatier-Crédif, Coll. « Langues et apprentissage des langues ».

GUTMAN, Roy (1992), « Ethnic cleansing: Yugoslavs try to deport 1,800 Muslims to Hungary », Newsday, 03/07/92 (repris dans GUTMAN, 1993 : 20-23).

GUTMAN, Roy (1993), A Witness to Genocide, New York, Macmillan.

GUTMAN, Roy (1994) « “Purification ethnique” : les Yougoslaves tentent de déporter 1 800 Musulmans vers la Hongrie », dans GUTMAN, 1994 : 89-92.

GUTMAN, Roy (1994/1993), Bosnie : témoin du génocide, traduit de l’américain par Michel VALOIS, Paris, Desclée de Brouwer.

JAKOBSON, Roman (1957), « Les embrayeurs, les catégories verbales et le verbe russe », repris et traduit de l’anglais par Nicolas RUWET, dans Roman JAKOBSON (1963), Essais de linguistique générale. 1. Les fondations du langage, Paris, Minuit, Coll. « Arguments », p. 176-196.

JUPPÉ, Alain (1995), « Journal télévisé de 20 h », France 2, 19/07/95.

KATZ, Elihu et Paul LAZARSFELD (1955), Personal Influence : The Part Played by People in the Flow of Mass Communications, New Yok, The Free Press.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1980), L’Énonciation : de la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin, Coll. « Linguistique ».

KLAPPER, Joseph T. (1960), The Effects of Mass Communications, Glencoe, The Free Press.

LACAN, Jean-François, Michaël PALMER et Denis RUELLAN (1994), Les Journalistes : stars, scribes et scribouillards, Paris, Syros, Coll. « Des gens ».

LACOUR, Laurence (1993), Le Bûcher des innocents : l’affaire Vuillemin, Paris, Plon.

LASSWELL, Harold D. (1948), The Communication of Ideas, New York, Bryson, Coll. « Institute for Religious and Social Studies ».

LAVOINNE, Yves (1994), « Les métamorphoses de l’information », Études de communication, 15 : 91-110.

LAZARSFELD, Paul, Bernard BERELSON et Hazel GAUDET (1944), The People’s Choice: How the Voter Makes Up his Mind in a Presidential Campaign, Columbia, Columbia University Press.

LE FIGARO (1996), « L’appel au dialogue », 13/12/96 : 6-9.

LE FIGARO (1996), « Un objectif “militaire, économique et financier” », 23/02/96 : 5-6.

LE MONDE (1996), « Le texte de l’entretien télévisé du président de la République », 14/12/96 : 8-12.

LE MONDE (1996), « Le texte de l’entretien télévisé du président de la République », 24/02/96 : 7-10.

LITS, Marc (dir.) (1995), « Le temps médiatique », Recherches en communication, 3.

MARTIN, Marc (1997), Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob.

MATHIEN, Michel (1989), Le Système médiatique : le journal dans son environnement, Paris, Hachette Supérieur, Coll. « Langue, linguistique, communication ».

MATHIEN, Michel (1992), Les Journalistes et le système médiatique, Paris, Hachette Supérieur.

MONVILLE-BURSTON, Monique (1993), « Les verba dicendi dans la presse d’information », Langue française, 98 : 48-66.

MOUILLAUD, Maurice (1984), « Espace et temps radiophoniques : les tranches horaires matinales », dans Patrick CHARAUDEAU (dir.), Aspects du discours radiophonique, Paris, Didier Érudition, Coll. « Langages, discours et sociétés », p. 61-70.

MOUILLAUD, Maurice (1990), « Le journal, un texte sous tension », Cahiers de Textologie, 3 : 141-155.

MOUILLAUD, Maurice (1994), « Postures du lecteur », Quaderni, 24 : 87-104.

MOUILLAUD, Maurice (1997), « Une énonciation en trompe-l’œil : l’annonce de la candidature Balladur par Paris-Match », Langage et Société, 81 : 35-44.

MOUILLAUD, Maurice et Jean-François TÉTU (1989), Le Journal quotidien, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

MOUNIN, Georges (1963), Les Problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, Coll. « Tel ».

MSCOPE (1994), « Journalistes et linguistes, même langue, même langage ? », Actes du colloque « Journalistes et linguistes, même langue, même langage ? », Sorbonne, 15 janvier 1993.

PAILLET, Marc (1973), « Le journaliste et ses langages », Cause commune, 5 : 15-20.

PETITJEAN, André (1986), « Le récit de faits divers : étude comparée de France-Soir et Libération », Pratiques, 50 : 46-78.

PEYTARD, Jean (1975), « Lecture(s) d’une “aire scripturale” : la page de journal », Langue française, 28 : 39-59.

REY-DEBOVE, Josette (1978), Le Métalangage : étude linguistique du discours sur le langage, Paris, Le Robert, Coll. « L’ordre des mots ».

ROSENBLUM, Mort (1993), Who Stole the News? Why We Can’t Keep Up With What Happens in the World and What We Can Do About It, New York, John Wiley & Sons.

RUELLAN, Denis (1993), Le Professionnalisme du flou : identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, Coll. « Communication, médias et sociétés ».

SCHNEIDERMANN, Daniel (1996), « Réponse à Pierre Bourdieu », Le Monde diplomatique, mai, p. 21.

SCHNEIDERMANN, Daniel (1999), Du Journalisme après Bourdieu, Paris, Fayard.

SERIOT, Patrick (1984), « L’irréductibilité de la langue dans la traductibilité du discours », LINX, 10 : 139-145.

SERIOT, Patrick (1986), « Langue russe et discours politique soviétique : analyse des nominalisations », Langages, 81 : 11-41.

TÉTU, Jean-François (1993), « L’actualité, ou l’impasse du temps », dans Daniel BOUGNOUX (textes présentés par), Sciences de l’information et de la communication, Paris, Larousse, Coll. « Textes essentiels », p. 714-722.

TÉTU, Jean-François (1994), « La radio, et la maîtrise du temps », Études de communication, 15 : 75-89.

TODOROV, Tzvetan (1989), Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Paris, Seuil, Coll. « La couleur des idées ».

VAN DIJK, Teun A. (dir.) (1985), Discourse and Communication: New Approaches to the Analysis of Mass Media Discourse and Communication, New York, Walter de Gruyter.

VOIROL, Marc (1990), Guide de la rédaction, Paris, Centre de Formation et de Perfectionnement des Journalistes, Coll. « Les guides du CFPJ ».

Haut de page

Notes

1 Voir notamment, pour le domaine francophone : Charron, Lemieux et Sauvageau (1991), Ruellan (1993), Charron (1994), Lacan, Palmer et Ruellan (1994), Accardo et al. (1995). Certains témoignages de journalistes apportent aussi un éclairage précieux pour la connaissance des pratiques professionnelles. Voir par exemple le témoignage de la journaliste Laurence Lacour (1993), à propos de l’affaire dite « du petit Grégory ». Les historiens qui s’intéressent à l’histoire de la profession journalistique, et non pas uniquement à l’histoire des entreprises et organes de presse, contribuent hautement à la compréhension des pratiques journalistiques. Voir notamment Delporte (1995), Martin (1997), Delporte (1999).

2 Sur le temps du journal, voir Mouillaud (1994). Sur la temporalité médiatique en général, voir Tétu (1993) et Lits (1995). Sur le temps de la radio en particulier, voir Mouillaud (1984) et Tétu (1994).

3 En linguistique de l’énonciation, on appelle « embrayeurs » (traduction de shifters, proposé par Roman Jakobson (1957), des mots dont le référent n’est déterminé que par la situation d’énonciation, autrement dit des mots qui ne renvoient à un référent que lorsqu’ils sont utilisés dans un message. On distingue les embrayeurs temporels (« aujourd’hui », « hier », « demain », « maintenant »…), les embrayeurs de personne (« je », « tu », « vous », « nous »…), et les embrayeurs spatiaux (« ici », « là-bas », « celui-ci », « cela »…). Voir Émile Benveniste (1970).

4 Maurice Mouillaud (1997) a illustré la façon dont la cohabitation forcée du temps rédactionnel et du temps du lecteur pouvait produire, à l’occasion de certains événements, des effets de cacophonie et entrer dans une stratégie dédoublée de « dire et ne pas dire ».

5 Nous empruntons directement cette sémiologie du journal à Maurice Mouillaud (1990).

6 Dans une abondante littérature, voir les propositions d’Umberto Eco (1985 ; 1992).

7 Cette grève avait été lancée en réaction à l’annonce d’un plan de redressement impliquant des licenciements. Voir « Pour l’indépendance », Libération, 06/12/95, p. 40. Cette grève s’est traduite par l’absence de signature au bas de certains articles, tandis que les autres articles étaient signés de cette mention cocasse : « Ce texte a été écrit par un journaliste de Libération ».

8 Christian Paul, « “Bienvenue en enfer” », Sud-Ouest, 20/06/92, p. 2. Extrait : « À bout de forces, coupée du monde, Sarajevo reste pourtant digne et fière ; et réserve quelques miracles quotidiens : ces femmes qui ne se départissent jamais de leur élégance, ces rues nettoyées à la moindre accalmie des ordures entassées, ces quelques bus surgis de nulle part – la quasi-totalité du parc est détruite — effectuant des trajets au milieu des bombardements, ces trois quotidiens paraissant au mépris de la guerre, ces marchés à la foule agglutinée autour de quelques oignons ou poireaux. »
François Musseau, « “Bienvenue en enfer” »,
Ouest-France, 20-21/06/92, p. 2. Extrait : « Affamée, coupée du monde, Sarajevo reste pourtant digne et fière et réserve quelques miracles : des femmes qui ne se départissent pas de leur élégance, des rues nettoyées des ordures entassées à la moindre accalmie, quelques bus surgis de nulle part — la quasi totalité du parc est détruite — et qui circulent encore, trois journaux qui paraissent tous les jours en dépit des bombardements. Autant de pieds de nez à ce siège d’un autre âge. »

9 L’entretien incriminé est publié dans l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, 01/09/94, dans le dossier « Les ados sans père ». La protestation de l’interviewée, le docteur Joëlle Delorenzy, est publiée dans Le Nouvel Observateur, 27/10/94, p. 48 (rubrique « Courrier des lecteurs »).

10 L’entretien de Philippe Labarde est publié sous le titre « Des citoyens, pas des endives ! » dans le magazine culturel Télérama, 20/03/96, p. 170-172. La plainte de l’interviewé est publiée dans Télérama, 17/04/96, p. 7 (rubrique « Ça va mieux en le disant »).

11 Les propos incriminés sont rapportés par Anne-Cécile Sarfati dans l’hebdomadaire féminin Elle, 09/09/96, « Avocats : métier de rêve ou métier de chien ? », p. 60-63. La protestation de Jean-Yves Le Borgne est publiée dans Elle, 23/09/96, p. 12 (rubrique « Courrier »). Dans cette page, aux côtés de Jean-Yves Le Borgne, trois autres avocats, Jean-Paul Carminati, Muriel Brouquet et Henri Leclerc se plaignent également du mauvais traitement dont leurs propos ont fait l’objet dans l’article d’Anne-Cécile Sarfati.

12 De façon très générale, on appelle métadiscours un discours qui parle du discours. Nous nous occupons ici spécifiquement du métadiscours qui parle des expressions du discours (exemple : « Si tu me passes cette tournure, il est “fatigué de Dieu” »), et dont les gloses de modalisation autonymique définies en note plus loin font partie, par différence avec le métadiscours qui parle du contenu du discours (exemple : « Pour ne rien te cacher, il est fatigué de Dieu. »). Sur ces distinctions, voir Jacqueline Authier-Revuz (1995 : 21-25).

13 Jacques Chirac répondant à une question d’Emmanuel Chain dans l’émission « Les Français s’interrogent, le président répond », diffusée en direct sur TF1 le 12/12/96, 20 h 50 -23 h (émission préparée par Robert Namias, présentée par Guillaume Durand, avec des questions de Marine Jacquemin, Michel Field, Emmanuel Chain et Alexandre Adler).

14 À la suite de Josette Rey-Debove (1978) et de son travail sur la connotation autonymique, Jacqueline Authier-Revuz a proposé la notion de modalisation autonymique, définie comme un mode de dire dédoublé par lequel l’énonciateur revient sur les mots qu’il utilise, le fragment en modalisation autonymique se trouvant alors à la fois en usage et en mention. Par exemple, dans des constructions telles que « X, comme disent les socialistes », « pour ainsi dire, X » ou « X, dans tous les sens du terme », le fragment X est accompagné d’une glose de modalisation autonymique. La modalisation autonymique constitue une forme particulière de commentaire métadiscursif. Pour une définition plus détaillée voir Jacqueline Authier-Revuz (1991 ; 1995).

15 Intervention en direct à la télévision de Jacques Chirac, avec Anne Sinclair et Alain Duhamel, 22/02/96, 20 h 15 -21 h (sur le thème de la réforme du service national).

16 On peut penser que cette transformation a été opérée par un agencier de l’AFP, puisqu’on trouve le même énoncé ainsi modifié dans deux journaux différents, dans les deux cas dans des articles rédigés à partir d’une dépêche : Article signé AFP/Reuter, « Juppé s’en prend aux Américains », Libération, 20/07/95 : 2-3. Article signé AFP, « La France veut défendre Gorazde », Le Monde, 21/07/95 : 2.

17 Citons, par ordre chronologique décroissant : Charaudeau (1997 : en particulier 158-160 et 177-189), Champagne et Marchetti (1994), Simone Bonnafous dans MScope (1994 : 115-116), Monville-Burston (1993), Freund (1991 : en particulier 28-34), Maurice Mouillaud dans Mouillaud et Tétu (1989 : 129-149), Van Dijk (1985 : en particulier 6-7), Fishman (1980 : en particulier 85-87 et 92-93), Paillet (1973).

18 Sur la citation (au sens large) comme « ablation », acte quasi chirurgical de prélèvement et de mutilation, voir Compagnon (1979 : spécialement 17-19).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Krieg, « Analyser le discours de presse », Communication, vol. 20/1 | 2000, 75-97.

Référence électronique

Alice Krieg, « Analyser le discours de presse », Communication [En ligne], vol. 20/1 | 2000, mis en ligne le 11 août 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/6432 ; DOI : 10.4000/communication.6432

Haut de page

Auteur

Alice Krieg

Alice Krieg est membre du Centre d’étude des discours, textes, écrits et communications (Ceditec EA 3119), Université de Paris-Val de Marne, Paris 12, et membre du comité de rédaction de la revue Mots. Les langages du politique. Courriel : akrieg@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org