Navigation – Plan du site
Recherches

Le concept de genre dans l’analyse des discours médiatiques

Nikolaos Konstantopoulos et Vassiliki Kella
p. 87-97

Texte intégral

1On assiste depuis quelque temps à une invasion par le terme genre de l’analyse du discours médiatique (Chabrol, 1993 ; Charaudeau, 1991 ; Ghiglione, 1989). Cette notion, empruntée à l’analyse littéraire, doit être précisée pour qu’elle puisse rendre compte des subtilités de la classification du discours médiatique. On doit donc s’interroger sur les modalités qui engendrent cette notion et qui construisent une homogénéisation entre certains textes en les différenciant ainsi des autres. Avant l’exposé de ces modalités, il faudra déceler les différents emplois du terme de genre pour pouvoir isoler les emprunts qui peuvent être préjudiciables à l’analyse du discours médiatique. Une réflexion sur le concept de genre ne peut pas faire l’économie d’une recherche sur la notion de texte sous peine de le priver de ses moyens d’application. Cette recherche doit élucider les rapports entretenus entre texte et genre.

Emplois du concept de genre

2La presque totalité des études adopte l’idée que la prise de parole, écrite ou orale, n’est pas fortuite mais s’inscrit dans les limites d’un genre qui a « une valeur normative », en ce sens où le sujet parlant ne le crée pas, mais obéit à ses contraintes (Bakhtine, 1984 : 287). Le genre est une entité du discours, en d’autres mots, ne relève pas de la langue, mais de l’énonciation. Il est de ce fait, un produit de la pratique sociale : « Tout texte en effet relève d’un genre, et par là d’un discours (juridique, pédagogique, etc.) qui reflète par ses normes l’incidence de la pratique sociale où il prend place » (Rastier, 1994 : 85). Il est alors lié non pas à la signification mais au sens, en d’autres mots, il fait partie des facteurs constitutifs du sens.

3Les genres sont des domaines de discours bien délimités dans la mesure où le sujet parlant est contraint de sélectionner et d’employer les mots selon leurs spécificités (Bakhtine, 1984 : 288). En se désignant sous la forme d’un ensemble typifié et structuré, le genre se présente comme la barrière qui empêche la marginalisation de l’énoncé. L’apprentissage continu contraint le sujet parlant à se conformer à ces types discursifs qui sont relativement stables. Chaque tentative typologique comporte des risques comme celui de la dénomination, qui peut nous conduire vers l’apriorisme (Bouacha, 1992 : 101) et l’artefact. Elle peut aussi être fondée sur des critères très généraux et ressembler à la construction weberienne de « types idéaux ».

4Une série de critères constitutifs du genre a été proposée par différents auteurs. Bakhtine au début des années cinquante procède à une typologie basée sur deux grandes catégories : les « genres premiers » et les « genres seconds ». Cette typologie est fondée sur les particularités des pratiques discursives qui se distinguent en fonction de leur banalité ou de leur spécificité. Appartiennent aux genres premiers les discours de l’interaction quotidienne comme le bavardage, les entretiens, les salutations, etc. Dans les « genres seconds » s’inscrivent les discours se puisant dans des événements d’ordre scientifique ou littéraire, comme le roman, le théâtre, etc. (Bakhtine, 1984 : 267-268). Cette conceptualisation du genre pose un certain nombre de problèmes, parce qu’elle permet d’abord une typologie à l’infini, et ensuite, une sorte d’enchâssement de typologies comportant un risque de confusion et de malentendu quant à l’emploi de discours appropriés. De plus, les critères de banalité et de spécificité manquent de rigueur.

5Pecheux (1975) s’attache aux composantes de la formation idéologique qui est articulée sur des conditions de production particulières. Il construit alors sa typologie sur les macro-domaines de la formation discursive déterminés par le facteur idéologique. Il favorise donc une typologie fondée sur des articulations entre texte et formation sociale. Sa typologie concerne la formation de macro-domaines parce qu’il cherche à détecter des champs idéologiquement structurés pour pouvoir appliquer sa théorie. Dans ces conditions, on ne peut qu’inéluctablement désigner le discours politique comme le domaine de prédilection de cette mise en pratique. Pourtant, cette désignation, outre les apriorismes, comporte aussi le risque, soit d’inclure dans le même type des textes qui relèvent de pratiques discursives différentes, soit de construire l’artefact d’une homogénéisation en fonction d’une typologie fondée sur une formation idéologique cohérente prise comme telle, comme c’est le cas du discours socialiste, communiste, syndical, patronal, etc. En attachant sa typologie au seul critère idéologique (i.e. les valeurs), Pecheux n’accorde aucune attention à certains facteurs essentiels de la production discursive, comme celui de l’instant de l’interaction communicationnelle.

  • 1 Pour Achard (1995), le registre discursif peut être défini comme un jeu de langage, style de vie, p (...)

6Achard propose de concevoir le genre discursif comme les éléments énonciatifs constituant un registre discursif1. Le discours scientifique, par exemple, permet la manifestation des énonciateurs à valeur collective ou personnelle (nous, on, je), mais il interdit la mise en scène de tu ou de vous. L’objectif de cette tentative est de détecter les rapports stables entre les formes de production discursive et les pratiques sociales. Cette typologie est fondée sur un apriorisme avec tous les inconvénients qui en découlent : poser d’emblée un genre en tant que tel sans se soucier de sa définition préalable et essayer, par la suite, de repérer les ressemblances qui le constituent et les dissemblances qui le distinguent des autres genres.

7L’inconvénient de toute typologie provient des particularités, ou des différences intragenre, qui ne permettent pas à certains auteurs d’accepter la notion même de genre. C’est le cas de Maingueneau, qui s’accorde sur le fait que chaque texte s’inscrit dans un « champ discursif », mais n’assigne pas de ressemblance aux textes du même champ, compte tenu de la présence dans leur production d’une hétérogénéité constitutive et d’une hiérarchie instable qui opposent les discours dominants aux discours dominés (1984 : 29). De même, Moeschler (1987) propose de dénoncer le type dit des consultations, étant donné la particularité de chaque consultation ; du coup, il se range du côté d’une position « atypologique ».

8Pour dépasser le problème de morcellement intragenre, Bronckart propose une distinction à deux niveaux : le premier produit les archétypes discursifs, le second les types effectifs de discours. Par cette distinction, il essaie de classer un texte selon sa forme typique et spécifique. Un texte se présente sous sa forme typique dès lors qu’il s’inscrit (nécessairement) dans un archétype qui se concrétise en fonction de son mode d’ancrage énonciatif dans la situation de production. En introduisant deux paramètres de rapports (rapports de conjonction/disjonction entre le contenu-référent du discours et la situation de production ; rapports d’implication/autonomie entre les traits de l’interaction sociale et les caractéristiques de l’acte de production), il construit quatre archétypes : le discours en situation (impliqué et conjoint), le récit conversationnel (impliqué et disjoint), le discours théorique (autonome et conjoint) et la narration (autonome et disjointe). La spécificité de chaque texte est en fonction des particularités liées au but poursuivi, et de l’interaction créée entre destinataire, énonciateur et lieu social.

C’est donc une valeur spécifique de chacun des paramètres qui est sollicitée, et cette valeur va exercer, elle aussi, une influence observable sur les unités linguistiques en surfaces des textes ; pour convaincre on utilisera d’autres moyens lexicaux et morphosyntaxiques que pour s’amuser, et pour convaincre dans un éditorial hebdomadaire d’autres moyens que dans un spot publicitaire, etc. (Bronckart, 1987 : 45)

9On repère à peu près le même type de procédure dans la typologie discursive de Adam (1987) qui se situe aussi dans une linguistique textuelle. L’auteur désigne des macrodomaines discursifs, qu’il relie par la suite aux genres du discours (ainsi, le poème, le théâtre ou le roman sont-ils des genres du discours littéraire et l’éditorial, le fait divers, le reportage sont des genres du discours journalistique). Ce type de catégorisation est très fréquent dans le domaine de la littérature. On procède par subdivision d’une triade. Au début, on classe les catégories vastes, par exemple la catégorie dramatique. Ensuite, au « deuxième étage », se regroupent les genres. Ainsi, à la catégorie dramatique appartiennent les genres : tragédie, drame, comédie et farce. À la fin se trouve le sous-genre qui désigne l’ensemble des variantes du genre (Kibédi-Varga, 1989 : 130-132).

10L’ensemble de ces travaux s’efforce de repérer les conditions contextuelles qui déterminent les modalités de l’organisation du discours. Chaque recherche, en fonction des postulats théoriques qui fondent sa légitimité, privilégie un ou plusieurs facteurs en les posant en tant que règles constitutives de la production discursive. Outre les critiques partielles émises à la fin de l’exposé de chaque conceptualisation du genre, nous pouvons reprocher à ces recherches de ne pas prendre en compte suffisamment les conditions particulières de l’échange, ni les enjeux en présence lors de la communication, ni enfin, les conventions (contrats) qui dominent et gèrent les rôles des interactants, ce qui déforme la réalité de la constitution d’un genre discursif et ne permet pas de préciser le cadre des contraintes ou des libertés (stratégies) tracés par le genre.

Qu’est-ce que le texte ?

11Lorsqu’on évoque le concept de genre, on introduit automatiquement le terme texte. On peut s’interroger sur l’opportunité de son utilisation dans l’analyse du discours. La systématisation de ce terme s’établit par les travaux de Harris (1969) et de Hjelmslev (1968) et leur effort de surmonter les restrictions imposées à la linguistique par le cantonnement de l’analyse au niveau de la phrase.

12L’emploi de ce terme chez Harris se confond avec celui de discours. L’analyse distributionnelle le contraint à tenir compte des rapports entretenus entre la langue et les différentes formes de comportement. L’analyse de la phrase n’est pas le but essentiel. Il se tourne plutôt vers l’organisation des phrases entre elles, ce qui l’amène à une signification nouvelle. Il se sert du terme de texte pour rendre compte de cette signification globale. L’objectif de l’analyse linguistique doit être la recherche de la similitude d’un nombre de textes dépendant d’une situation donnée. L’intérêt de Harris se concentre sur la description du rôle de chaque élément du texte afin d’en déterminer la structure.

13Hjelmslev définit le texte en fonction de ses rapports avec la langue. La langue est considérée comme un système et le texte devient le processus de la construction langagière. Le texte et la langue sont inextricablement liés et interdépendants parce que le processus ne peut se faire que dans et par le système. Corrélativement, le système se révèle par le processus. Le système ne peut être analysé qu’au moyen de ses entités analysables. Le texte est connu en tant que classes analysables en ses diverses composantes. Ces composantes sont à leur tour analysées, et ainsi de suite jusqu’à épuisement des composantes.

14Dans ces deux perspectives, on est encore fasciné par le structuralisme langagier. En dépit du fait qu’on essaie de se débarrasser des restrictions de la phrase, le contexte est plutôt supposé que pris en compte dans l’organisation textuelle. On doit souligner que l’effort de ces deux linguistes n’est pas dirigé vers l’explication de ce que pourrait être le texte, mais il se contente de détecter et de décrire le système sous-jacent dans un texte.

15D’autres auteurs envisagent l’élaboration de la grammaire de texte en s’appuyant sur l’enseignement de la grammaire générative. On insiste sur le fait que les concepts de base de la grammaire générative, à savoir la compétence et la performance, doivent être fondés sur la relation textuelle (Dijk Van, 1972 : 3). Pour justifier l’émergence d’une grammaire de texte, on doit insister sur les différences substantielles entre la phrase et le texte. Pour certains, cette différence s’établit au niveau de la complexité systémique. La phrase est une entité essentiellement monosystémique à l’encontre du texte qui est connu comme une entité polysystémique (trans-systémique) (R. A. de Beaugrande, 1979 : 468). Par conséquent, les textes présentent un caractère holistique tandis que les phrases sont analysables par des procédures élémentaires. La différence se précise au niveau de la forme des rapports : le texte est un processus dynamique tandis que les phrases sont des unités statistiques. On est donc contraint de préciser la « nature » du concept de texte. Pour les uns, le texte est une simple construction théorique (Dijk, 1979 : 512 ; Petofi, 1978 : 38). Pour les autres, en revanche, il est une entité réelle situationnellement déterminée (pertinence pragmatique) (Kurkarrenko, 1979 : 235-236 ; Weinrich, 1981 : 228).

16Beaugrande et Dressler définissent le texte comme une communicative occurrence (1981 : 4) à laquelle ils attribuent sept standards de textualité qui fonctionnent comme des principes constitutifs : la cohésion, la cohérence, l’intentionnalité, l’acceptabilité, l’informativité, la situationnalité et l’intertextualité. Si un de ces standards n’est pas présent, le texte ne peut pas être communicatif. Ces principes constitutifs sont accompagnés par trois principes de régulation (regulative principles), qui contrôlent la communication textuelle : la compétence (efficiency) qui est relative à la minimisation des efforts des participants, l’efficacité (effectiveness), qui crée les conditions favorables pour atteindre des buts, et l’opportunité (appropriateness) sensible à l’accord du cadre dans lequel se situe ce texte et la façon dont les standards de textualité sont respectés.

17Chaque texte se situe dans un réseau donné de communication. Il est une entité qui se fonde sur l’intention du sujet communiquant de fournir une série d’éléments mutuellement pertinents. Sa compréhension nécessite la mise en œuvre d’une pertinence au niveau de sa construction (cohérence/cohésion) (Charolles, 1998) et la mobilisation d’un savoir sur le monde qui est extérieur au texte. Il s’ensuit que les effets du genre peuvent être repérés dans un ensemble de textes. Le texte est l’entité qui comporte les contraintes exigées par un genre donné.

Genre des discours médiatiques ; conditions (critères) de leur formation

18Deux questions se posent d’emblée. Le discours médiatique ne constitue-t‑il pas en soi un genre spécifique à part ? À quel niveau se situent les rapports entre les facteurs contextuels et les éléments fondant l’interne de l’acte langagier ? Ces rapports, en produisant le discours sont censés construire le genre du discours. Pour répondre à ces deux questions, il faut impérativement déterminer les facteurs situationnels et les éléments langagiers interagissant et qui sont susceptibles, à notre sens, d’esquisser les limites de genre discursif.

19D’un côté, on repère quatre catégories de facteurs externes au langage susceptibles de contribuer à la formation des genres discursifs. La première contient les enjeux communicationnels qui peuvent être généraux ou spécifiques. Ces enjeux sont sous-jacents à chaque échange discursif. Leur présence autorise à penser que le jeu communicationnel n’est pas une partie de plaisir mais une lutte incessante pour accaparer les gains de ce jeu (Kella, 1995 : 164 ; Konstantopoulos, 1998 : 29-33). De même, l’idée du « profit » personnel lors de l’échange laisse supposer que la vieille distinction entre actif (le locuteur) et passif (l’interlocuteur ou l’auditoire) est tombée en désuétude. Chaque échange se caractérise par un ou plusieurs enjeux, qui obligent les interactants à des comportements adéquats non seulement pour gagner la mise, mais aussi pour ne pas « perdre la face » (Goffman, 1973). Si l’on admet que tout échange médiatique obéit à un enjeu général, on peut aussi aisément comprendre que des enjeux particuliers déterminent chaque interaction médiatique spécifique.

20La deuxième catégorie se compose de facteurs socio-psychologiques et « statistico-descriptibles » qui définissent les particularités des interactants lors de l’échange médiatique. Il s’agit d’une part, d’un certain nombre de composantes socio-psychologiques, comme les caractéristiques identitaires des partenaires (caractéristiques sociales, socio-professionnelles, statuts sociaux, etc., ou affectivo-cognitives), et, d’autre part, de caractéristiques physiques (forme de l’échange des partenaires, forme de transmission, etc.). On conviendra facilement que ces paramètres ne sont pas similaires dans les différents échanges médiatiques. Par conséquent, si on doit en tenir compte dans la délimitation des genres discursifs, on ne peut pas concevoir le discours médiatique en général en tant que genre discursif spécifique. Le médiatique est, à notre avis, un macrodomaine (au même titre que le politique) comportant un nombre de situations d’échanges hétérogènes, constitué d’autres domaines spécifiques (les différents supports médiatiques qui contiennent aussi des situations d’échange plus ou moins hétérogènes, mais qui dépendent du même registre, enjeux, objectifs, etc.) abritant des genres et des sous-genres discursifs.

21La troisième catégorie comporte les conventions qui contraignent les interactants à l’échange médiatique en leur assignant des rôles à tenir au cours de cet échange. On appelle ces conventions « cadre institutionnel » (Konstantopoulos, 1998 : 55). Chaque échange est défini par un ou plusieurs cadres institutionnels donnés, ce qui le spécifie. Ces cadres obligent les sujets communiquants à se comporter comme il faut, à savoir dans les limites discursives tracées par l’institutionnalisation de l’échange. En d’autres mots, ils protègent les sujets communiquants des écarts et de l’ambiguïté, en leur dictant un comportement discursif conforme aux attentes formées à l’égard d’un échange médiatique donné.

22Enfin, la quatrième catégorie comporte l’impératif des élaborations stratégiques. En effet, compte tenu du fait que les interactants sont sous tension continue pour maximiser leurs chances afin d’emporter la partie, ils sont contraints d’inventer les coups nécessaires (dans les limites du stock personnel ou collectif) pour assurer leur entreprise. Cette dernière catégorie oblige les interactants à une surveillance mutuelle ininterrompue au cours du déroulement de l’échange. Le développement stratégique n’est pas le même dans les différents échanges médiatiques. La forme des contraintes (cadre institutionnel, forme d’échange, etc.) contribue au choix du type de stratégies et à leur élaboration. Cependant, le choix stratégique est inextricablement lié aux objectifs propres au sujet communiquant et à ses attentes (outre l’objectif général d’emporter la partie) ; ces objectifs dépendant des systèmes de représentations de ce sujet, relatifs à la situation d’échange et à soi-même.

23De l’autre côté, les éléments langagiers qui contribuent à la formation d’un genre donné se répartissent en trois matériaux. Le premier est le matériau de la langue. Il s’agit d’un ensemble de moyens d’expression qui appartiennent à différentes catégories grammaticales.

24Le deuxième matériau est le discursif, constitué des modes d’organisation du discours. On détermine quatre grands modes (énonciatif, descriptif, narratif, argumentatif) (Charaudeau, 1992). Chaque mode a une logique d’organisation propre.

25Le troisième matériau, dont certains contestent l’autonomie, en en rattachant les éléments au matériau discursif, est l’univers de croyances (Kella, 1995 ; Konstantopoulos, 1998). Il se compose d’un ensemble de systèmes (idéologique, axiologique, valeurs, etc.) et de leurs manières respectives de codifier, tels les stéréotypes, les topoi, les jugements des valeurs, la sémantique des mots, etc. Ces trois matériaux offrent leurs éléments pour que les discours soient structurés conformément aux demandes des exigences articulées par la pratique des genres. Cette articulation est la mise en scène langagière (Gardiner, 1989) dirigée par la combinaison des facteurs situationnels.

26Un genre discursif se forme lorsqu’une série de facteurs situationnels donnés conduit à une mise en scène concrète, qui est la marque flagrante de sa reconnaissance. Cependant, on ne peut pas attendre que tous les textes appartenant au même genre contiennent exactement les mêmes traits discursifs. Ceci est inévitable dans la mesure où dans les facteurs contraignant à la formation d’un genre appartiennent ceux qui conduisent le comportement discursif à une homogénéisation (i.e., le cadre institutionnel) et ceux qui, par un choix plus ou moins libre, aspirent à la différenciation (i.e., l’élaboration stratégique). Ainsi, des textes du même genre affichent des mises en scène discursives comportant des traces communes et des traces spécifiques à chacun.

27On se rend compte de l’importance de distinguer le macrodomaine médiatique des domaines spécifiques (supports médiatiques pour définir les genres discursifs). Ces domaines ne constituent pas des genres dans la mesure où ils contiennent une multitude de ces facteurs (par la force des choses contradictoires), qui sont responsables de la délimitation des genres. Toutefois, la prise en compte de ces domaines est nécessaire dans le sens où chacun formule un enjeu général et permet l’élaboration des enjeux spécifiques. Au sein de chaque domaine se mettent en place, lors de la constitution d’un échange des différentes contraintes institutionnelles, des conditions socio-psychologiques et des conditions de l’échange qui permettent de définir un genre ou sous-genre particulier.

28Par conséquent, une même activité se réalisant dans deux supports médiatiques différents ne peut que se scinder en deux genres différents. Par exemple, La Revue de Presse diffusée par France 3 aux infos de la nuit ne fait pas partie du même genre discursif que la revue de presse des quotidiens. Les enjeux, les conditions de la production, les objectifs, les contraintes et les libertés, etc. ne sont pas les mêmes dans les deux cas. Il s’ensuit que les mises en scène langagières sont distinctes et que, par conséquent, ces deux activités pourtant pareillement dénommées font partie de genres discursifs différents.

29De même, l’interview dans l’audiovisuel n’appartient pas au même genre discursif que l’interview dans la presse. En revanche, une même pratique médiatique réalisée dans un support donné peut appartenir à deux genres différents, à partir du moment où les conditions de production se différencient. Ainsi, on a pu constater que les titres de la « Une » dans la presse grecque appartiennent à un genre particulier (et ils se distinguent ainsi des autres titres) parce que les enjeux et le cadre institutionnel qui désignent le type d’échange entre le journaliste et le lecteur au cadre des titres de la « Une » sont spécifiques (Konstantopoulos, 1998).

Haut de page

Bibliographie

ACHARD, P. (1995), « Formation discursive, dialogisme et sociologie », Langages, 117.

ADAM, J.-M. (1987), « Textualité et séquentialité. L’exemple de la description », Langue Française, 74.

BAKHTINE, M. (1984), Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

BEAUGRANDE, R. A. de (1979), « Text and sentence in discourse planning », dans J. S. PETOFI (dir.), Text vs Sentence. Basic Question of Text Linguistics, Hambourg, Buske.

BEAUGRANDE, R. A. de et W. U. DRESSLER (1981), Introduction to Text Linguistics, New York, Longman.

BOUACHA, A. A. (1992), « La généralisation dans le discours. Langues officielles et discours de bois », Langages, 105.

BRONCKART, J.-P. (1987), « Interactions, discours, significations », Langue Française, 74.

CHABROL, C. (dir.) (1993), « Débats médiatiques : stratégies à oublier ? », Psychologie Française, 38(2).

CHARAUDEAU, P. (dir.) (1991), La télévision. Les débats culturels « Apostrophes », Paris, Didier Érudition.

CHARAUDEAU, P. (1992), Grammaire du sens et de l’expression, Paris, Hachette Éducation.

CHARAUDEAU, P. (1993), « Des conditions de la “mise en scène” du langage », dans A. DECROSSE (dir.), L’esprit de société, Liège, Mardaga.

CHAROLLES, M. (1998), « Les études sur la cohérence, la cohésion et la connexité textuelles depuis la fin des années 1960 », Modèles linguistiques, tome X, fasc. 2, Lille, PUL.

DIJK, V. T.A. (1972), Some Aspects of Text Grammars, The Hague, Mouton.

DIJK, V. T.A. (1979), « New developments and problems in text linguistics », dans J. S. PETOFI (dir.), Text vs Sentence. Basic Question of Text Linguistics, Hambourg, Buske.

GARDINER, A. H. (1989), Langage et actes de langage. Aux sources de la pragmatique, Lille, PUL.

GHIGLIONE, R. (dir.) (1989), Je vous ai compris ou l’analyse des discours politiques, Paris, Armand Colin.

GOFFMAN, E. (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

HARRIS, Z. S. (1969), « Analyse du discours », Langages, 13.

HJELMSLEV, L. (1968), Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Éditions de Minuit.

KELLA, V. (1995), La production du système d’images discursives en fonction de la programmation argumentative dans le sous-genre discursif du meeting électoral. Thèse de doctorat, Paris, Université Paris XIII.

KIBÉDI-VARGA, A. (1989), Discours, récit, image, Bruxelles, Mardaga.

KONSTANTOPOULOS, N. (1998), La contribution des titrailles de la « Une » dans la construction de l’événement médiatique. Thèse de doctorat, Paris, Université Paris XIII.

KURKARRENKO, V. (1979), « Some considerations about the properties of the text », dans J. S. PETOFI (dir.), Text vs Sentence. Basic question of Text Linguistics, Hambourg, Buske.

MAINGUENEAU, D. (1984), Genèse du discours, Bruxelles, Pierre Mardaga.

MOESCHLER, J. (1987), « Structures, dynamique et complétude conversationnelle », dans P. BANGE (dir.), L’analyse des interactions verbales, Berne, Peter Lang.

PECHEUX, M. (1975), Les vérités de La Palice. Linguistique, sémantique, philosophie, Paris, Maspéro.

PETOFI, J. S. (1978), « A formal semiotic text theory as an integration theory of natural language (methodological remarks) », dans W. U. DRESSIER (dir.), Current Trends in Text Linguistics, New York, Walter de Gruyter.

RASTIER, F. (1994), « Tropes et sémantiques linguistique », Langages, 101.

WEINRICH, H. (1981), « Text as prium datum of linguistics », dans J. S. PETOFI (dir.), Text vs Sentence Continued, Hambourg, Buske.

Haut de page

Notes

1 Pour Achard (1995), le registre discursif peut être défini comme un jeu de langage, style de vie, place sociale abstraite ou légitime, en assimilant l’énonciateur et le locuteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikolaos Konstantopoulos et Vassiliki Kella, « Le concept de genre dans l’analyse des discours médiatiques », Communication, vol. 20/2 | 2001, 87-97.

Référence électronique

Nikolaos Konstantopoulos et Vassiliki Kella, « Le concept de genre dans l’analyse des discours médiatiques », Communication [En ligne], vol. 20/2 | 2001, mis en ligne le 12 août 2016, consulté le 25 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6541 ; DOI : 10.4000/communication.6541

Haut de page

Auteurs

Nikolaos Konstantopoulos

Nikolaos Konstantopoulos est chargé de cours à l’Université Nationale et Kapodistriako d’Athènes, à l’école Polytechnique de Thrace et à l’UIT de Patras.

Vassiliki Kella

Vassiliki Kella est chargée de cours à l’Université de Salonique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org