Navigation – Plan du site
Recherches

Le comportement environnemental responsable par rapport à l’eau comme une innovation

Anna Kurtycz
p. 98-112

Texte intégral

1L’eau est une ressource limitée dont dépendent la vie, la sécurité alimentaire et la sauvegarde des écosystèmes. Il s’agit également d’une ressource menacée par le gaspillage et la pollution, des problèmes qui trouvent leur origine dans les modes de vie et de consommation propres aux sociétés industrialisées (Bifani, 1997 : 44). Pour la plupart des spécialistes en ressources hydriques, nous sommes entrés dans une grave crise internationale de manque d’eau pour l’irrigation et pour d’autres usages surtout dans les régions à grande densité de population. Le manque d’eau devient un facteur limitant pour le développement durable et une source de conflit. Pour Falkenmark (1999 : 14), le problème réside dans le fait que notre relation aux ressources en eau n’a pas évolué et qu’elle est restée telle qu’elle était à une époque où la population était réduite et son impact sur les ressources était moindre. Avec la croissance de la population et de ses activités (qui pour la plupart ont un effet direct ou indirect sur l’eau), cette vision simpliste est devenue obsolète, ce qui rend évidente la nécessité d’une approche différente au problème de l’eau.

2Pour résoudre les problèmes de l’eau, il est fondamental de développer non seulement des solutions scientifiques et techniques mais aussi de susciter la participation active de chaque personne au niveau local (Arreguín, 1991). Ce changement de comportement, qui réclame une approche plus consciente et participative de chaque individu par rapport à l’eau, met aussi en évidence un besoin d’information sur l’eau permettant de promouvoir des comportements plus adaptés aux circonstances et aux objectifs recherchés. Comme Perló (1990) et Arreguín (1991) le mentionnent, la majorité des usagers ne connaissent pas les problèmes liés à l’eau (pollution, épuisement des sources, etc.) et, s’ils en ont entendu parler, ils ne comprennent pas leur gravité.

3Pour promouvoir le changement de comportement, l’éducation à l’environnement s’est développée partout dans le monde. Cette préoccupation émerge, à partir de la moitié de ce siècle, du fait de la croissance démographique et de l’impact de la technologie sur l’environnement (Smith, 1995). L’éducation à l’environnement s’est constituée à partir des conférences internationales, comme la Conférence sur l’Environnement Humain à Stockholm (Nations Unies, 1972), l’Atelier international de l’éducation environnementale à Belgrade (1975), la Conférence Intergouvernemental sur l’Éducation à l’Environnement de Tbilisi (1977), la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement de Rio (1992), etc. Pour autant, ce développement n’est pas synonyme d’unanimité. Il se trouve même certains auteurs pour estimer que l’intégration de l’éducation à l’environnement aux programmes scolaires et la transformation éthique et sociale recommandée par les conférences dans les années soixante-dix n’est pas d’actualité (Papadimitriou, 1995). Comme dit Wals (1994 : 9-12), bien qu’animés par de très bonnes intentions, la plupart des projets éducatifs n’ont pas réussi à atteindre les objectifs fixés par l’éducation à l’environnement dans le cadre de ces multiples conférences.

4La difficulté de promouvoir un changement de comportement par le biais de l’éducation à l’environnement (Hungerford et Volk, 1990) nous a conduite à élargir la perspective généralement retenue en considérant ce changement de comportement comme une innovation. Cela revient à l’analyser à partir des différents modèles de diffusion des innovations. Ces modèles permettent d’étudier le processus par lequel une information, une opinion, un comportement, une pratique, une innovation technique, un nouveau produit, une mode, etc. se propagent dans une population donnée. À notre sens la recherche dans le domaine de la diffusion des innovations peut nous permettre de comprendre les éléments liés à l’échec et aussi au succès des approches adoptées.

  • 1 Office de Communication du Lac, organisme non gouvernemental mexicain qui, à partir de 1991, a déve (...)
  • 2 Nous avons choisi trois cas pour mener notre analyse : eau et agriculture, eau et santé et utilisat (...)

5Afin de développer cette réflexion et de l’enrichir, nous proposons de considérer le comportement environnemental responsable, et plus particulièrement celui lié à l’eau, dans une perspective communicationnelle, en travaillant sur les représentations et stratégies aux différents niveaux (institutionnel, intergroupe et individuel). Cela nous permettra d’aborder les stratégies d’intérêt des acteurs et les différentes controverses et conflits qui apparaissent dans les différents domaines. Notre projet de recherche se situe au Mexique, pays à l’origine de notre réflexion, dans le travail de la Oficina de Comunicación del Lago1. Étant donné que le comportement responsable par rapport à l’eau est trop vaste, nous avons sélectionné trois cas : l’eau et la santé, l’utilisation domestique de l’eau et l’eau dans l’agriculture. L’objectif final de cette recherche en cours est d’aboutir à des recommandations pour le travail sur le terrain avec la communauté. Nous ne présenterons ici que notre problématique et les points de réflexion de départ et non les résultats de recherche2.

Une innovation difficile à adopter

6Lors de sa création dans les années soixante-dix l’éducation à l’environnement était destinée, entre autres choses, à promouvoir un « comportement responsable ? » vis-à-vis de l’environnement de la part des individus. D’après les textes qui définissent l’éducation environnementale (Tbilisi Conference Declaration, 1978), l’individu doit (Hungerford et Volk, 1990 : 8-9) :

  • avoir une préoccupation et une sensibilité par rapport à l’environnement et ses problèmes,

  • avoir une compréhension de l’environnement et de ses problèmes,

  • être concerné et avoir la motivation pour participer activement à la protection de l’environnement,

  • savoir identifier et solutionner les problèmes environnementaux,

  • avoir une participation active dans la solution des problèmes environnementaux,

  • 3 Développement durable : assurer les besoins actuels sans compromettre la capacité des générations f (...)

7Le comportement environnemental responsable promu par l’éducation à l’environnement, ainsi que le développement durable3 (plus récent), sont des concepts nouveaux qui demandent une pratique et une approche nouvelles en regard des problèmes environnementaux. C’est dans ce sens que nous avons considéré le changement de comportement comme une innovation, nous appuyant sur la définition donnée par Rogers en 1962 selon laquelle une innovation est une idée, une pratique ou un objet perçu comme nouveaux par une partie des individus ou groupes sociaux susceptibles de l’adopter (Rogers, 1995 : 11). En comparant le comportement environnemental responsable avec d’autres innovations (l’adoption d’une technologie d’irrigation, d’une machine à laver ou d’une nouvelle façon de danser, par exemple), nous constatons toutefois que cette innovation comporte certaines particularités qui rendent difficile son adoption.

  • 4 Mode de consommation, transport, mode d’alimentation, etc.

8Le comportement environnemental responsable implique l’adoption non seulement d’une pratique mais de plusieurs pratiques4 qui auront comme résultat de changer un mode de vie. Les éducateurs à l’environnement ont constaté que les individus, au lieu d’adopter ce nouveau mode de vie, font une sélection des messages environnementaux et construisent des structures mentales qui soutiennent leur propre système de valeurs (Gigliotti, 1990 : 9).

9Le bénéfice de l’adoption d’un comportement environnemental responsable ne peut être perçu comme tel que dans un futur lointain et souvent par les générations futures, et cela rend l’innovation difficilement saisissable par les individus.

10Pour les citoyens, les problèmes de l’environnement soit ne paraissent pas exister, soit sont considérés comme des problèmes qui ne les concernent pas (Gigliotti, 1990 : 10). Dans la plupart des cas, ils sont perçus comme relevant de la responsabilité des autres, car les individus manquent de connaissance sur leur propre rôle par rapport aux problèmes de l’environnement. Puisque l’individu ne se sent pas responsable par rapport aux problèmes de l’environnement, il ne voit pas pourquoi il devrait adopter un comportement différent si ses actions ne sont pas en relation directe avec le problème (Idem).

11Si on réfère aux caractéristiques de l’innovation dégagées par Rogers (1995 : 15-16) à savoir qu’une innovation pour être adoptée aisément doit offrir un avantage, être compatible avec les valeurs et expériences passées, être divisible et communicable, on constatera dans la partie suivante que le comportement responsable par rapport à l’eau est une innovation qui ne répond qu’en partie à ces caractéristiques. Ce qui confirme ce que nous venons de développer, à savoir que cette innovation est difficile à adopter.

Avantage

12Pour qu’une innovation soit acceptée, il faut qu’elle soit avantageuse par rapport aux idées précédentes. Dans beaucoup de cas, l’avantage peut être traduit dans le sens d’un profit économique. Dans le cas de nouvelles pratiques par rapport à l’eau, cependant, l’avantage est difficile à maîtriser. « Ciudad del Sol » est un quartier riche de Guadalajara, la deuxième ville du Mexique. Une pratique courante du quartier est de laver les voitures et les trottoirs avec le tuyau d’arrosage. Il y a dans cette pratique la volonté d’afficher son statut social. Cette attitude est contradictoire avec la politique du comportement environnemental responsable qui cherche à développer des pratiques d’économie d’eau, collectives et à plus long terme (avoir de l’eau pour les générations à venir). L’avantage est alors à long terme ou à l’échelle globale (la planète), concept difficile à comprendre par les individus au niveau local.

Compatibilité

13L’innovation doit cohabiter avec les valeurs et les expériences passées de ceux qui l’adoptent. Selon ce postulat, proposé par Tarde en 1903 (cité par Rogers, 1995 : 40), une innovation s’insérera d’autant plus facilement qu’elle correspond à l’appréhension du monde de l’individu ou du collectif. Ainsi une innovation proche des idées déjà acceptées sera reçue plus facilement. Dans les cultures où l’eau a un caractère divin et purificateur, il est difficile de faire comprendre à la population le concept de pollution. Tel est le cas du Gange en Inde, où il est difficile de mettre en place des pratiques d’assainissement parce que l’eau, considérée comme purificatrice, peut difficilement être estimée comme un élément qui peut être pollué.

14L’échec des campagnes de purification de l’eau par l’ébullition est dû, entre autres, a une croyance culturelle qui associe l’eau bouillie à la maladie (Rogers, 1995 : 4). Au Mexique (où l’eau est liée à un statut social), le gaspillage est ostentatoire et les pratiques d’économie d’eau ne sont pas compatibles avec cette pratique sociale.

Divisibilité

15La possibilité de diviser l’innovation et de l’adopter de façon fractionnée rend plus facile son adoption. Par exemple Ryan et Gros ont trouvé en 1943 (Rogers, 1995) que les fermiers de l’État de l’Iowa (États-Unis) ont d’abord adopté le maïs hybride d’une façon partielle, avant de l’utiliser de manière intensive. Cette possibilité de reprendre l’innovation d’une façon partielle a facilité, à long terme, son adoption.

16Les pratiques par rapport à l’eau (dans notre cas particulier mais aussi par rapport à l’environnement) peuvent être divisées. Mais, contrairement à d’autres types d’innovations, c’est uniquement dans leur totalité qu’elles peuvent avoir un impact important sur l’environnement. Cette adoption partielle est une des préoccupations des éducateurs à l’environnement. Selon Gigliotti (1990 : 10) le mouvement écologiste a produit des citoyens qui abordent les problèmes environnementaux avec une approche partielle. Ils peuvent manifester contre la pollution mais en même temps ils ne prendront pas des mesures par rapport à leurs propres voitures. La divisibilité de la pratique environnementale est considérée comme une cause d’échec dans les démarches visant un changement de comportement. Un autre exemple de cette adoption partielle est la question du recyclage. Les gens recyclent certains produits (batteries, papier, verre, etc.) mais maintiennent les mêmes pratiques de consommation et de génération de déchets.

Communicabilité

17Pour améliorer l’adoption d’une innovation, les résultats attendus doivent être visibles et communicables. Dans la plupart des cas des pratiques environnementales responsables cette mise en évidence est difficile. Le résultat n’est pas toujours immédiat et par conséquent il est difficile de parler des modifications engendrées par le changement de pratiques. À cela s’ajoute le fait que les pratiques personnelles par rapport à l’eau ne sont pas toujours communicables, surtout celles concernant l’utilisation domestique personnelle comme l’utilisation des toilettes ou de la douche.

18À cette difficulté de communiquer sur le comportement environnemental responsable par rapport à l’eau, il faut ajouter qu’il n’existe pas un système de codes et de conventions symboliques uniques entre les acteurs. Le système d’interprétation est lié à la diversité de représentations des problèmes liés à l’eau (pollution, gaspillage) et de ce que veut dire le comportement environnemental responsable pour les différents acteurs.

19Même si les caractéristiques proposées par Rogers et les diffusionnistes nous permettent de voir qu’il s’agit d’une innovation difficile à adopter, nous considérons qu’elles ne sont pas suffisantes pour comprendre la complexité des interactions qui sont mises en œuvre pour susciter ce changement de comportement. Pour comprendre le rôle de la communication dans l’adoption de ce nouveau comportement, nous proposons dans notre projet de recherche d’analyser le comportement environnemental responsable à partir des stratégies et des représentations qui se développent autour de celui-ci, au niveau des individus, ainsi qu’au niveau des institutions et organismes de type global, régional et local. Ainsi nous ferons apparaître les conflits, tensions, compromis, qui sont liés à cette question du comportement responsable par rapport à l’eau, ce qui nous permettra de montrer les enjeux complexes que suscite ce changement et d’analyser le tissu social dans toute sa complexité.

20Nous voulons faire apparaître, à partir de ces stratégies et représentations, l’importance de la dimension communicationnelle. Celle-ci permet à des représentations hétérogènes de s’articuler et de se combiner sur des compromis.

L’innovation et la communication

21Le courant du diffusionnisme présenté par Rogers n’est pas suffisant pour comprendre la nature des interactions que l’innovation génère dans le tissu social. La théorie de la traduction (Akrich, Callon et Latour, 1988) et le modèle technique (Bardini, 1993) apportent des notions nouvelles, comme la médiation et l’étude des représentations. Cependant ces approches ont également des limites. C’est pour cela que nous proposons de regarder notre innovation à travers une optique communicationnelle. La communication par rapport au processus d’innovation est nécessaire sur trois plans :

  1. pour échanger des informations afin de réduire les incertitudes liées à la diffusion de l’innovation,

  2. pour rechercher une cohérence des représentations,

  3. pour structurer les différentes stratégies d’action.

Échange d’information et incertitude

22Selon Rogers (1995 : 6), une innovation donne à l’individu ou à un groupe d’individus des alternatives pour résoudre un problème donné. Ces alternatives posent aussi une série d’incertitudes. Dans le cas de l’eau, son état actuel et les nouvelles pratiques suscitent des incertitudes quant aux différents niveaux d’action (institutionnel, intergroupe et individuel). Ces incertitudes motivent l’échange d’information entre les acteurs.

23Dans le cas du comportement environnemental responsable par rapport à l’eau, l’innovation :

  1. offre de multiples solutions naturelles mais cause aussi des multiples incertitudes ;

  2. ces incertitudes ne sont pas seulement liées à l’innovation (aux pratiques environnementales) mais aux problèmes environnementaux et à l’effet de cette innovation dans le futur ;

  3. l’information devant éliminer les incertitudes est perçue de façon différente par les acteurs qui développent, parallèlement, différentes stratégies pour utiliser et pour diffuser cette information.

24On se trouve donc face à un système très complexe d’échange d’information.

La communication et la cohérence des représentations

25Les représentations (Fischer, 1991) consistent à transformer la réalité perçue en catégories symboliques (valeurs, croyances, idéologies, etc.). Ces représentations favorisent les modes d’action des individus par rapport à cette réalité. Elles forment les cadres à partir desquels tout individu appréhende, perçoit et comprend la réalité (Davallon et Le Marec, 1995). Les représentations liées à l’eau sont diverses et parfois contradictoires les unes par rapport aux autres. Elles dépendent de l’histoire et de l’expérience personnelle de chacun ainsi que du contexte environnemental dans lequel l’individu se trouve (milieu géographique, milieu social, activité professionnelle, institution qu’il représente, etc.). Ainsi pour construire un système de signification commun, il faut que les acteurs trouvent des compromis et cela passe par des systèmes de médiation. Nous voulons savoir, dans notre travail de recherche, s’il y a une influence sur le niveau d’adoption de la cohérence des représentations et des stratégies d’action tout au long du réseau de communication.

26Chaque personne, du niveau global jusqu’au niveau local, a une représentation différente de l’eau, de ses problèmes et du comportement responsable à adopter par rapport à elle. C’est à partir de cette représentation que sont organisées les stratégies d’action des acteurs. La difficulté est d’arriver à un compromis à partir des représentations différentes, compromis nécessaire à l’adoption des nouvelles pratiques.

27Les maladies dites hydriques (choléra, amibiase, salmonelle, etc.) sont une des causes principales de mort au Mexique, surtout dans les zones défavorisées du pays, à cause de l’eau contaminée. Les programmes de sensibilisation de la population qui visent la mise en place de pratiques de purification de l’eau au niveau domestique n’ont toujours pas abouti à une adoption. Les causes d’échec sont nombreuses (manque de continuité, manque de cible dans les campagnes de sensibilisation, etc.). Le manque de cohérence entre les représentations et la difficulté de permettre aux acteurs ayant des représentations différentes d’arriver à des compromis y jouent un rôle important. Selon le niveau scientifique, qui donne les recommandations pour la purification de l’eau, la cause des maladies, ce sont les microbes dans l’eau qui est polluée. Cette représentation de la pollution de l’eau est différente de celle des habitants qui pensent que l’eau est propre si elle est transparente ou si elle vient du sous-sol. Pendant les années quatre-vingt, dans le programme de développement intégré du tropique humide, PRODERITH, les techniciens qui travaillaient avec la communauté ont changé de stratégie d’approche par rapport aux problèmes liés à l’eau. Ils ont amené des microscopes dans les villages et ils ont montré l’eau sans la bouillir et après l’ébullition. Pour les villageois, la possibilité de voir tous les organismes contenus dans une eau, en apparence propre, et de voir comment, après l’ébullition, l’eau était débarrassée des microbes, a élargi leur représentation de ce que veulent dire une eau polluée et une eau propre. La discussion postérieure avec la population, à partir de l’expérience, a facilité l’harmonisation des différentes représentations et, dans certains cas, l’adoption de nouvelles pratiques de purification d’eau.

28C’est pourquoi nous pensons qu’une plus grande cohérence entre les représentations tout au long du réseau de communication augmente les chances d’adoption du comportement de la part des usagers.

29Les acteurs scientifiques, politiques, sociaux, législatifs, technologiques, culturels, liés à l’eau, participent à la définition du cadre dans lequel se développent la communication et la diffusion de notre innovation. Ce cadre a une influence sur la façon dont on communique. Il a aussi une influence sur la façon dont s’articulent les différentes représentations. Il s’agit de savoir si les acteurs utilisent la dimension communicationnelle afin d’arriver à une harmonisation des représentations.

L’harmonisation des représentations pour de nouvelles stratégies d’acteurs

30L’échange d’information sur une nouvelle idée doit favoriser un processus de convergence par rapport au questionnement des acteurs et un espace de confrontation des différents points de vue. Ces échanges s’effectuent à plusieurs niveaux : les réseaux interpersonnels, intergroupes et institutionnels. Dans ce processus, les acteurs, individuels ou institutionnels, développent des stratégies d’action diverses. Cette diversité est en relation avec les intérêts de chacun par rapport à cette innovation mais aussi avec la nature de l’innovation et avec la perception qu’en ont les individus.

31Dans le cas de l’eau, les intérêts sont multiples, voire contradictoires, parce que l’eau est en relation avec toutes les activités humaines (économiques, culturelles, sociales, politiques, etc.). Les stratégies des acteurs sont en conséquence multiples. Promouvoir un comportement environnemental responsable par rapport à l’eau peut avoir pour objectif une préoccupation économique ou politique ou d’une préoccupation environnementaliste, et les stratégies varient selon les cas. Les aspects politiques, sociaux, législatifs, technologiques, culturels influencent la façon dont on parle de l’eau, de ce qu’on en communique. De plus, selon que l’acteur est un décideur par rapport au programme, un responsable technique qui le met en œuvre ou un usager, son système de valeurs par rapport au comportement responsable par rapport à l’eau varie. Il s’intéressera soit aux critères de faisabilité pour le premier, soit à ceux d’efficacité pour le deuxième, soit à celui d’utilité pour le dernier.

32Pour bien faire comprendre cette complexité, nous nous appuyons sur l’étude d’un cas au Mexique.

  • 5 « Eau et vie sociale » : travail développé par la Oficina de Comunicacion del Lago et l’Institut Me (...)

33Chapala est le plus grand lac du Mexique. Ce lac souffre de problèmes de pollution, d’eutrophisation et d’épuisement. L’origine de ces problèmes est multiple : le fleuve Lerma, qui traverse une des régions agricoles et industrielles les plus productives du pays, apporte des eaux de mauvaise qualité au lac, les pratiques agricoles et domestiques tout au long de cette rivière détériorent la qualité de l’eau, la ville de Guadalajara (cinq millions d’habitants), pompe du lac 60 % de sa consommation courante, etc. Plusieurs actions sont menées pour améliorer la qualité de l’eau et la santé de l’écosystème à différents niveaux. Ces actions répondent aux différents intérêts (politique, économique, social) et aux différentes représentations des individus (le lac est un symbole du passé, élément d’un conflit d’intérêts entre une région et une autre, le lac est une source économique pour les pêcheurs, source d’eau pour la ville de Guadalajara, etc.). L’hétérogénéité des représentations rend difficile le processus de convergence et l’accord des intérêts. En 1990, la Oficina de Comunicación del Lago a initié le projet « Agua y vida social5 » visant un processus de convergence. L’idée a été de compter sur une base solide de consensus pour que les habitants de différentes communautés de la rivière du Lac Chapala puissent assumer des tâches de récupération, de conservation et de bonne utilisation du Lac selon les critères du développement durable (Chávez, 1999 : 3). Une première étape d’analyse dans trois municipalités a été réalisée. Dans ce cadre a été utilisée la vidéo pour faire partager les points de vue de chacun par rapport aux autres. Dans des cas concrets, comme l’île « De los alacranes », la vidéo a été utilisée comme base de départ pour la discussion ; c’est cet outil qui a donc permis d’instaurer la convergence des points de vue et a facilité les compromis de la part des différents acteurs.

34Dans ce cas, la vidéo donne une photo instantanée des différents intérêts et représentations. Elle agit comme un support d’inscription des représentations. Elle permet d’instaurer la communication et la convergence de tous ces intérêts en rendant possible une base commune de discussion commune à tous les acteurs impliqués. C’est un espace de confrontation des différents points de vue et aussi une concrétisation de la dimension communicationnelle. Sa diffusion auprès de différents groupes favorise une réflexion conjointe. Dans certains cas, cette réflexion, suivie d’une discussion au sein de la communauté, amène un changement dans l’organisation et la participation communautaire et facilite la solution de problèmes particuliers liés à l’eau. Dans le meilleur des cas, elle permet d’arriver à des compromis entre les acteurs impliqués.

Les stratégies et les représentations inscrites dans un système

35Nous avons vu dans les points précédents comment les représentations et les stratégies peuvent avoir une influence sur l’adoption du comportement environnemental responsable par rapport à l’eau. Notre démarche essaye de comprendre la dynamique de cette innovation à partir d’une analyse simultanée des stratégies et des représentations. Ceci nous conduit à considérer le système dans sa globalité. La dimension institutionnelle, intergroupe et individuelle permet d’élaborer une approche simultanée des stratégies et des représentations de l’innovation. Selon la théorie de la traduction par rapport à la diffusion des innovations (Akrich, Callon et Latour, 1988 : 16), l’innovation réussie est celle qui stabilise un arrangement acceptable à la fois par les acteurs humains et par les entités non humaines. Les deux notions essentielles qui permettent de comprendre ce travail d’adaptation mutuelle qui commande l’adoption sont les compromis socio-techniques et les négociations.

Négociation et médiation afin de rétablir la cohérence

36L’innovation introduit la divergence des points de vue et, de ce fait, des conflits apparaissent entre les acteurs porteurs de représentations différentes. Selon Doms et Moscovici (Moscovici, 1984 : 57) l’introduction de la divergence et le conflit qui en résulte ont un effet perturbateur et générateur d’incertitude. L’individu soit perd confiance en ce qu’il voit ou pense, soit se préoccupe de la validité de ce que l’autre voit ou pense. Les individus se sentent obligés de rétablir le consensus. « La négociation est une façon de faire face au conflit… elle incite ce groupe à venir à bout de la divergence, jusqu’à l’amener à réduire ou éliminer le désaccord aux prix de certaines concessions » (Moscovici, 1984 : 59). Les négociations entre les acteurs permettent non seulement de voir les stratégies menées mais aussi de comprendre comment s’effectuent les échanges et comment est recherchée la cohérence de représentation entre les acteurs. « Dans le cadre d’un conflit, la négociation impliquerait donc un échange d’influence aussi bien qu’un échange d’information » (Idem).

37Dans notre cas, cette négociation est fortement liée aux représentations de chaque groupe et de chaque individu et aussi aux intérêts de chaque niveau à promouvoir le comportement environnemental responsable. Arriver à un accord pendant la négociation dépend, dans les pratiques environnementales, de la cohérence entre les représentations et intérêts de tous les intervenants.

38Le médiateur traducteur, tel que le définissent Akrich, Callon et Latour (1988), est l’individu intermédiaire, celui qui met en relation deux univers aux logiques et aux horizons différents, il est le centre des « négociations » entre ces deux horizons pour trouver un équilibre. C’est pourquoi nous porterons une attention particulière à ce type d’acteurs qui ont un rôle essentiel dans la diffusion du comportement responsable par rapport à l’eau.

  • 6 Programa de Empleo temporal. Une espèce de bourse pour que les communautés, organisées, développent (...)

39Dans la Mixteca Poblana, une région aride au centre du Mexique, quelques familles de la population du village de « Los Negritos » ont participé à la construction d’un barrage afin de conserver l’eau de pluie. Le matériel et les salaires ont été payés par le gouvernement dans le cadre du programme d’emploi temporaire6 du ministère de l’Agriculture, étant entendu que le projet devait être pour le bien-être de toute la communauté. Une fois le barrage fini, les conflits sont apparus. Les familles qui ont participé à la construction du barrage voulaient l’utilisation exclusive du barrage, même si le gouvernement avait payé pour sa construction. Le reste de la communauté a commencé à avoir des comportements hostiles envers les familles en question. Pour faire face au conflit, le technicien du ministère a organisé, au sein de la communauté, plusieurs réunions afin de promouvoir la discussion et la négociation entre les deux parties de la communauté. La présence de ce médiateur externe à la communauté a permis de faire face au conflit et d’arriver à une solution consensuelle.

Une logique d’ensemble pour arriver aux compromis

40Notre recherche propose une méthode d’analyse qui permet d’aborder notre innovation à partir des articulations et rapports de force entre les représentations et des intérêts des acteurs individuels et des groupes. Au lieu de rester au niveau des individus, nous prenons l’ensemble des interactions aux trois niveaux : institutionnel, intergroupe et individuel. Notre objectif est de pouvoir repérer les carrefours qui permettent aux acteurs d’arriver aux compromis autour du comportement responsable par rapport à l’eau.

41C’est dans cette logique d’ensemble que nous voulons caractériser la dimension communicationnelle dans les stratégies institutionnelles, intergroupes et individuelles. Cela nous permettra de souligner l’importance des aspects tant politiques que législatifs ou culturels liés à chaque niveau, de reconnaître les différences et les similitudes des stratégies des intérêts des différents intervenants et des représentations au sein de chaque niveau d’intervention et par rapport aux autres niveaux. Elle nous fournira également les éléments pour comprendre, à travers la dimension communicationnelle, comment la pratique environnementale responsable se diffuse et s’adopte.

42La responsabilité par rapport à l’eau a toujours été le problème d’un groupe réduit de la population. Trouver l’eau, la canaliser, la purifier, etc., sont des tâches qui étaient assumées par les techniciens et les agents du gouvernement. En ce sens, l’innovation n’implique pas seulement que chaque individu intègre un comportement responsable par rapport à l’eau (plus participatif), elle demande un changement dans les structures de gestion de l’eau, du niveau global au niveau local. Notre projet de recherche essaie d’expliquer l’importance de la dimension communicationnelle qui entre, enfin de compte, dans l’articulation des différentes représentations et intérêts des acteurs dans le processus de diffusion de l’innovation. Il convient de mettre en lumière la façon dont les acteurs, soit individuels, soit en groupe, soit institutionnels, arrivent à faire des compromis qui sont susceptibles de permettre l’adoption d’un comportement responsable par rapport à l’eau. Même si nous prenons comme point de départ d’analyse le diffusionnisme (Rogers, 1995), la théorie de la traduction (Akrich, Callon et Latour, 1988) et le modèle technique (Bardini, 1993), notre démarche apporte une dimension peu analysée, à savoir la dimension communicationnelle. L’étude de cette dimension oblige à s’interroger sur la nature des interactions qui amènent au consensus.

  • 7 Nous avons participé au développement d’un projet éducatif sur l’eau pour les écoles primaires et s (...)

43Le choix que nous avons fait de travailler sur l’eau repose d’une part sur son caractère prioritaire (pour plusieurs pays, l’eau est une ressource limitée et en danger) mais aussi sur son caractère universel et fondamental (liée à tous les individus, écosystèmes et activités humaines). Ce choix permettra d’appliquer la méthodologie à d’autres comportements promus par l’éducation à l’environnement. Ce souci est primordial dans notre démarche. À partir de notre formation scientifique, nous avons travaillé dans le cadre d’un projet éducatif sur l’eau7 nous a permis de voir les limites des méthodes des professionnels de l’éducation à l’environnement, ce qui a suscité de notre part notre engagement dans cette thèse en communication. En effet, l’approche de l’éducation à l’environnement au changement de comportement se base surtout sur l’individu comme unité d’analyse, alors que notre démarche introduit une perspective différente du problème. Nous prendrons en compte la dynamique d’ensemble (niveau global, national, régional et local) à partir de la dimension communicationnelle. Notre modèle d’analyse a un double objectif, d’une part donner un nouveau point de vue sur le comportement environnemental responsable et de l’autre proposer un modèle d’analyse qui prend en compte la complexité des enjeux et l’opacité du social. Ceci afin de pouvoir déterminer les outils de communication adaptés aux stratégies éducatives.

44Effectivement les pratiques d’éducation environnementale doivent prendre en compte les représentations et intérêts du niveau individuel, sans perdre de vue qu’ils s’inscrivent dans un système des représentations plus large qui va du niveau local au niveau global. Les modèles d’analyse, qu’il s’agit de définir, doivent développer les outils pour comprendre ce rôle actif des acteurs et aussi de l’ensemble, du niveau global au niveau local.

Haut de page

Bibliographie

AKRICH, Madeleine, Michel CALLON et Bruno LATOUR (1988), « À quoi tient le succès des innovations », Journaux des Mines, juin et septembre.

ARREGUÍN, Felipe (1991), « Uso eficiente del Agua en ciudades e industrias », dans Hector GARDUNO et Felipe ARREGUÍN-CORTEZ (dir.), Uso eficiente del Agua IMTA, CNA, UNESCO, p. 61-88.

BARDINI, Thierry (1993), « Diffusionnisme, constructivisme et modèle technique : ébauche d’une approche communicationnelle du changement technico-social », TIS, 5(4) : 367-391.

CHAVEZ, Pablo (1999), En la Ribera : hacia una comprension de las percepciones sociales relativas al lago de Chapala y sus entornos (Elementos básicos pra bosquejar una estrategia de comunicación y pariticipación social), IMTA, documento interno Coordinación de Tecnología de comunicación, participación e información, México.

DAVALLON, Jean et Joëlle LE MAREC (1995), « Exposition, représentation et communication », Recherches en communication, 4 : 15-36.

FALKENMARK, Målin et al. (1999), Water, Reflection of Land Use, Naturvetenskapliga forskiningsrådet/UNESCO IHP.

FISCHER, Gustave-Nicolas (1991), Les concepts fondamentaux de la psychologie sociale, Paris/Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

GARDUÑO, Hector et Felipe ARREGUIN-CORTEZ (dir.) (1994), Uso eficiente del Agua IMTA, CNA, UNESCO.

GIGLIOTTI, Larry (1990), « Environmental education: What went wrong? What can be done? », Journal of Environmental Education, 22(1) : 9-12.

HUNGERFORD, Harold et Trudi VOLK (1990), « Changing learner behavior through environmental education », Journal of Environmental Education, 21(3) : 8-12.

LAMIZET, Bernard et Anne SILEM (1997), Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication, Paris, ELIPSES.

PAPADIMITRIOU, Vasiliki (1995), « Professional development of in-service primary teachers in environmental education: An action research approach », Environmental Education Research, 1(1) : 85-97

PERLÓ, Manuel (1990), « El papel de los usuarios en la solución de los problemas hidráulicos de la ciudad de México », dans M. PERLÓ (dir.), La modernización de las ciudades en México, IISUNAM México, p. 119-134.

ROGERS, Everett (1995/1962), Diffusion of Innovations, 4e édition, New York,The Free Press of Glencoe.

WALS, Arjen (1994), Pollution Stinks!, Netherlands, Academic Book Center.

WORLD COMMISSION ON ENVIRONMENT AND DEVELOPMENT (1987), Our Common Future, New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Office de Communication du Lac, organisme non gouvernemental mexicain qui, à partir de 1991, a développé des outils et des méthodes d’éducation à l’environnement pour travailler le thème de l’eau à l’école primaire.

2 Nous avons choisi trois cas pour mener notre analyse : eau et agriculture, eau et santé et utilisation domestique de l’eau. Nous avons interviewé des représentants des niveaux institutionnel, intergroupes et individuel liés à chaque cas, afin de reconnaître la cohérence (ou l’incohérence) des représentations, des intérêts et des stratégies du niveau global au niveau local, et aussi au sein de chaque niveau. Même si les cas sont différents, nous considérons qu’il est possible d’établir un parallèle entre les trois niveaux et trouver une cohérence entre eux. À ce jour, nous avons réalisé deux séjours au Mexique qui nous ont permis d’obtenir 33 interviews qui alimentent l’analyse des trois cas.

3 Développement durable : assurer les besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures de satisfaire à leurs propres besoins (World Commission on Environment and Development, 1987).

4 Mode de consommation, transport, mode d’alimentation, etc.

5 « Eau et vie sociale » : travail développé par la Oficina de Comunicacion del Lago et l’Institut Mexicain de Technologie de l’Eau, dans les communautés autour du Lac Chapala.

6 Programa de Empleo temporal. Une espèce de bourse pour que les communautés, organisées, développent des projets.

7 Nous avons participé au développement d’un projet éducatif sur l’eau pour les écoles primaires et secondaires dans les années quatre-vingt-dix, partie de la stratégie de communi­cation menée au sein de l’Office de Communication du Lac.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Kurtycz, « Le comportement environnemental responsable par rapport à l’eau comme une innovation », Communication, vol. 20/2 | 2001, 98-112.

Référence électronique

Anna Kurtycz, « Le comportement environnemental responsable par rapport à l’eau comme une innovation », Communication [En ligne], vol. 20/2 | 2001, mis en ligne le 12 août 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6554 ; DOI : 10.4000/communication.6554

Haut de page

Auteur

Anna Kurtycz

Anna Kurtycz est étudiante au Doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Université de Paris XIII. Courriel : akurtycz@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org