Navigation – Plan du site
Hors thème

Shaming et mises en scène de pratiques journalistiques « déloyales » dans les documentaires télévisuels d’investigation.

Une observation exploratoire
Gilles Labarthe

Résumés

Quel est comportement d'une équipe de tournage d'un film d'investigation TV confronté à des refus d'accès aux sources ? Quand et comment prend-elle la décision de recourir à des pratiques déloyales ? À partir d'une observation exploratoire de type socio-ethnographique d'une équipe française, l'auteur se focalise sur des contextes révélateurs des écarts entre justifications avancées par les journalistes, et leurs actes. Il détaille les pratiques déloyales utilisées, dont la caméra cachée et suggère que la notion de shaming apporte des clefs de compréhension aux contraintes pesant sur ce genre de production journalistique.

Haut de page

Texte intégral

1Maintes fois invoqué comme un genre modèle, voire présenté comme bouée de sauvetage pour défendre l’honneur d’une profession face à une perte de crédibilité de la presse auprès du lectorat (Charon, 2003), le journalisme d’investigation connaît un regain d’intérêt ces dernières années. De nouveaux médias et pureplayers comme Mediapart s’en réclament (Gurdal, 2012), tandis que des titres ont réactivé ou créé au sein de leur rédaction des « cellules enquête », ou encore ouvert la voie à des expériences de collaborations transnationales inédites, dans le sillage des phénomènes de publication massive de données confidentielles et secrètes, dont WikiLeaks ou Offshore Leaks, par exemple. Cette apparente (ou prétendue) vitalité du journalisme d’investigation mérite d’être mise en question. Trouve-t-elle son origine dans un recentrage de l’activité des journalistes et de la profession elle-même ? Dans ce cas, comment se définit, s’organise et s’opère ce recentrage ? Qui en sont les principaux décideurs ? Est-il plutôt le fait de l’influence dans le champ du journalisme d’investigation d’un nombre croissant d’acteurs et de professionnels de la communication, dont les finalités restent méconnues du grand public, voire des journalistes eux-mêmes ? Dans ce cas, quels sont les nouveaux contextes et les nouvelles contraintes que ces acteurs parviennent à imposer à la production d’enquêtes journalistiques ? Comment ces phénomènes influent-ils sur le rapport des journalistes aux sources et en particulier aux autorités, en ce qui a trait à leurs demandes d’accès à des informations gouvernementales ?

  • 1 « One of the most important conclusions from this research is that investigative journalism is not (...)

2Ces questions sont au centre d’un travail de thèse en socio-ethnographie du journalisme, mené par l’auteur du présent article, pour une recherche à démarche inductive qui se donne comme but général d’apporter de nouveaux éléments de compréhension concernant les évolutions récentes des contextes et des contraintes du journalisme d’investigation en Suisse romande. Il s’agit notamment d’étudier des cas limites dans les rapports entre pratiques d’enquête de journalistes d’investigation et accès aux sources d’informations gouvernementales. Les principales recherches menées jusqu’à présent concernant la Suisse et avoisinant ce sujet portent sur les représentations des métiers du journalisme en général et les contraintes liées à la situation économique des médias (Bonfadelli et al., 2012). Les interrogations que soulèvent les usages de l’investigation journalistique demeurent pour l’instant peu explorées et sans réponses précises de la part de la communauté scientifique, malgré les appels répétés de praticiens et de formateurs suisses aux chercheurs universitaires. Une seule étude a été menée jusqu’à présent, à notre connaissance, sur le journalisme d’investigation à une échelle européenne et de manière comparative, incluant un court chapitre sur la situation en Suisse (Van Eijk et al., 2005 : 185-194). L’une des principales conclusions globales de cette étude — le journalisme d’investigation ne serait pas une affaire de budget ou de financement1 — vaut à notre sens d’être relativisée et discutée, à l’aune de recherches empiriques plus détaillées.

  • 2 [En ligne]. http://ire.org. Page consultée le 1 juin 2016.
  • 3 [En ligne]. http://gijn.org. Page consultée le 1 juin 2016.
  • 4 Cette option nous évitera de nous perdre dès l’introduction dans le vaste débat autour de définitio (...)

3Si l’investigation semble redevenue d’actualité dans les pratiques journalistiques, leur médiatisation et leur mise en scène, il est en effet crucial de s’interroger sur les écarts repérables entre les discours professionnels qui l’accompagnent et les pratiques réellement observables. D’un côté, ces discours paraissent vanter à l’unisson les vertus du journalisme d’investigation dans son rôle de watchdog (Opt et Delaney, 2001) contribuant à la bonne gouvernance, au fonctionnement démocratique et à la transparence par la publication de « révélations », démontrant (éléments de preuve ou témoignages dignes de foi à l’appui) des dysfonctionnements touchant le secteur public ou privé. Ils insistent aussi sur le modèle de rigueur que supposerait ce genre journalistique dans la vérification et le traitement de l’information et, par extension, sur sa pertinence comme moyen pour les journalistes de renouer avec les « fondamentaux » de leur métier, notamment au sujet de la formation professionnelle (Hanna, 2008). On retrouve ce même type de discours et de cœur de définition chez les plus importants réseaux et structures professionnels internationaux dédiés au journalisme d’investigation, dont l’organisation américaine Investigative Reporters and Editors (IRE)2 et le réseau mondial Global Investigative Journalism Network (GIJN)3, selon lesquels le journalisme d’investigation consisterait en une recherche active d’information effectuée par le journaliste lui-même et de sa propre initiative, en se basant sur un grand nombre de sources différentes. Cette recherche active doit porter sur des sujets d’intérêt public et révéler des faits ou des informations restés cachés. C’est aussi l’option suivie depuis des années par le reporter d’investigation, formateur et professeur Mark Lee Hunter, membre fondateur du GIJN, qui considère la définition établie par IRE comme « la plus rigoureuse »4 : celle « qui soutient que seul le reporter qui rend compte “par son propre travail et ses propres initiatives, de questions importantes sur lesquelles des personnes ou des organisations souhaitent garder le secret”, est digne du nom d’investigateur » (1997 : 3-4).

  • 5 « Contrairement au journalisme d’enquête, le journalisme de dénonciation délègue les fonctions jour (...)

4D’un autre côté, et dans le même temps, certaines pratiques actuelles du journalisme d’investigation, particulièrement intrusives, se retrouvent de plus en plus contestées sur le plan éthique devant diverses autorités et instances de régulation, comme les conseils de presse. Parmi ces « pratiques déloyales » ou « méthode déloyale de recherche de vérité » (Grevisse, 2010 : 172 sq.) figurent par exemple les entretiens-surprise ou entrevues par embuscade (ambush interviews), les enquêtes sous couverture ou sous une fausse identité, les enregistrements clandestins par caméra cachée et grâce aux nouvelles technologies numériques, les actes d’espionnage, le vol de documents, les transgressions d’embargos, de la règle du off the record. Elles touchent entre autres aux dimensions centrales de respect de la vie privée, de rapports aux sources et, notamment, aux lanceurs d’alerte (whistleblowers), aux relations avec les autorités dans l’accès à l’information, à la transmission et à la publication de données secrètes et confidentielles. Ces « pratiques déloyales » sont-elles le seul fait des journalistes eux-mêmes, agissant de leur propre initiative ? Il est permis d’en douter. Les risques d’instrumentalisation par des acteurs périphériques ou externes à la profession sont bien perceptibles dans un type de journalisme d’investigation cultivant une trop grande proximité avec ses sources (Gerbaud, 1993 ; Hunter, op. cit. ; Marchetti, 2000 : Chalaby, 2004), voire ménageant des formes implicites ou négociées d’échanges de services, de dons et contre-dons, de dépendance économique. Cette proximité mène souvent à produire et à publier, grâce à des informations reçues « clés en main », un journalisme « de dénonciation »5 (Desjardins, op. cit.). Cette notion rejoint, en partie et sur un autre plan, celle de naming and shaming, développée par les praticiens et que l’on pourrait rapprocher de la tradition d’exposure journalism chez les journalistes nord-américains de la fin du XIXe siècle. Il s’agit pour les journalistes de dénoncer un milieu fermé, évoluant aux marges de la loi et des principes démocratiques ; des interlocuteurs ne souhaitant pas communiquer à visage découvert, en évoquant leur incompétence, leurs pratiques illégales ou immorales... pour littéralement leur « mettre la honte ». La notion de shaming a été analysée par des chercheurs des journalism studies scandinaves (Ekström et Johansson, 2008 ; Danielson, 2013) et surtout anglaises (Petley, 2013). Parmi celles-ci, nous nous référons ici à quelques études de cas qui établissent un lien plus précis entre shaming et un ensemble de « pratiques déloyales » couramment utilisées dans cette intention, dressant une première typologie de leur mise en œuvre dans la presse écrite (MacFadyen, 2008 : 148-151 ; Greenslade, 2008 : 324-338), comme de leur mise en scène à des fins d’audimat (Gaber, 2008 : 252-254).

  • 6 Le Syndicat national de journalistes (SNJ) de France 2 avait aussitôt demandé dans un communiqué en (...)

5Ces « pratiques déloyales » interpellent : elles sont l’objet d’intenses négociations et de prises de position divergentes entre journalistes, responsables de médias et d’instances de régulation, renvoyant à d’importantes questions d’éthique. Les « pratiques déloyales » ne peuvent être justifiées que par des « circonstances exceptionnelles », rappelle Marc-François Bernier, qui « considère que l’équité journalistique a trois volets et qu’elle se matérialise ou se manifeste en trois temps ». D’abord, celui de l’« équité procédurale, qui concerne les méthodes de cueillette d’information, lesquelles doivent être transparentes et équitables, sauf dans des cas extrêmes que le journaliste aura toujours le devoir de justifier » ; ensuite, l’« équité dans le traitement des informations » et, enfin, le « devoir de suite » (Bernier, 2003 : 11-12). On retrouve ces principes déontologiques dans la notion de fairness, impliquant la possibilité offerte à tous les protagonistes d’exprimer leur point de vue, un traitement de l’information équitable, l’absence de distorsion dans les faits et propos relatés, la rectification des erreurs signalées, le droit de réponse, etc. (Franklin et al., 2005). Toutefois, la recrudescence, voire la « routinisation » des « pratiques déloyales » peut en partie s’expliquer par le fait que nombre d’enquêtes journalistiques privilégient des critères économiques et commerciaux (Rolland, 2006). Elles doivent répondre à des impératifs temporels, de budget, d’influence sur le lectorat et l’audience, en suivant les principes du market-driven journalism (McManus, 1994). À titre d’exemple, depuis une quinzaine d’années en France, de plus en plus d’émissions d’enquête recourent à la caméra cachée. Certaines l’ont même inscrite dans le principe de leur magazine d’investigation, comme Les infiltrés, de France 2, qui a suscité dès sa première diffusion au cours de 2008 un violent débat au sein de la profession6. Dans la communauté scientifique, on regrette un manque notoire de recherches sur ce sujet précis (Ward, 2009 : 296-297) et la rareté d’études empiriques centrées sur les pratiques du journalisme d’investigation (Conboy, 2013 : 129).

Questions sur le recours aux « pratiques déloyales » et méthodologie

6Comment, dans leur travail d’investigation, les journalistes justifient-ils et explicitent-ils le recours aux « pratiques déloyales » et en particulier aux technologies dites intrusives (caméras cachées, caméras discrètes et enregistreurs de téléphones intelligents, etc.) ? En quoi ces « pratiques déloyales », déployées dans le cadre d’enquêtes journalistiques télévisuelles, dépassent-elles ou contredisent-elles paradoxalement les éléments du cœur de définition susmentionné, caractérisant le journalisme d’investigation ? Comment les journalistes-réalisateurs gèrent-ils ou négocient-ils ces tensions, ce paradoxe, sur le plan de leur identité professionnelle ? Nous examinerons ici ces questions en centrant l’analyse sur le rôle qu’occupent ces « pratiques déloyales » dans des perspectives de shaming, suivant la définition qu’en propose Magnus Danielson. Cet auteur rappelle que le shaming représente non seulement un élément constitutif du journalisme d’investigation télévisuel, mais aussi un facteur important dans la poursuite des principaux objectifs de ce genre journalistique. Le shaming remplit en effet diverses fonctions complémentaires, telles qu’une fonction morale (en invoquant la « moralité » des acteurs en présence et posant des jugements en termes moraux), d’exposure, de contrôle social (dans le rôle du watchdog), mais aussi une fonction de compétition dans un milieu médiatique visant des effets de dramaturgie, de divertissement et d’émotion, et une fonction de narration destinée également à capter l’attention d’une audience, et, enfin, une fonction de renforcement de l’identité et des représentations du professionnalisme des journalistes. Ce dernier point nous intéresse en particulier, avec le projet de l’aborder en nous concentrant sur les écarts repérables entre récits de légitimation de journalistes et pratiques d’enquête observées sur le terrain — ces écarts pouvant avoir une forte valeur heuristique, comme révélateurs de nouveaux contextes et de nouvelles contraintes influant sur la production d’enquêtes journalistiques.

7Le recours aux méthodes qualitatives en sciences sociales, et plus précisément socio-ethnographiques inspirées de la tradition anglo-saxonne (Schlesinger, 1987), semble pertinent dans l’objectif de dresser une typologie plus complète et contextualisée des « pratiques déloyales ». Ces méthodes permettent de porter une attention plus fine à des catégories et à des notions « indigènes » utilisées et transmises par les praticiens (Kaufmann, 1996) en les mettant en relation avec des logiques d’actions (Bertaux, 2005) mieux explicitées de la part des journalistes enquêtés et interviewés. Aussi paraît-il indispensable de recourir à l’observation participante, que ce soit dans des salles de rédaction ou mieux, en suivant aux côtés d’une équipe de journalistes les étapes d’une enquête en train de se faire.

  • 7 Il en va de même, dans une certaine mesure et toutes proportions gardées, pour les chercheurs s’int (...)
  • 8 L’auteur du présent article a collaboré depuis 2011 à la documentation et à l’écriture de plusieurs (...)
  • 9 Cette situation pouvait coïncider avec une définition de principe que donne Mondher Kilani dans son (...)

8Il reste cependant difficile pour un chercheur universitaire de se faire accepter pour de longues périodes au sein d’un corps professionnel tel que celui de journalistes qui se consacrent à des enquêtes, et donc, par définition, à la récolte, au recoupement et au traitement d’information de nature délicate, souvent cachée ou du moins confidentielle, et nécessitant une protection absolue des sources7. Lorsque l’auteur a été contacté en février 2013 par une société de production télévisuelle, avec la proposition de collaborer à la coscénarisation d’un film documentaire consacré au rôle de la Suisse dans le commerce mondial de l’or8, l’idée de tirer parti de la situation pour mener un travail d’observation participante ne s’est pas imposée d’elle-même. Elle est devenue plus nette au fur et à mesure des discussions avec les confrères journalistes-réalisateurs et cameramen : pour la majorité d’entre nous (cinq professionnels sur huit), ce projet de film constituait soit la première expérience de travail pour la société de production qui nous employait, soit la première avec la chaîne cliente, soit la première avec l’émission d’enquête pour laquelle le projet de film avait été vendu — parfois les trois situations étaient cumulées. Ce contexte a entraîné dès l’été 2013, en amont et avant même le premier jour de tournage, une très longue série d’échanges, de discussions et de correspondance par courriels, afin d’expliciter pour chacun le film à réaliser, attendu par la direction, et les moyens d’y parvenir : budget, temps accordé à la documentation, à repérer les intervenants et à communiquer avec ceux qui étaient pressentis aux différentes étapes de l’enquête, à fixer les rendez-vous pour les entretiens filmés, à préparer, à assurer et à concrétiser le tournage, etc. Le même type d’interrogations s’est ensuite poursuivi dès décembre 2013 à propos des délais pour le tri, le classement et le visionnage des rushes ; dès janvier 2014, pour le montage ; puis, en février 2014, pour la livraison d’une première version du film soumise aux critiques de la rédaction en chef du producteur et, enfin, à la rédaction en chef de l’émission cliente et destinataire du film. De fait, l’explicitation des pratiques journalistiques se retrouvait au cœur d’une dynamique observable, d’abord à l’interne, c’est-à-dire au sein de l’équipe de tournage, puis en relation plus large avec des acteurs influents situés en périphérie de l’équipe : la rédaction en chef, la hiérarchie et les commanditaires du film documentaire9.

  • 10 Au sens d’Alain Blanchet et Anne Gotman, il s’agit de « mettre en lumière les aspects du phénomène (...)
  • 11 C’est-à-dire d’amener à une procédure d’objectivation, soit « le déroulement d’une expérience qui r (...)

9Ces explicitations allaient permettre de mieux documenter et de comprendre « un écart entre le dire et le faire, le discours et la pratique » et d’avoir « accès aux significations profondes et aux logiques sous-jacentes » (Kilani, op. cit. : 47-48). Le contexte paraissait donc favorable pour mener une première observation à visée exploratoire10, avec pour but une meilleure appréhension globale des enjeux liés à ce type de situation sociale et la construction progressive de l’objet d’étude. Ce premier terrain a été conçu comme un « moment de la recherche » (Copans,1998 : 9) devant déboucher sur une meilleure façon de préciser et de circonscrire cet objet11, tout en l’inscrivant dans la continuité d’une recherche précédente (Labarthe, 2009).

  • 12 Notés de manière anonyme dans les carnets par JR1, JR2, C1, C2, C3 et C4, RC.

10L’objet de ce terrain étant ainsi posé, il fallait encore le définir comme « lieu » et comme « pratique » (Copans, op. cit. : 12). On peut parler ici de terrain relativement éclaté, puisque les situations de tournage, de visionnage et de négociation avec la direction se sont déroulées en plusieurs fois et dans quatre pays : trois tournages en Suisse, respectivement de cinq, quatre et deux jours, début novembre 2013, début janvier et fin mars 2014 ; un tournage de deux semaines au Pérou, mi-novembre 2013 ; un tournage de quatre jours à Dubaï, début décembre 2013 ; deux séances de visionnage des rushes, de montage et de négociations avec la rédaction en chef et les producteurs, en région parisienne, en février et mars 2014, totalisant quatre jours. À ces 33 jours s’ajoutent les très nombreux échanges par téléphone et par courriel, du début concret de ce projet documentaire (août 2013) jusqu’à la fin du montage (avril 2014), soit une période couvrant neuf mois, avec une équipe composée de sept professionnels secondés ponctuellement par deux ingénieurs du son, tous de nationalité française, y compris quelques binationaux. Tous avaient plus de 12 ans d’expérience professionnelle et avaient travaillé pour divers médias de l’audiovisuel. Leur moyenne d’âge était située autour de 43 ans (de 31 à 54 ans) : deux journalistes-réalisateurs, quatre cameramen, un rédacteur en chef12. Ces échanges et l’abondante correspondance reçue (un corpus de 162 courriels, y compris des remarques et explicitations progressives du travail de réalisation et du résultat final attendu) ont permis de compléter un ensemble de prises de notes : éléments d’information, citations, précisions de contexte, consignés dans six carnets et dans un agenda. Il était possible de classer cet ensemble de façon chronologique, géographique, en caractérisant les lieux et moments de la réalisation, les thèmes abordés et les types de justifications apportées. Enfin, il était possible de comparer ce corpus de courriels (désignés par le caractère @ dans les citations ci-après) avec les notes issues du terrain d’observation (N), pour repérer des évolutions ou des contradictions entre les légitimations avancées par les journalistes-réalisateurs et les cameramen, et leurs activités concrètes.

11Concernant le terrain comme « pratique », l’équipe était informée du double profil de l’auteur du présent article, journaliste spécialisé et chercheur universitaire menant un travail de thèse centré sur les problèmes d’accès aux informations gouvernementales. Le choix a été fait de privilégier la démarche d’observation en évitant certains biais. C’est la raison pour laquelle la finalité exacte de la recherche ne leur a pas été présentée : cela paraissait la seule manière d’éviter d’induire certains comportements et réponses. Les membres de l’équipe savaient qu’ils pouvaient le cas échéant être « observés », notamment d’un point de vue ethnographique, mais sans que cela leur soit annoncé comme une observation suivie et portant sur des objets spécifiques.

  • 13 À l’exception ponctuelle d’un cameraman, qui a demandé dans quel but ses propos avaient été notés.
  • 14 On peut dire que ce rôle était proche, dans les avantages conférés, de celui que décrit Jean Copans (...)

12En un sens, cette position de neutralité était facile à tenir, comme celle d’un spécialiste « invité » à participer à la concrétisation du film documentaire en raison de sa maîtrise du dossier, de l’analyse, des relations et des documents utiles qu’il pouvait amener. Ce rôle était entendu comme tel au sein de l’équipe. Il n’impliquait à aucun moment de se saisir de la caméra ni d’imposer de manière univoque des choix définitifs de tournage avec des procédés contestables — filmer en caméra cachée par exemple. Il était propice à développer un « regard extérieur », démarche de distanciation qui caractérise l’ethnologue. En somme, ce rôle de l’« expert suisse » plutôt ignorant des réalités et contraintes de la production télévisuelle et seul de son espèce au sein d’une équipe de praticiens français habitués aux collaborations avec diverses sociétés de production de la région parisienne (cinq travaillant comme employés intermittents, deux seulement comme salariés fixes) semblait autoriser toutes les questions, même les plus naïves, les plus inattendues ou les plus insistantes. Les prises de notes effectuées pendant ce terrain ont d’ailleurs été faites ouvertement. Elles n’ont guère surpris les confrères13, eux-mêmes amenés à annoter des informations au jour le jour, aussi bien pour la partie documentation que pour la partie logistique du tournage. Autre aspect, plus intéressant dans la conduite de cette recherche : le caractère composite de cette équipe, renforcé par le fait que plusieurs membres n’avaient jamais travaillé ensemble auparavant. Cela multipliait les occasions de verbaliser, d’expliciter et de clarifier entre eux, et sans que cela nécessite aucune intervention de l’observateur, leur position au sujet notamment du recours ou non à des pratiques journalistiques « déloyales ». Pratiques à l’égard desquelles l’auteur du présent article s’est d’abord déclaré réticent, puis neutre ; le principe étant alors de ne plus jamais intervenir ni de prendre de décision qui aurait influencé un choix en ce sens. L’avantage de ce rôle était certes relatif. Il permettait un certain « déploiement de l’enquête »14, mais comportait aussi ses revers. Mentionnons l’incidence de l’auteur-participant sur la réalité observée, un risque de dédoublement et de dispersion des activités, avec comme corollaire de se sentir ou de se retrouver à l’occasion peu efficace sur les deux plans, le fait que nombre de propos échangés entre les acteurs présents, et aussi entre les acteurs et la production, ont sans doute échappé à son attention (d’autres lui ont probablement été « épargnés », voire « soustraits » d’une manière ou d’une autre) et, par conséquent, le désavantage et la frustration de ne pouvoir mener des entretiens approfondis, de type semi-directif et basés sur des grilles de questions préétablies.

13Cette expérience de terrain est présentée ci-après suivant une triple progression : chronologie des événements, écriture ethnographique narrative et perspectives de la théorisation ancrée développées par Anselm Strauss et Juliet Corbin (Grounded Theory Method, 1998), impliquant un travail de codage et de catégorisation des données recueillies. En parallèle a été constituée une première documentation incluant des entretiens avec des experts et des contributions de praticiens sur des contextes et des thèmes apparentés, en Suisse et en France. Ces éléments de comparaison ont nourri une approche centrée sur une « co-construction » du problème posé, aussi en vue d’élaborer pour la suite des recherches un ensemble de questions plus détaillées qui serviraient de base à de futurs entretiens semi-directifs, plus nombreux et systématiques.

Quatre « moments-clés » dans les discours de légitimation et les logiques d’action

14Plus encore que la période de documentation, de préparation et de scénarisation (soit les quatre premiers mois), celle du tournage impliquait une nécessaire explicitation des choix opérés à l’intention de l’équipe. Le passage aux situations concrètes et aux interactions sur le terrain a été l’occasion de nombreuses annotations. Notre observation s’est ainsi concentrée volontairement sur des contextes particulièrement révélateurs de la période de tournage : ils confrontaient directement les membres de l’équipe à des situations que l’on peut qualifier de crise, situations sans doute les plus difficiles (en ce qui a trait au stress, etc.), déstabilisantes (tournage à l’étranger, etc.), imprévues (retards, annulation d’entretiens, problèmes techniques avec la caméra, etc.) que nous ayons traversées durant tout le processus de réalisation. Il s’agit d’abord de deux moments de crise qui ont fait suite au blocage et à l’annulation par l’administration fédérale de tous les entretiens filmés de représentants officiels suisses déjà programmés, lors du tournage de novembre 2013 (ci-après et chronologiquement, moment A), puis de la préparation et du tournage de janvier 2014 (moment B). En parallèle et entre-temps, du moment choisi par l’équipe pour mettre en œuvre en novembre et en décembre 2013 le type de « pratique déloyale » le plus délicat à justifier et à manier : la caméra cachée (moment C). Enfin, des ultimes jours de tournage en mars 2014, pour lesquels la production a explicitement demandé de mettre en scène certaines « pratiques déloyales » pour répondre aux exigences des responsables de l’émission de la chaîne cliente, insatisfaits après avoir visionné un premier montage du film (moment D).

Moment A : négocier des solutions acceptables sur le plan déontologique

  • 15 Les citations extraites de l’observation de terrain figurent entre guillemets et en italique, afin (...)

15Plusieurs citations, consignées dès le mois de novembre 2013, peuvent illustrer les contraintes de temps, de budget et d’obligation de résultat conditionnant le travail d’investigation des journalistes pour la télévision : (N) « Ils vont dire quoi exactement, tes informateurs en Suisse ? Tu crois qu’ils vont nous parler de la même manière, face caméra ? On doit être sûrs que ce sera utilisable pour le film. On peut pas se permettre de faire le déplacement depuis Paris, et rien avoir après trois jours. Le cameraman, ça leur coûte 350 euros par jour, à la prod »15. En Suisse, où nous devions planifier des entretiens filmés, trois mois semblaient un délai raisonnable pour obtenir des autorisations de tournage, sinon des réactions de fonctionnaires des différentes administrations concernées. Tandis que l’équipe finissait par lever les réticences de divers acteurs, obtenant des témoignages filmés à visage découvert avec des courtiers, des investisseurs, des responsables du secteur du luxe, d’anciens procureurs ou des informateurs privés, etc., toutes les portes des autorités fédérales et cantonales se fermaient, les unes après les autres.

16Sans rentrer dans le détail de ces événements, ces refus ont suscité l’incompréhension, puis la colère des réalisateurs et des cameramen français, venus exprès de Paris pour quatre jours de tournage en Suisse. Ils ont coïncidé avec les premières évocations du recours possible à des « pratiques déloyales » pour contourner les difficultés et honorer les engagements de réalisation pris auprès de la production télévisuelle : revenir avec des images et du son exploitables, pour mettre en scène dans le film des personnalités incarnant différentes autorités fédérales concernées. (N) « On va faire comment pour mettre en images tous ces refus ? On peut bien essayer de monter quelque chose, du genre une séquence de 30 secondes avec tous les courriers qu’on a reçus, et du son. Mais visuellement, ce sera pas terrible. » Il a alors été envisagé d’effectuer des premiers enregistrements masqués d’entretiens téléphoniques avec des responsables fédéraux, pour garantir un minimum d’éléments sonores. D’autres problèmes formels ont été évoqués : (@) « Nous ne pourrons pas utiliser plus d’une ou deux fois quelques secondes d’enregistrements sonores car nous faisons de la télévision, et non pas de la radio. On peut se faire filmer, se mettre en scène, au téléphone, en train d’appeler les responsables, comme une sorte de reconstitution. Mais ça va pas leur plaire, à la prod. Ils attendent de nous qu’on rapporte des séquences. » Les semaines passant, la question de l’image est en effet devenue centrale, soulevant de nombreux problèmes, de nouvelles contraintes jamais encore formulées — et un nombre très limité de solutions : (@) « Si nous voulons conserver des traces enregistrées utiles au film, il faut faire des caméras cachées, ce qui signifie piéger des interlocuteurs. Lesquels, et comment ? Et même ce procédé, il faut le doser. »

17D’abord réticents à utiliser la caméra cachée, les membres de l’équipe ont cherché à privilégier d’autres solutions plus acceptables sur le plan déontologique, en prévision d’un retour en Suisse début janvier 2014 pour d’autres jours de tournage. (@) « Il y a une conférence de presse tous les mercredis à Berne au Conseil fédéral. On aurait un moyen de s’y rendre pour demander pourquoi les administrations nous refusent toutes une interview et un tournage ? » Cette recherche de solutions acceptables sur le plan déontologique n’a duré qu’un premier temps.

18Plusieurs possibilités de pratiques déloyales dites de dernier recours ont été passées en revue et envisagées :

  • « Piéger » au téléphone des fonctionnaires par des questions déstabilisantes, enregistrées à leur insu (covert recording) ;

  • Pénétrer à l’improviste et caméra au poing dans les bureaux de fonctionnaires fédéraux à Berne ou au domicile privé d’un responsable, selon la technique dite de l’entretien-surprise ou doorstepping ;

  • Filmer sans annoncer le tournage effectif, mais avec la caméra en mode enregistrement ;

  • Tourner en caméra discrète (mini-caméra ou téléphone intelligent) ;

  • Filmer tout de même en caméra cachée, et en Suisse.

19Or, comment interpréter le code déontologique, en de telles circonstances ? Le recours à des « pratiques déloyales », notamment la caméra cachée, serait-il défendable par l’équipe, par le service juridique de la production, en cas de plainte ? Ces questions ont été l’objet de plusieurs discussions en interne, lors desquelles journalistes-réalisateurs et cameramen de l’équipe se sont référés aux règles déontologiques de la profession.

  • 16 On retrouve aussi ce principe dans le Guide pratique du Conseil suisse de la presse, explicitant la (...)

20La Déclaration des devoirs et des droits des journalistes (Munich, 1971) stipule qu’il ne faut « pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents ». Les chartes de déontologie du journalisme rappellent toutes ce principe de loyauté, essentiel pour entretenir des relations de confiance avec les sources (article 4 des devoirs des journalistes). Il est assorti d’une exception : dans le cas d’informations qui « ne peuvent pas être recueillies d’une autre manière, plus habituelle » et revêtant un « intérêt public prépondérant »16. Sur ce plan, la position de l’équipe pouvait se justifier : (@) « Nous avons pourtant fait les choses dans les règles. Mais ils refusent toutes nos demandes d’entretien. Ils ne nous laissent pas le choix. » Toutefois, aucune « pratique déloyale » n’a été mise en œuvre sur cette période, à l’exception d’un enregistrement masqué de conversation téléphonique avec un responsable des autorités fédérales — extrait qui n’a jamais été utilisé par la suite.

Moment B : anticiper les attentes de la production, répondre aux impératifs de la mise en scène

21En prévision d’une deuxième période de tournage, la technique de l’entretien-surprise, aussi appelée « entretien astucieux », a été discutée à l’interne pour « piéger » un ancien haut responsable politique ayant siégé au conseil d’administration d’une société privée impliquée en 2004 dans un scandale d’importation en Suisse d’or « ensanglanté », provenant de zones de conflit à l’est de la République démocratique du Congo : (N) « Tu as son numéro ? Tu sais où il habite ? On va d’abord l’appeler, lui demander un entretien. Et si lui aussi refuse, essayer de le coincer devant chez lui, le matin, quand il sort de sa maison. Ou pendant la journée, au café où il se rend habituellement. Ou à son bureau. Il est à la retraite ? Il travaille encore ? » Pour ce genre de démarche, l’élément de surprise ne fonctionne qu’une fois. C’est une rupture de confiance sans lendemain qui est attendue en fin d’entretien filmé : (N) « J’ai le portable du boss de […]. Mais je ne m’en suis pas encore servi. Il faudra juger quand on décide de l’utiliser pour ne pas rater notre coup. »

  • 17 Cette distinction entre whistleblowers et deep throat, qui nous semble pertinente dans ce contexte (...)

22Ces recours devaient compléter d’autres sources d’information recherchées à l’intérieur même des administrations ou des entreprises concernées par le commerce de l’or en Suisse, soit des insiders, qui constituent des personnages essentiels et récurrents pour les émissions d’enquête. Il s’agit en particulier de whistleblowers (lanceurs d’alerte, reconnus comme tels) au sein de l’administration ou parmi d’anciens fonctionnaires, mais surtout de deep throat (« gorges profondes », se réfugiant derrière l’anonymat17), identifiées à l’intérieur même du secteur concerné (par exemple d’anciens employés licenciés, démissionnaires ou partis à la retraite, « des repentis », des trafiquants arrêtés ou poursuivis par les autorités judiciaires, peut-être plus enclins à « passer à table » pour impliquer, « mouiller » ou « faire plonger » d’autres acteurs, dans l’espoir d’alléger leur peine...).

23Là aussi, il s’agissait d’une composante fondamentale du projet de documentaire d’enquête : (@) « Il faut réussir à convaincre l’un de nos insiders de nous montrer sur le terrain ses manips, comment il fait. Je sais que cela paraît impossible à l’heure actuelle. Mais c’est toute la promesse du film. Et c’est en général la promesse des magazines d’investigation à la télévision ». Réaliser ce genre de film documentaire d’investigation, c’est aussi vivre un compte à rebours. La contrainte temporelle a commencé à susciter des tensions plus marquées au sein de l’équipe dès janvier 2014 : (N) « On a qui comme gorge profonde ? Il nous faut un insider, et vite. C’est dans le projet qui a été vendu à […]. C’est la promesse du film »

  • 18 Ce qui pourrait s’approcher d’une « instigation à la violation du secret de fonction », au sens des (...)

24Dans le cadre de ce qui a été observé pendant cette expérience de terrain, trois raisons incitent à prolonger cette première typologie de « pratiques déloyales », qui peuvent se caractériser comme des activités de collecte de l’information réalisées à l’insu des personnes ou des entités concernées, avec ces deux types de sources apparentées (lanceurs d’alerte et « gorges profondes »). D’abord, l’attitude des journalistes consistait à pousser leurs informateurs (notamment des employés, d’anciens employés ou des partenaires commerciaux) à des comportements proches de la dénonciation, si ce n’est à leur insu, du moins au-delà de ce qui était prévu à l’annonce de l’entretien18. Ensuite, ces informateurs risquaient eux aussi de transgresser des règles de confidentialité en relatant des informations de nature délicate divulguées par d’autres. Enfin, les sources du type deep throat en particulier posent un problème notoire en raison de la rupture de confiance avec les sources : leur apparition dans un film d’enquête à la télévision se fait souvent dans une mise en scène (lieux isolés, sombres, plongés dans l’obscurité, etc.) laissant le téléspectateur comprendre qu’il s’agit d’un bad guy qui a certes accepté de dénoncer publiquement des malversations, mais reste lui-même marqué par une totale compromission. Cela introduit un risque de rupture avec le principe d’« équité dans le traitement de l’information » (Bernier, op. cit. : 11-12).

25Les interlocuteurs choisis pour tenir ce rôle ne sont pas toujours dupes des intentions des réalisateurs. À propos d’un courtier, qui avait donné son accord pour un entretien filmé, les intentions ont dû elles aussi être explicitées à l’interne pour prévenir de futures complications : (N) « On va poliment l’écouter parler, puis à la fin, le charger, évidemment. Le mettre dans l’embarras, lui poser des questions auxquelles il ne voudra pas répondre. Ou filmer l’entretien, et montrer ensuite qu’il est lui-même impliqué dans une affaire. C’est dans la logique du film, il y a d’un côté les gentils, de l’autre côté les méchants. Moi ça m’est égal, je ne le reverrai sans doute jamais. Mais toi, tu comptes le re-contacter ? Tu en auras besoin par la suite, comme source ? Ou on peut le niquer ? »

  • 19 Voir par exemple Gavin MacFadyen (op. cit. : 138-156).

26Ces propos avaient le mérite de clarifier la situation : un glissement s’était opéré. Nous étions passés de l’impératif de recourir à des « pratiques déloyales » pour assurer d’un point de vue journalistique la partie « démonstration » que suppose un travail d’enquête (la révélation d’un dysfonctionnement, de malversations, basée sur suffisamment d’éléments de preuve et de témoignages probants), à l’impératif de mettre en scène cette démonstration pour répondre à des attentes de la production, relayées par la rédaction en chef. Il a été signifié que cette mise en scène devait présenter une vision très polarisée, manichéenne, des acteurs en présence, mais aussi mettre en images les principales catégories de sources et techniques d’investigation courantes, décrites par ailleurs dans des ouvrages d’introduction au journalisme d’enquête19. Au rang desquelles il convenait d’en ajouter deux, apparentées, qui ont été utilisées à Dubaï en décembre 2013 dans le cadre de ce film pour « attraper sur le fait » un commerçant d’or du Gold souk, montrant qu’il était lui aussi un bad guy, disposé à acheter de l’or de provenance douteuse ou illégale :

  • Le « piège » ou the sting, qui accorde au journaliste une fausse identité, dans le but de dénoncer des malversations dont il est le témoin direct (la séquence était alors tournée en caméra cachée) ;

  • Le « journalisme de provocation », qui « ne se contente pas de pénétrer un milieu pour l’observer, il suscite les faits qu’il veut dénoncer » (Grevisse, op. cit. : 173).

27Ces deux techniques avaient au départ été écartées par l’équipe comme une solution de facilité, très contestable : (@) « Je ne cherche jamais à obtenir des informations sous un faux prétexte, ou en me faisant passer pour quelqu’un d’autre. C’est une question de principe ». Et aussi : (N) « On ne va pas se faire passer pour des acheteurs, ou des vendeurs d’or. Ce serait provoquer une situation, créer quelque chose d’artificiel. Déontologiquement, ça ne tient pas. Notre travail c’est de faire un documentaire, de filmer en observateurs. Point ». Elles ont pourtant été progressivement envisagées, puis mises en œuvre en novembre et en décembre 2013, durant le tournage à l’étranger.

Moment C : filmer en caméra cachée, suivant des principes d’écriture filmique

  • 20 D’un point de vue journalistique, enquêter sur le commerce de l’or signifie approcher et, si possib (...)

28Plusieurs critères ont poussé l’équipe à transgresser ses positions initiales de respect des principes déontologiques, en justifiant chaque fois ce dépassement par l’exceptionnelle difficulté rencontrée à « faire parler » des intervenants et des témoins sur un sujet aussi délicat20. Les considérations renvoyant à des contraintes externes, comme le temps déjà écoulé pour l’enquête, ont été les plus fréquentes : (N) « On doit passer au montage fin janvier dernier délai. La prod nous accordera peut-être une semaine de plus, au maximum. On fait comment ? » Autre contrainte, celle du budget alloué par la production pour le tournage : (@) « On a déjà obtenu 31 jours, c’est exceptionnel. On pourra peut-être leur arracher un jour ou deux de plus, mais il faudra vraiment le justifier, leur garantir qu’on leur ramènera quelque chose de très fort pour le film. » Un troisième type de contrainte qui n’avait encore jamais été complètement explicité à l’interne, mais que nous avons vu poindre dans ces deniers paragraphes, est devenu de plus en plus présent dans les évocations et les discours de justification des membres de l’équipe : la contrainte des principes d’écriture filmique ; principes que l’équipe est tenue de respecter, qu’elle cautionne ou non les pratiques utilisées, sur la forme comme sur le fond. (@) « Il y a une inconnue : comment faire dire à une de nos sources que l’or partait en Suisse jusqu’en 2011 ? S’il faut nous ferons une cam cach... J’aimerais juste éviter. Nous avons trois sources différentes plus que crédibles qui nous ont confirmé l’info. C’est amplement suffisant pour pouvoir l’affirmer. Après, c’est juste une histoire de forme. »

  • 21 Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. [En ligne]. (...)
  • 22 Aussi présentée sur le site de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). [E (...)
  • 23 Pour mémoire, en ce qui a trait à la jurisprudence, le Tribunal fédéral a condamné le 7 octobre 200 (...)
  • 24 Voici la règle fixée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) : « Le recours aux procédés pe (...)

29Les discussions ont alors rappelé en substance le fait que le genre d’émission d’enquête visé avait non seulement pour principe de recourir à l’ensemble des « pratiques déloyales » décrites plus haut (moments A et B), mais aussi de les mettre en scène. Or, il avait été plusieurs fois signifié au sein de l’équipe que le recours à la caméra cachée serait incontournable, à un moment ou à un autre : il s’inscrivait (N) « dans l’écriture filmique même de l’émission ». Cet usage est devenu courant en France, où la caméra cachée est autorisée (N) « à condition qu’on floute le visage des personnes et qu’on modifie leur voix. Il faut tout faire pour qu’elles ne soient pas reconnaissables ». Ces précautions visent à protéger les sources, mais aussi à respecter la loi Informatique et libertés de 197821 et la loi sur le droit à l’image22 de 2001. Quand et où notre équipe de tournage allait-elle recourir à la caméra cachée, et dans quelles conditions ? Comment cela serait-il justifié ? Les prescriptions s’appliquant à l’utilisation de la caméra cachée varient en effet fortement d’un État à l’autre. Le cadre est particulièrement strict en Suisse, où le Tribunal fédéral interdit l’enregistrement de conversations non publiques (articles 179 bis et 179 ter du Code pénal)23. Il est plus souple dans d’autres juridictions. (N) « L’important pour nous, à propos de la caméra cachée, de quand et comment l’utiliser, c’est de se baser sur la situation en France, sur ce que dit le CSA »24.

30Une tendance implicite commençait à se dessiner : hormis un entretien à visage découvert avec un courtier, aucune séquence pouvant poser un problème sur le plan déontologique, de rupture de confiance avec les sources ou de dépôt de plainte ne serait tournée en France. L’équipe allait recourir à des « pratiques déloyales » uniquement à l’étranger. Les lieux de tournage hors Europe ont été privilégiés dans cette perspective, dont le Pérou, où nous nous sommes rendus dès la mi-novembre 2013. En arrivant à Lima, l’équipe a fait le point sur le matériel emporté. Outre un stylo-caméra caché, chacun avait dans ses poches deux téléphones intelligents (l’un pour les appels, l’autre pour filmer discrètement). Dans les bagages se trouvaient deux micro-caméras habilement dissimulées (l’une dans la sangle d’un petit sac à dos, l’autre dans le bouton d’une chemise. Il était en effet important de varier les modèles, certains étant trop facilement repérés dans les milieux d’affaires et de décideurs). Il a été convenu à l’interne de limiter leur usage au strict nécessaire, c’est-à-dire tourner les séquences absolument indispensables pour étayer (N) « la démonstration de notre travail d’enquête », tourner là où nous n’aurions pas réussi à obtenir d’autorisation de filmer, tourner dans des milieux interlopes, où la présence d’une caméra traditionnelle est formellement déconseillée, voire dangereuse pour la sécurité de l’équipe.

31Ces conditions étaient toutes réunies pour filmer dans des prostibares, bordels situés en périphérie des mines d’or en Amazonie péruvienne, où sont souvent exploitées de très jeunes filles, de moins de 15 ans. Autre séquence tournée en caméra cachée : dans certaines zones d’exploitation minière informelle et en partie illégale, comme à Huepetuhe, où l’équipe a filmé l’une des plus importantes familles d’exploitants (des propriétaires de concessions minières poursuivis par les autorités fiscales péruviennes pour fraude et pour leurs liens avec des opérations de blanchiment et des réseaux mafieux). Il a fallu auparavant évaluer les risques encourus, de sécurité physique dans l’immédiat, mais aussi à moyen et à long terme. (N) « Ils sont au fin fond de l’Amazonie, au Pérou, et le film sera diffusé en France : ça m’étonnerait beaucoup qu’ils portent plainte, le film, ils ne le verront sans doute jamais. Et moi je m’en fous, je ne reviendrai pas ici. » Mettre en œuvre des pratiques aussi déloyales revient à se couper de toute future relation de confiance avec les sources, mais aussi avec leur entourage, ou même avec la population locale. (N) « Je sais, c’est la politique de la terre brûlée, ça va compliquer le travail des journalistes qui viendront après. Mais qu’est-ce que je peux y faire ? » La caméra cachée est de toute façon perçue comme instrument à double tranchant. Elle peut vite « griller » la réputation d’un journaliste : (@) « On pourrait simplement y envoyer un cameraman un ou deux jours, pour montrer cela, en cam cach en grande partie — moi je suis cramé. Cela aurait en plus l’avantage de créer une dramaturgie […]. »

32Quand la situation le permettait, l’équipe a aussi filmé discrètement avec des téléphones intelligents. Un réflexe professionnel qui a parfois sauvé une partie du film, face à des situations de crise. (@) « Nous sortons de notre rdvs avec [...]. A refusé intw mais avons filmé la rencontre en cam cachée (si ça a marché, nous rentrons à l’hôtel vérifier). Si la cam cach a marché la démonstration est faite. » Mais dans le courriel suivant, mauvaise nouvelle : (@) « La cam cach a planté encore une fois. Nous n’avons que le son de la rencontre. Nous n’aurons pas le temps de faire plus. » Ce problème technique a aussi été l’occasion d’explicitations directes et au téléphone avec la production : (N) « Écoutez : on est furieux. On a pris des risques énormes pour filmer en caméra cachée, c’est ce que vous vouliez. Une fois de plus, on a eu des problèmes, la cam cach a planté juste avant l’entretien avec […]. » Et plus tard, de retour à Paris : (N) « Je lui ai bien dit, à […], on a fait le travail, mais le matériel était mal révisé avant notre départ. Faut pas venir se plaindre maintenant si on n’a pas ramené tout ce qui était attendu, comme séquences. »

33Autre explication à propos du choix de filmer aussi avec un téléphone intelligent : (N) « La qualité de l’image et la résolution sont meilleures », Puis : (N) « En termes d’information par l’image, une caméra cachée n’apporte presque rien, la définition est vraiment trop mauvaise ». De fait, les images recueillies à l’aide de la caméra cachée n’ont livré que des éléments de contexte assez vagues. À l’image, on distingue bien de très jeunes filles dans des prostibares, sans pouvoir leur attribuer un âge qui montrerait en quoi il s’agit de trafic et d’exploitation de mineures. Plus loin, on aperçoit des camions et des pelleteuses industrielles garés dans la cour de la propriété privée de l’importante famille exploitant plusieurs concessions minières, qui lors de l’entrevue filmée prétend ne travailler que de manière artisanale et ne récolter que « quelques grammes, de la poussière d’or ». Du point de vue de la démonstration du travail d’enquête, c’est surtout la totale contradiction entre le volume d’or réel extrait par cette famille d’exploitants (plus de 500 kg par an, selon des documents officiels) et ce que l’exploitante affirme, qui sert d’élément important. Soit ce qui est dit, et non ce que l’on voit : (N) « C’est plus le son qui est important. Les images de la caméra cachée, on les utilise surtout pour la mise en scène ».

Moment D : finir le travail et satisfaire les clients

34Les explicitations sont devenues encore plus claires après le visionnement des premiers états du montage du film en février 2014 en présence des producteurs, puis au début du mois de mars 2014. Il a été explicitement demandé par ces derniers de retourner en Suisse pour deux jours de tournage. Il fallait donner suite aux exigences de la chaîne cliente : mettre en œuvre la technique b), celle de l’entretien-surprise. L’objectif était de (N) « coincer des responsables des autorités politiques suisses, des hauts fonctionnaires ». Ce procédé faisait partie intégrante de « l’écriture filmique » de l’émission d’investigation. Cette écriture consistait aussi à (N) « recueillir des témoignages d’interlocuteurs sans leur avoir au préalable demandé leur autorisation ». (N) « Le principe de l’émission, c’est d’aller à la rencontre de gens qui ne veulent pas parler, qui ne veulent pas communiquer, qui n’aiment pas apparaître à l’image. » L’équipe est donc retournée en Suisse. Il a été décidé de filmer dans le cadre d’une grande foire commerciale internationale de l’industrie du luxe, ce qui présentait plusieurs avantages. (N) « Ici, ils ne peuvent pas nous empêcher de filmer, on est dans le cadre d’une manifestation, dans un lieu public. » Le fait de mettre en œuvre cette technique b) pour les besoins du film a été justifié à plusieurs reprises : (N) « Moi aussi j’aurais préféré faire les choses autrement, filmer seulement après avoir obtenu toutes les autorisations. Mais on est bien obligés, personne n’a voulu nous ouvrir les portes » ; (N) « Ils nous ont vu arriver [dans la salle de conférence] avec la caméra. Ils auraient pu partir, chercher à nous éviter. Ils nous ont laissés approcher et poser des questions. Tant pis pour eux. Ils savent bien qu’on est des journalistes. » Les verbalisations ont enfin été plus précises, renvoyant directement à la demande formulée en amont par la hiérarchie, ne laissant à l’équipe qu’un rôle d’exécutant : (N) « C’est ce qu’on nous a demandé de faire. Il faut bien finir le travail. »

Interprétation

35Quels constats tirer de cette première observation exploratoire ? Les lignes qui suivent sont avancées avec la prudence qui s’impose, en raison de plusieurs limites relevées dans la partie méthodologique. Dans ce qui demeure une première phase d’un processus de recherche, ajoutons le faible degré de saturation atteint pour l’instant. En gardant ces limites à l’esprit, nous pouvons nous appuyer sur les notions et fonctions de shaming mentionnées en introduction comme grille interprétative. Nous distinguerons ici quatre principales topiques justificatoires correspondant aux quatre « moments » de crise de ce tournage. Toutes renvoient à des conceptions différentes, complémentaires, voire contradictoires, plus ou moins négociées et négociables à l’interne ou en relation avec la hiérarchie, de l’identité professionnelle mouvante et d’un « professionnalisme du flou » (en suivant les travaux de Ruellan, 1993) dans le milieu du journalisme documentaire télévisuel en général et de l’investigation en particulier.

36Une première conception du professionnalisme, discutée en interne, entre journalistes, réalisateurs et cameramen de l’équipe de tournage, se réfère de façon centrale à la déontologie (moment A). Le « cœur de définition » du journalisme d’investigation est toutefois peu mentionné. Les acteurs observés n’ont en effet guère fait allusion à leur rôle de watchdog, même s’ils ont parfois été conscients de l’intérêt public du sujet abordé et de la nécessité de démontrer des dysfonctionnements. Ils ont certes eu l’initiative de chercher l’information par eux-mêmes, mais très peu de marge de manœuvre quant au choix du sujet ou au mode de récolte des témoignages. Les « pratiques déloyales » impliquaient aussi de s’éloigner d’autres « fondamentaux » de leur métier, que recouvre la notion de fairness. Elles ne sont d’abord évoquées que comme solutions envisageables, mais de dernier recours, répondent en partie à des motivations d’ordre personnel et professionnel, souvent implicites et peu formulées, que l’on peut coder comme : « déjouer un problème d’accès aux sources », « démontrer, pour les besoins de l’enquête », « prendre sa revanche » sur un fonctionnaire qui aurait bloqué l’accès à des informateurs, à des informations, mais aussi le « piéger ». La mise en œuvre plus systématique de « pratiques déloyales » n’est à ce moment pas une priorité : elle présente plus de risques (de rupture de confiance avec les sources, de suites juridiques possibles du fait de la transgression de la déontologie, de discrédit… et donc, d’atteinte à l’identité même du journaliste-réalisateur, dans son comportement professionnel et sa réputation) que d’avantages tactiques et ponctuels. On pourrait qualifier ce « premier moment » de l’investigation documentaire télévisuelle de « zone blanche de l’investigation », pour évoquer le fait que l’équipe cherche en majeure partie à rester, dans ses discours et plus encore dans ses pratiques, dans le strict cadre de ce qui est « acceptable sur le plan déontologique » et ouvertement justifiable.

37Dans le « deuxième moment » (moment B), l’expression du professionnalisme se reporte sur le nécessaire déploiement d’un savoir-faire tactique : comment et à quel moment mettre en œuvre les « pratiques déloyales », avec un maximum d’efficacité et un minimum de risques sécuritaires et juridiques, et avec les moyens du bord. La majorité des discours de justification insistent sur la bonne gestion du temps et du budget impartis (avec ses aspects logistiques), l’anticipation, voire l’intériorisation des attentes de la production. Ils évoquent, après négociations à l’interne et par consensus, ceux qui sont exprimés et clarifiés progressivement par la rédaction en chef, plus pragmatiques et que l’on peut coder comme : « résoudre des contraintes de temps et de budget », « se conformer aux principes d’écriture filmique », « répondre aux attentes du producteur ». Les motivations communes l’emportent sur les motivations personnelles, attestant d’un effet de groupe qui finit par primer sur d’autres considérations — dont celles codées « respecter la déontologie professionnelle » et « respecter les sources ». La marge de manœuvre de l’équipe de journalistes, de réalisateurs et de cameramen se restreint. On pourrait qualifier ce « deuxième moment » de « zone grise de l’investigation », pour évoquer le fait que l’équipe cherche alors à composer avec des exceptions prévues par le code de déontologie, à jouer sur les différents lieux de tournage et juridictions, pour mettre tout de même en application l’ensemble des « pratiques déloyales » définies, tout en minimisant les risques. Il s’agit aussi d’une « zone grise » dans le sens où l’équipe n’a à ce stade que peu de consignes de la hiérarchie concernant le comportement à adopter et les limites à ne pas franchir pour mener l’enquête et la recherche d’information auprès de différentes sources. Les concertations au sein de l’équipe se basent essentiellement sur les usages en cours dans le milieu professionnel et sur l’expérience pratique (custom and practice ; Greenslade, op. cit. : 324). Ce « deuxième moment » ou « zone grise de l’investigation » se caractérise en outre par la mise en application de procédés contestés au sein de la profession, par rapport au cœur de définition du journalisme d’investigation : proximité avec certaines sources, formes implicites ou négociées d’« échanges de services », de dons et contre-dons (dans le cadre de ce tournage, dossiers ou éléments de preuve fournis clés en main par deux organisations non gouvernementales et une société privée, contre la garantie d’une certaine visibilité médiatique, par exemple). On peut aussi y lire les prémices d’une forme de journalisme « de dénonciation », qui se développe ensuite au sein d’une trame narrative de plus en plus explicite. Or, ce journalisme « de dénonciation » (au sens de Desjardins, op. cit. : 283) n’est que peu exploité dans le cas présent. Les journalistes-réalisateurs tentent bien de composer avec le principe d’économie que leur permettrait ce type d’« échange de services ». Ils ont néanmoins l’obligation d’apporter des éléments d’enquête originaux à la production (ne pas filmer seulement « du côté des ONG » ou « du côté des autorités » fait partie de « la promesse du film »).

38Le « troisième moment » marque une sorte de point de non-retour au sein de l’équipe par rapport aux positions personnelles concernant la déontologie : celui de l’utilisation de la caméra cachée. Les acteurs ont alors anticipé, assimilé et intégré les attentes de la production, notamment en matière d’écriture filmique, levant les dernières oppositions et réticences internes à recourir à l’ensemble des « pratiques déloyales ». D’outil « posant problème », la caméra cachée passe au statut d’outil « nécessaire » et même incontournable pour l’illustration en images des principales fonctions de shaming (fonction morale, d’exposure, de contrôle social, de compétition, effets de dramaturgie, de divertissement et d’émotion, fonction de narration). Il ne reste à l’équipe que le choix de comment, où et quand recourir au tournage en caméra discrète et en caméra cachée — « pratiques déloyales » notées d) et e), liées aux pratiques du « piège » et du « journalisme de provocation », notées g) et h), pratiques les plus controversées et risquées, en ce qui a trait aux risques physiques encourus et à la rupture définitive de confiance avec les sources.

  • 25 Rejoignant ici des formulations de Denis Ruellan : « […] l’outil protège le reporter des remises en (...)

39Il faut souligner ici que la fonction de renforcement de l’identité et des représentations du professionnalisme des journalistes, mentionnée par Danielson dans sa définition de shaming, apparaît comme tout à fait pertinente pour l’analyse : dans ce « troisième moment », les légitimations avancées par les journalistes-réalisateurs et les cameramen renvoient bien à l’expression d’un professionnalisme. Pourrait-on ajouter que cette fonction se reporte aussi sur le degré d’expertise du maniement technique de cet outil, avec la démonstration de leur maîtrise leur permettant, ce faisant, d’exprimer, voire de « matérialiser » leur professionnalisme ? Cette « matérialisation » aurait alors pour avantage, comme le suggérait Denis Ruellan, de « protéger » les journalistes-réalisateurs et les cameramen de « remises en cause extérieures »25. Le professionnalisme s’exprime encore par la capacité à définir à l’avance, au sein de l’équipe, quel usage limité, « à bon escient » et à moindres risques sera fait de cette technologie. Le choix semble sur ce plan avoir répondu à une règle implicite d’éloignement géographique maximale du lieu de production (en France) et de changement de juridiction : les séquences en caméra cachée ont été tournées à Dubaï et au Pérou, pas ailleurs. La seule opposition de principe exprimée contre le recours aux « pratiques déloyales » dans ces deux pays était celle codée « éviter des risques de plainte ». Ces deux juridictions ont été l’occasion et le lieu de cumuler un maximum de « pratiques déloyales » complémentaires : cinq à Dubaï (le tournage en caméra cachée, le « piège » ou the sting, le « journalisme de provocation », les whistleblowers ou lanceurs d’alerte, les deep throat ou « gorges profondes »), quatre au Pérou (l’entretien-surprise ou doorstepping, la caméra en mode enregistrement, non annoncé, le tournage en caméra discrète [téléphone intelligent], le tournage en caméra cachée). On pourrait qualifier ce « troisième moment » de « zone noire de l’investigation », pour évoquer le fait que l’équipe se résout à mettre en œuvre sur une temporalité très brève et en des lieux bien délimités un ensemble de « pratiques déloyales », assumant, mais aussi minimisant, voire masquant ou renonçant à assumer les risques de ruptures de confiance irréversibles avec les sources, et de rupture avec plusieurs principes déontologiques, pas toujours justifiables : les séquences en caméra cachée n’ont apporté que trois éléments d’information (une contradiction entre le discours et les faits observés, le nom d’un client, une proposition d’achat d’or illégal) dont deux étaient déjà en possession des acteurs par l’entremise d’autres sources. Cette « zone noire » n’est que peu verbalisée ou explicitée au sein de l’équipe, encore moins par la hiérarchie.

  • 26 « Shaming on television carries a market value » (Danielson, op. cit. : 66).

40Le « quatrième moment » est marqué par un nouveau glissement dans les discours et les pratiques observées : le professionnalisme s’y exprime par la capacité à satisfaire dans un moindre délai et sans états d’âme les demandes reçues de la hiérarchie. Les membres de l’équipe de tournage ont non seulement intégré et assimilé les principes d’écriture filmique et le shaming comme processus narratif, mais en deviennent les exécutants, efficaces et performants, sur une perspective qui se limite au court terme en matière de rapport aux sources : la rupture de confiance est irréversible et sans lendemain, y compris dans une certaine proximité géographique (la Suisse). Sur le plan journalistique et si l’on considère la qualité et l’originalité d’informations exclusives qui ont été obtenues dans ce « quatrième moment » de l’investigation, ces pratiques n’apportent aucun élément étayé et indispensable du point de vue de la « démonstration pour les besoins de l’enquête ». Les trois « pratiques déloyales » mises en œuvre en Suisse (l’enregistrement masqué ou covert recording, l’entretien-surprise ou doorstepping, la caméra en mode enregistrement, non annoncé) ne servent qu’à illustrer par l’image le refus de communiquer et l’embarras de responsables des autorités politiques, du secteur privé, face à des questions insistantes. Elles n’apportent aucun élément d’intérêt public et ne se justifient plus que par leur inscription dans un processus de narration. Leur déploiement ne renvoie pas à un axe concernant une nécessaire collecte d’information, mais bien à celui d’un traitement par l’image. On pourrait qualifier ce « quatrième moment » de « zone rouge de l’investigation » : le pragmatisme a eu raison des dernières résistances en matière de respect des règles déontologiques. Par rapport aux trois autres « moments », l’éloignement avec le cœur de définition du journalisme d’investigation paraît maximal. Le professionnalisme n’est plus exprimé en termes de savoir-faire pratique et tactique ni de maîtrise de l’outil, mais en termes de capacité à obéir à des directives plaçant le shaming (sans que l’équipe de tournage n’ait jamais évoqué cette notion précise, si ce n’est par des expressions comme « piéger ») et son traitement au centre d’activités journalistiques quotidiennes, les banalisant comme simple opération de routine, nécessaire pour capter l’attention de l’audience26. Ce « quatrième moment » de l’investigation témoigne du rôle prédominant attribuable à des acteurs économiques situés en périphérie de la profession même de journaliste-réalisateur — en l’occurrence, les producteurs de télévision. On peut y voir une manifestation du market-driven journalism (Danielson, op. cit. : 71). Les contraintes de temps, de budget, d’obligation de résultat et d’audimat ont clairement conditionné le travail d’investigation des journalistes-réalisateurs de télévision. Il s’agit de répondre à un impératif contractuel.

Conclusion

  • 27 Jean-Philippe Ceppi, journaliste d’investigation et producteur de l’émission d’enquête Temps présen (...)
  • 28 Voir à ce propos les témoignages recueillis par le journaliste Vincent Monnier, « Le journalisme ma (...)

41Bien plus que la notion de journalisme « de dénonciation », la place centrale occupée par la notion de shaming a été mise ici en évidence, avec l’ensemble de ses fonctions proposées par Danielson. Cette notion paraît centrale pour l’analyse des pratiques journalistiques observables dans la réalisation de films documentaires télévisuels d’enquête. Ivor Gaber (op. cit.) note aussi un glissement vers la mise en scène (plus ou moins trompeuse) des techniques d’investigation (loyales ou moins loyales, comme le doorstepping), qui donnerait à voir au téléspectateur l’enquête en train de se faire, les portes qui se ferment, pour illustrer les tensions, les refus de parler face à la caméra de certains acteurs et de certaines organisations. Il s’agit bien de « montrer à l’image » ces refus. Dans ce procédé narratif, la fonction de shaming, cette sorte de « condamnation à l’image » de personnes, d’organisations, d’institutions, serait cruciale pour les émissions télévisuelles. C’est aussi l’avis de producteurs et de responsables de chaînes télévisuelles, pris dans une course à l’audimat. La caméra cachée représente de ce point de vue « l’outil idéal » pour mettre en scène et réunir avec un temps de préparation très court, en une seule « prise » et à très peu de frais, des effets à la fois de dramaturgie, de divertissement et d’émotion, ingrédients essentiels pour capter l’attention des téléspectateurs. La banalisation ou la routinisation de son usage sont devenues très marquées dans les émissions d’investigation en France27. L’une des grandes topiques justificatoires articulées par les producteurs de télévision et les journalistes-réalisateurs étant, en parallèle, la difficulté toujours plus grande à « passer la barrière des communicants »28.

42L’un des apports de la présente étude serait d’avoir abordé la mise en œuvre in vivo et « sur le terrain » quelques « pratiques déloyales » qui permettent la « mise en actes » du shaming, mais aussi la question de ses outils, comme « matérialisant » certaines définitions et représentations du professionnalisme. On pourrait ici avancer trois hypothèses prudentes, ou plutôt pistes de recherche, formulées de la manière suivante : a) la mise en scène de ces technologies numériques par les journalistes d’investigation dans le cadre de « pratiques déloyales » renverrait à une volonté d’en démontrer leur maîtrise et, ce faisant, d’exprimer, voire de « matérialiser » leur professionnalisme, dans une perspective d’autolégitimation ; b) cette maîtrise et cette matérialisation passeraient par une redéfinition intériorisée ou négociée entre pairs des pratiques et des limites déontologiques de la profession, tendant à inclure et à défendre dans le cœur de définition du journalisme d’investigation le recours aux technologies numériques dans le cadre de « pratiques déloyales » ; c) depuis quelques années, cette « technicité », centrale et jouant un rôle prépondérant (fonctions de shaming, gage de professionnalisme, « matérialisation » du professionnalisme), s’étendrait et se déplacerait, avec les mêmes fonctions, de la caméra cachée vers une panoplie de nouvelles technologies présentées comme plus élaborées, sophistiquées et porteuses : sources et ressources exploitables par Internet, outils de pointe et applications de la télécommunication, mobile reporting, vidéosurveillance et, plus récemment, drones civils par exemple.

43Il serait intéressant de pouvoir comparer les quatre « moments » fluctuants ou « zones » mouvantes de l’investigation présentés ici avec d’autres études empiriques portant sur des objets similaires, pour en préciser les contours et renforcer leur pertinence. Les observations rapportées ainsi que la quarantaine d’extraits de citations des acteurs consignés dans cette étude confirment la nécessité de recourir à des observations directes dans le cadre de recherches en sciences sociales sur les pratiques journalistiques, au-delà de l’analyse des seuls discours de journalistes recueillis par entretiens ou questionnaires : les déclarations de principes et les tentatives de légitimation des journalistes sont en effet à distinguer absolument de ce qui peut être observé empiriquement. Elles ne reflètent que des « discours sur » les pratiques journalistiques, et non ce que les journalistes font en réalité. Cela est d’autant plus vrai que les quatre « moments » reflètent des interactions amenant chaque fois une nouvelle définition empirique et négociée des normes et des pratiques professionnelles. Peut-on les analyser comme des mouvements de compensation, développés de façon tactique et implicite par les journalistes, comme autant de réponses et de nouvelles topiques justificatoires en fonction de contraintes externes ? Ce serait à examiner.

44La situation du journaliste-réalisateur ou du cameraman, simple « exécutant » face à une hiérarchie et à la production, peut en effet être particulièrement vulnérable et difficile à tenir ; d’autant plus quand elle s’accompagne d’un statut d’intermittent ou de pigiste (Accardo et al., 2007). Dans ce cas précis, on ne peut affirmer que le journalisme d’investigation ne serait pas une affaire de budget, ou de financements. En témoigne le poids que peut faire peser une hiérarchie sur le « choix » (peut-on encore parler dans ce cas de choix délibéré ?) des « pratiques déloyales » et des moyens utilisés pour accomplir des actions de shaming présentées comme tâches routinières d’ordre journalistique ; sur le « choix » de passer outre certaines règles déontologiques de base. Cette situation illustre sans surprise les « effets croissants de l’emprise du champ économique […] sur les pratiques journalistiques » (Neveu, 2001 : 109), visant des objectifs de limitation des coûts, mais aussi d’efficacité et d’audience.

45Il serait enfin important à ce propos de mieux comprendre en quoi, paradoxalement, des acteurs économiques et périphériques à la profession de journaliste participent à la diffusion même du journalisme d’investigation, de ses principes et de sa perception par un public (de spectateurs, mais aussi de professionnels) au moyen d’émissions télévisuelles estampillées « enquête », tout en malmenant, voire en reniant certains de ses « fondamentaux ». L’un des effets « collatéraux » serait de durcir d’autant plus les rapports des journalistes aux sources et en particulier aux autorités, en ce qui a trait à leurs demandes d’accès à des informations gouvernementales. C’est en tout cas une perspective qui nous a été signalée par divers responsables d’administration joints dans le cadre de cette recherche. Elle pourrait s’avérer intéressante à approfondir par la suite.

Haut de page

Bibliographie

ACCARDO, Alain et al. (2007), Journalistes précaires, journalistes au quotidien, Marseille, éditions Agone.

ARBORIO, Anne-Marie et Pierre FOURNIER (1999), L'enquête et ses méthodes : l'observation directe, Paris, Nathan université.

BEAUD, Stéphane et Florence WEBER (2003), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

BERNIER, Marc-François (2003), « L’éthique et la déontologie comme éléments de la légitimité du journalisme », Xe colloque bilatéral franco-roumain, CIFSIC, Université de Bucarest, 28 juin - 3 juillet 2003.

BERTAUX, Daniel (2005), Les récits de vie, Paris, Armand Colin.

BLANCHET, Alain et Anne GOTMAN (2011 / 1992), L’enquête et ses méthodes : L’entretien, Paris, Armand Colin.

BONFADELLI, Heinz, Guido KEEL, Mirko MARR et Vinzenz WYSS (2012), « Journalists in Switzerland. Structures and attitudes », dans David H. WEAVER, Lars WILLNAT (dir.), The Global Journalist in the 21st Century, New York / Londres, Routledge, p. 320-330.

CHALABY, Jean (2004), « Scandal and the rise of investigative journalism in France », American Behavioral Scientist, 47(39) : 1194-1207.

CHARON, Jean-Marie (2003), « Le journalisme d’investigation et la recherche d’une nouvelle légitimité », Hermès, 35 : 137-144.

CONBOY, Martin (2012), Journalism Studies : The Basics, New York / Londres, Routledge.

COPANS, Jean (1998), L’enquête ethnologique de terrain, Paris, Nathan Université.

CORNU, Daniel (2010), « Pédophilie sur l'Internet », Marges, 9 avril. [En ligne]. http://marges.blog.tdg.ch/tag/infiltrés. Page consultée le 1 juin 2016.

DANIELSON, Magnus (2013), « "Shaming the Devil!" Performative shame in investigative TV-journalism », Nordicom Review, 34 : 61-74.

DESJARDINS, Lilie (2005), « Journalisme justicier : essai de typologie », Les Cahiers du journalisme, 14 (printemps / été 2005) : 278-287.

EKSTRÖM, Mats et Bengt JOHANSSON (2008), « Talk scandals », Media Culture Society, 30(1) : 61-79.

FRANKLIN, Bob et al. (2005), Key Concepts in Journalism Studies, Londres, Sage.

GABER, Ivor (2008), « Panorama – Investigative TV? », dans Hugo DE BURGH et al., Investigative Journalism: Context and Practice, Londres, Routledge, p. 138-156.

GERBAUD, Sophie (1993), Le journalisme d’investigation en France de 1945 à nos jours, thèse de doctorat (non publiée), Université de Paris-X.

GREENSLADE, Roy (2008), « Subterfuge, set-ups, stings and stunts: How Red-tops go about their investigations », dans Hugo DE BURGH et al., Investigative Journalism: Context and Practice, Londres, Routledge, p. 319-339.

GREVISSE, Benoît (2010), Déontologie du journalisme : enjeux éthiques et identités professionnelles, Bruxelles, éditions De Boeck Université, Coll. « INFO&COM ».

GURDAL, Aurélie (2012), Médiapart : seul espace possible pour l’exercice du journalisme d’investigation dans la presse française ? Analyse des conditions de possibilité de l’exercice du journalisme d’investigation et des éventuelles pressions sur le métier dans la presse écrite en ligne, thèse de doctorat en sciences politiques, sous la supervision de Guillaume Delalieux, Lille, IEP.

HANNA, Mark (2008), « Universities as evangelists of the watchdog role: teaching investigative journalism to undergraduates », dans Hugo DE BURGH et al., Investigative Journalism: Context and Practice, Londres, Routledge, p. 157-173.

HUNTER, Mark (1997), Le journalisme d’investigation, aux États-Unis et en France, Paris, PUF.

JONQUERES D’ORIOLA, Pauline (2010), Peut-on encore parler de journalisme d'investigation à la télévision ? Étude sur l'uniformisation et la spectacularisation de l'information, mémoire de fin d’études, IEP de Toulouse.

KAUFMANN, Jean-Claude (1996), L'enquête et ses méthodes : l’entretien compréhensif, Paris, Armand Colin.

KILANI, Mondher (1992), Introduction à l’anthropologie, Lausanne, Payot.

LABARTHE, Gilles, « L’extension du people dans la presse quotidienne », Communication [En ligne], Vol. 27/1 | 2009, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 16 août 2016. URL : http://communication.revues.org/1339 ; DOI : 10.4000/communication.1339

MACFADYEN, Gavin (2008), « The practices of investigative journalism », dans Hugo DE BURGH et al., Investigative Journalism: Context and Practice, Londres, Routledge, p. 138-156.

MARCHETTI, Dominique (2000), « Les révélations du "journalisme d’investigation" », Actes de la recherche en sciences sociales, 131-132 (mars 2000), p. 30-40.

McMANUS, John H. (1994), Market-Driven Journalism: Let the Citizen Beware? Thousand Oaks (CA), Sage.

NEVEU, Erik (2001), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

OPT, Susan K. et Timothy A. DELANEY (2001), « Investigative reporting: Reconsidering the public view », New Jersey Journal of Communication, 9(1, Spring 2001) : 76-87.

PETLEY, Julian (2013) « Public interest or public shaming? », dans Julian PETLEY (dir.), Media and Public Shaming: Drawing the Boundaries of Disclosure, Oxford, New York, The Reuters Institute for the Study of Journalism & I.B., Tauris, p. 19-41.

ROLLAND, Asie (2006), « Commercial news criteria and investigative journalism », Journalism Studies, 7(6) : 940-963.

RUELLAN, Denis (1993), Le professionnalisme du flou. Identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

SCHLESINGER, Philip (1987), Putting Reality Together, Londres, Methuen.

STRAUSS, Anselm et Juliet CORBIN (1998), Basics of Qualitative Research: Techniques and Procedures for Developing Grounded Theory, Londres, Sage (2e édition).

STUDER, Peter (2010), « L’instrument tranchant de l’enquête camouflée n’est pas un blanc-seing pour finasser », Revue annuelle 2010 du CSP : 21-25. [En ligne]. http://presserat.ch/Documents/Revue_annuelle_2010.pdf. Page consultée le 1 juin 2016.

VAN EIJK, Dick et al. (2005), Investigative Journalism in Europe, Amsterdam, VVOJ.

WARD, Stephan J. A. (2009), « Journalism ethics », dans Karin WAHL-JORGENSEN et Thomas HANITZSCH (dir.), The Handbook of Journalism Studies, New York / Londres, Routledge, p. 295-309.

Haut de page

Notes

1 « One of the most important conclusions from this research is that investigative journalism is not a matter of budgets. Lack of funds is often used as an excuse by editors in various countries to explain why they do very little investigative reporting. This is not a valid argument. Both within countries and in cross-country comparisons there are no obvious relations between budgets and investigative journalism » (Van Eijk et al., op. cit. : 263).

2 [En ligne]. http://ire.org. Page consultée le 1 juin 2016.

3 [En ligne]. http://gijn.org. Page consultée le 1 juin 2016.

4 Cette option nous évitera de nous perdre dès l’introduction dans le vaste débat autour de définitions plus précises et complexes concernant ce qu’est — ou ne serait pas — le journalisme d’investigation : il existe une abondance de définitions, dont on pourra souvent relever le caractère normatif ou fonctionnaliste.

5 « Contrairement au journalisme d’enquête, le journalisme de dénonciation délègue les fonctions journalistiques (recherche, collecte et sélection de l’information et des preuves). Aussi, le rôle du journaliste se résume au contrôle et à la vérification de l’authenticité des informations sollicitées ou pas. Dans ce dernier cas, le journaliste risque de s’associer à la vengeance et au règlement de compte, s’il ne connaît pas les motivations de la personne qui lui remet un dossier clé en main. À titre d’exemple, un journaliste recevant une copie d’un rapport gouvernemental confidentiel et des informations sur le dossier en cause pratique le journalisme de dénonciation s’il ne vérifie que l’authenticité des documents avant de les rendre publics » (Desjardins, 2005 : 283).

6 Le Syndicat national de journalistes (SNJ) de France 2 avait aussitôt demandé dans un communiqué en octobre 2008 l’arrêt de l’émission Les infiltrés, dont le principe consiste à envoyer un journaliste incognito sur un lieu d’enquête pour mieux l’observer. Le 28 mars 2009, le FIGRA (Festival international du grand reportage d’actualité et du documentaire de société) et la SCAM (Société civile des auteurs multimédia) consacraient en France l’un des premiers débats ouverts entre professionnels sur le thème « Les journalistes peuvent-ils filmer en caméra cachée ? ». Voir le compte rendu : http://www.categorynet.com/actu-des-medias/articles-et-interviews-sur-la-presse/la-camera-cachee-ne-fait-pas-consensus-aupres-des-journalistes--2009032992455/. Page consultée le 1 juin 2016. Le phénomène de « routinisation » du recours à la caméra cachée paraît s’amplifier et concerner un nombre croissant de structures. À Paris, le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ) propose depuis quelques années un atelier de deux jours intitulé « Tourner en caméra cachée », avec comme argument : « Les tournages à l’insu des personnes filmées se sont multipliés. Cette technique requiert des compétences particulières ». Source : http://www.cfpj.com/files/cfpj-medias/CFPJ-Medias-2013.pdf. Page consultée le 1 juin 2016.

7 Il en va de même, dans une certaine mesure et toutes proportions gardées, pour les chercheurs s’intéressant à des terrains d’observation tels que les postes de police, les tribunaux des juges ou les cabinets d’avocats, les établissements du corps médical, les milieux bancaires, du secteur militaire ou nucléaire (Arborio et Fournier, 1999). En somme, toute profession et toute activité concernées plus que d’autres par le devoir de réserve, le secret de fonction, le secret commercial ou des affaires.

8 L’auteur du présent article a collaboré depuis 2011 à la documentation et à l’écriture de plusieurs films documentaires sur ce sujet. On se limitera à signaler qu’il s’agit ici d’un documentaire d’investigation d’environ une heure, sans en mentionner le titre, pour préserver une forme d’anonymat et faire en sorte que les propos rapportés ne puissent être associés à leurs auteurs.

9 Cette situation pouvait coïncider avec une définition de principe que donne Mondher Kilani dans son Introduction à l’anthropologie : « La recherche de révélateurs, de lieux privilégiés pour éclairer la globalité sociale est donc un principe de la démarche anthropologique en général. Il s’agit de trouver des lieux capables d’éclairer d’abord le sens de l’unité restreinte concernée et ensuite le sens des rapports que celle-ci entretient avec l’unité ou les unités plus larges qui l’englobent » (Kilani, 1992 : 55).

10 Au sens d’Alain Blanchet et Anne Gotman, il s’agit de « mettre en lumière les aspects du phénomène auxquels le chercheur ne peut penser spontanément, et de compléter les pistes de travail suggérées par ses lectures » (2001 : 43).

11 C’est-à-dire d’amener à une procédure d’objectivation, soit « le déroulement d’une expérience qui révèle progressivement la rationalité d’une réalité sociale et culturelle différente » (ibid. : 14).

12 Notés de manière anonyme dans les carnets par JR1, JR2, C1, C2, C3 et C4, RC.

13 À l’exception ponctuelle d’un cameraman, qui a demandé dans quel but ses propos avaient été notés.

14 On peut dire que ce rôle était proche, dans les avantages conférés, de celui que décrit Jean Copans à propos de la situation d’enquête de terrain : « L’ethnologue de terrain doit se créer un rôle “local” ou “externe” qui fasse passer l’inconvénient d’une intrusion pour un avantage et un contact imposé pour la sociabilité d’une relation ordinaire. Mais ce rôle ne doit pas interdire le déploiement de l’enquête, de la présence insistante qui doit à son tour offrir une forme de contrepartie dans ce qui fait la vie quotidienne : services, informations, disponibilité, etc. » Et plus loin : « […] toute vie sociale n’étant qu’une suite de décisions, de choix, de préférences, de refus, de silences, d’évitements, l’ethnologue doit s’adapter à ces situations et se couler dans les interstices de liberté qu’elles offrent ou permettent d’offrir » (op. cit. : 13).

15 Les citations extraites de l’observation de terrain figurent entre guillemets et en italique, afin de les distinguer d’autres types de citations provenant d’autres sources.

16 On retrouve aussi ce principe dans le Guide pratique du Conseil suisse de la presse, explicitant la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes et ses directives. [En ligne]. http://ratgeber.presserat.ch/index.php?fr_12-quand-peut-on-enqueter-de-maniere-cachee. Page consultée le 1 juin 2016.

17 Cette distinction entre whistleblowers et deep throat, qui nous semble pertinente dans ce contexte et dans l’effort de catégorisation des « pratiques déloyales » observées ici, se retrouve chez d’autres auteurs, notamment chez Roy Greenslade (op. cit. : 326).

18 Ce qui pourrait s’approcher d’une « instigation à la violation du secret de fonction », au sens des articles 320 § 1 et 24 § 1 du Code pénal suisse.

19 Voir par exemple Gavin MacFadyen (op. cit. : 138-156).

20 D’un point de vue journalistique, enquêter sur le commerce de l’or signifie approcher et, si possible, côtoyer un univers à la fois très complexe et très protégé, basé sur des relations de confiance entre différents acteurs travaillant dans la plus grande discrétion. Plus que d’autres, cet univers pose la question des limites entre les informations qui sont accessibles, dans le domaine public, ou visibles et celles qui restent cachées, pour diverses raisons : la concurrence, la protection de l’identité des fournisseurs, le secret commercial, le secret bancaire, la sécurité des acteurs et sociétés concernés face aux risques de braquages, etc.

21 Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés. [En ligne]. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000886460. Page consultée le 1 juin 2016.

22 Aussi présentée sur le site de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). [En ligne]. https://www.cnil.fr/fr/lutilisation-de-limage-des-personnes-0. Page consultée le 1 juin 2016.

23 Pour mémoire, en ce qui a trait à la jurisprudence, le Tribunal fédéral a condamné le 7 octobre 2008 quatre responsables et journalistes de la chaîne télévisuelle publique suisse alémanique pour utilisation d’une caméra cachée dans l’émission Kassensturz, qui avait « piégé » un conseiller en assurances. C‘était la première fois que le plus haut tribunal du pays se prononçait sur la question. Cette décision a été longuement commentée au sein de la profession et du Conseil suisse de la presse (CSP). Voir par exemple l’article de Peter Studer (2010) ou la prise de position du médiateur Daniel Cornu (2010).

24 Voici la règle fixée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) : « Le recours aux procédés permettant de recueillir des images et des sons à l’insu des personnes filmées ou enregistrées doit être limité aux nécessités de l’information du public. Il doit être restreint aux cas où il permet d’obtenir des informations difficiles à recueillir autrement. Le recours à ces procédés doit être porté à la connaissance du public. Les personnes et les lieux ne doivent pas pouvoir être identifiés, sauf exception ou si le consentement des personnes a été recueilli préalablement à la diffusion de l’émission. Ces précisions sont mentionnées dans les conventions et les cahiers des charges des chaînes. »

25 Rejoignant ici des formulations de Denis Ruellan : « […] l’outil protège le reporter des remises en cause extérieures. […] L’outil ordonne les rôles […] autorise la transgression des règles humaines élémentaires […] permet aussi […] de s’affranchir des règles éthiques professionnelles » (op. cit. : 19).

26 « Shaming on television carries a market value » (Danielson, op. cit. : 66).

27 Jean-Philippe Ceppi, journaliste d’investigation et producteur de l’émission d’enquête Temps présent pour la Radio Télévision Suisse (RTS), constate « […] une inflation du procédé dès la fin des années 90 en France, au point que l’on doit s’interroger sur le fait que l’utilisation abusive de la caméra cachée, même si elle n’est pas illégale dans les cas exposés, induise une possible rupture de confiance avec les sources. Nous sommes aujourd’hui arrivés à un point où la règle professionnelle — généralement partagée dans la plupart des grandes démocraties, qui veut que l’on n’utilise ce dispositif qu’en dernier recours, après avoir épuisé toutes les autres voies de recherche de l’information, et seulement dans le cas d’un intérêt prépondérant — tend à disparaître en France. C’est un phénomène qui interroge aussi bien sur le lien de confiance entre le journaliste et ses sources, mais aussi qui risque de mettre en péril l’usage de la caméra cachée pour des recherches où elle trouverait sa justification éthique et légale » (réponse par courriel, 11 mars 2014). Ceppi poursuit un travail de doctorat à l’Université de Lausanne à ce sujet, intitulé « Histoire de la caméra cachée en télévision. Le journalisme d’investigation au service de l’intérêt public (1960-2010) », sous la direction du professeur François Vallotton. [En ligne]. http://www.unil.ch/webdav/site/hist/shared/Poles_de_recherche/HistoireAudiovisuelleDuContemporain/MemoiresEtTheses/Note_pour_le_web._Came_ra_cache_e.pdf. Page consultée le 1 juin 2016.

28 Voir à ce propos les témoignages recueillis par le journaliste Vincent Monnier, « Le journalisme masqué », TéléObs, 20 janvier 2011, et ceux mentionnés dans la recherche de Pauline Jonqueres D’Oriola (2010 : 108, notamment).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Labarthe, « Shaming et mises en scène de pratiques journalistiques « déloyales » dans les documentaires télévisuels d’investigation.  », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6750 ; DOI : 10.4000/communication.6750

Haut de page

Auteur

Gilles Labarthe

Gilles Labarthe est chercheur et assistant-doctorant à l’Académie du journalisme et des médias (AJM), de l’Université de Neuchâtel. Son travail de thèse est mené sous la codirection de la professeure Annik Dubied, directrice de l’AJM, et du professeur Benoît Grevisse, Université catholique de Louvain-UCL, directeur de l’École de journalisme de Louvain. L’auteur les remercie tous deux pour leur relecture du présent article et pour les suggestions apportées. Courriel : gilles.labarthe@unine.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org