Navigation – Plan du site
Recherches

La naissance de la bande dessinée de langue française

Mira Falardeau
p. 194-213

Texte intégral

1Le samedi 30 janvier 1904, le quotidien de Montréal La Patrie innove en présentant à ses lecteurs une magnifique bande dessinée relevée d’une couleur turquoise, « Les Aventures de Timothée », signée Albéric Bourgeois. Bourgeois vient de signer ici la toute première bande dessinée d’expression française au monde. Ce n’est que 20 ans plus tard, soit en 1925, que la France s’ouvrira à ce nouveau langage, avec le « Zig et Puce » d’Alain de St-Ogan qui à son tour ira inspirer en 1929 le Belge si célèbre Hergé.

2De 1890 à 1900, la grande presse se modernise. Profitant des innovations dans les techniques d’impression qui permettent désormais d’imprimer photos, textes et bandes dessinées en couleur dans les mêmes pages, les propriétaires des quotidiens montréalais rivaliseront d’ingéniosité pour aller chercher de nouveaux lecteurs, souvent analphabètes. Sans interruption jusqu’en 1910, quatre ou cinq auteurs inventeront une foule de héros et d’héroïnes dont les péripéties seront offertes au public des deux grands quotidiens de Montréal, La Patrie et La Presse. Les pages les plus innovatrices, explorant tour à tour tous les nouveaux codes de ce langage en train de naître, seront offertes à un public ravi, et de plus en plus friand de ces aventures. Jeux à l’intérieur du journal, modes, spectacles intégreront bientôt ces héros à la vie de tous les jours.

  • 1 La véritable première impression ayant eu lieu en juillet 1895, c’est 100 ans plus tard, à cette da (...)
  • 2 Cadre à l’intérieur de la case de bande dessinée où apparaissent les paroles des personnages, équiv (...)

3La première bande dessinée mondiale est le Yellow Kid de Outcault, né le 16 février 18961, dans le World (New York) de Pulitzer. Les paroles du Yellow Kid apparaissent souvent sur son tablier qui faisait ainsi office de ballon (ou bulle ou phylactère2). Pourtant, depuis le début du XIXe siècle, la bulle entoure souvent les paroles des personnages dans les caricatures et les histoires en images. Qu’est-ce qui fait donc une bande dessinée ? Une histoire en plusieurs cases où les personnages se parlent à travers des bulles et évoluent à l’aide de lignes de mouvements et d’idéogrammes. Il ne doit pas y avoir de texte explicatif sous la case.

4À partir de 1900, Raoul Barré utilise systématiquement la narration en cases et souvent la bulle mais, la plupart du temps, un texte sous la case complète l’histoire. Plusieurs dessinateurs vont conserver longtemps encore le texte explicatif sous la case, marque de l’histoire en images, tels Barré, qui signe dans La Presse la page « En roulant ma boule » (voir illustration 1, page suivante), et Charlebois avec « Les Aventures de Ladébauche » (La Presse, 1904-1905).

  • 3 Nous avons en effet répertorié plus de 70 journaux satiriques pour les deux villes de Montréal et d (...)

5Au départ, les bédéistes québécois s’inspirent de trois courants qu’ils synthétiseront pour créer des œuvres originales. Naturellement imprégnés par le courant américain, ils adoptent facilement le langage spécifique de la bande dessinée, bulles, lignes de mouvement, onomatopées. Les lecteurs francophones européens continueront pour leur part à préférer les histoires en images, où la position du texte en dehors du dessin permet des descriptions plus longues et plus détaillées. Les histoires en images les plus populaires « La famille Fenouillard » (1889-1893, Christophe), « Bécassine » (1905-1962, Pinchon, Caumery, Rivière), « Les Pieds Nickelés » (1908-1966, Forton, Pellos) seront lues au Québec à l’intérieur de revues illustrées pour la jeunesse telles L’Illustré, Le Petit Illustré, La Semaine de Suzette, L’Épatant. Enfin, la tendance au pamphlet descend en droite ligne des traditions allemandes et anglaises, transmises par les graveurs immigrants, souvent les initiateurs des nombreux3 journaux satiriques du XIXe siècle.

6Le premier grand bédéiste québécois, Albéric Bourgeois (1876-1962), apprend son métier aux États-Unis. Il dessine des bandes dessinées pour le Boston Post, en 1902, jusqu’à ce que l’éditeur de La Patrie, Tarte, le rappelle à Montréal en lui offrant, en 1904, le contrat type des dessinateurs de l’époque : la caricature quotidienne et une bande dessinée ou une chronique illustrée en couleurs la fin de semaine.

Illustration 1. « En roulant ma boule », Histoire de sauvage de Raoul Barré (La Presse, 1901)

Illustration 1. « En roulant ma boule », Histoire de sauvage de Raoul Barré (La Presse, 1901)

7Au départ, Bourgeois travaillera ses bandes dessinées en équipe. Lorsqu’en 1905, il quitte La Patrie pour La Presse, où il restera jusqu’en 1954, il continuera à dessiner pour La Patrie en compagnie de Théodore Busnel « Les Aventures de Timothée » (1904-1908), de même que « La Famille Citrouillard » (1904-1906) en alternance avec R. Béliveau. Pour La Presse, Bourgeois campera une foule de héros dont Toinon, le père Nicodème, et surtout Baptiste et Catherine Ladébauche.

8Les premières parutions sont véritablement issues d’un travail de collaboration entre artistes et d’une mise en place technique du plus haut raffinement. Il suffit de constater à quel rythme les innovations se succèdent durant cette première année de publication.

Les premières parutions

La première bande dessinée

Illustration 2. Les aventures de Timothée d’Albéric Bourgeois. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 30 janvier 1904)

Illustration 2. Les aventures de Timothée d’Albéric Bourgeois. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 30 janvier 1904)
  • 4 Les bandes dessinées phares, qu’elles soient illustrées ou non dans l’article sont listées dans les (...)

Case 1 : Timothée. — Nul ne résistera à mes charmes.
Case 2 : Timothée. — Cré nom, la jolie femme !
Case 3 : Timothée. — Ma belle petite… permettez…
Case 4 : La dame. — Demi-tour à droite !
Case 5 : La dame. — Garde à vous !
Case 6 : La dame. — Un peu d’exercice, c’est excellent pour la santé / Timothée. — Au contraire !
4

La première bande dessinée en couleur

Illustration 3. Les Aventures de Timothée. Une partie de plaisir qui tourne mal d’Albéric Bourgeois. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 7 mars 1904)

Illustration 3. Les Aventures de Timothée. Une partie de plaisir qui tourne mal d’Albéric Bourgeois. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 7 mars 1904)

Case 1 : Timothée. — Je vais en faire une sensation au bal masqué.
Case 2 : La dame. — Bonté divine, v’là le grippet !
Case 3 : La dame. — Vade retro satanas ! / Timothée. — La vieille me prend pour le diable.
Case 4 : Le policier. — Ce doit être quelque gredin qui court le loup-garou. / La dame. — Ousqu’est mon eau bénite ?
Case 5 : Le policier. — Quand on est policeman, on a pas peur du diable. / Timothée. — C’est pour rire ! / La dame. — À mort !
Case 6 : La dame. — Esprit tentateur, te v’là coffré. / Le policier. — Viendras-tu encore sur la terre pour séduire la police ? / Timothée. — Au contraire !

9Après avoir testé chaque couleur séparément, on fait les tests avec un duo de couleurs primaires. Le samedi 13 février 1904, la bande paraît en deux couleurs, le bleu et le rouge, accentuées par les dégradés formés par les trames. Le style unique de Bourgeois en fait, dès le départ, un maître de cet art. Son humour, très non sensique, hérité des Anglo-Saxons (Êtes-vous mort ?— Oui) se marie à une langue québécoise fière de ses particularismes, très sonore : « les p’tits chars » (le tramway), « le grippet » (prononcer grippette) (le coquin). Le samedi 5 mars 1904, les expériences de couleur sont terminées et les lecteurs ont la surprise d’admirer une première bande dessinée en quatre couleurs pleine page. On imagine sans peine le travail nécessaire pour atteindre des couleurs si intenses et variées. Les dégradés, les textures, les frottis, les trames d’intensité variable, tous les procédés sont mis ici au service du dandy Timothée qui reviendra chaque semaine, durant plus de quatre ans, faire rire et pleurer ses lecteurs par ses gaffes et son allure dégingandée. Bourgeois se serait inspiré des visages de personnages de l’époque et les traits de Timothée reproduiraient le faciès d’Ovilar Asselin, journaliste de combat, fondateur des journaux Le Nationaliste et L’Ordre.

10Pour l’occasion, Timothée s’est déguisé en diable de carnaval. Bourgeois adopte une mise en scène quasi théâtrale, où le décor est indicatif, minimaliste. Il met l’accent sur les personnages et relègue le décor à un rôle symbolique. Les héros semblent davantage sur une scène que dans une rue. Le policier, être grand-guignolesque à la moustache de cosaque, traverse l’espace comme un automate, raide et sans âme : « Viendras-tu encore sur la terre pour séduire la police ? », question absurde à laquelle Timothée répond par sa sempiternelle répartie de la fin, leitmotiv qui retourne sans cesse la question au demandeur comme un boomerang : « Au contraire… ».

11Cette œuvre frappe par son esthétisme. La spirale de la queue du diable est équilibrée par la spirale de la plume du chapeau de la dame, et le couple glisse de gauche à droite dans un ballet mécanique où les seuls profils se découpent sur un fond abstrait et vide.

Première pleine page avec deux B.D.

12La seule page en couleurs du quotidien La Patrie est cette pleine page de bandes dessinées du samedi par Bourgeois et Béliveau (1904), et l’éditeur ne lésine pas sur la qualité. On peut admirer dans « Une demande en mariage » les nuances des deux jaunes, dont cet ocre du chapeau de la belle. Art de l’instantané, la bande dessinée des quotidiens a peu souvent bénéficié de tant de soins dans l’exécution et l’impression. La beauté qui ressort des planches de la première année de « Timothée » est due au sens artistique indéniable de Bourgeois conjugué à une conjoncture économique favorable et à la volonté du journal La Patrie (financé par le Parti libéral) d’aller chercher le plus de lecteurs, si possible dans les couches sociales où l’on ne sait pas lire et où l’image qui raconte une histoire offre une initiation amusante à la lecture…

13Bourgeois traite la case de bande dessinée avec exigence égale pour le texte et l’image. On pense à Winsor McKay qui, en 1904, bâtit avec « Dream of a Rarebit Friend », qui deviendra « Little Nemo in Slumberland » (New York Herald), le 15 octobre 1905, une œuvre aux cases virtuoses. « La famille Peignefort », pour sa part, devient « La famille Citrouillard » dès sa deuxième parution et le tandem poursuit ainsi durant un an. Béliveau rend-il un hommage indirect à la famille Fenouillard du Français Christophe ?

Première page sans Bourgeois

14Un an plus tard, le 4 février 1905, La Patrie présente toujours « Les Aventures de Timothée », mais sous une autre signature, celle de Théodore Busnel (1905), qui poursuivra en adaptant son style à celui de Bourgeois avant d’être terrassé par la maladie et relayé par Bourgeois (3 octobre 1908). La deuxième moitié de la page est encore occupée par la Famille Citrouillard et son adaptation lente à la vie citadine. On sent bien que Béliveau cherche ainsi à permettre à ses nombreux lecteurs nouveaux citadins de s’initier à leur nouvelle vie à travers les attitudes gauches de ses héros Baptiste, Pétronille et Gugusse (signature T. Bisson du 29 août 1905 au 28 avril 1905). Busnel reprend le faciès de Timothée que Bourgeois avait créé, mais les personnages secondaires, souvent des dames, évoluent et s’assouplissent. La mode féminine se modernise et surtout, Busnel dessine à chaque case un décor complet, ce qui devait nécessiter énormément de travail. Les détails évoquent le dessin animé naissant, de même que ces deux fenêtres où se déroule une seconde action.

Première page entière

15Le public québécois n’est pas encore au bout de ses surprises. Un mois plus tard, le 4 mars 1905, une grande première « Une aventure piquante de Timothée et Citrouillard » en une page complète en couleurs toujours dans La Patrie, résolument à l’avant-garde. On a l’impression d’une collaboration entière entre l’équipe technique et les artistes, ce qui amène à un dépassement d’une semaine à l’autre, d’un mois à l’autre. Ainsi les deux artistes Busnel et Béliveau « marient » les héros des deux aventures : d’une part, Timothée, et d’autre part, Baptiste, Pétronille et leur fils Gugusse.

Illustration 4. Une aventure piquante de Timothée et Citrouillard de Busnel et Béliveau. Quatre couleurs. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 4 mars 1905)

Illustration 4. Une aventure piquante de Timothée et Citrouillard de Busnel et Béliveau. Quatre couleurs. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 4 mars 1905)

Case 1, haut : Timothée. — Brr... Et dire qu’il va falloir se plonger là-dedans. Ça doit pas être chaud !
Case 1, bas : Pétronille. — J’cré ben qu’quand y sera rendu au boutte, ce sera assez solide. / Baptiste. — V’là ce que j’ai trouvé de plus long en fait de crochet, Pétronille. / Gugusse. — Quiens, Poupa ! V’là l’escabeau.
Case 2, haut : Timothée. — Tout de même, en faut-y faire des sacrifices pour paraître honorablement dans la société.
Case 2, bas : Pétronille. — C’est-y dûr, Baptiste ? / Baptiste. — Ça va tout seul. / Gugusse. — Aie pas peur, Poupa ! J’te quiens ben. / Case 3, haut : Timothée. — Miséricorde. Qu’qu’c’est qu’ça ?
Case 3, bas : Pétronille. — Sapristi ! Qu’est-c’que t’as fait là, Baptiste ? / Baptiste. — J’ai jamais vu une maison aussi humide de ma vie. / Gugusse. — Ou youille Poupa.
Case 4, haut : Timothée. — J’avais bien entendu dire qu’y avait des poissons dans l’eau de l’aqueduc. Mais j’savais pas qu’y avait des z’humains.
Case 4, bas : Pétronille. — Ah, mais on va s’neyer. / Baptiste. — Ça doit être le dégel. / Gugusse. — C’est-y un nouveau déluge, ça, Poupa ?
Case 5, haut : Timothée. — Ça doit être mes voisins d’en-dessous qui veulent m’assassiner comme Marat dans sa baignoire.
Case 5, bas : Baptiste. — J’ai toujours entendu dire que le meilleur moyen de s’sauver d’une inondation, c’était d’monter sur la couverture. / Pétronille. — Vite, Baptiste, j’sens l’eau qui monte. / Gugusse. — J’sais pas nager.

16La mise en scène et les décors sont fort habiles puisqu’ils jouent de la confusion entre les deux étages d’une maison et les cases de la bande dessinée. Le dessous du plancher devient l’entre-cases et la lecture linéaire de la B.D. d’une rangée à l’autre place le spectateur dans le même trouble que Timothée, qui ne comprend pas ce qui lui arrive. On découvre en même temps que lui la source de ses problèmes et la rencontre finale de la dernière case boucle la boucle en une double envolée de mouvements forts bien amenée par l’escalier en courbe.

Première bande dessinée dans La Presse

17Mais où était donc Albéric Bourgeois pendant ce temps-là ? Il était tout simplement passé à l’emploi du quotidien concurrent de la même ville, La Presse de Montréal, où il restera plus de 50 ans. Justement, à la même date que cette fameuse grande page de Busnel et Béliveau, le 4 mars, son nouveau héros, Zidore, « fait à Montréal une arrivée à sensation ». Si Timothée est plutôt dandy, Zidore, quant à lui, est le filou chômeur de son métier. Avec Bourgeois (1905), les lecteurs de La Presse découvrent cette qualité de la langue, sertie de jeux de mots, de calembours, de coquetteries, qui le place au rang des grands auteurs.

Case 4 – Zidore, le fond de culotte accroché à une branche, la tête en bas : « Ce n’est pas la position que je viens chercher en ville ». Case 5 – Le policier : « Faites pas de résistance ou vous êtes mort ». Zidore : « C’est pas moi qui résiste, c’est la branche, monsieur ». Bourgeois manipule avec aisance un humour où le va-et-vient entre le texte et l’image est systématique. (Voir illustration 5).

Illustration 5 (La Presse, 4 mars 1905) « Zidore fait à Montréal une arrivée à sensation »

Illustration 5 (La Presse, 4 mars 1905) « Zidore fait à Montréal une arrivée à sensation »

Premier héros enfantin : Toinon

18Peu de temps après, Bourgeois double ses efforts et signe la page au complet en proposant le premier héros enfantin de la bande dessinée québécoise : Toinon (dernier Toinon : 24 septembre 1908). Toinon, l’enfant bourgeois aux 400 coups, est vite rejoint par son cousin Polyte et la bonne à tout faire Aglaë, tandis que père et mère demeurent sans consistance, dans les rôles redondants de celui ou de celle qui applique la fessée de la dernière case.

19Bourgeois s’inscrit ici dans la lignée des auteurs qui ont mis en scène des garnements. Les plus célèbres sont évidemment Les « Katzenjammer Kids » de l’allemand Rudolph Dirks, parus dès 1897 aux États-Unis, dans le American Humorist (New York). Première bande dessinée au monde à utiliser systématiquement la bulle, les garnements Katzenjammer s’inspiraient en droite ligne des « Max and Moritz » de l’Allemand Wilhelm Busch (1859, Fliegende Blätter, Munich). Outcault invente, en 1902, un troisième gamin, « Buster Brown » (New York Herald), qui deviendra très célèbre, adapté un peu partout autour du monde sous divers vocables (« Bicôt » en France, tandis que les « Katzenjammer Kids » s’appelleront « Pim, Pam, Poum » en France et « Les jumeaux du Capitaine » au Québec).

Illustration 6. Marius (Albéric Bourgeois), « Zidore rencontre une auto dans le chemin d’Outremont », « Toinon à la buanderie chinoise », La Presse, Montréal, 13 mai 1905, p. 13. Une couleur : rouge. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Presse, 13 mai 1905)

Illustration 6. Marius (Albéric Bourgeois), « Zidore rencontre une auto dans le chemin d’Outremont », « Toinon à la buanderie chinoise », La Presse, Montréal, 13 mai 1905, p. 13. Une couleur : rouge. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Presse, 13 mai 1905)

Zidore rencontre une automobile, signé Marius (Albéric Bourgeois) (La Presse, 13 mai 1905)
Case 1 : Zidore. — Attention, Monsieur ! V’là une automobile !
Case 2 : Zidore. — Je vais lui faire croire que je l’ai sauvé et me faire payer à dîner. / L’homme. — Parlez-vous ?
Case 3 : Zidore. — Vous allez vous faire écraser comme dans les p’tits chars ! / L’homme. — Police !
Case 4 : Zidore. — Vous allez me devoir une fameuse chandelle.
Case 6 : L’homme. — Assassin !

Toinon à la buanderie chinoise, signé Marius (Albéric Bourgeois)
Case 1 : Toinon. — Je viens chercher le linge de mon papa.
Case 3 : Le Chinois. — Voilà li chemise de li papa de massa Toinon. / Toinon. — Merci Sam.
Case 4 : Le Chinois. — Le Chinois li pas battu pour tourner la manivelle.
Case 6 : Mon Journal : Les Chinois n’aiment pas à rire. Je ne voudrais pas demeurer en Chine. Surtout si c’est là que poussent les fers à repasser. Je ne ferai plus jamais de farces aux Chinois. Toinon.

Illustration 7 La famille Citrouillard, Sauvetage émouvant de Béliveau. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 15 avril 1905)

Illustration 7 La famille Citrouillard, Sauvetage émouvant de Béliveau. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 15 avril 1905)

Case 1 : L’homme. — Oui, Monsieur, il n’y a rien de tel que la philantropie pour soulager le cœur de l’homme. / Baptiste. — Oh. Mais quand j’ai mal au cœur, je m’en vas labourer un lopin de terre pi ça passe comme par enchantement.
Case 2 : Pétronille. — Au secours ! Gugusse s’neye ! / L’homme. — N’ayez pas peur, j’vas le sauver. / Baptiste. — Sapristi ! Moi qui n’sais pas nager.
Case 3 : Gugusse. — À l’eau. / L’homme. — Quel courage il faut avoir tout de même pour être philanthrope.
Case 4 : Gugusse. — Bon voyage, Poupa. / Baptiste. — L’eau semble être frette un peu… je… je…
Case 5 : Pétronille. — Sors-toi d’là, Baptiste. Gugusse est juste là.
Case 6 : Pétronille. — Enfin sauvé ! / Gugusse. — Tu parles que j’ai eu du fun, Mouman. J’en ris encore ! / L’homme. — Les ingrats, pas même un remerciement !

20C’est une des caractéristiques de la bande dessinée naissante au Québec que de s’adresser tout d’abord aux adultes, avec des figures caricaturales tenant des propos critiques, discours qui descendent en ligne directe des textes politiques de la presse engagée du xixe siècle. On comprend mieux la spécificité de la B.D.Q. qui, au départ, ne met en scène que des adultes : Ladébauche, Timothée, Zidore, la famille Citrouillard, et qui n’offre qu’un seul gamin, Toinon. La B.D. américaine, à l’inverse, met en scène une série de gamins et un seul auteur, Frederick Burr Opper (1857-1937), présente des adultes : « Happy Hooligan » en 1900 (New York Journal), et deux Français loufoques, « Alphonse et Gaston » en 1902. Il faut ensuite attendre 1907, avec « Mutt and Jeff » (de Fisher, San Francisco Chronicle), pour avoir une série mettant en scène des adultes, série qui sera vraiment populaire et qui dure encore de nos jours. Incidemment, « Mutt and Jeff » est la première série quotidienne, les autres n’étant qu’hebdomadaires, et en couleurs. Encore de nos jours, en l’an 2000, les B.D. quotidiennes paraissent en noir et blanc et les B.D. hebdomadaires sont en couleurs.

  • 5 Texte descriptif à l’intérieur de la case qui joue le rôle du narrateur au théâtre.
  • 6 Dessin qui symbolise une sensation ou une pensée. Par exemple, une étoile = douleur.

21La bande dessinée québécoise de la première décennie est donc un véritable mouvement. Elle a donné naissance à plus d’une dizaine de héros différents : cinq grands artistes y ont collaboré, se sont souvent échangé les séries et les héros. Cinq noms d’artistes ayant œuvré chacun plus d’un an en bande dessinée ont été conservés ici : Raoul Barré (date de productions constatées : 1900-1908), J. Charlebois (1904-1905, histoire en images/bande dessinée), Albéric Bourgeois (1904-1954), Théodore Busnel (1905-1909) et R. Béliveau (1905-1909). Tant d’inventions et de trouvailles ont été faites durant ces cinq années ; l’histoire de leurs aventures tiendrait dans un livre complet ! Saisissons simplement l’apparition de quelques éléments caractéristiques de la bande dessinée qui est en train de naître sous les yeux du public : le récitatif5, les idéogrammes6, les lignes de mouvement.

22Toinon, à la manière de Buster Brown, nous livre son journal intime à chaque dernière case. Le texte, écrit d’une calligraphie très sage et soignée, semble se conformer aux règles que le petit garçon s’impose lorsqu’il dépasse les bornes. Mais très rapidement, la verve de Bourgeois déborde dans ce cadre rigide et le surmoi de Toinon laisse place aux confidences et aux états d’âme de Toinon-Bourgeois. Cet espace manuscrit est l’espace de l’auteur et il est troublant de voir à quel point Bourgeois sait se mettre à la place de l’enfant qui pense, dont l’esprit oscille entre rêve et réalité.

23Dans « Zidore rencontre une auto dans le chemin d’Outremont », Bourgeois utilise des étoiles en idéogrammes pour signifier que le cher Zidore a percuté le mur avec son crâne, tandis que les cheveux du malheureux évoquent le mur craquelé. Dans « Toinon à la buanderie chinoise », Bourgeois introduit des bulles à caractère chinois, ainsi que l’accent chinois ! L’humour cru de Bourgeois préfigure l’humoriste, qui sera aussi à l’aise avec l’écriture que le dessin. (Voir illustration 6).

Premier extérieur

24À La Patrie, le samedi 15 avril 1905, Busnel donne un premier nocturne (1905), au ciel bleu de Turquie, tandis que la scène évoque irrésistiblement le décor de théâtre ; le fond de ville la nuit est tout à fait réaliste et rappelle que nous sommes en Amérique, avec des gratte-ciel. Dans la même page, Béliveau y va du premier extérieur réaliste, sans l’allure d’un décor de théâtre. Le ciel montre de vrais nuages ; l’eau est soulevée de vagues et de gouttes d’eau, serties de lignes de mouvement. (Voir illustration 7).

25Dès août 1905, Bourgeois abandonne la page entière de B.D. et Toinon restera la seule bande dessinée de La Presse, dans une page désormais toute en couleurs après quelques mois d’essais avec chaque couleur séparément, comme à La Patrie l’année précédente.

Première page couleur à La Presse

26Le haut de la page, intitulé « En roulant ma boule », est constitué d’une chronique humoristique de commentaires d’actualité que Bourgeois signera à La Presse durant des décennies, jusqu’en 1954. Il signe du nom du héros de Berthelot (Le Canard, 1877) et de Charlebois : « Ladébauche ». Il dote Ladébauche d’un faciès plus folklorique et d’une épouse, Catherine, au caractère et au parler musclés. Ladébauche délaissera souvent les bandes dessinées pour s’illustrer de façon plus volubile dans les chroniques de Bourgeois. Dans la moitié inférieure de la page, la bonne Aglaë se voit couronnée reine avant de recevoir la marmite à l’intérieur d’une bulle transformée en espace de pensée.

27Parfois, Ladébauche rend visite à Toinon, mais ce sont souvent des occasions spéciales (la Sainte-Catherine). Les héros apparaissent et disparaissent des séries tels les comédiens dans la commedia dell’arte. Ainsi, « Le Père Nicodème » apparaît dans la B.D. des Citrouillard au point d’imposer son nom dans le titre de même qu’« Aglaë » dans « Toinon ». De nouveaux héros comme « Pitou » croisent des anciens. En 1906, le rythme de croisière est bien installé et Raoul Barré effectue un retour à La Patrie.

28Autour d’un conte traditionnel raconté à la québécoise, Barré brode une histoire cocasse avec deux garnements à la façon des Hans et Fritz des Katzenjammer. Un des premiers bédéistes (« Pour un dîner de Noël », B.D. sans paroles, La Presse, janvier 1900) revient à la B.D. en couleurs cette fois avant de partir, en 1913, tenter sa chance aux États-Unis en dessins animés. L’inventeur y démarre un studio et expérimente de nouveaux procédés d’animation. On voit chez Barré, de même que chez McKay, la filiation évidente entre la bande dessinée et le dessin animé, et « Les contes du Père Rhault », au trait tout en rondeurs soulevé de mouvement, sont éloquents à ce point de vue.

29Une première bande dessinée d’actualité, en pleine page couleur, sera offerte aux lecteurs de La Patrie par le tandem Busnel-Béliveau et l’équipe est formée des deux familles de personnages, qui semblent avoir tissé des liens d’amitié entre eux, à la façon des bons voisins. Gugusse, le fiston Citrouillard, est en admiration devant « Monsieur Timothée », tandis qu’il se plaint toujours de son père. Laissant les hommes devant, les dames sont en retrait et discutent librement sur le ton de la confidence, une vision très québécoise des sorties de couple.

Deux pages de B.D.

30Le 18 avril 1908, à l’occasion de Pâques, La Presse ouvre grandes ses pages à la bande dessinée puisque ce sont deux pages entières de bandes dessinées qui se font face, dans les tonalités douces de jaune et de violet en l’honneur de la grande fête religieuse. Rétrospectivement, on a presque l’impression d’un chant du cygne puisque ce cycle de bandes dessinées se termine très bientôt. En 1909, La Patrie, qui avait suscité ce mouvement artistique si impressionnant, ouvre ses portes à une bande dessinée américaine fort connue, le Buster Brown de Outcault. C’est le début de la fin pour les Québécois. Comment concurrencer les prix dérisoires que les Américains demandent pour leurs B.D. ?

31De 1910 à 1940, la bande dessinée américaine, régie par les empires des propriétaires de journaux, va se répandre partout dans le monde et pas moins de 300 « strips » ou bandes quotidiennes vont entrer dans les journaux des villes du Québec durant ces années. Les dates des premières parutions de B.D. américaines dans les quotidiens des deux grandes villes de Québec et de Montréal sont les suivantes :

  • 1909 : La Patrie, Montréal, « Buster Brown » (Outcault)

  • 1923 : La Presse, Montréal, « Marius » (Doyle)

  • 1928 : L’Événement, Québec, « Gaby et ses amis » (Sterret)

  • 1932 : Le Soleil, Québec, « Annie Roony » (McLure)

  • 1934 : L’Action catholique, Québec, « Souris Miquette » (Disney)

32Si cette période a été appelée l’âge d’or de la bande dessinée, c’est qu’elle va ravir le public avec des œuvres qui détiennent désormais le vocable de « classiques ». Comment aurait-on pu à l’époque se méfier de ces si charmants « petits comiques », comme on les appelle au Québec, qui ravissent encore aujourd’hui les lecteurs de nos quotidiens ?

33Albéric Bourgeois, caricaturiste attitré à La Presse jusqu’en 1954, restera le seul survivant des belles années de la B.D. du début du siècle. Ses Baptiste et Catherine Ladébauche traverseront allègrement les années d’ébullition de la Belle Époque, devenant les héros de ses commentaires politiques et sociaux dans sa page en couleurs du samedi, « En roulant ma boule ». Baptiste et Catherine vont parsemer l’époque de leur humour à toute épreuve. « Le domaine humoristique [...] concourt à former une conscience collective, en intégrant dans ce domaine non seulement les intellectuels mais aussi les masses populaires » (Pagé et Legris, 1976 : 15).

34Baptiste et Catherine Ladébauche vivent à travers la bande dessinée, les dessins d’humour, une comédie musicale (Théâtre St-Denis, Montréal, 1926), des chansons satiriques, un album (Les Aventures de Ladébauche, 1920) et même une émission de radio où leurs noms sont changés pour « Joson et Josette » (circa 1932). La dernière apparition bédéesque du Canayen s’intitule « Nouvelles de la guerre ».

35Curieusement, c’est la guerre et ses restrictions qui redonneront un second souffle à la bande dessinée québécoise. Les livraisons américaines et européennes sont stoppés et les journaux n’ont d’autre choix que d’ouvrir leurs pages aux artistes locaux. Albéric Bourgeois, tel un symbole, ouvre et clôt le chapitre de la naissance de la bande dessinée de langue française.

Haut de page

Bibliographie

BARRÉ, Raoul (1906), « Les contes du Père Rhault », La Patrie, Montréal 16 juin. Quatre couleurs.

BÉLIVEAU, R. (1904), « Pourquoi la famille Peignefort mangea maigre le jour de Pâques » (bas de la page), La Patrie, Montréal, samedi 2 avril, p. 13. Quatre couleurs.

BÉLIVEAU, R. (1905a), « Baptiste a peur des microbes » (bas de la page) dans « La Famille Citrouillard », La Patrie, Montréal, samedi 4 février. Quatre couleurs.

BÉLIVEAU, R. (1905b), « La famille Citrouillard, Sauvetage émouvant », Musée du Québec, La Patrie, 15 avril.

BÉLIVEAU, R. (1905c), « Sauvetage émouvant » (bas de la page) dans « La famille Citrouillard », La Patrie, Montréal, samedi 15 avril, p. 12. Quatre couleurs.

BOURGEOIS, Albéric (1904a) « Les Aventures de Timothée », La Patrie, Montréal, 30 janvier. Une couleur : turquoise.

BOURGEOIS, Albéric (1904b), « Les Aventures de Timothée », La Patrie, Montréal, 13 février. Deux couleurs : bleu et rouge.

BOURGEOIS, Albéric (1904c), « Une partie de plaisir qui tourne mal » dans « Les Aventures de Timothée », La Patrie, Montréal, 5 mars, p. 13. Quatre couleurs.

BOURGEOIS, Albéric (1905a), « La gourmandise punie », La Presse, Montréal samedi 26 août, p. 4. Quatre couleurs.

BOURGEOIS, Albéric (1905b), « La Sainte-Catherine », La Presse, Montréal 24 novembre, p. 4. Quatre couleurs.

BOURGEOIS, Albéric (1905c), « Zidore s’offre un Dîner Gratis » (haut de page), La Presse, Montréal, 11 mars. Une couleur : jaune.

BOURGEOIS, Albéric (1908), « La rose de Pâques de notre ami Ladébauche » (et page précédente), La Presse, Montréal, 18 avril, pages 3 et 4. Double page couleur.

BOURGEOIS, Albéric (circa 1945), « Nouvelles de la guerre ». Original : carton noir et blanc. Fonds Bourgeois, Bibliothèque nationale du Québec, Montréal.

BOURGEOIS, Albéric (s.d.), « Une demande en mariage » (haut de la page) dans « Les Aventures de Timothée ».

BUSNEL, Théodore (1905), « Au clair de lune » (haut de la page) dans « Les aventures de Timothée », La Patrie, 15 avril.

BUSNEL, Théodore et R. BÉLIVEAU (1905), « Une Aventure Piquante de Timothée et Citrouillard », La Patrie, Montréal, samedi 4 mars, p. 13.

BUSNEL, Théodore et R. BÉLIVEAU (1906), « La fête nationale du 24 juin à Montréal », La Patrie, Montréal 23 juin. Pleine page couleur.

BUSNEL, Théodore (s.d.), « Tout est bien qui finit bien » (haut de la page) dans « Les Aventures de Timothée ».

FALARDEAU, Mira (1994a), La bande dessinée au Québec, Montréal, Boréal.

FALARDEAU, Mira (1994b), « La naissance des histoires en images au Canada français », dans La bande dessinée au Québec, Montréal, Boréal, p. 11-25.

MARIUS (pseudonyme de Albéric Bourgeois) (1905a), « Confitures et Déconfitures » (bas de page), La Presse, Montréal, 11 mars. Une couleur : jaune

MARIUS (pseudonyme de Albéric Bourgeois) (1905b), « Zidore fait à Montréal une arrivée à sensation », La Presse, Montréal, 4 mars. Une couleur : rouge.

MARIUS (pseudonyme de Albéric Bourgeois) (1905c), « Zidore rencontre une auto dans le chemin d’Outremont », « Toinon à la buanderie chinoise », La Presse, Montréal, 13 mai, p. 13. Une couleur : rouge.

PAGÉ, Pierre et Renée LEGRIS (1976), « Le comique et l’humour à la radio québécoise », La Presse, p. 15.

Haut de page

Notes

1 La véritable première impression ayant eu lieu en juillet 1895, c’est 100 ans plus tard, à cette date précise, que les Américains ont fêté le premier centenaire du neuvième art. Mais l’application des couleurs nécessitant moult ajustements, les premiers résultats ne satisfaisaient pas Outcault et il dut attendre février 1896 avant d’être satisfait du résultat final. C’est donc la date de février 1896 que les encyclopédies ont conservée.

2 Cadre à l’intérieur de la case de bande dessinée où apparaissent les paroles des personnages, équivalent visuel de la trame sonore au cinéma.

3 Nous avons en effet répertorié plus de 70 journaux satiriques pour les deux villes de Montréal et de Québec entre 1870 et 1900. Voir Falardeau (1994b).

4 Les bandes dessinées phares, qu’elles soient illustrées ou non dans l’article sont listées dans les références bibliographiques.

5 Texte descriptif à l’intérieur de la case qui joue le rôle du narrateur au théâtre.

6 Dessin qui symbolise une sensation ou une pensée. Par exemple, une étoile = douleur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. « En roulant ma boule », Histoire de sauvage de Raoul Barré (La Presse, 1901)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6471/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Titre Illustration 2. Les aventures de Timothée d’Albéric Bourgeois. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 30 janvier 1904)
Légende Case 1 : Timothée. — Nul ne résistera à mes charmes.Case 2 : Timothée. — Cré nom, la jolie femme !Case 3 : Timothée. — Ma belle petite… permettez…Case 4 : La dame. — Demi-tour à droite !Case 5 : La dame. — Garde à vous !Case 6 : La dame. — Un peu d’exercice, c’est excellent pour la santé / Timothée. — Au contraire !4
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Illustration 3. Les Aventures de Timothée. Une partie de plaisir qui tourne mal d’Albéric Bourgeois. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 7 mars 1904)
Légende Case 1 : Timothée. — Je vais en faire une sensation au bal masqué.Case 2 : La dame. — Bonté divine, v’là le grippet !Case 3 : La dame. — Vade retro satanas ! / Timothée. — La vieille me prend pour le diable.Case 4 : Le policier. — Ce doit être quelque gredin qui court le loup-garou. / La dame. — Ousqu’est mon eau bénite ?Case 5 : Le policier. — Quand on est policeman, on a pas peur du diable. / Timothée. — C’est pour rire ! / La dame. — À mort !Case 6 : La dame. — Esprit tentateur, te v’là coffré. / Le policier. — Viendras-tu encore sur la terre pour séduire la police ? / Timothée. — Au contraire !
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Illustration 4. Une aventure piquante de Timothée et Citrouillard de Busnel et Béliveau. Quatre couleurs. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 4 mars 1905)
Légende Case 1, haut : Timothée. — Brr... Et dire qu’il va falloir se plonger là-dedans. Ça doit pas être chaud !Case 1, bas : Pétronille. — J’cré ben qu’quand y sera rendu au boutte, ce sera assez solide. / Baptiste. — V’là ce que j’ai trouvé de plus long en fait de crochet, Pétronille. / Gugusse. — Quiens, Poupa ! V’là l’escabeau.Case 2, haut : Timothée. — Tout de même, en faut-y faire des sacrifices pour paraître honorablement dans la société.Case 2, bas : Pétronille. — C’est-y dûr, Baptiste ? / Baptiste. — Ça va tout seul. / Gugusse. — Aie pas peur, Poupa ! J’te quiens ben. / Case 3, haut : Timothée. — Miséricorde. Qu’qu’c’est qu’ça ?Case 3, bas : Pétronille. — Sapristi ! Qu’est-c’que t’as fait là, Baptiste ? / Baptiste. — J’ai jamais vu une maison aussi humide de ma vie. / Gugusse. — Ou youille Poupa.Case 4, haut : Timothée. — J’avais bien entendu dire qu’y avait des poissons dans l’eau de l’aqueduc. Mais j’savais pas qu’y avait des z’humains.Case 4, bas : Pétronille. — Ah, mais on va s’neyer. / Baptiste. — Ça doit être le dégel. / Gugusse. — C’est-y un nouveau déluge, ça, Poupa ?Case 5, haut : Timothée. — Ça doit être mes voisins d’en-dessous qui veulent m’assassiner comme Marat dans sa baignoire.Case 5, bas : Baptiste. — J’ai toujours entendu dire que le meilleur moyen de s’sauver d’une inondation, c’était d’monter sur la couverture. / Pétronille. — Vite, Baptiste, j’sens l’eau qui monte. / Gugusse. — J’sais pas nager.
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 5 (La Presse, 4 mars 1905) « Zidore fait à Montréal une arrivée à sensation »
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6471/img-5.png
Fichier image/png, 103k
Titre Illustration 6. Marius (Albéric Bourgeois), « Zidore rencontre une auto dans le chemin d’Outremont », « Toinon à la buanderie chinoise », La Presse, Montréal, 13 mai 1905, p. 13. Une couleur : rouge. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Presse, 13 mai 1905)
Légende Zidore rencontre une automobile, signé Marius (Albéric Bourgeois) (La Presse, 13 mai 1905)Case 1 : Zidore. — Attention, Monsieur ! V’là une automobile !Case 2 : Zidore. — Je vais lui faire croire que je l’ai sauvé et me faire payer à dîner. / L’homme. — Parlez-vous ?Case 3 : Zidore. — Vous allez vous faire écraser comme dans les p’tits chars ! / L’homme. — Police !Case 4 : Zidore. — Vous allez me devoir une fameuse chandelle.Case 6 : L’homme. — Assassin !
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 7 La famille Citrouillard, Sauvetage émouvant de Béliveau. Photo : Patrick Altman, Musée du Québec (La Patrie, 15 avril 1905)
Légende Case 1 : L’homme. — Oui, Monsieur, il n’y a rien de tel que la philantropie pour soulager le cœur de l’homme. / Baptiste. — Oh. Mais quand j’ai mal au cœur, je m’en vas labourer un lopin de terre pi ça passe comme par enchantement.Case 2 : Pétronille. — Au secours ! Gugusse s’neye ! / L’homme. — N’ayez pas peur, j’vas le sauver. / Baptiste. — Sapristi ! Moi qui n’sais pas nager.Case 3 : Gugusse. — À l’eau. / L’homme. — Quel courage il faut avoir tout de même pour être philanthrope.Case 4 : Gugusse. — Bon voyage, Poupa. / Baptiste. — L’eau semble être frette un peu… je… je…Case 5 : Pétronille. — Sors-toi d’là, Baptiste. Gugusse est juste là.Case 6 : Pétronille. — Enfin sauvé ! / Gugusse. — Tu parles que j’ai eu du fun, Mouman. J’en ris encore ! / L’homme. — Les ingrats, pas même un remerciement !
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mira Falardeau, « La naissance de la bande dessinée de langue française », Communication, vol. 20/1 | 2000, 194-213.

Référence électronique

Mira Falardeau, « La naissance de la bande dessinée de langue française », Communication [En ligne], vol. 20/1 | 2000, mis en ligne le 11 août 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6471 ; DOI : 10.4000/communication.6471

Haut de page

Auteur

Mira Falardeau

Mira Falardeau est bédéiste et spécialiste de la communication visuelle. Elle a été conservatrice invitée par le Musée du Québec pour l’exposition « Les aventures de la bande dessinée québécoise » tenue de juin 1997 à mai 1998. C’est en montant cette exposition qu’elle a pu admirer les journaux originaux du début du siècle (conservés à la Bibliothèque nationale du Québec à Montréal) et prendre les clichés en compagnie de Patrick Altman du Musée du Québec. Courriel : mir.falardeau@sympatico.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org