Navigation – Plan du site
Recherches

La scénographie numérique du discours hacktiviste des Anonymous

Warda Baba Hamed et Sabiha Benmansour

Résumés

Cette analyse du discours a pour objet la scénographie numérique du discours hacktiviste des Anonymous. Les auteures étudient la mise en scène numérique du discours d’un groupe de pirates informatiques (hackers) anonymes qui s’est fait connaitre par des contres-discours et des actions antigouvernementales. Elles ont constitué un corpus produit par les Anonymous, dans lequel elles ont pu distinguer les trois pôles d’une scénographie numérique et qui légitime le discours hacktiviste.

Haut de page

Texte intégral

1Le numérique a bouleversé aussi bien l’espace social que les rapports entre les individus qui l’occupent. Michel Wieviorka parle d’« […] une transformation radicale de l’humanité s’appuyant sur de nouvelles configurations sociotechniques » (2013 : 7). Dans ce nouvel espace mondial et hétérogène est né le collectif de pirates informatiques Anonymous (Bardeau et Danet, 2011). Celui-ci est à l’origine d’un discours hacktiviste, c’est-à-dire un contre-discours anticonformiste, altermondialiste et prodémocratique qui souhaite décrire l’espace et l’époque dans lesquels il s’inscrit.

2L’intérêt de notre travail est d’étudier la mise en scène numérique du discours hacktiviste des Anonymous à partir de sa scénographie numérique. Son processus d’énonciation est de nature numérique, tout comme l’est aussi et principalement sa scénographie. Cette notion, développée dans le cadre de l’analyse du discours par Dominique Maingueneau (1987) et reprise plusieurs fois dans ses ouvrages (2012), correspond à un dispositif énonciatif qui permet de mettre en scène le discours et de le légitimer. Celui-ci doit à son tour légitimer sa scénographie. Cette scène énonciative est constituée de trois pôles complémentaires : énonciateur/coénonciateur, topographie et chronographie, qui devraient transparaître dans le discours hacktiviste. Ainsi, l’objectif est de déterminer si la notion de scénographie numérique permet de rendre compte de la mise en scène numérique du discours hacktiviste des Anonymous. Des questions s’imposent : comment cette notion peut-elle être appréhendée dans un contexte numérique ? Comment les trois pôles qui la constituent transparaissent-ils dans le discours hacktiviste ? Et de quelle manière peut-elle rendre compte de la mise en scène numérique du discours hacktiviste des Anonymous ?

3Nous commençons par présenter la méthode et le matériau qui nous ont permis de nous inscrire dans l’approche scénographique de Maingueneau et de définir le discours des Anonymous comme un discours hacktiviste. Nous procédons ensuite à l’analyse et à l’interprétation des données, en mettant en évidence les trois pôles de la scénographie numérique dans le discours hacktiviste.

Méthode et matériau

4Maingueneau définit la scénographie comme la scène de parole instituée par le discours pour pouvoir être énoncé et qu’il doit réciproquement légitimer. Il affirme :

La scénographie implique ainsi un processus en boucle paradoxale. Dès son émergence, la parole suppose une certaine situation d’énonciation, laquelle, en fait, se valide progressivement à travers cette énonciation même. La scénographie est ainsi à la fois ce dont vient le discours et ce qu’engendre ce discours ; elle légitime un énoncé qui, en retour, doit la légitimer (2012 : 80).

5Ainsi, ce ne sont plus seulement les conditions extérieures de production du discours des Anonymous qui déterminent sa situation d’énonciation, mais aussi et particulièrement le discours lui-même, sa construction, son fonctionnement, qui vont imposer des conditions, permettant de définir l’énonciation. Celle-ci va à son tour justifier le discours et lui donner tout son sens. Ainsi, pour concevoir la scénographie numérique du discours hacktiviste, il est nécessaire de commencer par définir celui-ci.

6Les Anonymous sont à l’origine d’innombrables discours qu’ils ont diffusés sur Internet, sous la forme de communiqués de presse, par le biais de divers supports numériques (Twitter, Pastebin, YouTube). Pour répondre à notre questionnement, nous avons constitué et transcrit un corpus de deux enregistrements vidéo, produits et diffusés par les Anonymous en 2011 et en 2012 sur YouTube et dont le thème est relatif au printemps arabe en Tunisie. Les deux discours ont été choisis parmi tant d’autres, parce qu’ils présentent toutes les caractéristiques qui définissent le discours hacktiviste et contiennent suffisamment d’éléments explicites qui permettent de mettre en évidence les trois pôles de la scénographie numérique. Ces discours ont en commun un énonciateur collectif, un support numérique, une période et une thématique relative à un positionnement antigouvernemental et antisalafiste :

  • Le discours 1 a été produit à la suite de la tentative du gouvernement tunisien de mettre un terme à la contestation du peuple, en censurant des sites d’information et en s’attaquant à des blogues et des comptes de courriels des opposants ;

  • Le discours 2 a été produit par les Anonymous pour s’opposer aux salafistes tunisiens qui ont attaqué des lieux culturels et qui s’en sont pris à un journaliste et au drapeau tunisien.

7Le contenu de ces discours répond à un projet d’idéal cybersocial commun, dont les valeurs politiques sont produites selon un scénario dramatisant :

[…] un scénario triadique qui se compose de trois moments discursifs : 1) prouver que la société se trouve dans une situation sociale jugée désastreuse, et que le citoyen en est la première victime ; 2) déterminer la source du mal et son responsable — l’adversaire ; 3) annoncer enfin quelle solution peut être trouvée, et qui peut en être le porteur (Charaudeau, 2011).

8Ce scénario triadique est très explicite dans les discours des Anonymous. Néanmoins, d’autres moments discursifs assez récurrents peuvent être relevés dans les discours hacktivistes et viennent s’ajouter à ceux qu’énumère Patrick Charaudeau.

9Les Anonymous commencent par établir le constat de la situation de crise et mettent en lumière le désaccord entre deux parties. Ils tentent de stimuler le sentiment d’insatisfaction des citoyens par rapport à ce qui se produit dans l’espace social et dénoncent par la même occasion le responsable des maux de la société :

Le temps de la vérité est arrivé. Un temps pour la liberté et la transparence. Un temps pour les gens de s’exprimer librement et d’être entendus à partir de n’importe où dans le monde.

Pourtant, le gouvernement tunisien a décidé qu’il veut contrôler le présent avec des mensonges et de la désinformation et restreindre les libertés de ces personnes — tout cela dans le but de leur imposer sa propre vision égoïste de l’avenir (Anonymous, 2011).

10Les Anonymous présentent l’idéal social commun pour lequel ils se battent et mettent en avant la cyberculture ainsi que les valeurs qu’elle véhicule :

Vous ne refuserez pas votre droit à la liberté d’expression, à la liberté de la presse, à la liberté d’association et votre droit à un monde non censuré de l’information qui vous est fournie à travers l’Internet (Anonymous, 2011).

11Les Anonymous se dépeignent comme des sauveurs qui ont pour objectif de libérer les internautes des lois gouvernementales et de défendre l’espace social :

Anonymous ne peut pas rester et ne restera pas silencieux face à ce qui se produit. Anonymous a entendu les cris du peuple tunisien pour la liberté et a décidé de l’aider à gagner cette bataille contre l’oppression (Anonymous, 2011).

12Le discours hacktiviste des Anonymous n’a d’existence qu’à l’intérieur de l’espace numérique et ne prend sens qu’en fonction de celui-ci. Par conséquent, pour que la scénographie numérique soit légitime, le discours des Anonymous doit être configuré de manière à justifier son énonciation. Il doit donc être configuré de manière numérique. Le discours des Anonymous est ainsi posé comme le lieu de manifestation des trois pôles de la scénographie numérique.

Analyse et interprétation des données : pôles de la scénographie numérique

13La scénographie numérique est constituée à partir de trois pôles complémentaires : l’énonciateur/coénonciateur, le premier correspondant à celui qui est à l’origine du discours et le second à l’autre tel qu’il est représenté par l’énonciateur et qui contribue indirectement à la construction du discours ; la topographie numérique définie comme le lieu dont prétend surgir le discours (Maingueneau, 2012) ; et la chronographie numérique définie comme le moment dont prétend surgir le discours (ibid.).

Énonciateur/coénonciateur

14L’énonciateur est représenté par des embrayeurs de personnes. Généralement, l’énonciateur exprime sa présence dans son discours à travers le « je » posé dans un rapport d’altérité face à un « tu » ; celui-ci exprime la présence de l’énonciataire dans ce même discours. Dans les discours des Anonymous, le « je » de l’énonciateur s’efface devant un « nous », cité 32 fois dans le corpus, et qui désigne à la fois la collectivité et la singularité.

Anonymous est une bannière sous laquelle tout citoyen peut voler. C’est une bannière qui accentue la manière audacieuse et forte dans laquelle nous devons agir en tant que citoyens quand il le faut. Plus important encore, Anonymous nous unit tous indépendamment de l’âge, du sexe, de la race, de la religion, de l’origine ethnique ou du lieu de naissance. Anonymous nous unit tous et nous invite en tant que citoyens du monde libre (Anonymous, 2011).

15C’est dire que, d’une part, les Anonymous n’ont pas de chef, sont de différentes origines, religions, cultures et leur anonymat fait qu’il est impossible de déterminer s’il y a une majorité ethnique quelconque. Ils prônent ainsi la diversité. Le « nous » représente dans ce cas les membres du collectif en incluant même les internautes qui ne participent pas à l’hacktivisme, mais qui en sont l’objet. D’autre part, l’anonymat des membres du collectif et leur unité les assimilent à un seul et même personnage, désigné par le masque et par le nom d’Anonymous.

16Le coénonciateur, quant à lui, se manifeste soit à travers le « nous » inclusif des Anonymous, soit à travers le « vous ». Celui-ci est cité huit fois dans le corpus et fait référence soit aux citoyens tunisiens que les Anonymous défendent : « Laissez vos enfants et les enfants de vos enfants être fiers du fait que vous étiez une partie d’une révolution qui a changé le monde » (Anonymous, 2011), soit au gouvernement ou aux salafistes tunisiens que les Anonymous invectivent : « Salafistes tunisiens, laissez-nous vous expliquer votre situation délicate » (Anonymous, 2012).

17Le « nous » et le « vous » font preuve de cohésion par rapport à une altérité, mais aussi par rapport à une troisième entité, « eux » auxquels les Anonymous ne s’adressent pas directement, mais qui représentent implicitement la cause ou la raison pour laquelle le discours a été produit. Le « eux » peut ainsi renvoyer au gouvernement : « Le gouvernement tunisien s’est fait l’ennemi d’Anonymous » (Anonymous, 2011) aussi bien qu’au peuple tunisien : « Anonymous a entendu les cris du peuple tunisien pour la liberté et a décidé de l’aider à gagner cette bataille contre l’oppression » (ibid.).

Topographie

18Quant à la topographie, elle n’est pas le cadre spatial de l’énonciation, mais l’espace d’où le texte prétend provenir. La topographie du discours hacktiviste est construite à partir d’indicateurs de lieux qui ne font pas seulement référence à l’espace hors ligne tel que la Tunisie, ou à l’espace numérique tel qu’Internet, mais aussi et principalement à un espace global à mi-chemin entre le hors ligne et le en ligne désigné par les Anonymous comme monde ou monde libre :

Anonymous nous unit tous et nous invite en tant que citoyens du monde libre (Anonymous, 2011).

Nous sommes Anonymous, nous avons toujours œuvré pour la liberté des peuples du monde (Anonymous, 2012).

19Le terme monde (monde libre, y compris), cité sept fois dans le corpus, fait référence non pas au cadre spatial de l’énonciation, mais à l’espace d’où le discours hacktiviste prétend provenir. Cet espace est d’abord un territoire où les individus de villes, de pays et même de continents différents se retrouvent, sans contraintes, et où les sociétés, les communautés, les langues et les cultures interagissent pour créer des liens de coexistence. Il apparaît ainsi comme un espace public d’expression personnelle et collective. Par ailleurs, l’espace en ligne est étroitement lié à l’espace hors ligne. Pour rendre compte de leurs rapports, Antonio Casilli affirme que « le monde en ligne s’imbrique, s’entremêle avec le monde hors ligne. Les deux univers sociaux sont alors dans un continuum » (2010 : 245). Il existerait deux espaces sociaux liés par une sorte d’autoroute que les individus empruntent pour aller d’un espace à l’autre, sans qu’il y ait de frontières. Le numérique entretient le fantasme des internautes de bâtir des espaces qui se rapprocheraient d’un idéal commun, une république et un système démocratique, égalitaire, où il n’y a pas de ségrégation raciale, ethnique, et où les ressources sont mises en commun, et le savoir à la portée de tous. Les revendications relatives à une opération qui se déroule dans un pays déterminé sont contextualisées dans un espace global, sans frontières. De cette manière, les discours hacktivistes apparaissent comme étant transnationaux et épousent les divers positionnements des membres du collectif.

Chronographie

20Enfin, la chronographie n’est pas le cadre temporel de l’énonciation où l’énonciateur énonce son discours, mais plutôt l’époque à laquelle surgit le discours. La chronographie dans le discours hacktiviste est relative à une époque marquée, d’une part, par une crise sociale générale qui engendre un contre-discours et, d’autre part, par des crises sociales locales qui engendrent des discours ponctuels, d’actualité, tels que les discours relatifs aux soulèvements populaires en Tunisie. Nous pouvons le constater dans l’extrait suivant : « Aujourd’hui nous tirons la sonnette d’alarme concernant la Tunisie » (Anonymous, 2012).

21Le déictique temporel aujourd’hui, que l’on peut interpréter grâce à la date de publication de la vidéo, situe le discours hacktiviste dans une période marquée par les soulèvements populaires qui touchent la Tunisie. La chronographie est donc relative à la période du printemps arabe qui a profondément marqué la société tunisienne.

Conclusion

22Par leur indissociabilité, les trois pôles de la scénographie numérique s’instituent comme étant à l’origine du discours hacktiviste des Anonymous. En tant que tel, ce discours a un rôle coercitif et performatif qui prétend changer la réalité de la société. Les Anonymous font usage du « nous » collectif pour se donner du crédit et s’imposer comme une entité douée d’une identité définie. Le « nous » inclusif est également employé par les Anonymous pour impliquer les citoyens dans leurs actions et solliciter leur adhésion à leur discours. Autrement dit, le discours des Anonymous se veut représentatif de ce que pensent les citoyens dans l’optique d’un fonctionnement démocratique. Il ne s’agit pas du discours du peuple, mais d’une mise en scène de son discours, dont l’intérêt premier est de déclencher chez les citoyens un sentiment d’appartenance et de reconnaissance.

23Le « nous » des Anonymous marque ainsi la naissance d’une nouvelle forme d’expression citoyenne, d’un nouveau discours qui prend sens dans un contexte topographique et chronographique nouveau et hétérogène. Ce discours symbolise la volonté de rupture avec les principes politiques et de gouvernance de l’espace hors ligne, par la création d’un espace public et citoyen. Il défend des valeurs de démocratie, de liberté d’expression et de partage de la culture gratuitement.

24La topographie est certes le lieu dont prétend surgir le discours hacktiviste, mais elle est aussi le lieu qui englobe tous les autres discours produits antérieurement et ultérieurement à ce discours. Il s’agit ainsi d’un espace global dans lequel le discours hacktiviste s’inscrit et par lequel il est conditionné. Dans lequel il est produit en réponse à d’autres discours et comme origine à d’autres discours. C’est un espace où le discours hacktiviste côtoie d’autres discours, s’imprègne d’eux, entre en interaction avec eux, participe à la construction d’un processus interdiscursif.

25La chronographie est une période définie par des événements et des discours. Le discours hacktiviste s’inscrit dans cette période et prend sens par rapport à ces événements et ces discours. Les Anonymous produisent ainsi des discours relatifs à des plans d’actions ponctuelles, sous la forme d’opérations (opération Tunisie). Le sens de leur discours dépend ainsi de la période dans laquelle ils sont produits.

26Une boucle se construit entre le discours hacktiviste et sa scénographie numérique. C’est dire que le discours hacktiviste doit être configuré de manière numérique, de sorte qu’il justifie sa scénographie. Celle-ci doit à son tour légitimer le discours hacktiviste en l’inscrivant dans un processus constant qui se déroule entre les trois pôles qui la constituent. Elle doit donc valider le discours hacktiviste comme étant conditionné par les règles de l’espace numérique. À partir de ces trois pôles, la scénographie numérique peut être définie comme une scène d’énonciation spécifique, qui se développe à partir de la mise en scène de discours numériques, selon des conditions de contextualisation relatives à l’espace numérique. Réciproquement, cette scène d’énonciation se valide à travers l’inscription de ces discours à ce même espace.

27Le discours hacktiviste des Anonymous atteste de la fracture due au développement des technologies de l’information et de la communication. Cette fracture a engendré une nouvelle conception de la personne et a conduit à la construction d’un nouveau cadre topochronographique. La scénographie numérique permet de rendre compte de la mise en scène numérique du discours hacktiviste des Anonymous, en l’inscrivant dans la nébuleuse communautaire, culturelle, politique et idéologique de l’espace numérique.

28Dans ce contexte, la scénographie numérique détermine le fonctionnement du discours des Anonymous et son rapport à d’autres discours. En effet, les trois pôles de la scénographie, à savoir l’énonciateur/coénonciateur, la topographie et la chronographie, permettent d’ancrer le discours hacktiviste dans un espace discursif où il est en continuelle interdiscursivité avec les autres discours produits dans ce même espace. La scénographie numérique pose le discours des Anonymous comme la représentation métaphorique de tous les autres discours hacktivistes. Elle permettrait ainsi de rendre compte du fonctionnement de la formation discursive inhérente à ces discours.

Discours 1. « Anonymous - operation Tunisia - a press release ».

Chers citoyens du monde,

Le temps de la vérité est arrivé. Un temps pour la liberté et la transparence. Un temps pour les gens de s’exprimer librement et d’être entendus à partir de n’importe où dans le monde.

Pourtant, le gouvernement tunisien a décidé qu’il veut contrôler le présent avec des mensonges et de la désinformation et restreindre les libertés de ces personnes — tout cela dans le but de leur imposer sa propre vision égoïste de l’avenir. Cependant, il ne peut atteindre cet objectif en gardant la vérité cachée à ses citoyens et en imposant des restrictions au libre accès à l’information. Ce faisant, le gouvernement tunisien s’est fait l’ennemi d’Anonymous. Anonymous ne peut pas et ne restera pas silencieux face à ce qui se produit. Anonymous a entendu les cris du peuple tunisien pour la liberté et a décidé de l’aider à gagner cette bataille contre l’oppression.

Anonymous croit qu’il y a eu et qu’il y aura d’autres changements dans la façon dont le monde est organisé, de sorte que plus jamais de petits groupes de personnes ne soient en mesure de limiter les libertés fondamentales du collectif qu’est l’humanité. Anonymous estime donc que les tentatives de censure tunisiennes sont vouées à l’échec, seulement nous, Anonymous, le peuple, prenons nos responsabilités individuelles. Car c’est seulement si nous décidons de le faire que ce sera fait.

Pour le gouvernement tunisien : les attaques contre la liberté d’expression et d’information de vos citoyens ne seront pas tolérées. Toute organisation impliquée dans la censure sera ciblée. Les attaques ne cesseront pas tant que le gouvernement tunisien n’entend pas la demande de la liberté de son propre peuple. C’est entre les mains du gouvernement tunisien de trouver une solution à cela.

Pour le peuple tunisien : nous sommes ensemble et unis contre cette oppression. C’est une bataille qui est menée, pas seulement pour vous seul, mais pour servir de précédent et de déclaration au monde. Nous nous unissons pour envoyer un message que nous, en fait, ne sommes pas tout simplement les citoyens paisibles qui peuvent être colportés et étouffés dans la soumission. Lorsque forcés par la menace de l’oppression, nous pouvons être forts comme l’enfer — et quand les gens hurlent, ils enverront des frissons à travers les épines de tous ceux qui veulent étouffer notre liberté et prendre nos précieuses libertés.

Anonymous est une bannière sous laquelle tout citoyen peut voler. C’est une bannière qui accentue la manière audacieuse et forte dans laquelle nous devons agir en tant que citoyens quand il le faut. Plus important encore, Anonymous nous unit tous indépendamment de l’âge, du sexe, de la race, de la religion, de l’origine ethnique ou du lieu de naissance. Anonymous nous unit tous et nous invite en tant que citoyens du monde libre. Un monde où nous, en tant que citoyens, pouvons-nous lever et laisser notre marque dans l’histoire. Pour que les événements de ces temps soient les mots imprimés que nos enfants auront à lire. Laissez vos enfants et les enfants de vos enfants être fiers du fait que vous étiez une partie d’une révolution qui a changé le monde. Une révolution qui dit : nous ne pardonnerons pas la corruption. Nous n’oublierons pas l’injustice. Nous ne tolérerons pas la négation de nos libertés, et nous ne serons pas réduits au silence ! […]

Nous sommes Anonymous. Nous ne pardonnons pas la négation du droit à la liberté d’expression. Nous n’oublions pas les injustices causées par la suppression de ce droit. Si vous êtes responsable de ces actes : attendez-nous — toujours ! Le savoir est gratuit!1

Discours 2. « Message de Anonymous aux salafistes tunisiens ».

Hello citizen of the world, we are Anonymous.

Nous sommes Anonymous, nous avons toujours œuvré pour la liberté des peuples du monde. Aujourd’hui nous tirons la sonnette d’alarme concernant la Tunisie. En utilisant seulement les pouvoirs de la culture et de la liberté, nous avons réutilisé ces ressources technologiques qui sont nées de notre génie et qui nous ont été seulement fournies avec des intentions consuméristes. Nous avons donc mis à jour, amélioré et immunisé nos vigoureuses et efficaces opérations. Ceci est un message des Anonymous aux salafistes de la Tunisie. Salafistes tunisiens, laissez-nous vous expliquer votre situation délicate. Anonymous Tunisie nous a rapporté vos multiples actes. L’attaque du cinéma lors du passage du film de Nadia El Fanni, l’attaque du siège de Nesma TV, les incidents de la Faculté de Manouba, parce que selon vous les monuments préislamiques semblent assimilatoires, l’attaque du journaliste Krichen et cerise sur le gâteau, le coupable obtient non-lieu, et maintenant vous vous attaquez au drapeau tunisien, preuve de votre impunité totale. Nous avons décidé de soutenir le peuple tunisien, nous luttons contre vous désormais. Vos mails, vos comptes bancaires et vos transactions financières seront épluchés, vos disques durs seront copiés et ceci n’est qu’un début. Si le gouvernement tunisien ne stoppe pas vos agissements dans les semaines à venir, Anonymous le ferra.

Anonymous est né d’Internet. Internet est incontrôlable. Anonymous est incontrôlable. Nous sommes dans l’ère de l’information2.

Haut de page

Bibliographie

BARDEAU, Fréderic et Nicholas DANET (2011), Anonymous : pirates informatiques ou altermondialistes numériques ?, Limoges, FYP.

CASILLI, Antonio (2010), Les liaisons numériques, Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Seuil.

CHARAUDEAU, Patrick (2011), « Réflexions pour l’analyse du discours populiste » Mots. Les langages du politique. [En ligne] www.cairn.info/revue-mots-2011-3-page-101.htm. Page consultée le 12 décembre 2014.

MAINGUENEAU, Dominique (1987), Nouvelles tendances en analyse du discours, Paris, Hachette.

MAINGUENEAU, Dominique (2012), Analyser les textes de communication, Paris, Armand Colin.

WIEVIORKA, Michel (2013), L’impératif numérique ou La nouvelle ère des sciences humaines et sociales ?, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Annexe


Haut de page

Notes

1 Diffusé le 5 janvier 2011. [En ligne]. http://www.youtube.com/watch?v=bflabrk9wy0. Page consultée le 13 octobre 2013.

2 Diffusé le 9 mars 2012. [En ligne]. http://www.youtube.com/watch?v=dcwXhN85ia8. Page consultée le 15 septembre 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Warda Baba Hamed et Sabiha Benmansour, « La scénographie numérique du discours hacktiviste des Anonymous », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 17 août 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6691 ; DOI : 10.4000/communication.6691

Haut de page

Auteurs

Warda Baba Hamed

Warda Baba Hamed est doctorante au Département de français et membre du Laboratoire dynamique des langues et des discours en Méditerranée (DYLANDIMED), Université de Tlemcen. Courriel : Warda_babahamed@hotmail.fr

Sabiha Benmansour

Sabiha Benmansour est professeure au Département de français et membre du Laboratoire dynamique des langues et des discours en Méditerranée (DYLANDIMED), Université de Tlemcen. Courriel : benmansoursabeha@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org