Navigation – Plan du site
Lectures

Dominique PASQUIER (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents

Mission du Patrimoine ethnologique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Coll. « Ethnologie de la France »
Serge Proulx
p. 166-172
Référence(s) :

Dominique PASQUIER (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Mission du Patrimoine ethnologique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Coll. « Ethnologie de la France »

Texte intégral

1En France, de 1992 à 1994, la chaîne TF1 diffusa une série télévisée destinée aux adolescents qui avait pour titre Hélène et les garçons. Cette série connut un succès exceptionnel auprès des téléspectateurs de 4 à 14 ans, en particulier auprès des filles de 8 à 13 ans. En même temps, la diffusion de cette série suscita une importante polémique dans l’opinion publique. Les adultes dénonçaient paradoxalement cette série pour des raisons diamétralement opposées aux motifs habituels d’accusation : alors que l’on a l’habitude de reprocher à la télévision un trop-plein d’images de sexe et de violence, voilà que l’on dénonçait ici la vision sociale non réaliste se dégageant de cette série parce qu’elle aurait fait voir aux jeunes un monde trop rose, aseptisé, dépourvu de rapports de force et de sexualité, imbu de valeurs conservatrices, sans conflits ni problèmes, sans contact avec l’évolution des mœurs de la société française, en particulier depuis mai 1968. La télévision ne montrait pas « la vie telle qu’elle est ». Contradiction donc entre d’une part, l’extrême popularité de cette série auprès des fillettes et des ados et d’autre part, un discours adulte de forte dénonciation du monde d’illusions — et donc de régression culturelle — dans lequel cette série plaçait les enfants. « Le programme est devenu une métaphore. Pour les uns, il symbolise la vulgarité de la télévision en général et de TF1 en particulier, pour les autres, il reflète les dérives d’une jeunesse qui s’est détournée des engagements politiques et des acquis de la libération des mœurs. » (p. 6) Cette contradiction ne pouvait faire autrement que fasciner Dominique Pasquier, sociologue et directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre d’étude des mouvements sociaux (Paris), passionnée depuis longtemps par le phénomène de la télévision et notamment par les usages que les jeunes font du petit écran.

2L’auteure décida d’orienter son travail d’observation non pas sur l’analyse idéologique des polémiques qui animaient les adultes mais bien plutôt sur les jeunes eux-mêmes. Comment expliquer la passion des jeunes filles pour ces histoires d’amour à répétition ? Comment expliquer leur engouement envers des modèles de féminité et de sentimentalité assez traditionnels, voire rétrogrades ? C’est ici que Dominique Pasquier formule un premier postulat de méthode : si l’on veut comprendre cette adhésion profonde des jeunes aux images d’Hélène et les garçons, ces émotions vives suscitées chez eux par la série, il faut se garder de poser un regard d’adulte sur le programme pour saisir plutôt les catégories de jugements qui sont utilisées par les jeunes eux-mêmes pour décrire la série. Ainsi, à l’opposé des parents qui pensent que cette série ne concerne rien d’important, les enfants considèrent au contraire qu’Hélène et les garçons parle de ce qui est le plus important pour eux à ce moment précis de leur vie, à savoir : les relations entre les sexes. Dominique Pasquier analysera donc la série du point de vue des enfants en suspendant ses propres jugements de valeur et en prenant au sérieux ce que l’engouement pour cette série peut révéler sur la manière dont les jeunes « utilisent la télévision pour repenser le monde qui les entoure » (p. 7). Son approche, se situant dans la tradition des recherches sur la réception, repose sur trois dispositifs d’enquête différents, à savoir : a) une analyse des lettres envoyées par des fans de l’émission aux comédiens de la série et en particulier à l’héroïne de celle-ci, Hélène Rollès (sélection de 7 000 lettres envoyées entre avril 1994 et septembre 1995) ; b) un questionnaire diffusé auprès de groupes de collégiens et de lycéens (échantillon de 700 répondants de la région parisienne ; le questionnaire portait sur l’ensemble des séries pour adolescents) ; c) des observations de type ethnographique au sein de treize familles (l’auteure jugera cette technique d’enquête utile tout en se montrant assez critique face à ce dispositif hautement intrusif et perturbateur de l’expérience familiale d’écoute).

3Le matériau central privilégié par Dominique Pasquier sera avant tout ce volumineux corpus de 7 000 courriers envoyés surtout par des filles de 8 à 13 ans provenant de communautés rurales ou semi-rurales : lettres disparates, hétérogènes, en provenance de France et de l’étranger, écrites par des enfants d’âges différents. Lettres intéressantes tant par leur contenu — les correspondantes parlant autant d’elles-mêmes que de la série — que par leur forme (images, dessins, collages, inclusion dans l’envoi de petits objets offerts à leur idole). Au-delà d’une certaine stéréotypie dans le choix des formules, ces lettres offrent une forme originale de « présentation de soi » (Goffman) faisant miroir avec celle d’Hélène dans l’émission. Ces lettres sont attachantes, leur écriture survenant parfois dans un moment de grande émotion pour l’enfant qui écrit à son idole. Fondamentalement, la fan demande à son héroïne : « que penses-tu de moi ? » ; elle cherche à établir un lien interpersonnel direct avec celle qu’elle aperçoit dans le miroir du petit écran et qu’elle voudrait rejoindre dans un quasi face à face.

4Deuxième principe de méthode élaboré par l’analyste : reprenant la problématique formulée par Roger Chartier à propos de l’histoire de la lecture, l’auteure suggère de s’intéresser aux effets produits par les dispositifs de communication sur le processus de réception, par exemple, pour Chartier, la « mise en texte » (conventions littéraires, techniques narratives), la « mise en livre » (dispositifs matériels utilisés par l’éditeur) et les « manières de lire » sont autant de dispositifs qui vont guider le processus d’appropriation du texte par le lecteur et susciter la constitution de communautés de lecteurs. De la même manière, Dominique Pasquier propose le concept de « mise en télévision » (structure narrative et formelle particulière articulée à une position spectatorielle spécifique) comme cadrage théorique pour saisir le processus de réception de la série télévisée. Les conventions de fabrication et les techniques narratives s’articulent aux manières de regarder la télévision : cette combinaison de processus (par ailleurs familiers aux jeunes téléspectateurs) constitue un « cadre très rigide qui contraint la construction des interprétations » (p. 15). Cette posture théorique permet à l’auteure de rejeter l’accusation de mystification attribuée souvent à la relation des jeunes à la télévision. Les jeunes ne sont pas dupes, ils comprennent et maîtrisent avec le temps les règles de construction narrative des émissions télé.

Le risque n’est pas de confondre la fiction avec la réalité, mais d’être face à un produit culturel qui suppose une forte soumission aux structures narratives proposées. Et les jeunes téléspectateurs sont sans doute particulièrement soumis car ils ont besoin, plus que d’autres, de repères simples pour s’orienter dans la narration (p. 15).

5Ce serait donc cette « normalisation narrative » qu’il faudrait questionner plutôt que de faire le procès des prétendus pouvoirs d’illusion de la fiction télévisuelle. L’analyse de l’auteure ne portera pas toutefois sur les structures narratives ou la sémiotique du texte télévisuel. Il s’agit avant tout d’une étude du phénomène de réception qui cherche à le situer en aval du moment même de la consommation du programme télé proprement dit (moment qui est donc fortement contraint) : l’auteure postule que le jeune téléspectateur parvient à récupérer sur la scène sociale une bonne partie de son autonomie mise en veilleuse au moment de son interaction directe avec le petit écran. Dans leurs lettres, les jeunes correspondantes décrivent leurs conversations avec leurs amies, leurs échanges avec les membres de leur famille ou leurs camarades d’école, échanges à propos de la série Hélène et les garçons et qui concernent des aspects importants de leur vie quotidienne. La télévision s’insère dans le tissu social et participe à un processus de redéfinition des identités ; elle offre un matériau symbolique qui agit comme support à des interactions sociales nombreuses avec des proches comme avec des inconnus. La télévision consolide le sentiment d’appartenir à une « communauté imaginée » (Anderson), elle possède la capacité de créer des mondes sociaux (Dayan et Katz).

6De manière fort pertinente, Dominique Pasquier fait appel au concept de « réalisme émotionnel » suggéré par Ien Ang dans son travail sur la réception de la série Dallas aux Pays-Bas : les téléspectatrices disaient ne pas trouver la série réaliste mais en même temps elles considéraient que les sentiments et les émotions qu’elles éprouvaient en regardant l’émission étaient, quant à eux, bien réels. Le feuilleton apparaît donc simultanément non réaliste du point de vue de la connaissance du monde et réaliste en tant qu’expérience du monde. Pasquier observe une articulation similaire (entre logique cognitive et logique émotionnelle) dans l’analyse de son corpus : les enfants étant conscients des codes et conventions de fabrication, ils savent bien que la série est une fiction qui obéit à des logiques différentes de celles de la vie ordinaire, mais savoir tout cela ne les empêche pas d’aimer y croire ! À sept ans, la logique émotionnelle — qui permet de sublimer les éléments rationnels pour entrer dans une relation affective avec une personne humaine — l’emporte. À douze ans, la logique cognitive, mieux argumentée et mieux maîtrisée, est dominante ; mais elle n’interdit pas des enchevêtrements complexes entre les deux logiques simultanément en présence : « L’adolescent sait mais il a envie de se faire plaisir en oubliant qu’il sait. » (p. 49)

7L’auteure propose une analyse du phénomène des fans : elles apparaissent à la fois comme semblables aux autres téléspectateurs (dans leur relation aux personnages de la série) et différentes dans la mesure où les fans veulent aller plus loin — elles veulent une relation vraie avec la personne qui joue le personnage, personne à qui elles peuvent se confier, qu’elles peuvent aimer et qui leur sert de modèle de vie. Cette posture extrême des fans renvoie à une caractéristique générale de la télévision qui apparaît comme « une immense machine à produire de la proximité avec son public » (p. 79). Suivant les intéressantes pistes ouvertes par J. Meyrowitz (1994), l’analyse de Dominique Pasquier montre que la télévision a la capacité de transformer en vraies relations des relations qui n’ont au départ aucune existence réelle : le lien télévisuel rend intimes des étrangers. La relation entre les téléspectateurs et les personnages/personnes du petit écran suscite un véritable attachement qui fonde une nouvelle sorte de lien, un lien qui n’exige plus le partage d’un même espace physique pour exister. Bien que l’auteure ne fasse pas cette extension, cette problématique pourrait nous aider à approfondir la controversée question de l’existence des communautés virtuelles dans le nouvel environnement où convergent la télévision et les nouveaux médias.

8On voit que le face à face n’est pas une condition nécessaire à la production d’attachement psychologique entre des êtres humains qui ne se côtoient pas dans le même espace physique. Les lettres des jeunes téléspectatrices mettent en mots une expérience éprouvée à l’occasion par quiconque a regardé la télévision : « un sentiment de familiarité inexplicable, mais pourtant profondément ressenti (à l’égard des personnes apparaissant au petit écran) » (p. 80). La fan pousse ce sentiment à son extrême car elle souhaite que l’amour pour son idole entraîne un sentiment réciproque. La fan en arrive ainsi à abolir le caractère asymétrique du lien télévisuel : « Si tu as besoin de parler à quelqu’un, je suis là. Sache que je serai toujours là quoi qu’il puisse arriver. » écrit la jeune téléspectatrice de 14 ans à son idole, Hélène. À la limite, la fan trouvera que la télévision fait écran à la possibilité d’une relation directe : « Ce n’est pas bien de te voir jouer à la télé car je ne peux pas te voir et te parler comme il me conviendrait. » (Jody, 10 ans). L’amitié télévisuelle ne met pas en présence les corps, c’est une communauté des âmes.

Pourquoi faudrait-il penser qu’il s’agit d’une dangereuse illusion ? Après tout, n’est-ce pas juste la preuve des capacités de la télévision à transporter à distance, des corps, des émotions, des affects ? (p. 92)

9L’auteur insiste pour dire que ces amitiés télévisuelles se déploient à des moments précis de la trajectoire de vie des enfants ; quand elles ne sont plus nécessaires, elles disparaissent. Ce lien s’inscrit dans une communauté fugitive, à un moment transitoire du développement de la vie de l’enfant.

10Dominique Pasquier traite des différences de réception selon que les enfants appartiennent à des milieux aisés ou viennent de milieux populaires. La série étant mal perçue par les parents des milieux aisés — qui supportent mal son caractère réactionnaire et stéréotypé — l’écoute du programme devient objet de controverse en ces milieux et suscite un plus vif débat entre mères et filles. Dans les milieux populaires, les parents n’ont pas la même perception de la série : ils encouragent plutôt leurs enfants à la regarder. Vivant souvent dans des contextes familiaux où la division des rôles sexuels est restée plus traditionnelle, les mères d’origine populaire « n’ont pas honte de se passionner pour une série de télévision […] et sont contentes que leurs propres enfants s’y intéressent autant à un âge très précoce. » (p. 164) Écouter ensemble la série devient un moment de grande connivence, un moment partagé.

11Au sein de la cellule familiale, Hélène et les garçons a été un objet de confrontation entre deux générations de femmes :

En aimant la série, les petites filles ont signifié quelque chose à leurs mères. Elles ont parlé de leur difficulté à gérer les nouveaux modèles féminins qui leur sont proposés par la société (p. 169).

12Par leur passion pour la série, les petites filles manifestent qu’elles ont toujours à cœur de faire de la réussite du couple un objectif central, ce qui va partiellement à l’encontre des valeurs véhiculées par la montée du féminisme. Cela est d’autant plus vrai qu’il s’agit du public des préadolescentes, public d’ailleurs le plus fidèle et qui n’était pas au départ celui visé par les producteurs et annonceurs de l’émission. Or c’est précisément dans cette classe d’âge que l’on retrouve, aux dires des psychologues du développement psychosocial, la découverte de la différence entre les sexes et surtout, le désir de construire une représentation de cette différence sur la base d’oppositions claires. Pour ces préadolescentes, la série a donc été une référence forte. Mais dès que le passage vers l’adolescence s’amorce, la série n’a plus le même rôle : elle sert plutôt de support à un travail de définition de soi dans une société de pairs.

13Dans le dernier chapitre du livre, abordant la question de la réception des séries pour adolescents dans son ensemble, Dominique Pasquier analyse justement la relation à la télévision définie comme expérience socialement normée et organisée : les positions spectatorielles affichées par les ados dans le cadre de leurs interactions avec autrui — le marché des interactions — ont pour but d’organiser une expérience sociale commune. À travers leurs conversations et leurs comportements, les ados font usage des séries dans la production de leur sociabilité juvénile, les garçons évoquant les séries centrées sur l’action et les filles, les séries sentimentales. En mettant en scène un type de discours et certains comportements spécifiques, les jeunes téléspectateurs se définissent comme partie d’un public particulier. Or, il y a plusieurs publics. Ainsi, la même série peut donner naissance à des communautés sociales dissemblables. L’auteure cite ici encore avec pertinence Roger Chartier : l’œuvre a la capacité de créer plusieurs sortes de publics, dont aucun ne saurait se réduire à un social « prédécoupé ». Pasquier distingue ainsi, en ce qui concerne la réception d’Hélène, outre la communauté des fans, des communautés critiques (restant paradoxalement des auditoires fidèles) de même que des communautés parodiques dont les membres (étudiants d’universités et des grandes écoles) parodient les fans encore plus que la série elle-même.

14Cet ouvrage — bien construit, bien écrit, d’une lecture passionnante, débordant d’analyses fines montrant bien la complexité de la relation à la télévision, extrêmement pertinent du point de vue de sa contribution théorique originale — nous renvoie à un constat d’ensemble : la sociologie des médias concernée jusqu’ici par la consommation télé des jeunes s’est focalisée d’abord et avant tout sur la violence. Cette centration sur la violence médiatisée a contribué à reléguer dans l’ombre une dimension émotionnelle peut-être encore plus importante caractérisant la relation des jeunes aux médias, une dimension plus riche, plus variée, plus sophistiquée que le rapport à la violence, à savoir : l’influence de la télévision dans la socialisation sentimentale des enfants. La télévision propose des normes possibles de conduite qui sont répercutées, contredites, amendées, inscrites dans un public spécifique à travers les différentes positions spectatorielles affichées par les jeunes dans le marché des interactions. Ce travail de production de normes s’effectue à travers les conversations et les interactions quotidiennes, ultimement donc en dehors de l’écran.

Il ne fait pas de doute qu’une série comme Hélène identifie de manière particulière et spécifique certains problèmes (en l’occurrence comment ajuster le comportement féminin sans bouleverser les relations de couple) et propose des solutions à ces problèmes (notamment un repli sur des positions moins revendicatives et plus maternelles à l’égard des hommes). Il ne fait pas de doute non plus que ces propositions ont des conséquences sur la manière dont les petites correspondantes envisagent leur propre corps et leur propre vie. (p. 221-222)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Proulx, « Dominique PASQUIER (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents », Communication, vol. 20/2 | 2001, 166-172.

Référence électronique

Serge Proulx, « Dominique PASQUIER (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents », Communication [En ligne], vol. 20/2 | 2001, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://communication.revues.org/6600

Haut de page

Auteur

Serge Proulx

Serge Proulx, Université du Québec à Montréal.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org