Skip to navigation – Site map
Hors thème

Les alchimistes de la parole en ligne

Valorisation et ré-intermédiation de l’activité des internautes
Cécile Méadel, Francesca Musiani and Joëlle Farchy

Abstracts

This article looks at the contribution economy, i.e., what industrial and collective actors do with the contributions of internet users. A new economy is emerging that gathers and processes the comments, assessments, comparisons, and ratings posted by netsurfers and uses this raw material to generate added value in various forms. This article examines some of the activities being developed to create value from these contributions by exploring the cultural industries field.

Top of page

Full text

1Internet bouleverse — ce n’est désormais plus à démontrer — les marchés en agissant sur la circulation des biens et des services, leur réception, leur mise en mots, les discours qui les accompagnent. Plus spécifiquement, le web renouvelle les mécanismes par lesquels biens et services sont appréciés, évalués, recommandés, annotés. Les dispositifs prolifèrent et sont omniprésents. Certains sont formalisés : ils permettent d’attribuer des notes, des étoiles et autres « marques de valeur » à un bien ou à un service, voire à un individu, de le classer et de comparer ses caractéristiques à celles de ses concurrents. D’autres, plus informels, offrent la possibilité de commenter, de donner des avis, d’exprimer des préférences, d’interagir avec d’autres usagers, de comparer des opinions.

2Sous leurs multiples formes, les contributions des internautes participent ainsi de la large activité réflexive des marchés, à travers laquelle sont désormais discutés et débattus leurs fonctionnements et productions. Elles contribuent ainsi, de manière significative, à la création d’une « économie des qualités » (Callon et al., 2002), cette forme d’organisation où le fonctionnement du marché et la répartition des compétences entre offreur et demandeur, marchands, intermédiaires et consommateurs, deviennent des enjeux centraux, partagés à la fois par les sciences sociales et par les acteurs eux-mêmes, avec des questionnements communs et la mise en place de dispositifs qui permettent de les mettre à l’épreuve. Les contributions des internautes participent tout particulièrement d’une modalité centrale de cette activité : la qualification des biens par laquelle ceux-ci sont évalués, comparés mais aussi décrits et enrichis. L’ample travail qui permet de mettre au jour les propriétés d’un bien ou d’un service intervenant dans les choix des consommateurs s’opère de manière continue, sans s’arrêter à la fabrication du produit ni même à sa mise sur le marché, dans une suite successive d’épreuves. Les avis du consommateur, ses notes ou ses commentaires, sont partie intégrante de cette activité de qualification. En contribuant à cette activité, les internautes deviennent indissociablement consommateurs, clients, producteurs d’informations et prescripteurs, ce dont rend compte le terme prosumer (Beaudouin, 2011 ; Ritzer et al., 2012). Les contributions des internautes participent donc pleinement de la définition de la valeur du bien.

3Commenter les biens ou les services, les évaluer, en fixer la valeur n’est pas spécifique au numérique. De telles activités se déploient sous de multiples formes, depuis les échanges de conseils et d’avis entre proches partageant goûts, bonnes adresses ou pratiques par le bouche-à-oreille jusqu’à la critique, l’une des formes premières du journalisme, sans oublier les guides, revues spécialisées, émissions de radio et de télévision, hit-parade ou classements, etc. Tout aussi ancien et profond est l’intérêt que les acteurs qui proposent des biens et des services montrent pour les discours des amateurs, des citoyens, des clients. De la conférence de consensus au référendum, de l’enquête publique au focus group, les procédures de collecte de ces discours se sont démultipliées, dans les domaines les plus différents : évaluation des choix techniques, marketing des innovations, recueil des avis d’une population ou d’une cible de marché, mise à l’épreuve d’un service ou d’un bien auprès d’un échantillon d’usagers, etc. L’intérêt même pour cette parole des profanes, des citoyens ou des clients est repéré depuis longtemps par le marketing, qui a construit une multiplicité de dispositifs lui permettant d’en être à l’écoute.

4Cependant, le tournant numérique a multiplié ces arrangements, automatisé le phénomène et donné lieu à de nouveaux formats et de nouvelles pratiques. Nous assistons à une prolifération de dispositifs visant à recueillir les contributions, les discours, les jugements et avis des utilisateurs d’Internet, afin de les recycler, de les élaborer, de les mettre en forme. Nombre d’acteurs — industriels ou collectifs — mettent en œuvre des stratégies qui visent à « faire quelque chose » des contributions des internautes, des avis qu’ils déposent sur de multiples sites, des commentaires ou informations qu’ils renseignent ici et là, des jugements qu’ils produisent en masse. Ils s’engagent dans cette « bataille de mise en forme » des contributions pour essayer de faire émerger un discours collectif, de tirer profit de ce discours, de le rendre actif et de lui donner de la valeur.

5Notre article se propose de porter un premier regard analytique sur cet ensemble de processus, que nous appelons l’« industrialisation » des traitements opérés sur les contributions des internautes. Il se penche sur l’économie de la contribution, c’est-à-dire ce que « fabriquent » les acteurs, industriels ou collectifs, à partir des contributions des internautes, ou comment se met en place une économie qui prend comme matériau de base le travail de commentaire, d’évaluation, de comparaison, d’appréciation accompli par les internautes, qui en organise la collecte et la traite pour produire de la valeur ajoutée sous différentes formes. Il s’intéresse donc à des activités qui visent à donner de la valeur, monétaire mais aussi cognitive ou heuristique, à ces contributions.

6Pour ce faire, nous montrons tout d’abord que malgré de nombreux travaux sur les contributions des internautes, cet angle de recherche a été jusqu’à présent très peu exploré. Ensuite, nous menons un travail exploratoire sur le cas emblématique des industries culturelles afin de commencer à peindre le portrait de ce qui est, désormais, un véritable « monde » d’acteurs et de processus.

Les contributions des internautes : des travaux scientifiques abondants mais partiels

7Si les procédures de collecte, de mise en forme et de capitalisation de la parole intéressent de nombreuses disciplines, du droit constitutionnel à la sociologie en passant par les sciences politiques, l’économie, la gestion ou la communication, l’analyse des différentes formes de contributions des internautes a plus particulièrement fait l’objet de travaux d’économistes et de sociologues.

Une littérature socioéconomique centrée sur les comportements des internautes et les conséquences de leurs contributions

8Un premier volet de travaux analyse les conséquences des activités contributives des internautes sur les marchés et explore l’influence des contributions sur le volume d’échanges (Chevalier et Mayzlin, 2006) et le chiffre d’affaires (Luca, 2011), les effets sur la qualité de l’offre (Anderson et Magruder, 2012) ou les éventuelles transformations dans la hiérarchie des biens (Beauvisage et al., 2013 ; Belvaux et Marteaux, 2007), ou encore le renouvellement du rapport entre critiques professionnels et amateurs. Sur ce dernier point, il n’est plus suffisant de dire que « la montée en puissance [des commentaires sur les biens et services proposés sur le web] accompagne le déclin des critiques professionnels dont le pouvoir prescriptif tend à décroître » (Gille et Marchandise, 2013 : 69). La mise en visibilité de la parole de l’internaute ne fait pas disparaître les clivages entre la prescription par des acteurs professionnels, telle que pouvaient la proposer les guides ou critiques, et la prescription par des amateurs selon une logique de bouche-à-oreille numérique ; elle en propose au contraire des reconfigurations (Beauvisage et al., op. cit.). L’univers des amateurs et celui des professionnels perdurent, sans solution de continuité : l’omniprésence de l’avis des particuliers n’annule pas la qualité industrielle et marchande de la prescription.

9L’efficacité marchande de ces mécanismes de prescription, qu’il s’agisse de la publicité, du bouche-à-oreille ou de la critique, est à peu près reconnue par tous les travaux, moins d’ailleurs par un effet direct que parce qu’ils augmentent la visibilité du produit (Larceneux, 2007).

10En matière d’offre culturelle, Jean-Samuel Beuscart et Kevin Mellet (2012) ont dressé un panorama de cette littérature qui tend plutôt à montrer les effets limités (voire négatifs) de la critique ou du bouche-à-oreille et un effet différencié de la publicité selon le type de produit et son rapport au marché de masse. Aussi considèrent-ils que le web et plus spécifiquement les médias sociaux sont particulièrement pertinents et efficaces pour établir une relation entre le public et les auteurs de produits culturels de niche. Pour autant, leur qualité de « remarquables prescripteurs » et leur efficacité sur la promotion de ces produits continuent à faire débat (Mellet, 2011 ; Benhamou, 2012). La mesure de l’effet est d’autant plus complexe qu’elle doit prendre en compte la multiplicité des opérateurs de prescription, formels et informels, sur le web et hors du web qui accompagnent nos choix et préférences.

11Le passage au numérique pose deux questions centrales autour de l’impact de la longue traîne et des transformations des pratiques. Pour la première, il y aurait un certain effet pour la musique et le livre (favorisant les « petits » artistes et auteurs, au détriment des biens culturels dits « intermédiaires »), mais non pour la télévision. L’essentiel de l’impact de la longue traîne semble ainsi imputable à un effet d’offre et non pas de recommandation, qui, elle, bénéficie aux artistes très connus (Beauvisage et al., 2011 ; Peltier et Moreau, 2012). Pour la seconde, les travaux montrent que la transition vers la numérisation va de pair avec un déplacement de la valeur de l’auteur vers le destinataire et avec l’importance accrue de dispositifs qui entretiennent un dialogue entre l’auteur et son public. De nouveaux espaces de débats et de négociation sur la valeur sont apparus, structurés par un ajustement aux codes traditionnels et légitimes de la création ou par leur mise à distance. Cela est accompagné de nouvelles formes de rémunération du travail artistique, voire des formes de démocratisation (assez controversées) des carrières artistiques (Beaudouin, 2012 ; Auray et Georges, 2012 ; François, 2012).

12Un deuxième ensemble de travaux porte son regard sur le contributeur. Deux questions sont souvent liminaires. Pourquoi les contributeurs contribuent-ils au lieu de se comporter, comme le suppose généralement la théorie économique, comme des passagers clandestins ? Sont-ils experts ou amateurs et quelles stratégies mettent-ils en œuvre pour construire leur réputation et s’afficher en tant qu’experts (David et Pinch, 2008 ; Pinch et Kesler, 2011) ? Sont également explorées les conséquences des contributions des internautes sur les consommateurs d’un point de vue individuel : les évolutions dans les comportements des consommateurs, les modifications dans leurs relations aux professionnels, l’acquisition de nouvelles compétences, l’évaluation de la qualité des contributions et des contributeurs (Bourgatte, 2011 ; Danescu et al., 2009 ; Kokkodis, 2012 ; Liu, 2012). Est également étudiée la manière dont se structurent les contributions, dans le cadre d’une économie symbolique où les rôles et l’ancienneté des contributeurs sont des éléments importants (Casilli, 2010), ou bien quel « capital social » elles peuvent — si elles sont validées par les pairs — conférer à l’internaute (Tierney, 2008). Enfin, la littérature explore la relation entre les contributeurs en ligne et les mutations des marchés à l’ère de la surabondance d’information. Les travaux précurseurs de Herbert Simon (1971) ont ouvert la voie à une approche socioéconomique dite de l’« économie de l’attention » qui cherche à rendre compte du fonctionnement des marchés avec une offre d’informations surabondante, et par conséquent économiquement dévalorisée, la ressource rare devenant le temps et l’attention des consommateurs (Goldhaber, 1997 ; Kessous, Mellet et Zouinar, 2010).

13Les outils et les applications permettant de « fouiller » le web, de détecter des tendances et d’analyser leurs tonalités pour comprendre les mouvements d’opinion sont nombreux, tout comme les acteurs qui s’y emploient. De récents travaux sur les phénomènes d’opinion mining, de sentiment analysis et d’e-reputation dressent des cartographies des acteurs professionnels aux prises avec le traitement des contributions et ils opèrent des distinctions entre les types de matériaux produits par les internautes (traces, données personnelles, opinions, recommandations, jugements, etc.). Rappelant l’histoire des méthodes de suivi de l’opinion depuis la seconde moitié du XXe siècle, Dominique Boullier et Audrey Lohard proposent un état des lieux des outils et des acteurs qui traitent aujourd’hui des indices de l’opinion des consommateurs laissés sur des sites Internet. L’opinion mining et le sentiment analysis recouvrent selon les auteurs des « jugements de valeur positifs ou négatifs portés sur des entités à choisir selon la cible voulue (une marque, un produit, un événement, un service, une personnalité, une proposition politique, etc.) » alors que l’e-reputation constitue « un étage supérieur d’agrégation des données et répond plus explicitement aux préoccupations stratégiques des entreprises, des médias ou des partis politiques » (2012 : 14).

Une économie centrée sur l’exploitation des données personnelles

14Les travaux en économie et en socioéconomie des données personnelles à l’ère du numérique sont fondamentaux pour l’appréciation de la façon dont la contribution se « fait industrie ». Les données personnelles sont en effet, comme l’a remarqué un rapport sur la fiscalité de l’économie numérique (Colin et Collin, 2013), au cœur de celle-ci : les données collectées permettent aux entreprises qui les récoltent de s’appuyer sur un grand volume d’informations pour améliorer leurs performances, proposer de nouveaux services, prendre des décisions stratégiques.

15Les données personnelles qui constituent aujourd’hui la base de modèles économiques participent à la croissance économique ; ces modèles vont de la personnalisation de l’offre à un meilleur ciblage des stratégies marketing, des ajustements sur les marchés de biens de consommation et nombre d’autres services. Ces innovations, qui préfigurent la mise en réseau, de la biométrie, de la géolocalisation, se développent en parallèle à d’autres objectifs susceptibles de porter atteinte à la vie privée, par la surveillance et l’invasion de l’espace intime (Rochelandet, 2010). De nouveaux intermédiaires interviennent dans le traitement et la circulation des données personnelles, et cela affecte la structure des marchés (Berquier-Ghérold, 2000), l’efficacité des modes de protection des données personnelles face au web relationnel (Rallet et Rochelandet, 2011), ou encore, les « poids » respectifs de la fidélité, de la gratuité, de l’anonymat et de la visibilité dans les modèles économiques du profilage sur Internet (Douplitzky, 2009).

16La valeur économique des données personnelles sur le plan macroéconomique a fait l’objet de nombreux travaux. Un rapport d’étude réalisé par le McKinsey Global Institute (2011) estime la valeur créée par les données sur la santé, aux États-Unis, à 300 milliards de dollars, alors que des travaux universitaires (Christakis et Fowler, 2011 ; Li et al., 2013 ; Acquisti, 2010) tentent aussi de mesurer le « prix » des données personnelles ou leur influence sur l’activité de l’internaute. D’autres études distinguent les finalités commerciales du traitement des données par l’opérateur : mesurer et améliorer les performances d’une application, personnaliser le service à l’attention de l’utilisateur et anticiper ses attentes (Liu, 2006), communiquer sur le service à l’attention d’autres internautes ou d’autres acteurs professionnels, et produire, louer ou vendre les données (Colin et Collin, op. cit. ; Boullier et Lohar, op. cit.).

17Dans le domaine culturel, la valeur des données peut consister à prédire les tendances du marché, par exemple le succès commercial d’un film (Mishne et Glance, 2006). La valeur peut également être traitée et manifestée sur un plan symbolique, par des acteurs qui contribuent à « qualifier » les opinions émises sur un service par les internautes. Par exemple, David Shay et Trevor Pinch (2006) définissent différentes catégories (auctorialité, créativité, expertise, recommandation), renégociées au gré de cette économie. En travaillant, à propos d’Amazon, sur la valeur des avis (et leurs détournements à des fins intéressées), les auteurs montrent que ceux-ci répondent souvent à un même schéma et étudient les techniques mises en œuvre par les auteurs, les artistes ou encore les éditeurs pour atteindre leurs objectifs et, en même temps, construire leurs identités en tant qu’experts. Un nouveau cadrage est proposé pour prendre en compte la renégociation et la discussion des catégories d’auteur, de créativité, d’expertise à l’heure de l’économie de la réputation.

18Au cœur de l’économie numérique se trouvent donc la collecte et l’exploitation de données obtenues grâce au travail des internautes. Les utilisateurs, bénéficiaires de services rendus, deviennent les collaborateurs bénévoles (c’est d’ailleurs plus un travail non rémunéré qu’un travail gratuit). Ce modèle de la gratuité coopérative, qui a suscité l’enthousiasme de Yochai Benkler (2004) et d’autres économistes (comme solution de rechange à la coordination par les prix, Farchy et al. 2015), est en réalité hybride (mélange du marchand, du public et du don). L’interaction entre le service et l’utilisateur est la source de création de valeur. Ce travail gratuit fait écho aux théories du « capitalisme cognitif » (Moulier-Boutang, 2010) qui correspond à une économie de pollinisation et de contribution. Il fait également écho au récent courant critique, le digital labor, porté par des chercheurs en sciences sociales et en économie qui analysent la dimension d’exploitation à l’œuvre dans ce travail (Scholz, 2013 ; Casilli, 2013).

19Partout, les internautes sont au travail, qu’ils soient « coproducteurs de la notoriété » (PANIC, 2011) ou « cocréateurs de marchés, codéveloppeurs de produits et co-fabricants de prestations » (Dujarier, 2008). Parfois, ce travail est de si faible intensité que l’internaute s’aperçoit à peine qu’il apporte sa contribution à une œuvre collective ; parfois, au contraire, l’investissement est massif, intense. Le rapport Colin (Colin et Collin, op. cit.) distingue trois catégories de données : (1) les données soumises par l’utilisateur qui ont fait l’objet d’une saisie explicite par ce dernier, pour différents motifs ; (2) les données observées qui résultent du recueil de traces d’utilisation d’une application ; (3) les données inférées déduites de traitements, en particulier de recoupements, pratiquées par une entreprise à partir de données personnelles de ses utilisateurs et clients. Dans la suite de notre article, nous nous intéressons uniquement à la première catégorie, c’est-à-dire aux données qui impliquent une participation délibérée de la part de l’internaute. Nous les nommons contributions actives.

20Ce panorama de la littérature montre que l’articulation entre construction des contributions actives, reconfigurations industrielles et nouveaux modèles d’affaires n’est que très marginalement abordée en sciences économiques et sociales. L’analyse des différentes formes de contributions des internautes a fait l’objet de travaux, en économie et en sociologie en particulier. Pour un grand nombre de travaux, il s’agit d’analyser les conséquences des contributions des internautes sur les marchés d’un point de vue global (quel effet sur le niveau des recettes, quel effet sur la qualité de l’offre, y a-t-il transformation de la hiérarchie des biens, etc. ?) ou sur les consommateurs d’un point de vue individuel (changent-ils leurs comportements, modifient-ils leurs relations aux professionnels, acquièrent-ils des compétences nouvelles ?). D’autres se concentrent sur les manières de capter l’attention de l’internaute ou de valoriser les traces passives de son activité. L’économie des contributions actives des internautes reste, quant à elle, sous-explorée en tant que partie intégrante d’une « fabrique » de nouvelles reconfigurations industrielles.

Les opérateurs de contribution : le cas des industries culturelles

21Le terrain d’observation porte sur les industries culturelles qui paraissent particulièrement intéressantes dans l’optique de la qualification croisée de biens et des usagers. D’abord, parce que, face aux biens d’expérience qui sont propres à ce domaine, le consommateur ou l’usager a un besoin crucial de repères qui lui permettent de faire ses choix au sein d’une offre très abondante, mais surtout difficile à objectiver. La qualité (au sens de Karpik, 1989) est aussi centrale que complexe à établir, variable, spécifique au client. Ensuite, l’opinion profane y est confrontée avec l’avis expert et tous deux rencontrent des problèmes de légitimité et d’autorité, qui sont traditionnellement l’apanage des seconds, mais contestés par les premiers qui peuvent mimer la critique experte ou au contraire produire un point de vue autre (Broudoux, 2010), apte à parler comme un lecteur « ordinaire », par exemple (Bois et al., 2015). Enfin, Internet a représenté dans ce secteur une rupture majeure pour la production et la diffusion. Les modalités de cette rupture entraînent une production discursive complexe, dense et spécifique, et représentent autant de prises sur le terrain.

22Le panorama des acteurs qui s’intéressent à « l’écoute de la conversation des internautes » est si large qu’il provoque « une suroffre dont les frontières se brouillent toujours un peu plus (avec des tâches multiples) allant du présumé service complet de social media monitoring à “l’analyse de sentiment” sur un seul réseau social, en passant par le “management de l’e-réputation” d’une marque ou d’une personne » (Boullier et Lohard, op. cit. : 36). Cette suroffre est liée à la diversité des types d’interventions ouvertes aux internautes. Thomas Beauvisage et ses collaborateurs (2013) en décrivent trois (la notation, le commentaire et la recommandation) qui peuvent se combiner entre elles, notamment sous la forme standardisée du dispositif « note et avis » qui associe une dimension arithmétique (l’agrégation des notes) à une dimension expressive (la rédaction libre d’un avis). Dans leur recherche sur le traitement de l’opinion en ligne, Boullier et Lohard (op. cit.) en distinguent huit : un jugement, une opinion, une évaluation, un avis, un sentiment, un goût, un récit d’expérience et un récit de pratique.

23Notre recherche limite cette diversité en se concentrant sur les contributions que nous avons définies comme actives et qui supposent une intervention rédactionnelle de l’internaute. Nous excluons ainsi les traces (ce que les utilisateurs dévoilent, à leur insu, comme signe de leur passage). Ces formes de « contribution » sont loin d’être inintéressantes, mais leur économie (financière et symbolique) est incorporée dans leurs programmes d’action et pose d’autres types de questions. À la différence des traces qui portent en elles un système explicatif de leurs concepteurs, ces contributions « rédactionnelles » ne fournissent pas d’explications sur leur réutilisation possible, en dehors d’une lecture par d’autres internautes. Pour le dire autrement, la note, par exemple, donne à voir l’appréciation collective d’un film qui pourra être retraduite en élément d’appréciation du produit, en publicité dérivée, en cotation d’un acteur ; la critique du même film par un amateur reste un point de vue individuel dont la reprise ou la montée en généralité sont très souvent opaques (éventuellement parce qu’inexistantes).

24L’observation repose sur un certain nombre de sites web qui participent de ce processus d’industrialisation. Notre objectif à ce stade était de composer un corpus de sites marchands et non marchands dans le domaine des industries culturelles (livres, films, musique principalement), proposant une large palette de possibilités d’interventions des internautes. En phase de transformation rapide de ces outils, il nous a semblé en effet plus intéressant de viser la différenciation plutôt que la représentativité. L’enquête a été menée à partir d’une analyse des services tels qu’ils sont proposés en ligne par les différents acteurs.

Une typologie des opérateurs de contribution : glaneurs, gestionnaires et sous-traitants

25Nous appelons « opérateurs de contribution » ces multiples acteurs qui interviennent dans le processus d’exploitation des contributions : ils mettent en place des processus de collecte et d’exploitation desdites contributions, pour en produire une valorisation (marchande ou non) par des formes d’agrégation, d’interprétation, de mise en relation de ces contributions rédactionnelles.

26Quels sont donc les nouveaux acteurs impliqués dans la collecte et le traitement des contributions ? Commençons par une exploration des acteurs impliqués dans ce type d’activité et par une analyse des dispositifs qu’ils les mettent à la disposition des internautes ou de leurs clients. Nous avons défini trois types d’acteurs que l’on désignera comme les glaneurs, les gestionnaires et les sous-traitants.

27Les « glaneurs » sont les mieux connus et les plus « installés » de ces opérateurs. Il s’agit des sites qui, comme activité secondaire ou annexe, créent des espaces pour permettre l’expression de leurs visiteurs/clients. En matière d’industries culturelles, AlloCiné ou Amazon sont des exemples très visibles, mais on trouve aussi des plateformes, par exemple SensCritique, Goodreads, MouthShut, Biblioblog, Babelio, Livfraddict ou Libfly. Mais la catégorie englobe des acteurs beaucoup plus diversifiés : diversifiés en matière de domaine d’intervention (des plus généralistes aux plus spécialisés), mais diversifiés également du point de vue de leur statut : certains sont inscrits dans le marché, d’autres sont associatifs, ou encore amateurs, voire activistes. Pour ne prendre qu’un exemple, sur le livre, on trouvera des acteurs comme SensCritique : il s’agit d’un « service gratuit qui permet de découvrir, noter et classer des films, séries, livres, BD, jeux vidéo ainsi que la musique » et qui suscite des commentaires multiples pour « démultiplier la puissance du bouche à oreille », financé par la publicité. Mais aussi des blogues comme Biblioblog qui rassemble (ou plutôt a rassemblé puisqu’il a interrompu ses activités en 2015) également des avis, critiques et commentaires sur des livres, mais sans construire un service à vocation marchande.

28Les « gestionnaires », qui suscitent la contribution, définissent ses conditions de production, la mettent en forme, la vérifient, constituent un deuxième type d’acteurs. Il s’agit là d’intervenants dotés de moins de visibilité publique, par exemple Testntrust, Vinivi, Trustpilot, AvisVerifies, monaviscompte. Dans leurs interventions pour traiter les contributions, ces gestionnaires doivent faire face aux questions cruciales sur le statut de ces données : dans quelle mesure les contributions reprises doivent-elles être anonymisées, quelles formes de rémunération doivent recevoir les internautes-participants, comment s’exerce le contrôle sur les contributions recueillies, etc. ? Le travail accompli par ces acteurs montre d’ailleurs à quel point les contributions sont difficiles à générer (dès lors au moins qu’elles peuvent prétendre à une certaine visibilité) et met en évidence la diversité des tâches qu’ils doivent accomplir pour les faire émerger de manière durable et exploitable.

  • 1 Entretien entre Kevin Mellet et Gilles Achache, SMC Talks - « Opinion mining : ces algorithmes qui (...)

29On retrouve enfin, dans les « sous-traitants », un troisième type d’acteurs : il s’agit de firmes comme Syntesio, Digimind, Radian Six, MySmark, qui développent des outils de traitement des contributions pour susciter des avis personnalisés, pour mettre en place des algorithmes de classement, pour traiter d’un point de vue sémantique les contributions, voire pour donner les outils permettant de les visualiser sous une forme synthétique. Gilles Achache et Kevin Mellet1 définissent trois types d’opérateurs : les éditeurs de logiciels, qui développent des moteurs de recherche statistiques, récupèrent des métadonnées et traitent ces données pour présenter des volumétries, des réseaux, des évolutions dans le temps et des contenus polarisés ; les Web agencies, qui ne développent pas de technologies, mais des services à partir des logiciels existants, qui se distinguent entre système d’alerte et système d’analyse (dans ce cas, il s’agit souvent d’un « retraitement » des résultats bruts qui sont tirés des logiciels) ; les instituts d’étude d’opinion, qui utilisent des outils de traitement automatique des langues et des outils de data visualisation. Ces travaux ne concernent qu’une partie des acteurs que nous désignons sous le terme d’opérateurs de contribution, laissant de côté en particulier le secteur non marchand et les pure players de la contribution qui suscitent la contribution et la valorisent. Ces derniers outils sont donc destinés à produire et à faciliter le travail d’interprétation et de quantification des contributions.

Les modes d’intervention des opérateurs sur les contributions et sur les contributeurs

30Ces trois types d’opérateurs de contribution diffèrent par leur statut plus que par leur mode d’intervention sur les contributions. Dans la présente section, on caractérisera donc les interventions des opérateurs à partir de ce qu’ils « font » aux contributions et aux contributeurs.

Provoquer des contributions pour permettre des recommandations

31Comme on l’a dit, les opérateurs se donnent pour objectif de provoquer des contributions en nombre (c’est la quantité de contributions qui donne de la valeur à chacune d’entre elles) sous des formes variées, pour permettre des degrés d’implication variables, du plus formel au plus ouvert, du plus simple (noter) au plus dense (critiquer). On constate une démultiplication des formats ouverts à l’internaute.

32Nombre de sites font coexister ces différents types de contributions. Certains acteurs ne se contentent pas de cette cohabitation, mais créent des formats qui permettent de les démultiplier et de les articuler. Ainsi, un site comme SensCritique démultiplie les formats de recommandation des contenus ; le registre d’intervention offert n’est pas seulement celui du goût résumé en une note par rapport à la critique non résumable, mais une pluralité de points d’entrée dans l’œuvre : l’internaute peut toujours intervenir sous la forme de critique et de note, mais il peut aussi rendre compte, par un classement ou une note, de son désir (décliné en plusieurs sous-questions : désir de lire, désir d’acheter), de sa pratique (l’avoir lue, être en train de la lire ou avoir l’intention de le lire), de son appropriation (l’œuvre est intégrée à une liste de préférences ou son propre statut), etc. Les contributions autour d’un contenu donné sont rendues sommables par ces catégories proposées à l’internaute, mais démultipliées de sorte de ne pas réduire de manière trop draconienne l’approche du contenu. Par ailleurs, le site met en regard les différentes formes de contributions ; ainsi le « match des critiques » formalise-t-il l’opposition entre un avis positif et un négatif de deux de ses « meilleurs » contributeurs. Le lien est ainsi fait entre la note et son explication, entre les contributeurs, l’évaluation de leur « qualité » et celle des œuvres sur lesquelles ils écrivent.

33Les contributions recueillies sont donc mises en scène pour donner à voir le cercle de leurs amateurs et l’éventail des critères qui ont permis à ceux-ci de les évaluer. Les opérateurs font un pas de plus lorsqu’ils cherchent à évaluer la validité des recommandations collectées.

34C’est l’objectif que se fixe, par exemple, un « gestionnaire » comme Trustpilot qui propose à ses clients de mesurer la valeur des contributions « conformément à la norme AFNOR sur la consommation en ligne », c’est-à-dire au regard de notions comme la vérité, la transparence, la confiance. Le site met à leur disposition un appareil de vérification qui repère les contributions jugées non valides, c’est-à-dire n’émanant pas effectivement d’un « vrai » consommateur ou d’un consommateur qui se conforme aux normes de comportement attendues. Le « vrai consommateur » est défini assez simplement comme celui qui a eu une activité au cours des 12 derniers mois, mais le « conforme » est plus ambigu : c’est celui qui contribue par des contenus « neutres », non publicitaires, n’ayant pas de caractère « illégal, fallacieux, politique, sexiste ».

35On constate d’ailleurs que plusieurs recherches s’inscrivant dans le domaine des Internet studies se donnent également comme ambition de différencier les contributions dignes de confiance (trustworthy) de celles douteuses ou incertaines (Kokkodis, op. cit.). Le site indique d’ailleurs, hélas sans autre précision, qu’il n’a pas de modérateur, mais possède « un logiciel spécialement développé pour détecter les fraudes ».

36Le travail réalisé par les opérateurs de contribution peut amener à une normalisation et à une standardisation des formats d’expression. Face aux instances d’expression sur Internet, qui a priori sont d’une variété très importante et qui, par défaut, sont le plus souvent ouvertes, les contributions ont tendance à devenir plus homogènes ; ou au moins, pour les rendre (davantage) commensurables, les opérateurs de contribution tentent de les rendre plus homogènes — et atteignent souvent cet objectif. Cette homogénéisation s’effectue souvent au moyen des dispositifs et des systèmes techniques eux-mêmes. Ceux-ci intègrent, cadrent ou inscrivent souvent des caractéristiques dans les contributions : c’est le cas de Trustpilot, qui propose des modalités de réactions encadrées pour évaluer les contributions — cadrage qui permet d’opérer l’interprétation quantitative des avis des internautes. Or, comme l’a montré Jack Goody (1979), le format de la pensée compte. Cela lève la question de ce que produit cette homogénéisation, sur la manière de formuler les problèmes, sur leurs définitions publiques, sur l’évaluation des objets et des personnes.

Transformer les internautes en contributeurs

37Le deuxième type de tâche à laquelle se livrent les opérateurs conduit à définir les contributeurs : c’est-à-dire faire d’eux des internautes soucieux de livrer leurs impressions, leurs avis, leurs opinions. Il s’agit donc à la fois de faire écrire, de rendre l’écrit public et de faire mémoire. Le caractère public de l’écrit n’est ni automatique ni permanent : la visibilité des contributions est souvent dépendante d’un ordre d’une part anté-chronologique et d’autre part hiérarchisé par la qualité du contributeur (suivant les classements, pas toujours explicites, du site). L’action de faire mémoire se retrouve dans les sites qui proposent une sorte de journal personnel (mais non intime) des différentes activités culturelles du contributeur, chacune d’entre elles pouvant être traitée suivant l’un des multiples formats offerts (du simple signalement « en octobre, j’ai vu ça » à la critique détaillée, en passant par la citation, etc.).

38On peut dire qu’il s’agit d’ouvrir aux contributeurs un lieu d’expression personnalisé dans la mesure où l’identité du contributeur, même masquée sous un pseudonyme, compte. Les opérateurs vont doter les contributeurs d’un statut, voire les réduire à ce statut. L’internaute se voit attribuer des qualificatifs hiérarchisés, qui signalent aux autres l’intensité de sa participation. Comme l’a écrit Bowker (2014), de telles opérations conduisent à définir la personne par ses clics et ses achats, la réduisant à un consommateur doté de préférences.

39Cependant, certains opérateurs ne se satisfont pas de cette réduction draconienne de l’internaute et vont tenter d’enrichir sa représentation. Pour reprendre l’exemple de SensCritique, très parlant à cet égard, la construction éditoriale des pages de profils des membres privilégie les chiffres (nombre d’œuvres vues/lues, etc., nombre d’éclaireurs, nombre d’abonnés, nombre de notes, nombres de critiques, nombres de listes, de participation à des sondages, de badges, etc.). Un système de rétribution symbolique fonctionne par l’obtention de badges, délivrés par le site : bâtisseur, curieux, éclaireur naturel, 100 fois critique, etc. Ces badges sont délivrés en fonction du nombre d’actions réalisées dans une catégorie donnée (nombre de critiques, de sondages, de films vus, de livres lus, de listes créées, etc.). Ces badges sont affichés sur le profil des contributeurs.

Illustration 1. Les badges de Gary

Illustration 1. Les badges de Gary

40Il ne s’agit là que des premiers badges qui qualifient les préférences de ce gros contributeur. La démultiplication ad libitum de ces notations contrevient à la raréfaction du classement initial et finit par produire un panorama pluriel des œuvres comme des contributeurs, à partir de caractérisations qui restent ouvertes, mais qui sont immédiatement traduites en notes, en qualificatifs, en relations.

41Là encore, c’est le nombre qui va donner du sens, mais au contributeur cette fois. Le profil de l’intervenant vaudra d’autant plus qu’il sera reconnu par un nombre important de ses co-contributeurs. Comme l’expliquent Cristian Danescu-Niculescu-Mizil et ses collaborateurs (2009) à propos des contributeurs d’Amazon, la question n’est plus tellement « Que pense X de Y ? », mais « Que pense Z sur l’opinion de Y sur X ? » : la valeur perçue d’une évaluation ne dépend pas tant de son contenu que de la manière dont elle se situe par rapport aux autres évaluations du même produit.

42Les formats proposés par les opérateurs tricotent donc ensemble des motivations très différentes qui mêlent à la fois un intérêt fort pour l’objet et un intérêt pour l’écriture. Tout d’abord, la place centrale de l’objet de la contribution est souvent négligée par la littérature, alors que les formes spécifiques d’attachement à l’objet comptent tout particulièrement puisqu’« ils s’inscrivent dans des marchés où les conventions disponibles de construction de la qualité » sont spécifiques (Beauvisage et al., 2013 : 3). Un second aspect souvent négligé par les recherches nous semble tout aussi important : les opérateurs contribuent à faire que les internautes trouvent les mots pour « le » dire, trouvent la langue, la rhétorique (grâce aux multiples formats qui leur sont proposés) qui leur permet de se faire comprendre. Les opérateurs de contribution, lorsqu’ils captent différents ordres de motivation, vont mettre en place des petits agencements pratiques qui permettront de définir ce que représentent pour les usagers leurs contributions.

Transformer les contributions : de l’accumulation compulsive à une hypothétique valorisation marchande

43Le travail accompli par les opérateurs peut ainsi conduire à requalifier les contributions en fonction d’un certain nombre de critères, à les traduire en catégories préexistantes, à les resituer par rapport à un éventail de goûts et de préférences, à les replacer dans une carrière de contributeur. Que font donc les opérateurs à partir de ces contributions, retravaillées, requalifiées, resituées ?

44Cela dépend au préalable de leur rapport à la marchandisation de la contribution : certains sites en effet mettent en place des liens vers des sites de commerce, quand d’autres dissocient l’avis sur un produit et sa vente (il faut d’ailleurs noter que la vente de liens commerciaux n’est pas nécessairement propre aux sites marchands et peut se retrouver dans des sites « associatifs » ou sans vocation commerciale, tout comme certains sites marchands peuvent ne pas en proposer).

45Chez ceux qui font commerce de la contribution, les formes de valorisation passent par des classements : à partir de la base de contributions recueillies (commentaires et évaluations), les opérateurs produisent des listes des « meilleurs », plus ou moins sélectives (top 100, top 10), par période ou par genre. Ils traduisent donc les appréciations des internautes et les convertissent en des indicateurs de valeur (qui prennent ou non la forme de notes). Celles-ci peuvent ensuite être valorisées auprès des acteurs du domaine ; le hit-parade devient la traduction la plus simple et la mieux « circulante » du travail complexe et diversifié accompli par les contributeurs.

46D’autres opérateurs proposent de fournir des visualisations des contributions produites. Ainsi MySmark analyse-t-il les avis pour rendre compte des sentiments éprouvés par les contributeurs ; il développe des outils qui permettent de recueillir, de mettre en forme, de visualiser et de traiter les contributions, pour « améliorer leur compréhension d’un point de vue sémantique et émotionnel ». Le dispositif doit donc permettre aux responsables marketing de « suivre l’expérience client, mesurer l’engagement émotionnel, cibler la proposition faite par la marque, […] amplifier la voix des communautés qui soutiennent la marque [brand-fostering communities] et diriger les ventes vers des offres ciblées », et en rendre compte par la « Rose des émotions », basée, nous est-il expliqué, sur les théories du psychologue étatsunien Robert Plutchik et permettant de « représenter de 9 à 33 sentiments différents ». Son « approche sémantique innovante » doit également permettre (nous dit-on) de cibler le moment le plus favorable pour s’adresser au client.

47On sent bien à travers la formulation pompeuse de l’outil que les techniques de sentiment analysis n’en sont encore qu’à des débuts hésitants, mais on voit aussi à la fois l’intérêt que cela suscite chez les acteurs et les limites de ces approches. Les enjeux commerciaux de ce genre d’approches sont d’ailleurs énormes (Boullier et Lohard, op. cit.), ayant en ligne de mire la concurrence avec les sondages d’opinion. L’ambition est claire : capter le contributeur, exploiter ses avis pour les tester et rendre compte des opinions collectives, comprendre comment s’adresser à lui et à quel moment.

48Enfin, la dernière forme d’utilisation des contributions par les opérateurs relève de la valorisation marchande. Certains opérateurs font l’hypothèse (sans doute plus qu’ils ne réalisent à ce stade) que les contributions en masse ont une valeur : aussi se les approprient-ils. C’est explicite dans un site comme Trustpilot qui spécifie que les évaluations, commentaires, avis, etc., c’est-à-dire toutes les contributions générées par les internautes, sont sa propriété. Les conditions d’utilisation à destination des commentateurs précisent :

Pour autant que la loi le permette, les droits, (y compris tous les droits de propriété intellectuelle) portant sur tous les éléments matériels, informations, avis, évaluations, articles ou autres éléments de communication (ci-après, le « Contenu généré par l’utilisateur » ou « CGU ») créés sur le Site Internet par des Utilisateurs enregistrés, sont concédés à Trustpilot pour son usage non exclusif2.

49On remarquera l’imprécision de la formulation : si les droits sont concédés « pour autant que la loi le permette », celle-ci reste en fait floue. De même, les données personnelles demeurent-elles la propriété du gestionnaire, sans que l’utilisateur sache quoi que ce soit sur leur utilisation possible. Cela ne conduit pas pour autant les opérateurs à assumer la responsabilité des propos tenus : les « utilisateurs enregistrés seront responsables du CGU qu’ils publient sur le site Internet ». En d’autres mots, cet opérateur veut bénéficier à la fois du « havre de paix » dont jouissent les hébergeurs et de la capacité à exploiter des données propres aux éditeurs de contenus. 

50Le travail gratuit des internautes produit de la valeur. L’hypothèse n’a rien d’original si on la prend comme un résultat ; elle est plus intéressante si on la conçoit comme un énoncé collectif (Boureau, 1992), c’est-à-dire un postulat, à caractère programmatique, collectivement partagé par les opérateurs de contribution et à partir duquel ils mettent en place les dispositifs variés sans pour autant que cette valorisation aboutisse nécessairement à court terme.

51Le travail des intermédiaires et des opérateurs met en œuvre une « traduction » des contributions, avec un double objectif : soit pour les donner à voir autrement, soit pour les sommer, les regrouper, les agréger, et produire un métadiscours sur elles. Cela ouvre vers ce qui apparaît comme une sorte d’horizon idéal pour de nombreux médiateurs : « monitorer » les réactions des consommateurs/usagers de manière détaillée et continue.

52Cependant, il reste très compliqué pour les opérateurs de contribution de réduire la diversité et de valoriser cette activité. Les dispositifs qui recueillent les avis de leurs visiteurs membres prolifèrent sur toutes sortes de sites. Leur fréquentation peut être très élevée, les participations extrêmement nombreuses, soutenues, très nourries ; mais cette ouverture au débat ou à la contribution ne débouche pas nécessairement sur des résultats interprétables et interprétés. En soi, comme le dit très justement Baptiste Kotras, les contributions, ces « données massives et hétérogènes, ne “répondent” en soi à aucune question » (2015 : 3). Ce qui explique pourquoi cela ne débouche pas nécessairement sur une reprise par le propriétaire du dispositif (cf. sur le cinéma Pasquier et al., 2015). Celui-ci peut n’être qu’une manière d’attirer des internautes pour valoriser les autres activités des sites, alors que la réutilisation des avis, pourtant très riches et très fournis, produits par les lecteurs-auteurs de nombreux sites d’opinion reste très limitée, voire nulle. Pour un grand nombre d’acteurs, les modalités d’exploitation de données aussi peu formalisées apparaissent comme complexes, obscures, voire inatteignables.

53Dans le débat sur les motivations qui expliquent pourquoi les contributeurs acceptent de participer bénévolement, tout se passe comme si les opérateurs tablaient sur deux contreparties : d’une part la réputation, qui est largement travaillée par les opérateurs à travers un travail de qualification et de valorisation des contributeurs, d’autre part le service du type information détaillée sur les contenus, mémoire des activités, évaluation fine, aide au choix, comparatif des contenus, etc. En contrepartie, certains opérateurs valorisent d’abord les métadonnées, immédiatement sommables, comparables, traçables.

54Ces métadonnées restent centrales, même si les données de contribution peuvent elles aussi faire l’objet de valorisation, car non seulement elles peuvent venir enrichir ces métadonnées, mais leur « mise en forme », leur retraduction peut aussi avoir un effet sur leur lisibilité, leur complétude, l’accès de la part de différents acteurs.

55On peut donc faire l’hypothèse, qui reste à éprouver de manière plus extensive, qu’il y a une déperdition considérable dans la valorisation des contributions et que seule une faible proportion d’entre elles est véritablement traitée par les opérateurs. Construire une typologie des modèles d’affaires permettrait de cerner les activités concernées, les formes de valeurs recherchées, les structures de coûts et de profits des industries ainsi que les fonctionnements des différents marchés qui se mettent en place.

Pour conclure

56Ce travail exploratoire confirme, s’il en était besoin, combien la désintermédiation des marchés, ce mythe annoncé depuis les origines d’Internet (Flichy, 2001), est au mieux une simplification, au pire un leurre. L’émergence de la parole de l’internaute, avec sa place croissante, ne signe pas une désintermédiation des marchés, qui demeure, là comme ailleurs, une chimère. Cette première exploration montre également que l’on est en phase de reconfiguration des différents acteurs en jeu dans les industries culturelles. L’industrialisation des contributions repose sur l’apparition de nouveaux intermédiaires qui se proposent, sous de multiples formes, de traduire les contributions et de leur donner du sens et de la valeur.

57Les reconfigurations du monde des « opérateurs de contribution » aident à démystifier deux des conceptions prédominantes de contributions volontaires des utilisateurs d’Internet :

  1. L’idéologie de la participation et de la créativité, qui ferait des dispositifs proposés aux internautes un facteur de libération et d’émancipation ;

  2. La perspective « dénonciatrice » qui voit les opérateurs détourner à leur seul profit le travail gratuit et altruiste des internautes contributeurs.

58Si la construction des marchés, des industries, des publics fonctionne sur le travail éparpillé et intense des internautes qui mettent des contenus en ligne, font des liens, participent à des forums, interviennent pour faire des commentaires, la contribution — le conseil, l’évaluation et la recommandation — est souvent laissée au deuxième plan par rapport à la création et au partage de contenus collaboratifs. Elle a pourtant une indéniable (et croissante) importance et des effets structurants, qui alimentent de nouvelles reconfigurations industrielles.

59Ce que nous avons appelé l’« industrialisation » des contributions redéfinit à la fois les rôles de chaque acteur impliqué dans la production du discours, les produits ou les services proposés et les relations entre les deux. Par rapport à la littérature sur les contributions, mettre l’accent sur ces activités de valorisation nous permet de voir plusieurs points. D’abord, la césure entre contributions amateurs et professionnelles peut être réinterprétée au regard des formes de valorisation dont elles font l’objet ; le statut de l’auteur devient secondaire au regard de la manière dont son travail est repris et valorisé. Ensuite, on voit que la prescription devient le résultat d’une opération collective de traduction et de sommation qui exige à la fois des participations individuelles, des évaluations croisées et un mécanisme permettant d’en rendre compte ; s’y rajoutent éventuellement les visées stratégiques des acteurs qui formatent ce mécanisme en fonction de leurs besoins. Enfin, la valeur économique des contributions actives reste encore largement incertaine et indéfinissable tant sont encore instables et inachevés les dispositifs qui permettent de les exploiter, de les convertir en réponse aux questions posées par les producteurs de contenus. C’est d’ailleurs une chimère que de laisser croire aux acteurs que celui qui saura le mieux lire les contributions des internautes aura la clé du marché. Les internautes sont au travail, certes, mais cela ne veut pas dire qu’ils s’ajustent ni ne se soumettent aux attentes et aux besoins des opérateurs.

Top of page

Bibliography

ACQUISTI, Alessandro (2010), « The economics of personal data and the economics of privacy », Rapport, The Economics of Personal Data and Privacy: 30 years after the OECD Privacy Guidelines, décembre 2010.

ANDERSON, Michael et Jeremy MAGRUDER (2012), « Learning from the crowd: Regression discontinuity estimates of the effects of an online review database », The Economic Journal, 122(563) : 957-989.

AURAY, Nicolas et Fanny GEORGES (2012), « Les productions audiovisuelles de joueurs de jeux vidéo. Entre formation professionnelle et apprentissages autodidactes », Réseaux, 175(5) : 145-173.

BEAUDOUIN, Valérie (2011), « Prosumer », Communications, 1(88) : 131-139.

BEAUDOUIN, Valérie (2012), « Trajectoires et réseau des écrivains sur le Web. Construction de la notoriété et du marché », Réseaux, 175(5) : 107-144.

BEAUVISAGE, Thomas et al. (2013), « Notes et avis des consommateurs sur le web. Les marchés à l’épreuve de l’évaluation profane », Réseaux, 177(1) : 131-161.

BEAUVISAGE, Thomas, Jean-Samuel BEUSCART, Thomas COURONNE et Kevin MELLET (2011), « Le succès sur internet repose-t-il sur la contagion ? Une analyse de la littérature sur la viralité », Tracés, 21 : 151-166.

BELVAUX, Bertrand et Séverine MARTEAUX (2007), « Les recommandations d’internautes comme source d’information. Quel impact sur les entrées des films au cinéma ? », Recherche et Applications en Marketing, 22(3) : 65-82.

BENHAMOU, Françoise (2012), Économie du patrimoine culturel, Paris, La Découverte.

BENKLER, Yochai (2004), « Sharing nicely: On shareable goods and the emergence of sharing as a modality of economic production », The Yale Law Journal, 114(2) : 273-358.

BERQUIER-GHEROLD, Véronique (2000), « De l’infomédiaire au portail communautaire : restructuration des marchés et protection de la vie privée », dans Pierre TABATONI (dir.), La protection de la vie privée dans la société d’information, Paris, PUF, p. 60-69.

BEUSCART, Jean-Samuel et Kevin MELLET (2012), Promouvoir les œuvres culturelles. Usages et efficacité de la publicité dans les filières culturelles, Paris, DEPS/La Documentation Française.

BOIS, Géraldine, Émilie SAUNIER et Olivier VANHEE (2015), « La promotion des livres de littérature sur Internet. L’agencement du travail réputationnel des éditeurs et des blogueurs », Terrains & travaux, 1(26) : 63-81

BOULLIER, Dominique et Audrey LOHARD (2012), Opinion mining et sentiment analysis, Open Press Editions.

BOUREAU, Alain (1992), « L’adage vox populi, vox dei et l’invention de la nation anglaise (VIIIe- XIIe siècle) », Annales ESC, 4-5.

BOURGATTE, Mickaël (2011), « L’écran outil et le film objet : le cas de l’annotation sur Internet », MEI – Médiation et Information, 34 : 103-120.

BOWKER, Geoffrey C. (2014), « The theory/data thing », International Journal of Communication, 8 : 1795–1799.

BROUDOUX, Evelyne (2010), « L’exercice autoritatif du blogueur et le genre éditorial du microblogging de Tumblr », Itinéraires LTC, 2 : 23-32.

CALLON, Michel, Cécile MEADEL et Vololona RABEHARISOA (2002), « The economy of qualities », Economy and Society, 31(2) : 194-217.

CASILLI, Antonio (2010), Les liaisons numériques. Vers une nouvelle socialisation ?, Paris, Seuil.

CASILLI, Antonio (2013), « Risques et opportunités des transformations du travail à l’ère du numérique », intervention dans le cadre d’une journée d’étude DGT/DIRECCTE/FING, 12 mars 2013.

CHEVALIER, Judith et Dina MAYZLIN (2006), « The effect of word of mouth on sales: Online book reviews », Journal of Marketing Research, 43(3) : 9.

COLIN, Nicolas et Pierre COLLIN (2013), Rapport sur la fiscalité du secteur numérique, Ministère du redressement productif, janvier 2013.

CHRISTAKIS, Nicolas et James FOWLER (2011), Connected: The Surprising Power Of Our Social Networks and How They Shape Our Lives – How Your Friends' Friends' Friends Affect Everything You Feel, Think, and Do, Back Bay Books.

DANESCU-NICULESCU-MIZIL, Cristian, Gueorgi KOSSINETS, Jon KLEINBERG et Lillian LEE (2009), « How opinions are received by online communities: a case study on amazon.com helpfulness votes », Proceedings of the 18th International Conference on World Wide Web, Madrid, p. 141-150.

DAVID, Shay et Trevor PINCH (2008). « Six degrees of reputation: The use and abuse of online reviews and recommendation systems », dans Trevor PINCH et Jaclyn SWEDBERG (dir.), Living in A Material World: Economic Sociology Meets Science and Technology Studies, Cambridge, MIT Press, p. 341-373.

DOUPLITZKY, Karine (2009), « Le commerce du moi, modèle économique du profilage », Hermès, 1(53) : 113-117.

DUJARIER, Marie-Anne (2008), Le travail du consommateur, Paris, La Découverte.

FARCHY, Joëlle, Cécile MEADEL et Guillaume SIRE (2015), La gratuité, à quel prix ?, Paris, Presses des Mines.

FLICHY, Patrice (2001), L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte.

FRANCOIS, Sébastien (2012), « La migration des fanfictions sur Internet : aller... et retours ? » dans Greta KOMUR et Anne REACH-NGO (dir.), L’écrit à l’épreuve des médias, Paris, Classiques Garnier, p. 437-454.

GILLE, Laurent et Jacques-François MARCHANDISE (dir.) (2013), La dynamique d’internet. Prospective 2030, Rapport, Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

GOLDHABER, Michael H. (1997), « The attention economy and the Net », First Monday, 2(4). [En ligne]. http://firstmonday.org/article/view/519/440. Page consultée le 30 mai 2016.

GOODY, Jack (1979), La Raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, Paris, Editions de Minuit.

KARPIK, Lucien (1989), « L’économie de la qualité », Revue française de sociologie, 30(2) : 187-210.

KESSOUS, Emmanuel, Kevin MELLET et Mustapha ZOUINAR (2010), « L’économie de l’attention : entre protection des ressources cognitives et extraction de la valeur », Sociologie du travail, 52(3) : 359-373.

KOKKODIS, Marios (2012), « Learning from positive and unlabeled Amazon reviews: Towards identifying trustworthy reviewers », Proceedings, 21st International Conference Companion on WWW.

KOTRAS, Baptiste (2015), « Du bruit au signal. Agencements et savoirs locaux dans les tableaux de bord d’e-réputation », Terrains & travaux, 1(26) : 127-145.

LARCENEUX, Fabrice (2007), « Buzz et recommandations sur internet : quels effets sur le box office ? », Recherche et Applications en Marketing, 22(3) : 45-64.

LI, Chao, Daniel Yang LI, Gerome MIKLAU et Dan SUCIU (2013), « A theory of pricing private data », Proceedings of the 16th International Conference on Database Theory (ICDT’13), New York, ACM, p. 33-34.

LIU, Bing (2012), Sentiment Analysis and Opinion Mining, San Rafael, Morgan et Claypool Publishers.

LIU, Yong (2006), « Word-of-mouth for movies: Its dynamics and impact on box office revenue », Journal of Marketing, 70(3) : 74-89.

LUCA, Michael (2011), « Reviews, reputation and revenue: The case of Yelp.com », Harvard Business School Working Paper, 12-016. [En ligne]. http://www.hbs.edu/faculty/Pages/item.aspx?num=41233. Page consultée le 30 mai 2016.

MCKINSEY GLOBAL INSTITUTE (2011), Big Data: The Next Frontier for Innovation, Competition, and Productivity, Rapport, mai 2011. [En ligne]. www.mckinsey.com. Page consultée le 30 mai 2016.

MELLET, Kevin (2011), « Marketing en ligne », Communications, 1(88) : 103-111.

MISHNE, Gilad et Natalie GLANCE (2006), « Leave a reply: An analysis of weblog comments », 3rd Annual Workshop on the Weblogging Ecosystem: Aggregation, Analysis and Dynamics, Edinbourgh.

MOULIER-BOUTANG, Yann (2010), L’abeille et l’économiste, Paris, Carnets Nord.

PANIC (Collectif, 2011), Culture numérique – Regards sur les industries créatives, Paris, Le Manuscrit.

PASQUIER, Dominique, Valérie BEAUDOUIN et Tomas LEGON (2015), Moi, je lui donne 5/5. La critique amateur en ligne, Paris, Presses des mines.

PELTIER, Stéphanie et François MOREAU (2012), « Internet and the “Long tail versus superstar effect” debate: evidence from the French book market », Applied Economic Letters, 19(8) : 711-715.

PINCH, Trevor J. et Filip KESLER (2011), How Aunt Ammy Gets Her Free Lunch: A Study of the Top Thousand Customer Reviewers at Amazon.com, Rapport de recherché. [En ligne]. https://www.truthinadvertising.org/wp-content/uploads/2013/11/HowAuntAmmyGetsHerFreeLunch-FINAL.pdf. Page consultée le 30 mai 2016.

RALLET, Alain et Fabrice ROCHELANDET (2011), « La régulation des données personnelles face au web relationnel : une voie sans issue ? », Réseaux, 167(3) : 17-47.

RITZER, George, Paul DEAN and Nathan JURGENSON (2012), « The coming of age of the prosumer », American Behavioral Scientist, 56(4) : 379-98.

ROCHELANDET, Fabrice (2010), Economie des données personnelles et de la vie privée, Paris, La Découverte.

SCHOLZ, Trebor (2013), Digital Labor: The Internet as Playground and Factory, Londres, Routledge.

SHAY, David et Trevor J. PINCH (2006), « Six degrees of reputation: The use and abuse of online review and recommendation systems », First Monday, 11(3). [En ligne]. http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/1590/1505. Page consultée le 30 mai 2016.

SIMON, Herbert (1971), « Designing organizations for an information-rich world », dans Daniel M. GREENBERGER (dir.), Computers, Communication, and the Public Interest, Baltimore, MD, The Johns Hopkins Press. [En ligne]. http://digitalcollections.library.cmu.edu/awweb/awarchive?type=file&item=33748. Page consultée le 30 mai 2016.

TIERNEY, Stephanie (2008), « Creating communities in cyberspace: Pro-anorexia websites and social capital », Journal of Psychatric and Mental Health Nursing, 15(4) : 340-343.

Top of page

Notes

1 Entretien entre Kevin Mellet et Gilles Achache, SMC Talks - « Opinion mining : ces algorithmes qui décryptent nos conversations », 28 mars 2014.

2 Conditions d’utilisation de Trustpilot. [En ligne]. http://fr.legal.trustpilot.com/end-user-terms-and-conditions. Page consultée le 31 mai 2016.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1. Les badges de Gary
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/6793/img-1.png
File image/png, 358k
Top of page

References

Electronic reference

Cécile Méadel, Francesca Musiani and Joëlle Farchy, « Les alchimistes de la parole en ligne  », Communication [Online], vol. 34/1 | 2016, Online since 02 September 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://communication.revues.org/6793 ; DOI : 10.4000/communication.6793

Top of page

About the authors

Cécile Méadel

Cécile Méadel est professeure à l’Université Panthéon Assas Paris II, membre du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaires sur les médias (CARISM). Courriel : cecile.meadel@u-paris2.fr

Francesca Musiani

Francesca Musiani est chargée de recherche au CNRS, membre de l’Institut des sciences de la communication (ISCC). Courriel : francesca.musiani@cnrs.fr

Joëlle Farchy

Joëlle Farchy est professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre du Centre d’économie de la Sorbonne, Paris 1. Courriel : joelle.farchy@univ-paris1.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org