Navigation – Plan du site
Lectures

César BOLAÑO (2015), The Culture Industry, Information & Capitalism

traduit du portugais par John PENNEY, New York, Palgrave Macmillan
Vincent Bullich
Référence(s) :

César BOLAÑO (2015), The Culture Industry, Information & Capitalism, traduit du portugais par John PENNEY, New York, Palgrave Macmillan

Texte intégral

  • 1 Certains écrits sont devenus des références incontournables en économie politique de la communicati (...)
  • 2 Citons par exemple ceux de Jürgen Habermas (2002) et Nicholas Garnham (1986).
  • 3 Un chapitre entier est consacré à l’école de Grenoble, qui s’est structurée dans les années 1980 au (...)

1L’ouvrage de César Bolaño se veut avant tout l’amorce d’un dialogue, dialogue entre les courants de pensée et dialogue entre les perspectives nationales. Résolument cosmopolite, la démarche du chercheur brésilien vise au renouvellement de l’approche marxiste de l’économie politique de la communication. Pour ce faire, elle s’appuie, d’une part, sur des travaux « occidentaux », c’est-à-dire nord-américains1, européens2 et plus particulièrement français3, et, d’autre part, sur de nombreuses recherches qui illustrent « la vitalité de l’économie politique de la communication en Amérique latine » (comme le souligne Janet Wasco dans l’avant-propos du livre). On trouve ainsi dans l’ouvrage une diversité de points de vue, de méthodologies et de résultats que l’auteur s’efforce de conjuguer pour proposer ses propres modèles explicatifs. L’ampleur des références et du travail impressionne.

2Cependant, si la démarche confère une dimension très personnelle et originale au propos, il n’en demeure pas moins qu’elle ne parvient pas à convaincre pleinement, cela, sans doute, parce qu’elle reste, premièrement, foncièrement liée à son contexte de production (soit l’étude de la télévision au Brésil dans les années 1980, étude qui alimente de façon prépondérante l’ouvrage en données empiriques) et qu’elle apparaît, secondement, imprégnée de postulats théoriques contestables (en grande partie liés à la tradition marxiste bien que l’auteur se défende de toute « orthodoxie »).

  • 4 Afin d’exemplifier cette assertion, nous renvoyons à l’ouvrage récent d’Yves Jeanneret (2014), qui, (...)

3Comme indiqué en introduction, l’ouvrage est le fruit d’un long travail de maturation. Celui-ci est entamé à la fin des années 1980, puis se prolonge par des révisions périodiques durant les années 1990 et 2000, avant d’aboutir, en 2013, à la rédaction d’une version initialement publiée en espagnol et dont le présent livre est la traduction anglaise. L’époque de la production de l’ouvrage explique que l’on y croise un certain nombre d’auteurs désormais peu cités (Louis Althusser ou Jean Baudrillard par exemple pour ce qui est des travaux sur les industries culturelles), que de nombreux faits devenus centraux ne soient pas — ou peu — traités et, surtout, que l’on y trouve une manière d’aborder les phénomènes communicationnels par le prisme de concepts très majoritairement issus des sciences économiques (et peu par l’usage de concepts endogènes) et d’une théorie sociale répondant au paradigme exclusif de la domination. On peut regretter ce positionnement, a fortiori parce que Bolaño caractérise la discipline de la communication comme la « science of mediation » (p. xvi), sans toutefois envisager les conséquences méthodologiques et théoriques d’une telle définition. En effet, une analyse fine des médiations aurait sans doute permis de mieux mettre en lumière la multiplicité des sources et des formes de pouvoir ainsi que la plurivocité des rationalités à l’œuvre dans les phénomènes communicationnels4. À l’inverse, la thèse présentée pâtit de son caractère monolithique.

4L’« industrie culturelle », nous affirme l’auteur, répond à une nécessité fonctionnelle du capitalisme. Il s’agit, pour un ensemble d’acteurs dont les pratiques font système, de produire des discours à même, pour une part, de légitimer le pouvoir étatique (logique de la « propagande ») et, pour une autre part, de motiver la participation des individus à la production comme à la consommation (logique de la « publicité »). Dans les deux cas, l’« industrie culturelle » concourt à la reproduction du régime économique ainsi que des rapports sociaux que ce régime détermine (suivant la dialectique marxienne infrastructure/superstructure). Cependant, ces deux logiques sont potentiellement productrices de contradictions. En effet, les comportements attendus des individus par « les appareils d’État » et donc promus par les discours de « propagande » ne s’accordent pas systématiquement avec les comportements promus par les discours publicitaires. Le système doit ainsi en permanence atténuer la tension produite par une visée d’unification, d’homogénéisation des individus voulue par l’État et une visée de différenciation, de singularisation que promeuvent les discours publicitaires.

5L’influence de la théorie économique de la régulation (la production de crises et leur dépassement comme mode d’évolution du capitalisme) est ici explicite, et la référence à l’ouvrage de Daniel Bell Les contradictions culturelles du capitalisme vient également immédiatement à l’esprit du lecteur (bien que l’auteur ne soit pas cité). Ainsi la prégnance de la théorie critique compose-t-elle avec de très nombreuses autres références qui viennent nourrir la démonstration. Reste que le propos ne manque pas de soulever nombre d’interrogations.

  • 5 Ces travaux, en grande partie francophones (France et Québec principalement), sont regroupés par ce (...)
  • 6 Par exemple les oppositions idéelles aisément reconnaissables dans le cadre d’une comparaison des d (...)

6La principale réserve concerne à la fois l’idée d’« industrie culturelle » comme entité systémique et le fonctionnalisme que manifeste la thèse. En effet, de multiples travaux5 ont tout d’abord montré, depuis bientôt une quarantaine d’années, que les stratégies et enjeux des industriels de la culture répondent à une pluralité de logiques propres. Pour cette raison, il faut considérer que ces acteurs peuvent manifester des intérêts tout à fait antagonistes en fonction des filières au sein desquelles ils évoluent, en fonction de leurs positions au sein de ces filières et au sein du procès de production et en fonction d’une multitude de considérations extra-économiques6. L’unité des éléments et des stratégies de l’« industrie culturelle » apparaît donc comme un premier postulat tout à fait contestable, objection qui avait d’ailleurs justifié le passage du syntagme du singulier dans la thèse de Theodor W. Adorno et Max Horkheimer au pluriel dans les travaux ultérieurs (Huet, 1978). Ensuite, la dimension fonctionnelle est contredite par les études de terrain qui pointent, au contraire, les difficultés liées à la marchandisation de la culture. S’il est indéniable que ce mouvement ne fait que s’amplifier, il apparaît éminemment réducteur de conclure à une subordination totale du symbolique et de ses médiations au mode de production économique (et à son avatar politique qu’est l’État-nation). Il existe, au contraire, de nombreuses formes de résistances aux exigences bureaucratiques et à la rationalité qu’impose l’industrialisation de la culture. Enfin, on ne saurait se satisfaire d’une perspective qui rappelle, probablement à l’insu de l’auteur, la théorie de « la seringue hypodermique ». Si résistances il y a, celles-ci se trouvent tant dans la production industrielle que dans la réception des « textes » (lato sensu) ainsi produits. La volonté de Bolaño de placer l’économie politique au cœur des sciences de la communication lui a sans doute fait perdre de vue un vaste ensemble de travaux qui, précisément, insistent sur ces phénomènes de résistances dans une approche plus micro-analytique et plus transversale.

7En fin de compte, cette perspective fonctionnaliste limite la portée du projet de renouvellement de l’approche marxiste de la communication. La nouvelle génération de chercheurs se réclamant du marxisme (dont le héraut actuel est probablement Christian Fuchs [2016]) a, suivant ce même projet, une démarche moins ambitieuse, plus partielle mais plus opératoire. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage de Bolaño nous interpelle judicieusement sur la nécessité de penser les articulations entre les « textes » industriellement produits et le fonctionnement du système économique dans son ensemble ; en outre, il présente, fait rare, un pan entier de travaux en provenance d’Amérique latine et souvent méconnus par les chercheurs nord-américains et européens. À ce double titre, ce livre apparaît comme un témoignage précieux.

Haut de page

Bibliographie

BELL, Daniel (1979), Les contradictions culturelles du capitalisme, Paris, Presses universitaires de France.

FUCHS, Christian (2016), Reading Marx in the Information Age: A Media and Communication Studies Perspective on Capital Volume 1, New York, Routledge.

GARNHAM, Nicholas (1986), « Contribution to a political economy of mass-communication » dans Richard COLLINS et al., Media Culture and Society. A Critical Reader, Londres, Sage Publications, p. 9-32.

HABERMAS, Jürgen (2002), Théorie de l’agir communicationnel, deux tomes, Paris, Fayard.

HUET, Armel et al. (1978), Capitalisme et industries culturelles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

JEANNERET, Yves (2014), Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Éditions Non Standard.

MIÈGE, Bernard (dir.) (2012), « La théorie des industries culturelles (et informationnelles), composante des SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 1.

MOSCO, Vincent (1996), Political Economy of Communication: Rethinking and Renewal, Londres, Sage Publications.

SMYTHE, Dallas (1977), « Communications: Blindspot of Western marxism », Canadian Journal of Political and Society Theory, 1(3) 1-28.

Haut de page

Notes

1 Certains écrits sont devenus des références incontournables en économie politique de la communication ; citons par exemple ceux de Dallas Smythe (1977) et Vincent Mosco (1996).

2 Citons par exemple ceux de Jürgen Habermas (2002) et Nicholas Garnham (1986).

3 Un chapitre entier est consacré à l’école de Grenoble, qui s’est structurée dans les années 1980 autour de Bernard Miège et Jean-Michel Salaün.

4 Afin d’exemplifier cette assertion, nous renvoyons à l’ouvrage récent d’Yves Jeanneret (2014), qui, précisément, met en évidence les relations complexes, ambiguës qui unissent « médiations » et « pouvoir ».

5 Ces travaux, en grande partie francophones (France et Québec principalement), sont regroupés par certains chercheurs sous l’appellation « théorie des industries culturelles ». Voir à ce sujet Miège (2012).

6 Par exemple les oppositions idéelles aisément reconnaissables dans le cadre d’une comparaison des discours produits par les professionnels des « majors » et ceux produits par les « indépendants » dans les filières du livre, du cinéma ou de la musique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Bullich, « César BOLAÑO (2015), The Culture Industry, Information & Capitalism », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6815

Haut de page

Auteur

Vincent Bullich

Vincent Bullich est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et membre du Labsic, de l’Université Paris-Nord 13. Courriel : vincent.bullich@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org