Navigation – Plan du site
Lectures

André PRATTE (2000), Les oiseaux de malheur : essai sur les médias d’aujourd’hui

Montréal, VLB éditeur
Jean-Claude Picard
p. 274-276
Référence(s) :

André PRATTE (2000), Les oiseaux de malheur : essai sur les médias d’aujourd’hui, Montréal, VLB éditeur.

Texte intégral

1À lui seul, le titre donne le ton à tout l’ouvrage. Les journalistes et les médias qui les emploient sont devenus, de prétendre l’auteur, « des aigles, des pies, des paons, des vautours » qui se repaissent du malheur des gens et se vautrent dans la facilité et le sensationnalisme.

2Lui-même journaliste depuis une bonne vingtaine d’années, actuellement à l’emploi du quotidien montréalais La Presse, André Pratte aime déranger. En 1997, il publiait Le syndrome de Pinocchio, où il dénonçait la propension congénitale des politiciens à mentir, et il récidivait en 1998 avec L’énigme Charest, où il tentait d’expliciter la pensée du nouveau chef du Parti libéral québécois, tâche ardue s’il en est une.

3Cette fois-ci, Pratte s’attaque à son propre métier et à ses propres collègues qu’il accuse carrément de tous les maux. D’entrée de jeu, il annonce ses couleurs.

Il est rare maintenant que je lis un journal ou que je regarde un bulletin de nouvelles sans ressentir colère, déception ou découragement. Rares aussi sont les jours où l’envie de claquer la porte du journalisme ne me vient pas à l’esprit (p. 12).

Nous aimerions, ajoute-t-il quelques lignes plus loin, enquêter, révéler, renseigner, éduquer, nuancer. Nous nous retrouvons les trois quarts du temps à butiner d’une conférence de presse l’autre, d’une mère éplorée à la suivante (p. 13).

4Il faut d’abord souligner le courage et le sang-froid de l’auteur. Il est rare que des journalistes en exercice osent se livrer publiquement à une critique aussi féroce de la façon dont le métier se pratique et des travers de ses artisans. Certes, beaucoup des sujets abordés dans son ouvrage ont déjà été l’objet de discussions lors de colloques ou de congrès professionnels mais celles-ci ont toujours été fort timides et ont généralement coupé court, la faute étant généralement attribuée aux mauvais patrons ou aux ressources limitées des entreprises de presse. Assez curieusement, les journalistes, qui se font fort de critiquer tout ce qui bouge autour d’eux, ont l’autocritique assez frileuse et sont prompts à monter en rangs serrés aux barricades dès que l’attaque vient de l’extérieur.

5Or, ce n’est pas le cas de Pratte qui n’hésite pas à distribuer coups de griffe et coups de gueule à droite et à gauche, tirant même de ses propres expériences passées des exemples de ce qu’il dénonce aujourd’hui.

6Puisant abondamment dans le journalisme québécois, canadien et américain, l’auteur attaque sans ménagement tous les médias conventionnels.

7D’abord la radio privée qui, dit-il, n’informe plus ses auditeurs et qui a été envahie par les « corneilles », ces gueulards qui polluent les ondes à fortes doses de démagogie et de désinformation. Les André Arthur, Gilles Proulx et Jean Cournoyer de ce monde qui utilisent les ondes, non pas pour informer, mais pour étaler leur grossièreté et leur fatuité.

8Et la télévision qui a transformé l’information en spectacle, où le besoin d’amuser et de divertir est devenu aussi important que celui de renseigner le public. À cet égard, il signale avec justesse que le succès de l’émission « La fin du monde est à sept heures », un pastiche humoristique des émissions d’information dites sérieuses, illustre bien ce goût devenu immodéré de servir l’information à la sauce du divertissement et de la facilité. Et Pratte s’en prend aussi aux nouvelles chaînes d’information continue, qui se sont donné le mandat d’être en ondes 24 heures par jour et qui demandent à leurs journalistes de tenir l’antenne même lorsqu’ils n’ont plus rien à dire, comme lors de ce reportage ininterrompu de 14 heures de CNN au moment de la disparition tragique de John Kennedy fils. Des journalistes qui, au surplus, doivent la plupart du temps se présenter devant les caméras sans avoir eu le temps de vérifier ne serait-ce que sommairement les informations qu’ils s’apprêtent à livrer au public.

9La presse écrite, et son propre quotidien en prennent également pour leur rhume.

10Pratte souligne jusqu’à quel point l’arrivée sur le marché il y a une trentaine d’années de quotidiens populistes, comme ceux du groupe Quebecor par exemple, a eu un effet néfaste sur les autres quotidiens en obligeant un certain nivellement par le bas. C’est ce qui explique, selon lui, pourquoi de grands quotidiens généralistes comme La Presse ou Le Soleil accordent maintenant autant d’importance aux faits divers, relèguent l’information internationale aux dernières pages du journal sauf lorsqu’il s’agit de catastrophes majeures, ne font pratiquement plus de journalisme d’enquête et ont, de façon générale, pris le train de l’information insignifiante.

11D’ailleurs, l’auteur ne croit pas que la concurrence entre les médias entraîne un phénomène de différenciation et estime plutôt que les entreprises de presse et les journalistes souffrent de profond mimétisme et qu’ils ont ainsi tendance à se copier les uns les autres, surtout lorsque la recette du concurrent semble rapporter.

12Bref, tout un chacun passe sous la plume acérée du journaliste devenu dénonciateur et redresseur de torts, autant par amour de son métier que par dépit face à ce qu’il est devenu.

13S’il est vrai que son ouvrage est émaillé d’exemples concrets dont il a pu lui-même prendre connaissance tout au long de sa carrière, Pratte a par ailleurs eu la bonne idée d’émailler son texte d’extraits d’entrevues avec quelques anciens de la profession qui viennent, ça et là, commenter ses propres observations, les nuancer et y ajouter les leurs.

14Il faut également souligner que l’auteur appuie ses propos sur plusieurs études scientifiques réalisées ici ou à l’étranger et traitant de l’évolution récente des médias. L’introduction des résultats de ces études dans son ouvrage apporte une dimension intéressante à son texte et atténue le caractère à l’occasion épidermique de ses observations.

15En somme, voilà un ouvrage courageux et méritoire, qui se parcourt comme un roman, et dont on peut recommander la lecture non seulement à tous ceux qui s’intéressent au monde des médias mais en particulier aux journalistes eux-mêmes, qui réfléchissent trop peu sur le sens de leur métier.

16Il faut cependant souhaiter que, dans un ouvrage ultérieur, Pratte pousse encore plus loin la réflexion et en dise davantage sur les raisons culturelles, sociales et économiques qui expliquent cette dérive déplorable des médias où le public est maintenant perçu et traité davantage comme un consommateur que comme un citoyen. Les médias sont-ils encore aujourd’hui un instrument au service de la démocratie et sont-ils devenus principalement un vulgaire objet de commerce ? Voilà une question à laquelle Les oiseaux de malheur répond, du moins en partie. Reste maintenant à savoir pourquoi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Picard, « André PRATTE (2000), Les oiseaux de malheur : essai sur les médias d’aujourd’hui », Communication, vol. 20/1 | 2000, 274-276.

Référence électronique

Jean-Claude Picard, « André PRATTE (2000), Les oiseaux de malheur : essai sur les médias d’aujourd’hui », Communication [En ligne], vol. 20/1 | 2000, mis en ligne le 15 août 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6494

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Picard

Jean-Claude Picard est professeur au Département d’information et de communication, Université Laval.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org