Navigation – Plan du site
Articles

L’interopérabilité culturelle et l’interculturalité

Le modèle de Vifralie
Reine Al Sahyouni Bou Fadel

Résumés

L’auteure présente un exemple de l’interopérabilité qui s’oriente sur les dimensions culturelles marquées par la différence ainsi que par l’ouverture sur d’autres cultures. Au sein de cet univers interculturel où l’usage des technologies de l’information et de la communication est devenu un facteur significatif d’évolution intégré dans le partage des connaissances, l’interopérabilité et la coopération avec les autres permet de développer la capacité de mobiliser en collaboration, de comprendre la richesse de la diversité des cultures, d’assurer l'interopérabilité des systèmes, des normes internes et externes, et d’établir un cadre efficace et durable pour l'échange de bonnes pratiques.

Haut de page

Texte intégral

1L’interopérabilité n’est pas un concept nouveau dans le processus de l’apprentissage à distance qui a fait apparaître les premières notions d’interactivité avec des systèmes informatiques en utilisant les technologies de l’information et de la communication. C’est une modalité essentielle, à laquelle font face de nombreuses cultures, où l’échange d’informations, de connaissances, de données, etc., est l’activité primordiale qui permet la réalisation des procédures avec l’aide des nouvelles technologies. Tout au long de l’histoire, nous pouvons relever beaucoup d’exemples de collaboration et de coopération internationale également facilitées par les progrès technologiques observés dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC). Dès lors, comme c’est le cas dans le domaine de la francophonie en ce qui concerne l’apprentissage de la langue française en tant que langue seconde, et de l’interculturalité par l’intermédiaire d’Internet, la coopération est devenue indispensable. Ainsi, dans un monde de différences culturelles composé de pratiques professionnelles et d’une appartenance linguistique génératrice de lien social, certains facteurs d’ordre culturel et organisationnel, notamment, continuent à freiner l’interopérabilité culturelle ainsi que le développement d’un niveau plus encouragé d’intégration. Autrement dit, en collaboration, c’est la dimension culturelle et le fait de partager une langue commune qui peuvent constituer un élément fédérateur facilitant la fréquence et la qualité des contacts entre pays de cultures distinctes. En effet, ce partage de connaissances, d’informations et la richesse de la diversité permettent de déployer des capacités dans le domaine d’actions liées à des compétences spécifiques ancrées dans la différence culturelle. Cette compétence dite interculturelle est, selon Legendre (1993), indissociable de la compétence communicative et fait appel à différents types de savoirs tels que le savoir-mobiliser, le savoir-intégrer et le savoir-transférer. Cette compétence résulte de l’interaction entre une dimension communicative (tout ce qui se rattache à la communication verbale et non verbale : la langue, les mimiques, les gestes par exemple) et comportementale (tout ce qui se rattache au savoir-être : le respect, la flexibilité, l’écoute par exemple), une dimension cognitive (tout ce qui se rattache à la connaissance sur la notion de culture) et une dimension affective (tout ce qui se rattache à la sensibilité et à la compréhension par rapport à l’autre. Voir Gertsen, 1992). En d’autres termes, la communication interculturelle est un ensemble de compétences requises pour une interaction réussie entre des personnes de cultures différentes. Précisément, c’est la capacité de comprendre, d’analyser les différences d’une autre culture, de s’y adapter, d’y évoluer et d’atteindre ces objectifs dans cette différence.

2Il s’agit assurément comme l’affirme le Général Vincent Desportes « d’une question de compréhension mutuelle, c’est-à-dire d’une question traitant de la culture et de la compatibilité des doctrines » (Desportes, 2007 : 3). Dans la quête d’une définition précise du terme technique d’interopérabilité, il est signalé que cette notion se présente particulièrement sous trois aspects : l’interopérabilité technique pour tout ce qui est lié aux problèmes techniques de liaison entre systèmes, les protocoles, les données ainsi que la télécommunication, l’interopérabilité organisationnelle ou de gestion. Celle-ci modèle les processus de travail en définissant les acteurs, les procédures organisationnelles ainsi que l’interopérabilité sémantique qui assurent la compréhension des informations échangées par n’importe quelle autre application sans avoir recours à la traduction des textes. Ce qui fait que l’interopérabilité « permet de faire communiquer des systèmes disparates » (Favier et El Hadi, 2013 : 25). Dans notre étude, il s’agira principalement de l’interopérabilité organisationnelle et de l’interopérabilité sémantique. Le présent article tente d’apporter, d’une part, des éléments de réponse aux problèmes suscités par le concept d’interopérabilité. Il examine également les pratiques et les enjeux de l’interopérabilité culturelle ainsi que la place qu’elle occupe aujourd’hui dans la société d’information marquée par les activités de partage et d’échange interculturel visant l’interopérabilité culturelle. D’autre part, il tente de saisir le sens de ce phénomène complexe en considérant systématiquement son contexte d’évolution dans un univers pluraliste surtout sur le plan linguistique et culturel.

3À l’ère du numérique, l’interculturalité, ou le contact entre cultures, et l’interopérabilité culturelle, voire la compréhension ainsi que la compatibilité des systèmes, des informations et des échanges, présentent certains avantages. Ce partage et cette collaboration interculturelle avec les autres, au moyen des technologies de l’information et de la communication, permettent également de déployer des recherches ayant pour objectif d’aborder davantage les enjeux stratégiques et socioculturels de ces nouvelles technologies, ainsi que leur place dans le changement social et l’interopérabilité culturelle avec d’autres pays devenue primordiale. La question qui se pose est donc de savoir dans quelle mesure le degré de l’interopérabilité peut évoluer ou échouer dans un univers interculturel. Autrement dit, savoir si le processus d’agir ensemble et avec les autres dans un environnement interculturel par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication contribuera à améliorer le degré de l’interopérabilité culturelle et à rapprocher les mentalités culturelles et professionnelles. Cette réflexion engage une série d’interrogations sur les modes de régulation de l’information et ses outils, la responsabilité liée au stockage de l’information sur Internet (la mise en ligne de textes, etc.), le développement d’une administration et d’une interopérabilité culturelle formées dans le partage, l’échange et la rencontre avec les autres dans un espace de travail collaboratif virtuel.

4Ainsi, dans un univers marqué par une grande diversité — interne et externe —, le fait de partager une langue et une culture communes joue un rôle important, qui facilite la qualité des relations entre les pays. Différents types de collaborations peuvent avoir lieu lorsque des individus de cultures différentes agissent ensemble dans le cadre d’un projet multinational. L’objectif du présent article est donc de montrer deux conceptions de la relation qui existe entre l’interopérabilité culturelle et l’interculturalité à l’ère du numérique : l’une pragmatique pour revenir sur les notions de culture, d’interculturalité, d’interaction, d’interopérabilité ; l’autre empirique, basée sur la sensibilisation à la différence culturelle et l’analyse des stratégies de coopération et d’interopérabilité culturelle relevées dans notre étude de cas sur l’initiative menée in situ Vifralie (Vivre le français en ligne à l’école). Bref, l’objectif est de progresser de l’apprentissage coopératif à l’apprentissage de la coopération. Également, l’accent est mis sur les deux facettes de l’interopérabilité : les points positifs marqués par les aspects socioaffectifs, linguistiques, métalinguistiques, acquisitionnels et interculturels. Et les points négatifs que peut avoir celle-ci (malentendus, incompréhension, etc.).

  • 1 Par définition, un wiki est un moyen idéal pour partager des informations entre des personnes ayant (...)

5Pour étayer notre argumentation sur la conception sociocognitive de l’interopérabilité culturelle par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication, nous nous sommes basée sur des références théoriques essentiellement interactionnistes. Nous nous inspirons des travaux d’Erving Goffman (1991), avec qui nous partageons l’idée que l’interaction sociale est constituée de processus cognitifs, voire constructive des savoirs, et que les savoir-faire langagiers élargissent en situation de communication interculturelle sur Internet la compréhension des manières d’agir et de réagir aux nouveaux environnements. D’autres positionnements théoriques inspirés de la sociologie des usages ont marqué aussi notre étude. Ainsi, en nous basant sur les travaux de Pierre Chambat et Josiane Jouet, nous avons cherché à démontrer la construction sociale de l’usage technique des TIC résultant de l’interaction entre le social et la technique (l’exemple de l’interopérabilité avec les autres à travers les wikis1), comme la met en évidence Jouet (2000). Et afin de comprendre la valeur de cette conception (interopérabilité culturelle), en particulier les tâches d’interaction par l’intermédiaire des TIC pour l’acquisition de la langue, nous nous sommes appuyée sur l’approche basée sur la tâche lancée par Michel Long (2002) comme réaction aux activités communicationnelles. Avec Long, nous soutenons l’idée que l’apprenant n’est pas censé accumuler les formes, c’est-à-dire les connaissances, pour maîtriser la langue. Cette approche favorise la réflexion tout en permettant la découverte, la coopération, le défi et la présentation. Notre attention accordée à l’interopérabilité culturelle renvoie à l’idée de l’orientation sociolinguistique formulée par Claude Springer (2009 : 25-26). Nous sommes convaincue qu’on n’apprend pas seul, mais par l’interaction et la coopération avec les autres.

  • 2 L’observation participante en situation directe (rôle actif et émergent) a été rendue possible grâc (...)

6En ce qui a trait à la méthodologie adoptée, le présent article s’appuie sur différents types de données, mais aussi sur une variété d’acteurs rencontrés (élèves en classe de CM2, enseignants de la langue française, informaticiens, etc.). Le premier type de données est issu d’une enquête par observations participante2, une technique employée pour nous familiariser avec les participants et avoir un regard interne sur le déroulement de l’expérience. Pour ce faire, nous nous sommes intéressée à l’observation directe ou en situation. Les modalités d’observation consistaient à répondre aux questions : qui ? quoi ? où ? comment ?

Tableau . Les modalités de l’observation

Tableau . Les modalités de l’observation

7Pour faciliter le travail, nous avons dressé une sorte de grille d’observation, basée sur les modalités pratiques de l’interaction (ce que les individus font et ce qu’ils disent…) et de l’interopérabilité avec les autres, ainsi que sur les stratégies utilisées pour se comprendre (ouverture d’esprit, confiance, motivation, respect, types de savoirs mobilisés…). La grille est également basée sur des données recueillies lors d’entretiens semi-directifs (élèves, enseignants, coordinateurs, responsables…) que nous avons menés sur le terrain entre 2009 et 2011. Il s’agit d’une technique qualitative de recueil d’informations, adoptée pour centrer le discours de la personne interrogée. Cette méthode nous a permis d’analyser des réactions, des opinions ainsi que des propositions et de vérifier les faits. Le choix de ces formes d’investigations empiriques est fonction de deux facteurs : le sujet en lui-même et le contexte socio-interculturel. L’usage des technologies de l’information et de la communication dans le cadre de ce projet sert non seulement à définir le rôle de ces technologies, mais aussi à promouvoir les échanges ainsi que le partage du patrimoine culturel et à favoriser une coopération et une interopérabilité culturelle réussies entre les différents acteurs. Les approches ethnographiques basées sur les récits, les pratiques observées et les conversations informelles nous permettront de comprendre les pratiques ainsi que les stratégies d’interaction et de coopération utilisées par les différents acteurs. Elles nous permettront également de voir en quoi l’interculturalité offre non seulement des possibilités nouvelles pour l’interopérabilité culturelle, mais présente aussi des défis importants pour les enseignants et les apprenants habitués à travailler dans un contexte interculturel.

Différentes perspectives conceptuelles

De la culture à l’interculturalité

8Dans un contexte de plus grande diversité, les concepts de culture, de langue, d’interculturalité et d’interopérabilité sont essentiels. Les personnes issues de différentes cultures sont non seulement membres d’une communauté particulière, mais elles ont également des référents culturels divers (culture nationale, linguistique…). L’hétérogénéité de la culture ainsi que la diversité observée à l’ère du numérique font référence à la pluralité et à la modification. On parle désormais de cultures au pluriel. Que désignons-nous alors par le terme de culture ?

9La culture constitue un construit collectif et évolutif. Elle désigne l’ensemble des pratiques, des manières d’être et de sentir. Autrement dit, l’ensemble des sens produits par les membres d’un groupe qui, du fait même de leur appartenance à ce groupe, sont incités à donner une lecture partagée de leurs productions, pratiques, langages, etc., d’où l’homogénéisation des représentations et des attitudes. C’est pourquoi le terme s’applique désormais à tout, et c’est pourquoi la culture est à la fois hétérogène et dynamique dans le temps (Camilleri, 1989).

10À l’heure actuelle, l’usage des technologies de l’information et de la communication permet davantage de rencontres et d’échanges avec des interlocuteurs issus de contextes linguistiques et socioculturels variés. Grâce à cette diversité culturelle, une nouvelle réalité s’est développée sous la forme d’échanges culturels entre des gens appartenant à des collectifs différents, d’où l’interculturalité. Aujourd’hui, ce terme en vogue est devenu « une source d’enrichissement culturel réciproque qui propose de tirer profit des différences culturelles » (Verbunt, 2011 : 12).

11Qu’est-ce que l’interculturel ? Tenter de définir ce terme représente un grand défi. Le débat sur l’interculturalité lui a donné un aspect complexe. C’est un concept dynamique du fait qu’il a lieu à la suite de l’interaction et de la relation qui s’établissent par le contact des cultures. En réalité, c’est une notion qui recouvre une pratique ancienne, mais qui a pris de l’ampleur avec l’arrivée des nouvelles technologies de l’information et de la communication. D’après François Mariet, « l’interculturalité n’est pas donnée par les médias, elle doit se construire dans leur consommation. Les médias sont l’occasion d’expérience interculturelle, ils ne sont pas interculturels a priori » (1999 : pp.193-207). Pour mieux comprendre la notion de l’interculturalité, nous adoptons la définition avancée par C. Clanet : « L’interculturalité c’est l’ensemble des processus — psychiques et intrapsychiques, relationnels, groupaux, institutionnels — engendrés par ces mises en relation, ainsi que les changements et transformations réciproques qui en résultent » (1993 : 70). Toujours selon Clanet, l’interculturalité vise trois fonctions principales : « apprendre à vivre avec l’hétérogénéité culturelle » (apprendre à relativiser), « apprendre à négocier, à accepter le conflit et à faire des compromis », « apprendre à emprunter, à faire l’expérience et à critiquer » en développant la technique du dialogue.

12Il semble donc que l’interculturalité est appréhendée comme un concept positif définissant à la fois un processus et un champ interactif où l’accent est mis sur les relations qui s’instaurent entre les personnes appartenant à des cultures différentes culturellement identifiées. Elle présente donc une dimension humaine : « Ce qui entre en relation ce ne sont pas des cultures ou des identités nationales, la communication implique toujours des personnes et ce sont elles qui véhiculent ou médiatisent les rapports entre cultures » (Ladmiral et Lipiansky, 1989 : 11). La composante interculturelle, mise en avant dans le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL), amène des apprenants à développer leurs savoirs (les connaissances relatives à la vie quotidienne), leurs savoir-être (acquis par l’apprenant au cours de sa communication avec les représentants d’autres cultures) et leurs savoir-faire (le rôle d’intermédiaire culturel entre les deux cultures).

13Ainsi, « l’accent se déplace du culturel vers l’interculturel » (Verbunt, op. cit. : 32). Cette réalité implique de poser des questions qui se trouvent au cœur du présent article : développer une vision de partage et de coopération pour l’exploitation des contenus culturels numérisés pour une interopérabilité réussie au sein des pays francophones.

L’interopérabilité : une définition qui se cherche

14L’interopérabilité apparaît souvent comme une condition nécessaire pour favoriser les échanges et faciliter la coordination entre les différents acteurs, avec l’aide des nouvelles technologies. Autrement dit, il est indispensable que les différentes personnes et machines par lesquelles transite une procédure déterminée parlent le même langage. Dans la quête d’une définition précise de ce terme technique d’interopérabilité, il est signalé que cette notion peut être appréhendée différemment selon les activités de chaque secteur. Dans certains secteurs, elle se présente particulièrement sous l’aspect technique pour tout ce qui concerne les problèmes techniques de liaison entre systèmes, les protocoles, les données ainsi que la télécommunication. Dans d’autres cas, l’interopérabilité semble rejoindre la notion de l’organisation ou de gestion ; celle-ci modèle les processus de travail en déterminant les acteurs et les procédures organisationnelles. Dans la même perspective, nous désignons par ce terme l’interopérabilité sémantique qui assure la compréhension des informations échangées par n’importe quelle autre application sans avoir recours à la traduction des textes. Au-delà des aspects techniques, la composante culturelle est souvent une dimension essentielle à la réussite d’un projet impliquant une interopérabilité entre différents acteurs. Ce problème nous incite à revoir non seulement les composantes culturelles, mais aussi celle de l’interculturel (ce sont les représentations, les savoirs, les savoir-être, les savoir-faire et les savoir-apprendre). Dans notre étude, il s’agit, comme nous l’avons déjà signalé, de l’interopérabilité culturelle et de l’interopérabilité sémantique. Il est question de la coopération entre quatre pays francophones (la Belgique, l’Arménie, la Bulgarie et la Roumanie). L’interopérabilité culturelle est ici basée sur des échanges culturels et sur le partage de connaissances par l’intermédiaire des wikis.

Les dimensions culturelles de l’interopérabilité

15Le mouvement d’ouverture et de partage des connaissances du secteur culturel ou « l’interopérabilité culturelle » est un projet qui innerve aujourd’hui les réflexions de l’ensemble des acteurs culturels évoluant à l’ère du numérique. L’accessibilité et l’ouverture des connaissances représentent un puissant levier de croissance pour la culture et de transformation des stratégies de développement des institutions culturelles. Autrement dit, le fait d’intégrer les éléments culturels, de les partager et de les interpréter de la même manière contribue à une standardisation des pratiques organisationnelles.

16Afin de définir ce que nous désignons par l’interopérabilité culturelle ou les dimensions culturelles de l’interopérabilité relevées dans un univers de travail interculturel, nous nous sommes appuyée sur la définition d’Edgar Schein (1992), qui se propose d’aborder la culture à partir des trois niveaux d’analyse illustrés dans la figure 1.

Figure 1. Les trois niveaux de la culture

Figure 1. Les trois niveaux de la culture

17Le niveau des artéfacts correspond également à tout ce qui est visible dans un contexte de travail interculturel et interopérable, et qui peut se caractériser, comme le signalent Jesper Pedersen et Jesper Sorensen (1989 : 29), par un lieu précis (école, université, etc.), la langue d’échange, la culture (traditions, histoire, etc.). Le deuxième niveau, celui des valeurs, est marqué par le sens du respect, de la coopération et de la collaboration, par la flexibilité et par la confiance, qui sont des valeurs essentielles dans un univers de travail interculturel. Le dernier niveau, celui des prémisses, met l’accent sur le comportement des différents membres du groupe et sur l’ambiance de travail, qui repose sur un climat de confiance

Les enjeux et les principes de l’interopérabilité culturelle

18L’interopérabilité culturelle ne se limite pas au processus de l’acquisition ou du transfert et de l’échange de connaissances culturelles ; elle permet également l’acquisition ainsi que la maîtrise d’une langue étrangère dans ses dimensions linguistiques et culturelles, le respect de l’autre et l’ouverture à l’altérité, en plus de fournir l’occasion de remettre en cause des stéréotypes sociaux. En effet, l’un des plus grands principes de l’interopérabilité culturelle rejoint celui de l’approche pédagogique de l’interculturalité présentée comme une pédagogie coopérative co-constructive centrée également sur l’apprenant, du point de vue des savoir-faire employés dans des activités visant la prise de conscience du rôle de la culture dans les échanges avec les autres, donc l’expérience de gérer et de partager des connaissances avec l’autre.

19Les bénéfices d’une telle interopérabilité culturelle sont multiples :

  • Premier bénéfice : dans un univers interculturel, permet de s’intégrer dans l’environnement culturel de l’autre ;

  • Deuxième bénéfice : à l’ère du numérique, permet d’élargir ses connaissances culturelles ainsi que ses compétences développées dans l’interaction avec les autres, que ce soit en ce qui concerne des savoirs constitués par les connaissances générales (concepts, savoirs disciplinaires, etc.), les connaissances propres à l’environnement professionnel (règles de gestion, culture organisationnelle, etc.), les connaissances procédurales (méthodes, règles opératoires, procédures, etc.) ou des savoir-faire qui sont des savoirs actualisés par les leçons tirées de l’expérience. Nous y trouvons des savoir-faire opérationnels, des savoir-faire expérientiels, des savoir-faire relationnels, des savoir-faire cognitifs, etc. ;

  • Troisième bénéfice : permet de concentrer ses efforts sur l’élimination des stéréotypes négatifs engendrés par la différence ;

  • Quatrième bénéfice : respecter l’engagement, l’interopérabilité culturelle dans l’interculturalité est une expérience de changement, un processus de transformation qui met à contribution tous les sens, les connaissances et les comportements. Et surtout, cela met en évidence que la langue est un élément fondamental de la culture.

La présentation de l’espace collaboratif et interculturel

20Depuis sa création, la francophonie travaille dans une vision de partenariat avec les langues et les cultures de son aire géopolitique. L’OIF (Organisation internationale de la Francophonie), consciente de la nécessité de l’ouverture sur les autres cultures du monde, autrement dit sur le dialogue des cultures, et en partenariat avec l’Unesco et l’AUF (Agence universitaire de la Francophonie), s’engage dans un processus d’apprentissage de la langue française et de l’interculturalité intégrant l’usage des technologies de l’information et de la communication dans les établissements scolaires. À ce titre, elle se lance dans un projet ancré dans un contexte éducatif, effectué en milieu interactif et collaboratif facilité également par l’usage des technologies de l’information et de la communication. Les TIC, devenus un facteur significatif d’évolution intégré dans le partage de la culture et de l’interopérabilité, poursuivent les objectifs généraux suivants : le développement de la capacité de mobiliser en collaboration, de comprendre la richesse de la diversité des cultures, d’assurer l’interopérabilité des systèmes et des normes internes et externes, pour pouvoir établir à la fin un cadre efficace et durable pour l’échange de bonnes pratiques culturelles.

21L’objectif de la présente section est de décrire le projet Vifralie3 (Vivre le français en ligne à l’école). Ce projet a duré 21 mois4 et a réuni 300 apprenants, 30 enseignants et 5 animatrices, au sein de quatre pays francophones5.

  • 6 Cette initiative est basée sur l’élaboration d’un travail d’écriture collaborative d’une histoire c (...)

22Ancré dans un contexte de développement constant, celui du numérique, ce projet de recherche-action, porté au bénéfice de jeunes apprenants âgés de 9 et 10 ans et de professeurs de langue française dans différents pays francophones, présente l’un des exemples de l’interopérabilité culturelle qui s’oriente sur les dimensions organisationnelles et culturelles marquées par l’ouverture aux autres. Il s’agit en l’occurrence de permettre la circulation d’échanges culturels entre de jeunes enfants autour des valeurs constitutives de l’identité et de la construction de chacun, et ce, à une échelle internationale (Union européenne, pays d’Europe centrale et orientale, Arménie). Une méthode de travail et d’apprentissage collaboratif par Internet comme celle qui est proposée ici, impliquant à la fois l’utilisation des technologies les plus modernes, l’ouverture interculturelle et l’interopérabilité, pourrait représenter un facteur important pour augmenter l’intérêt du public à l’égard de l’enseignement francophone en général dans ces zones géographiques. L’idée est de développer un travail d’écriture6 collaborative sur le Web (espace de partage : les wikis) et de favoriser les échanges virtuels. Les résultats attendus sont de créer et de mettre en application une plateforme numérique qui représente un lien de partage entre les participants de différents pays.

Les normes et les standards en éducation : le modèle interculturel

  • 7 Moodle (Modular Object-Oriented Dynamic Learning Environment), une application Web à code ouvert dé (...)

23L’approche de l’enseignement/apprentissage par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication a fait apparaître les premières notions d’interactivité avec des systèmes informatiques, utilisant également les technologies de l’information et de la communication. Cependant, la mise en place de tels dispositifs complexes (TIC) dans un processus d’apprentissage interculturel à distance n’est pas simple ni pour l’apprenant ni pour l’enseignant, surtout lorsqu’il s’agit de différents apprenants et de différentes cultures. Dans ce sens, nous avons pris en compte l’apprentissage centré sur l’apprenant et les différents aspects cognitif, émotionnel et comportemental de l’apprentissage collaboratif et interopérable à distance également facilités par l’usage des technologies de l’information et de la communication. Pour ce faire, nous avons orienté le travail et les tâches d’apprentissage interactif que les participants devaient accomplir dans le cadre de Vifralie vers la conception et l’adaptation d’une plateforme éducative facilitant l’organisation, la génération ainsi que l’administration du contenu culturel pédagogique. La plateforme numérique a été déployée dans l’environnement Moodle7, qui représente une plateforme d’enseignement à distance permettant une création facile de cours, la possibilité de partager les informations ainsi que les connaissances. Le module wiki de Moodle permet aux participants d’ajouter du contenu, de l’étendre et de le modifier.

La plateforme Moodle

24L’apprentissage de l’interculturalité et de l’interopérabilité à distance facilité par des plateformes éducatives numériques offre un champ d’activité large dans le processus d’apprentissage. Pourquoi avoir choisi Moodle ? Du point de vue pédagogique, Moodle garantit par l’intermédiaire du mécanisme d’interopérabilité une réutilisabilité du contenu éducatif. Il s’agit à la fois des processus locaux dans l’apprentissage collaboratif et des discussions générées par une collaboration sociale plus large dans un domaine donné, l’apprentissage d’une langue étrangère, comme dans le cas du projet Vifralie. Ajoutons aussi que cette plateforme présente aux enseignants une méthode facile de création et d’administration du contenu sous la forme de cours en ligne. Ainsi, les apprenants accèdent aux mêmes ensembles de ressources de la même manière. Sur le plan technique, Moodle présente une architecture client-serveur. Tous les contenus des opérations et des fonctions sont sur le serveur ; autrement dit, ce logiciel est centré sur le concept d’activités qui se développent autour d’un ou plusieurs cours. Ces activités sont nombreuses et différentes : leçons, devoirs, wiki, forum, etc.

25Dans cet espace virtuel d’apprentissage constitué par la plateforme Moodle, l’identité du projet Vifralie s’appréhende au premier abord à travers les détails présents sur cette plateforme. Chaque enseignant agence et structure les textes de ses élèves en intégrant les outils nécessaires au bon déroulement des activités proposées : forum, chat, wiki, etc. Les espaces de consultation de documents, de travail individuel ou collaboratif peuvent être ouverts à tous les étudiants inscrits. Tous les textes sont enregistrés. Dans cette perspective, Moodle permet la mise en œuvre de choix didactiques très variés, allant d’une formation individualisée à de l’apprentissage en petits groupes tout en permettant aux apprenants de communiquer entre eux et de construire mutuellement leurs connaissances. Le Moodle de Vifralie8 est développé sur l’un des serveurs de l’AUF — Bureau Europe centrale et orientale à Bucarest. Dans une première phase, l’équipe technique a configuré les activités liées aux wikis du projet (les histoires de Vifralie et la Journée de la Francophonie à Sibiu, un espace wiki de 20GB), les cours (initiation TIC, utilisation Moodle, apprendre le français), les forums (la possibilité de discuter)… Pour des raisons de sécurité, l’accès à Moodle se fait par l’intermédiaire d’un nom d’utilisateur, d’un mot de passe et d’une adresse de courrier électronique ; tous les enseignants, les coordonnateurs, les évaluateurs, les animateurs et les conseillers didactiques et pédagogiques ont un nom d’utilisateur et un mot de passe

Moodle : un environnement d’apprentissage collaboratif et interopérable

L’apprentissage collaboratif

26Parler de l’apprentissage, c’est surtout parler de l’individu, de sujets, d’acteurs sociaux et de leurs outillages conceptuels. D’ailleurs, Develay, cité par Jacques Tardif, souligne qu’« apprendre, c’est fréquemment se construire du pouvoir par du savoir » (1998 : 17). Nous pouvons donc conclure que le paradigme d’apprentissage met l’accent sur le développement des compétences conçues comme des savoir-faire complexes qui mobilisent des connaissances en exigeant leur intégration. D’ailleurs, dans un contexte de travail collaboratif interculturel, les connaissances se construisent par les interactions avec les autres. Apprendre, c’est d’abord agir et ensuite communiquer au sein de collectifs de travail. Donc, pour définir l’apprentissage collaboratif, nous pouvons dire qu’il correspond à toute activité d’apprentissage réalisée par un groupe d’apprenants ayant un but commun, chaque membre étant une source d’information, de motivation, d’interaction, d’entraide (Henri, 2001) et bénéficiant des apports des autres et de l’aide d’un formateur facilitant les apprentissages (Harasim, 1989). C’est la raison pour laquelle nous avons intégré, dans le cadre de l’initiative pédagogique Vifralie, un ensemble d’outils d’apprentissage générant un ensemble important d’interactions et de partage de documents : chat, forum, wiki, blogue. Cet échange permettra d’améliorer la qualité des informations, des connaissances et des savoirs, et de mettre en valeur l’intérêt du travail collaboratif interopérable dans un univers interculturel. Afin de renforcer, d’une part, l’aspect social et, d’autre part, l’aspect de partage de documents et de connaissances, nous avons intégré des logiciels libres, comme Skype et FlashMeeting, permettant la discussion synchrone numérique (DSN), ainsi que la génération de wikis et de blogues.

Les outils de l’apprentissage collaboratif

27À l’ère du numérique, la question du partage des informations, des connaissances et des savoirs est devenue centrale. L’évolution des technologies de l’information et de la communication a rendu de plus en plus facile l’accès à l’information et a augmenté par la suite la rapidité de son traitement. Toutefois, une distinction s’impose entre ces trois concepts.

28Commençons d’abord par l’information qui, selon Jacques Legroux (1981), relève du domaine social, ce qui a pour conséquence qu’elle est extérieure à l’individu et elle n’existe pour ce dernier que lorsqu’elle entre dans son monde d’action. Mais, pour entrer dans ce monde, l’information doit trouver un sens utile pour des pratiques de mises en œuvre par l’individu. Olivier Le Deuff retrace l’étymologie de la notion de l’information :

Le concept d’information dans son usage ordinaire, est habituellement lié à une activité de connaissance. Il rejoint en cela le concept médiéval d’informatio. En effet, dans la tradition médiévale, lorsque l’anima connaît, elle n’ingère pas les objets du monde extérieur. Mais au contraire, elle est « informée » de cet objet. Dans l’acte de « cognitio », on dit que l’âme procède par la sensation qui, dans ce processus, ne saisit pas la materia de l’objet connu mais uniquement sa forma. Dans l’anima, l’objet est alors présent à nouveau — re-presentatio — mais sous une autre forme. La conséquence de ce processus est que l’âme est — in actu — « informata ». De ce fait, elle ne peut traiter qu’une représentation, c’est-à-dire une « informatio » (2010).

29Pour sa part, Jean Meyriat affirme que « l’information est le contenu cognitif du processus de communication », c’est une activité « de deux (ou plusieurs esprits) qui communiquent entre eux, et le font d’ailleurs dans un environnement social dont les multiples composantes influencent les conditions de sa création, de sa transmission et de sa réception » (1985 : 65-74). Toujours selon Meyriat, la « connaissance transmise et acquise, constitutive de savoirs » est « au cœur de toutes les activités humaines, toutes celles du moins dans lesquelles l’esprit est de quelque manière engagé » (1983 : 63-89).

  • 9 Voir Nonaka, Toyama et Konno (2000 : 5-34).

30Contrairement à l’information, la connaissance relève du domaine privé, personnel. C’est un processus humain dynamique créé à travers une interaction sociale entre individus, elle est propre à un contexte9. Selon Martine Beauvais (2003), la connaissance est liée à l’individu qui l’incarne et représente une partie constitutive de son être et de son identité. Ce qui nous mène à dire que la connaissance est avant tout un vécu et une expérimentation de la chose connue ou à connaître. C’est pourquoi, selon Legroux, « la connaissance engage la personne toute entière, autant avec son affectivité qu’avec son intelligence, autant avec son expérience qu’avec sa raison » (op. cit. : 344). Dans le même sens, J.-G. Ganascia (1996) distingue « la » connaissance « des » connaissances. Il explique que la connaissance vise le rapport privilégié qu’entretient un sujet avec une chose ou une personne. Les connaissances se rapportent au contenu et relèvent non pas de l’individu, mais de la communauté des individus et recouvre ainsi différents domaines.

31Enfin, entre l’information et la connaissance, le savoir se caractérise par une connaissance sur quelque chose. C’est « un ensemble organisé de connaissances qui concernent tout ce que nous pouvons apprendre et transmettre » (Kiyindou, 2011 : 9). Aujourd’hui, à l’ère du numérique, le savoir serait un ensemble organisé d’informations, de connaissances qu’il faut apprendre à utiliser. Autrement dit, le savoir se caractérise comme un bien collectif. La figure ci-dessous explique et résume le rapport qui existe entre l’information, la connaissance et le savoir.

Figure . Le rapport entre l’information, la connaissance et le savoir

Figure . Le rapport entre l’information, la connaissance et le savoir

Source. Legroux et Astolfi (1992).

32Yves Jeanneret explique en précisant que « nous pouvons employer le terme d’information pour désigner la relation entre le document et le regard porté sur lui », « celui de connaissance pour indiquer le travail productif des sujets sur eux-mêmes pour s’approprier des idées ou des méthodes » et « celui de savoir pour caractériser les formes de connaissance qui sont reconnues par une société ». Et il conclut que « ces notions se conditionnent mais n’équivalent pas l’une à l’autre » (2000 : 66-76).

33L’ouverture ainsi que l’accessibilité des réseaux numériques et d’Internet ont permis l’évolution des technologies et ont offert de nouvelles perspectives surtout dans le domaine du partage des connaissances. Le résultat de cette évolution se traduit par le besoin d’élaborer une structure de communication et d’interopérabilité basée sur des normes communes facilitant également l’accès à l’information et aux connaissances. Ainsi, des spécificités et des normes de travail communes telles que l’usage de la langue française et la plateforme Moodle ont été adoptés dans le cadre de notre expérience Vifralie, d’un côté, pour faciliter l’interopérabilité entre les différents pays participants sur le plan du partage et de l’échange et, de l’autre, pour permettre la réutilisation du contenu culturel et pédagogique.

Synthèse et discussion des résultats

34Les résultats recueillis dans nos enquêtes en ce qui concerne l’évaluation des tâches et des activités d’apprentissage interactif, voire interopérable, mettent l’accent sur trois dimensions essentielles : la dimension socioaffective (la présence sociale), la dimension interculturelle (la présence culturelle) et la dimension métalinguistique (la présence éducative), celle-ci constituant également la base de l’interopérabilité culturelle dans un contexte de travail interculturel.

  • 10 Communication interculturelle effectuée en mode de visioconférence en utilisant le logiciel Skype o (...)
  • 11 Il s’agit d’abord de la participation principale ou légitime, quand un locuteur prend la parole dev (...)

35Rappelons que l’un des rôles conférés, dans notre étude, aux technologies de l’information et de la communication était d’établir d’une part une interopérabilité basée sur la compréhension mutuelle et la communication entre les apprenants de cultures distinctes en mode de discussion synchrone numérique10 (DSN) et, d’autre part, d’activer le dialogue interculturel, l’échange en langue française et la collaboration entre les participants. Ainsi, l’interopérabilité médiatisée par les séances de visioconférence a reflété des caractéristiques résultant des conditions techniques de ces outils (TIC) par rapport à l’interopérabilité en face à face. Parmi ces caractéristiques, nous en trouvons une qui revient souvent : celle qui met l’accent sur la difficulté de gérer le tour de parole produite par le décalage de l’émission et de la réception du son ou par l’absence du contact oculaire. Dans cette perspective, Goffman (op. cit.) fait remarquer que dans une situation d’interaction et d’interopérabilité, le participant fait appel à un ou plusieurs cadres ou schémas interprétatifs pour cibler un événement parmi d’autres. Ainsi, dans le cadre d’une interopérabilité médiatisée, plusieurs activités se déroulent simultanément, mais une seule activité sélectionnée devient le centre de l’attention des participants. Goffman (op. cit.) parle de plusieurs statuts de participation11. Il nous semble qu’un tel trait organisationnel est mis en évidence dans une situation d’interopérabilité par visioconférence sur Internet en raison de la présence de certains outils (caméra, micro, etc.) susceptibles de susciter la curiosité des apprenants qui se motivent par le fait de collaborer et d’interopérer avec l’autre à travers un petit écran comme celui de l’ordinateur.

36En réalité, l’usage des technologies de l’information et de la communication dans le processus de l’interopérabilité et de l’interculturalité à travers les échanges établis par Internet a permis aux participants de développer des compétences liées à la sensibilisation à la différence, en d’autres termes, « le développement de la sensibilité interculturelle », idée soutenue par Milton Bennett (1993 : 23). Ce processus, constitué de deux cycles principaux : l’ethnocentrisme et l’ethnorelativisme, met l’accent sur la façon ou le comportement à suivre pour reconnaître et gérer les différences concernant la perception du monde par les différentes cultures. Dans le même sens, nous avons également pu dégager, comme nous l’avons signalé plus haut, trois aspects essentiels de l’interopérabilité en milieu interculturel :

    • 12 Voir Higashi et Krishi (2009).
    • 13 Voir ibid.

    La dimension socioaffective, influencée par des facteurs environnementaux tels que le lieu, le contexte (univers interculturel), la culture et la technologie en elle-même. Cette dimension se caractérise d’abord par un point primordial, celui du besoin d’identifier une personne par une rencontre virtuellement réelle12. Nous avons remarqué que la communication en visioconférence joue un rôle de catalyseur pour activer la participation des apprenants. L’usage d’Internet pour interopérer avec les autres fonctionne ainsi d’une manière complémentaire pour consolider le lien socioaffectif des apprenants. Ensuite, cette même dimension se traduit par la diminution de la distance interpersonnelle (le registre familier), comme l’affirment Higashi et Krishi (op. cit.), ce qui a modifié la forme des relations entre les apprenants de différents pays. Cette modification a été observée dans l’usage d’un registre familier chez les apprenants, notamment par l’emploi du prénom personnel (« vous » vers « tu »). Et enfin, le caractère socioaffectif des interactions est marqué par le partage d’un point commun dans les relations13.

  • La dimension métalinguistique, marquée par la répétition ou la reformulation de l’énoncé du non-natif pour confirmer la compréhension sans avoir recours à la traduction, et sans l’intimider. L’usage des TIC comme moyen d’échange entre les participants les a poussés à pratiquer la langue, ce qui les amène à développer leur capacité à s’exprimer et à communiquer. Dans ce sens, l’interopérabilité culturelle permettra aux participants de prendre conscience de leurs capacités à communiquer en leur faisant voir l’écart entre ce qu’ils savent et ce qu’ils veulent dire. Ils acquerront ainsi la confiance de réussir cet échange.

  • La dimension interculturelle, reflétant la diversité culturelle et mettant l’accent sur la mobilisation des connaissances sur la culture cible et la capacité de se mettre à la place des autres. Nous avons constaté que la compétence interculturelle ne s’acquiert pas à court terme. En revanche, la participation à un groupe d’apprenants interculturels offre sans doute des espaces acquisitionnels de compétences interculturelles.

37Désormais, utiliser les TIC dans le but de collaborer avec les autres va générer automatiquement de nouvelles formes et méthodes de l’interopérabilité culturelle réussie qui s’organisent autour de cinq points essentiels :

  • Se motiver : pour étudier la question de la motivation, Wlodkowski (1985) explique qu’il existe des facteurs qui peuvent influencer la motivation dans un contexte d’interopérabilité culturelle tels que l’attitude (comportement, réaction, sourire, etc.), le besoin (désir de poursuivre le contact, etc.), la compétence (signe de progrès), les émotions (tremblement, agitation), la coopération sociale (absence de timidité, tutoiement, etc.) ;

  • S’informer ;

  • S’activer ;

  • Interagir ;

  • Produire.

Conclusion

38Nous avons ici essayé de donner une vision générale de Moodle, qui présente une méthode facile pour la création et l’administration du contenu culturel en ligne ainsi que l’interopérabilité entre différentes cultures. Toutefois, en milieu interculturel, il existe des facteurs d’ordre organisationnel et culturel qui peuvent empêcher le développement, l’intégration et la réussite de l’interopérabilité. La diversité des populations mondiales rend difficile une harmonie dans leurs rapports. Dans l’actualité, nous constatons toutefois qu’un grand nombre de pays sont représentés dans des organisations internationales et interculturelles. L’effet de ces référents communs contribuera assurément à l’évolution et à l’amélioration du degré d’interopérabilité et rapprochera par la suite les mentalités culturelles et professionnelles sur tous les plans. L’apprentissage de l’interculturalité, par l’intermédiaire des technologies de l’information et de la communication, s’avère être un outil qui pourra rendre l’interopérabilité culturelle plus signifiante et augmenter par la suite la capacité à résoudre les problèmes de communication et de compatibilité linguistique. Apprendre en contexte interculturel médiatisé, s’appuyant sur une plateforme numérique, semble donc constituer une nouvelle forme de l’interopérabilité.

39La valeur ajoutée de la perspective interculturelle pour une interopérabilité réussie sur le plan culturel, c’est qu’elle se définit essentiellement comme une formation à l’observation, à la compréhension, à la relativisation des données de la culture étrangère, non pour la prendre comme modèle à imiter, mais précisément pour développer le dialogue des cultures, donc le partage des connaissances au sein des pays francophones.

Haut de page

Bibliographie

ABDALLAH-PRETCEILLE, Martine (1999), L’éducation interculturelle, Paris, Presse universitaire de France, Coll. « Que sais-je ? »

BEAUVAIS, Martine (2003), Savoir enseignés : question(s) de légitimité(s), Paris, L’Harmattan.

BENNETT, Milton John (1993), « Towards ethnorelativisim: A development model of intercultural sensitivity », dans R. M. PAIGE (dir), Education for the Intercultural Experience, Yarmouth, Intercultural Press, p. 21-71.

BERRY, John (2005), « Acculturation: living in two cultures », International Journal of Intercultural Relations, 29 : 697-712.

CAMMILERI, Carmel (1989), Le choc de cultures : concepts et enjeux pratiques de l’interculturel, Paris, L’Harmattan.

CECR (2001), Cadre Européen Commun de Références pour les langues : apprendre, enseigner, évoluer, Conseil d’Europe, Paris, Les éditions Didier.

CHANLAT, Jean François (2000), L’individu dans l’organisation : les dimensions oubliées, Québec, Édition Eska.

CLANET, Claude (1993), L’interculturel : introduction aux approches interculturelles en éducation et sciences humaines, Toulouse, Presse universitaire du Mirail.

DESPORTES, Vincent (2007), « Éditorial », Doctrine General Military Review », 1 : 3. [En ligne] www.cdef.terre.defense.gouv.fr/content/download/3574/53592/file/doctrine11_us.pdf. Page consultée le 21 octobre 2014.

FAVIER, Laurence et Widad MUSTAFA EL HADI (2013), « L’interopérabilité des systèmes d’organisation des connaissances : une nouvelle conception de l’universalité du savoir », dans Fabrice PAPY (dir.), Recherches ouvertes sur le numérique, Paris, Lavoisier, p. 25.

GANASCIA, Jean Gabriel (1996), Les sciences cognitives, Paris, Flammarion.

GELLNER, David (2001), Inside Organizations: Anthropologists at Work, New York, Oxford.

GERTSEN, Marc (1992), « Intercultural competence and expatriates », International Journal of Human Ressource Management, 3 : 341-362.

GOFFMAN, Erving (1991), Les rites de l’interaction, Paris, Minuit.

GREETZ, Clifford (1977), The Interpretation of Cultures, New York, Basic Books.

HARASIM, Linda (1989), « Online education: A new domain », dans R. MASON et T. KAYE (dir), Mindweave: Computers Communications and Distance Education, Oxford, Pergamon press, p. 50-62.

HENRI, François (2001), « Apprentissage collaboratif à distance : pour comprendre et concevoir les environnements d’apprentissage virtuels », Montréal, Presses de l’université du Québec.

HIGASHI, Tomoko et Atsuko KOISHI (2009), « Vers l’élaboration d’un environnement d’apprentissage collaboratif intégrant forum et visioconférence : analyse des interactions d’étudiants japonais apprenant le français et d’étudiants français apprenant le japonais en milieu exolingue », Actes du colloque Échanger pour apprendre en ligne : conception, instrumentation, interactions, multimodalité, Épal 2009, Lidilem, Grenoble, Université Stendhal – Grenoble 3. [En ligne] : http://epal.u-grenoble3.fr/dossier/06_act/pdf/epal2009-higashi-koishi.pdf. Page consultée le 30 août 2012.

IRIBARNE, Philippe (2005), « Analyse stratégique et culture », Revue française de sociologie, 46 (1) : 162.

JEANNERET, Yves (2000), Y-a-t-il vraiment des technologies de l’information ?, Villeneuve, Presses universitaires du Septentrion.

JOUET, Josiane (2000), « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux,100 : 487-521.

KIYINDOU, Alain (2011), Nouveaux espaces de partage des savoirs, Paris, L’Harmattan.

KOHLS, Robert (1990), « Modèles de comparaison de cultures », Intercultures, 9 : 89-106.

LADMIRAL, Jean René et Edmond Marc LIPIANSKY (1989), La communication interculturelle, Paris, Armand Colin, Coll. « Bibliothèque européenne des Sciences de l’Éducation ».

LAPASSADE, Georges (2002), « L’observation participante ». [En ligne]. http://vadeker.net/corpus/lapassade/ethngr1.htm#0. Page consultée le 17 octobre 2014.

LE DEUFF, Olivier (2010), « L’information n’est pas savoir », Le guide des égarés. [En ligne]. http://www.guidedesegares.info/2010/09/26/information-n%E2%80%99est-pas-savoir/. Page consultée le 28 juin 2013.

LEGENDRE, Renald (1993), Dictionnaire actuel de l’éducation, Montréal, Guérin Éducation 2000.

LEGROUX, Jacques (1981), De l’information à la connaissance, Paris, L’Harmattan.

LEGROUX, Jacques et Jean Pierre ASTOFLI (1992), L’école pour apprendre, Paris, ESF.

LONG, Michel (2002), « Current task based language teaching », Stage, 3005. [En ligne]. www.auburn.edu/~nunnath/engl6240/fonf.html. Page consultée le 3 juillet 2000.

MARIET, François (1999), « Le difficile interculturalisme des médias », dans Martine ABDALLAH-PRETCEILLE et Louis PORCHER (dir.), Diagonales de la communication interculturelle, Paris, Anthors, p. 193-207.

MEYRIAT, Jean (1983), « De la science de l’information aux métiers de l’information », Schéma et schématisation, 19 : 65-74.

MEYRIAT, Jean (1985), « Information vs communication ? », dans Anne-Marie LAULAN (dir.), L’espace social de la communication : concepts et théories, Paris, Retz-CNRS, p. 63-89.

MUSTAFE EL HADI, Widad (2006), Terminologie set accès à l’information, Paris, Hermès-Lavoisier.

NGO LIKENG, Julienne-Louise et Ignace-Bertrand NDZANA (2009), « L’observation participante et ses limites dans la recherche », Netlog. [En ligne]. http://fr.netlog.com/likeng12/blog/bloggid=3452315. Page consultée le 15 octobre 2014.

NONAKA, Ikujirou, Ryoko TOYAMA et Mune KONNO (2000), « SECI, Ba and leadership: A unified model of dynamic knowledge creation », Long Range Planning, 33 : 5-34.

PAPY, Fabrice (2013), Recherches ouvertes sur le numérique : approche pratique en information-communication, Paris, Hermès-Lavoisier.

PROULX, Serge (2005), « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux - modèles - tendances », Enjeux et usage des TIC aspects sociaux et culturels, Bordeaux, Presse universitaire de Bordeaux, p. 7-20.

PUREN, Christien (2010), La problématique de la composante culturelle dans le cadre de la mise en œuvre de la nouvelle perspective actionnelle. [En ligne]. http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article2942. Page consultée le 12 décembre 2014.

SCHEIN, Edgar (1992), Organizational Culture and Leadership, deuxième édition, San Francisco, Jossey- Bass.

SPRINGER, Claude (2009), « La dimension sociale dans le CECR : pistes pour scénariser évaluer et valoriser l’apprentissage collaboratif », Le français dans le monde. Recherche et applicatio : la perspective actionnelle et l’approche par les taches en classe de langue, 45 : 26-27.

STRAUSS, Lévi (1995), Le trame de la négociation : sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, L’Harmattan.

TARDIF, Jacques (1998), Intégrer les nouvelles technologies de l’information, quel cadre pédagogique ?, Paris, ESF éditeur.

VERBUNT, Gilles (2001), La société interculturelle, Paris, Seuil.

WLODKOWSKI, Raymond (1995), Diversity and Motivation: Culturally Responsive Teaching, San Francisco, Jossey-Bass.

Haut de page

Notes

1 Par définition, un wiki est un moyen idéal pour partager des informations entre des personnes ayant un même centre d’intérêt.

2 L’observation participante en situation directe (rôle actif et émergent) a été rendue possible grâce à l’accès au terrain d’étude entre 2009 et 2010, et complété par une autre expérience, Exploration boréale : éduquer en animant, entre 2010 et 2011.

3 Page Vifralie : http://www.correspondants.org/vifralie.shtml. Page consultée le 3 mai 2016.

4 Du 1er avril 2009 au 31 décembre 2010.

5 La Belgique, la Roumanie, l’Arménie et la Bulgarie.

6 Cette initiative est basée sur l’élaboration d’un travail d’écriture collaborative d’une histoire commune imaginée par les élèves et dont le scénario et le travail concret de mise en application étaient pris en charge par les responsables pédagogiques, le scénariste Félix Sintes, les universitaires et les responsables du projet par pays.

7 Moodle (Modular Object-Oriented Dynamic Learning Environment), une application Web à code ouvert développée en 2002 par Martin Dougiamas, de l’Université de Curtin en Australie. Cette application permettra aux participants au projet d’accéder aux ressources de toutes natures et aux activités (page de texte, page Web en code HTML, dossier, atelier, forum, glossaire, journal, sondage, wiki, etc.).

8 Moodle de Vifralie : http://vifralie.correspondants.org/moodle/. Page consulté le 1 mai 2013

9 Voir Nonaka, Toyama et Konno (2000 : 5-34).

10 Communication interculturelle effectuée en mode de visioconférence en utilisant le logiciel Skype ou FlashMeeting.

11 Il s’agit d’abord de la participation principale ou légitime, quand un locuteur prend la parole devant le micro. Ensuite, on peut parler de la participation collective lorsque plusieurs locuteurs du même groupe s’expriment plus ou moins simultanément ou en chœur.

12 Voir Higashi et Krishi (2009).

13 Voir ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau . Les modalités de l’observation
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6636/img-1.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 1. Les trois niveaux de la culture
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6636/img-2.png
Fichier image/png, 61k
Titre Figure . Le rapport entre l’information, la connaissance et le savoir
Légende Source. Legroux et Astolfi (1992).
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6636/img-3.png
Fichier image/png, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Reine Al Sahyouni Bou Fadel, « L’interopérabilité culturelle et l’interculturalité », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 02 septembre 2016, consulté le 23 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6636 ; DOI : 10.4000/communication.6636

Haut de page

Auteur

Reine Al Sahyouni Bou Fadel

Reine Al Sahyouni Bou Fadel est enseignante-chercheure à la Faculté d’Information Branche 2, Université Libanaise, Beyrouth, et membre associé laboratoire Médiation, Information, Communication, Art (MICA), Université Bordeaux Montaigne. Courriel : reine_sahyouni@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org