Navigation – Plan du site
Lectures

Gaëtan TREMBLAY et Bernard MIÈGE (dir.) (1998), « Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société »

Loisir & Société, 21(1),Québec, Presses de l’Université du Québec
Éric George
p. 254-266
Référence(s) :

Gaëtan TREMBLAY et Bernard MIÈGE (dir.) (1998), « Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société », Loisir & Société, 21(1),Québec, Presses de l’Université du Québec254-266

Texte intégral

1Consacrer le numéro d’une revue à un état des lieux au sein d’une discipline, en l’occurrence les sciences de la communication, n’est pas aisé. Mais le faire dans une revue habituellement consacrée aux études sur le loisir est encore moins évident. Certes, le loisir et la communication peuvent être considérés comme des objets de recherche qui se recoupent partiellement, mais leur constitution en tant que disciplines est fondamentalement différente, ne serait-ce que parce que l’un, le loisir, se définit de façon complémentaire par rapport au travail, et ce même dans le cadre du postfordisme alors que l’autre, la communication, tend au contraire dans certaines de ses approches à recouvrir l’ensemble des rapports sociaux. C’est pourtant ce défi qu’ont relevé Gaëtan Tremblay et Bernard Miège en coordonnant un numéro de la revue Loisir & Société intitulé « Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société ».

  • 1 La revue comprend également d’autres articles « hors thème » plus spécifiquement reliés au champ de (...)

2Dans l’article introduisant l’ouvrage, les auteurs français et québécois mentionnent les liens et les différences entre études sur le loisir et études sur la communication en concluant à ce sujet sur l’aspiration commune à l’interdisciplinarité, voire même à la transdisciplinarité qui « contribue pour une bonne part, si ce n’est à leur identité, tout au moins à leur dynamisme » (p. 14). Ils mettent également l’accent sur deux dimensions importantes constitutives de leur choix éditorial : d’une part l’absence de perspectives psychologiques, cognitivistes et sémiologiques, l’accent étant mis sur les approches sociales, économiques et politiques : d’autre part, l’absence de textes relevant du fonctionnalisme et de la recherche administrative, l’ensemble des auteurs retenus portant un regard critique, tant sur leur objet que sur leur champ d’étude. Or, si le deuxième choix nous apparaît amplement justifié — il suffit pour s’en convaincre de constater combien les recherches qui relèvent du fonctionnalisme et de la commande sont déjà dominantes en sciences de la communication — le premier choix est peut-être plus discutable, bien qu’à cette occasion l’ensemble du dossier de ce numéro1 gagne en cohésion ce qu’il perd en hétérogénéité. Ils reconnaissent par ailleurs que dans la perspective critique, certaines approches sont malheureusement absentes, telles les études féministes et que d’autres, telles les Cultural Studies ont une faible importance. Cette dernière affirmation ne nous a d’ailleurs pas paru totalement justifiée. Certes, l’accent est plus souvent mis sur des travaux relevant de l’Économie politique, pour ne citer que cette approche et aucun article ne traite des Cultural Studies de façon systématique, mais plusieurs auteurs dont Peter Dahlgren, Marcus Breen et Jésus Martin Barbero consacrent une partie de leur réflexion à des travaux d’auteurs s’inscrivant au sein des études culturalistes anglo-saxonnes.

3L’introduction mise à part, le dossier est ouvert puis clos par les textes des deux responsables, des textes qui sont notamment consacrés aux relations entre approches de la communication et approches du social. Dans son article intitulé « Le communicationnel et le social : Déficits récurrents et nécessaires (re)-positionnements théoriques », le chercheur français rappelle que si la communication est parfois abordée comme un phénomène qui échappe au social, c’est notamment dû aux courants qui sont à l’origine de la pensée communicationnelle moderne (la cybernétique, les études dans la perspective de McLuhan (1962, 1964), l’approche empirico-fonctionnaliste) et à certains courants qui se sont développés depuis et qui s’inscrivent plus ou moins dans la continuité des travaux antérieurs, qu’ils s’agisse de la médiologie (Debray, 1991, 1994), de l’écologie cognitive (Lévy, 1990), ou des recherches souvent très concrètes centrées sur la communication dite « homme/machine ». En fait, le social a été intégré au sein des approches en communication grâce à l’apport d’autres disciplines, notamment la sociologie. Mais ces études développées par exemple dans le cadre de l’École de Palo Alto et généralement inspirées par les travaux de Georg Simmel et de George Herbert Mead ont souvent tendance à nier tout ce qui ne relève pas directement du sujet, le social étant largement considéré comme relevant de l’auto-construction. Enfin, le chercheur de l’Université Stendhal à Grenoble note que d’autres chercheurs, des juristes, des politologues, des économistes ou des historiens s’intéressent également à la communication mais qu’ils n’intègrent en aucune mesure les spécificités de ce champ d’étude.

4Ces critiques étant émises — elles occupent tout de même douze pages et demie sur les quinze de l’article —, le chercheur grenoblois conclut en proposant quatre « éléments d’un programme de travail ». Premièrement, il convient de ne pas abandonner les recherches effectuées à un niveau macro-sociétal et notamment de ne pas oublier l’étude des logiques d’action des groupes dominants ; deuxièmement, il est important de s’intéresser aux échanges en matière d’information à l’échelle planétaire ; troisièmement, il faut situer les études en communication dans le « temps long » ; quatrièmement, il est nécessaire de ne pas se contenter de s’arc-bouter sur des paradigmes et des certitudes théoriques propres à une discipline, mais plutôt de favoriser une confrontation entre disciplines afin d’appréhender le paradigme communicationnel dans ce qu’il a de spécifique.

5Est-ce lié à leurs origines culturelles ? À des traditions universitaires différentes avec le développement des études en « communication » au Québec et celui en « sciences de l’information et de la communication » en France ? Alors que l’article de Bernard Miège est essentiellement construit « contre » afin de pouvoir faire ressortir in fine des propositions, Gaëtan Tremblay ne procède pas de la même façon dans son article intitulé « Le lieu “virtuel” des sciences de la communication ». Ainsi, commence-t-il par rappeler que les sciences de la communication se sont en partie constituées par emprunt aux sciences sociales à la fois d’un point de vue théorique et méthodologique en mentionnant à ce sujet les travaux fondateurs de Gabriel Tarde (1901), de John Dewey (1990), de Robert E. Park (1955) et de George H. Mead (1967), avant d’ajouter que l’accueil à la pénétration de la communication par le social a été plus ou moins favorable selon les contextes géographiques et culturels et que l’ensemble de ces travaux s’est plus caractérisé par une multiplicité et une diversité d’approches théoriques que par leur homogénéité. Il note par ailleurs que les études en communication ont été marquées par les mêmes grands débats que les sciences sociales, que si on prétend que la communication n’est pas une discipline à part entière parce que toute discipline doit être caractérisée par un objet et des méthodes propres, on peut s’interroger si ce n’est pas également le cas de certaines sciences sociales et que plusieurs concepts développés au sein des études en communication peuvent être désormais repris au sein des sciences sociales. Au fil des années, selon Gaëtan Tremblay, l’objet des recherches s’est un peu précisé, passant de la communication entendue au sens large, aux techniques, d’où le fait que l’on pourrait parler davantage de sciences de la médiatisation que de sciences de la communication, excepté peut-être lorsqu’il s’agit de sémiologie, de rhétorique et de certaines approches de la communication interpersonnelle. Il résulte d’ailleurs que la plupart du temps, chaque innovation technique déclenche un flot de propos déterministes — tels ceux de Marshall MacLuhan (1962, 1964), de Pierre Lévy (1990, 1995) et de Régis Debray (1991, 1994) — qui sont ensuite relativisés par la réalisation d’enquêtes.

6Il ajoute ensuite que, tout particulièrement au Québec, les sciences de l’éducation puis les sciences de la gestion ont largement influencé les sciences de la communication, les médias de communication étant considérés dans les années soixante-dix comme des outils susceptibles de changer la société, puis à partir des années quatre-vingt comme des instruments de gestion. Enfin, dans les années quatre-vingt-dix, s’est développée l’idée qu’une théorie de la communication pourrait rendre compte de la société globale, notamment à partir de l’expression « société de l’information », et du terme, « mondialisation ». Or, comme se le demande Gaëtan Tremblay, « est-il possible de concevoir l’ensemble de la société comme un vaste système de communication ? » (p. 184) À cette question, l’auteur répond par la négative et propose de remplacer le terme « information » par celui plus englobant de « communication ». La distinction entre les deux termes est réelle, mais l’expression « société de la communication » ne serait-elle pas elle-même réductrice ? Quoi qu’il en soit, comme le dit le chercheur de l’Université du Québec à Montréal, il n’en reste pas moins que le déterminisme technologique qui est sous-jacent au modèle de la société de l’information est incapable de prendre en compte les stratégies entre acteurs, les conflits qui en résultent et les inégalités qui en découlent. Or, une théorie de la communication ne peut être exemptée de penser la production de biens matériels et les relations de pouvoir, ce que Nicholas Garnham appelle l’économie politique de la communication (1990).

  • 2 Il n’est question que du premier tome dans cette critique.
  • 3 Et non pas dans celle de la post-modernité, autre paradigme actuellement très présent au sein des s (...)

7Reprenant justement à son compte les interrogations des coordonnateurs concernant la « société de l’information » qui nous est tant promise, Nicholas Garnham propose pour sa part une critique de l’ouvrage en trois tomes2 de Manuel Castells dans un article qui a pour titre « Information Society Theory as Ideology : A Critique ». L’auteur britannique choisit d’effectuer une critique systématique de la pensée de Manuel Castells parce que ses écrits représentent selon lui la version la plus raffinée des recherches correspondant au nouveau paradigme dominant que constitue la « société de l’information », une version qui est d’autant plus intéressante que son auteur situe sa réflexion dans le prolongement de la tradition des Lumières3. Or, Nicholas Garnham s’inscrit également dans cette perspective, l’objectif de la recherche résidant selon lui dans la compréhension du monde social afin de libérer les êtres humains de l’oppression. Il résulte de cette « confrontation des idées » ce qui constitue sans doute l’article le plus fondamental de ce dossier. Dans la réflexion de Nicholas Garnham, trois éléments nous paraissent essentiels. Premièrement, il estime que l’informationnalisme revendiqué par Manuel Castells trahit une mauvaise compréhension du fonctionnement même du capitalisme qui repose fondamentalement sur l’accumulation du capital. En conséquence, il est nécessaire d’appréhender la dimension informationnelle de nos sociétés comme étant au service de la création de profits et de l’accumulation du capital et non l’inverse. À ce sujet, le rôle des marchés étant de transformer la valeur d’usage en valeur d’échange, il est fort possible que ceux-ci imposent la création de barrières sur des réseaux traditionnellement ouverts comme l’Internet. Deuxièmement, il rappelle que les réseaux ne constituent pas une nouveauté en tant que formes d’organisation sociale et économique, ce qui contribue à relativiser l’impact des techniques de l’information et de la communication (TIC). Sur ce point, il semble en effet que le chercheur de Berkeley est quelque peu prisonnier de son hypothèse quant à l’avènement d’une nouvelle forme de capitalisme. Ne se sent-il pas toujours obligé de mettre l’accent sur les changements induits par les TIC ? Troisièmement, alors que le chercheur de Berkeley met en parallèle les notions de « capitalisme informationnel » et d’« esprit de l’informationnalisme » en faisant une comparaison avec les travaux fondateurs de Max Weber sur les relations entre capitalisme et protestantisme, Nicholas Garnham souligne qu’il n’est pas évident que de nouvelles formes d’organisation économique nécessitent une nouvelle forme de justification éthique.

8Malgré cette critique systématique, il arrive toutefois que Manuel Castells trouve grâce aux yeux de Nicholas Garnham, notamment lorsqu’il reprend et actualise l’argument marxiste sur le rôle du prolétariat en tant qu’avant-garde de l’histoire en remplaçant celui-ci par un ensemble de travailleurs issus des classes moyennes mais dont le travail serait systématiquement dévalorisé par l’emploi de techniques de plus en plus innovantes. Le chercheur anglais approuve également Manuel Castells lorsqu’il écrit que c’est « le recours aux puissantes technologies de l’information et aux formes organisationnelles favorisées par elles qui a permis cette redéfinition historique des relations entre le capital et le travail » (1998 : 321), mais il ajoute fort à propos qu’admettre cela revient à reconnaître que nous sommes dans la continuation de l’ère d’une longue lutte entre capital et travail et à l’intérieur de l’organisation du travail caractérisée par la séparation entre ce qui relève de la conception et de l’exécution.

9Dans l’article suivant qui a pour titre « Utopies et réalités du lien global. Pour une critique du technoglobalisme », Armand Mattelart poursuit d’une certaine façon la réflexion de Nicholas Garnham sur l’état du capitalisme en s’intéressant plus particulièrement à la globalisation de la sphère économique et au rôle qu’y jouent les techniques de l’information et de la communication. Insistant sur l’importance de renouer avec la généalogie des mots, le chercheur d’origine belge revient tout d’abord sur le terme « global » en rappelant que celui-ci a tout d’abord été employé par Zbigniew Brzezinski, futur ministre de Jimmy Carter et futur président de la Commission trilatérale qui considérait à la fin des années soixante que les États-Unis étaient devenus la première « société globale » sous l’effet de la convergence de l’ordinateur, des télécommunications et de la télévision. Il aborde ensuite la notion de « globalisation » qui n’a pour sa part été introduite que dans les années quatre-vingt, non pas sous les auspices de la géopolitique cette fois, mais sous ceux de la géoéconomie, avec l’interconnexion généralisée des activités financières et l’évolution de la gestion de certaines sociétés transnationales vers l’entreprise en réseau, qui a traduit la vision du monde cybernétique des gestionnaires. De plus, théoriciens du marketing et du management ont œuvre de façon à mettre en avant des communautés de consommation dont les conditions de vie, les systèmes de valeurs, les priorités et les goûts ne devaient plus avoir de lien avec les frontières nationales. Puis, se rendant compte des échecs des stratégies globales, ils ont pensé simultanément les différents niveaux, local, national et international. Dans cette veine, ce sont les Japonais qui ont été les premiers à lancer le terme « glocalisation », une contraction de global et local.

10Or, la globalisation promue par l’Occident peut être analysée comme une nouvelle forme d’impérialisme qui n’ose pas dire son nom. En conséquence, le chercheur de l’Université de Paris VIII Saint-Denis estime qu’il convient de placer cette notion « au rang des cibles d’une guerre déclarée » et de promouvoir en revanche trois termes : ceux de « complexité », de « Tout » et de « résistance », trois termes qui nous semblent d’ailleurs plus ou moins bien choisis, et ce malgré tout l’intérêt du contenu dont ils semblent porteurs. Pour Armand Mattelart, « Complexité » ne doit pas renvoyer aux discours creux des prophètes des techniques (tel celui de Nicholas Negroponte (1995)) qui cachent un déterminisme simpliste derrière cette notion de complexité, mais doit être justement utile pour dépasser toute causalité unilinéaire. « Le Tout » concerne la nécessité de ne pas s’en tenir au fragmentaire, au local et à l’instantané, ce qui est désormais souvent le cas en sciences de l’information et de la communication. Ici, le chercheur parisien fait référence à l’intégration de l’espace et du temps dans la recherche. Enfin, la « résistance » consiste à s’interroger à nouveau sur le fait que, volontairement ou non, bon nombre d’études visent à légitimer le système global de « domination » : « il faut un certain courage pour s’interroger sur la tendance à nicher exclusivement la « résistance » dans l’interface individu/programme que révèlent nombre d’études ethnographiques sur les audiences » (p. 138) souligne-t-il en mentionnant le fait que des pionniers des études sur la réception, comme David Morley (1995), invitent désormais à prendre en compte le fait « qu’à la différence de ce que veut nous faire croire la doctrine marchande sur la liberté de l’individu-atome, une large partie de l’intériorité de la personne lui est extérieure, pétrie qu’elle est de rapports sociaux et historiques » (p. 138).

  • 4 Si Peter Dahlgren est suédois, il a passé l’essentiel de sa vie aux États-Unis à la fois en tant qu (...)

11Pour sa part, sous le titre « Meaning and/vs Information in Media Studies », Peter Dahlgren aborde de façon plus précise l’une des questions soulevées par Bernard Miège : la confrontation entre les recherches qui relèvent respectivement de la perspective de l’information (« information perspective ») et de la perspective de la signification (« meaning perspective »). Mettant l’accent sur l’émetteur et le message, les premières considéraient les audiences en fonction de leur taille, de leur composition, de leurs réponses à la programmation des médias, et même en fonction du temps. Ce type d’étude restait toutefois silencieux sur la signification que les récepteurs attribuaient aux messages émis. En revanche, c’est cette perspective qui a notamment été développée dans le cadre d’approches qualitatives, Peter Dahlgren citant notamment à ce sujet les travaux de John Fiske (1987, 1989, 1992) qui a abordé la notion de « polysémie » en affirmant que les textes sont potentiellement ouverts et qu’ils laissent ainsi libre cours à différentes interprétations possibles. Toutefois, adoptant une position extrêmement mesurée — la fameuse « third voice » souvent caractéristique du positionnement en cette fin de siècle de la gauche intellectuelle et politique, notamment celle qui est sous influence anglo-saxonne4 — Peter Dahlgren ajoute que le chercheur anglais a exagéré le degré de liberté dans l’interprétation, enlevant ainsi toute consistance à la notion même d’hégémonie. Il rappelle par ailleurs combien la tension entre les deux perspectives lui semble créatrice, chacune des deux rappelant à l’autre la nécessité de réduire son propre niveau de certitude, ce qui constitue un signe de maturité intellectuelle. Il propose par ailleurs de s’inspirer des travaux de Pierre Bourdieu et d’Anthony Giddens (1984) pour approcher simultanément les différents niveaux d’analyse, mais il n’ajoute malheureusement rien sur le sujet.

  • 5 Traduction libre du texte suivant : « Everything is possible, and everything is recyclable in the p (...)

12Pour sa part, Marcus Breen adopte plutôt la perspective d’information si l’on veut reprendre les termes employés par Peter Dahlgren à des fins de catégorisation. Dans un article intitulé « Evolving at speed : Theorizing popular music in the digital age », le chercheur états-unien pose la question du statut de la musique et notamment du rock dans nos sociétés occidentales. Estimant que c’est en 1956 et plus précisément à l’occasion de la sortie du film Rock Around the Clock qu’a commencé la « récupération » du rock par le système capitaliste, il affirme que la domination de la production du rock par un petit nombre d’entreprises, sept au total, est maintenant presque achevée. Ensuite, il ajoute qu’avec le développement des technologies les plus récentes, une nouvelle étape a été franchie, la tendance à la « récupération » étant d’autant plus forte que d’une part, les pratiques de marketing tendent à être toujours plus sophistiquées et que d’autre part, les producteurs indépendants sont de plus en plus récupérés par les grandes entreprises et ce dans une relation de type osmotique, ce qui complexifie singulièrement l’analyse en matière d’économie politique. Jusqu’alors, la démonstration apparaît convaincante. L’analyse en termes d’économie politique semble croiser une approche de type post-moderne qui lie musique et virtualité à travers le développement de réseaux techniques. Or, la suite nous pose problème. Marcus Breen mentionne à ce sujet deux figures emblématiques de la post-modernité : le philosophe français Jean Baudrillard qu’il cite : « tout est possible, et tout est recyclable dans l’univers polymorphe de la virtualité5 » et la revue Wired à l’occasion de la publication d’un article au titre évocateur « New rules for the new economy ». On se met alors à repenser à l’article de Nicholas Garnham qui apparaît des plus utiles afin de sortir des délires post-modernes.

13Nous allons d’ailleurs retrouver le même problème à la fin du texte de Jésus Martin Barbero. À l’instar de Bernard Miège, le chercheur colombien propose d’aborder les questions relatives aux rapports entre les études consacrées à la communication et les études consacrées au social, et ce sous le titre « Penser la société de communication ». Il rappelle tout d’abord quelques-unes des approches fondatrices des études en communication et met en évidence les positions à dominante optimiste en Amérique du Nord à l’image de Marshall McLuhan (1962) avec les positions pessimistes dominantes en Europe, à l’image de celles des membres de l’École de Francfort (Adorno et Horkheimer, 1969). Au sujet de la Grande-Bretagne, il aborde plus précisément les recherches de Raymond Williams (1965) qui a montré en quoi la culture ouvrière se distinguait à la fois de la culture « supérieure » et d’une simple culture de reproduction sociale, ce qui a contribué à fonder les Cultural Studies. Au sujet de la France, il mentionne les travaux d’Edgar Morin (1962) qui a montré que l’industrialisation et la marchandisation progressives du cinéma n’impliquaient pas une annulation de la tension créatrice, ainsi que les réflexions plus tardives et plus radicales de Jean Baudrillard (1972, 1982) qui sont intervenues alors que les « paradigmes totalisateurs » du fonctionnalisme, du marxisme et du structuralisme étaient en crise.

14Désormais, pour faire avancer les débats, le chercheur colombien s’intéresse à la position de certains chercheurs des études culturalistes comme Graham Murdock et Peter Golding (1981, 1985) qui nient toute pertinence à une théorie de la communication, parce que penser une théorie générale signifierait séparer les processus de communication par rapport à toute théorie sociale en les autonomisant, voire considérer les rapports sociaux uniquement en termes de communication, et qui proposent en revanche de situer les médias dans le contexte de la culture entendue de façon générale. Puis, le chercheur colombien se tourne vers une position nettement opposée, celle de Martin Serrano et de son groupe de Madrid (1977, 1982 et 1986) qui estiment que la construction d’une théorie sociale de la communication pourrait être articulée autour du paradigme de la médiation. Le modèle consisterait à « établir les formes/institutions que prend la communication dans chaque formation sociale, des logiques qui régissent les moyens de médiation dans le domaine des ressources (matérielles et expressives), l’organisation du travail et l’orientation politique de la communication, et également des usages sociaux de produits de la communication » (p. 153).

15Dans un deuxième temps, Jésus Martin Barbero effectue un petit bilan des recherches en communication en Amérique Latine en mentionnant que celles-ci se sont développées à la confluence de deux hégémonies : le paradigme informationnel issu des recherches états-uniennes et la théorie de la dépendance avec la critique de l’impérialisme culturel. Et il conclut en estimant que les sciences sociales refusent de penser le passage de l’internationalisation à la mondialisation autrement que comme un prolongement plus ou moins direct de l’État-nation, alors que les techniques de l’information et de la communication mettent en communication les lieux et vont jusqu’à transformer « le sens du lieu dans le monde ». Pour avancer dans la réflexion, Jésus Martin Barbero mentionne alors la nécessité d’intégrer l’apparition de réseaux et d’alliances qui réorganisent les structures de l’État ainsi que les régimes politiques et les projets nationaux, ce qui nécessite de repenser les idées de souveraineté et d’hégémonie. Il rappelle également combien la vision de la Terre depuis l’extérieur a bouleversé nos modes de perception ainsi que nos sensations et que l’univers technologique et culturel contemporain éclaire un nouvel universel non centré ou dont le centre se trouve à n’importe quel endroit. Une fin qui nous pose à nouveau un problème, tant l’auteur semble peu à peu délaisser l’analyse au profit de l’emploi de formules peu rigoureuses — à l’image de la technologie qui « installée dans telle ou telle région ou pays en tant qu’élément exogène aux demandes locales [...] est simplement un dispositif de production à l’échelle planétaire, un connecteur universel dans le global » (p. 165) — que l’on peut d’ailleurs fort bien reprocher à certaines personnalités qu’il mentionne comme références, à l’instar des Jean-François Lyotard (1979), Michel Maffesoli (1988) et Michel Serres (1996).

  • 6 Et uniquement oraux puisque lors des débats au tribunal ou dans l’Agora, il était interdit de lire (...)
  • 7 À l’époque du développement du multimédia, on pourrait également s’interroger sur la pertinence de (...)

16Enfin, nous avons décidé de conclure cette note de lecture avec le texte de Philippe Breton sur les « théories de l’argumentation » (titre de l’article), bien que ce dernier ne soit nullement à la fin du dossier. Alors que l’ensemble des autres auteurs aborde la communication d’un point de vue essentiellement socio-politique ou socio-économique, Philippe Breton se situe plutôt au carrefour entre linguistique et social, deux mondes souvent distincts. Le chercheur français s’intéresse plus particulièrement aux théories de l’argumentation qui relèvent de l’héritage de la rhétorique et qui s’inscrivent dans une perspective communicationnelle. Il souligne notamment que l’avènement de la rhétorique a été fondamental dans l’histoire humaine, car il a correspondu au remplacement du droit du plus fort basé sur l’utilisation de la violence par le droit du plus doué basé sur les échanges oraux6. Abordée pour la première fois de façon systématique par le Grec Corax, enseignée par les sophistes, enrichie par les réflexions d’Aristote, puis ignorée pendant des siècles, la rhétorique doit largement son retour à l’avant-scène aux travaux de Chaïm Perelman, philosophe et juriste belge qui insiste sur la nécessité de tenir simultanément compte du message, de l’auteur, du récepteur, du média et du contexte plus général (1970 et 1977). Et alors que Philippe Breton conclut en disant que cette nouvelle rhétorique n’a pas encore « connu le succès qu’on pourrait lui espérer dans une société où le débat démocratique et médiatique occupe une place de plus en plus centrale et d’où toute manipulation de la parole n’est pas exclue » (p. 75), on pourrait ajouter que la réintroduction de la rhétorique en tant que telle pourrait être une façon de pallier les inconvénients dus à l’abolition progressive des frontières entre plusieurs champs de la communication, notamment entre le journalisme et les relations publiques qui tendent de plus en plus à se chevaucher (George, 1998). Comme bien d’autres7, la question reste ouverte.

17Au total, la lecture de ce dossier de Loisir et société consacré aux « Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société » apparaît des plus utiles à de nombreux points de vue, qu’il s’agisse de montrer la pertinence de certaines approches dans le domaine des études en communication, de l’insuffisance de certaines autres qui n’intègrent pas ou peu la spécificité communicationnelle des objets étudiés ou la dimension sociale de toute société étudiée, ou de la remise en cause d’un nouveau paradigme, celui de la « société de l’information ». Comme nous espérons l’avoir montré, les études en communication apparaissent traversées par les mêmes débats qui suscitent des passions dans l’ensemble des sciences sociales et humaines, entre structure et sujet, objectivisme et subjectivisme, société industrielle et société post-industrielle ou société moderne ou société post-moderne. Peut-être les études en communication sont-elles même encore plus traversées par ces débats par leur jeunesse d’un point de vue institutionnel et par leur positionnement interdisciplinaire…

Haut de page

Bibliographie

ADORNO, Theodor et Max HORKHEIMER (1969), Dialektik der Aufklärung, Francfort-sur-le Main, S. Fischer. Traduction en langue française : La raison dialectique : fragments philosophiques, Paris, éditions Gallimard, 1974.

BAUDRILLARD, Jean (1972), Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, éditions Gallimard.

BAUDRILLARD, Jean (1982), À l’ombre des majorités silencieuses : ou La fin du social, Paris, éditions Denoel/Gonthier.

CASTELLS, Manuel (1996), The Rise of the Network Society, Blackwell Publishers, Oxford. Traduction en langue française : La société en réseaux : l’ère de l’information, Paris, éditions Armand Fayard, 1998.

DEBRAY, Régis (1991), Cours de médiologie générale, Paris, éditions Gallimard.

DEBRAY, Régis (1994), Manifestes médiologiques, Paris, éditions Gallimard.

DEWEY, John (1990), Démocratie et éducation, Paris, éditions Armand Collin.

FISKE, John (1987), Television Culture, Londres, Routledge.

FISKE, John (1989), Understanding Popular Culture, London, Unwin Hyman.

FISKE, John (1992), « Popularity and the politics of information », dans Peter DAHLGREN and Colin SPARKS (dir.), Journalism and Popular Culture, London, Sage.

GARNHAM, Nicholas, Capitalism and Communication: Global Culture and the Economics of Information, London, Sage.

GEORGE, Éric (1998), « De la notion d’espace public à celle de relations publiques généralisées », dans COMMposite, 98(2). [En ligne]. http://commposite.uqam.ca

GIDDENS, Anthony (1984), The Constitution of Society: Outline of the Theory of Structuration, Berkeley, University of California Press.

LÉVY, Pierre (1990), Les technologies de l’intelligence. L’avenir de la pensée à l’ère informatique, Paris, éditions La Découverte, Coll. « Science et société ».

LÉVY, Pierre (1995), L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace, Paris, éditions La Découverte.

LYOTARD, Jean-François (1979), La condition postmoderne : rapport sur le savoir, Paris, éditions de Minuit.

MAFFESOLI, Michel (1988), Le temps des tribus : le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse, Paris, éditions Méridiens Klincksieck.

MCLUHAN, Marshall (1962), The Gutenberg Galaxy, Toronto, Toronto University Press. Traduction en langue française : La Galaxie Gutenberg, Montréal, éditions Hurtubise HMH, 1968.

MCLUHAN, Marshall (1964), Understanding Media, New York, McGraw-Hill. Traduction en langue française : Pour comprendre les média, Montréal, éditions Hurtubise HMH, 1970.

MEAD, George Herbert (1967/1934), Mind, Self and Society, Chicago, University of Chicago Press.

MORIN, Edgar (1962), L’esprit du temps, Paris, éditions Grasset.

MORLEY, David et Kevin ROBINS (1995), Spaces of Identity: Global Media, Electronic Landscapes and Cultural Boundaries, London, Routledge.

MURDOCK, Graham, et Peter GOLDING (1986), « Capitalism, communication and relations of class », dans James CURRAN and Michael GUREVITCH, Mass Media and Society, London, Arnold.

NEGROPONTE, Nicholas (1995), Being Digital, New York, Vintage. Traduction en langue française : L’homme numérique, Paris, éditions Robert Laffont.

PARK, Robert E. (1955), Society: Collective Behavior, News, Opinion, Sociology and Modern Society, Glencoe, Free Press.

PERELMAN, Chaïm et Lucie TYTECA-OLBRECHTS (1970), Traité de l’argumentation, la nouvelle rhétorique, Bruxelles, éditions de l’Université de Bruxelles.

PERELMAN, Chaïm (1977), L’empire rhétorique, Paris, éditions Vrin.

SERRANO MARTIN, Manuel (1977), La mediacion social, Madrid, éditions Akal.

SERRANO MARTIN, Manuel, et al. (1982), Teoria de la comunicacion, volume 1 : Epistemologia y analisi de la referenci, Madrid, éditions Universidad Complutense.

SERRANO MARTIN, Manuel (1986), La produccion social de la comunicacion, Madrid, éditions Alianza.

SERRES, Michel (1996), Atlas, Paris, Flammarion.

SIMMEL, Georg, et Kurt H. WOLFF (1964), The Sociology of Georg Simmel, New York, The Free Press.

TARDE, Gabriel (1901), L’opinion et la foule, Paris, éditions Alcan.

WEBER, Max (1964), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, éditions Plon.

WILLIAMS, Raymond (1965), The Long Revolution, Londres, Penguin.

Haut de page

Notes

1 La revue comprend également d’autres articles « hors thème » plus spécifiquement reliés au champ des études consacrées au loisir. Étant donné que nous n’aborderons pas ces articles dans la suite de notre texte, nous signalons simplement qu’il est question de la séparation entre travail et loisir au Japon, des festivals au Québec et enfin de la dimension industrielle dans le sport au Canada.

2 Il n’est question que du premier tome dans cette critique.

3 Et non pas dans celle de la post-modernité, autre paradigme actuellement très présent au sein des sciences sociales qui présente d’ailleurs des éléments communs avec le paradigme de la société de l’information quant à la vision de l’histoire.

4 Si Peter Dahlgren est suédois, il a passé l’essentiel de sa vie aux États-Unis à la fois en tant qu’étudiant puis en tant que professeur et chercheur. Ce n’est qu’en 1997 qu’il est rentré en Suède pour enseigner à l’Université de Stockholm.

5 Traduction libre du texte suivant : « Everything is possible, and everything is recyclable in the polymorphous universe of virtuality » (extrait du site Web www.ctheory.net, 27 mars 1996, Adresse : http://www.ctheory.com/e25-disneyworld_comp.html).

6 Et uniquement oraux puisque lors des débats au tribunal ou dans l’Agora, il était interdit de lire des textes. Il fallait donc les apprendre, d’où l’importance de la mémoire.

7 À l’époque du développement du multimédia, on pourrait également s’interroger sur la pertinence de cette approche qui met l’accent sur la parole, qu’elle soit sous forme parlée ou écrite. L’utilisation de l’image notamment n’est pas abordée. Il en est de même à propos des combinaisons entre plusieurs modes d’expression (textes, graphiques, sons, images fixes et animées).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric George, « Gaëtan TREMBLAY et Bernard MIÈGE (dir.) (1998), « Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société » », Communication, vol. 20/1 | 2000, 254-266.

Référence électronique

Éric George, « Gaëtan TREMBLAY et Bernard MIÈGE (dir.) (1998), « Théories sociales de la communication et théories communicationnelles de la société » », Communication [En ligne], vol. 20/1 | 2000, mis en ligne le 11 août 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6489

Haut de page

Auteur

Éric George

Éric George est doctorant en communication, Université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org