Navigation – Plan du site
Document

Étude d’un discours politique et de trois de ses imitations

Hélène Schlichter
p. 135-160

Résumés

Les indices tels que le rythme, l’accentuation, la mélodie et le niveau de langue participent à la caractérisation du locuteur. Ainsi, les résultats de cette étude comparative d’un discours politique imité par trois imitateurs, montrent que Jacques Chirac insère davantage d’accentuations et de contrastes mélodiques et s’exprime dans un registre plus soutenu que les imitateurs (voix naturelles). Par contre, les imitations présentent davantage d’accentuations expressives et le rythme d’élocution est plus haché qu’en lecture « naturelle ». De plus, chaque imitateur adapte sa hauteur de voix, de même que les variations mélodiques. Enfin, les imitateurs rehaussent leur niveau de langue en prononçant davantage d’éléments facultatifs tels que les « e » et les liaisons.

Haut de page

Texte intégral

1Cette étude d’un discours politique et de trois de ses imitations a été menée sur la base de l’enregistrement télévisé des vœux de fin d’année présentés par le Président de la République, Jacques Chirac, le 31 décembre 1995. La transcription de ce discours a été présentée successivement à Yves Lecoq, François Jérosme et Jean-Philippe Pierre, trois imitateurs professionnels. Ceux-ci ont lu le texte une première fois avec leur voix naturelle et une seconde fois en imitant le Président. Seuls les points de fin de phrase ponctuent le texte, de manière à laisser un maximum de liberté aux imitateurs, concernant l’expressivité de l’énonciation.

2La confrontation des différents enregistrements a pour objectif de cerner les marques orales caractérisant la communication politique enregistrée, et plus généralement certaines marques expressives constitutives du « phonostyle politique » que nous définirons un peu plus loin.

3Ensuite, en comparant ces premiers résultats aux lectures spontanées effectuées par les imitateurs, nous souhaitons montrer que le discours politique présente des singularités généralement absentes du corpus naturel des imitateurs, malgré leurs efforts de « mise en situation » et d’expressivité.

4Enfin, la dernière série de comparaisons — celle du discours original aux imitations — doit mettre en lumière les modifications mises en œuvre par les imitateurs professionnels pour approcher au plus près les indices permettant la reconnaissance de Jacques Chirac.

5Parce que les caractéristiques prosodiques et phonostylistiques participent largement à la caractérisation du locuteur mais aussi à celle du type de discours, nous avons porté notre attention sur l’accentuation et le rythme, la hauteur de voix et la mélodie, et le recensement des éléments facultatifs prononcés (E muets et liaisons) qui permet l’évaluation du niveau de langue.

6Nous commencerons par présenter certaines particularités de la communication politique pour passer ensuite à l’exploitation des principaux résultats extraits de Schlichter (1999).

La communication de l’homme politique

7Comme toute communication, celle de l’homme politique est contrainte par une situation sociale, par un cadre et par des motivations. Ainsi, selon la situation dans laquelle se trouve l’homme politique, ses objectifs changeront et ses stratégies de discours seront différentes : « La communication politique […] inspire […] des stratégies et des conduites qui varient selon les positions de pouvoir occupées et les situations vécues par les acteurs concrets de la vie politique » (Gerstlé, 1992 : 6).

8L’homme politique est non seulement jugé sur ce qu’il fait, sur ce qu’il dit, mais également sur la forme de son discours. L’enjeu est lié au statut plus ou moins élevé que l’homme politique a déjà atteint ou cherche à atteindre. Plus il s’élève dans la hiérarchie, plus il est tenté de séduire un grand nombre de personnes, usant pour cela d’un genre littéraire particulier qui est « l’éloquence oratoire » :

L’éloquence oratoire caractérise le discours dont le but est de convaincre par la parole. C’est le discours de l’homme politique à la tribune d’une assemblée, le discours de l’homme d’Eglise qui monte en chaire, le discours de l’avocat qui défend son client. Discours qui s’adresse à la fois à la raison et au cœur, pour reprendre la distinction de Pascal, et qui, par conséquent, met en œuvre les moyens propres à frapper son auditoire (recours fréquent à l’apostrophe, à la métaphore, et à l’hyperbole, amplification rythmique de la phrase en « période oratoire », composition ordonnée du discours, etc.) autant qu’à satisfaire la logique (Eterstein et Lesot, 1986 : 135).

La communication présidentielle

9La communication présidentielle est un cas particulier de la communication politique car « elle est fonction de la notoriété, de la popularité, du soutien d’un parti central et de la stature d’homme d’État » (Gerstlé, 1992 : 81). Une fois au pouvoir, il se doit de garder le contact et de justifier le cas échéant une mesure ou un programme impopulaire, afin de garder une certaine crédibilité envers le peuple qui l’a choisi. L’homme politique doit « mettre en œuvre les moyens de persuader ou de séduire l’autre » en jouant avec les principes de légitimité, de crédibilité et de captation (Charaudeau, 1995 : 22-23). La relation entre stratégie et lexique utilisé peut être par moment très étroite : « En politique, les mots n’ont que le sens des stratégies qu’ils servent » (Arnold, Dougnac et Tournier, 1995 : 264).

Le rôle des médias

10Dans son ouvrage de 1977, Schwartzenberg met l’accent sur l’évolution qui a lieu autour de l’homme politique : « Le politicien autrefois c’était des idées. Aujourd’hui, la politique ce sont des personnes ou des personnages, car chaque dirigeant paraît tenir, choisir un emploi et tenir un rôle. Le public est assommé, drogué par l’industrie du spectacle politique » (p. 7).

11Gerstlé (1992) s’intéresse au rôle des médias qui participent selon lui pour une grande part aux changements de conditions de fonctionnement de la communication politique. L’essor des moyens audiovisuels facilite l’application de nouvelles technologies politiques. Cette révolution de l’information n’est pas sans conséquences sur le comportement des politiques, qui soignent leurs stratégies médiatiques, et parce que l’information devient éphémère par sa rapidité de circulation, les décideurs ont le souci du court terme.

Naissance d’un phonostyle

12Les voix médiatiques ou médiatisées deviennent célèbres. Elles sont amplifiées par les techniques de communication, deviennent des voix modèles auxquelles on s’identifie et sont parfois à l’origine d’un nouveau style vocal, notamment radiophonique ou télévisuel (Fresnel-Elbaz, 1997 : 90). C’est le cas par exemple des liaisons sans enchaînement qui se propagent de plus en plus. Du point de vue de la réalisation, la consonne reste en position de « coda » de la dernière syllabe du mot à laquelle elle est rattachée morphologiquement et neutralise la resyllabation, contrairement à la liaison traditionnelle :

« il était t’à Paris » (liaison)

« il était’h à Paris » (liaison sans enchaînement ou LSE)

13Ainsi, certaines voix professionnelles ont un impact sur la production d’un message. S’intéressant aux particularités du discours politique, de nombreux auteurs confirment l’existence d’un phonostyle qui recouvre certaines particularités communes au niveau de langue soutenu. Mais il ne faut en aucun cas négliger les variations individuelles qui peuvent à tout moment réapparaître.

14D’une manière générale, la communication politique appartient au langage élaboré, « conçu pour convaincre et impressionner » (Duez, 1981-1982 : 89) et est exempte d’improvisation et de spontanéité (Duez, 1976 : 51 ; Encrevé, 1988 : 57). L’homme politique utilisera donc toujours un langage plus ou moins formel, ce qui se traduit par exemple par une prononciation plus importante de E caducs et de liaisons facultatives. Chez De Gaulle, Léon (1993) note un rythme brisé par de nombreuses pauses, de fausses coupures, des amalgames inattendus, etc. Les marques intonatives sont oratoires, car elles sont souvent opposées à la mélodie attendue et l’accentuation est un véritable moyen de persuasion.

15Certains styles sont relativement forts et influencent d’autres hommes politiques mais peuvent également s’étendre à l’argumentation en général : « L’influence oratoire de De Gaulle a été si forte sur les hommes politiques français qu’elle resurgit de temps à autre […]. Mitterrand et Pompidou semblent hantés par leur modèle » (Ibid. : 69).

16Dans le même ordre d’idées le docteur Fresnel-Elbaz note que « l’identification au chef est responsable d’un certain mimétisme chez les hommes politiques qui ont souvent le même type de voix, les mêmes inflexions que celles de leur leader, chef de leur parti » (1997 : 90).

17C’est ainsi qu’au travers de sa voix, l’homme politique se crée un style particulier pour se distinguer des autres et permettre la reconnaissance : « L’orateur public tend à user des styles dont les arrangements constituent des patrons immédiatement identifiables quels que soient les éléments surajoutés par l’émotion, la personnalité etc. » (Léon, 1971 : 131)

Étude du rythme et de l’accentuation

18Le rythme naît de la confrontation d’éléments qui se succèdent et parmi lesquels un élément proéminent s’oppose à d’autres qui ne le sont pas. Nous effectuerons une « macro-analyse » du rythme, c’est-à-dire que nous prendrons en compte l’organisation des groupes rythmiques. C’est leur longueur qui est intéressante, car elle connaît de multiples influences de nature individuelle ou situationnelle.

19Pour l’accentuation, nous examinerons uniquement l’accentuation expressive, celle qui est aléatoire, non obligatoire et généralement fréquente dans les discours publics. En ce qui concerne l’accentuation expressive, c’est essentiellement la durée de la consonne qui augmente pour tous les locuteurs, de même que la fréquence fondamentale.

Longueur moyenne des groupes rythmiques

20Les groupes rythmiques sont repérés entre autres grâce aux accents fixes dits « accents rythmiques » qui permettent de les délimiter. La longueur des groupes rythmiques permet de définir le rythme accentuel déterminé par le nombre de syllabes par groupe (Léon, 1993).

21Pour les corpus de même longueur et au contenu identique que nous avons recueillis — l’enregistrement télévisé des vœux de fin d’année présentés par le Président de la République, Jacques Chirac, le 31 décembre 1995 —, nous avons dénombré les syllabes effectivement prononcées à l’intérieur de chaque groupe rythmique délimité par un accent « démarcatif ».

Tableau 1. Répartition des groupes rythmiques en fonction du nombre de syllabes (%)

Tableau 1. Répartition des groupes rythmiques en fonction du nombre de syllabes (%)

22Observant la répartition des groupes rythmiques en fonction du nombre de syllabes qu’ils contiennent, nous constatons que ce sont ceux de 3 syllabes qui sont globalement plus fréquents et cela pour une majorité de locuteurs. Les seules exceptions concernent les lectures spontanées de Lecoq et Pierre, qui privilégient respectivement les groupes de 5 et de 4 syllabes.

23Dans les imitations les pourcentages les plus élevés concernent les groupes rythmiques de trois syllabes tout comme ce qui est observé chez Chirac. L/I et P/I « rythmeraient » donc leur lecture différemment de ce qu’ils font spontanément. Contrairement à eux, J/I n’a pas modifié dans l’imitation cette caractéristique déjà commune à celle de Chirac en lecture spontanée.

24D’une manière plus générale, les pourcentages supérieurs à 20 % s’étalent entre les groupes rythmiques de 2 et 5 syllabes pour Chirac, de 3 à 5 syllabes pour Lecoq et L/I et de 4 à 5 syllabes pour Pierre. Jérosme et J/I privilégient surtout les groupes de 3 à 4 syllabes et P/I ceux de 2 à 4 syllabes.

25Le corpus étant commun à tous les locuteurs, nous pouvons conclure tout d’abord à une organisation différente des groupes rythmiques entre la voix naturelle des imitateurs et Chirac, mais aussi entre les deux lectures pour Lecoq et Pierre. La majorité des groupes de trois syllabes contribue à dynamiser la lecture et à la rapprocher des caractéristiques de la parole spontanée.

L’accentuation expressive

26Le recensement des accents situés à l’initiale de mots met en évidence que Jérosme et Pierre présentent spontanément plus d’accentuations initiales que Chirac. Encore une fois c’est certainement la lecture qui favorise ces résultats. Seul Lecoq réalise moins d’accentuations initiales que le modèle et, s’il se différencie des autres imitateurs, c’est certainement parce que sa vitesse de lecture est plus élevée ce qui favorise moins de proéminences initiales.

Tableau 2. Nombre total des accents relevés à l’initiale de mots

Tableau 2. Nombre total des accents relevés à l’initiale de mots

27Dans l’imitation, le nombre de mots accentués sur la première syllabe augmente pour tous les imitateurs et contribue à renforcer l’expressivité. Ainsi, J/I et P/I ont un total supérieur à Chirac alors que L/I s’en rapproche mais reste toutefois légèrement inférieur. Les imitateurs sentent donc tous la nécessité d’augmenter le nombre d’accentuations initiales, ce comportement que nous jugeons motivé et volontaire.

La hauteur de la voix et la mélodie

28Des nombreux paramètres étudiés dans notre thèse, seuls les résultats de la fréquence laryngienne moyenne de chaque locuteur et des courbes de fréquences normalisées seront présentés ci-après.

Fréquences laryngiennes moyennes

29La majorité des études qui considèrent le paramètre fréquentiel en rapport avec l’individualité du locuteur rendent compte de la fréquence fondamentale moyenne calculée sur la totalité des fréquences du corpus (Magrin-Chagnolleau, 1996 ; Zetterholm, 1997 ; Eriksson, 1997 ; Braun, 1995 ; Endres, Bambach et Flösser, 1971). Pour notre part, nous avons calculé cette moyenne après avoir utilisé plus et moins 2 fois l’écart type sur la totalité du corpus (soit 98 % du total des valeurs d’après Fonagy, Lucci et Boë, 1977) afin d’éliminer les valeurs extrêmes plutôt liées à l’expressivité.

30L’analyse de ces premiers résultats met en évidence quelques divergences entre Chirac et les voix naturelles des imitateurs de même que des modifications chez les imitateurs entre les deux lectures. Les moyennes générales données ci-après rendent compte de la hauteur mélodique de toutes les voyelles relevées sur l’ensemble du corpus.

Tableau 3. Moyenne des fréquences fondamentales (Hz)

Tableau 3. Moyenne des fréquences fondamentales (Hz)

31Comparant dans un premier temps les voix naturelles des imitateurs à Chirac, nous constatons des différences inter-individuelles. C’est Jérosme et Lecoq qui sont les plus proches de la fréquence moyenne de Chirac. Ce qui différencie ces deux imitateurs c’est que Lecoq présente une valeur inférieure à celle du modèle alors que celle de Jérosme est légèrement supérieure. Avec respectivement 82 Hz et 104 Hz, ils ne devraient pas avoir de grands efforts à fournir pour se rapprocher de la hauteur moyenne du locuteur cible (98 Hz).

Figure 1. Représentation des fréquences moyennes (HZ)

Figure 1. Représentation des fréquences moyennes (HZ)

32Contrairement à eux, Pierre présente la valeur moyenne la plus élevée (137 Hz) et supérieure surtout de plus de 3 tons à celle de Chirac. Cet imitateur devra donc modifier de manière plus conséquente ce paramètre dans l’imitation.

33Mais l’adaptation des fréquences est une tâche d’autant plus difficile que les imitateurs ne peuvent pas s’inspirer de l’enregistrement original.

34Considérant les imitations, L/I est le seul imitateur à faire varier ce paramètre vers des fréquences plus aiguës et cela dans de plus grandes proportions que les autres imitateurs. Il rapproche sa fréquence fondamentale moyenne de celle de Chirac en passant de 82 Hz à 90 Hz.

35Pour J/I et P/I, les altérations s’effectuent vers des fréquences inférieures à celles d’origine et sont bien moins importantes que celles relevées chez L/I, n’étant pas supérieures à un quart de ton. Ce qui différencie J/I de P/I c’est la distance qui sépare les nouvelles fréquences moyennes de celle de Chirac. Pour P/I (134 Hz) la baisse est trop faible puisque la valeur reste supérieure de près de 3 tons à celle de Chirac (98 Hz). Par contre, les ajustements de J/I lui permettent de rapprocher sa fréquence fondamentale moyenne de celle du modèle (plus un quart de ton).

36Ainsi, de la première à la seconde lecture, les imitateurs ne modifient pas dans les mêmes proportions leur fréquence fondamentale moyenne naturelle, et les changements ne s’effectuent pas non plus tous vers des fréquences graves ou aiguës. De plus, ce n’est pas l’imitateur qui présente une fréquence naturelle moyenne plus éloignée de celle de Chirac (Pierre) qui accomplit les plus grandes transformations (L/I). Nous pouvons d’ores et déjà noter que dans l’imitation, seuls J/I et L/I adaptent au mieux ce paramètre contrairement à P/I.

37Les stratégies mises en évidence sont largement fonction de la fréquence fondamentale de départ qui favorise Jérosme et Lecoq. De plus, ces imitateurs ne la modifient pas considérablement dans l’imitation ce qui nous laisse penser qu’ils sentent peut-être que leur hauteur moyenne est spontanément proche de celle de Chirac.

Courbes de fréquences normalisées

38Une présentation générale des variations mélodiques est donnée par la superposition de courbes, qui rendent compte de la répartition des fréquences cumulées et normalisées en fonction du nombre total de valeurs disponibles pour chaque locuteur.

39Nous commencerons par comparer la courbe normalisée de Chirac à celles des voix naturelles des imitateurs. Nous chercherons ensuite à savoir s’il existe des modifications chez un même imitateur entre les courbes de fréquences des deux lectures (VN et I). Enfin, nous mettrons en relation pour chaque imitateur les trois courbes (VN, Imitation, Chirac) afin de mesurer le cas échéant le degré de rapprochement de la courbe imitative de celle de Chirac.

Chirac et voix naturelles des imitateurs

40La figure 2 confronte les courbes mélodiques normalisées de Chirac et des voix naturelles des imitateurs. Notre objectif est de mettre en évidence les divergences qui apparaissent éventuellement entre elles, ce qui nous semble indispensable avant de passer à l’examen des courbes imitatives.

41Les imitateurs présentent chacun une courbe de forme et de dispersion différente de celle de Chirac. Sur cette dernière, nous remarquons que 2 pics se démarquent nettement, ce qui signifie que Chirac privilégie 2 plages de fréquences (70-79 Hz et 100-109 Hz). Par contre, les courbes des imitateurs s’apparentent globalement à une courbe de Gauss, sauf celle de Lecoq qui présente un second pic aux alentours de 120-129 Hz.

42Les fréquences privilégiées sont toutefois différentes selon l’imitateur considéré.

43Pour Pierre nous relevons un pic maximal aux alentours de 130 Hz, proche de la fréquence fondamentale moyenne (137 Hz). Ces correspondances existent parce qu’aucune autre crête suffisamment forte n’apparaît dans une plage de fréquences supérieure ou inférieure pouvant décaler le sommet de la courbe. Précisons enfin que c’est pour Pierre que la configuration de la courbe varie le plus par rapport à celle de Chirac. Très peu de fréquences leur sont communes.

Figure 2. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac, Jérosme, Lecoq, Pierre

Figure 2. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac, Jérosme, Lecoq, Pierre

44Pour ce qui concerne Jérosme, le sommet de la courbe est déjà nettement plus proche d’un des pics de Chirac et concerne les fréquences évoluant autour de 90 Hz. Nous retrouvons à proximité de cette valeur celles de la fréquence moyenne (104 Hz).

45Par rapport aux autres imitateurs, c’est Lecoq qui présente le pic le plus prononcé, ce qui signifie une concentration d’un grand nombre de fréquences autour de 70 Hz. Ce qui est intéressant c’est que ce pic se superpose à la première proéminence repérée sur la courbe de Chirac. Mais, leurs fréquences fondamentales moyennes et usuelles ne se correspondent pas pour autant. Pour Lecoq elles atteignent respectivement 82 Hz et 77 Hz et pour Chirac 98 Hz et 89 Hz. Elles sont supérieures pour Chirac compte tenu d’un second regroupement de valeurs autour de fréquences plus élevées (100-109 Hz), inexistant dans de telles proportions chez Lecoq, et qui a pour conséquence l’augmentation des valeurs moyennes.

46En ce qui concerne l’étalement des courbes sur l’axe des fréquences, c’est celle de Chirac qui occupe le plus large espace fréquentiel. Nous trouvons ensuite les représentations de Jérosme, de Pierre et enfin celle de Lecoq qui n’évolue que jusqu’à 140 Hz.

47À l’examen de ce premier graphique nous pouvons situer les différences entre Chirac et les voix naturelles des imitateurs, non seulement au niveau de la répartition des différents pics de fréquences mais également au niveau de l’espace fréquentiel occupé par la courbe et de l’aspect de cette dernière.

Chirac, Jérosme et J/I

48Nous présentons à présent la courbe de Chirac, confrontée à celle de J/I elle-même comparée à celle de Jérosme.

Figure 3. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Jérosme – J/I

Figure 3. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Jérosme – J/I

49Pour Jérosme, la courbe naturelle est bien différente de celle de l’imitation qui présente non plus un seul pic mais deux. Le premier se situe aux alentours de 70 Hz et le second aux alentours de 110 Hz, ce qui déplace les valeurs de la fréquence moyenne. Ces différences entre Jérosme et J/I sont favorables au rapprochement de l’allure de la courbe vers celle de Chirac, puisque le premier sommet de la courbe de J/I s’ajuste à peu près sur les mêmes fréquences que celles privilégiées par Chirac (entre 60 et 79 Hz). De plus, Jérosme offre une répartition plutôt gaussienne des fréquences, alors que J/I se caractérise par une courbe qui laisse apparaître 2 pics. Il y a donc entre Jérosme et J/I non seulement une modification de la forme de la courbe, une division du sommet, mais aussi un rapprochement vers les fréquences privilégiées de Chirac.

Chirac, Lecoq et L/I

50La figure suivante superpose la courbe normalisée de L/I à celle de Lecoq et à celle de Chirac.

Figure 4. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Lecoq – L/I

Figure 4. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Lecoq – L/I

51La courbe de L/I est d’allure totalement différente de celle de Lecoq, tant par sa forme que par l’espace fréquentiel occupé. Alors que Lecoq privilégie plus particulièrement des fréquences autour de 70 Hz, nous ne retrouvons pas une concentration autour de valeurs bien précises pour L/I. Au contraire, nous dénombrons plusieurs sommets d’amplitude beaucoup plus faible que ceux de la courbe de Lecoq. Pour L/I, le premier sommet touche des fréquences plutôt graves (40 Hz) tandis que le troisième, plus important, se cale pratiquement sur les mêmes fréquences que le second sommet repéré chez Chirac (100-110 Hz). Ainsi, contrairement à Lecoq, L/I répartit différemment les gammes de fréquences privilégiées et cela sur un espace plus grand et vers des fréquences plus graves (de 30 à 150 Hz). L’éparpillement des fréquences entrave pour L/I l’émergence d’un sommet plus saillant que les autres.

52Une fois encore, la modification entre voix naturelle et imitation est très nette. Mais pour cet imitateur, à part les plus nombreuses crêtes qui composent la courbe de l’imitation et l’augmentation de l’étendue fréquentielle, il n’y a pas une aussi bonne correspondance visuelle avec l’allure de la courbe de Chirac que celle constatée pour J/I.

Chirac, Pierre et P/I

53L’illustration des différences entre Pierre et Chirac mais aussi entre Pierre et P/I est à nouveau très nette.

Figure 5. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Pierre – P/I

Figure 5. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Pierre – P/I

54Cette figure est à rapprocher de celle qui confronte les courbes de Chirac, Jérosme et J/I (Fig. 3), parce qu’elle nous inspire des remarques analogues. En effet, la courbe de Pierre, qui est de forme plutôt gaussienne, se creuse dans l’imitation et présente plusieurs pics qui se répartissent sur une gamme plus large de fréquences. Ces modifications montrent une plus grande zone de fréquences partagées entre P/I et Chirac alors que précédemment, Chirac et Pierre ne présentaient que très peu de valeurs fréquentielles communes. Mais cet imitateur ne décale pas de manière autant positive que J/I les gammes de fréquences privilégiées vers celles de Chirac. P/I continue à sélectionner des fréquences plus aiguës et cette particularité le positionne autour d’une moyenne fréquentielle encore trop haute (134 Hz).

55D’une manière générale, les résultats relatifs à la fréquence fondamentale confirment la flexibilité de ce paramètre prosodique.

56Les changements opérés dans l’imitation par Jérosme et Lecoq conduisent généralement au rapprochement des caractéristiques de la fréquence fondamentale caractérisant la hauteur de la voix de celles de Chirac. Jérosme réussit à les ajuster plus précisément, tandis que pour Lecoq les valeurs restent quelque peu inférieures à celles du modèle. Il faut préciser que les distances entre voix naturelles et Chirac révèlent un léger avantage pour Jérosme. Pour ce qui concerne l’imitation réalisée par Pierre, l’exagération des altérations apportées à sa voix naturelle et son penchant plus marqué pour la caricature le distinguent des deux autres. Il nous a avoué qu’un de ses points forts était justement « la caricature jusqu’à l’extrême ».

57Les représentations mélodiques globales ont révélé chez les trois imitateurs des modifications de la répartition des fréquences, qui va dans le sens de celle de Chirac. La particularité de la courbe normalisée de Chirac est reprise par les imitateurs, puisqu’ils privilégient dans l’imitation deux plages de fréquences. En voix naturelle, les courbes sont de forme plutôt gaussienne.

Évaluation du niveau de langue

58L’évaluation du niveau de langue est possible grâce à l’observation de la réalisation des éléments facultatifs tels que certains « e » et certaines liaisons. Léon (1971) affirme que la fréquence d’emploi des E caducs plus élevée que celle d’un discours « normal » et la présence de nombreuses liaisons garantissent un niveau de style soutenu. Cet auteur interprète ceci comme « une attirance de la graphie » ; le locuteur se rapprocherait de la norme écrite. Les liaisons révèlent « une langue dont le degré de correction est impeccable » (Ibid. : 134).

Les « e » facultatifs

59Le caractère facultatif de « e » permet de mettre en évidence certaines variations individuelles. La prononciation est généralement fonction du type de message (stimulation directe ou indirecte) et du niveau de style adopté par le locuteur. Face à un texte identique, les locuteurs peuvent adopter une prononciation plus ou moins fréquente de cette voyelle.

60Ce sont au total 140 « e » facultatifs que nous avons relevés.

61Le tableau suivant regroupe le nombre total de « e » facultatifs prononcés et les pourcentages respectifs calculés à partir des 140 voyelles recensées.

Tableau 4. Nombre et pourcentage de « e » facultatifs prononcés

Tableau 4. Nombre et pourcentage de « e » facultatifs prononcés

62Lucci (1983) établit une relation entre la nature du texte (connu ou non) et le nombre de « e » prononcés. Il avance que ceux-ci sont plus nombreux lorsque le texte est inconnu ou difficile. Les imitateurs ne connaissent absolument pas le texte lors de la première lecture et c’est ce qui les différencie de Chirac. Mais seul Jérosme montre un nombre de « e » prononcés supérieur à Chirac, ce qui contredit les résultats de Lucci V. De plus, dans l’imitation, le pourcentage augmente chez tous les imitateurs alors que cette fois-ci le texte n’est plus inconnu.

63Nous dégageons donc des variations inter-individuelles puisque les imitateurs (VN) et Chirac ne prononcent pas un nombre similaire de « e » facultatifs. Seul Jérosme se rapproche du modèle avec seulement 3 voyelles prononcées de plus que Chirac. Pierre prononce 40 % des « e » facultatifs recensés, quant à Lecoq il ne prononce que le tiers, ce qui le place loin derrière Chirac. Nous confirmons donc pour cet imitateur une différence de soin apporté à la lecture, comparé aux deux autres et surtout à Chirac.

64L’augmentation du nombre de « e » facultatifs prononcés dans l’imitation est incontestable pour Jérosme et Lecoq. Ces imitateurs (surtout Lecoq) recherchent sans aucun doute une prononciation plus soutenue. Pour L/I, le pourcentage obtenu est très proche de celui de Chirac tandis que celui de J/I est supérieur. Il faut remarquer enfin que Pierre ne modifie pas dans d’aussi grandes proportions sa prononciation spontanée et reste inférieur aux pourcentages de Chirac et des autres imitations. Ainsi, nous supposons que cet imitateur n’attache pas autant d’importance que les deux autres à ce paramètre révélateur du niveau de style puisqu’il reste pratiquement fidèle à lui-même dans l’imitation.

65Cette exploitation a permis de révéler des différences entre Chirac et les voix naturelles des imitateurs, de même que des modifications pour les imitateurs entre les deux lectures. Ceci indique que pour un texte identique, la prononciation des « e » facultatifs peut diverger d’un individu à l’autre, mais aussi d’une lecture à l’autre pour un même individu. Les pourcentages de réalisation que nous avons commentés sont bien évidemment indissociables de nombreux paramètres étudiés précédemment (accentuation, débit, pauses…).

66Les résultats montrent une augmentation manifeste des réalisations chez L/I et J/I entre leurs deux lectures, avec pour seule différence un rapprochement de L/I vers la valeur de Chirac.

67Pierre ne prononce pas davantage de « e » facultatifs dans l’imitation par rapport à ce qu’il réalise spontanément. Ceci nous laisse penser que pour lui, contrairement aux deux autres, l’importance de ce paramètre est relative. Les stratégies individuelles sont donc quelque peu variables.

68Enfin, nous considérons que c’est essentiellement Lecoq qui relève son niveau de style puisqu’il rétablit des voyelles élidées en voix naturelle à des endroits jugés plutôt délicats. Pour les autres imitateurs, les omissions n’ont pas autant d’impact sur la qualité de leur prononciation.

Les liaisons

69Encrevé (1988) a travaillé à partir de différents enregistrements de discours publics d’hommes politiques dans une période restreinte allant de 1978 à 1981. Le but de l’enquête était « d’établir la structuration linguistique d’un fait social » en examinant entre autres la réalisation des liaisons facultatives.

70Il constate qu’il existe une relation entre une image modérée et un taux de liaisonnement également modéré (Pompidou, Fabius), alors que des taux très élevés contribuent à construire l’image d’hommes « hors du commun » (Mitterrand, Giscard d’Estaing). Les textes des premiers ministres Jacques Chirac et Raymond Barre, « forts liaisonnants », tiendraient leur origine dans une stratégie politique différente de celle de Georges Pompidou et Laurent Fabius, à partir d’habitus linguistiques guère éloignés.

71L’auteur soutient également l’existence d’une relation entre les productions linguistiques et la catégorie des électeurs visés rappelant que Bourdieu (1980, 1981, 1984) mettait déjà en lumière le lien existant entre les « dispositions » (habitus), les « positions » et les « prises de position ». Les fréquences de réalisation des liaisons facultatives seraient représentées par les « dispositions ». Ainsi, l’homme politique de gauche essayera de ne pas faire trop « bourgeois » ni « intellectuel distant »… alors que celui de droite laissera s’exprimer des manières conformes à son habitus originel ou usera des dispositions acquises plus tardivement (scolarité prolongée…) pour donner des gages de « culture » et de « distinction », caractéristiques des attentes de ses électeurs potentiels (Encrevé, 1988 : 266). En d’autres mots, le style et l’origine sociale s’adaptent à la couleur politique de l’orateur qui essaye d’être conforme aux attentes de l’électorat visé. L’auteur relève cependant un écart inattendu puisque les hommes politiques de gauche que sont François Mitterrand et Michel Rocard liaisonnent encore plus que ceux de droite comme Jacques Chirac ou Valéry Giscard d’Estaing. La stratégie employée viserait à fixer une partie de l’électorat qui tient sa position sociale non pas de ses origines, mais plutôt de ses réussites scolaires. Cette catégorie serait ainsi plus sensible aux signes linguistiques scolairement marqués. En plus de cela, une autre stratégie tendrait à imposer ces locuteurs à tous les auditeurs comme « exceptionnels » et donc « aptes à occuper des fonctions d’exceptions » (Encrevé, 1988 : 267).

72Il est important pour l’homme politique de ne pas dénoter mais de se fondre au contraire au maximum dans l’identité de son électorat en réduisant les écarts. Encrevé, (1988) conclut qu’un même locuteur joue la « stratégie d’identification » et la « stratégie de l’imposition de légitimité » de manière alternative ou simultanée. Pour exemple, De Gaulle passe de 9 % de liaisons réalisées dans les allocutions de visites en Province à 100 % dans une conférence de presse à Paris.

73En ce sens, les hommes politiques sont des « professionnels de l’adaptation de la parole au marché » (Ibid. : 267).

74À partir de la transcription phonétique du corpus, comprenant toutes les réalisations possibles, nous avons relevé un maximum de 35 liaisons dont 15 facultatives.

Les liaisons facultatives

75Les liaisons facultatives sont attachées non seulement à certains types de communication, mais elles sont également fonction du parler d’une catégorie de locuteurs habitués à produire des messages formels (Lucci, 1983).

76Les liaisons facultatives représentent 42,8 % du nombre total de liaisons relevées dans le corpus. Dans le tableau suivant nous avons précisé pour chaque cas les différentes réalisations adoptées par les locuteurs et recensé les réalisations effectives regroupées entre :

  • la production de la liaison (Liaison),

  • la réalisation de la liaison suivie d’une pause (L + Pause),

  • l’insertion d’une pause entre les deux mots (Pause),

    • 1 Léon (1993) distingue la liaison « esthétique » de la liaison « expressive » (p. 167).

    la liaison « expressive »1 où le coup de glotte remplace la consonne de liaison (Pause + Ö),

  • la prononciation des deux mots à la suite (Rien),

  • l’enchaînement en détriment de la liaison (Enchaînement),

  • la prononciation de la consonne de liaison sans resyllabation (LSE).

77Les pourcentages ont été calculés sur la base des 15 liaisons facultatives

Tableau 5. Réalisations des liaisons facultatives

Tableau 5. Réalisations des liaisons facultatives

78Sur toutes les liaisons facultatives, Chirac en réalise 5 ce qui représente 33,3 %. Encrevé (1988) écrit que Chirac a tendance à réaliser un maximum de liaisons facultatives ce qui ne confirme pas vraiment nos résultats. Cependant, dans son étude diachronique de ce type de liaisons chez plusieurs hommes politiques, il note chez Chirac une diminution de leur réalisation entre 1978 et 1981. Le pourcentage obtenu à partir du corpus de 1995 sur lequel nous travaillons confirmerait cette tendance.

Tableau 6. Étude diachronique du pourcentage de liaisons facultatives réalisées par Chirac

Tableau 6. Étude diachronique du pourcentage de liaisons facultatives réalisées par Chirac

Figure 6. Pourcentages de liaisons facultatives réalisées par Chirac (1978, 1981, 1995)

Figure 6. Pourcentages de liaisons facultatives réalisées par Chirac (1978, 1981, 1995)

79Mais le nombre total de liaisons facultatives disponible diverge entre les études et les pourcentages sont donc à examiner avec prudence. Malgré tout, cette diminution du nombre de réalisations constatée chez Chirac serait à approfondir. Nous pourrions éventuellement la mettre en parallèle avec sa situation au pouvoir qui a évolué entre 1978 et 1995. L’hypothèse selon laquelle son arrivée à la présidence contrasterait avec son contrôle d’élocution serait à vérifier.

80Revenant à l’exploitation du tableau 6, nous constatons que le nombre de liaisons réalisées est globalement plus élevé chez les imitateurs que chez Chirac, sauf pour Pierre et P/I. Ce sont Jérosme et Lecoq, puis J/I et L/I qui ont les pourcentages les plus élevés avec 46,7 % de liaisons réalisées en voix naturelle et 60 % dans l’imitation. Ces valeurs signaleraient un style plus formel dans l’imitation comparé à celui adopté en voix naturelle, surtout pour L/I. Contrairement à eux, P/I privilégie d’autres réalisations, comme l’insertion d’une pause ou les liaisons sans enchaînement, au détriment de l’augmentation des liaisons. Ainsi, passant de la première à la seconde lecture, J/I et L/I lient plus, et P/I moins.

81Dans la colonne « Rien » nous remarquons que tous les imitateurs ont des pourcentages plus élevés en voix naturelle que dans l’imitation, et Jérosme obtient un pourcentage identique à celui de Chirac (13,3 %). Dans l’imitation, les imitateurs prononcent moins souvent les deux mots à la suite et préfèrent augmenter les phénomènes discursifs (pauses, LSE ou liaisons).

82En ce qui concerne l’insertion d’une pause, les pourcentages obtenus varient d’une part selon le locuteur considéré et, d’autre part, pour les imitateurs selon qu’ils lisent le texte en voix naturelle ou en imitant. C’est Jérosme qui obtient le pourcentage le plus élevé de cas où l’insertion d’une pause remplace la liaison. Avec 26,7 %, cet imitateur insère à 4 reprises une pause, tout comme Chirac. Si ce pourcentage baisse pour lui dans l’imitation, ceux de L/I et P/I augmentent ce qui contribue à augmenter leur temps de parole.

83Enfin, en ce qui concerne les liaisons sans enchaînement qui appartiennent à la catégorie des liaisons facultatives, nous retenons simplement que Lecoq n’en prononce aucune (VN et I) et que Jérosme et Pierre présentent chacun un seul exemple en voix naturelle. Dans l’imitation ce nombre augmente légèrement et J/I en réalise deux et P/I quatre alors que Chirac en réalise trois. Cependant d’autres cas de liaisons sans enchaînement ont pu être relevés.

Les liaisons sans enchaînement (LSE)

84Les liaisons sans enchaînement occupent une place de plus en plus importante chez les professionnels de la parole publique. Pourtant, les résultats qui suivent nous paraissent relativement faibles par rapport à ce que nous attendions. Les pourcentages ont été calculés sur la base des 9 liaisons sans enchaînement relevées dans tout le corpus.

Tableau 7. Nombre et pourcentage de LSE réalisées

Tableau 7. Nombre et pourcentage de LSE réalisées

Figure 7. Pourcentages de liaisons sans enchaînement réalisées (%)

Figure 7. Pourcentages de liaisons sans enchaînement réalisées (%)

85Les locuteurs utilisent de manière inégale les liaisons sans enchaînement. Lecoq est le seul qui n’en produit aucune, même pas dans l’imitation, ce qui est plutôt étonnant compte tenu de leur présence généralement non négligeable dans les discours de Chirac. Dans la partie du corpus que nous avons étudiée, l’homme politique en produit « seulement » quatre ce qui représente 44,4 % sur les neuf exemples rassemblés.

86Jérosme et Pierre ont un pourcentage identique en voix naturelle qui est bien inférieur à celui de Chirac. Par contre, il augmente dans les imitations, mais dans des proportions plus grandes pour P/I (55,5 %) comparé à J/I (33,3 %). Alors que J/I se rapproche de la valeur de Chirac, P/I est légèrement supérieur et révèle son attachement à accentuer cette particularité discursive pour imiter Chirac. Lors de l’enregistrement de son corpus, Pierre nous a d’ailleurs confié qu’il aurait voulu réaliser encore plus de liaisons sans enchaînement, même à des endroits tout à fait inattendus, pour accentuer l’aspect comique de l’imitation. Mais pour lui « un texte sérieux reste sérieux » et il a largement restreint leur nombre.

87Entre 1978 et 1981, la diminution du nombre de liaisons facultatives réalisées par Chirac semble profiter à l’augmentation du nombre de liaisons sans enchaînement. C’est en tout cas ce que laisse transparaître l’étude diachronique réalisée par Encrevé (1988) confirmée encore une fois par nos résultats.

Tableau 8. Étude diachronique du pourcentage de liaisons non enchaînées réalisées par Chirac

Tableau 8. Étude diachronique du pourcentage de liaisons non enchaînées réalisées par Chirac

Figure 8. Pourcentages de liaisons non enchaînées réalisées par Chirac (1978, 1981, 1995)

Figure 8. Pourcentages de liaisons non enchaînées réalisées par Chirac (1978, 1981, 1995)

88Bien que les pourcentages aient été calculés de la même manière, il faut encore une fois les comparer avec prudence. Nous pouvons malgré tout confirmer dans une certaine mesure l’évolution des résultats de Encrevé P. qui amorce une recrudescence des liaisons sans enchaînement chez Chirac et plus généralement chez les orateurs.

89En résumé, les indices de style que constituent les E muets et les liaisons facultatives ont été repérés en majorité dans le corpus de Chirac et dans ceux des imitateurs en situation d’imitation. Ces deux indices étudiés sont étroitement liés, puisque le nombre de E muets influence la réalisation des liaisons.

90Dans les enregistrements des imitateurs en voix naturelle, ces éléments segmentaux sont en nombre inférieur et augmentent généralement dans les corpus d’imitation sauf pour Pierre qui ne prononce pas davantage de E muets. Dans l’ensemble, les imitateurs sentent la nécessité de prononcer un maximum d’éléments facultatifs lorsqu'ils imitent Chirac, surtout Lecoq qui élide spontanément quelques voyelles et adopte à certains endroits un style plutôt familier. L’augmentation du nombre de voyelles et des liaisons facultatives réalisées leur permet de rehausser le niveau de langue et contribue au ralentissement du débit.

91En ce qui concerne les liaisons sans enchaînement, nous nous attendions à en trouver bien plus chez Chirac que celles que nous avons relevées. Si dans le discours complet nous en repérons d’autres, le total reste néanmoins inférieur à ce qui aurait pu être prononcé. Les résultats nous permettent de différencier les imitateurs. Alors que Jérosme et Pierre augmentent le nombre de liaisons sans enchaînement dans l’imitation, Lecoq n’en produit aucune, quelle que soit la lecture envisagée (voix naturelle ou imitation). Ceci est d’autant plus étonnant que la liaison sans enchaînement est une caractéristique orale très répandue chez Chirac et plus largement chez les orateurs publics. Ainsi, Pierre et Jérosme se démarquent de Lecoq, car ils évaluent mieux dans l’imitation, l’importance du non-enchaînement, qu’ils réalisent d’ailleurs eux-mêmes spontanément mais dans de moindres proportions.

Conclusion

92Pour les besoins de la recherche, nous avons dû imposer à chaque imitateur l’imitation d’une seule et même voix qu’ils ne maîtrisent pas nécessairement tous de la même manière. Cette inégalité peut engendrer le cas échéant des différences dans la qualité de l’imitation. De plus, la lecture en voix naturelle des imitateurs n’est pas en tous points comparable à celle réalisée par Chirac. En effet, celui-ci est placé dans des circonstances particulières de communication, contrairement aux imitateurs sur lesquels pèsent bien moins de contraintes. Par contre, dans les imitations, les imitateurs se mettent « dans la peau du personnage » et s’efforcent de reconstruire certains aspects vocaux et stylistiques qui, selon eux, sont représentatifs du locuteur Chirac. Tout cela participe sans doute à l’écart plus important que nous avons trouvé entre les manifestations orales spontanées des imitateurs et celle de Chirac, sans être toutefois l’unique raison de ces dissemblances. Dans l’imitation, le rapprochement des valeurs mesurées s’explique par cet effort de mise en scène déployé par les imitateurs qui construisent alors artificiellement une situation plus officielle.

93Selon nous, cette étude aura eu le mérite de réunir trois imitations confrontées à leur modèle et aux trois voix naturelles des imitateurs sur la base d’un texte identique. Ceci a considérablement limité les écueils d’interprétation. Partant d’un modèle unique, les imitateurs aboutissent à des imitations quelque peu différentes, parce qu’elles passent chacune par un filtre individuel composé des possibilités vocales, des capacités et de la volonté de chacun.

94Par le biais de ces multiples comparaisons, nous avons confirmé le fait que les différences entre les voix naturelles des imitateurs et celle du modèle se restreignent dans l’imitation. De plus, nous avons réussi à montrer que, l’adaptation d’éléments phonétiques et acoustiques est plus ou moins caricaturale selon l’imitateur. Toutes ces modifications répertoriées sont d’autant plus impressionnantes et méritantes qu’aucun des trois imitateurs n’a eu connaissance de l’enregistrement original. Notre certitude que l’imitation, pour être fidèle, ne peut en aucun cas se limiter à la seule reproduction du timbre ou de la prosodie est confortée par ces études complémentaires aux précédentes (Schlichter, 1994, 1995). Il est sans conteste nécessaire pour l’imitateur de s’approprier tout phénomène audible suffisamment saillant, caractérisant un individu à l’oral. Bien évidemment, la notion de timbre est très importante, mais les faits prosodiques et phonostylistiques ne sont pas à négliger, car ils viennent renforcer l’illusion auditive.

95Nous savons que les réalisations d’un même locuteur évoluent dans une zone de tolérance qui englobe des variations dues aux différences aléatoires de prononciations dépendantes du type de corpus, des changements ponctuels (émotions, maladie…), du bruit ambiant, etc. Il ne faut donc en aucun cas négliger l’instabilité intra-individuelle. Ainsi, il serait intéressant d’utiliser les mêmes méthodes sur d’autres corpus avec les mêmes imitateurs, pour voir si les imitations révèlent des résultats comparables à long terme.

Haut de page

Bibliographie

ARNOLD, N., F. DOUGNAC et M. TOURNIER (1995), « Chronique lexicale des événements politiques », dans G. ANTOINE et R. MARTIN (dir.), Histoire de la langue française : 1914-1945, Paris, CNRS-Éditions, p. 207-267.

BOURDIEU, P. (1980), Question de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU, P. (1981), Recherches sur la philosophie et le langage, Grenoble, Université des sciences sociales de Grenoble.

BOURDIEU, P. (1984), Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit.

CHARAUDEAU, P. (1995), « Ce que communiquer veut dire », Sciences Humaines, 51 : 20-25.

DUEZ, D. (1976), « Étude du débit et des pauses d’un discours politique », Bulletin de l’Institut de Phonétique de Grenoble, 5 : 39-53.

DUEZ, D. (1981-1982), « Pauses silencieuses et pauses non silencieuses dans trois types de messages oraux », Travaux de l’Institut de Phonétique d’Aix-en-Provence, 8 : 85-114.

DUEZ, D. (1991), La pause dans la parole de l’homme politique, Paris, Éditions du CNRS.

ENCREVÉ, P. (1988), La liaison avec et sans enchaînement. Phonologie tridimensionnelle et usages du français, Paris, Seuil.

ETERSTEIN, C. et A. LESOT (1986), Pratique du français, Paris, Hatier.

FONAGY, I., V. LUCCI et L. J. BOË (1977), « Incidence des variables situationnelles sur quelques paramètres de l’intonation », Actes des VIIIèmes Journées d’Étude sur la Parole, Aix-en-Provence, p. 13-19.

FRESNEL-ELBAZ, E. (1997), La Voix, Paris, Éditions du Rocher.

GERSTLÉ, J. (1992), La Communication politique, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Que sais-je ? », 2652.

LÉON, P. (1971), « Essais de phonostylistique », Studia Phonetica, 4 : 1-185.

LÉON, P. (1993), Précis de phonostylistique : parole et expressivité, Paris, Nathan.

LUCCI, V. (1983), Étude du français contemporain à travers la variation situationnelle, Grenoble, PULLU.

SCHLICHTER, H. (1994), L’imitation vocale : étude phonétique. Mémoire de maîtrise, Strasbourg, Université des Sciences Humaines de Strasbourg.

SCHLICHTER, H. (1995), Analyse acoustique comparée de deux imitations vocales. Mémoire de DEA, Strasbourg, Université des Sciences Humaines de Strasbourg.

SCHLICHTER, H. (1999), Trois imitations vocales comparées à leur modèle : aspects phonétiques et acoustiques. Thèse de doctorat en phonétique, Strasbourg, Université Strasbourg 2.

SCHWARTZENBERG, R. G. (1977), État spectacle : essais sur et contre le Star System en politique, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Léon (1993) distingue la liaison « esthétique » de la liaison « expressive » (p. 167).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des groupes rythmiques en fonction du nombre de syllabes (%)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-1.png
Fichier image/png, 81k
Titre Tableau 2. Nombre total des accents relevés à l’initiale de mots
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 3. Moyenne des fréquences fondamentales (Hz)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 1. Représentation des fréquences moyennes (HZ)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-4.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 2. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac, Jérosme, Lecoq, Pierre
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-5.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 3. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Jérosme – J/I
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-6.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 4. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Lecoq – L/I
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-7.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 5. Fréquences cumulées et normalisées (Hz) : Chirac – Pierre – P/I
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-8.png
Fichier image/png, 57k
Titre Tableau 4. Nombre et pourcentage de « e » facultatifs prononcés
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-9.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tableau 5. Réalisations des liaisons facultatives
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-10.png
Fichier image/png, 60k
Titre Tableau 6. Étude diachronique du pourcentage de liaisons facultatives réalisées par Chirac
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-11.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 6. Pourcentages de liaisons facultatives réalisées par Chirac (1978, 1981, 1995)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-12.png
Fichier image/png, 19k
Titre Tableau 7. Nombre et pourcentage de LSE réalisées
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-13.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 7. Pourcentages de liaisons sans enchaînement réalisées (%)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-14.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 8. Étude diachronique du pourcentage de liaisons non enchaînées réalisées par Chirac
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-15.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 8. Pourcentages de liaisons non enchaînées réalisées par Chirac (1978, 1981, 1995)
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6584/img-16.png
Fichier image/png, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Schlichter, « Étude d’un discours politique et de trois de ses imitations », Communication, vol. 20/2 | 2001, 135-160.

Référence électronique

Hélène Schlichter, « Étude d’un discours politique et de trois de ses imitations », Communication [En ligne], vol. 20/2 | 2001, mis en ligne le 12 août 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6584 ; DOI : 10.4000/communication.6584

Haut de page

Auteur

Hélène Schlichter

Hélène Schlichter enseigne à l’IUT et à l’IUP de Colmar dans la discipline « Techniques d’expression » et est chercheure rattachée au CERIME (Centre d’Études et de Recherches Interdisciplinaires sur les Médias en Europe). Ce texte présente une partie des résultats de sa thèse de doctorat (1999).Courriel : h-hermann@libertysurf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org