Navigation – Plan du site
Lectures

Jean MOUCHON (1998), La politique sous l’influence des médias

Paris, L’Harmattan
Anne-Marie Gingras
p. 251-253
Référence(s) :

Jean MOUCHON (1998), La politique sous l’influence des médias, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1La politique sous l’influence des médias constitue un rassemblement de textes publiés dans diverses revues françaises de 1989 à 1996. Ces articles visent à dégager les aspects réguliers et récurrents de l’interaction des médias et du monde politique tout en prenant en considération l’évolution structurelle du paysage audiovisuel et les pressions de l’opinion publique. Le fil directeur des textes est une préoccupation sur le sens et la valeur de l’échange politique comme élément fondamental du processus de la délibération publique. L’analyse de l’interaction des médias et du monde politique se fait donc par une mise en perspective de l’exigence citoyenne.

2L’ensemble des textes sera ici traité en fonction des grands thèmes qui traversent l’ouvrage : d’abord le fonctionnement du monde politique et ensuite, de manière plus approfondie, les pratiques journalistiques. Ces deux thèmes renvoient chacun à l’autre, les logiques de fonctionnement politiques et médiatiques étant semblables. Ces logiques suscitent chez l’auteur un diagnostic peu réjouissant sur le rôle de la communication politique dans la démocratie.

3Le fonctionnement du monde politique fait l’objet d’une critique générale : la spectacularisation de la politique (ou la mise en forme ludique) qui s’explique par le phénomène de marketing. Il y a adaptation des personnages politiques non pas (seulement) à leurs publics, mais surtout à certaines formes de communication : la publicité et la séduction. Le marketing incite aussi à la personnalisation et l’exploitation des rivalités. L’engagement d’un personnel politique expert en publicité vient renforcer le style marketing caractéristique de l’échange politique médiatisé. L’effet marketing invalide la médiation comme « aide à l’échange démocratique » ; « l’exercice argumentatif se trouve en effet réduit à une caricature où les petites phrases, les métaphores sportives ou les récits simplistes et édifiants prennent le pas sur le raisonnement progressif et nuancé » (p. 12).

4Le second grand thème concerne les pratiques journalistiques et est davantage analysé. Jean Mouchon décrit le journalisme comme un « métier en cours de redéfinition structurelle » (p. 41). La loi de la concurrence et le marketing ont envahi le monde médiatique ; désormais, le journaliste « a du mal à ne pas tomber en dépendance de logiques externes à son métier » (p. 40). Cet état de fait doit être évalué en fonction du rôle social du journalisme : grâce à « la récurrence des formes qu’il adopte et qu’il met en circulation dans la société, [le journalisme] définit un cadre de lecture de la réalité et légitime implicitement son régime de lisibilité » (p. 48)

5L’impact du marketing sur le journalisme laisse voir combien ce dernier s’éloigne désormais du processus de délibération publique : on privilégie l’image, le spectaculaire (l’inattendu), la vitesse (l’urgence, l’éphémère, le direct et le continu) et la dimension affective et émotionnelle. L’auteur tire plusieurs conséquences de cette situation. D’abord, le rapport que les citoyens entretiennent avec les médias ne repose pas sur l’usage de la raison, ce qui invalide les médias comme outils de médiation fondamentaux en démocratie. Dans la même veine, on assiste à la banalisation de l’inacceptable (comme les scènes de guerre) qui émousse le sentiment d’absurdité. Deuxièmement, grâce à la mise en scène de certaines émissions, l’illusion existe qu’on donne au public la possibilité de participer au déroulement des événements ; le sondage devient ici l’instrument de cette illusion. Le sondage laisse « croire à une rationalité objective dans le domaine de la saisie des opinions » et « masque des opérations de classement et de sélection en amont » (p. 47). Le sondage s’inscrit comme arme de compétition entre les médias. Troisièmement, il y a distorsion du réel alors que l’imaginaire individuel et collectif cautionne une construction fictive ; la tension entre les deux pôles « faire plaisant et dire vrai » est constante (p. 46). Le rôle des journalistes ne correspond plus à celui de témoin des événements, mais il y a plutôt d’une part l’organisation du vedettariat des journalistes (p. 34) et d’autre part le risque de devenir « l’auxiliaire ou l’adjuvant nécessaire dans le récit de la prise du pouvoir » (p. 47). L’auteur explique que : « Pris par l’urgence, il lui [le journaliste] est difficile de ne pas céder aux facilités tranquillisantes des schémas de pensée pré-établis et de ne pas mouler son écriture sur les catégorisations dominantes dans son ère culturelle » (p. 47).

6De plus, certains phénomènes viennent se superposer au marketing et à la loi de la concurrence présents dans le milieu journalistique, comme la révolution informatique et la mondialisation. La première n’est pas sans inquiéter de nombreux professionnels, selon l’auteur, parce qu’elle encourage les modifications dans les pratiques de recueil de l’information : « les principes enseignés dans les écoles de journalisme, en particulier la vérification et le recoupement des sources, deviennent structurellement difficiles à respecter » (p. 41). Quant à la mondialisation, elle entraîne le conformisme (l’auteur souligne l’existence des grandes agences de presse) et instaure une hégémonie « qui est souvent celle des détenteurs du pouvoir économique » (p. 32).

7Toutes ces pratiques journalistiques et les problèmes qui lui sont associés nourrissent le scepticisme populaire et constituent des arguments de poids pour « remettre en cause le contrat de confiance à la base de l’échange informatif » (p. 53). Il y aurait pourtant possibilité d’ajuster l’acte informatif à la demande citoyenne en distinguant le factuel du processus et le temps court du temps long (celui du changement). Les mutations comme la mondialisation, la globalisation de l’économie, les migrations, le métissage, entre autres, pourraient être rapportés avec une certaine indétermination, ce qui serait plus conforme à la réalité (p. 54).

8Comme il faut s’y attendre pour tout ouvrage français, certains textes s’appuient sur des exemples qui ont peu de résonance pour le lectorat québécois : je pense ici à la représentation politique à l’Ile de la réunion, ou encore à l’évolution des dispositifs des émissions de communication politique dans lesquelles une certaine décontraction de la parole présidentielle française survient durant les années 1980. Le rituel et le formel typiques des discours officiels de l’Hexagone, inconnus en Amérique du Nord, se sont assouplis ces dernières années pour laisser place à un échange plus simple, plus direct. Malgré ces exemples, le poids de la conceptualisation dans les textes ici rassemblés par rapport aux exemples franco-français suffira à intéresser un lectorat nord-américain. La presque totalité des recherches sur les échanges politiques médiatisés qui existent en effet de ce côté-ci de l’Atlantique portent généralement sur les contenus verbal ou non verbal, ce qui limite singulièrement le champ d’investigation puisqu’on « oublie » que ces émissions existent en fonction d’un contexte plus global. L’approche de Jean Mouchon consiste au contraire à replacer dans un contexte politique plus large — les rapports sociaux — les dispositifs audiovisuels dans lesquels interviennent la classe politique, des représentants du public et les journalistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Gingras, « Jean MOUCHON (1998), La politique sous l’influence des médias », Communication, vol. 20/1 | 2000, 251-253.

Référence électronique

Anne-Marie Gingras, « Jean MOUCHON (1998), La politique sous l’influence des médias », Communication [En ligne], vol. 20/1 | 2000, mis en ligne le 15 août 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6487

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Gingras

Anne-Marie Gingras est professeure au Département des sciences politiques, Université Laval.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org