Navigation – Plan du site
Articles

Les médias dans la construction de la réalité

L’apport de la théorie de la cultivation
Judith Lazar
p. 66-84

Résumés

La « théorie de la cultivation » (cultivation theory) fait partie des approches les plus discutées en sociologie de la communication de masse. Cependant elle suscite plus de passions que d’analyses et de critiques argumentées. Cet article tente de la présenter dans sa complexité et de la situer par rapport à ses critiques. En effet, si personne ne doute plus des impacts des mass médias dans la formation et la transmission de la connaissance, la théorie de la cultivation représente l'une des celles qui s'efforcent de les mettre en évidence.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les écrits de Piaget, tout particulièrement La construction du réel chez l’enfant (1987), ont beauc (...)

1La question de la construction de la réalité intrigue depuis fort longtemps les chercheurs. Si de nombreux doutes et incertitudes persistent encore à son sujet, il semble admis par tous que la construction de la réalité concerne un processus auquel l’individu participe activement1. La question fondamentale qui émerge à son sujet est la suivante : à partir de quelle connaissance l’individu parvient-il à construire cette réalité ? Pour formuler autrement la question, à partir de quelle réalité construit-il « sa » réalité ?

2En 1922, W. Lippmann suggéra que « le seul sentiment que quiconque ait sur un événement, il le doit non à l’expérience, mais à l’image mentale qu’il possède de cet événement » (p. 12). C’est dire que nos opinions ne sont pas des réponses au monde qui nous entoure, qu’il s’agit plutôt de notre perception sur le monde tel que nous l’apercevons. C’est ce qu’il appela « les images dans notre tête », qui structurent nos actions et nos sentiments. À son époque, il n’existait que la presse pour fournir des « images ». Deux décennies plus tard, R. Park (1940), dans sa discussion à propos de la « fabrication des nouvelles » (news-gathering), suggère que les nouvelles constituent une forme de connaissance ayant pour fonction « d’orienter les individus et la société dans le monde actuel ». Tous deux ont mis l’accent sur le même phénomène : la structuration de l’attention du public comme une étape importante dans le processus de l’opinion publique. Ils ont souligné le rôle des médias, qui interviennent, plus que n’importe quel autre agent, dans l’orientation de la perception du public. De nos jours, les médias audiovisuels contribuent à compléter, pour ne pas dire à concurrencer, voire à remplacer ces images. Reste à savoir s’ils interviennent véritablement dans l’orientation de nos perceptions, et si oui, comment ?

3Parmi toutes les théories proposées dernièrement à ce sujet, la théorie de la culture a acquis une large reconnaissance parmi les chercheurs dans l’analyse de la construction de la réalité. Bien qu’elle ait suscité de nombreuses controverses (Hawkins & Pingree, 1982, 1987 ; Hirsch, 1980 ; Hughes, 1980 ; Potter, 1993 ; Shrum, 1995), elle mérite notre attention, car elle reste, trente ans après sa naissance, l’une de celles qui peuvent apporter une réponse, ne serait-ce que partielle, à la question qui nous intéresse. Aussi je me propose par la suite de l’étudier tout d’abord de plus près, ensuite d’examiner quelques critiques sérieuses qu’elle a suscitées pour finalement, tenter de répondre à la question initiale : à savoir si la télévision contribue ou non à la construction de notre réalité.

La théorie de la culture (cultivation theory)

  • 2 J’hésite à traduire d’emblée l’anglais cultivation pour culture, même si le terme exact est cela. C (...)
  • 3 Le terme, cultivation theory, fut introduit en 1969 par l’article : « Towards “Cultural Indicators” (...)
  • 4 À cette époque, cette proposition avait de quoi surprendre la recherche, habituée jusque-là à l’ana (...)
  • 5 Le terme cultiver, selon Gerbner, met en évidence l’acte à long terme, car il sous-entend un proces (...)

4On regroupe sous l’appellation de « théorie de cultivation2 » les recherches qui s’intéressent aux effets à long terme des médias sur les croyances et les perceptions. Le terme et l’hypothèse, à l’origine, ont été formulés par George Gerbner3. Selon ce chercheur, les perceptions et les croyances qui concernent le monde extérieur résultent de l’exposition aux médias. Il faut préciser qu’il s’agit essentiellement de la télévision, le seul média mis en examen dans l’élaboration de cette théorie. En effet, Gerbner la considère comme une arme particulièrement puissante dans la culture et dans la société nord-américaines. Dans un article écrit en 1969, il réfute formellement, pour la première fois, l’application de l’analyse des effets à court terme et il argumente en faveur de l’étude des effets à long terme, car, dit-il, les effets de la télévision sont cumulatifs et quasi imperceptibles4. Il utilise le terme de cultivation pour désigner les effets à long terme5. Il n’est guère besoin d’insister sur l’originalité de cette proposition à une époque où la recherche se concentrait encore massivement sur l’analyse des effets d’émissions considérées isolément.

5En réalité, le terme (cultivation) chez Gerbner renvoie à la contribution de la télévision aux conceptions de la réalité sociale. Il s’agit d’une théorie sociale composée de deux parties intimement liées : (1) l’analyse du système de messages (identification des indicateurs culturels) et (2) l’analyse de la cultivation (analyse des conséquences de la consommation de médias). Quant à la proposition centrale, elle présume que les grands consommateurs subissent davantage les effets des médias que les consommateurs modérés. Je me propose maintenant de revoir cette théorie.

Les indicateurs culturels

  • 6 Même si ce projet est lié au nom de Gerbner, il faut préciser que la majorité des travaux a été réa (...)

6Les « indicateurs culturels » est le terme que Gerbner6 utilise pour réunir les éléments qui dans les messages servent de référents plus explicite à une culture. Il faut, dit-il, identifier ces indicateurs culturels car

il nous est nécessaire de connaître les termes généraux de la cultivation collective au sujet de l’existence, des priorités, des valeurs et des relations qui sont proposées dans les systèmes de messages publics collectivement partagés, avant de commencer à interpréter des faits individuels et des réponses sociales (1969 : 141).

7Il estime que ces indicateurs culturels peuvent être évalués et groupés autour de quatre questions : « Qu’est-ce que c’est ? » — c’est-à-dire ce qu’on trouve, ce qui est présenté — en termes de fréquence, de proportion et d’ampleur — , dans le système de message ; « Qu’est-ce qui est important ? » — il s’agit d’étudier l’insistance (quels sont les indicateurs accentués) ; « Qu’est-ce qui est juste ? » — cette question cherche à évaluer, dans un contexte donné, la tendance des jugements de valeur et « Qu’est-ce qui est relié à quoi ? » — cela concerne la structure qui étaye le système des messages. Ces quatre questions permettent de cerner l’attrait, l’accent, la tendance et la structure du système de messages.

  • 7 La réalisation de l’analyse de message se déroule à l’aide de la technique de la vidéo, grâce à des (...)

8La recherche débute par l’analyse du système de messages (message system analysis) ; il s’agit d’enregistrer et de décortiquer le « monde » télévisuel7. En somme, cela concerne l’identification des traits récurrents, stables et dominants du contenu télévisuel. Ce sont des images, portraits et valeurs qui caractérisent la majorité des émissions et qui se révèlent pratiquement inévitables pour le téléspectateur régulier. Ces messages ne sont donc pas propres à une émission spécifique, mais traversent en quelque sorte le monde télévisuel. Les données ainsi identifiées permettent de formuler des questions sur les « leçons » potentielles apportées par l’exposition aux médias au sujet des conceptions de la réalité sociale. On peut considérer que l’analyse du système de messages est un outil systématique et fiable, permettant l’observation du contenu de la télévision. L’objectif n’est pas de déterminer ce que le spectateur (ou le groupe de spectateurs) regarde, mais d’évaluer les modèles plus représentatifs, stables et récurrents auxquels les spectateurs sont exposés durant une longue période.

9La deuxième étape du projet consiste à analyser la cultivation. Cette étape s’appuie sur les données du premier stade. Ici, on tente d’établir le lien entre le monde symbolique et la réalité. On cherche à savoir si les données télévisuelles (celles qu’on a dégagées) reflètent la réalité et, si oui, dans quelle mesure ? Ici la question est de savoir si les grands consommateurs sont plus près des « réponses télévisuelles » que les modérés. On veut déterminer si ceux qui passent beaucoup du temps devant le petit écran sont davantage enclins à fournir ces « réponses télévisuelles » que ceux qui s’y consacrent moins (tout en ayant les mêmes caractéristiques démographiques et en appartenant au même milieu socioculturel).

Cultivation : un processus dynamique

10Les auteurs de la théorie insistent sur le terme cultivation afin de mettre en évidence la contribution de la télévision aux conceptions de la réalité sociale. Il ne s’agit pas d’inventer un nouveau terme pour désigner les effets, mais de proposer une perspective dynamique en vue de saisir le lien imperceptible entre télévision et public. Les effets d’un média ubiquiste sont complexes, diffus et subtils ; il est difficile de les démêler des autres influences. Cette théorie, cependant, prétend envisager les effets comme une sorte d’interaction entre le média et le public.

11La cultivation vise moins à penser le processus de manière monolithique qu’à mettre l’accent sur son aspect gravitationnel. L’angle et la direction de la « force » dépendent de la place occupée par les groupes de spectateurs dans l’espace social par rapport au centre de gravité, qu’ils appellent le « courant central » (mainstream). Chaque groupe peut avoir une tendance différente, mais tous les groupes seront affectés par le même courant central. La cultivation fait partie de ce processus continu, dynamique et interactif entre messages et contextes.

12Dans la mesure où les générations successives grandissent dans la civilisation où le média dominant est la télévision, la distinction « traditionnelle » entre le monde réel et le monde symbolique (télévisuel) est devenue brouillée. Ce processus que Gerbner nomme cultivation implique ainsi le renforcement ferme des orientations du courant central (mainstream) dans la plupart des cas et la modification systématique, mais presque imperceptible, des orientations antérieures dans d’autres ; autrement dit, affirmation pour les adeptes et endoctrinement pour les déviants.

13En fait, la télévision ne crée ni ne reflète images, croyances ou opinions, mais elle fait partie d’un processus dynamique — déclarent les tenants de la théorie. Des besoins institutionnels de la télévision influencent la création et la distribution des messages produits en masse, lesquels créent, exploitent et soutiennent les besoins, les valeurs et les idéologies des publics et s’y ajustent. Ces publics, à leur tour, acquièrent des identités distinctes en tant que publics, en partie à travers leur exposition au flux des messages. Selon Gerbner, il est inutile de chercher à savoir lequel était à l’origine de l’autre. Les gens naissent dans un monde symbolique où la télévision remplit l’axe principal (mainstream). Les enfants commencent à consommer des images bien avant de devenir lecteurs et souvent avant même d’apprendre à parler. La télévision non seulement façonne le style de vie et les conceptions, mais elle constitue également une source de vie stable ; elle crée des liens entre les individus et le monde symbolique. Pour beaucoup, elle constitue la source de connaissance la plus importante et souvent l’unique accès à la culture. Le contenu retient leur attention pour la diriger, de manière continue, dans certaines directions. Dans la mesure où la télévision est la source primordiale des informations et du divertissement, la consommation constante de ses messages réitère, confirme et nourrit les valeurs et les perspectives des diffuseurs d’idées. C’est dans ce sens que Gerbner (1990) parle de cultivation et de mainstream.

La nature de la cultivation

14Depuis 1970, la thèse de la cultivation fut testée sur divers thèmes, allant de la représentation des minorités jusqu’à l’orientation politique. Le plus connu, et certainement le plus discuté aussi, concerne la perception de la violence. L’hypothèse, ici, s’est vue confirmée : les réponses des grands consommateurs diffèrent systématiquement de celles des consommateurs modérés (appartenant à un groupe par ailleurs comparable).

15Selon la proposition centrale de la thèse, il existe une relation linéaire positive entre la consommation du petit écran et les indicateurs culturels. L’influence s’exercerait de manière unidirectionnelle : au fur et à mesure de la consommation des programmes télévisuels, le spectateur changera ses perceptions sur son environnement et donnera des réponses plus proches de celles du monde symbolique.

16Or, au vu des premiers résultats, Gerbner et son équipe se sont mis à nuancer la méthodologie, car il leur est apparu que dans de nombreux cas le phénomène était plus complexe. En effet, le fait de regarder la télévision est lié de manière conséquente au style de vie et aux conceptions générales des différents groupes (Doob et MacDonald, 1979 ; Gerbner, Gross, Morgan et Signorielli, 1980). Ils ont donc effectué quelques modifications prudentes. Aussi ils ont mis en évidence l’importance des « troisièmes variables », à savoir l’appartenance sexuelle, l’âge, le niveau d’éducation, etc. Ces variables modifient sensiblement les réponses des téléspectateurs. En outre, les relations personnelles sont également apparues comme déterminantes ; plus la personne est liée à un réseau, moins elle subira l’effet de la cultivation (Rothschild, 1984 ; Gross et Morgan, 1985 ; Gerbner, Gross, Morgan et Signorielli, 1986). Le facteur démographique est aussi partie prenante du processus. Les analyses ont ainsi révélé des différences considérables selon que le groupe démographique auquel le téléspectateur appartient est dépeint comme victime ou acteur de la violence, par exemple. Dans le cas de l’étude sur la violence, il est apparu que la corrélation entre consommation de télévision et perception exagérée de la violence est plus prononcée lorsqu’il s’agit des membres du sous-groupe qui se perçoit plus fréquemment comme étant victime dans le monde télévisuel (Morgan, 1983).

17En conclusion, cette thèse proposant d’établir une influence entre consommation télévisuelle et système de croyances est certes intéressante, mais elle ne nous renseigne pas sur la réalisation de ce processus ; on n’apprend pas comment cela se passe. Autrement dit, l’analyse se situe au niveau sociétal et néglige les processus psychologiques sous-jacents. Cependant, peut-on raisonnablement demander à une théorie d’être efficace à tous les niveaux à la fois ?

Les points critiques de l’analyse de la cultivation

  • 8 Comme la théorie de la cultivation a suscité énormément de débats, depuis plus de vingt ans, une bi (...)

18Et maintenant, il me semble nécessaire de nous arrêter sur quelques critiques particulièrement intéressantes8.

19Premièrement. L’un des reproches adressés à Gerbner est de ne pas situer la théorie dans la perspective de l’École de Francfort. Cette accusation (Potter, 1993) est suffisamment intéressante pour tous ceux qui sont concernés par le processus de la communication pour qu’on l’examine de plus près. En effet, il semble indiscutable que la théorie de la cultivation s’oppose au mode industriel de « production » — au sens de fabrication — d’une culture de masse et, à ce titre, qu’elle prolonge les interrogations et les critiques formulées par les membres de l’École de Francfort. Cependant, pour comprendre la volonté de Gerbner de prendre une distance par rapport à l’École de Francfort, il faut situer cette problématique dans son contexte.

20Les recherches de Gerbner datent des années soixante et, à cette époque, le clivage entre lazarsfeldiens et francfortiens, séparation qui a marqué de manière décisive et malencontreuse le champ de l’étude de la communication américaine, est déjà consommé. Rappelons rapidement de quoi il s’agissait. Il ne saurait être question ici de faire un tableau détaillé de cette longue querelle, mais seulement de résumer, en quelques mots, l’essentiel.

21Tout commence à la fin des années trente, quand Lazarsfeld invite Adorno, l’un des membres de l’École de Francfort, fraîchement débarqué aux États-Unis, à participer au programme de recherche consacré à l’étude de la radio (Princeton Radio Project), financé par la fondation Rockefeller. Ce qu’il souhaite, c’est « développer une convergence entre la théorie européenne et l’empirisme américain » (Lazarsfeld, 1969). Cette collaboration, cependant, avait à peine été amorcée, qu’elle a pris fin, car il s’est avéré que la méthode critique d’Adorno n’était pas applicable au projet de la radio. Adorno, de son côté, trouvait frustrante, sinon inacceptable, la méthode appliquée à Princeton. L’orientation de la recherche en cours lui semblait de type marketing, non historique et non critique.

  • 9 Par souci de précision, je tiens à ajouter que Lazarsfeld, de langue allemande et d’origine autrich (...)

22De cet échec de collaboration résulta une tension profonde, qui divisa l’étude de la communication en deux branches : administrative et critique, dans les mots de Lazarsfeld. Si l’on veut schématiser, on peut dire que la recherche dite administrative se caractérise, en ses grandes lignes, par la démarche quantitative et le positivisme, alors que la recherche critique est volontiers associée à la démarche qualitative et au marxisme. Si Adorno accepta cette démarcation, il insista beaucoup sur la différence politique et épistémologique entre les deux approches. Lazarsfeld, malgré ce fiasco, continuait à défendre l’approche critique et à penser que cette recherche pourrait revitaliser l’étude de la communication (op. cit. : 325)9.

23Cette distinction a survécu pendant des décennies et, bien qu’elle soit très peu appropriée pour décrire la réalité, elle a continué de diviser le champ et a empêché l’avancement de la recherche.

  • 10 Même si cela n’était pas le cas de tout le monde. Adorno et Horkheimer ont continué à publier uniqu (...)
  • 11 Il faut noter que cet isolement n’était pas le cas de tous. Ainsi, Lowenthal et Lewin se sont sépar (...)

24Cependant, s’agissait-il d’une simple querelle méthodologique ? Loin de là. Le problème était beaucoup trop imprégné par l’idéologie pour qu’on puisse le confiner dans un petit cadre méthodologique. Certes l’engagement marxiste des chercheurs de l’École de Francfort ainsi que leur attitude critique (à l’égard de l’establishment) ne faisaient pas l’ombre d’un doute. Mais toute recherche a une dimension critique ! Bref, cette divergence n’est pas suffisante pour expliquer le refus de collaboration avec les chercheurs américains. En revanche, il existe un autre détail souvent oublié ou peu connu. Les membres de l’École de Francfort, contrairement à la plupart des autres réfugiés européens, jouissaient de conditions matérielles enviables. Leur institut (Frankfurt Institut für Sozialforschung) bénéficiait d’une subvention qui leur a permis d’avoir, dès le début, une certaine autonomie. Par conséquent, ils ont pu survivre tout en restant indépendants ou en tout cas dispensés de soucis matériels. L’Institut, dès leur arrivée, a été reçu à l’Université de Columbia, où les chercheurs ont pu continuer leurs travaux exclusivement en allemand10. Ce séparatisme linguistique a grandement contribué à leur isolement américain, qui les a de plus en plus coupés de leurs collègues11.

25Quant à Lazarsfeld, qui n’a certes jamais été particulièrement attiré par l’idéologie marxiste — « on peut s’intéresser aux problèmes sociaux et ne pas être marxiste », comme il aimait à le dire —, il se pencha dès son arrivée aux États-Unis, en 1933, sur le rôle de la communication de masse dans la société. Mais rien ne passionnait tant ce mathématicien-sociologue que la méthodologie. Le problème des effets était le même pour lui, qu’il s’agisse de la communication visant à persuader des électeurs, à vendre un produit ou encore à enseigner la vertu au bon citoyen. Pour lui, la recherche administrative a été fondée sur le précepte selon lequel les médias de communication modernes sont des outils manipulés par des individus ou des agences dans un but précis. Au centre de cette préoccupation se trouvent un certain nombre de problèmes, comprenant la nature de l’audience, l’impact du contenu des messages et leurs effets. Pour décortiquer et comprendre toutes ces questions, à ses yeux, la recherche empirique s’imposait.

  • 12 The People’s Choice (1948) de Lazarsfeld et Berelson fait partie des ouvrages le plus souvent cités (...)
  • 13 Le meilleur exemple est certainement celui d’Adorno, le chef de file de la recherche critique, qui (...)

26Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, si l’on fait un bilan rapide de cette période, il va de soi que la théorie empirique a eu largement le dessus sur la théorie critique12, dont les adeptes ont pratiquement sans exception reconnu la valeur de la démarche13.

  • 14 Il n’est pas exclu non plus qu’il n’ait pas apprécié la personnalité trop autoritaire d’Adorno. Voi (...)

27On peut supposer que Gerbner, arrivé vingt ans plus tard sur la scène universitaire, souhaitait se démarquer de ce débat14. Toujours très critique à l’égard de l’organisation de la culture de masse, de sensibilité de gauche, il a toujours dénoncé des excès du capitalisme américain. En même temps, sa thèse est étayée sur une très forte base empirique et quantitative, sans oublier qu’elle a largement bénéficié de diverses subventions, encore un détail qui était condamné par Adorno. En conséquence, on peut conclure que Gerbner fait déjà partie d’une autre génération, qui s’oppose énergiquement à l’ancien clivage. Certes de nombreux chercheurs ont été sceptiques à l’égard des médias, sans toutefois souscrire aux principes des critiques « orthodoxes ». Toutefois, la problématique et la méthodologie originales élaborées par ce chercheur d’Annenberg sont peut-être les premières manifestations d’une volonté de dépasser cette querelle désastreuse.

28Deuxièmement. Une autre critique, adressée cette fois directement à la thèse, concerne les « réponses télévisuelles », plus exactement le processus même de la cultivation. Selon la thèse, rappelons-nous, la télévision cultive des croyances, des valeurs et des connaissances, ce qui est démontrable au niveau de la consommation : les grands consommateurs de télévision donnent des réponses plus près du monde symbolique que les consommateurs modérés. Cependant cela ne convainc pas tout le monde (Newcomb, 1978 ; Hughes, 1980 ; Doob & McDonald, 1979 ; Potter, 1991).

29Dans la mesure où c’est le sujet de la violence qui a été analysé de la manière la plus complète (durant 25 ans), la plupart des critiques s’adressent à cette approche. Mais, à travers cet exemple, c’est toute la conception de la « cultivation » qui est visée.

30Gerbner établit la signification des messages à partir des messages mêmes (l’analyse de contenu), alors que d’autres estiment qu’il devrait plutôt dégager la signification à partir des réponses des spectateurs (Hughes, 1980). En fait, quand il définit le « monde symbolique », c’est en fonction d’un calcul précis. Cependant, si ce calcul est facile quand il s’agit des données démographiques par exemple, il se révèle plus problématique pour le du système des valeurs et des croyances (Hawkins & Pingree, 1980 et 1981 ; Potter, 1993). Ainsi, quand on pose la question aux individus : « Pensez-vous que les gens sont essentiellement honnêtes ? » ou encore « Pensez-vous que la police devrait avoir plus de moyens pour lutter contre la criminalité ? » on fait appel à leur système de croyances, ce qui ne peut pas être lié « numériquement » à leur consommation télévisuelle.

31Les données obtenues par enquête sont ensuite comparées à celles du FBI et la distorsion est établie en fonction de la différence. Dans le cas de la violence, les individus qui consomment beaucoup la télévision assistent à de nombreuses scènes violentes et, par conséquent, ont une vision déformée de cet aspect de la réalité ; ils croient à un monde plus dur, plus agressif qu’il ne l’est réellement. Or, répondent ses détracteurs, la fréquence de ces scènes considérées en dehors de leur contexte n’est pas significative. En effet, un acte violent, selon qu’il s’adresse à un malfrat ou qu’il vise un innocent, n’aura pas la même signification. Le phénomène de cultivation peut ainsi s’effectuer en sens inverse. Le spectateur, en voyant que l’acte violent est puni par l’autorité, peut être rassuré et non, comme le suggère Gerbner, déstabilisé. Autrement dit, il est possible que la thèse de la cultivation fonctionne, mais non dans le sens où Gerbner l’aurait prédit, plutôt en sens inverse : la télévision contribue aux conceptions vraies (et non fausses) de la réalité sociale (Potter, 1993).

32Et Potter pousse encore plus loin ces interrogations : si les messages télévisuels sont aussi envahissants et pénétrants que le prétend la théorie de la cultivation, comment peut-on alors saisir leur influence sur la perception et le système de croyances des téléspectateurs (Potter, 1993) ? La réponse de Gerbner ne tarda pas : en orientant la recherche sur les sujets où la différence existe réellement.

33D’autres encore n’ont pas trouvé le lien entre la consommation télévisuelle et la peur exprimée par les téléspectateurs, quand l’environnement dans lequel ils vivent est protégé (Doob et McDonnald, 1979). La critique de Hirsch (1980) va encore plus loin. Après avoir attentivement réexaminé les données de National Opinion Research, utilisées par Gerbner, ce chercheur a trouvé « extrêmement peu de support » pour parler d’effet de cultivation.

  • 15 Il estime que depuis la première génération de la télévision, ceux qui ne la consomment pratiquemen (...)

34Pour réfuter les critiques de cet ordre, il faut revenir à la thèse. Ce qui différencie la « cultivation » des effets — et sur ce point Gerbner insiste avec détermination — c’est qu’il n’envisage pas la télévision comme une source quelconque parmi d’autres disponibles dans la société, mais comme l’environnement symbolique par excellence auquel l’individu n’a guère de chances d’échapper. Autrement dit, pour Gerbner, la télévision n’est pas un dispositif de culture qu’on choisit de regarder ou non15, il s’agit d’un système centralisé omniprésent dans chaque foyer et dans chaque tête. Contrairement à d’autres chercheurs qui focalisent leur attention sur quelques émissions spécifiques, Gerbner, tout en reconnaissant la valeur de ce type de recherche, va bien au-delà. Il tente de concentrer ses efforts sur la signification et les conséquences de la vie dans une civilisation en présence de la télévision. Il cherche à démontrer que les traits les plus récurrents de la télévision transcendent toutes les émissions et sont inévitables pour le spectateur moyen. Il en découle que lorsqu’un chercheur réalise une étude sur une émission spécifique — reportage, nouvelle ou film d’action par exemple — il ne peut mettre entre parenthèses d’autres émissions, car ceux qui consomment davantage un type d’émissions n’échappent pas totalement aux autres genres télévisuels. Même la prolifération de la nouvelle technologie n’a pas occasionné de véritable changement, dans la mesure où, jusqu’à ce jour, il n’a pas été prouvé que la diversité du contenu ait beaucoup évolué, il s’avère même que c’est plutôt le contraire qui semble se confirmer ; concentration du pouvoir des médias, absorption des petits et création de conglomérats contribuent à la disparition progressive de la diversité actuelle.

35En résumé, il ne s’agit pas de discuter la fréquence des actes ou des scènes, mais de mettre en évidence que la frontière entre monde symbolique et monde réel est condamnée à progressivement disparaître ; les individus, indépendamment du fait qu’ils croient à ce qu’ils voient à l’écran ou non, ont de plus en plus de difficultés à distinguer entre représentations factuelles et représentations symboliques. Cela a été clairement démontré au niveau de la perception de la violence (1976, 1977, 1980). Ce que nous savons ou croyons savoir, selon Gerbner, résulte d’un mélange que nous avons absorbé au cours de notre vie. Les « leçons » répétitives données par la télévision sont devenues, depuis notre enfance, la base de nos valeurs et croyances.

36On pourrait remarquer ici une certaine ressemblance avec la thèse de Baudrillard (1981) quand il prétend que nous vivons dans un monde où il n’y a que des simulacres. Il s’agit de renoncer à la fiction de l’existence d’un réel, pour admettre que celui-ci n’est que le nom que nous donnons à nos croyances communes. Désormais le réel n’existe pas, puisque ce que nous tenons pour réel n’existe pas. Toutefois, à la différence de Gerbner, ici, le réel n’a jamais été qu’une forme de simulacre. Il faut préciser que la thèse de Baudrillard est purement philosophique, alors que celle de Gerbner tente d’apporter une explication sociologique sur l’environnement culturel, en s’appuyant sur les enquêtes empiriques.

37Troisièmement. Une autre critique adressée à la thèse de la cultivation lui reproche de s’intéresser exclusivement au niveau social (macro-analyse) — la télévision en tant qu’industrie est un système symbolique exerçant son influence sur la société tout entière — et de négliger l’individu dans l’analyse (Hawkins, Pingree et Adler, 1987). Les effets de la télévision sur le système de croyances ont déjà été démontrés sur le plan sociologique, alors qu’en psychologie, on les aborde à peine, tout au plus en tant qu’apprentissage. Pourtant, reprochent les psychologues, la cultivation en tant que phénomène social soulève des questions psychologiques fondamentales. Notamment : pour quelle raison la grande consommation de télévision provoque-t-elle chez les individus une préférence pour certaines croyances et non certaines autres ? Quels sont les processus psychologiques impliqués dans le phénomène ?

38Les critiques prétendent que la conceptualisation de la cultivation, en tant que processus, s’effectue à l’aide de deux composants : l’apprentissage et la construction. Ils définissent le premier comme l’acquisition de l’information par la consommation télévisuelle, alors que le second renvoie, selon eux, à l’utilisation de cette information (venant du monde télévisuel) dans la formation de jugements à l’égard de la réalité (le monde réel) (Hawkins et al., 1987 ; Pingree, 1983 ; Potter 1991). Ils conçoivent l’apprentissage comme une corrélation positive entre la formation d’une vision du monde télévisuelle (par exemple quelle est la fréquence des scènes violentes à l’écran ou quel est le pourcentage d’hommes à l’écran jouant des rôles de policiers ?) et la consommation télévisuelle, alors que la construction serait la corrélation positive entre la vision du monde relevant de la télévision et celle, relevant de l’expérience du monde réel. Ni l’une ni l’autre conception n’a pu être véritablement démontrée. Ils ont alors tenté de mettre en évidence le niveau individuel (niveau cognitif), mais cela n’a pas donné un résultat évident non plus. Néanmoins, il est apparu que c’était l’appartenance au milieu socioculturel qui constituait le facteur le plus significatif ; plus le milieu d’appartenance est modeste, plus grand sera l’effet de la cultivation car, semble-t-il, les individus appartenant aux milieux modestes sont des consommateurs plus passifs que les autres (Pingree, 1983).

39On peut aisément admettre que ces critiques, au lieu d’affaiblir la théorie de la cultivation, tentent plutôt d’attirer l’attention sur l’aspect psychologique du phénomène. Gerbner et son équipe, tous des sociologues, s’intéressant quasi exclusivement aux effets de la cultivation au niveau macro-social, n’ont certes pas mis l’accent sur cet aspect. Cette proposition, venant des psychologues, représente sans aucun doute un élargissement de la problématique pour la recherche prospective, mais n’infirme nullement la proposition centrale.

La théorie de la cultivation et la construction de la réalité

40Après ce bref aperçu sur la théorie de la cultivation et ses critiques, on peut se poser cette question : la télévision contribue-t-elle aux constructions des images mentales sur la réalité chez les téléspectateurs ?

41Mais, avant d’y répondre, je tiens à souligner que la théorie de la cultivation ne représente que l’une des théories parmi celles qui ont pour objectif de mettre en évidence le pouvoir des médias dans la construction de la réalité. Les thèses de la fonction d’agenda ou de la spirale du silence, pour n’en mentionner que deux parmi les plus puissantes, tentent également de démontrer que les médias ne sont pas des instruments neutres, de simples miroirs pour refléter les événements, qu’il s’agit au contraire de moyens puissants qui cherchent à attirer l’attention sur certains faits, événements ou histoires au détriment des autres.

42La raison de mon choix de mettre sur la sellette la théorie de la cultivation et de braquer les projecteurs uniquement sur elle repose sur deux constatations. Premièrement, cette théorie, me semble-t-il, bien que son nom soit connu de tous, reste relativement peu explorée par les chercheurs francophones. Vieille de trente ans, elle a suscité énormément de débats, de colloques, d’ouvrages et d’articles, bref, elle a stimulé la pensée pendant les décennies. Et pourtant, force est de constater que tout ce bouillonnement scientifique est resté concentré sur le continent nord-américain et a pu à peine franchir nos frontières. Pourtant, des points de vue méthodologique ainsi que conceptuel, cette approche mérite qu’on lui consacre l’attention de tous ceux qui s’intéressent à l’étude de la communication, dont la transmission de la connaissance occupe le noyau dur.

43Une autre raison de mon intérêt émane du fait que Gerbner fut l’un des premiers à refuser vigoureusement le mimétisme entre violence télévisuelle et violence réelle, quand cette explication semblait arranger beaucoup de monde. Car n’est-il pas vrai que si l’on accepte l’idée que la télévision est responsable de la montée de la violence, cela permet de déculpabiliser beaucoup de monde ? À cette conception de Gerbner, je souscris pour ma part entièrement (Lazar, 1997).

44L’intérêt et l’originalité de cette théorie se situent justement à ce niveau-là. Elle démontre que le message primordial de la télévision, notamment au sujet de la violence, ne se limite pas à la simple incitation, il dépasse largement cela.

Le message fondamental de la violence tient en deux mots : pouvoir et victimisation, et non incitation. La leçon principale est celle-ci : qui peut retirer quoi contre qui dans une situation conflictuelle ? Ces modèles (patterns) sont stéréotypés, répétitifs et envahissants. Ils cultivent un sentiment d’insécurité, de vulnérabilité, de peur de la victimisation, etc., qui touche tous les spectateurs (Lazar, 1997).

45L’étude a permis d’établir que l’exposition aux médias saturés de violence cultive un sentiment excessif d’insécurité et de méfiance face au monde tel qu’il est présenté à l’écran. De surcroît, ce sentiment de vulnérabilité et de dépendance pèse surtout sur les individus vulnérables, mais n’épargne personne. À force de la regarder, on aurait tendance à considérer le monde tel qu’il est présenté à l’écran. C’est dans ce sens que Gerbner parle d’une influence homogène sur la société (1986).

46Ce qui explique que la télévision se révèle plus efficace que n’importe quel autre média dans la construction des images mentales est lié au fait qu’elle présente, comme le démontre la théorie de la cultivation, un monde symbolique créé de toutes pièces, qui ressemble à s’y méprendre à la vie réelle : les scènes, les acteurs ainsi que l’environnement dans lequel ils évoluent copient la réalité. Ce monde artificiel permet de gommer le fameux filtre puissant dont parlaient les premiers chercheurs empiriques, entre les messages et la réalité quotidienne (Lazarsfeld et Berelson, 1948). Selon eux, les individus se fient surtout à leurs expériences ou à celles de leurs proches et, même si l’information transmise par les médias leur semble vraisemblable, ils restent sceptiques à leur égard et « attendent de voir ». Si cette situation était valable dans un monde sans médias audiovisuels, elle se voit toutefois modifiée avec la télévision. Pourtant la force de la télévision ne tient pas seulement aux images — même si sur le plan affectif leur pouvoir persuasif a été largement prouvé par des psychologues. Il s’agit du premier média qualifié de « naturel » dans le sens où « l’on voit et entend sans que, contrairement à la lecture, un déchiffrage supplémentaire soit nécessaire, ce que dans le langage de la recherche en communication on appelle un décodage cognitif. Ainsi le téléspectateur a une impression de la réalité, il la perçoit comme témoin visuel » (Noëlle-Neumann, 1999). À travers les images, elle est capable de véhiculer un monde symbolique étrangement semblable au quotidien. L’image concrète a presque valeur d’expérience.

  • 16 À ce propos, on ferait mieux de revenir sur un jugement trop rapide à l’égard des travaux de McLuha (...)

47Et finalement, à la question posée plus haut, à savoir si la télévision intervient ou non dans la construction de la réalité, il me semble que la réponse est sans ambiguïté : oui, elle est l’un des principaux instruments qui orientent la pensée, le regard et l’opinion. Comment pourrait-il en être autrement dans une civilisation entièrement dominée par l’audiovisuel ? Les informations nous parviennent, dès notre naissance, essentiellement par les voix des démarches médias audiovisuels. Le phénomène que Gerbner appelle mainstream se réalise inévitablement. Il compare la télévision à un fleuve tranquille auquel personne ne peut échapper, qui finit par nous emporter. C’est cet aspect ubiquiste qui différencie la télévision des autres médias, par ailleurs également puissants. Car c’est grâce à sa nature même16 qu’elle parvient à créer un climat auquel il devient quasi impossible de se soustraire.

48Si la thèse a été essentiellement expérimentée sur la fiction, donc sur l’environnement symbolique, dans le futur il serait également intéressant de la tester sur les informations. Bien sûr, ici, il faudrait modifier la démarche, dans la mesure où l’information, en principe, n’est pas entièrement fabriquée par les « managers culturels ». Quand on se rappelle les dernières informations, notamment au sujet de la guerre du Kosovo (Lévy, 2000 ; Ash, 2000), on ne peut s’empêcher de penser qu’une telle étude mériterait peut-être le détour. En effet, ne pourrait-on pas s’interroger sur l’effet de cultivation tout court de la télévision ?

Haut de page

Bibliographie

ADORNO, T. W. (1986/1970), Gesammelte Schriften, Suhrkamp, Frankfurt am Main.

ARENDT, H. (1968), Men in Dark Times, New York, Brace & World.

ASH, T. G. (2000), « Anarchie et folie dans les Balkans », Le Débat, 109 : 21-37.

BAUDRILLARD, J. (1981), Simulacres et simulation, Paris, Galilée.

CARVETH, B. J. R. et D. BROWN (1981), « Television viewing and anxiety: An experimental examination », Journal of Communication, 31 : 106-119.

CARVETH, R. et A. ALEXANDER (1985), « Soap opera viewing motivations and the cultivation hypothesis », Journal of Broadcasting & Electronic Media, 29 : 259-273.

DOOB, A. N. et G. E. MACDONALD (1979), « Television viewing and fear of victimization: Is the relationship causal? », Journal of Personality and Social Psychology, 37 : 170-179.

GERBNER, G. (1969), « Towards “cultural indicators”: The analysis of mass mediated public message systems », AV Communication Review, 17 : 137-148.

GERBNER, G. (1990), « Epilogue: Advancing on the path of righteousness (maybe) », dans N. SIGNORIELLI et M. MORGAn (dir.), Cultivation Analysis: New Directions in Media Effects Research, Newbury Parc, Sage.

GERBNER, G. (1997), « La télévision américaine et la violence. Entretien avec George Gerbner » (avec J. Lazar), Le Débat, 94, mars/avril.

GERBNER, G. et L. GROSS (1976), « Living with television: The violence profile », Journal of Communication, 26 : 182-190.

GERBNER, G. et al. (1977), « Television violence profile n° 8. The highlights », Journal of Communication, 27 : 171-180.

GERBNER, G. et al. (1980), « The “mainstreaming” of America. Violence profile n° 11 », Journal of Communication, 30 : 10-29.

GERBNER, G. et al. (1986), « Living with television: The dynamics of the cultivation process », dans J. BRYANT et D. ZILLMANN (dir.), Perspectives on Media Effets, Hillsdale, N. J. , Lawrence Erlbaum, p. 17-40.

GROSS, L. et M. MORGAN (1985), « Television and enculturation », dans J. DOMINICK et J. FLETCHER (dir.), Broadcasting Research Methods, Boston, Allyn & Bacon, p. 221-234.

HAWKINS, R. P. et S. PINGREE (1980), « Some processes in the cultivation effect », Communication Research, 7, p. 193-226.

HAWKINS, R. P. et S. PINGREE (1981), « Uniform messages and habitual viewing. Unnecessary assumptions in social reality effects », Human Communication Research, 7 : 291-301.

HUGHES, M. (1980), « The fruits of cultivation analysis. A reexamination of some effects of television watching », Public Opinion Quarterly, 44.

JAY, M. (1972), « The Frankfurt School in exile », Perspectives in American History, 6 : 339-385.

KATZ, E. (1987), « Communication research since Lazarsfeld », Public Opinion Quarterly, 51. Voir la traduction française, Hermès (1989), 4.

LAZAR, J. (1991), Sociologie de la communication de masse, Paris, Armand Colin.

LAZAR, J. (1997), « La violence contagieuse ? Représentation symbolique et réalité », Le Débat, 94, mars-avril.

LAZARSFELD, P. F. et E. Katz (1955), Personal Influence, Glencoe, The Free Press.

LAZARSFELD, P. F. (1969), « An episode in the history of social research: A memoir », dans D. FLEMING et B. BAILYN (dir.), The Intellectual Migration: Europe and America, 1930-1960, Cambridge, Mass., Harvard University Press/Belknap.

LAZARSFELD, P. F. et B. BERELSON (1948), The People’s Choice, New York, Duell, Sloan and Pearce.

LÉVY, E. (2000), « Kossovo : L’inimaginable légèreté de l’information », Le Débat, 109 : 4-20.

LIPPMANN, W. (1922), Public Opinion, New York, Harcourt Brace Jovanovich.

MORGAN, M. (1983), « Symbolic victimization and real world fear », Human Communication Research, 9 : 146-157.

MORGAN, M. (1986), « Television and the erosion of regional diversity », Journal of Broadcasting & Electronic Media, 30 : 123-139.

NEWCOMB, H. (1978), « Assessing the violence profile of Gerbner and Gross: A humanistic critique and suggestions », Communication Research, 5 : 264-282.

NOËLLE-NEUMANN, E. (1999), « L’étude de l’influence des médias - Un drame dans l’histoire de la science », dans J. LAZAR (dir.), Repenser la communication, Genève, Droz.

PARK, R. (1940), « News as a form of knowledge », American Journal of Sociology, 45.

PIAGET, J. (1987/1967), La construction du réel chez l’enfant, Neuchatel, Delachaux et Niestlé.

PINGREE, S. (1983), « Children’s cognitive processes in constructing social reality », Journalism Quarterly, 60 : 415-422.

POTTER, W. J. (1988), « Three strategies for elaborating the cultivation hypothesis », Journalism Quarterly, 65 : 930-939.

POTTER, W. J. (1991), « The linearity assumption in cultivation research », Human Communication Research, 18 : 562-584.

POTTER, W. J. (1993), « Cultivation theory and research, A conceptual critique », Human Communication Research.

ROBERTS, D. F. et N. MACCOBY (1985), « Effects of mass communication », dans G. LINDZEY et E. ARONSON (dir.), Handbook of Social Psychology, 3e édition, vol. 2, New York, Random House, p. 539-598.

ROTHSCHILD, N. (1984), « Small group affiliation as a mediating factor in the cultivation process », dans G. MELISCHEK et al. (dir.), Cultural Indicators: An International Symposium, Vienna, Osterreichischen Akademie der Wissenschaften, p. 377-388.

ROUNER, D. (1984), « Active television viewing and the cultivation hypothesis », Journalism Quarterly, 61 : 168-174.

SHRUM, L. J. (1995), « Assessing the social influence of television: A social cognition perspective on cultivation effects », Communication Research, 22(4) : 402-429.

SIGNORIELLI, N. (1990), « Television’s mean and dangerous world: a continuation of the cultural indicators perspective », dans N. SIGNORIELLI et M. MORGAN (dir.), Cultivation Analysis: New Directions in Media Effects Research, Newburry Park, CA, Sage, p. 85-106.

SOLA POOL, I. de (1983), « What ferment? A challenge for empirical research », Journal of Communication, 33(3) : 258-261.

SUN, L. (1989), Limits of Selective Viewing: An analysis of « diversity » in dramatic programming. Thèse de doctorat, The Annenberg School for Communication, Philadelphie, University of Pennsylvania.

WEAVER, J. et J. WAKSHLAG (1986), « Perceived vulnerability to crime, criminal victimization experience, and television viewing », Journal of Broadcasting & Electronic Media, 30 : 141-158.

WOBER, J.-M. (1987), « Televised violence and paranoid perception : The view from great Britain », Public Opinion Quarterly, 42 : 315-321.

ZILLMANN, D. et J. WAKSHLAG (1985), « Fear of victimization and the appeal of crime drama », dans D. ZILMANN et J. BRYANT (dir.), Selective Exposure to Communication, Hillsdale, N. J., Lawrence Erlbaum, p. 141-156.

Haut de page

Notes

1 Les écrits de Piaget, tout particulièrement La construction du réel chez l’enfant (1987), ont beaucoup apporté sur ce point.

2 J’hésite à traduire d’emblée l’anglais cultivation pour culture, même si le terme exact est cela. Comme j’ai déjà expliqué dans mon ouvrage Sociologie de la communication de masse (1991), le mot « cultivation » tel que Gerbner le conçoit est intraduisible en français (p. 156).

3 Le terme, cultivation theory, fut introduit en 1969 par l’article : « Towards “Cultural Indicators”: The Analysis of Mass Mediated Public Message Systems », AV Communication Review, 17 : 137-148.

4 À cette époque, cette proposition avait de quoi surprendre la recherche, habituée jusque-là à l’analyse des effets à court terme. (Après chaque programme, on tentait d’en connaître les effets). Cela signifiait, sur le plan méthodologique, un changement total.

5 Le terme cultiver, selon Gerbner, met en évidence l’acte à long terme, car il sous-entend un processus.

6 Même si ce projet est lié au nom de Gerbner, il faut préciser que la majorité des travaux a été réalisée avec ses collaborateurs, notamment Larry Gross, Nancy Signorielli, Michael Morgan, à l’Annenberg School of Communication, à l’Université de Philadelphie, où Gerbner a été professeur et doyen pendant trente ans.

7 La réalisation de l’analyse de message se déroule à l’aide de la technique de la vidéo, grâce à des analystes expérimentés, qui visionnent (décryptent et codent) des émissions de prime-time durant les jours de la semaine et toute la journée ceux du week-end. Les émissions dramatiques ont été privilégiées à cause de leur ressemblance avec la « vraie » vie. Ainsi, ils ont visionné, entre 1967 et 1979, 14 191 émissions et ont dégagé 4 100 personnages majeurs et 14 205 personnages mineurs.

8 Comme la théorie de la cultivation a suscité énormément de débats, depuis plus de vingt ans, une bibliographie très importante est disponible sur le sujet. Les revues qui ont donné lieu aux diverses discussions la concernant sont : Journal of Communication (où presque tous les articles de Gerbner et al. ont été publiés), Communication Research et Human Communication.

9 Par souci de précision, je tiens à ajouter que Lazarsfeld, de langue allemande et d’origine autrichienne, avant d’arriver aux États-Unis, en 1933, avait déjà réalisé en cette même année une remarquable étude, devenue classique, sur les chômeurs : Les chômeurs de Marienthal (en coll. avec Marie Jahoda). Il serait donc erroné de présenter cette collaboration comme un « besoin » pour Lazarsfeld. Il s’agissait de donner une possibilité de travail à un chercheur fraîchement débarqué aux États-Unis.

10 Même si cela n’était pas le cas de tout le monde. Adorno et Horkheimer ont continué à publier uniquement en allemand, et d’ailleurs Adorno reconnaissait que, durant son séjour américain, 90 % de ses écrits ont été réalisés en allemand (Jay, 1972).

11 Il faut noter que cet isolement n’était pas le cas de tous. Ainsi, Lowenthal et Lewin se sont séparés du groupe et se sont mis à travailler avec leurs confrères américains sur les problématiques propres à la réalité de la société américaine.

12 The People’s Choice (1948) de Lazarsfeld et Berelson fait partie des ouvrages le plus souvent cités en sciences sociales. Certes le nombre de citations ne constitue pas un critère de « scientificité » en soi. Je préfère dire qu’il s’agit d’un ouvrage qui a brillamment survécu et continue à guider de jeunes chercheurs au sein des sciences sociales.

13 Le meilleur exemple est certainement celui d’Adorno, le chef de file de la recherche critique, qui a reconnu vers la fin de sa vie : « Je me sens totalement mal compris si mes publications sur la sociologie de la musique, depuis mon retour de l’émigration, sont interprétées comme étant à l’opposé de la recherche empirique » (Adorno, 1977 : 368).

14 Il n’est pas exclu non plus qu’il n’ait pas apprécié la personnalité trop autoritaire d’Adorno. Voir à ce sujet le livre de Arendt (1968), qu’on aurait du mal à accuser de partialité.

15 Il estime que depuis la première génération de la télévision, ceux qui ne la consomment pratiquement pas n’existent plus. Au-delà de deux ans, l’Américain moyen lui consacre plus de trois heures par jour (Sun, 1989).

16 À ce propos, on ferait mieux de revenir sur un jugement trop rapide à l’égard des travaux de McLuhan. Ce chercheur, comme disait Katz (1987), a prévu mieux que quiconque les effets de télévision liés à sa nature de média. La fameuse phrase « le message c’est le médium » nous le rappelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Lazar, « Les médias dans la construction de la réalité », Communication, vol. 20/2 | 2001, 66-84.

Référence électronique

Judith Lazar, « Les médias dans la construction de la réalité », Communication [En ligne], vol. 20/2 | 2001, mis en ligne le 12 août 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6526 ; DOI : 10.4000/communication.6526

Haut de page

Auteur

Judith Lazar

Judith Lazar est ancienne fellow de Toronto, et chercheure associée au CURAPP, Laboratoire du CNRS à l’Université d’Amiens (science politique). Elle tient tout particulièrement à remercier Simon Laflamme pour les observations et les critiques dont elle a bénéficié.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org