Navigation – Plan du site
Articles

De « la voix de la France » à « l’État annonceur »

Genèse de la communication gouvernementale. Les années soixante-dix, ou l’alchimie des formes d’instrumentalisation de l’information par l’État français
Caroline Ollivier-Yaniv
p. 42-65

Résumés

La communication des institutions gouvernementales françaises est aujourd’hui considérée comme évidente et nécessaire. Or la systématisation de l’adresse aux citoyens par le pouvoir exécutif ne résulte pas de changements institutionnels, ou de l’éternel projet de modernisation de l’administration, ni du développement de la communication politique en général. L’institutionnalisation de la communication gouvernementale française peut en effet être comprise comme l’actualisation contemporaine, sophistiquée car démocratiquement correcte — a contrario de la propagande — de la tradition d’intervention massive de l’État français dans le champ de l’information, autrement dit du Dispositif d’information d’État.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ainsi l’État est-il caractérisé au début des années quatre-vingt-dix comme le premier « annonceur » (...)

1L’incontestable développement et la prospérité relative1 de la communication de l’institution gouvernementale française depuis une vingtaine d’années ne sauraient être exclusivement considérés à l’aune des nombreux discours qui en réaffirment invariablement le bien-fondé et la raison d’être démocratique. En tant que telle, la communication gouvernementale — à savoir l’ensemble des moyens développés par l’État pour mettre en œuvre deux flux d’information respectivement descendant et ascendant entre les gouvernants et la société — se donne à voir comme un projet d’échange, sinon de partage, entre le pouvoir exécutif et les citoyens.

  • 2 En particulier par la sémantique : les années quatre-vingt parlent de « communication sociale » (vo (...)

2Montrer que ces propos participent d’une acception de la communication comme forme idéologique, recomposition de l’ancienne symbolique républicaine, ou encore qu’ils nourrissent la vulgate stratégique et institutionnelle, voire institutionnalisante, d’un corps de professionnels — à l’extérieur et plus encore à l’intérieur2 de l’appareil administratif de l’État — telles pourraient être deux voies d’analyse du phénomène massif, banalisé et apparemment contemporain que représente la communication gouvernementale.

3Or que l’on prenne en considération les discours comme les pratiques des acteurs, ceux-ci et celles-là sont caractérisés par une absence d’histoire, par un défaut de passé qui serait précisément celui de la communication gouvernementale. Tout se passe comme si une sorte d’amnésie partagée était constitutive des manifestations et par là même, de la définition de l’objet. C’est en conséquence et comme en retour que la communication gouvernementale mérite d’être explorée et analysée par le biais d’une interrogation sur les conditions de sa genèse (Ollivier-Yaniv, 1997 ; Georgakakis, 1996, 1997) : donner une mémoire au phénomène procède de sa compréhension, constitue une condition nécessaire à la mise au jour des présupposés normatifs qui le légitiment en même temps qu’ils le qualifient. Dans cette perspective, on est conduit à considérer la communication gouvernementale non plus seulement comme la légitime mise en œuvre du droit à l’information dans le contrat entre l’État et la nation — celui-là même qui, selon les termes de P. Breton (1997 : 19), contribue à « associer démocratie et absence de manipulation » —, ni même dans la seule perspective de la modernisation de l’administration d’État ou de son rapprochement d’avec les citoyens, ni enfin comme un ensemble de messages dont il importerait de considérer les contenus et les déterminations médiatico-technologiques.

4Le déplacement problématique auquel nous procéderons afin de saisir ce phénomène hors de ses acceptions normative et essentialiste implique de considérer les modalités d’instrumentalisation et de régulation de l’information — puis de la communication, selon la sémantique institutionnelle consacrée — par l’État et le pouvoir exécutif : ainsi la communication gouvernementale peut-elle être comprise comme une actualisation du dispositif global et changeant que l’on s’accordera ici à dénommer Dispositif d’information d’État.

5Depuis une centralisation excessive de la gestion de l’information par l’État depuis la Deuxième Guerre mondiale et la Libération jusqu’à la discrète disparition du ministère en 1974, et compte tenu de l’inaltérable propension des gouvernants à considérer l’audiovisuel public comme leur meilleur — car exclusif — outil d’information des citoyens, comment l’information puis la communication gouvernementales sont-elles parvenues à se constituer en un champ d’action et en un espace de discours institutionnalisés ?

  • 3 Existence légale par le décret no 74-207, J.O. du 7 mars 1974 et création officielle par le décret (...)
  • 4 Décret no 76-124, J.O. du 7 février 1976, dénommé Service d’Information du Gouvernement depuis janv (...)
  • 5 Comme le titre de France Soir à l’occasion de la création de la DGI, le 2 février 1974.
  • 6 J.-P. Lecat, ministre de l’Information du gouvernement Messmer, Assemblée nationale, 26 octobre 197 (...)

6L’observation d’un certain nombre de faits qui se déroulent au cours des années soixante-dix peut se révéler particulièrement significative pour répondre à cette question. On entendra par là la réforme du statut de l’audiovisuel public par la loi du 7 août 1974, la disparition du ministère de l’Information dans le gouvernement de J. Chirac, ainsi que la création de structures telles que la Délégation Générale à l’Information en 19743 puis, deux ans plus tard, le Service d’Information et de Diffusion du Premier ministre4. Ces deux organismes témoignent de la résolution de l’État à « ouvrir ses dossiers5 », à garantir « une compréhension exacte des intentions et des actes des autorités élues par l’opinion publique ainsi qu’une connaissance précise et objective des aspirations de la population par les responsables politiques et administratifs6 ».

  • 7 Pour une analyse critique de la notion de rationalité en son acception cartésienne et linéaire, voi (...)
  • 8 Dès le début du XIXe siècle, les libéraux-doctrinaires considèrent ainsi la liberté de la presse no (...)

7La concomitance de ces événements apparaît moins fortuite, ou même simplement caractéristique de la « réorganisation de l’information gouvernementale » (Bourdon, 1994 : 341) en tant que celle-ci relèverait d’une suite de décisions idéalement cohérentes, que véritablement révélatrice non seulement de la reproduction du Dispositif d’information d’État à la française, mais aussi de sa rationalisation. On l’aura compris, ce dernier terme ne saurait qualifier les conditions de développement du processus envisagé, à moins de vouloir faire croire à la réalité de « mesures arrêtées consciemment à cet effet » dont nous parle N. Élias (1990 : 182)7 ; celles-ci trouvent d’ailleurs une actualisation dans l’acception idéologique de la communication gouvernementale en tant que phénomène d’échange et de transparence. Parler de rationalisation procède donc ici plutôt de la compréhension des effets induits par un ensemble d’événements dont l’explicite finalité s’apparente à un ordre libéral alors même qu’ils contribuent à perpétuer un principe de régulation politique et sociale en en générant des formes renouvelées8.

Le ministère de l’Information ou la tradition de centralisation de la gestion de l’information par l’État français : mise en œuvre et mise en forme de la « propagande démocratique »

  • 9 Assemblée nationale, séance du 13 mars 1956.

Le gouvernement, sous le prétexte de s’en tenir scrupuleusement à l’information, à une information strictement matérielle, documentaire, statique, par peur d’un mot — propagande — se croirait tenu à ne pas répliquer, à ne pas redresser, à ne pas commenter, en un mot, à ne pas se défendre ? Mais, mesdames, messieurs, c’est qu’il le doit, s’il croit à sa tâche ! Et je fais l’honneur à tout gouvernement, quel qu’il soit, qui s’est mis à la tête de la nation de penser qu’il croit à la valeur de sa politique et veut le bien de la nation. (E. Pezat, 1956)9

  • 10 Telle qu’elle apparaît notamment par le biais des structures administratives qui lui sont consacrée (...)

8Avant d’envisager les déterminations de l’information gouvernementale telles qu’elles se cristallisent au cours des années soixante-dix, il importe de décomposer l’intervention de l’État français dans le champ de l’information, autrement dit de mettre au jour les axes fondateurs du Dispositif d’information d’État. Ainsi l’émergence de la politique d’information des citoyens identifiée comme préoccupation gouvernementale10 apparaît-elle indissociable d’une tradition de centralisation et de régulation en même temps qu’un refus explicite et réitéré de toute velléité de propagande. À cet égard, on remarquera d’ailleurs que la communication gouvernementale continue de se nourrir de ce rejet, comme si le terme lui-même avait disparu en même temps que la sociologie des médias passait du paradigme terriblement imagé de la piqûre hypodermique et des effets massifs à une conception du « public récalcitrant, du récepteur actif » (Bautier, 1994 : 181 sq.).

  • 11 On ne peut pourtant que constater une grande constance dans la gestion de la liberté d’émission : l (...)
  • 12 Comme l’écrit J. Driencourt quelques années plus tard : « Après un régime d’exception, motivé par l (...)
  • 13 Celui-ci est construit à l’identique de la définition de L. Duguit (1928) : « Toute activité dont l (...)
  • 14 À l’encontre des ordonnances d’avril et juin 1944 qui rompaient avec l’organisation créée sous Vich (...)
  • 15 La loi du 11 mai 1946 entérine et organise les conditions d’application du régime de séquestre orga (...)
  • 16 Réquisitionnées par les Allemands, les Messageries Hachette sont placées sous administration provis (...)
  • 17 D’après l’ordonnance du 30 septembre 1944 qui tend à faire oublier l’Office français d’information (...)
  • 18 Décret du 4 février 1949.

9Pour comprendre cet apparent paradoxe, il convient en premier lieu de rappeler ici que la tradition française de gestion des moyens d’information est caractérisée par la centralisation et le caractère monopolistique du service public de radiodiffusion puis de télévision. Pour l’un et l’autre de ces médias, acteurs politiques et sociaux ont d’abord considéré qu’il était du devoir de l’État de prendre en charge ces secteurs d’un point de vue technique et déontologique, plutôt que de risquer de les soumettre à des initiatives privées mal qualifiées pour faire respecter le principe d’intérêt général. Ajouté à la nécessaire réorganisation de la radiodiffusion à la Libération11 mais aussi au pouvoir d’influence et de manipulation dont est alors crédité ce média (Eck, 1985), il apparaît que les contraintes techniques sont indissociables du projet politique et social du gouvernement. Par suite, la réorganisation des ondes participe du même esprit de retour aux principes républicains que l’organisation de la presse nouvelle, épurée12 : loin d’apparaître anti-libérale, la constitution de la radiodiffusion en service public est censée garantir son utilisation vertueuse. Il en va ainsi de la reconstruction symbolique de la nation ainsi que de la restauration du régime contre les années noires de Vichy, parenthèse malheureuse de l’histoire de l’État français et dont l’épuration de la presse contribue avantageusement à l’éclipse dans les consciences républicaines. Le principe d’un véritable service public de l’information13 se trouve accompli par l’ordonnance du 23 octobre 194414, la création de la Société nationale des entreprises de presse15 et des Messageries françaises de presse16 ainsi que par le statut d’établissement public administratif de l’Agence France-Presse17. Ce sont enfin les mêmes déterminations qui président à la définition du statut de la télévision lors de la transformation de la Radio Diffusion Française en Radio-Télévision Française18.

  • 19 « Une vingtaine de projets ou propositions de loi seront présentés mais aucune n’aboutit sous la IV (...)
  • 20 L’établissement est en effet placé sous l’autorité du ministre de l’Information et, en l’absence de (...)

10L’intervention de l’État dans le secteur audiovisuel se concrétise donc par un fort mouvement de régulation : les gouvernements perpétuent des prérogatives qui concourent à leur assurer le contrôle, sinon le monopole d’une partie non négligeable des moyens de diffusion de l’information, c’est-à-dire — déjà — de l’information des citoyens. De surcroît, si organes de presse et gouvernement sont censés jouir de la même liberté d’expression, seul celui-ci dispose d’une réelle « liberté d’action », à la différence des médias et à l’encontre des parlementaires. Au moins jusqu’à la fin des années cinquante, l’accaparement gouvernemental de l’organisation de l’information d’État s’appuie en effet sur leur systématique mise à l’écart de la gestion du service public d’information. Les gouvernements successifs s’accommodent d’autant plus aisément du statut incertain de la RTF qu’il contribue à préserver des liens étroitement privilégiés ; projets et propositions de loi parlementaires sont ainsi négligés avec une grande constance19. Enfin en 1959, l’hypothétique redéfinition du statut de la RTF en établissement public à caractère industriel et commercial doté d’un budget autonome se révèle être une nouvelle occasion pour le gouvernement de signifier son indifférence à tout contrôle parlementaire : tandis que la forme juridique de l’ordonnance impose la mesure plutôt qu’elle ne la propose, son contenu institue un véritable leurre d’autonomie20.

11Les raisons invoquées pour justifier l’intervention massive, plurielle et régulatrice de l’État français dans le champ de l’information peuvent être lues à la lumière de la théorie juridique des attributions de l’État : assurer la sécurité de la nation au regard des nations étrangères, faire régner l’ordre et le droit à l’intérieur dans les relations entre les individus et enfin, une mission de culture en vertu de laquelle l’État travaille « à la prospérité morale et matérielle de la nation » (Carré de Malberg, 1985 : 262). Comme en témoignent de manière synthétique mais non moins révélatrice les propos du secrétaire d’État aux Finances V. Giscard d’Estaing en 1959 (Le Monde, 20 février, 1959), le respect de la liberté d’information leur reste subordonné :

La liberté de discussion, voire de critique, fait l’originalité du régime démocratique. Il n’existe pas de point de vue qui ne puisse être confronté avec la thèse adverse. Il est donc souhaitable qu’un débat s’instaure entre la presse et les pouvoirs publics. […] Toutefois, la presse doit tenir compte d’un fait : dans ce pays qui traverse une période de transition et d’efforts, un petit groupe d’hommes recherche le bien général, avec ce que cela comporte de heurts pour certains intérêts particuliers.

12Ces principes trouvent une actualisation forte dans la composition des gouvernements : de la Libération à la fin de la IVe République, pas moins de dix-huit ministres et quatorze secrétaires d’État se consacrent au portefeuille de l’Information, le plus souvent sous l’attentive tutelle de la présidence du Conseil.

13Par là même, la gestion rapprochée du service public d’information transforme rapidement le monopole d’État en un monopole gouvernemental. Celui-ci fait plus que partie intégrante du Dispositif d’information d’État : il en devient un axe structurant dès lors que les acteurs politiques commencent à accepter l’idée selon laquelle les gouvernants sont censés s’adresser aux citoyens.

14Au cours des années cinquante émerge en effet la figure d’un État énonciateur et avec elle, les prémisses d’une information gouvernementale puisque le gouvernement commence à développer un discours sur sa propre action. Les réticences à l’égard du principe lui-même sont multiples et plus durables que l’on ne peut se l’imaginer : elles proviennent bien sûr des parlementaires mais aussi des gouvernants eux-mêmes. Elles sont enfin et surtout l’expression de la tradition constitutionnelle française selon laquelle le lien représentatif, même fondé sur le suffrage universel, n’induit ni similarité entre gouvernants et gouvernés, ni mise en relation des décisions des gouvernants avec les volontés des gouvernés indépendamment des urnes (Manin, 1995).

  • 21 Sur les activités du CDF, on pourra se reporter à notre thèse, État et communication gouvernemental (...)
  • 22 Selon l’article 5 du décret de création du CDF, 12 juillet 1957. Le service est supprimé par décret (...)
  • 23 L’expérience n’est pas sans rapport avec le conflit algérien et elle vise essentiellement à valoris (...)

15L’apparition d’un État énonciateur est toutefois rendue tangible par la création, en 1957, du Centre de Diffusion Française (CDF)21, organisme rattaché à la présidence du Conseil et dont la mission consiste à « réunir et [à] exploiter la documentation concernant les problèmes essentiels dont la diffusion est nécessaire et [à] s’assurer ou de faire assurer cette diffusion dans le monde22 ». En tant que tel, le CDF ne déroge pas aux exceptions — l’image de la France à l’étranger et l’organisation de l’information en temps de guerre — qui confirment la règle précédemment énoncée23.

  • 24 Brochure confidentielle sur le bilan du CDF, op. cit. Le Centre comprend un département des études (...)
  • 25 Note interne de R. Offroy au ministre de l’Économie A. Pinay, 28 janvier 1959.
  • 26 Une campagne de relations publiques et de relations presse contre l’abstention au référendum du 28 (...)
  • 27 Sur la problématique des conditions de réussite de la Ve République, voir Gaïti (1992).

16De l’image de la France à l’étranger et dans la Communauté à une démarche gouvernementale d’information à destination de l’Hexagone, il n’y a qu’un pas que le CDF contribue à franchir. D’une part, la nécessité qui apparaît aux gouvernants d’organiser un discours vers l’étranger détermine l’apprentissage et l’utilisation de techniques d’information au cœur de l’appareil administratif d’État. C’est bien d’un début de professionnalisation dont témoigne R. Offroy : « Seul un organisme travaillant pour l’ensemble du gouvernement pouvait être doté de toute la gamme d’experts qu’exigent maintenant les opérations combinées d’information et de relations publiques ; seuls ces experts peuvent apporter une solution rapide et satisfaisante aux problèmes techniques posés par ces opérations24 ». D’autre part, le CDF ne manque pas de se prévaloir du développement de ces méthodes dans le secteur privé, avec le projet implicite d’importer dans le champ politique les pratiques de « toute grande entreprise moderne » lorsqu’elle veut « expliquer ses objectifs et y associer son public comme ses actionnaires25 ». En définitive, c’est bien au sein du CDF que naît une réflexion conséquente sur la potentialité d’une adresse gouvernementale aux citoyens français. Sa concrétisation est facilitée par les changements institutionnels de 1958 : la première action d’information à l’attention des Français26 est engagée après l’investiture du général de Gaulle à la présidence du Conseil et avant le référendum dont on espère qu’il va entériner constitutionnellement la nouvelle répartition des pouvoirs. En ce sens, les nouvelles institutions ne font « que » transformer en ressources politiques des potentialités qui leur préexistaient de manière latente et qui ont par là même contribué à leur actualisation27.

  • 28 R. Offroy, Brochure confidentielle…, op. cit.

17Se trouve ainsi consacrée une « nouvelle doctrine d’information » : « N’empruntant rien aux pays totalitaires », elle « s’éloigne en même temps de l’information de type “capitaliste” en usage dans les démocraties libérales où celui qui a le plus de moyens financiers obtient la plus large diffusion28 ». Se trouve encore déployé un élan rhétorique et sémantique pour faire une version démocratiquement acceptable de ce délicat syncrétisme. Si le vocabulaire de la période témoigne de la fin d’une inhibition à l’égard de la propagande, on en précise inlassablement l’acception, comme pour en dégager une pratique légitime alors même que celle-ci se trouve contredite par la coïncidence du monopole gouvernemental de l’audiovisuel et de la politique d’information gouvernementale. Dès 1951, pour le ministre de l’Information A. Gazier,

  • 29 Assemblée nationale, 15 juin 1951.

la propagande est une espèce de plaidoirie et il existe plusieurs formes de propagande. Il existe une propagande qui s’adresse uniquement aux instincts et aux passions et qui est contraire à la démocratie. […] Elle est rapidement amenée à être totalitaire. Une autre propagande s’adresse davantage à la raison. Une telle propagande, qui se mesure avec d’autres propagandes, est parfaitement compatible avec les règles les plus strictes de la démocratie. Elle tend à enseigner et à renseigner plutôt qu’à envoûter29.

  • 30 Secrétaire d’État à l’Information du 1er février 1956 au 11 juin 1957.

18L’évidence de l’information pour une démocratie moderne est encore longuement argumentée par G. Jacquet30 lors de débats parlementaires animés au printemps 1956. Ainsi la définition éclectique d’une « propagande démocratique » se trouve-t-elle progressivement instituée : l’information des citoyens par le gouvernement est non seulement légitime mais elle devient une nécessité démocratique.

19On retiendra de ce tableau rapidement brossé deux dimensions constitutives du Dispositif d’information d’État à la française en tant qu’il manifeste un déni de la propagande mais aussi qu’il préfigure l’émergence de l’information gouvernementale : d’une part, l’institutionnalisation du principe selon lequel les représentants du pouvoir exécutif et l’institution gouvernementale ont vocation à s’adresser aux citoyens ; d’autre part, la confusion et la superposition caractéristiques entre gestion des moyens d’information et politique d’information sur l’action gouvernementale.

La Délégation Générale à l’Information (DGI) : la genèse de l’information gouvernementale

  • 31 Déclaration prononcée à Lyon le 31 janvier 1974, Le Monde, 2 février 1974.

Le gouvernement ne doit pas seulement assurer à notre société la disposition d’organes de communication ouverts et responsables ; il doit aussi pratiquer au service des Français une information efficace. […] Bien faire savoir est peut-être aussi difficile que bien faire. (P. Messmer, Premier ministre, 1974)31

  • 32 Loi rectificative des Finances n63-778 du 31 juillet 1963.
  • 33 Décret no 68-1154, J.O. du 25 décembre 1968.

20En ce sens, le déni de la propagande, dont la bonne fortune vaut autant par sa continuité que ses contradictions, caractérise l’histoire de l’information d’État en général et de l’information gouvernementale en particulier. La confusion des rationalités commence à se manifester dans les années cinquante et elle se déploie dans les années soixante : le SLII (Service de Liaison Interministériel à l’Information32) et, dans une moindre mesure, le CII (Comité Interministériel à l’Information33) témoignent des contradictions du modèle précédemment évoqué.

  • 34 Qui s’entoure de proches collaborateurs, parmi lesquels le premier directeur du service, ambassadeu (...)
  • 35 Pour « assurer une liaison organique avec les différents départements ministériels pour permettre l (...)
  • 36 E. Dailly, sénateur, J.O. Débats, 1er décembre 1970.
  • 37 P. Hunt, ministre plénipotentiaire est l’ancien adjoint du directeur du service de presse du Quai d (...)
  • 38 Selon les termes du décret de création du SLII.
  • 39 Notamment par l’élaboration et la publication contestées d’une brochure intitulée Cinq années de lé (...)
  • 40 Avec la disparition du portefeuille de l’Information du gouvernement Chaban-Delmas, la création d’u (...)

21Créé en 1963 à l’initiative du ministre Peyrefitte34 pour coordonner l’information gouvernementale35, le célèbre SLII constitue l’ultime maillon du dispositif d’encadrement de l’audiovisuel public. « SLII dépolitisé36 », le CII n’en reste pas moins rattaché au cabinet de J. Chaban-Delmas et dirigé par un proche du Premier ministre37. Par ailleurs, si son décret de création ne mentionne plus de lien formel avec « les différents moyens d’information placés sous la tutelle de l’État38 », les activités — et par suite la suppression — du Comité sont déterminées par la campagne électorale qui précède le scrutin législatif de mars 197339. Enfin, la tentative de déconcentration du Dispositif d’information d’État dont témoigne notamment le CII40 fait les frais de l’hostilité entre le Premier ministre et le président de la République : le projet de réforme et de libéralisation de l’ORTF par J. Chaban-Delmas cristallise les clivages (Portelli, 1994 : 175).

  • 41 Sont ainsi réalisées des publications périodiques sur les décisions gouvernementales : Actualité-se (...)
  • 42 P. Malaud, remplacé en octobre 1973 par J.-P. Lecat.

22Expérience limitée, le CII l’est donc à la fois chronologiquement et politiquement. Quand bien même ses missions témoignent d’un début d’identification et de spécialisation d’une information gouvernementale41, l’organisation de l’information d’État reste centralisée autour d’un nouveau pôle et non des moindres puisqu’il s’agit du cabinet du Premier ministre. Dans ce contexte, la suppression du ministère fait figure de geste symbolique et même, « presque uniquement tel » (Chapsal, 1990 : 440). Signe supplémentaire, s’il en faut, de la pérennité du principe de gouvernementalisation de l’information d’État, le gouvernement Messmer voit le rétablissement d’un dispositif étroitement contrôlé par un ministre d’abord choisi pour ses positions conservatrices42. L’information demeure bien un terrain d’expression privilégié de l’autorité de l’État.

  • 43 Le Central Office of Information est créé en 1946 et le Bundespresseamt, en 1947.
  • 44 Décret de création no 74-590, J.O. du 19 juin 1974.
  • 45 Absolument complémentaire de la DGI puisque l’institut avait une mission de formation permanente de (...)
  • 46 Créé par un décret du 28 septembre 1956, le SJTI est régi par un nouveau décret le 7 mars 1975.

23Après ce « tournant conservateur » (Portelli, op. cit. : 201), la Délégation Générale à l’Information apparaît comme un gage de libéralisation et de dérégulation de l’information d’État à un double titre. Il en est d’abord ainsi dans les discours qui précèdent et anticipent sa création : après l’annonce par le Premier ministre lui-même, le ministre Lecat ainsi que D. Baudouin, chargé de mission, accordent de nombreux entretiens aux plus grands quotidiens nationaux. Tous deux prennent un soin particulier à convaincre les parlementaires, la presse et même l’opinion publique du bien-fondé et de l’intérêt pragmatique du nouvel organisme qui, à l’image des modèles britannique et allemand43, doit se consacrer à la coordination de l’information gouvernementale et « mettre à la disposition permanente des journalistes de Paris et de province un service de presse susceptible de répondre à leurs demandes d’information intéressant l’ensemble des activités des différents ministères et organismes publics44 ». Pour renforcer son caractère novateur et légitime, la Délégation est insérée dans un plan général de déconcentration de l’information d’État qui comprend l’Institut d’étude des problèmes de la communication45, le Service Juridique et Technique de l’Information46 ainsi qu’un projet de décentralisation de l’ORTF (Brochand, 1994 : 201 sq.).

  • 47 Encore une fois, l’ensemble de ces mesures est censé préfigurer l’ouverture et la relative libérali (...)

24La tonalité libérale de ce projet de division du travail apparaît probante au point que la Délégation est conservée par le gouvernement Chirac, avec l’approbation du nouveau président de la République. Cette vocation se trouve encore appuyée par la disparition du portefeuille à l’Information, puis par l’éclatement de l’ORTF obéissant à une logique commerciale importée du secteur privé47.

25Deux configurations politiques distinctes s’accommodent donc de la mise en œuvre de la DGI, cautionnant par là même un projet de dérégulation du Dispositif d’information d’État. Successivement comparé au ferme classicisme de P. Messmer et de G. Pompidou en matière d’information puis à « l’appétit de sociabilité démocratique » (Rémond, 1988 : 774) de V. Giscard d’Estaing, le processus passe pour être en adéquation avec l’évolution des styles de gouvernement. Pour autant, comme le fait remarquer G. Marcou (1975), la situation de crise et l’affaiblissement du gouvernement dans l’opinion publique n’ont pas disparu avec l’élection — de justesse — du nouveau président. S’il y a donc bien continuité en matière de politique d’information, celle-ci est loin d’être caractérisée par sa seule libéralisation.

  • 48 Voir son entretien à Presse actualité, no 165, juin-juillet-août 1982 : 32-39.

26Étayent cette hypothèse les attributs politiques et gouvernementaux qui ne manquent pas de déterminer la DGI. Il en est ainsi en premier lieu de ses maîtres d’œuvre : l’active participation du ministre Lecat à la création de la Délégation est à cet égard moins remarquable que le choix de ses deux dirigeants. Le premier d’entre eux, D. Baudouin, chargé de mission à la création de la DGI, est un proche du président de la République dont il est le chef du service de presse à l’Élysée et pour lequel il orchestrera la campagne électorale de 1981. Mieux encore, il est simultanément responsable de la Délégation et PDG de la Sofirad — depuis juillet 1973 — : le cumul des fonctions est emblématique de la confusion des genres précédemment évoquée. Si les sympathies politiques d’H. Pigeat sont plus discrètes, il est également un acteur idéal-typique de l’information d’État car multi-positionné au sein du dispositif : ancien secrétaire général du CII, délégué général adjoint auprès de D. Baudouin, il devient PDG de l’AFP en octobre 197948.

  • 49 J.-P. Lecat, entretien au Monde, 12 février 1974 ; c’est nous qui soulignons.
  • 50 Le décret du 12 juin 1974 permet l’institution de correspondants régionaux de la DGI, à savoir des (...)

27Une partie des modalités d’action de la DGI révèle par ailleurs la pérennisation d’une conception tentaculaire de l’information d’État. En l’occurrence, c’est moins la tutelle de l’audiovisuel public qui est en cause qu’un véritable projet de régulation de la presse. Outre la coordination des actions ministérielles d’information, la formation des préfets et, à l’instar du CII dont elle systématise la démarche, la DGI exerce essentiellement une mission « d’information des informateurs » : « Il s’agit de mettre à la disposition des journalistes un instrument de référence, une documentation écrite et orale, des commentaires politiques sur les problèmes d’actualité49 ». À l’encontre d’une action directe à destination des citoyens que l’on redoute — encore et toujours — de voir assimilée à de la propagande, et afin de privilégier à un niveau interministériel les relations entre journalistes et gouvernement, la Délégation développe un réseau de correspondants dans tout le pays par l’intermédiaire des préfectures50 : au service des journalistes de province, ceux-ci ont également pour mission de faire remonter l’information vers le gouvernement. Ce faisant, elle ne manque pas de s’attirer les foudres de l’Union syndicale des syndicats de journalistes qui dénonce l’encadrement et la normalisation de leur mission.

  • 51 Entretien avec l’auteur, 10 juin 1993.

28La mission générale de « diffusion des informations intéressant l’action des pouvoirs publics » de la DGI emprunte donc deux voies. La première relève toujours d’une acception autoritaire de l’information d’État. Dans les faits, les relations entre l’organe chargé de l’information gouvernementale et le service public de l’audiovisuel ont certes disparu. En droit, c’est pourtant le même principe qui perdure, celui-là même qui faisait dire au premier responsable du SLII que le gouvernement est incontestablement le mieux placé pour donner « l’information vraie51 » sur ses propres activités. Celui-là même qui faisait encore dire au général de Gaulle : « La presse est contre moi, la télévision est à moi » (cité dans Peyrefitte, 1996 : 500).

  • 52 « Coup de frein sur les prix » et l’emploi des jeunes par le ministère de l’Économie, « l’améliorat (...)

29La seconde ligne directrice s’appuie moins sur les prérogatives que sur les potentialités et les contraintes nouvelles de l’organisation gouvernementale en matière de diffusion d’information sur ses activités. D’une part, la mise à contribution de l’administration territoriale dans la politique d’information du gouvernement, déjà engagée du temps du SLII, permet d’activer un réseau naturel de diffusion étatique. D’autre part commence à être réellement identifiée la nécessité d’harmoniser les multiples discours ministériels, à la fois au nom des institutions et de leurs représentants politiques, alors que ces derniers sont responsables de l’information sur l’activité de leur département et que sont mises en œuvre les premières grandes campagnes d’information52. Apparaissent par là même de nouvelles formes d’adresse aux citoyens importées du secteur privé : en organisant les premières actions à caractère publicitaire — c’est-à-dire de véritables campagnes —, l’État tend à se comporter comme un annonceur. La relation aux médias se développe ainsi progressivement sur un registre nouveau, celui — économique et commercial — de l’achat d’espace.

30Dans cette perspective, le démantèlement juridique de l’ORTF représente un adjuvant (indirect) à la recomposition de l’information d’État et à la genèse de l’information gouvernementale. Quelle que soit l’indépendance réelle des nouveaux organes audiovisuels vis-à-vis des gouvernants, la disparition juridique de l’ORTF consacre l’éclatement du Dispositif d’information d’État à la française : gestion des moyens d’information et politique d’information gouvernementale se trouvent alors proprement dissociées.

  • 53 À cet égard, se reporter au tableau synoptique final.

31En se démultipliant, le Dispositif d’information d’État perd sa linéarité et gagne en complexité. Mais plutôt qu’un processus massif de dérégulation, produit d’une interprétation mécaniste et normative, ce sont des rationalités distinctes — et encore en voie de différenciation — qui se manifestent au sein de l’institution gouvernementale53. La suppression du ministère de l’Information est concomitante d’une logique administrative de spécialisation et d’un processus de division du travail en matière de gestion de l’information par l’État. Cette idée même de concomitance a vocation à proscrire toute relation de cause à effet et en particulier, l’hypothèse fonctionnaliste selon laquelle la disparition du ministère aurait permis, voire déclenché la division du travail ; la création de la DGI précède la disparition du ministère qui, en tant que telle, contribue à renforcer le processus engagé. Ainsi se trouvent réunies les conditions d’une configuration nouvelle de la médiation entre les gouvernants et la société : l’information puis la communication gouvernementale en constitueront la dénomination ainsi que le mode de régulation dominants.

Le Service d’Information et de Diffusion du Premier ministre (SID) : l’institutionnalisation paradoxale de l’information gouvernementale

  • 54 Rapport à Monsieur le Premier ministre sur la réorganisation des structures et des missions de la D (...)

Cette transformation [des structures gouvernementales en matière d’information] ne vise pas bien sûr le principe libéral sur lequel toute organisation ne peut manquer d’être fondée. Le respect des libertés individuelles, mais aussi la non-interférence dans le fonctionnement des moyens d’information sont, plus encore qu’autrefois, un impératif essentiel. (M. Long, 1976)54

  • 55 J. Chirac, discours à l’Assemblée nationale, 6 juin 1974.
  • 56 Lois no 78-17 du 6 janvier 1978 (création de la Commission Nationale de l’Informatique et des Liber (...)

32Une fois admis le principe d’une adresse directe du pouvoir exécutif aux citoyens, la création des organes évoqués ici n’est pas sans rapport avec le projet d’ouverture des dossiers et d’information sur l’action de l’État comme missions du et de service public. À cet égard, si la banalité des réformes de l’appareil administratif — à la fois qualifié de surpuissance et d’impuissance (Chevallier, Draï et Rangeon, 1983) — n’a d’égal que leur récurrence, la référence à ce qui est progressivement construit comme un « droit à l’information » constitue un axe de développement et de légitimation de l’information gouvernementale en tant qu’adresse de l’institution aux citoyens. Le principe selon lequel l’information représente un « nouveau » droit dans le contrat entre l’État et la nation se cristallise en un consensus apparent entre acteurs politiques et personnels de l’État. En juin 1974, la DGI présente ainsi le bilan de la mise en œuvre de comités d’usagers « chargés de proposer toutes les formules permettant d’humaniser les rapports entre le citoyen et l’administration, de simplifier ou de faire connaître les inéluctables contraintes législatives ou réglementaires de la vie contemporaine », selon les termes du Premier ministre lui-même55. Un dispositif juridique est progressivement élaboré autour de cet ambitieux programme qui est qualifié de « troisième génération des droits de l’homme56 ». Le projet d’information de service, ou encore d’information publique s’inscrit dans cette stratégie d’ouverture de l’administration : l’effort d’explication en direction du public s’appuie sur le principe selon lequel les décisions seront mieux acceptées et appliquées si elles sont connues et comprises des citoyens.

  • 57 Par exemple : « On reviendra enfin sur le problème plus général de la coupure aiguë entre les citoy (...)
  • 58 Note du 20 janvier 1976.

33Le principe a manifestement valeur de postulat pour la réflexion qui précède la mise en œuvre du SID, laquelle met unanimement en avant la nécessité d’exacerber ses qualités techniques et opérationnelles. Le rapport Long (op. cit.) insiste sur « l’importance nouvelle de l’information et de la documentation publiques » ; celles-ci sont présentées comme étant à la fois insuffisantes et nécessaires en des termes presque étonnants de virulence57. La préconisation est encore appuyée dans une note de R. Hadas-Lebel, membre du cabinet du Premier ministre58. À l’issue d’une proposition de décision à caractère technique et dans l’esprit du texte précédent, un dixième et dernier point y est consacré à l’information de service, « information concrète du public sur les problèmes courants de la vie quotidienne, sur ses droits, sur les procédures utiles qu’il ignore souvent ». La question apparaît cruciale au point que le conseiller technique fait remarquer que le rapport Long n’y fait « qu’une brève allusion ».

34Cette exigence d’information différenciée et d’un organe administratif circonscrit mérite d’être interprétée au moins selon trois points de vue, du plus évident au plus latent. Une première analyse relève de la perspective classique, déjà évoquée précédemment, d’une réforme du fonctionnement de l’administration par la réduction de son opacité et contre la tradition du secret. Le projet d’information publique prend ensuite sens du point de vue de l’organisation gouvernementale. Seuls quelques ministères disposent alors de cellules d’information et de publications à l’attention des citoyens ; il convient de se donner les moyens de généraliser, sinon d’harmoniser de telles pratiques. Mais ce projet doit être enfin rapporté à l’évolution des formes de la vie politique telle qu’elle s’est accélérée depuis le début des années 60. Les gouvernants sont devenus des habitués des médias et les pratiques du nouveau président de la République ne font qu’exacerber leur visibilité ; pour le Secrétaire général du gouvernement, homme d’administration, le message ainsi diffusé sur les décisions gouvernementales est plutôt prétexte à des débats partisans et risque de susciter plus de confusion dans les esprits que d’assurer une réelle information des citoyens sur leurs droits ou leurs devoirs. Sans aller jusqu’à dire que les gouvernants prennent trop de place, apparaît alors la nécessité de différencier nettement une « expression personnalisée, à un niveau politique élevé » (Long, op. cit.) d’une information plus technique, diffusée par des services ministériels d’information et coordonnée par un organisme interministériel tel que l’était déjà la DGI. Ceci fonde le projet d’une information « publique objective », selon les termes de M. Long. Ce principe — dont la longévité permet d’affirmer qu’il caractérise les discours sur l’information de service jusqu’à la communication gouvernementale — se trouve par ailleurs énoncé en 1975 par deux hauts fonctionnaires dans un article portant sur la nécessité juridique d’une « politique de communication ». Il en va de la mission du service public, notamment par le respect de la règle de neutralité : « [La publicité de l’action administrative] ne doit pas servir de support à une action de propagande politique […] ; elle est plus un service à rendre qu’un service à vendre » (Aulagnon et Janicot, 1975 : 316).

35Tout se passe donc comme si, à l’image du droit administratif, l’information de service devait être coupée du champ politique pour être légitime. De même que J. Chevallier parle de « droit méta-politique » pour qualifier les relations entre droit administratif et champ politique, l’information de service tend à être construite comme information méta-politique car « placée en dehors et au-dessus de la volonté capricieuse des gouvernants ». En témoigne encore et enfin le souci que suscite la dénomination du nouvel organe d’information gouvernementale.

On peut hésiter sur le titre à donner à cet organisme. Les mots interministériel et information paraissent inévitables. Le terme office, auquel on aurait pu penser, évoquerait trop nettement un organe décentralisé ; le mot direction, qui a la préférence de M. Pigeat, est peut-être trop important, encore qu’il institue un parallélisme avec la direction de la Documentation. J’avais songé pour ma part au mot service, plus neutre, et évoquant l’idée d’administration de service. M. Monod, avec M. Long, préfèrent le terme encore plus neutre de centre, qu’il vous est proposé d’adopter.

36Éloquente que cette citation de R. Hadas-Lebel, tant par les acteurs que par le débat qu’elle évoque. Sont ainsi stratégiques car signifiants du caractère administratif l’adoption finale du titre de service et le rattachement au Secrétariat général du gouvernement qui entérine formellement la division du travail avec la Documentation Française et le SJTI.

  • 59 Décret n76-124, al. 3.
  • 60 De février 1982 à janvier 1996.

37Cette division du travail est concrétisée par la définition des missions du SID : abandonné, le grand service de presse interministériel qui recouvrait l’essentiel des activités — vilipendées — de la DGI. Plus qu’une « pondération » (Marcou, 1981 : 203), il s’agit bel et bien de mettre un terme aux relations entre l’organe chargé de l’information gouvernementale et les médias et par là même, de construire la définition et la reconnaissance de l’information gouvernementale. À l’heure de la création du SID, la tutelle de l’audiovisuel public s’est fondamentalement déplacée du ministère de l’Information disparu à la présidence de la République (Bourdon, op. cit. : 174 sq.), ceci sous des localisations formelles changeantes mais dont le nouveau service reste exclu. S’il est par ailleurs encore chargé de « diffuser des informations aux élus et la presse sur l’action des administrations et des organismes publics59 », les journalistes ne représentent plus qu’une catégorie de relais d’opinion parmi d’autres. À ce titre, ils ne figurent qu’épisodiquement parmi les destinataires des supports interministériels d’information tels que Actualité-service, La Lettre de Matignon60 puis La Lettre du Gouvernement.

38Les seules relations directes du service avec la presse sont donc censées être motivées par la demande éventuelle et en aucun cas, par une offre d’information systématique et plus ou moins impérieuse de la part du gouvernement. Tandis que les relations entre gouvernants et journalistes empruntent des voies réticulaires bien identifiées par la sociologie (Rieffel, 1984 ; Le Bohec, 1997), la presse et les médias en général constituent pour le SID un univers qu’il importe plus de bien connaître que d’entreprendre ou de soumettre autoritairement. En 1976, le service publie un annuaire du monde de l’information et bientôt, de la communication : le MédiaSid devient un best-seller de l’édition gouvernementale.

39On observe le même déplacement de rationalité à l’égard des médias audiovisuels : avec la multiplication des grandes campagnes d’information, le SID est conduit non plus à imposer un discours aux chaînes de radio et de télévision, mais à négocier des tarifs d’achat d’espace pour l’ensemble des émetteurs ministériels. L’État se comporte ce faisant à la manière d’un annonceur — terme importé du vocabulaire de la publicité commerciale —, à la différence près que son message à caractère d’intérêt général justifie des abattements relativement conséquents.

40Ces différents éléments concourent en définitive à la définition d’une nouvelle activité, voire d’un nouveau métier au sein de l’appareil d’État : l’information de service, encore appelée information publique, dont le SID se trouve être le produit en termes de division du travail gouvernemental, ainsi que l’acteur, voire le garant, à l’échelle interministérielle. Dans cette double perspective et du point de vue des acteurs administratifs, la technicité voulue de l’organisme génère un processus de professionnalisation en même temps qu’elle tend à déplacer sa légitimité du politique vers une forme d’expertise.

41La création du SID, même et surtout appuyée sur le développement de l’information publique, n’en est pas moins rendue possible et concevable en vertu de logiques politiques, en tant qu’elles émanent de l’acquiescement symbolique des acteurs politiques en général et des gouvernants en particulier. On ne saurait se dispenser d’évoquer rapidement les contraintes que rencontrent les gouvernements français depuis le début des années soixante-dix, celles-là mêmes qu’évoque le ministre Lecat lors de la création de la DGI. Le désordre monétaire international et le dollar flottant, les chocs pétroliers et plus généralement la mondialisation de l’économie sont autant de perturbations ; les plans d’action économique se succèdent sans succès et l’inflation est considérée comme l’un des grands maux nationaux. L’appréciation par les citoyens des choix gouvernementaux suppose la connaissance des décisions, mais aussi une appréhension des mécanismes et des limites de la situation : pour économiser l’énergie, lutter contre l’inflation puis contre le chômage, mais aussi et surtout pour transformer ces choix en décisions et traduire ces décisions en pouvoir (Sfez, op. cit. : 477 sq.), l’information publique constitue un outil politiquement opératoire. Une autre manifestation d’une appropriation du dispositif par le pouvoir exécutif provient de l’apparition, en 1974, de nouveaux portefeuilles ministériels consacrés à la Qualité de la vie, à l’Action sociale, à la Condition féminine ou encore à la Condition pénitentiaire et aux Travailleurs émigrés. Secrétariats de mission plutôt que de gestion selon les termes d’E. Pisani, ils relèvent d’une logique administrative de spécialisation mais aussi fondamentalement de l’apparition de nouvelles formes de relations entre les citoyens et l’État (Rosanvallon, 1989 : 298 sq.). Comment mieux mettre en valeur l’intervention de celui-ci dans des champs sociaux spécifiques autrement que par l’information publique ? De manière générale, ce souci de valoriser la gestion de certains dossiers ou de manifester une volonté, voire une capacité d’action constitue par définition l’objet et la substance de l’information publique telle que les gouvernants contribuent à l’institutionnaliser, à la fois en appui, en contrepoint et en potentielle contradiction avec les acteurs administratifs.

Propagande et communication : de la subordination à l’instrumentalisation des médias

Il ne suffit plus de contenir [l’information] par la censure ou par la loi, de peser sur elle par l’impôt ou par la subvention, de l’asphyxier par le secret ou de l’envahir par l’intoxication. Il faut désormais, cette arme, s’assurer à tout prix sinon sa disposition exclusive, du moins son usage (P. Vianson-Ponté, Le Monde, 13 février 1974).

  • 61 D’autres s’y sont consacrés avant nous avec des approches juridique, historique et politique : voir (...)

42Corroborer la thèse selon laquelle le désengagement du politique de la gestion des outils d’information et de communication est un leurre : telle n’était pas notre visée première61 quand bien même on contribue à sa consolidation en en faisant une variable fondamentale de la problématisation de la communication gouvernementale au cours d’un moment fort de sa genèse. En effet, ce sont bien les effets induits par une succession d’actions voulant faire croire au désengagement en vertu de la dérégulation dont on a montré qu’ils produisent une actualisation renouvelée du Dispositif global d’information d’État à la française, au sein duquel se trouve ainsi mise en sens la relation souvent négligée entre gestion des médias et politique d’information gouvernementale.

43Sous couvert de désengagement du politique de la gestion de l’information, on peut ainsi mettre au jour un phénomène de division du travail gouvernemental et de rationalisation de l’action de l’État qui se cristallise dans la décennie soixante-dix : ce phénomène est manifesté au travers de la figure d’un État annonceur, c’est-à-dire d’une institution dont les énoncés et les discours seraient délivrés de ses caractéristiques proprement politiques car fondés sur le déni du fait que l’action de l’État reste inséparable de l’obligation — politique et cognitive — où il se trouve d’expliquer mais aussi de justifier son action.

44L’ensemble des messages et des actions reconnus sous les termes d’information puis de communication gouvernementales en sont d’abord le produit, puis l’un des acteurs, voire l’un des moteurs essentiels. En tant que tels, ils procèdent donc moins d’une dérégulation et d’une libéralisation significatives de l’action de l’État en matière d’information que de sa rationalisation et d’une forme de régulation latente, démocratiquement normative et d’autant plus cruciale que le dispositif a gagné en complexité.

Haut de page

Bibliographie

AULAGNON, T. et D. JANICOT (1975), « La communication entre Administration et Administrés », La Revue administrative, no 165, mai-juin.

BAUTIER, R. (1994), De la rhétorique à la communication, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

BESSIÈRES, D. et C. OLLIVIER-YANIV (1997), « La communication départementale : constat d’une Arlésienne ou processus de légitimation ? - Analyse critique d’un colloque organisé le 8 février 1996 par l’association Communication publique », Quaderni, 31 : 19-31.

BOURDON, J. (1994), Haute fidélité - Pouvoir et télévision (1935-1994), Paris, Le Seuil.

BRETON, P. (1997), La parole manipulée, Paris, La Découverte, Coll. « Essais ».

BROCHAND, B. et J. LENDREVIE (1992), Le Publicitor, Paris, Dalloz.

BROCHAND, C. (1994), Histoire générale de la radio et de la télévision en France (tome II), Paris, La Documentation Française.Voir « La réforme avortée de M. Long ».

CARRÉ DE MALBERG, R. (1985), Contribution à la théorie générale de l’État (tome I), Paris, CNRS Éditions.

CHAPSAL, J. (1990), La vie politique sous la Ve République (tome II), Paris, Presses universitaires de France.

CHEVALLIER, J. (1989), « Changement politique et droit administratif », dans Les usages sociaux du droit, CURAPP, Paris, Presses universitaires de France, p. 293-326.

CHEVALLIER, J., R. DRAÏ et F. RANGEON (1983), Communication administration-administrés, Paris, Presses universitaires de France.

COLLIARD, C.-A. (1989), Libertés publiques, 7e édition, Paris, Dalloz.

COTTERET, J.-M. (1991), Gouverner c’est paraître - Réflexions sur la communication politique, Paris, Presses universitaires de France.

DE GEORGAKAKIS, D. (1996), Information et propagande d’État sous la Troisième République - Les échecs d’une spécialisation, Lyon, Université Lumière-LyonII-IEP.

DE GEORGAKAKIS, D. (1997), « Aux origines de la communication gouvernementale — Socio-histoire d’un oubli », Quaderni, 33 : 131-144.

DE ZÉMOR, P. (1992), Le sens de la relation - Organisation de la communication de service public, (Rapport au ministre d’État, ministre de la fonction publique et de la Modernisation de l’Administration), Paris, La Documentation Française.

DE ZÉMOR, P. (1995), La communication publique, Paris, Presses universitaires de France.

DRIENCOURT, J. (1950), La propagande, nouvelle force politique, Paris, Armand Colin.

DUGUIT, L. (1928), Traité de droit constitutionnel, 3e édition, Paris, Boccard.

DUMAS, R. (1981), Le droit de l’information, Paris, Thémis.

ECK, H. (1985), Histoire des radios de langue française pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Armand Colin.

ELIAS, N. (1990), La dynamique de l’Occident (1969), Paris, Calmann-Lévy, Coll. « Agora ».

GAÏTI, B. (1992), De la Quatrième à la Cinquième République : les conditions de la réalisation d’une prophétie. Thèse de doctorat en science politique, Paris, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

GERSTLÉ, J. (1993), La communication politique, Paris, Presses universitaires de France.

HOLLEAUX, A. (1980), « Les lois de la “troisième génération des droits de l’homme” : ébauche d’une étude comparative », La Revue française d’administration publique, 15, juillet-septembre : 527-555.

LE BOHEC, J. (1997), Les rapports presse-politique - Mise au point d’une typologie « idéale », Paris, L’Harmattan.

MANIN, B. (1995), Principes du gouvernement représentatif, Paris, Le Seuil.

MARCOU, G. (1975), « La Délégation Générale à l’Information et la politique de l’information », La Revue française de droit public, juillet-août : 938-989.

MARCOU, G. (1981), « La nouvelle réforme de l’information gouvernementale et de la Documentation Française », La Revue administrative, mars-avril.

MESSAGER, M. (1994), La communication publique en pratique, Paris, Éditions de l’organisation.

OLLIVIER-YANIV, C. (1997), État et communication gouvernementale : histoire d’une nécessité démocratique. 1939-1996 : du Commissariat Général à l’Information au Service d’Information et de Diffusion du Premier ministre (SID). Thèse de doctorat en science politique, Paris, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

PEYREFITTE, A. (1996), C’était de Gaulle (tome 1), Paris, Éditions de Fallois-Fayard.

PIGEAT, H. (1995), Le problème du statut de l’Agence France-Presse - Une agence de presse entre le service public et le marché. Thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Paris, Université Paris II.

PORTELLI, H. (1994), La Ve République, Paris, Le livre de poche.

REGOURD, S. (1997), « De la crise comme élément d’identification du service public français de l’audiovisuel », Sciences de la société, 42 : 75-94.

RÉMOND, R. (1988), Notre siècle, Paris, Fayard.

RIEFFEL, R. (1984), L’élite des journalistes, Paris, Presses universitaires de France.

ROBERT, J. (1994), Droits de l’homme et libertés fondamentales, Paris, Montchrestien.

ROSANVALLON, P. (1985), Le moment Guizot, Paris, Gallimard.

ROSANVALLON, P. (1989), L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil.

SFEZ, L. (1992), Critique de la décision, 4e édition, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Haut de page

Notes

1 Ainsi l’État est-il caractérisé au début des années quatre-vingt-dix comme le premier « annonceur » français en termes de budget : cette dénomination — à la fois quantitative et qualitative puisqu’importée du secteur privé — se voit consacrée par des professionnels du marketing et par des ouvrages à vocation universitaire. Voir Brochand et Lendrevie (1992) qui classe l’État dans le chapitre sur les « nouveaux annonceurs » dès 1983 : Cotteret (1991) et Gerstlé (1994 : 94).

2 En particulier par la sémantique : les années quatre-vingt parlent de « communication sociale » (voir à cet égard les nombreux ouvrages, colloques et articles de M. Le Net) avant la « communication publique ». Cette dénomination est aujourd’hui routinisée, notamment par une association éponyme. Celle-ci regroupe des directeurs de la communication d’institutions publiques et diffuse un discours sur la question par des publications ainsi que par sa présence à de nombreuses manifestations, quand ce n’est pas l’association elle-même qui les organise. Voir de Zémor (1995, 1992) et Messager (1994), Sur l’analyse d’une manifestation organisée par « Communication publique », voir Bessières et Ollivier-Yaniv (1997).

3 Existence légale par le décret no 74-207, J.O. du 7 mars 1974 et création officielle par le décret no 74-590, J.O. du 19 juin 1974.

4 Décret no 76-124, J.O. du 7 février 1976, dénommé Service d’Information du Gouvernement depuis janvier 1996.

5 Comme le titre de France Soir à l’occasion de la création de la DGI, le 2 février 1974.

6 J.-P. Lecat, ministre de l’Information du gouvernement Messmer, Assemblée nationale, 26 octobre 1973.

7 Pour une analyse critique de la notion de rationalité en son acception cartésienne et linéaire, voir Sfez (1992).

8 Dès le début du XIXe siècle, les libéraux-doctrinaires considèrent ainsi la liberté de la presse non pas tant comme un moyen d’exercer une liberté fondamentale du citoyen, mais comme un « moyen de gouvernement et l’expression d’une nécessité sociale ». Pour Guizot, Rémusat ou Royer-Collard, elle n’est pas du tout un moyen de mettre le gouvernement à distance de la société mais au contraire, un instrument essentiel d’interpénétration du gouvernement et de la société démocratique. Voir Rosanvallon (1985 : 65).

9 Assemblée nationale, séance du 13 mars 1956.

10 Telle qu’elle apparaît notamment par le biais des structures administratives qui lui sont consacrées : il en est ainsi de la Maison de la presse en 1916, du Centre d’action et de propagande contre l’ennemi en mai 1918 et de son Commissaire général à la propagande qui dépendent de la présidence du Conseil et plus encore, du Commissariat Général à l’Information en 1939, fortement impulsé par le président du Conseil Daladier et dirigé par J. Giraudoux.

11 On ne peut pourtant que constater une grande constance dans la gestion de la liberté d’émission : la situation de monopole légal, établie en 1923, devient un monopole territorial par l’ordonnance du 23 mars 1945, laquelle ne fait qu’entériner un texte du gouvernement de Vichy du 7 novembre 1942. L’instauration d’un monopole juridiquement vigoureux ne parvenant pas à empêcher le développement de postes périphériques, l’État s’efforce de les contrôler par le biais de participations financières de la SOFIRAD, société d’économie mixte créée en 1942 et dont le capital est détenu à 99,99 % par l’État. Voir Colliard (1989 : 668 sq.) ; Dumas (1981 : 286) ; et Robert (1994 : 632).

12 Comme l’écrit J. Driencourt quelques années plus tard : « Après un régime d’exception, motivé par la Seconde Guerre mondiale, la Libération amena, en août 1944, une révolution sans précédent. Tous les journaux qui s’étaient soumis à la tutelle de l’ennemi durent disparaître. Jamais, dans le cours de son histoire déjà longue, toute une partie de la presse française n’avait été ainsi radicalement supprimée. L’état de fait existant depuis reconnaît — sans l’organiser — la traditionnelle liberté de la presse » (1950 : 233).

13 Celui-ci est construit à l’identique de la définition de L. Duguit (1928) : « Toute activité dont l’accomplissement doit être assuré, réglé et contrôlé par les gouvernants, parce que l’accomplissement de cette activité est indispensable à la réalisation et au développement de l’interdépendance sociale, et qu’elle est de telle nature qu’elle ne peut être réalisée complètement que par l’intermédiaire de la force gouvernementale ».

14 À l’encontre des ordonnances d’avril et juin 1944 qui rompaient avec l’organisation créée sous Vichy, cette ordonnance maintient la situation en l’état jusqu’à la fin de l’année. Une ordonnance du 30 décembre l’entérine, cette fois sans limitation de durée : la radiodiffusion est constituée en une régie sans personnalité juridique, directement rattachée à la présidence du Conseil.

15 La loi du 11 mai 1946 entérine et organise les conditions d’application du régime de séquestre organisé par le décret du 30 septembre 1944 mais aussi de l’expropriation des anciennes entreprises par l’ordonnance du 2 novembre 1945.

16 Réquisitionnées par les Allemands, les Messageries Hachette sont placées sous administration provisoire dès le 21 août 1944 ; en septembre 1945 est constituée la société des Messageries françaises de presse. La loi du 2 avril 1947 instaure le statut des entreprises de groupage et de distribution des journaux plutôt qu’une société nationale restaurant la situation de monopole d’avant 1945.

17 D’après l’ordonnance du 30 septembre 1944 qui tend à faire oublier l’Office français d’information de Vichy (Pigeat, 1995 : 49 sq.).

18 Décret du 4 février 1949.

19 « Une vingtaine de projets ou propositions de loi seront présentés mais aucune n’aboutit sous la IVe République » (Colliard, 1989 : 675).

20 L’établissement est en effet placé sous l’autorité du ministre de l’Information et, en l’absence de Conseil d’administration, demeure par là même totalement dépendant du gouvernement. Par ailleurs, le Parlement n’est plus habilité à fixer le taux de la redevance et à voter le budget de la RTF : il vote désormais uniquement l’autorisation de percevoir une redevance dont le taux est établi par le gouvernement.

21 Sur les activités du CDF, on pourra se reporter à notre thèse, État et communication gouvernementale…, op. cit., et plus particulièrement aux annexes de la première partie : « Les leçons d’une expérience : le Centre de Documentation Française », brochure réalisée par R. Offroy et destinée au président du Conseil, aux ministres, au cabinet du président de la République, à la Direction du Centre d’instruction Interarmées de l’arme psychologique et de différents services de presse, 7 mars 1959 ; Archives nationales non cotées.

22 Selon l’article 5 du décret de création du CDF, 12 juillet 1957. Le service est supprimé par décret le 4 février 1959.

23 L’expérience n’est pas sans rapport avec le conflit algérien et elle vise essentiellement à valoriser l’action de la France aux yeux des pays étrangers. R. Offroy, directeur du CDF, travaille ainsi régulièrement avec R. Vaurs, alors directeur du service de presse et d’information de l’ambassade de France à New York, pour mettre en œuvre de véritables campagnes de relations publiques et de relations presse aux États-Unis. R. Vaurs occupera plus tard les fonctions de directeur du service de presse du Quai d’Orsay, de membre du comité des programmes de l’ORTF et de membre des Conseils d’administration de l’AFP et de la Sofirad.

24 Brochure confidentielle sur le bilan du CDF, op. cit. Le Centre comprend un département des études psychologiques dont le responsable, L. de Roulet, est l’ancien directeur du Centre français d’Information de Milan.

25 Note interne de R. Offroy au ministre de l’Économie A. Pinay, 28 janvier 1959.

26 Une campagne de relations publiques et de relations presse contre l’abstention au référendum du 28 septembre.

27 Sur la problématique des conditions de réussite de la Ve République, voir Gaïti (1992).

28 R. Offroy, Brochure confidentielle…, op. cit.

29 Assemblée nationale, 15 juin 1951.

30 Secrétaire d’État à l’Information du 1er février 1956 au 11 juin 1957.

31 Déclaration prononcée à Lyon le 31 janvier 1974, Le Monde, 2 février 1974.

32 Loi rectificative des Finances n63-778 du 31 juillet 1963.

33 Décret no 68-1154, J.O. du 25 décembre 1968.

34 Qui s’entoure de proches collaborateurs, parmi lesquels le premier directeur du service, ambassadeur et camarade de promotion à l’ENA : le ministre souhaitait « travailler en confiance avec une demi-douzaine de personnes », notamment des diplomates, car « il considérait que c’était un travail de médiateur » ; entretien avec l’auteur le 10 juin 1993.

35 Pour « assurer une liaison organique avec les différents départements ministériels pour permettre la coordination permanente de l’information gouvernementale », note interne au ministère de l’Information, 5 décembre 1963.

36 E. Dailly, sénateur, J.O. Débats, 1er décembre 1970.

37 P. Hunt, ministre plénipotentiaire est l’ancien adjoint du directeur du service de presse du Quai d’Orsay, R. Vaurs, et à ce titre, ancien membre permanent du SLII.

38 Selon les termes du décret de création du SLII.

39 Notamment par l’élaboration et la publication contestées d’une brochure intitulée Cinq années de législature.

40 Avec la disparition du portefeuille de l’Information du gouvernement Chaban-Delmas, la création d’un secrétaire d’État porte-parole du gouvernement — L. Hamon — et d’un secrétariat d’État chargé des relations publiques — confié à J. Baumel —, mais aussi avec le projet de réforme de l’ORTF.

41 Sont ainsi réalisées des publications périodiques sur les décisions gouvernementales : Actualité-service, Actualité-documents et La politique de la France. Le Comité élabore des documents d’information sur des mesures ponctuelles : « Vous en 1975, comment le VIe plan peut changer vos conditions de vie », « Artisans, commerçants, ce qui change », « L’information sur la drogue ».

42 P. Malaud, remplacé en octobre 1973 par J.-P. Lecat.

43 Le Central Office of Information est créé en 1946 et le Bundespresseamt, en 1947.

44 Décret de création no 74-590, J.O. du 19 juin 1974.

45 Absolument complémentaire de la DGI puisque l’institut avait une mission de formation permanente des journalistes, afin de « donner aux différents moyens de communication les ressources en hommes qualifiés nécessaires à leur bon fonctionnement », J.-P. Lecat, Le Monde, 2 février 1974.

46 Créé par un décret du 28 septembre 1956, le SJTI est régi par un nouveau décret le 7 mars 1975.

47 Encore une fois, l’ensemble de ces mesures est censé préfigurer l’ouverture et la relative libéralisation de l’information d’État. Sur la confusion entre logiques commerciales et de service public dans l’audiovisuel français, voir S. Regourd (1997).

48 Voir son entretien à Presse actualité, no 165, juin-juillet-août 1982 : 32-39.

49 J.-P. Lecat, entretien au Monde, 12 février 1974 ; c’est nous qui soulignons.

50 Le décret du 12 juin 1974 permet l’institution de correspondants régionaux de la DGI, à savoir des chargés de mission désignés par les préfets en accord avec la Délégation.

51 Entretien avec l’auteur, 10 juin 1993.

52 « Coup de frein sur les prix » et l’emploi des jeunes par le ministère de l’Économie, « l’amélioration de la condition des femmes » lors de la loi sur l’IVG ainsi que des campagnes interministérielles sur les économies d’énergie (le Gaspi) puis sur l’énergie nucléaire.

53 À cet égard, se reporter au tableau synoptique final.

54 Rapport à Monsieur le Premier ministre sur la réorganisation des structures et des missions de la Délégation Générale à l’Information, demandé par J. Chirac en novembre 1975.

55 J. Chirac, discours à l’Assemblée nationale, 6 juin 1974.

56 Lois no 78-17 du 6 janvier 1978 (création de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés), no 78-753 du 17 juillet 1978 (création de la Commission d’Accès aux Documents Administratifs) et no 79-587 du 11 juillet 1979 : pour une analyse des réformes administratives sous le septennat de V. Giscard d’Estaing, voir notamment Holleaux (1980).

57 Par exemple : « On reviendra enfin sur le problème plus général de la coupure aiguë entre les citoyens et leur administration, comme d’ailleurs leurs services publics, car l’information interministérielle doit être tentée à tous les niveaux pour que les responsables administratifs prennent conscience d’une situation de conflit au moins latent née de l’irritation des citoyens et des usagers dans leur vie quotidienne. Un plus grand souci d’information concrète généralisée évitera peut-être le développement d’impuissance et d’exaspération des Français devant ce qu’ils estiment être leur bureaucratie », ibid.

58 Note du 20 janvier 1976.

59 Décret n76-124, al. 3.

60 De février 1982 à janvier 1996.

61 D’autres s’y sont consacrés avant nous avec des approches juridique, historique et politique : voir notamment les travaux de J. Chevallier, S. Regourd, S. Bachmann ou S. Olivesi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Ollivier-Yaniv, « De « la voix de la France » à « l’État annonceur » », Communication, vol. 20/2 | 2001, 42-65.

Référence électronique

Caroline Ollivier-Yaniv, « De « la voix de la France » à « l’État annonceur » », Communication [En ligne], vol. 20/2 | 2001, mis en ligne le 12 août 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6517 ; DOI : 10.4000/communication.6517

Haut de page

Auteur

Caroline Ollivier-Yaniv

Caroline Ollivier-Yaniv est Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris XII-Val de Marne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org