Navigation – Plan du site
Lectures

Dominique WOLTON (dir.) (1997), « Sciences et Médias »

Hermès, 21
Nadia Dillenseger
p. 173-183
Référence(s) :

Dominique WOLTON (dir.) (1997), « Sciences et Médias », Hermès, 21

Texte intégral

1La revue Hermès nous propose, dans ce numéro, une réflexion pluridisciplinaire sur les relations entre sciences et médias. Comme le souligne Dominique Wolton dans la présentation de l’ouvrage, Hermès revendique la qualité scientifique des articles présentés (n’oublions pas que cette revue est éditée par le Centre National de la Recherche Scientifique ou CNRS) tout en souhaitant s’adresser au grand public. Un objectif non négligeable de ce numéro est manifestement de poser les sciences de l’information et de la communication en tant que discipline scientifique à part entière, en faisant de l’inter- ou de la trans-disciplinarité une réelle force. Nous pourrions dégager les objectifs de ce numéro en posant deux questions : Quelles relations particulières entretiennent sciences et médias et comment cela se traduit-il aux niveaux politique, socio-économique ou encore institutionnel ? Comment se positionne la communication des sciences par rapport aux autres disciplines dans la communauté scientifique ? Les vingt-sept auteurs proviennent de différents laboratoires de recherche (CNRS, CEDISCOR, Université de Liverpool, de Fribourg, de Liège…) et plus particulièrement du laboratoire de Communication et Politique de Paris dirigé par Dominique Wolton, également directeur de la publication. Il nous semble important de souligner les contributions de deux doctorantes, Jacqueline Chervin et Annick Zappalà (sur lesquelles nous reviendrons après), ainsi que celles de Jean-Daniel Flaysakier, journaliste médical à France 2, et d’Yves Laberge, conseiller en histoire du cinéma auprès du Musée du Québec. Ces dernières agrémentent la revue de deux regards pertinents et avertis, qui viennent trancher avec les analyses des chercheurs en communication ou en sociologie.

2L’ouvrage est découpé en trois parties et propose dix-neuf contributions, qui constituent autant de regards différents sur les rapports entre sciences et médias, que d’analyses du processus complexe de la communication. L’ouvrage débute par une sorte de mise en garde ou de mise au point de ce que les chercheurs entendent aujourd’hui lorsqu’ils parlent de science(s) et de leur(s) public(s). Plus particulièrement depuis les années soixante-dix, la vulgarisation scientifique n’est plus perçue comme une manière de transmettre la science au public, tout comme le journaliste n’est plus considéré comme un simple médiateur. Au travers de la vulgarisation, le fossé entre science et public a plutôt tendance à s’élargir qu’à se resserrer : les savoirs des scientifiques et des non-scientifiques ne sont pas de même nature et n’augmentent pas de la même manière avec le progrès des connaissances. La communication scientifique est vue comme un processus complexe dans lequel plusieurs logiques d’acteurs se confrontent, comme celles des scientifiques, des publics, des politiques ou encore la logique journalistique (voir la présentation de l’ouvrage faite par Dominique Wolton). Les médias constituent selon nous un lieu d’analyses de choix de ces différentes logiques, un véritable espace hybride. Le mythe du fossé grandissant entre savants et profanes (appelé encore increasing knowledge gap) peut être interrogé de façon tout à fait originale par le biais de l’analyse des négociations de savoirs qui se nouent au sein de l’espace médiatique. Avant d’aborder une description des principaux thèmes développés dans la revue, nous souhaitons souligner que « sciences » est ici entendu dans un sens large : il s’agit aussi bien des sciences dites exactes, que des technologies, des sciences environnementales ou encore des sciences humaines et sociales, comme l’histoire par exemple.

3La première partie traite des différents types de discours médiatiques sur et autour de la science. Il s’agit notamment de caractériser le discours médiatique sur la science par rapport à d’autres situations communicationnelles, selon que celles-ci ont lieu à l’intérieur d’une même communauté scientifique ou entre scientifiques issus de disciplines différentes (ce qu’Eliséo Véron entend par communications endogènes intra- et inter-disciplinaires), ou encore lorsqu’un scientifique s’adresse à un non-scientifique (la communication endogène trans-scientifique qui représente selon l’auteur de l’article, un premier stade de vulgarisation), mais aussi lorsque la science est communiquée vers le grand public à l’extérieur des institutions scientifiques, comme c’est le cas dans les médias par exemple (la communication exogène sur la science). Ce découpage en quatre catégories ne saurait, et de loin, représenter LES seules situations communicationnelles possibles, mais préfigurer l’ensemble des critères à prendre en compte lors de l’analyse d’un dispositif d’énonciation, parmi lesquels nous pouvons citer le statut des acteurs (énonciateurs et destinataires), la scène et le contexte communicationnels, le contenu du message et la relation établie entre les différents acteurs.

4Après ce premier article, qui a le mérite de poser la communication en terme de problématique, Sophie Moirand nous propose une étude de la nature des savoirs transmis sur la science par les médias et plus globalement des spécificités du ou des discours médiatiques sur la science. Sophie Moirand a le mérite d’illustrer son propos par deux exemples, l’un on ne peut plus d’actualité sur l’affaire de la vache folle et plus précisément sur les reformulations du terme « prion » dans la presse, l’autre sur les discours des sciences de l’univers. Pour ce qui concerne le type de savoirs « transmis », ceux-ci semblent bien plus relever de l’ordre des savoir-faire que des connaissances scientifiques au sens strict (comme les savoir-faire d’observation en astronomie clairement destinés aux astronomes amateurs par exemple). Nous avons délibérément choisi de mettre savoirs « transmis » entre guillemets, car nous souhaitons mettre un bémol par rapport à l’utilisation de cet adjectif par Sophie Moirand. En effet, il semble un peu hâtif de parler de transmission de savoirs, même s’il s’agit principalement de savoir-faire, étant donné que la vulgarisation scientifique (puisque c’est ce dont il est question dans cet article) ne saurait se réduire à une simple transmission d’informations selon un schéma linéaire qui irait de l’émetteur vers le récepteur de l’information (d’après le modèle shanonnien ou télégraphique de la communication). Il serait plus juste de parler de savoirs « négociés », au sens où l’ensemble des acteurs sont à prendre en considération, à la fois le scientifique ou le journaliste, mais également le lecteur ou le spectateur. L’auteur souligne néanmoins le fait qu’il n’y a guère le temps ni l’espace dans les médias pour de réelles explications des phénomènes ou problèmes scientifiques, mais que les médias constituent « plutôt que des lieux de transmission de connaissances, des lieux de passage des sciences et des techniques » et « […] des lieux d’utilisation de la science par diverses communautés (politique, économique, morale…) productrices d’opinion » (p. 42). Les deux points essentiels que nous retiendrons des contributions d’Eliséo Véron et de Sophie Moirand sont tout d’abord la nécessité de comprendre la communication comme un phénomène social, c’est-à-dire d’avoir une vision intégrée ou orchestrale de la communication (pour reprendre une expression d’Yves Winkin), et ensuite une représentation des médias comme une communauté langagière ou discursive intermédiaire.

5Les trois articles suivants nous proposent chacun une réflexion sur la place des images dans la médiatisation des sciences. Igor Babou s’intéresse à un type particulier d’images, les images numériques, alors que Monique Sicard s’interroge sur la place et la nature des images de science, en particulier par rapport aux autres images. Elle estime que les chercheurs ont un rapport ambivalent face à l’image, rapport qui oscille entre « la fascination » et « l’iconophobie » (p. 50), eu égard à la fois à la garantie d’objectivité et de témoignage que semble représenter l’image de science, mais également à ses qualités séductrices et parfois trompeuses. Elle conclut en disant que contrairement à ce que la science semble affirmer, les images ne sont pas destinées à rendre visible l’invisible et ne constitueraient donc pas en ce sens des preuves en tant que telles (même si elles participent de la construction d’une preuve), mais « sont une évasion » (p. 53). Nous dirons, après lecture de cet article, que l’auteur a souhaité mettre l’accent sur les multiples regards possibles sur un même objet de science. Cet article aurait cependant mérité d’être agrémenté de plusieurs exemples concrets (et non pas uniquement de la citation de l’exemple devenu classique des premières radiographies) qui seraient venus trancher avec la présentation très théorique de l’auteur. Jacqueline Chervin, doctorante, vient clore cette première partie consacrée à « La matière médiatique » en analysant la célébration de l’anniversaire des premiers pas sur la lune par les journaux télévisés de TF1 et de France 2 depuis 1969. L’objectif de cet excellent article est d’analyser quels sont les éléments qui participent de l’évocation du passé et de la construction de la mémoire du passé à la télévision. Ces éléments sont divergents selon la chaîne considérée : TF1 traite l’événement sous un angle scientifique, contrairement à France 2 qui va focaliser sur l’aspect médiatique de l’événement. En insistant sur le bilan négatif des analyses des échantillons lunaires effectuées par les scientifiques, sur le gaspillage financier de l’expédition et en faisant part des mauvaises relations qu’entretenaient les cosmonautes entre eux, TF1 démythifie totalement l’événement en le situant par rapport au présent (registre de l’histoire). France 2 rend au contraire hommage à l’événement scientifique et surtout à l’exploit médiatique de l’époque. La chaîne ancre ses émissions dans le passé (registre de la mémoire) et propose aux téléspectateurs de « revivre un instant » (p. 73). Elle propose ainsi, selon l’auteur, un discours positiviste sur la science et le progrès.

6La deuxième partie du numéro porte sur les stratégies des acteurs, principalement du public et des scientifiques. Le dossier commence par deux études en réception, l’une d’un groupe de recherches de Liverpool (le Public Communication Research Group) qui se penche sur l’interprétation de l’information économique par les téléspectateurs de la télévision britannique, tout en relevant quelles dimensions de l’économie sont reportées, l’autre de Suzanne de Cheveigné sur la réception d’émissions scientifiques par le grand public. Suzanne de Cheveigné se base sur le « contrat de lecture », modèle théorique qui ne considère pas uniquement l’énoncé, c’est-à-dire le contenu du message, mais met l’accent sur la relation qu’entretiennent les partenaires de la communication les uns avec les autres (ce modèle est principalement développé par un auteur comme Eliséo Véron et se base en grande partie sur des études antérieures, comme celles de l’École de Palo Alto, dont les principaux représentants sont Gregory Bateson, Edward T. Hall et Paul Watzlawick). L’auteur se base ici sur les travaux en réception qu’elle a effectués avec Eliséo Véron et reprend le double classement qu’ils ont pu identifier au cours d’entretiens semi-directifs, selon le point de vue favorable ou au contraire défavorable des personnes interrogées vis-à-vis de la télévision lorsqu’elle parle de science d’une part, et suivant le positionnement de ces mêmes personnes face au savoir et au non-savoir d’autre part. Quatre types de discours sont ainsi identifiés. Il est bien évidemment clair qu’une telle typologie ne peut être qu’indicative et ne saurait décrire l’ensemble des positionnements possibles des individus par rapport à la science médiatisée. Les études en réception sont encore peu nombreuses, notamment à cause de la difficulté à élaborer une méthodologie et une grille d’analyse pertinentes, et la présence de ces deux contributions dans le numéro d’Hermès est donc tout à fait appréciable. Suzanne de Cheveigné nous propose un second article qui se focalise cette fois sur l’ambivalence des scientifiques face à la science portée à l’écran. La méthodologie employée est similaire à celle de l’article précédent, en cela qu’elle se base sur des entretiens individuels et des entretiens de groupe, ainsi que sur une double classification. La conclusion générale qui semble ressortir des entretiens individuels est que les chercheurs interviewés ont des attitudes contradictoires, en particulier face à la réelle aptitude de la télévision à vulgariser ou non la science et à l’importance qui doit être accordée à la description de la démarche scientifique. En revanche, d’après les entretiens de groupe, les chercheurs ont globalement tendance à juger (souvent assez négativement) les prestations de leurs collègues scientifiques à la télévision et se sentent en conflit de pouvoir avec les journalistes. Enfin, Suzanne de Cheveigné propose d’ouvrir la problématique à celle de l’idéal d’objectivité, question centrale en sociologie et en histoire des sciences (et qui a été traitée en détail par Lorraine Daston par exemple).

7On doit la contribution suivante à Jean-Robert Henry. Il a été pendant quatre ans à la tête de la Commission Valorisation du CNRS et entend parler en tant que tel dans son article consacré aux discours savants sur le monde arabo-musulman. L’objectif est de lancer quelques pistes de réflexion sur la question de la valorisation de la recherche par le biais de sa médiatisation, à laquelle on peut ajouter celle de la reconnaissance sociale du scientifique ou de l’expert. L’auteur traite de la position que prennent certains scientifiques « hyper-médiatiques » lorsqu’ils s’expriment sur des sujets d’actualité qui n’ont pas forcément à voir avec la science ou la technologie (ici la Guerre du Golfe), et comment ces chercheurs investissent les médias. Quelques remarques sont cependant nécessaires, notamment lorsque Jean-Robert Henry parle de « simplification » du discours savant et lorsqu’il dit que le chercheur entre en concurrence avec le journaliste, et même plus, « se substitue » au journaliste lors de la médiatisation de la recherche (p. 111-112). La vulgarisation ne saurait être une simplification, voire une sur-simplification du discours scientifique, mais correspond à une création de sens : il n’y a plus lieu aujourd’hui de qualifier la vulgarisation scientifique de simple traduction ou de reformulation du discours savant en langage « accessible » au public. On dit autre chose. De même qu’il n’y a plus lieu de confondre les rôles des différents acteurs de la communication, en l’occurrence ceux des scientifiques et des journalistes. L’un ne se substitue nullement à l’autre, chacun occupe une place privilégiée dans le dispositif d’énonciation.

8Pour ce qui concerne une réflexion plus poussée sur les pratiques journalistiques en matière de communication scientifique, les contributions suivantes nous apportent des interrogations complémentaires sur les relations entre chercheurs et journalistes. L’article de Daniel Ruellan part d’un objectif tout à fait louable, qui est d’analyser la coopération entre chercheurs et réalisateurs de documentaires de télévision, mais qui par sa brièveté et son manque net d’exemples demeure peu convaincant. L’article qui le précède parvient, au contraire, à réfléchir sur les relations particulières qu’entretiennent hommes de science et journalistes. Jean-Daniel Flaysakier s’intéresse au rôle joué par la presse en santé publique, surtout depuis l’irruption du sida sur la scène médiatique. L’auteur propose de développer une « vraie pédagogie du risque » dans les médias (p. 142), ainsi qu’une réflexion sur ce que l’on entend lorsque l’on parle de « risque acceptable ». Il estime que le risque zéro n’existe pas, qu’il est illusoire, les journalistes n’ayant « ni la formation ni l’information », selon ses dires, pour traiter l’ensemble des questions non seulement scientifiques, mais surtout éthiques et morales qui ont surgi sur la place publique à la suite des différents scandales qui ont éclaté, comme l’affaire du sang contaminé par exemple (p. 136). Cet article, rédigé par un acteur de la communication médicale, a le mérite d’interroger la responsabilité de la presse et de la médecine lorsque celles-ci se trouvent face à des doutes et des incertitudes scientifiques, même si les propos de l’auteur demanderaient parfois à être relativisés, comme lorsqu’il parle des scandales. « Un mot aimé des médias, pour qui deux cas représentent une épidémie et trois morts un génocide. Cette médecine tant adorée est devenue vile, ses acteurs des vampires assoiffés d’argent, des criminels, des assassins. Les hôpitaux sont devenus des machines à bavures, la suspicion a remplacé la confiance » (p. 135). Mais il est également possible de voir cela comme manifestant une aptitude de la part de l’auteur (un journaliste, rappelons-le) à tourner en dérision sa propre profession.

9La contribution de Marie-Noële Sicard vient clore la seconde partie de l’ouvrage. Il s’agit, en somme, de porter un regard sur l’éthique de la communication d’informations scientifiques et techniques. L’exemple qu’elle a choisi d’analyser est celui de la médiatisation de la vache folle par le journal Le Monde en 1996 (la période d’analyse se limite à un mois). Elle souhaite nous montrer que la relation instituée entre le scientifique-expert et les journalistes est avant tout une relation de connivence, même si celle-ci demeure globalement ambiguë. Cette relation participe dans tous les cas de la création d’un « espace hybride d’opinion » (p. 152), dans lequel plusieurs discours sur la science, la technologie et les risques qui leur sont inhérents se tiennent, que ce soient le discours des savants (scientifiques et/ou experts), journalistes, politiques ou encore des publics. Tout cela semble représenter l’objectif premier du journaliste, qui tente d’« instituer un ordre informationnel » (p. 154), ou en d’autres mots de se montrer proche du public.

10La troisième et dernière partie, intitulée « Les savoirs dans l’espace public », est consacrée à la place occupée dans la société par les discours sur la science. Les études de cas abordées dans cette partie sont diverses et toutes extrêmement pertinentes : Renata Coray et Annick Zappalà de l’Université de Fribourg proposent chacune une réflexion sur la science médicale ; les excellents articles de Laurence Monnoyer, d’Eric Dacheux et d’Yves Laberge ont en commun de soulever la question de la légitimité des discours tenus sur la science ; enfin, Isabelle Veyrat-Masson et Pierre Minet se penchent sur les spécificités de la science à l’écran.

11Renata Coray s’interroge sur la place de la médecine en tant que deuxième grande institution du contrôle social (après la justice). Elle prend pour cela le cas de la distribution de drogue (héroïne, méthadone et morphine) sous contrôle médical en Suisse et des discussions à ce sujet dans les médias suisses. Deux attitudes divergentes ressortent de l’analyse : les personnes les plus sceptiques face à l’idée de distribution considèrent que les médecins ne sont somme toute dans cette histoire que des « dealers en chemise blanche » et l’État qu’un « État dealer » (p. 171) ; pour d’autres, l’opération présente plusieurs avantages, comme de traiter la toxicomanie comme un problème médical et non plus uniquement social, de considérer que les substances distribuées sont avant tout des remèdes et surtout de reconsidérer les toxicomanes au sein de la société, en ce sens qu’ils ne sont plus perçus comme des délinquants ou des marginaux, mais sont avant tout vus comme des malades. Le discours sur la distribution de drogue semble de plus s’élargir à un débat médiatique sur la consommation de drogues illégales. La contribution de Renata Coray peut être rapprochée de celle d’Annick Zappalà, qui propose que dans les médias se tient un double discours sur la médecine. Elle distingue un discours sur les médecins (qu’elle nomme le modèle de la soumission-dépendance) d’une part, et un discours sur la science médicale (ou modèle de la responsabilisation-indépendance) d’autre part. Le premier modèle présente les médecins comme les instances légitimes de contrôle social et d’expertise (p. 184), en insistant sur la personnalité rassurante, réconfortante du médecin, et le second modèle s’attache à souligner la distance critique nécessaire des médias face au pouvoir de la médecine (notamment lorsque cette dernière doit faire face à des scandales, comme ceux de la vache folle, du sang contaminé, ou encore du virus Ebola). Les deux articles de ces chercheuses de l’Université de Fribourg nous proposent donc une réflexion sur la crédibilité des médecins et par extension de l’institution médicale, tout en tentant d’observer scrupuleusement la distinction entre les deux types de discours existant sur la science médicale.

12Laurence Monnoyer montre que le politique recourt à la légitimité de la science pour argumenter et justifier son discours. Elle se base sur la théorie habermassienne et plus particulièrement sur l’idée selon laquelle le politique développerait « une stratégie de fermeture discursive visant à empêcher le débat public » (p. 160). Cependant, à la différence de Jürgen Habermas auquel elle reproche le manque de démonstration empirique, Laurence Monnoyer prétend qu’il n’y a en fait pas de réelle fermeture, au sens strict du terme, en ce sens que le recours à l’expertise scientifique dans le but de légitimer la décision se retourne finalement contre le politique, qui doit faire preuve de transparence dans les débats. Pour illustrer son propos, l’auteur nous donne l’exemple des discours politiques sur les essais nucléaires en France depuis 1958. Lorsqu’en 1995, Jacques Chirac décide la reprise des essais, il fait appel aux spécialistes du CEA. La gauche, qui dénonce la reprise des essais nucléaires, affirme sa méfiance vis-à-vis du poids des experts, et notamment de son utilisation par le chef de l’État. Nous souhaiterions ajouter un point, qui nous semble nécessaire lorsqu’il est question d’expert ou d’expertise : il nous aurait paru plus judicieux d’intituler cette contribution « La légitimation par le recours aux experts : un défi pour la démocratie (L’exemple du discours politique sur les essais nucléaires) » que « La légitimation par la science :… ». Il est fréquent de confondre quelque peu science et expertise, ainsi que scientifique et expert. Même s’il semble évident que dans cet article les experts sollicités sont tous des scientifiques, cela n’est pas forcément toujours le cas. De même qu’il semblerait plus exact de dire qu’il est fait appel aux experts et non pas à l’expertise, c’est-à-dire à l’acte technique, étant donné que ce qui légitime un discours est d’abord une parole, en l’occurrence la parole d’un expert.

13La logique communicationnelle développée par Greenpeace est dénoncée par Eric Dacheux. Après une présentation précise de la structure organisationnelle de la première Organisation Non Gouvernementale (ONG) écologiste du monde, Eric Dacheux brise peu à peu l’image de cette organisation pacifiste, qui est pourtant restée un modèle de transparence et d’indépendance financière (Greenpeace publie régulièrement ses comptes et refuse les financements des gouvernements et des entreprises). Il lui est reproché dans cet article de fonctionner comme une entreprise libérale en recourant à la « communication marketing ». L’auteur va même jusqu’à dire qu’il s’agit d’un « poison mortel » pour Greenpeace (p. 199), car son image en pâtirait, à la fois au sein de la mouvance écologiste et au niveau du grand public. Greenpeace n’aurait plus de thème porteur dominant (à sa création, en 1971, elle luttait contre les essais nucléaires américains, pour exemple) et ferait de plus en plus appel au marché en vendant des produits par correspondance, à commencer par les autocollants et les affiches par exemple. Malgré la pertinence et la force critique de cette contribution, nous regretterons l’absence d’une référence bibliographique lorsque Eric Dacheux dit que « […] Greenpeace (a investi) ses bénéfices non pas dans des fonds de placements éthiques comme il en existe en Suisse et en Allemagne, mais dans des placements spéculatifs à haut rendement dont certains étaient, semble-t-il, destinés à financer des industries chimiques et des groupes d’armement » (p. 196). Cette « information », énoncée de manière anodine dans le texte, mériterait d’être accompagnée de sa référence exacte. Eric Dacheux dit uniquement qu’il tient cette information de la presse anglo-saxonne, sans préciser de quelle presse il s’agit (presse d’information générale ? de vulgarisation ? presse à scandale ? orientée politiquement ?), ni quand et comment a été diffusée l’information. Cela dit, cet excellent article souligne le recul nécessaire vis-à-vis de l’image véhiculée par des institutions reconnues au niveau mondial et la nécessité d’essayer de prendre connaissance des moyens utilisés par ses institutions (ici la communication marketing) pour arriver à remplir leurs objectifs (la protection de l’environnement).

14Yves Laberge analyse deux messages publicitaires de la télévision canadienne pour l’Énergie atomique du Canada : l’un traite des problèmes liés à la gestion des déchets radioactifs, l’autre de la médecine nucléaire et de la sécurité des centrales. L’auteur focalise sur la mise en scène et sur les ruptures de ton perceptibles dans chaque message, entre ce qui relève du sens commun et ce qui relève du savoir expert. Le discours de l’expert est caractérisé ici par sa précision et surtout par sa vraisemblance. Le but de chacun des deux messages étudiés est de légitimer le recours à l’énergie nucléaire et les stratégies employées sont de dynamiser l’image d’une institution. Pour cela, son action est légitimée par l’affirmation du personnage de l’expert, qui par sa stature, son positionnement vis-à-vis du savoir scientifique, vient fonder la légitimité de l’Énergie atomique du Canada. L’intérêt de cet article vient principalement de ce qu’il propose une analyse fine et détaillée des scènes télévisuelles, et que la méthodologie employée est clairement justifiée.

15Les deux articles qui viennent clore la troisième partie, ainsi que l’ouvrage, sont deux analyses du média télévisuel. Isabelle Veyrat-Masson s’attache à distinguer deux histoires à la télévision, l’histoire en tant que discipline scientifique (« la grande histoire ») et l’histoire en tant que phénomène culturel (« la petite histoire » ou « l’histoire populaire » selon les dénominations employées par l’auteur). Cet article propose de réfléchir en fait à la définition même du mot et du qualificatif « populaire », question fondamentale que l’on pourrait rapprocher de celle de la définition du grand public. Selon Isabelle Veyrat-Masson, le « populaire » est généralement défini par l’élite. La petite histoire (qui se construit principalement autour d’anecdotes) favorise « une entrée personnelle à l’histoire » (p. 217), contrairement à l’histoire en tant que discipline scientifique. Les anecdotes du passé participent de la construction d’une identité culturelle. La dernière contribution est une caractérisation du contrat de lecture dans les journaux télévisés belges. Pierre Minet compare les émissions sportives et scientifiques de deux chaînes concurrentes. Il ressort de cette analyse qu’il existe un discours spécialisé à la fois pour ce qui concerne le football et pour ce qui concerne les émissions scientifiques. Mais ce qui est plus pertinent est qu’il ne semble pas y avoir de différences de contrat de lecture entre les deux chaînes lorsque celles-ci parlent de science, alors qu’il n’y a pas de différences significatives dans le traitement médiatique d’un match de football. L’auteur identifie ainsi une logique de genre pour ce qui concerne le sport à la télévision et en conclut que le football relève d’une sorte de « culture commune » ou d’« expertise populaire » (p. 228-229).

16Bien que l’ouvrage propose un ensemble extrêmement riche d’approches interdisciplinaires et de regards pertinents sur le traitement de la science dans les médias, il nous semble néanmoins important de faire quelques remarques complémentaires. Une lecture attentive de l’ensemble des contributions a pu nous faire rendre compte que les auteurs ne semblaient pas avoir une vision unifiée de ce que l’on entend aujourd’hui lorsque l’on parle de vulgarisation ou de popularisation des sciences : à côté de définitions de la vulgarisation comme une traduction d’un énoncé savant en un énoncé accessible au public qui se ferait par le biais de médiateurs (par exemple dans les articles de Jean-Robert Henry et de Denis Ruellan), figurent des visions orchestrales de la communication des sciences, qui est perçue comme un processus dynamique de négociations de savoirs (comme les analyses d’Eliséo Véron, de Sophie Moirand ou encore de Laurence Monnoyer). Environ un quart des publications s’intéresse au domaine audiovisuel, ce qui est tout à fait louable : les stratégies de mise en scène médiatique ne sont en effet pas les mêmes selon le support médiatique considéré (presse écrite, audiovisuelle ou encore électronique, même si l’on peut regretter l’absence d’une contribution sur la science en réseau). Dans tous les cas, l’objectif initial de la revue nous paraît parfaitement atteint. Par la pluralité de regards qu’elle propose (en particulier liée au fait que les auteurs viennent de disciplines variées ou occupent des postes privilégiés parfois, comme c’est le cas de Jean-Daniel Flaysakier ou de Jean-Robert Henry), la revue s’adresse à un large public en lui présentant des études de cas et des exemples locaux (comme les exemples suisses et canadiens) qui se situent au cœur de l’actualité de la recherche scientifique et technologique : la vache folle, le sang contaminé, les essais nucléaires… De nombreuses questions restent en suspens, notamment celles relatives à des problématiques phares en sociologie des sciences (plus particulièrement dans le champ des Sciences, Technologies, Sociétés ou STS), par exemple les thèmes de l’expert et de l’expertise (entamés notamment par Laurence Monnoyer et Yves Laberge), de la légitimité de parole, de l’influence des groupes de pression et des associations de consommateurs dans l’évolution des débats publics, des risques et de la communication des risques technologiques, etc. Mais face à la richesse des thèmes proposés, les contributions qui figurent dans les anciens numéros de la revue Hermès (et sans aucun doute dans les numéros à venir) peuvent apporter quelques pistes de réflexion supplémentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Dillenseger, « Dominique WOLTON (dir.) (1997), « Sciences et Médias » », Communication, vol. 20/2 | 2001, 173-183.

Référence électronique

Nadia Dillenseger, « Dominique WOLTON (dir.) (1997), « Sciences et Médias » », Communication [En ligne], vol. 20/2 | 2001, mis en ligne le 22 août 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://communication.revues.org/6602

Haut de page

Auteur

Nadia Dillenseger

Nadia Dillenseger est doctorante en Sciences de l’information et de la Communication, Université Louis Pasteur (GERSULP), Strasbourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org