Navigation – Plan du site
Recherches

La philanthropie investit l’écosystème médiatique étatsunien

Antoine Char

Résumés

L’auteur fait le point sur le journalisme à but non lucratif étatsunien à travers cinq sites numériques financés par le monde philanthropique qui s’investit de plus en plus dans l’écosystème médiatique en pleine crise transformationnelle.

Haut de page

Texte intégral

1L’idée est simple. Elle est en train de devenir une force motrice de l’écosystème médiatique étatsunien. Les philanthropes ont décidé de financer l’information à l’ère numérique. Longtemps, les médias ont échappé à l’attention des mécènes. Ils subventionnaient des projets sociaux, culturels, environnementaux et humanitaires, notamment. Ils ouvrent désormais leurs goussets pour venir en aide au « quatrième pouvoir » en pleine crise transformationnelle. Tous les ans, ils se délestent ainsi d’au moins 200 millions de dollars. Cela ne représente que 1 % de leurs dons annuels dans les autres secteurs, mais le non-profit journalism (NPJ) est encore un phénomène relativement nouveau, même s’il existe déjà une centaine de sites numériques financés par des organisations à but non lucratif.

2Dans le cadre de notre recherche, nous avons visité les salles de rédaction de ProPublica1 et d’Inside ClimateNews2 (New York), du Texas Tribune3 et du Texas Observer4 (Austin) ainsi que de Crosscut5 (Seattle). Si, physiquement, elles ne se différencient en rien des salles de rédaction « traditionnelles » des quotidiens papier et ont pignon sur rue au centre-ville, leurs journalistes y ont une parfaite connaissance de l’écosystème d’Internet. La grande majorité d’entre eux ont la jeune vingtaine et les sites qui les emploient portent tous le même message : il faut sauver le journalisme de qualité, substrat des débats d’idées et source centrale de toute démocratie. Tous ont la même mission — mot-clé dominant nos interviews qui ont eu lieu entre le 1er et le 9 juin 2015 : miser sur le pourquoi plutôt que sur le comment d’une information devenue un produit manufacturé comme un autre.

3Pour bonifier le « produit », il faut tourner le dos à l’hyperfactualité lubrifiante (le breaking news) et bien sûr éviter tout sensationnalisme. La métaphore suivante pourrait résumer leur démarche : les médias, dans leur ensemble, nous font regarder l’éruption d’un volcan, mais nous montrent rarement la lave qui chauffe. Dit autrement, c’est mettre davantage l’accent sur le dénouement que sur le processus.

4Les cinq sites visités insistent également pour rappeler ceci : le soutien financier (et « désintéressé ») du monde philanthropique contribue à redonner ses lettres de noblesse au journalisme d’enquête étatsunien en perte de vitesse depuis plusieurs années. Depuis sa création en 2008, ProPublica a déjà gagné deux Pulitzer (2010 et 2011). Cette grande distinction du journalisme a également été décernée en 2013 à Inside ClimateNews, site financé notamment par les fondations Ford et Rockefeller.

Imaginaire collectif

5C’est bien connu, la philanthropie est profondément enracinée dans l’imaginaire collectif des Étatsuniens. Bon an, mal an, les bons Samaritains de la finance se délestent d’au moins 10 milliards de dollars. Sous l’influence de Bill Gates et de Warren Buffet, 40 milliardaires annonçaient publiquement en août 2010 qu’ils donneraient au moins la moitié de leur fortune de leur vivant ou à leur mort. Par intérêt personnel ou par altruisme ? Peu importe. Les médias en crise sont de plus en plus nombreux à faire appel au mécénat.

6En 2012, le Los Angeles Times, cinquième quotidien des États-Unis, a ainsi reçu plus d’un million de dollars pour embaucher des journalistes lui permettant d’accroître sa couverture de l’immigration, enjeu permanent du paysage politique californien. Les dons des fondations aux médias n’ont pas commencé avec la crise financière de 2008. Depuis leur création en 1970, la National Public Radio (NPR) et la Public Broadcasting System (PBS) sont sur la liste permanente des organisations philanthropiques. Ces deux médias de qualité sont souvent cités en exemple dans le monde numérique porté à bout de bras par le mécénat.

7Le « bon journalisme » doit être subventionné, il ne peut être uniquement tributaire de la « religion du profit » et de la publicité qui assure encore les trois quarts des revenus des médias, insisteront les responsables des cinq sites visités. C’est un peu ce que répète Jürgen Habermas, pour qui « l’idée de laisser aux mains du marché le pilotage des produits de la presse a quelque chose de contre-intuitif » (2007).

8Pour quelles raisons la philanthropie vient-elle au secours des médias ?

Philanthropy in the U.S. steps in to confront problems that industry or government cannot solve, and remains on the scene to develop and support institutions that can address the problems. Journalism is in crisis, and as a pillar of the democratic idea, its loss or degradation is a serious matter. That is why philanthropy is responding by making greater investments (David Sassoon, directeur d’Inside ClimateNews).

I think it’s because they understand that a robust press is the key to a strong democracy, and they see a void in that space at present […] Foundations and philanthropists that believe in the deep value of non-partisan news have helped many news organizations stay in business or bridge the gap in the transition to digital-first news. Their generosity and commitment to the industry have been crucial in a difficult era, and key to getting new media ventures off the ground (Emily Ramshaw, éditrice du Texas Tribune).

9On le voit, le journalisme à but non lucratif financé par des philanthropes ou des fondations fait ses classes au pays du Premier Amendement et du Watergate.

Information, service public

10Les sites à but non lucratif reconnaissent que l’information est un produit. Mais c’est aussi un service public, de la même manière que le sont l’éducation ou la santé. Le modèle d’affaires traditionnel (qualifié d’« industriel ») ne répond plus aux besoins du marché et pour faire fonctionner la société civile, ce marché n’est plus approprié. Dans un paysage numérique dominé par le commentaire partisan, le « philantrojournalisme » évite d’en faire :

It is true that the number and variety of publishing platforms are exploding in the Internet age. But very few of these entities are engaged in original reporting. In short, we face a situation in which sources of opinion are proliferating, but sources of facts on which those opinions are based are shrinking (site de ProPublica).

11Faire parler les faits, miser sur leur objectivité comme le voulait Émile Durkheim (2007) pour qui « la première règle et la plus fondamentale est de considérer les faits sociaux comme des choses » (p. 77), ne veut pas dire ne pas finasser avec les mots. Ainsi, le 4 juin 2015, lorsque Rick Perry, l’ex-gouverneur du Texas, annonçait sa candidature à l’investiture républicaine, le lead du Texas Observer était le suivant : « In announcing his presidential bid, Rick Perry’s task is this : to be taken seriously again ». Le Texas Tribune offrait à ses lecteurs une amorce plus télégraphique, proche des dépêches d’agence de presse : « Emphasizing his humble roots and military service, former Gov. Rick Perry made official Thursday what he has been hinting at for some time: He’s running for president in 2016 ».

12Dans tous les cas, le NPJ a fait sienne la formulation du chroniqueur Joe Kraft (1924-1986) : « Le jugement s’exprime davantage dans la mise en perspective des faits que par la formulation sentencieuse d’une opinion » (éditorial de Jean Daniel dans le numéro 1104 du Nouvel Observateur). Le contenu des sites à but non lucratif se veut à forte valeur ajoutée. Il s’articule sur deux axes : l’enquête (qui n’est pas un « luxe ») et la contextualisation des faits (indispensable à l’« éducation » du citoyen). Dans les deux cas, il faut du temps. Le NPJ, c’est l’éloge de la lenteur. C’est le slow media. Le terme apparaît en 2009 dans un article du Huffington Post étatsunien. Il faut faire fi des deadlines quotidiens, de l’urgence. Ralentir pour mieux informer et miser ainsi sur la qualité. ProPublica a ainsi gagné son premier Pulitzer en 2010 grâce à son enquête de deux ans sur l’après-Katrina, l’ouragan qui a dévasté La Nouvelle-Orléans en 2005. Le NPJ veut aussi éviter l’« infobésité » basée sur le vite consommé, vite jeté. Trop d’informations tuent l’information, la vraie, celle définie par Gregory Bateson (1977) : « Une différence qui fait une différence ».

13Seulement une demi-douzaine de sujets sont traités en moyenne chaque semaine. Pas de page one meeting, comme dans les journaux papier où chaque responsable de section cherche à « vendre » tel ou tel « papier » pour la une du lendemain, véritable vitrine du grand bazar de l’information qu’est un quotidien. Comme le souligne David Sassoon d’Inside ClimateNews, « Page One is an idea of the past ». Chose du passé également, le brouhaha d’une salle de rédaction vivant sous la dictature du deadline. Parce que les contraintes de temps ne sont pas quotidiennes, les journalistes des cinq sites visités travaillent dans un silence presque monacal, interrompu çà et là par des fragments de paroles.

14Pas non plus de breaking news. La course aux dernières nouvelles ne les intéresse pas, et quand elles passent sous leur loupe, c’est davantage pour chercher à les contextualiser.

15La pratique journalistique se fait à partir d’une approche multiscalaire. Les reportages sont longs, fouillés, contrairement à l’ensemble des quelque 1 400 quotidiens étatsuniens soumis depuis plus de 10 ans à des coupes budgétaires (leurs revenus publicitaires ont baissé de moitié depuis 2010), ce qui les contraint à produire moins et toujours plus court. Les sites numériques libérés de la dépendance publicitaire ont le credo suivant : « Do what you do best and link to the rest » (Jarvis, 2009 : 26). Tourner le dos à l’information trop morcelée, la hiérarchiser, lui donner du sens en la contextualisant le plus possible, éviter les petites nouvelles divertissantes (le soft news) : le monde numérique financé par les dons ne cherche pas à se disperser dans de multiples tâches et ne veut surtout pas dire à son lecteur ni quoi penser ni à quoi penser. « We don’t tell people what to think, we tell people to think » (Evan Smith, fondateur du Texas Tribune).

16L’important, c’est ce que le lecteur pense, insistera la direction de chacun des cinq sites mentionnés plus haut. Tous ces sites se veulent loin de la théorie de l’agenda setting, issue des travaux de Maxwell McCombs et de Donald Shaw publiés à l’été 1972 dans Public Opinion Quarterly et en 1977, et dont la formule bien connue peut se résumer ainsi : les médias ne disent pas aux gens ce qu’ils doivent penser, mais à quoi ils doivent penser.

« Donneurs de leçons » ?

17Pas de vite fait, mal fait, l’information est un bien commun, éduquer tout en informant, corriger les vices et les excès d’un journalisme empêtré dans des dérives déontologiques… Les philanthrojournalistes sont-ils des « donneurs de leçons » ? Les directeurs de conscience du quatrième pouvoir ? Ils estiment en tout cas que le journalisme étatsunien tel qu’il est actuellement pratiqué court à sa perte. Il faut, dans un premier temps, limiter les dégâts pour sauver non pas la « presse d’industrie » (formule de Hubert Beuve-Méry, fondateur du Monde), mais le journalisme, « le plus beau métier du monde ». Ils cherchent à le faire avec l’argent de mécènes (le couple Herbert et Marion Sandler pour ProPublica) et des organisations philanthropiques pour être exempts de toute pression économique et offrir ainsi une information au long cours avec comme seul gouvernail de la quête de sens.

18Sans elle, impossible de redonner la parole au citoyen. Il faut le rendre moins cynique, plus engagé, plus actif, encourager sa participation civique, améliorer le débat public et développer la démocratie. À certains égards, la quête de sens des sites financés par les organisations philanthropiques ressemble au civic journalism ou public journalism apparu à la fin des années 1980 aux États-Unis (Glasser, 1999). En première page de son édition du 17 octobre 1996, le Wall Street Journal faisait le point sur ce journalisme civique :

It has become one of the most influential forces in American journalism, writing big checks to newspapers to change the way they cover government and politics. And major dailies that traditionally take great pride in their independence are suddenly lining up for cash from this powerful outsider. A foundation called the Pew Charitable Trusts is practicing an aggressive brand of philanthropy aimed at nothing less than rewriting the news in America. Its goal: spreading a new approach it dubs « civic journalism ».

19Ce journalisme civique, qualifié de journalisme de consensus par les grands médias plutôt sceptiques à son égard, était pratiqué surtout par la chaîne de journaux Knight Ridder. Ce type de journalisme cherche à placer le citoyen au cœur de sa pratique. Sans une participation citoyenne, pas de véritable démocratie. « Democracy only works if people participate », résumera Evan Smith, le fondateur du Texas Tribune. À leur manière, les philanthrojournalistes sont des disciples d’Habermas.

20Knight Ridder, qui finançait ce journalisme civique dans plus de 200 quotidiens étatsuniens, a été acheté par le groupe McClatchy en 2006. La Knight Foundation (2,4 milliards de dollars) est le plus grand mécène de la médiasphère étatsunienne.

Knight, the leading journalism funder overall, announced more than $21 million in journalism grants in 2006 and more than $50 million in 2007, though some of these are multiyear grants and won’t be paid out all at once […] Since the foundation’s start in 1950, it has invested nearly $300 million in U.S. and global journalism — emphasizing mid-career training in the 1980s, journalism education in the 1990s and digital media innovation in the current decade (American Journalism Review, 2008).

21La Knight a fait des dons totalisant six millions de dollars à ProPublica depuis 2008, rappelle Jennifer Preston, vice-présidente de la section journalisme de la fondation. De manière générale, précise l’ancienne reporter au New York Times, « we do spend more than 30 million dollars a year on supporting journalism, journalism education, and initiatives to support the First Amendment and freedom of expression » (échange de courriels, 20 août 2015).

22Comme lorsqu’elles finançaient le journalisme civique les organisations philanthropiques qui aujourd’hui subventionnent des sites numériques affirment ne pas vouloir transformer le journalisme étatsunien : elles ne chercheraient qu’à enrichir le processus démocratique d’un pays qui aime rappeler cette phrase de Thomas Jefferson : « Si je devais choisir, avoir un gouvernement sans journaux ou des journaux et pas de gouvernement, je n’hésiterais pas une seconde à choisir la seconde option ». Cette citation du troisième président américain se trouvait à l’entrée du Seattle Post Intelligencer disparu en 2009 sous sa forme papier pour n’exister que dans le cyberespace.

23De manière générale, estiment les organisations philanthropiques, les débats sur le journalisme portent trop souvent sur les problématiques liées à l’économie des médias, à l’emprise du marché, aux effets de la concurrence, à la concentration et à la convergence, notamment. Il est beaucoup plus urgent pour la profession de se questionner sur les attentes du public. En clair, les quotidiens, pas seulement étatsuniens, ne doivent plus seulement être de grands bazars de l’information, où ils offrent toutes sortes d’articles : ils doivent avoir une responsabilité sociale visant à replacer le citoyen au cœur des finalités journalistiques. Là encore, les organisations philanthropiques venant au secours du journalisme étatsunien sont des disciples d’Habermas.

24De plus, le secteur des médias subit une restructuration fragilisant l’emploi et se traduisant par une précarisation de la profession. Entre 2006 et 2012, pas moins de 17 000 emplois à temps plein dans les salles de rédaction des quotidiens étatsuniens ont été perdus, selon les chiffres de l’American Society of News Editors (2013). À titre d’exemple, le nombre de journalistes du Los Angeles Times pendant la même période est passé de 1 100 à moins de 600 et celui du Baltimore Sun de plus de 400 à quelque 150. Au total, il y a aujourd’hui 40 000 journalistes dans les salles de rédaction étatsuniennes contre plus de 60 000 en 1992.

25Tout cela menace tous les jours un peu plus la mission d’information et d’investigation des médias traditionnels dont les « fondamentaux » économiques sont plus que jamais en déséquilibre. Dans cette période de transition qui s’éternise sans modèle économique probant, on comprend mieux pourquoi des voix s’élèvent, notamment outre-Atlantique, pour rappeler que l’information indépendante est un « bien public », consubstantiel à la démocratie, et pour souligner que sa collecte et sa distribution peuvent aussi s’organiser dans un cadre de « non-profit » (Scherer, 2011 : 8).

26Depuis leur création en 2007-2009, les cinq sites qui sont l’objet de cette recherche n’ont licencié aucun journaliste. ProPublica et le Texas Tribune en ont même engagé chacun une vingtaine ces trois dernières années, dont plusieurs de grands quotidiens, tels que le New York Times, le Wall Street Journal et le Dallas Morning News.

27Les journalistes rencontrés dans les salles de rédaction des cinq sites visités ne se posent pas constamment la question suivante : comment continuer à vivre de son métier sans renoncer à sa mission d’informer ? Leur information, peu importe le nombre de « clics » et de « j’aime », n’est pas soumise à une logique virale. Alors la philanthropie est-elle le modèle économique à suivre pour certains médias ayant du mal à affronter l’actuelle crise ?

I don’t think philanthropy can restore journalism to its previous level of vitality. But I do think it can help keep journalism on life support. In particular, philanthropy can help bolster investigative reporting, which otherwise might disappear. It can also play a role in bolstering coverage of different issues, like health, environment, or foreign conflicts. Philanthropy also plays a vital role in keeping public radio strong at a time that it’s becoming a more importance new sources amid the decline of newspapers in cities across the U.S. (David Callaghan, rédacteur en chef d’Inside Philanthropy, échange de courriels, 7 avril 2015).

28De manière générale, la direction rédactionnelle des cinq sites visités tient l’argumentaire suivant : en investissant dans les médias, secteur qui ne garantit guère de rentabilité, les organisations philanthropiques répondent à une certaine logique citoyenne. Cet argumentaire social s’accompagne d’une inévitable question éthique : ces organisations n’utilisent-elles pas leur situation hégémonique pour influer sur le contenu des sites financés en fonction de leurs intérêts économiques ?

Indépendance rédactionnelle

29On l’a vu, tous les sites financés se disent « objectifs ». Tous affirment avoir un « mur de feu » entre leur salle de rédaction et l’argent reçu sous la forme de dons. Leurs « bienfaiteurs » n’ont aucun droit de regard sur les articles. Doutez de cette imperméabilité rédactionnelle, et c’est aussitôt une levée de boucliers. Evan Smith du Texas Tribune résume bien la position commune des sites ayant vu le jour grâce à la philanthropie :

We avoid influence from our donors the way that all for-profit media avoid influence from their advertisers. Why are we any more susceptible to be influenced by our sources of funding than the traditional media is influenced by their advertisers? It just seems like a non-issue. What our donors get from their contributions is a handshake and a tax letter. But they get no greater access to us than anybody who does not support us. […] At the end of the day, what matters is to be judged by our work. You can see who our donors are on our website.

30En 2014, le Pew Research Center dénombrait 172 start-ups non lucratifs. À l’entrée de chaque site est affiché le même mot : Donate. La liste des gros donateurs est également énumérée. Les fondations richement dotées considèrent leur implication financière comme un investissement social. Comme le résume bien Herbert Sandler, un magnat de l’immobilier, contributeur généreux au Parti démocrate et grand mécène de ProPublica où il a investi 35 millions de dollars depuis 2008, leur rôle se limiterait à dire : « Voici un chèque, embauchez des pointures et faites du bon journalisme ».

31Le site new-yorkais compte 45 journalistes à temps plein qui font essentiellement de l’enquête, rappelle Richard Tofel, son président, un ancien du Wall Street Journal. Pour lui, comme pour les autres responsables des cinq sites visités, la philanthropie n’est pas un cadeau empoisonné sur le plan éthique.

32La question suivante a été posée au Pew Research Center : les fondations comprennent-elles vraiment que les sites journalistiques ne sont pas des groupes de défense d’intérêts de toutes sortes ? La réponse du porte-parole Jesse Holcomb peut surprendre :

Not all foundations are the same. In addition, there are some news organizations that actually are involved in advocacy. Thus, there are plenty of foundations that respect the editorial values of their news organization grantees. But there are others who align their grant making with news organizations that actually do engage in some form of advocacy (échange de courriels, 3 août 2015).

33Jennifer Preston de la Knight est plus « orthodoxe » dans sa réponse :

At Knight, we do not support journalism for advocacy reasons or to promote a political agenda or point of view. Knight is non-partisan and our goal is to support journalism because excellent journalism has been a proven method to inform people about the issues they care about so they can become engaged in the issues they care about and make an impact in their communities (échange de courriels, 20 août 2015).

34Jack Shafer, journaliste au Politico, un pur player de Washington consacré uniquement à la politique, est cinglant quand on lui rappelle que les cinq sites étant l’objet de cette recherche affirment n’avoir jamais reçu de directives rédactionnelles de leurs bienfaiteurs : « Never ? How exactly do they prove that? Do the editors never self-censor ? » (échange de courriels, 6 août 2015).

35L’ancien correspondant de Reuters dans la capitale fédérale se montre encore plus virulent dans une dépêche datée du 12 février 2014 :

Depending on the Medicis to fund investigative reporting has the same downsides as depending on them to fund painting, the ballet, the symphony and football stadiums: Just as your tastes in the arts and athletics don’t always coincide with those of the billionaire givers, your tastes in investigative journalism might not coincide with those of the Medicis. In your mind, their investigations might constitute misinformation, subversion, agitprop or stupidity.

36ProPublica, Inside ClimateNews, le Texas Tribune, le Texas Observer et Crosscut ont tous un code d’éthique affiché sur leur site et ne font montre d’aucune opacité quant aux dons reçus. Crosscut, par exemple, affiche la liste de ses donateurs qui va de Boeing à JPMorgan Chase. La transparence, pour eux, est aussi importante que l’objectivité.

37Les médias doivent certes continuer à viser une couverture honnête et équilibrée, mais il devient aussi important aux yeux des lecteurs de montrer désormais comment l’information est produite, qui en est la source (fin de l’anonymat), qui parle, etc. De dévoiler les coulisses (Scherer, 2011 : 185).

38C’est ce que font les cinq sites visités et pour ne pas être trop dépendants de leurs mécènes ou des fondations qui assurent en moyenne le tiers de leur financement, ils font parfois appel au crowdfunding. On le sait, depuis le développement du Web 2.0, le financement participatif est populaire dans le journalisme. Amener les internautes à payer pour un reportage les intéressant fait aussi partie, selon eux, de la nouvelle architecture médiatique. La publicité fait également son apparition sur les sites visités, qui offrent gratuitement leurs reportages aux médias traditionnels, à condition que l’intégrité de leurs contenus soit respectée. Cela leur assure une plus grande visibilité sur la place publique, accroît leur crédibilité et renforce leur imperméabilité rédactionnelle.

39L’unanimité idéologique est loin de régner entre les différentes organisations philanthropiques, et en diversifiant le plus possible ses sources de financement, le journalisme philanthropique estime avoir assuré son imperméabilité rédactionnelle. Il lui faut à présent cimenter sa pérennité économique.

40Ce modèle de journalisme est-il adaptable au Canada ? Kelly Toughill, directrice de l’école de journalisme du King’s College de Halifax, ne le croit pas :

There are two main reasons that foundation-funded journalism hasn’t thrived in Canada. The first is that the tax regimes in the two countries are very different. It is hard to get a tax benefit from funding journalism in Canada, but easy to do so in the U.S. The second reason is cultural and historic. Canada has looked to government to solve social problems, where the U.S. tends to look to charity. This pattern is repeated in the social welfare system, in economic development in rural areas, in health care, education and elsewhere. The failure of the dominant business model for mass media is a problem for our broad society (échange de courriels, 22 juillet 2015).

41De manière générale, la crise transformationnelle, structurelle et existentielle touche l’ensemble des médias occidentaux. La « solution philanthropique » étatsunienne n’est peut-être pas la meilleure, mais pour Steve Coll, du New Yorker, elle ne peut plus être écartée. L’ancien patron de l’information du Washington Post, quotidien dont les coûts d’exploitation annuels frisent les 200 millions et qui a été racheté en 2013 par Jeff Bezos, le président fondateur d’Amazon, écrivait déjà ceci dans son magazine le 28 janvier 2009 : « In the foreseeable future, it seems, there will be two kinds of nonprofit newspapers — those which are deliberately so and those which are reluctantly so ».

Conclusion

42L’expérience du journalisme philanthropique étatsunien en est à ses balbutiements. Elle est trop neuve pour que soit tirée une quelconque conclusion. Il conviendrait donc d’observer son évolution sur une plus longue durée.

43Ce journalisme non lucratif, tournant le dos à l’événementiel pour mieux se centrer sur le conjoncturel et le structurel, éveille cependant un intérêt certain dans l’écosystème médiatique américain.

44Le « philanthrojournalisme » veut incarner un idéal démocratique reflété par l’espace public dans l’optique d’Habermas. Chose certaine, si l’idée « simple » de financer le journalisme était encore taboue il y a peu, aujourd’hui elle gagne du terrain grâce à de preux chevaliers (mécènes et fondations) défenseurs du journalisme de qualité qui, le portefeuille bien garni, sèment à tout vent sur la Toile, créant des sites d’information un peu partout aux États-Unis.

Haut de page

Bibliographie

AMERICAN SOCIETY OF NEWS EDITORS, (2013), 2013 Census, Washington

BATESON, Gregory (1977), Vers une écologie de l’esprit, tomes 1 et 2, Paris, Seuil

COLL, Steve (2009), « Nonprofit newspapers », New Yorker, 83(22) : 4

DURKHEIM, Émile (2007), Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF

GLASSER, Theodore (1999), The Idea of Public Journalism, New York, Guilford Press

HABERMAS, Jürgen (2007) « Il faut sauver la presse de qualité », Le Monde, 21 mai. [En ligne]. http://www.lemonde.fr/idees/article/2007/05/21. Page consultée le 1 septembre 2015.

JARVIS, Jeff (2009), What Would Google Do?, New York, Harper Collins

MCCOMBS, Maxwell et Donald SHAW (1977), The Emergence of American Political Issues: The Agenda Setting Function of the Press, St-Paul, West Pub. Co

SCHERER, Éric (2011), A-t-on encore besoin des journalistes ?, Paris, PUF

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. www.propublica.org. Page consultée le 21 avril 2016.

2 [En ligne]. http://insideclimatenews.org. Page consultée le 21 avril 2016.

3 [En ligne]. http://www.texastribune.org. Page consultée le 21 avril 2016.

4 [En ligne]. http://www.texasobserver.org. Page consultée le 21 avril 2016.

5 [En ligne]. http://www.crosscut.com. Page consultée le 21 avril 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Char, « La philanthropie investit l’écosystème médiatique étatsunien », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 17 août 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6681 ; DOI : 10.4000/communication.6681

Haut de page

Auteur

Antoine Char

Antoine Char est professeur de journalisme, École des médias, Université du Québec à Montréal. Courriel : char.antoine@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org