Navigation – Plan du site
Articles

Construire l’interopérabilité culturelle autour de la documentation et de l’information dans une communauté de pratique

Le cas du domaine de l’écoconstruction
Karel Soumagnac-Colin

Résumés

A partir de son analyse de la gestion par les professionnels du secteur français de l’éco construction de leurs connaissances, l’auteure identifie les enjeux d’une interopérabilité culturelle pour ces acteurs et montre leurs difficultés à générer un système interopérable pour travailler ensemble. Dans une première partie, elle explicite la notion d’interopérabilité culturelle dans le cadre d’une communauté de pratique. Elle présente ensuite la méthodologie et les résultats de son projet de recherche qui permettent d’avancer les éléments prospectifs d’une plateforme interculturelle.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’un projet régional français intitulé « Gestion des connaissances en contexte professionnel d’apprentissage »1, des professionnels de l’écoconstruction en Aquitaine sont actuellement à la recherche d’une plateforme d’accès à l’information visant le décloisonnement informationnel des métiers et l’appropriation d’une culture commune basée sur l’échange et le partage des données. Dans ce secteur d’activité, complexe et en pleine expansion en France, l’interopérabilité déployée autour des systèmes d’information est peu lisible quand il s’agit d’avoir une vision globale des normes, des nomenclatures, des logiciels et des bases de données du domaine. Les informations et les outils produits dans le domaine de l’écoconstruction restent souvent confidentiels et profitent surtout aux professionnels pouvant se permettre l’achat des éléments dont ils ont besoin pour travailler au quotidien. Un message intitulé « Avoir accès gratuitement à toutes les normes et DTU »2 et publié sur la plateforme « Faire simple, innovons, simplifions », produite dans le cadre du processus de modernisation de l’État français, témoigne de cette volonté d’accéder à des outils encore difficiles à se procurer. Des contraintes extérieures aux acteurs de terrain rendent également l’information complexe à chercher. Elles sont dues aux changements constants des administrations et des autorités, ce qui entraîne des modifications de lois, de normes, d’accréditation et fait en sorte que le terrain professionnel n’est pas stable. Les acteurs sont conscients de la croissance exponentielle des données auxquelles ils ne peuvent avoir accès principalement pour des raisons financières, mais aussi en raison des logiques d’accès, d’organisation et de culture non partagées. L’interopérabilité est pourtant en cours de développement dans l’ensemble des bases de données gérées par le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, comme en témoignent quelques communications rendues disponibles sur Internet3. La production incessante de données inquiète enfin les professionnels de terrain de l’écoconstruction. Ils ne savent plus comment accéder à l’information et, au-delà de ce problème, atteindre une sorte de « confiance informationnelle » qui repose sur des critères de qualité (autour de la pertinence, de la fiabilité, de la crédibilité, de la richesse et de l’accessibilité) et de valeur symbolique (Maurel et Chebbi, 2012). Dans cette perspective, les professionnels ont besoin de se sentir proches, entre eux et avec les acteurs économiques, les instances institutionnelles et les médiateurs professionnels de l’information, pour pouvoir travailler ensemble et collaborer à des projets communs autour de la mise en place d’une information qui soit durable et interculturelle.

  • 4 Une banque de données est un « ensemble d’informations organisées autour d’un même sujet, directeme (...)

2Dans les travaux de recherche en sciences de l’information et de la communication portant sur le secteur de la construction ou de l’écoconstruction, les problèmes de communication engendrés par les différences culturelles entre les acteurs portent sur l’accès à l’information professionnelle, l’étude des dispositifs existants et les pratiques informationnelles des acteurs. Nous avons recensé quelques travaux récents ayant étudié l’accès à l’information dans le secteur de l’architecture (Courbières, 2009 ; Courbières et Fraysse, 2009) ou de l’écoconstruction (Liquète, 2011 ; Lehmans, Fraysse et Liquète, 2012). Certaines recherches sur l’organisation des connaissances et la diffusion de l’information dans le domaine architectural sont orientées vers l’analyse de la corrélation du langage architectural et des langages documentaires. Les auteurs ont remarqué des différences sémantiques et temporelles entre les langages architecturaux et documentaires, des différences reposant presque exclusivement sur la terminologie et très peu sur des critères liés à une interopérabilité technique (Courbières et Fraysse, op. cit.). D’autres travaux rapportent que les dispositifs institutionnels en architecture restent très axés sur des informations codifiées et marchandes et disponibles encore souvent en version papier (Courbières, op. cit.). Les architectes à la recherche de systèmes d’information plus souples cherchent aussi de plus en plus à croiser les informations pour les adapter à leurs projets de construction dans une perspective écologique. Ces résultats rejoignent ceux qui ont été récoltés sur les terrains de projets régionaux amorcés dans deux régions françaises et concernant les architectes du domaine de l’écoconstruction. Les auteurs ont pu montrer que cette communauté existait autour d’une culture stable disposant principalement de référentiels du type Haute Qualité Environnementale, « [qui] constituent des formats qui permettent de gérer les informations et de les communiquer dans les relations entre la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage » (Lehmans, Fraysse, Liquète, op. cit. : 9). La majorité des référentiels concernent la qualité environnementale des bâtiments autour de critères précis et se présentent sous la forme de « vocabulaires métier » ou de « nomenclatures » indispensables pour les architectes. Ces référentiels sont considérés comme des banques de données4 par les acteurs, mais ne sont pas connectés les uns aux autres dans un souci d’interopérabilité. Enfin, certains travaux reviennent sur la question de la durabilité appliquée aux technologies de l’information et de la communication (Liquète, 2012). La question de la durabilité concerne entre autres la stabilité des solutions techniques mobilisées par les acteurs de l’écoconstruction, mais aussi la culture technique et la connaissance du marché et des innovations sectorielles qu’ils doivent posséder. Le problème du partage d’une culture commune reste donc complexe chez ces professionnels qui cherchent à trouver des solutions, des moyens et des outils pour une convergence de leurs activités.

3Le projet de recherche dont nous rendons compte a été mis en place autour de l’accompagnement de la gestion des connaissances dans une perspective de formation chez les acteurs de l’écoconstruction. Dans la présente communication, nous proposons d’examiner les moyens de les accompagner dans la construction d’une culture commune à partir de l’usage des technologies de l’information et de la communication. L’approche choisie s’inscrit dans le champ des sciences de l’information et de la communication tout en prenant en compte certaines références du courant des practices based approaches centré sur l’analyse des processus de construction de la connaissance dans une perspective communicationnelle. Le resserrage autour des sciences de l’information et de la communication exprime donc la volonté d’examiner l’interopérabilité sur le plan des pratiques informationnelles développées par les acteurs sans pour autant les déconnecter de la réalité sociale et organisationnelle qui les façonne. Dans une première partie, en partant de l’hypothèse que les acteurs de l’écoconstruction s’organisent sous la forme d’une communauté de pratique, nous expliciterons la notion d’interopérabilité dans sa dimension culturelle. La deuxième partie sera consacrée à l’architecture de l’enquête et à ses différents plans empiriques. Nous reviendrons ensuite sur les résultats du projet de recherche. Nous ferons état de notre approche socio-constructiviste et sémiotique de la structuration de l’information dans le champ des pratiques de l’écoconstruction. Dans une visée prospective et suivant une démarche de recherche-intervention, nous chercherons à penser et à rendre opérable une plateforme. Enfin, au regard de cette expérience, nous soulignerons les limites du développement de l’interopérabilité culturelle au sein de la communauté étudiée.

Interopérabilité culturelle et communauté de pratique

4Le terme d’interopérabilité fait référence à la dimension technique de systèmes d’information interconnectés. Selon Michel Arnaud, « l’interopérabilité permet à plusieurs systèmes, qu’ils soient identiques ou radicalement différents, de communiquer sans problème » (2005 : 94). Michèle Hudon de son côté insiste sur le fait que l’interopérabilité concerne aussi les individus puisqu’elle « est la capacité pour un système de travailler de concert avec un autre système, et ce sans que leurs opérateurs ou utilisateurs respectifs aient à fournir un effort particulier » (2005 : 153). En France, dans le domaine du bâtiment, de l’architecture et du développement durable, il n’existe pas de cadrage institutionnel sur le développement de l’interopérabilité même si, sur le terrain, des mesures sont prises pour la mettre en place. Revenant sur les politiques publiques de l’interopérabilité dans le domaine du développement durable, nous avons déjà évoqué le fait que « dans le monde anglo-saxon, les sciences de l’information s’intéressent à l’écologie du point de vue des développements de systèmes informatiques dans le pilotage des politiques publiques et du management des organisations. […] l’objectif majeur est la production de bases de données et services computationnels pour fournir des outils et des modèles » (Soumagnac et Lehmans, 2013 : 4). Cette situation n’est pas trop différente de ce qui se passe en France, où l’intérêt pour le développement de l’interopérabilité cristallise l’attention sur le déploiement d’infrastructures autour de la notion de développement durable. Cependant, si les politiques gouvernementales axent l’interopérabilité sur le développement technique, organisationnel et sémantique des systèmes d’information, les acteurs du domaine de l’écoconstruction ont besoin de développer une culture commune autour de la mise en place d’une interopérabilité dite culturelle. Laurence Favier et Widad Mustafa El Hadi rappellent que c’est dans le domaine militaire que le terme d’interopérabilité culturelle est apparu pour désigner « la capacité personnelle non seulement de travailler ensemble mais de se comprendre les uns les autres dans un environnement commun et allié » (2013 : 36). Il offre la possibilité de mieux saisir des logiques d’acteurs centrées sur la compréhension mutuelle, la perception commune du contexte et la complémentarité des actions. La perspective d’« alliance » pour mieux gérer le travail entre eux est la condition pour accéder aux informations dont ils ont besoin à partir de systèmes interconnectés pour mener à bien des projets communs. Des recherches sur l’interopérabilité culturelle concernant la relation entre l’utilisation des nouvelles technologies en contexte de travail, la mise en œuvre de systèmes d’information et la culture professionnelle des acteurs ont mis en avant la difficulté de concevoir des outils technologiques pour le transfert de connaissances et de pratiques informationnelles (Blanchard, 2010). Pourtant, la compréhension de l’ingénierie des nouvelles technologies passe par une approche commune des cultures métiers. La capture, la représentation, l’explicitation et le transfert d’éléments culturels sont d’autant plus nécessaires au fonctionnement d’une communauté professionnelle que les outils numériques actuellement disponibles sont capables de « traduire » les préoccupations culturelles sur le plan organisationnel et social (Kaye et Little, 1996). Plus fondamentalement, la dimension culturelle chez les acteurs d’un domaine professionnel va renvoyer à l’organisation de l’environnement des individus, à une culture qui est matérielle, aux technologies régulant les comportements entre les groupes sociaux et avec l’environnement.

  • 5 Dans le contexte numérique actuel, Sylvie Lainé-Cruzel appelle ressources « […] des informations co (...)

5Il nous semble que la conception partagée de l’interopérabilité culturelle est une question de poids pour une communauté de pratique en émergence. En effet, nous avons posé l’hypothèse que les acteurs de l’écoconstruction se réunissaient sous la forme de « communauté de pratique » (Wenger, 1998). La notion de communauté de pratique, issue de la théorie des organisations, désigne l’ensemble des pratiques sociales, d’information et de communication mises en place par des collectifs ou des groupes. Étienne Wenger distingue trois dimensions dans la communauté de pratique : la dimension symbolique qui génère le sentiment d’appartenance à un groupe et provoque l’engagement mutuel, la dimension cognitive basée sur le partage d’outils et de ressources mobilisables par l’ensemble de la communauté et la dimension sociale à l’origine d’un travail en commun autour d’un répertoire partagé. Ces trois dimensions engagent la pensée d’une interopérabilité qui, dans le champ des sciences de l’information, « repose sur l’ouverture, le partage, l’adaptation, la réconciliation des composantes, des politiques, des pratiques, etc. » (Hudon, op. cit. : 153). Dans cette perspective, les outils et ressources5 construits dans une communauté de pratique, et remobilisés dans des situations diverses et variées, permettent la continuité et la durabilité de l’activité de travail pour les acteurs au sein de l’organisation. L’utilisation de moyens de communication adaptés et stables sert à penser l’action collective et participe à une reconnaissance mutuelle entre les acteurs. La caractérisation de leurs pratiques sociales dépend ainsi du rapport qu’ils établissent avec les nouvelles technologies. Dans le courant des practices based approaches, le modèle structurationniste de la technologie de Wanda J. Orlikowski nous invite à prendre en compte le processus de création de la réalité de l’activité de travail des acteurs à travers l’usage des technologies de l’information et de la communication dans une perspective d’adoption et de transformation des « technologies en pratique » (Orlikowski, 2000 : 425). L’approche organisationnelle des acteurs au sein de la communauté renvoie en effet à la façon dont ils conçoivent la structuration des outils leur servant à travailler et à faire circuler l’information pour répondre à une situation donnée. Revenant sur l’approche managériale de la notion de communauté de pratique, Sylvia Gherardi (2009) rappelle qu’il est rarement question de conflits entre les acteurs alors que pour l’auteur les pratiques sont étroitement entrelacées et forment une espèce de réseau de pratiques avec des jeux de pouvoir tout en étant ancrées dans la matérialité des choses. Paul R. Carlile (2002), dans une approche pragmatique de la connaissance dans les communautés de pratique, soutient le fait qu’elle est intégrée dans la pratique et permet de résoudre des problèmes similaires rencontrés dans des situations parfois très différentes. Par les technologies mises en pratique, on peut donc distinguer des procédures, des normes, des règles d’utilisation, évolutives dans le temps, adaptatives à l’activité de travail et liées l’autorité des acteurs (Orlikowski, op. cit.). Elles fonctionnent comme des « objets-frontières » (Star, 2010) installant un dialogue entre les professionnels dans une communauté en émergence. Cette création d’artefacts permet le transfert d’éléments d’une pratique vers une autre (Wenger et al., 2002) avec les caractéristiques de la modularité : l’abstraction, la polyvalence et la standardisation (Ihadjadène et Favier, 2008). Dans le cadre des organisations, de nombreux systèmes d’organisation des connaissances sont élaborés pour structurer et diffuser les artefacts. Ces systèmes d’organisation des connaissances stabilisent et font évoluer les pratiques de travail autour de l’information et de son traitement. Dans une perspective documentaire, ils visent plus particulièrement à faciliter l’accès à la connaissance à travers « […] tous les types de schèmes permettant d’organiser des informations et de promouvoir la gestion des connaissances » (Hodge, 2000). Manuel Zacklad, à la suite de Gail Hodge, a étendu le terme de SOC (système d’organisation des connaissances) à l’ensemble des formes d’écriture codifiées visant à « définir des principes de description d’un domaine pour faciliter les opérations de classement et de recherche d’item plus ou moins abstrait : documents, personnes, lieux, produits, opinions ou activités » (Zacklad, 2010 : 7-8). S’intéresser au développement des « technologies en pratique » oblige enfin à mettre en question la notion de document et son rôle dans le cadre de l’activité de travail. Sylvie Dalbin et Brigitte Guyot conçoivent le document selon une approche communicationnelle « [qui] pose comme fondamentale la relation entre document et action [Guyot, 2006], reconnaissant que celui-ci à la fois forme et est formé par les interactions sociales que suscite une activité professionnelle » (2007 : 55). Elles désignent comme « document en action » « le rapport étroit entre l’action, l’organisation du travail et le pouvoir des acteurs » qui nécessite dans le contexte numérique « une plus grande structuration » du document numérique et « un enrichissement des clés d’accès ou outils d’annotation » (ibid.). Zacklad, de son côté, parle de DOPA ou document pour l’action. Les DOPA s’inscrivent dans un processus de « documentarisation » qui est « le travail consistant à équiper un support pérenne des attributs qui faciliteront sa circulation dans l’espace, le temps et les communautés d’interprétation » (Zacklad, 2005 : 35). Du côté des sciences de l’information et de la communication, les écrits d’action sont considérés comme des outils performants pour développer l’interopérabilité culturelle au sein d’une communauté de pratique. Au sein du courant des practices bases approaches, l’approche située de la matérialité de l’interopérabilité est inséparable de l’approche organisationnelle des agencements humains, en termes d’autorité et d’expertise. Cette double perspective a des répercussions sur la méthodologie de recherche à déployer dans le cadre du projet.

Méthodologie de la recherche

6La recherche s’inscrit dans une dimension socio-constructiviste où sont pris en compte les processus de construction des savoirs et savoir-faire autour de pratiques informationnelles à partager au sein d’une communauté professionnelle. Nous envisageons les pratiques informationnelles comme « la manière dont l’ensemble des dispositifs, des sources, des outils, des compétences cognitives sont effectivement mobilisés dans les différentes situations de production, de recherche, de traitement de l’information » (Ihadjadene et Chaudiron, 2008 : 191). Toutes ces pratiques constituent la culture de la communauté, car elles renvoient à l’expérience acquise par l’ensemble des acteurs (Birukou, Blanzieri et Giorgini, 2010). Nous travaillons sur les représentations qu’ils portent sur leur propre expérience tout en nous appuyant sur la théorie de l’activité selon laquelle l’acteur dépend d’un contexte collectif pour interagir, créer et échanger des artefacts, construire des projets avec les membres de la communauté (Engeström, 1999). La démarche de recherche est liée à la volonté d’observer de l’intérieur une communauté professionnelle en lui faisant des propositions d’action.

Critères de construction de l’échantillon

7Nous avons sélectionné des architectes, des charpentiers et des négociants en matériaux travaillant dans de petites structures interdépendantes de l’écoconstruction dont le siège social était basé en Aquitaine. Nous avons sondé exclusivement des microentreprises pour examiner la spécificité de l’activité partagée, le sentiment d’appartenance à un groupe et le partage d’outils d’information propres à une communauté en émergence. Il était également important que l’entreprise ait au moins trois ans d’existence pour trouver des salariés stabilisés dans leur activité de travail. Nous avons sélectionné des entreprises dont l’offre de services et de produits était clairement identifiable selon les types d’activité. Nous avons choisi, sur la base de la présentation téléphonique du projet à des acteurs désignés sur Internet comme travaillant dans une démarche écologique, six architectes, six négociants en écomatériaux et cinq charpentiers. Leur formation et leur statut dans l’entreprise sont variés : en apprentissage ou ayant de nombreuses années de pratique, des responsables de la structure visitée ou des employés. Ces acteurs intéressés par la démarche de développement durable s’inscrivent dans des réseaux militants déjà décrits dans des recherches concernant les architectes (Lehmans, Fraysse et Liquète, op. cit.). Les architectes en écoconstruction travaillent sur le marché de la maison individuelle en tant qu’auto-constructeur et interviennent en assistance à la maîtrise d’ouvrage avec les microentreprises de négociants de matériaux et de charpentiers. Les architectes et les charpentiers « écoconcepteurs » collaborent avec des bureaux d’études spécialisés, ont recours à des référentiels et logiciels communs pour intégrer la problématique environnementale dans les questions des matériaux, de l’énergie et des « pratiques de conception instrumentées ». Dans une perspective de défense de l’environnement et du patrimoine, ce sont principalement les architectes et les charpentiers qui se mobilisent pour constituer des réseaux associatifs par le biais des écocentres. Ils tissent des liens entre professionnels et particuliers pour former aux techniques de l’écoconstruction. Enfin, certains architectes créent des réseaux écocitoyens sur Internet et déploient une forme d’expertise autour des activités de gestion de l’information. Si les architectes sont souvent les pivots des réseaux existants, les charpentiers et les négociants semblent avoir une place prépondérante dans le développement de la conscience citoyenne écologique. Interroger les différents acteurs de la chaîne du bâtiment et de la construction a donc eu pour but la compréhension de l’interopérabilité culturelle entre des métiers qui a priori n’ont pas la même culture professionnelle mais les mêmes aspirations sociétales à l’écologie et à la préservation de l’environnement.

Des angles d’approches méthodologiques diversifiés

8Pour repérer les pratiques d’information et les connaissances circulant au sein de la communauté, nous avons développé trois approches :

9Une approche sociologique sur la base d’entretiens permettant de mettre en relation contextes professionnels, pratiques informationnelles et représentations. L’idée générale à travers l’élaboration de la grille d’entretien était d’interroger les acteurs sur leur formation professionnelle, de comprendre leur contexte de travail et la façon dont ils travaillaient au quotidien avec les personnes et les outils TIC qui les entouraient. Les questions ont porté sur l’essentiel de leur activité de travail, les tâches prescrites, celles qui leur étaient prescrites ou qu’ils se prescrivaient eux-mêmes. Des questions autour de leur formation initiale et continue ont permis de cibler les parcours professionnels en lien avec l’évolution de l’entreprise et les compétences des salariés. Leurs pratiques informationnelles ont été interrogées autour de la recherche d’information, de leurs besoins d’information et du type d’information qui était incontournable pour exercer leur activité de travail. La connaissance de l’environnement socioéconomique a aussi été abordée avec les acteurs pour mieux appréhender leurs difficultés d’accès à l’information stratégique. Il était primordial, enfin, de définir les besoins de formation liés au caractère innovant de l’activité de travail et de connaître les contraintes limitant les demandes de formation, qu’elles soient financières ou humaines.

10Une approche sémio-pragmatique visant la compréhension des composantes de la construction de la connaissance chez les acteurs. Trois types d’objets dont se servent les acteurs pour travailler et qui font sens pour eux ont été repérés dans les entretiens. Nous avons identifié des objets ayant trait à l’instrumentation sociale et culturelle (documentation, informations sur les lois, textes normatifs, contraintes sociales structurelles propres au domaine), à l’instrumentation symbolique et sémantique (travaux de chercheurs scientifiques actuels ou plus anciens sur lesquels s’appuient les individus dans le cadre de leur activité, référents « culturels » des acteurs, courants de pensée, mouvements associatifs) et, enfin, à l’instrumentation objectale (solutions techniques mobilisées par les personnes pour résoudre les problèmes propres à leur activité de travail [logiciels utilisés, bulletins, nomenclatures, etc.]) (Brunel, 2008). La connaissance des ressources professionnelles des acteurs nous a permis d’avoir un panorama des écrits de travail mobilisés par la communauté dans une perspective de performativité. Il était important de comprendre quels étaient les documents dont ils avaient besoin pour travailler, de définir la façon dont ils les récupéraient et avec quels outils pour saisir ensuite comment ils les adaptaient aux réglementations et normes à suivre pour la construction de projets communs.

11Nous avons également repéré dans le discours des acteurs les types de ressources papier et Web recherchées, traitées, organisées, collectées et diffusées. Dans le cadre de ce projet, la connaissance de l’univers informationnel des différents types d’acteurs était une priorité à partir du moment où l’une des tâches du projet de recherche consistait à produire un outil leur permettant d’accéder à des ressources formatives.

12Une approche documentaire pour analyser les systèmes d’information personnels en les mettant en lien avec la matière informationnelle créée par les acteurs. Nous avons par la suite récupéré les données issues des systèmes d’information personnels (Guyot, op. cit. ; Liquète, 2011) d’architectes volontaires. Il s’est agi de capter l’organisation des espaces physiques de travail (bureau, bibliothèque, documentation technique), techniques (serveurs et réseaux), l’organisation interne de l’information présente sur l’ordinateur personnel (bureau virtuel, organisation et nomination des dossiers et fichiers, gestion des courriels et présence de signets). En prélevant des parties de leur système d’information personnel, nous nous sommes intéressés à la quantité d’information, aux thématiques, aux ressources, aux types de collecte, de classement, d’indexation, de mise en réseau et de communication de l’information. Ces éléments ont été croisés avec l’entretien d’explicitation mené en parallèle de l’extraction pendant la visite des chercheurs. Nous avions besoin de comprendre avec cet entretien l’organisation des systèmes d’information des acteurs, l’extraction brute des données ne nous permettant pas de comprendre les « logiques d’usage » propres à chaque individu.

13À l’issue des analyses, la question de l’accès et de l’organisation de l’information dans l’émergence de la problématique environnementale chez les acteurs interrogés a permis de vérifier la volonté de construire une forme d’interopérabilité culturelle au sein de la communauté. Inversement, les pratiques informationnelles repérées au moyen des entretiens et de l’analyse des systèmes d’information personnels ont fait apparaître des modalités de construction d’une culture commune autour de cette démarche environnementale.

Structuration de l’information et vocabulaire partagé

Le repérage des ressources et des systèmes d’organisation des connaissances

  • 6 « Document définissant les caractéristiques requises d’un produit technique ou d’un service telles (...)
  • 7 Les DTU sont constitués « [des] cahiers de clauses techniques (CCT) […] qui précisent pour chaque c (...)

14Les enjeux autour de l’interopérabilité culturelle mettent tout d’abord en question les circuits de l’information sur l’environnement, qu’ils soient liés à la réglementation, à la recherche scientifique ou aux industries. Au vu des résultats d’analyse, le travail de repérage des ressources et des outils d’organisation des connaissances est primordial pour que les acteurs articulent les normes et textes de loi du bâtiment à leur activité. Les entretiens montrent que la question environnementale s’inscrit tout d’abord dans la recherche d’information des documents techniques unifiés. Documents techniques6, les DTU proposent les clauses contractuelles types pour la réalisation des travaux du bâtiment7. Au-delà des critères de lisibilité, d’accessibilité et d’intelligibilité, les documents techniques peuvent être pensés comme des aides au travail et doivent s’adapter aux connaissances des utilisateurs (Leplat, 2004). La lecture des DTU reste cependant complexe pour les acteurs interrogés : « Je pense que s’il y avait vraiment un travail à faire dans le bâtiment, ça serait là-dessus [les DTU], sur l’accessibilité à ces normes-là. Et sur l’ergonomie des supports » (charpentier 2). Cette réflexion rejoint celle d’un architecte pour qui la complexité de l’accès se conjugue à la difficulté de se procurer les DTU, ces ressources étant distribuées par des organismes privés et majoritairement payantes : « […] les DTU en ligne, on va avoir des fragments, des bouts, […] quelque chose de complet et de clair, c’est payant, il y a des abonnements, […] et vu ma situation je n’ai absolument pas les moyens de me le payer » (architecte 1). En outre, les acteurs partagent des informations sur la maîtrise énergétique, le sourçage et la mise en œuvre des matériaux. Ils s’intéressent à leur provenance, à leurs modes de production et de distribution, à leur impact sanitaire car les normes et les standards du bâtiment appliqués aux matériaux ne correspondent pas forcément à une démarche environnementale. Le caractère innovant des matériaux et leur évolution devant répondre à une information stable et sûre, les professionnels ont besoin de vérifier le risque encouru avant toute utilisation de nouveaux matériaux. Un des charpentiers interrogés

[…] souhaite continuer à travailler […] sur les matériaux fabriqués localement. Donc ça demande une information quand même assez continue […] et quand on regarde l’entreprise sur ces activités, le fait de faire la maison ossature bois nous a amenés à travailler sur l’isolation et l’étanchéité à l’air des bâtiments. […] Après, l’autre idée de départ, c’était de prouver qu’on pouvait […] avancer dans l’écoconstruction à travers l’utilisation des matériaux naturels avec une isolation renforcée, pour faire des économies d’énergie et avoir un bilan carbone satisfaisant. Par contre, ce qui est difficile à gérer notamment au niveau de notre bilan carbone c’est les déplacements […]. Le travail de proximité, mais c’est très difficile dans le bâtiment parce qu’on peut avoir des clients qui sont dispersés (charpentier 1).

15De plus, les professionnels font face à une réglementation des produits très changeante et s’informent entre eux pour la connaître :

Les informations techniques ne sont pas toujours faciles à trouver, normalement c’est à travers les fournisseurs, qui ont les informations des fabricants. Alors des fois, on va directement voir les fabricants, mais moi j’aime bien aussi [interroger] les fournisseurs parce que c’est leur rôle. Disons que sur les matériaux c’est les fournisseurs, ça peut être aussi la demande d’architectes d’avoir des matériaux spécifiques, par contre sur les réglementations et les normes et toutes les évolutions sociétales c’est autre chose, c’est d’autres réseaux (charpentier 1).

16Ces propos montrent que les ressources restent sectorisées suivant les pratiques métiers, ce qui rend invisible et inaccessible l’information nécessaire à la pratique professionnelle pour l’ensemble de la communauté. L’économie de l’information ne repose donc pas actuellement sur le développement d’une interopérabilité concertée entre les organismes diffuseurs.

  • 8 La base de données de référence de l’INIES (http://www.inies.fr/accueil/) qui porte sur les caracté (...)
  • 9 C’est le cas de l’ADEME, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, qui offre dans (...)
  • 10 Depuis 2014, la base de données européenne du domaine du développement durable a pour but de dévelo (...)

17Une autre difficulté pour construire une culture commune chez les acteurs tient de l’accès limité aux systèmes d’organisation des connaissances. Nous avons pu repérer plusieurs types de SOC dans le discours des écoconstructeurs rencontrés. Ceux correspondant aux schémas classiques du monde traditionnel de la documentation ne sont pas forcément lisibles pour la communauté, leurs terminologies étant peu adaptées à la complexité du domaine. Les SOC construits selon ce modèle émanent principalement des acteurs produisant des ressources institutionnelles, techniques et scientifiques8. Les ressources diffusées par des organismes à caractère privé et commercial, consultées par l’ensemble des professions, présentent plutôt un accès thématique (Hudon, 2001) privilégiant une entrée par des sujets d’actualité et en lien avec les préoccupations métiers9. Les acteurs ont aussi besoin d’informations factuelles dont les éléments se trouvent dans les organismes institutionnels régionaux. Ces organismes proposent des sites et des portails présentant l’information de manière thématique et structurée suivant des critères économiques et environnementaux locaux. Selon l’un des charpentiers interrogés, la diffusion de ce type d’information, « […] c’est un peu le rôle de la chambre des métiers, qui travaille aussi avec le conseil régional, […] après il faut faire remonter parce que la chambre des métiers peut toucher tous les gens, normalement toutes les entreprises » (charpentier 1). On le voit, la réflexion sur le rôle de l’information comme lien entre l’intervention sur le territoire local et la mise en perspective globale de l’espace de la connaissance (Ellul, 2006) possède une dimension stratégique chez les acteurs qui font face à des informations devant être renouvelées en permanence. Si les bases de données institutionnelles sont de plus en plus diffusées à l’échelle européenne et internationale10, il existe bien un écosystème reliant la dimension locale de l’activité à la dimension globale de son impact sur l’environnement naturel et social. Le problème est qu’il n’est pas connu par tous les professionnels :

On n’hésite pas à aller voir tout ce qui est nouveau, […] à travers les sites du FCBA [Institut technologique forêt cellulose bois-construction ameublement], du CSTB [Centre scientifique et technique du bâtiment], de la chambre des métiers, de la CAPEB [Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment], et donc on peut avoir ces relais. Mais beaucoup d’entreprises l’ignorent complètement, quand je discute avec […] des gens qui ont passé le label éco-artisan, ils sont à la demande parce que il y a tellement de choses et ils sont un peu perdus... Bien sûr il y a les grosses entreprises qui ont structuré, elles vont suivre les normes, mais dans le petit artisanat il y a beaucoup de gens qui arrivent qui veulent faire beaucoup de choses mais qui n’ont pas les infos (charpentier1).

18Pour articuler les informations générales à la réalité du terrain, certains professionnels développent des moyens de communication pour recenser et caractériser les ressources : des systèmes d’information personnels à usage interne, des sites Web et des réseaux numériques associatifs. On retrouve sur les systèmes d’information personnels des classements hybrides issus de ressources papier ou d’Internet avec des systèmes de codification suivant des groupements thématisés correspondant à des objectifs actionnels :

J’ai un serveur avec un système de sauvegarde parce que c’est peut-être la chose qui a le plus de valeur […], et dedans j’ai les affaires sur lesquelles je travaille, et puis j’ai des volumes qui sont des volumes de documentation, dans lesquels j’ai une organisation un peu structurée par les thématiques qui m’intéressent, où j’ai d’un côté la documentation et de l’autre la recherche (architecte 1).

19La création de sites Web s’inscrit plutôt dans une démarche de mise en visibilité d’une production de ressources et de leur mise en lien par un système de référencement actuellement inexistant dans l’écosystème : « On est sur un site qui a une partie info, une partie qu’on appelle les flux RSS avec des news, ce qui se passe justement pour pouvoir proposer de l’information avec des connexions à plusieurs sites, des portails, et une partie vente des matériaux directe en ligne » (négociant 2). Il existe enfin des réseaux numériques associatifs, portés par des acteurs militants et experts du domaine, visant la circulation et la pérennité de l’information autour des montages de projets :

On est sur des outils qui sont relativement fragiles. On essaie de se faire des bases de données, l’écocentre a essayé d’en faire une avec l’éco-devis, qui concrètement reste très difficile à utiliser. Pour commencer à la rentabiliser ils essaient de la commercialiser auprès des auto-constructeurs ce n’est vraiment pas cher non plus, parce qu’il ne s’agit pas d’embêter les gens avec ça […]. Derrière, dans le réseau avec d’autres gens qui travaillent pour l’écocentre, on a essayé de se faire un outil à nous plus professionnel qu’on sait manier mais qu’il faudra actualiser tout le temps, qui demande une énergie phénoménale, et qui est très difficile à mettre en œuvre (architecte 1).

20La structuration des différentes ressources, la diversité des services et organismes dans le domaine du bâtiment, la pluralité des logiques de diffusion de l’information montrent pour l’instant la difficulté pour les acteurs d’établir une culture partagée au sein de l’écosystème informationnel.

Processus de « documentarisation » et constitution de collections

21Face à la diversité des ressources, des SOC et des réseaux informels et associatifs, les acteurs développent des pratiques informationnelles visant la traduction, l’harmonisation et la stabilisation de références partagées. Ils élaborent leurs propres documents pour partager et mutualiser leur travail, ces documentsdevenant des éléments essentiels de la construction du savoir professionnel partagé au sein de la communauté. Nous avons repéré différentes formes d’annotation constituant des modèles matériels d’organisation des connaissances à visée communicationnelle ou des formats de connaissance. La production documentaire prend des formats divers allant de la création de classements sous la forme de nomenclature (annotation associative) à l’écriture de rapports d’étude (annotation contributive) (Zacklad, 2007) principalement chez les architectes :

Je [dois] rendre par exemple des notes de synthèse, des dossiers. Ça peut être parfois pour un client, par exemple en début de projet pour une maison, c’est quelques images de références, un listing de points importants d’orientation, c’est vraiment des documents de synthèse avec quelques orientations à illustrer (architecte 3).

22La constitution de ces formats de connaissance participe à la rationalisation de l’information dans le langage, comme le souligne l’extrait suivant :

Je vais fabriquer […] des bouts de textes qui vont ensuite me servir aux appels d’offre, par exemple sur des thématiques, [de l’ordre] de l’information générale, de l’ordre de la culture, sur la culture en urbanisme, sur la culture en architecture ou en écoconstruction, quand il y a des réflexions émergentes, des thématiques, par exemple la gestion des eaux fluviales, même si en réalité les solutions techniques auxquelles on arrive sont ancestrales. Je vais me rédiger des textes qui vont m’être propres, parce que je vais en avoir besoin pour répondre à des appels d’offre (architecte 1).

23Ces documents de type projets visent l’harmonisation des pratiques informationnelles face à la lourdeur des procédures administratives et en l’absence de réglementation propre à l’écoconstruction :

On est censé pour les marchés réaliser un CCTP [cahier des clauses techniques particulières], qui sont des ouvrages qui ressemblent à des bottins téléphoniques, sur lequel on décrit et on rappelle les règles aux entreprises qui vont devoir mettre en œuvre. Ce sont des super usines à gaz, faites de copier/coller et de DTU. On [est] dans des systèmes qui sont artisanaux, où on décrit les qualités de ce que l’on cherche en faisant attention sur les points sur lesquels on veut véritablement obtenir une garantie décennale, qui vont être les fondations, le clos et couvert, là on recopie des articles de loi pour pouvoir se garantir et se protéger, après on est dans l’informel, et on prend quelque part des risques, parce qu’on joue complètement sur les textes, […] par exemple pour le chanvre c’est en train de travailler au niveau de la réglementation donc aujourd’hui il n’y a rien (architecte 1).

24Ce type de document est ensuite classé dans un fichier qui regroupe les projets de construction s’accumulant dans le système d’information personnel, mais qui fait rarement l’objet de transfert vers d’autres architectes qui pourraient en avoir besoin, même au sein d’un même cabinet.

  • 11 « [Du] point de vue théorique, la collection numérique ne semble pas déroger à la définition canoni (...)

25Les collections d’images numériques11 sont une autre catégorie d’artefacts que nous avons pu repérer dans les discours et dans les systèmes d’information personnels. Les architectes et les négociants se constituent des bases de données faites d’échantillons à partir de collections matérielles ou numériques. C’est la dimension esthétique et artistique des matériaux qui est recherchée par les professionnels. Outre la connaissance des tendances du « marché », les collections leur permettent de répondre aux exigences « culturelles » des commanditaires et des clients, tout en faisant attention à la qualité des matériaux. Chez les négociants, ces collections servent à trouver des idées de décoration et sont rangées dans des fichiers informatisés bien codifiés par matériau, servant à l’ensemble des salariés. Chez les architectes, si les collections leur permettent d’illustrer leur projet de construction, elles peuvent aussi rester très longtemps non utilisées. Ils cherchent à les classer dans des sortes de book ou journal qu’ils ont du mal à organiser, par manque de temps mais aussi de compétences informationnelles. Ces collections d’images ont aussi une fonction mémorielle garantissant un accès à des savoirs rarement partagés avec les partenaires.

Figure 1. Exemple de collection numérique d’images extraite d’un système d’information personnel d’un architecte

Figure 1. Exemple de collection numérique d’images extraite d’un système d’information personnel d’un architecte

26La teneur cognitive de ces objets iconiques (Jeanneret, 2011) reste cependant un élément important de l’acculturation des architectes et fait partie de leurs pratiques d’autoformation. Les entretiens et l’extraction des systèmes d’information personnels ont montré que les pratiques de bricolage pour créer des documents et se constituer des collections répondaient à un besoin de formalisation de ressources à travers les échanges informels mis en place par les acteurs au sein de la communauté.

Penser une plateforme interculturelle dans le domaine de l’écoconstruction

27Pour pallier la difficulté qu’ont les acteurs de l’écoconstruction à agir seuls dans la conception et la création d’outils adaptés à leurs contraintes dans le cadre de leur travail (Liquète, 2012), les chercheurs du projet ont pensé avec eux le cadre conceptuel d’une plateforme ouverte et collaborative actuellement inexistante.

Les caractéristiques d’un système d’information interopérable

28La construction d’une plateforme adaptée aux besoins repérés a pour but de réduire le décalage entre les logiques de circulation de l’information entre professionnels et les logiques de fermeture de l’information créé par le lobbying des groupes des industriels du bâtiment. Le processus de partage de ressources incluant des référentiels partagés et une forme de rationalisation de l’activité implique en outre que la plateforme puisse s’apparenter à un système d’information pouvant agréger des SOC hétérogènes. Les entretiens ont montré que les négociants d’écomatériaux travaillaient fréquemment avec les réseaux sociaux pour communiquer sur les produits, comme en témoigne cet extrait : « Je me sers de deux blogs, un sur Google, un sur Wordpress. On a un compte Twitter, un compte Facebook, un compte Viadeo. On a ensuite le site Internet et tout ce qui va être newsletter et e-mailing passe par des logiciels internes » (négociant 3). Dans cette perspective, le système d’information doit répondre à une logique d’abordabilité (capacité financière à pouvoir s’équiper), de disponibilité (infrastructure disponible sur le Web) et d’adaptabilité (correspondance des outils technologiques aux besoins des utilisateurs) (Le Crosnier et Besnier, 2012). L’aspect technique du système d’information doit aussi permettre de relier un ensemble de ressources logistiques et matérielles pour acquérir, traiter et communiquer l’information entre les acteurs (Reix, 2002). Un architecte a insisté pendant l’entretien sur cet aspect d’un système d’information qui serait à créer pour que l’ensemble des acteurs puissent l’utiliser :

J’essaie de me faire des bases de données qui sont personnelles, qui malheureusement aujourd’hui sont très isolées parce qu’elles ne sont pas du tout en réseau avec d’autres gens, c’est vraiment le facteur limitant, c’est absolument absurde que je sois obligée de faire ça. En même temps sur Internet on trouve déjà des choses qui sont des référencements, mais qui sont parfois très instables, dont on ne connaît pas vraiment la validité, ou alors on la retrouve mais sur des sites qui vont être payants que je n’ai absolument pas les moyens de me payer (architecte 1).

29En même temps, l’action des professionnels va influer sur le système d’information, et ce sont les données ou matériaux stockés sur le système d’information qui vont le faire « vivre ». Dans une perspective communicationnelle, le système d’information doit enfin être pensé comme un « média » pour prendre en compte l’écriture de l’activité et la mise en forme du travail dans une logique éditoriale (Cotte, 2009) :

Il y a une liaison permanente avec des systèmes de mise au point des projets et des prix par l’intranet, on communique avec [les constructeurs] et dès qu’on a un projet on envoie les plans, ça passe par l’intranet, et on a toujours une actualité sur nos projets avec [les entreprises de construction métallique]. Y’a une nouvelle norme qui va sortir, une norme sismique nouvelle en Aquitaine qui nous concerne ? […] On a eu automatiquement une mise à jour, un travail [de rédaction de l’information] (architecte 4).

30L’intérêt de construire un système d’information pour les acteurs de l’écoconstruction est de pallier les difficultés d’ordre temporel et spatial, car ils manquent de temps et d’espaces communs pour concilier leur travail, la recherche d’information et leur formation de manière collaborative. Sur un plan culturel, la formation initiale reste essentiellement transmissive et exclut le plus souvent l’utilisation des réseaux techniques numériques. La création d’un système d’information autour d’outils ouverts et partageables vise en fait l’acculturation et la formation des acteurs à leurs usages dans des dimensions informationnelle, techno-documentaire et scripturale.

  • 12 Un SID est « un dispositif informatique global d’accès à la documentation, aux ressources pédagogiq (...)

31Cette prospection autour d’un système interopérable s’inspire du domaine bibliothéconomique. Elle prend appui sur la notion de « bibliothèque hybride » anglo-saxonne dont Peter Brophy a posé les jalons dès les années 1990. Dans une « bibliothèque hybride », l’agencement sur un même système d’information de ressources issues du monde des bibliothèques et d’univers médiatiques et informationnels variés correspond à une volonté d’harmoniser des pratiques culturelles autour de la notion de partage de l’information (Brophy, 2002). La bibliothèque hybride s’inscrit dans les changements apportés par la possibilité pour les individus de trouver des informations en dehors des lieux traditionnels de l’information (Ihadjadène et Favier, op. cit.), de les gérer à partir de systèmes d’information dans une logique de gestion personnelle de l’information (Bruce, 2005) et dans une perspective de réutilisation de ressources. Aujourd’hui, les très nombreux développements technologiques autour des politiques d’ouverture des données et des capacités engendrées par le Web sémantique témoignent du développement de l’interopérabilité des structures documentaires et bibliothéconomiques, comme le prouve l’étude récente concernant les systèmes d’information documentaire12 de grandes institutions. Le déploiement de l’interopérabilité s’inscrit dans des logiques politique, économique, sociale, graphique, technique et autour de la donnée dans une perspective innovante. La mesure de l’innovation est visible autour de certaines caractéristiques des interfaces. Celles-ci peuvent être centrées sur l’expérience de l’usager « autour de l’accès aux ressources et de la lecture sociale » ; elles permettent à partir de solution open source une économie participative autour de la construction des ressources en fonction de critères de granularité et d’exhaustivité de l’information ; enfin, par le biais d’une architecture de l’information maîtrisée, elles offrent la possibilité d’une scénarisation des ressources fondées sur le Web sémantique, l’ouverture des données, la géolocalisation et l’indexation collaborative (Muller, op. cit.).

Faciliter l’accès à l’information : métadonnées, thésaurus ad hoc et visualisation

  • 13 Pour Arnaud, « […] les métadonnées sont produites à travers un schéma de description qui ne dépend (...)

32Il nous semble que ces dimensions de l’interopérabilité culturelle peuvent se développer dans la communauté de pratique du domaine de l’écoconstruction, mais sous certaines conditions. La première est que nous ne pouvons pas réfléchir en termes d’innovation, n’ayant pas les moyens dans la présente recherche de développer des infrastructures de l’envergure des institutions citées. Deuxièmement, nous proposons ici des éléments de réflexion autour du développement de l’interopérabilité culturelle qui sont relatifs à l’accès aux ressources, à leur repérage et à leur appropriation par la communauté dans une perspective de gestion des connaissances et suivant une logique formative. L’un des premiers éléments à prendre en compte pour penser un système interopérable est la dimension globale et multipoint concernant « l’accès à l’information en ligne » qui désigne pour Brigitte Simonnot « la consultation et les interactions avec des objets porteurs de messages auxquels on donnera du sens. Ces objets réunissent des éléments organisés de manière à suggérer un sens, selon des conventions socialement normées, que ces normes soient explicites ou implicites » (2012 : 39). Dans cette perspective, la création de métadonnées des ressources à implémenter au sein du système d’information semble primordiale. Les métadonnées sont les éléments qui permettent de faire le lien entre les différentes ressources tout en les identifiant de la même manière13. Les choix portant sur les métadonnées dans le domaine de l’écoconstruction pourraient consister à gérer des cycles de maturation des documents, la structuration des documents se modifiant au fil du temps et étant réagencée suivant l’usage au sein de l’activité de travail des individus. L’un des architectes interrogés explique sa façon de fonctionner avec la documentation et qu’il aimerait voir appliquée à un système d’information collectif :

Dans la documentation je vais avoir, par exemple les dernières règles thermiques, les règles sur l’accessibilité, comment on rédige un cahier des charges d’un éco-lotissement, tout un tas d’outils comme ça qui sont des outils en gros soit qui viennent de l’extérieur soit que je me fabrique au fur et à mesure, et qui sont éprouvés, et à côté de ça j’ai des volumes de recherche dans lequel je vais chercher où en sont les confrères sur la question de [la construction en paille aujourd’hui] (architecte 1).

33Cette affirmation confirme le rôle crucial des métadonnées dans le cadre d’un processus de veille, car elles permettent de détecter, au sein de collectifs, « l’émergence de nouveaux concepts et pratiques documentaires et de renforcer l’intégrité du processus d’indexation de documents, particulièrement critique dans des environnements d’entreprise Web 2.0, constitués de systèmes hétérogènes de gestion d’informations » (Salzano et al., 2013 : 35). Par ailleurs, le système doit offrir aux acteurs la possibilité d’avoir des points de vue diversifiés sur les éléments d’information relatifs aux projets en cours ou à l’actualité de leur métier pour faire fructifier leurs connaissances. D’après les acteurs interrogés, la création d’un langage commun adapté à la recherche d’information semble être une priorité pour répondre à la possibilité de communiquer selon une terminologie commune. Les langages documentaires, de type thésaurus, peuvent faciliter l’accès à l’information, notamment s’ils relèvent de ce que Orélia Desfriches-Doria et Manuel Zacklad appellent les « thésaurus ad hoc » (2010). Le thésaurus ad hoc a pour vocation d’être mis en place dans n’importe quel type de structure où les usagers ne sont pas des médiateurs spécialisés de l’information, mais ont besoin d’information pour travailler. Les architectes font face à une multitude d’informations qui viennent de sources différentes, comme le montre l’extrait suivant :

[L’ordre des architectes ne produit pas] d’information lui-même mais renvoie sur l’information. [La lettre de l’ordre renvoie] vers des liens avec des gens qui eux produisent de l’information réelle [comme] les CAUE [conseils d’architecture, d’urbanisme et d’environnement], [qui] fabriquent des outils et donnent de l’information, avec les journaux officiels quand il y a des nouvelles réglementations qui sortent, avec les DDTM [directions départementales des territoires et de la mer], donc avec l’État, qui produit lui aussi des outils de documentation sur l’accessibilité handicapé, sur les normes incendie qui sont à intégrer quand on va parler d’écoconstruction. […] Il faut continuer à être informé sur ce qui se fait hors de la construction écologique, ce qui se fait de façon générale, les questions de marché public, les questions de réglementation, donc ça fait plutôt beaucoup d’informations quand on a un peu de mal à gérer (architecte 1).

34Au lieu de laisser l’usager consulter des ressources sur des « outils » qu’il ne connaît pas, le thésaurus ad hoc peut contribuer à l’émergence de besoins d’information particuliers s’insérant dans une démarche heuristique tout en correspondant à des styles cognitifs variés à partir de la consultation de SOC hétérogènes. De fait, la présence d’un thésaurus ad hoc au sein du système d’information répond à une utilisation de l’information en contexte et participe à la construction de connaissances à partir de questionnements suscités autour des termes proposés par l’ensemble des participants et acteurs du domaine. Ensuite, il nous semble que l’appropriation des ressources s’inscrit dans de nouveaux modes de visualisation de l’information utilisés pour « amplifier la connaissance » (Papy et Chauvin, 2005). Nous avons vu que les acteurs de l’écoconstruction s’appropriaient beaucoup d’éléments visuels dans le cadre de la création de projets par la constitution de collections numériques. Pour la résolution de problèmes de structures, ce sont des logiciels de construction en 2D ou 3D, cités notamment par les jeunes charpentiers, qui les aident à avancer dans la modélisation des données du bâtiment (BIM). La mise en correspondance sur un plan visuel de ressources hétérogènes en ligne formerait une sorte de « continuité documentaire » visant la formation des acteurs autour de pratiques de recherche d’information harmonisées (Billaut et al., 2011). La mise en ligne des logiciels de modélisation permettrait également de favoriser l’accès aux projets de construction en développant une médiation graphique au service de l’ensemble des acteurs des projets. Enfin, la visualisation de l’information peut participer au développement de la traductibilité des ressources (Favier et Mustafa El Hadi, op. cit.) tout en fédérant les individus autour de pratiques généralisées en matière d’image. L’extraction des documents de travail sur le disque dur d’un architecte visité montre la difficulté d’organiser des ressources qui soient exploitables, ne serait-ce que sur le plan informatique, quel que soit le format utilisé.

Figure 2. Ressources visuelles présentes sur le système d’information personnel d’un architecte

Figure 2. Ressources visuelles présentes sur le système d’information personnel d’un architecte

35Chez les acteurs observés, les outils de visualisation pourraient servir à rendre visibles des ressources identifiables par les métadonnées pour les mettre à leur disposition dans le cadre de projet de formation ou d’accompagnement et de soutien à l’activité. La création d’un système d’information interopérable autour des caractéristiques d’accès, d’identification, de partage et de visualisation de l’information dans une logique de formation rend possible le développement de l’interopérabilité culturelle au sein de la communauté. Il existe cependant certaines limites à ce développement.

Les limites de la construction de l’interopérabilité culturelle dans la communauté de l’écoconstruction

36La construction d’une culture commune s’inscrit avant tout dans la possibilité pour les acteurs de connaître les ressources et de pouvoir les relier entre elles, de faire face à la privatisation de ressources absolument nécessaires dans le cadre de leur travail, d’accéder de manière régulée et en bonne entente à l’information dont ils ont besoin, le tout dans un cadre légal. Cette construction s’inscrit également pour la communauté de pratique dans la capacité à savoir gérer l’information et à créer de nouvelles connaissances dans une logique d’appropriation des savoirs. Cette dimension d’appropriation des savoirs peut être éclairée à partir de la notion de bien commun empruntée à la théorie des communs d’Elinor Ostrom et repris en France par Hervé Le Crosnier autour de « communs construits » (Le Crosnier, 2011) quand il s’agit de ressources numériques. L’interrogation sur les ressources numériques comme bien commun est due, selon Valérie Peugeot, à la diffusion accélérée du numérique dans nos sociétés. Cette diffusion génère des questions autour des vecteurs de communication numériques, de possibilité d’échanges et de partage de ces communs sur le réseau, du statut de la ressource (marchand ou commun) dans une réflexion autour de la manière de céder ou pas des ressources privatives. La déhiérarchisation permise par Internet rend en outre possible une organisation horizontale de la mise en commun des ressources qui est le propre des communautés de pratique (Peugeot, 2012). Les ressources dans le domaine de l’écoconstruction mettent précisément en question ces « communs construits ». D’un côté, les professionnels de l’écoconstruction ne peuvent se priver de ressources détenues par de grands industriels du bâtiment ou des centres scientifiques et souhaitent les voir libérées. De l’autre, ces acteurs économiques et institutionnels n’ont aucune raison de diffuser gratuitement des informations soumises à une législation stricte et répondant à des mesures de sécurité et de garantie des normes de construction. De plus, certaines ressources comme les codes juridiques, techniques ou architecturaux ne sont pas (encore) accessibles sur Internet ; les centres de ressources documentaires publics détiennent encore beaucoup les documents en version papier, propriété dans ce cas de l’institution et échappant une fois de plus aux acteurs. Philippe Quéau (2003) avait déjà pu cerner, à l’aube du Web 2.0, la difficulté de trouver un équilibre sur un plan socioéconomique et politique entre le fait de protéger les intérêts des producteurs d’information et l’importance du libre accès aux ressources par l’intermédiaire des nouvelles technologies. Le Web sémantique qui offre l’occasion de « reconstruire automatiquement et à la demande des documents à partir des données partagées » (Salaün, 2012 : 13) accentue encore cette problématique d’un partage universel des savoirs pour les acteurs économiques et institutionnels en direction des publics. La régulation opérée par l’État et les collectivités pour une ouverture des communs peut s’observer par exemple dans l’ouverture des données (open data). Mais cette situation n’est pas connue des acteurs de l’écoconstruction qui ignorent la plupart du temps que des données (concernant l’urbanisme notamment) sont disponibles gratuitement. Le fait de libérer les données ne suffit pas à ce que les acteurs s’en emparent. L’utilisation et l’appropriation des données ouvertes nécessitent une acculturation à la compréhension des logiques en présence en même temps qu’elles renvoient à des acteurs professionnels qui demandent à être formés sur les possibilités d’accès et de partage de l’information dans un « environnement du web de plus en plus pervasif » (Zacklad, 2010 : 133). Le côté pervasif du Web consisterait à rendre les systèmes d’information sensibles au contexte d’utilisation, à l’évolutivité des technologies et à la variabilité des éléments d’information dont ont besoin les acteurs de l’écoconstruction.

37Les limites du déploiement de l’interopérabilité culturelle dans la communauté de pratique étudiée restent réelles. La diversité des acteurs en présence, leur formation initiale en matière de culture informationnelle en constituent un frein important. La culture informationnelle « […] est constituée des valeurs, des normes et des comportements partagés par un groupe ou une organisation ayant un impact sur la façon dont l’information et perçue, créée ou utilisée » (Bergeron et al., 2010 : 190). Cette approche de la culture informationnelle rend compte principalement de l’organisation d’une communauté à savoir fonctionner ensemble à partir de l’activité informationnelle. Elle met en revanche peu l’accent sur les connaissances à posséder en ce qui a trait à la mise en œuvre de l’interopérabilité culturelle sur les plans technique et économique. La communauté étudiée, on l’a vu, est peu connaisseuse du développement des nouvelles technologies permettant l’opérationnalisation d’un processus de construction de liens entre systèmes. La question du déverrouillage des informations, qui est l’une des valeurs principales de l’acceptation de l’interopérabilité culturelle telle qu’elle a pu être mentionnée par un grand prestataire de solutions informatiques (Microsoft, 2005), n’est pas le seul paramètre à prendre en compte pour qu’une culture mutuelle s’organise au sein d’une communauté de pratique. La question des normes qui occupe les réseaux et la problématique du Web de données est cruciale pour des acteurs devant chercher des informations supportées par des systèmes en cours d’interopérabilité, notamment en matière de normalisation des ressources. Jacques Perriault définit plusieurs points importants de la normalisation des « savoirs en ligne », c’est-à-dire l’ensemble des ressources disponibles sur Internet : le fait de pouvoir partager des points de vue différents suivant les aires culturelles des individus, de savoir repérer et identifier la construction de la conception des savoirs par le biais des nouvelles technologies et de pouvoir entamer un dialogue entre les acteurs économiques et politiques, les institutions, les usagers et les publics dans la caractérisation des objectifs poursuivis (Perriault, 2006 : 77). Dans le cadre du développement de l’interopérabilité voulue par les politiques publiques, l’acculturation de l’ensemble des professionnels des métiers de l’écoconstruction à la question des biens communs et à celle de la normalisation serait peut-être le meilleur moyen pour relever le défi de la gouvernance informationnelle des systèmes d’information.

Conclusion

38La construction de l’interopérabilité culturelle dans le domaine de l’écoconstruction est un enjeu capital pour la communauté de pratique. Tout en étant concernés par la mise en réseau de l’information, les professionnels du domaine peinent à trouver les conditions nécessaires pour élaborer une véritable communication autour de la construction des connaissances dans le cadre de leur activité professionnelle. Cette difficulté s’explique par la distance existant entre eux et les acteurs industriels et institutionnels pour lesquels la construction de l’interopérabilité est avant tout technique et économique. Dans le contexte concurrentiel de mise à disposition des ressources, les ressources restent marchandes et non lisibles par la communauté de pratique centrée sur une logique de compagnonnage dans la création de documents servant à valoriser des savoir-faire, des procédures adaptées à des démarches de projets qui prennent souvent du temps. Les industriels et les organismes institutionnels diffusant les ressources nécessaires à la communauté développent plutôt des informations construites suivant des terminologies et des nomenclatures qui reposent sur des modes d’accès aux savoirs s’inscrivant dans des logiques taxinomiques d’autorité non partagée et répondant à des logiques économiques et contractuelles. La construction d’une culture commune dans la communauté pourrait s’inscrire dès aujourd’hui dans des infrastructures documentaires hybrides à condition qu’elles reposent à la fois sur une organisation des connaissances considérées comme des « biens communs » et sur des technologies visant la normalisation des formats de connaissance pour une meilleure convergence de l’information dans un souci d’équité.

39Nous souhaitons finalement souligner que notre posture de recherche nous a permis de caractériser certains aspects du développement de l’interopérabilité culturelle au sein d’une communauté de pratique, mais qu’elle n’a pas pris en compte les logiques des acteurs politiques, économiques, institutionnels (agences, associations), ni celles des experts scientifiques et techniques, qui participent aussi, souvent dans une perspective médiationnelle, à l’élaboration des normes et des référentiels (Cauchard, 2013). Il nous semble que le dialogue entre les professionnels de terrain, les acteurs producteurs et diffuseurs d’information et de ressources et les responsables politiques et économiques est plus que nécessaire pour inverser une approche descendante particulièrement prégnante qui assoit de plus en plus les volontés politiques sur une conception de l’innovation purement économique autour de l’amélioration de la productivité. Interroger les acteurs économiques sur leur engagement à développer l’interopérabilité dite culturelle devrait être une priorité pour construire sereinement une culture commune non pas tant autour d’une universalité des savoirs mais autour de la circulation d’une information stratégique dont l’ensemble des parties dépend pour exister.

Haut de page

Bibliographie

ARNAUD, Michel (2005), « Interopérabilité », La société de l’information : glossaire critique, Commission française de l’Unesco, Paris, La Documentation Française, p. 94-96.

ARNAUD, Michel (2012), « Entre droits d’auteur et liberté des échanges : les métadonnées, objets informatiques, objets économiques » dans Jacques PERRIAULT et Céline VAGUER (dir.), La norme numérique : savoirs en ligne et Internet, Paris, CNRS édition, p. 89-101.

BERGERON, Pierrette, Christine DUFOUR, Dominique MAUREL et Diane MERCIER (2010), « La gestion stratégique de l’information », dans Jean-Michel SALAÜN et Clément ARSENAULT (dir.), Introduction aux sciences de l’information, Paris, La Découverte, p. 183-205.

BILLAUT, Ronald, Renaud BRUCKERT, Philippe DOME, Emilie DOOGHE, Emmanuelle DUPRET, Brigitte FARVACQUE … et Sylvie VEREBES (2011), « Continuité documentaire Lycée-Université dans l’académie de Lille : un dispositif expérimental généralisable ? », Documentaliste-Sciences de l’information, 4(48) : 62-69.

BIRUKOU, Aliaksandr, Enrico BLANZIERI et Paolo GIORGINI (2010), « Implicit culture framework for behavior transfer », dans Emmanuel G. BLANCHARD (dir.), Handbook of Research on Culturally-Aware Information Technology: Perspectives and Models, Hershey, IGI Global, p. 213-241.

BLANCHARD, Emmanuel. G. (dir.) (2010), Handbook of Research on Culturally-Aware Information Technology: Perspectives and Models, Hershey, IGI Global.

BOULOGNE, Arlette (2014), « Le document technique, une vieille histoire », Documentaliste-Sciences de l’information, 1(51) : 30-32.

BROPHY, Peter (2002), « La bibliothèque hybride », BBF, 4(47) : 14-20.

BRUCE, Harry (2005), « Personal, anticipated information need », Information Research, 10(3), mis en ligne le 10 avril 2005. [En ligne]. http://informationr.net/ir/10-3/paper232.html. Page consultée le 5 avril 2015.

BRUNEL, Stéphane (2008), Ingénition, Paris, Presses Universitaires Européennes.

CARLILE, Paul R. (2002), « A pragmatic view of knowledge and boundaries: Boundary objects in new product development », Organization Science, 13(4) : 442-455.

CAUCHARD, Lionel (2013), « L’organisation de l’expertise dans les espaces de normalisation technique. Le cas de la haute qualité environnementale (HQE) des bâtiments de France », Revue d’anthropologie des connaissances, 1(7) : 173-193.

COTTE, Dominique (2009), « Système, information, média. Le SI comme objet des Sciences de l’information et de la communication », Communication & Langages, 160 : 39-48.

COURBIERES, Caroline (2009), « Les dispositifs info-communicationnels en architecture : le recours à la documentation », dans Viviane COUZINET (dir.), Dispositifs info-communicationnels : questions de médiation documentaire, Paris, Hermès Publications, p. 191-227.

COURBIERES, Caroline et Patrick FRAYSSE (2009), « Langages de l’architecture / architecture des langages : construction du sens dans le vocabulaire architectural », 7ème colloque du chapitre français ISKO. [En ligne]. http://www.isko-france.asso.fr/pdf/isko2009/COURBIERES_%20FRAYSSE.pdf. Page consultée le 5 avril 2015.

DALBIN, Sylvie et Brigitte GUYOT (2007), « Documents en action dans une organisation : des négociations à plusieurs niveaux », Études de communication, 30 : 55-70.

DESFRICHES-DORIA, Orélia et Manuel ZACKLAD (2010), « Améliorer la recherche d’information à l’aide de thésaurus “ad hoc” : expérimentations et réflexions méthodologiques », Document numérique, 13(2) : 13-40.

ELLUL, Jacques (2006), Penser globalement, agir localement. Chroniques journalistiques, Monein, Pyrémonde.

ENGESTRӦM, Yrjö (1999), « Activity theory and individual and social transformation », dans Yrjö ENGESTRӦM, Reijo MIETTINEN et Reija-Leena PUNAMAKI (dir.), Perspective on Activity Theory: Learning in Doing: Social, Cognitive, and Computational Perspectives, New York, Cambridge University Press, p. 19-38.

FAVIER, Laurence et Widad MUSTAFA EL HADI (2013), « L’interopérabilité des systèmes d’organisation des connaissances : une nouvelle conception de l’universalité du savoir ? », dans Fabrice PAPY (dir.), Recherches ouvertes sur le numérique, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 23-38.

GHERARDI, Sylvia (2009), « Introduction : The critical power of the “practice lens” », Management Learning, 40(2) : 115-128.

GUYOT, Brigitte (2006), Dynamiques informationnelles dans les organisations, Paris, Lavoisier.

HUDON, Michèle (2001), « Structuration des savoirs et organisation des collections dans les répertoires du web », BBF, 46(1) : 57-62.

HUDON, Michèle (2005), « Accès thématique en bibliothèque numérique : le rôle du langage documentaire de type “thésaurus” », dans Fabrice PAPY (dir.), Les bibliothèques numériques, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 151-177.

HODGE, Gail (2000), « Systems of knowledge organization for digital libraries: Beyond traditional authority files », The Digital Library Federation Council on Library and Information Resources. [En ligne]. http://www.clir.org/pubs/reports/pub91/pub91.pdf. Page consultée le 5 avril 2015.

IHADJADENE, Madjid et Stéphane CHAUDIRON (2008), « L’étude des dispositifs d’information électronique : approches croisées », dans Fabrice PAPY (dir.), Problématiques émergentes dans les sciences de l’information, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 183-207.

IHADJADENE, Madjid et Laurence FAVIER (2008), « Langages documentaires : vers une “crise de l’autorité” ? », Sciences de la société, 75 : 10-21.

JEANNERET, Yves (2011), « Les harmoniques du Web : espaces d’inscription et mémoire des pratiques », MEI, 32 : 31-40.

KAYE, Roy et Stephen LITTLE (1996), « Strategies and standards for cultural interoperability in global business systems », System Sciences, Proceedings of the Twenty-Ninth Hawaii International Conference, 4 : 465-473.

LAINE-CRUZEL, Sylvie (2004), « Documents, ressources, données : les avatars de l’information numérique », Information-Interaction-Intelligence, 1(4) : 105-119.

LE CROSNIER, Hervé (2011), « Les communs de la connaissance : un autre regard sur l’information », Documentaliste-Sciences de l’information, 3(48) : 48-52.

LE CROSNIER, Hervé et Jean-Michel BESNIER (2012), Le numérique peut-il aider à résoudre les inégalités qu’il engendre ?. [En ligne]. http://cippa.paris-sorbonne.fr/?page_id=799. Page consultée le 5 avril 2015.

LEHMANS, Anne, Patrick FRAYSSE et Vincent LIQUÈTE (2012), « Modes de représentation et de circulation de “l’information verte” : le cas de l’architecture », dans Widad MUSTAFA EL HADI (dir.), L’organisation des connaissances, dynamisme et stabilité, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 197‑228.

LEPLAT, Jacques (2004), « Éléments pour l’étude des documents prescripteurs », @ctivités, 2(1) : 195-216.

LIQUÈTE, Vincent (2011), Des pratiques d’information à la construction de connaissances en contexte : de l’analyse à la modélisation SEPICRI (Systèmes, environnement, pratiques individuelles-collectives et représentations de l’information). Habilitation à diriger des recherches en Sciences de l’information et de la communication, sous la direction d’Éric DELAMOTTE, Rouen, Université de Rouen.

LIQUÈTE, Vincent (2012), « Système de contraintes professionnelles et mode d’organisation de la connaissance : le cas des architectes en éco construction », Colloque MUSSI, Toulouse.

MARTIN, Frédéric et Emmanuelle BERMÈS (2010), « Le concept de collection numérique », BBF, 3(55) : 13-17.

MAUREL, Dominique et Aïda CHEBBI (2012), « La perception de la confiance informationnelle », Communication et Organisation, 42 : 73-90.

MICROSOFT (2005), Interopérabilité au sein des services publics, promouvoir une offre de services largement accessible via Internet, Livre blanc. [En ligne]. http://download.microsoft.com/download/a/9/4/a94d6717-81cd-4117-be19-59af6ac396fb/livre_blanc_interoperabilite.pdf. Page consultée le 5 avril 2015.

MULLER, Catherine (2014), Étude et repérages sur les interfaces documentaires innovantes, Villeurbanne, ENSSIB. [En ligne]. http://www.enssib.fr/sites/www/files/images/enssibLab/rapport-expertise-hdnum.pdf. Page consultée le 5 avril 2015

ORLIKOWSKI, Wanda J. (2000), « Using technology and constituting structures: A pratice lens for studying technology in organization », Organization Science, 4(4) : 404-428.

PAPY, Fabrice et Sophie CHAUVIN (2005), « Pour une approche visuelle et ergonomique dans la recherche et l’exploration d’information au sein d’un OPAC de SCD. L’exemple du Visual…Catalog », dans Fabrice PAPY (dir.), Les bibliothèques numériques, Paris, Hermès-Lavoisier, p. 107-130.

PERRIAULT, Jacques (2006), « La norme comme instrument d’accès au savoir en ligne », Hermès, 45 : 77-87.

PEUGEOT, Valérie (2012), « Biens communs et numérique, l’alliance transformatrice », dans Lisette CALDERAN, Pascale LAURENT, Hélène LOWINGER et Jacques MILLET (dir.), Le document numérique à l’heure du web de données, Paris, ADBS Éditions, p. 141-154.

QUÉAU, Philippe (2003), « Société de l’information et bien commun mondial », dans Hervé FISCHER (dir.), Les défis du cybermonde, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 26-34.

REIX, Robert (2002), Systèmes d’information et management des organisations, Paris, Ed. Vuibert.

SALAÜN, Jean-Michel (2012), « Du document à la donnée et retour, la fourmilière ou les Lumières », dans Lisette CALDERAN, Pascale LAURENT, Hélène LOWINGER et Jacques MILLET (dir.), Le document numérique à l’heure du web de données, Paris, ADBS Éditions, p. 9-24.

SALZANO, Gabriella, Manel ANKOUD et Orélia DESFRICHES-DORIA (2013), « Apports du SOC d’entreprise Hypertagging aux activités de veille », Document numérique, 1(16) : 31-53.

SIMONNOT, Brigitte (2012), L’accès à l’information en ligne : moteurs, dispositifs et médiations, Paris, Lavoisier.

SOUMAGNAC, Karel et Anne LEHMANS (2013), « Classement, indexation et rangement de ressources partageables dans une communauté de pratique ouverte : le cas de l’éco construction », 3ème Colloque international ISKO-Maghreb : Concepts et Outils pour le Management de la Connaissance, Marrakech, Maroc.

STAR, Susan (2010), « Ceci n’est pas un objet-frontière ! Réflexions sur l’origine d’un concept », Anthropologie des connaissances, 1 : 18-35.

WENGER, Etienne (1998), Communities of Practice: Learning, Meaning, and Identity, Cambridge, University Press.

WENGER, Etienne, Richard McDERMOTT et William SNYDER (2002), Cultivating Communities of Practice: A Guide to Managing Knowledge, Boston, Havard Business School Press.

ZACKLAD, Manuel (2005), « Documents pour l’Action (DopA) : statut des annotations et technologies de la communication », Le numérique : Impact sur le cycle de vie du document pour une analyse interdisciplinaire, Montréal, Éditions de l’ENSSIB.

ZACKLAD, Manuel (2007), « Annotation : attention, association, contribution », dans Pascal SALEMBIER et Manuel ZACKLAD (dir.), Annotations dans les Documents pour l’Action, Paris, Lavoisier, p. 29-46.

ZACKLAD, Manuel (2010), « Évaluation des systèmes d’organisation des connaissances », Les cahiers du numérique, 6(3) : 133-166.

Haut de page

Notes

1 Le projet GCCPA est un projet de recherche régional financé par la région d’Aquitaine (France). Il mobilise des enseignants-chercheurs appartenant au laboratoire IMS (Intégration du matériau au système) UMR 5218 CNRS de l’Université de Bordeaux.

2 Le message peut être lu à l’adresse suivante. [En ligne]. http://www.faire-simple.gouv.fr/vos-idees/avoir-acces-gratuitement-toutes-les-normes-et-dtu. Page consultée le 13 décembre 2015.

3 Les communications sont accessibles à l’adresse suivante. [En ligne]. http://www.nord-picardie.cerema.fr/qualite-sanitaire-des-batiments-no-22-mars-avril-a904.html. Page consultée le 13 décembre 2015.

4 Une banque de données est un « ensemble d’informations organisées autour d’un même sujet, directement exploitables et proposées en consultation aux utilisateurs ». Définition du Grand dictionnaire terminologique. [En ligne]. http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8355655. Page consultée le 13 décembre 2015.

5 Dans le contexte numérique actuel, Sylvie Lainé-Cruzel appelle ressources « […] des informations construites dans une logique de médiation et d’usage (réception), évolutives (susceptibles d’être mises à jour), et éventuellement adaptables (personnalisables). Leur fonction est d’être utiles et de rendre des services » (2004 : 112).

6 « Document définissant les caractéristiques requises d’un produit technique ou d’un service telles que les niveaux de qualité ou de performance, la sécurité, les dimensions » (cité dans Boulogne, 2014 : 30).

7 Les DTU sont constitués « [des] cahiers de clauses techniques (CCT) […] qui précisent pour chaque corps d’état les conditions techniques de bonne exécution des travaux de son domaine ; [des] critères généraux de choix des matériaux (CGM), rassemblant les informations sur les produits mis en œuvre dans le cadre du CCT, assorties des références normatives ou autres les concernant ; [des] cahiers des clauses spéciales (CCS) qui ont pour but de définir les frontières des obligations d’un corps d’état donné tant vis-à-vis du maître d’ouvrage que par rapport aux autres corps d’état » (Courbières, op. cit. : 222).

8 La base de données de référence de l’INIES (http://www.inies.fr/accueil/) qui porte sur les caractéristiques environnementales et sanitaires des produits de construction rentre dans cette catégorie de SOC tout comme les ressources présentes dans la base de données du SIDE (système d’information du développement durable et de l’environnement) (http://www.side.developpement-durable.gouv.fr/EXPLOITATION/) qui propose une entrée dans la base par catégories de documents à partir d’une recherche simple ou avancée et par classements thématiques. Pages consultées le 13 décembre 2015.

9 C’est le cas de l’ADEME, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, qui offre dans sa médiathèque une entrée par thématiques, par public visé et en fonction du caractère récent de la publication. Le site est accessible à l’adresse suivante. [En ligne]. http://www.ademe.fr/. Page consultée le 13 décembre 2015.

10 Depuis 2014, la base de données européenne du domaine du développement durable a pour but de développer l’information environnementale autour des produits de construction pour une utilisation des déclarations de ces produits sur les marchés européens et internationaux. Le site est accessible à l’adresse suivante. [En ligne]. http://www.eco-platform.org/. Page consultée le 13 décembre 2015.

11 « [Du] point de vue théorique, la collection numérique ne semble pas déroger à la définition canonique de la collection (au sens bibliothéconomique), c’est-à-dire un ensemble cohérent de documents, établi en vue d’un usage précis, faisant l’objet d’une gestion. Chacun des objets qui la composent a plus de valeur dans l’entité collective qu’il n’en aurait individuellement » (Martin et Bermès, 2010 : 13).

12 Un SID est « un dispositif informatique global d’accès à la documentation, aux ressources pédagogiques et à l’information multimédia, […] grâce à une interface unique rendant à l’usager transparents les différents langages et normes des systèmes agrégés constitutifs et lui permettant l’interrogation de bases de données et de différentes ressources, ainsi que l’accès à des services » (Marie-Thérèse Rebat, citée dans Muller, 2014 : 4).

13 Pour Arnaud, « […] les métadonnées sont produites à travers un schéma de description qui ne dépend pas d’un seul fonds et d’une seule collection. Ceci permet de concevoir des systèmes d’information en réseaux dans lesquels les métadonnées peuvent directement et systématiquement faire trouver les documents appartenant à des collections disparates » (2012 : 94).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Exemple de collection numérique d’images extraite d’un système d’information personnel d’un architecte
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6670/img-1.png
Fichier image/png, 574k
Titre Figure 2. Ressources visuelles présentes sur le système d’information personnel d’un architecte
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6670/img-2.png
Fichier image/png, 257k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karel Soumagnac-Colin, « Construire l’interopérabilité culturelle autour de la documentation et de l’information dans une communauté de pratique  », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 17 août 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6670 ; DOI : 10.4000/communication.6670

Haut de page

Auteur

Karel Soumagnac-Colin

Karel Soumagnac-Colin est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et membre du Laboratoire de l’Intégration du Matériau au Système (IMS) de l’équipe Représentations, Usages, Développements et Ingénieries de l’Information (RUDII), Université de Bordeaux. Courriel : karel.soumagnac-colin@u-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org