Navigation – Plan du site
Lectures

Samra BONVOISIN, Claude FOREST et Hélène VALMARY (dir.) (2015) Figures des salles obscures. Des exploitants racontent leur siècle de cinéma

Paris, Nouveau Monde, Coll. « Cinéma »
Geneviève Sellier
Référence(s) :

Samra BONVOISIN, Claude FOREST et Hélène VALMARY (dir.) (2015), Figures des salles obscures. Des exploitants racontent leur siècle de cinéma, Paris, Nouveau Monde, Coll. « Cinéma »

Texte intégral

1Figures des salles obscures est un ouvrage d’entretiens issu de quatre années d’échanges et de rencontres autour d’un programme de recherche sur les salles de cinéma et leurs exploitants en France (1945-2015). L’entreprise a bénéficié du soutien de la Fédération nationale des cinémas français.

2Claude Forest est le spécialiste en France de cette branche de l’histoire économique des salles de cinéma, sujet sur lequel il a publié de nombreux ouvrages généraux et monographiques depuis une vingtaine d’années (2010, 2013 et 2015) ; il est ici associé à deux jeunes chercheuses également spécialistes du domaine.

3Il s’agit d’une vaste enquête sous la forme de 16 longs entretiens précédés chaque fois d’une présentation et d’une biographie, des personnalités les plus diverses et les plus notables de l’exploitation en France, souvent depuis les années 1950 ; certains exploitants ont une activité dans le secteur qui remonte encore plus loin, personnellement ou à travers leurs ascendants ; d’autres ont ou ont eu également une activité de distributeur ou même de producteur. Ces personnes sont représentatives de toutes les formes d’exploitation, de la plus artisanale à la plus capitalistique.

4Cette diversité est typique de l’exploitation en France, qui est caractérisée non seulement par son dynamisme par rapport aux autres pays européens, mais aussi par sa diversité économique et par une histoire mouvementée, que ces entretiens permettent d’appréhender.

5L’intérêt de ces entretiens est de mettre l’accent sur l’importance de l’engagement personnel dans ce métier pas comme les autres, qui suppose à la fois un esprit d’entreprise particulièrement développé et un amour du cinéma souvent déterminant dans les choix stratégiques et dans l’acceptation de contraintes professionnelles particulièrement lourdes : ce n’est sans doute pas un hasard si ces hommes et ces femmes sont souvent des « enfants de la salle », et si les carrières se confondent souvent avec la vie des couples, pour le meilleur et pour le pire !

6L’autre caractéristique qui se dégage est la diversité économique de ce milieu, depuis les petits artisans jusqu’aux grands capitalistes. Les entretiens permettent de comprendre les contradictions de la politique publique concernant l’exploitation, entre les tentatives de réguler les logiques purement mercantiles et le soutien à la formation de groupes aptes à faire face à la concurrence internationale.

7On sait en effet que depuis les années 1950, la France a progressivement mis en place des mécanismes d’aide et de régulation tant à la production qu’à la distribution et à l’exploitation, à partir d’une taxe d’abord perçue sur les billets d’entrée, puis sur le chiffre d’affaires des télévisions publiques et privées, enfin sur toutes les industries du secteur. C’est le Centre national du cinéma qui perçoit et redistribue ce pactole, par l’intermédiaire de commissions paritaires où sont représentés tous les secteurs de cette industrie.

8Mais cet ouvrage s’intéresse à des parcours de vie plutôt qu’au fonctionnement général du secteur de l’exploitation : c’est à la fois sa richesse et sa limite.

9En effet, pour un lecteur ou une lectrice non initiée à l’histoire de l’exploitation en France, il est quelquefois ardu de comprendre les raisons des difficultés cycliques, y compris jusqu’au dépôt de bilan, qu’ont connu beaucoup de ces exploitants depuis les années 1950. On sait que le paysage de l’exploitation en France a été bouleversé à plusieurs reprises depuis plus d’un demi-siècle, entre les transformations des pratiques spectatorielles, les innovations technologiques, les concentrations capitalistiques et les changements législatifs. Cela aurait peut-être mérité une courte introduction historique, d’autant plus que l’inflation réglementaire qui caractérise la France, mais aussi son dynamisme associatif s’expriment au moyen de multiples sigles, qui auraient sans doute exigé un glossaire.

10Malgré ce manque, la lecture de l’ouvrage reste passionnante tant la personnalité des protagonistes est forte et leur passion cinéphilique attachante. Qu’il s’agisse de la doyenne de l’exploitation, Jeanine Colin, à la tête d’un réseau de salles depuis sept décennies, des fondateurs ou acteurs de grands groupes historiques, comme Denis Château pour Gaumont et Pathé, Serge Siritzky pour Parafrance, Marin Karmitz pour MK2, de responsables de la grande exploitation de province, souvent impliqués dans l’aventure de multiplexes, de représentants de la petite exploitation quelquefois engagés depuis plusieurs générations, de la nouvelle génération souvent issue des mêmes familles, ou des exploitants qui ont consacré une grande part de leur énergie à la défense des intérêts collectifs, ces parcours de vie dessinent la richesse, la diversité et le dynamisme de l’exploitation du cinéma en France.

Haut de page

Bibliographie

FOREST, Claude et Hélène VALMARY (2015), La vie des salles de cinéma, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, Coll. « Théorème ».

FOREST, Claude (2013), L’industrie du cinéma en France. De la pellicule aux pixels, Paris, La Documentation française.

FOREST, Claude et Giusy PISANO (2010), Quel film voir ? Pour une socioéconomie de la demande, Paris, Presses universitaires du Septentrion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Sellier, « Samra BONVOISIN, Claude FOREST et Hélène VALMARY (dir.) (2015) Figures des salles obscures. Des exploitants racontent leur siècle de cinéma », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6821

Haut de page

Auteur

Geneviève Sellier

Geneviève Sellier est Professeure en études cinématographiques et appartient à l’Équipe d’accueil CLARE (Cultures, Littératures, Arts, Représentations, Esthétiques), Université Bordeaux Montaigne. Courriel : sellier.g@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org