Navigation – Plan du site
Lectures

François-Emmanuël BOUCHER, Sylvain DAVID et Maxime PRÉVOST (dir.) (2014), L’invention de la rock star. Les Rolling Stones dans l’imaginaire social

Québec, Presses de l’Université Laval
Nuné Nikoghosyan
Référence(s) :

François-Emmanuël BOUCHER, Sylvain DAVID et Maxime PRÉVOST (dir.) (2014), L’invention de la rock star. Les Rolling Stones dans l’imaginaire social, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Le présent ouvrage collectif aborde en 10 chapitres diverses thématiques pour décortiquer les « mythographes et mythologues » (p. 5) que sont les Rolling Stones : les discours, les mythes, l’image, la musique, les paradoxes et bien plus. Les rock stars ont le pouvoir d’influencer des styles de vie et des pensées, surtout des jeunes, mais incarnent elles-mêmes des figures mythiques et des images bien construites. L’ouvrage offre un aperçu de ce qui se trouve derrière la figure de la rock star ou, autrement dit, la construction de cette figure.

2L’ouvrage est dirigé par trois professeurs d’études françaises, de sociocritique des textes et de l’analyse du discours social contemporain. Notons que les auteurs ayant contribué à l’ouvrage sont également des spécialistes d’études littéraires, surtout canadiens.

3Analyser les mythes incarnés par les Rolling Stones dans l’imaginaire social et littéraire implique aussi de déconstruire ce qu’est une rock star plus généralement. La méthodologie privilégiée des auteurs est l’analyse de discours et la comparaison : des paroles, des discours publics, des autobiographies. Ainsi voyons-nous analysées des similarités et des différences entre les Rolling Stones et les Beatles (Jean-François Chassey, chapitre 1) ; des groupes punk comme les Clash, les Sex Pistols et les Ramones (Sylvain David, chapitre 2) ; des groupes de hard rock comme Aerosmith, Mötley Crüe et Guns N’Roses (Hélène Laurin, chapitre 7) ; ou encore la musique blues de Muddy Waters et Bo Diddley (Jérémy Chateau, chapitre 3).

4Comparant les Rolling Stones aux Beatles, par exemple, Chassey analyse des mythes toujours véhiculés dans les discours : les Beatles comme de bons auteurs-compositeurs, « naïfs et gentils », contre les Stones à l’image rebelle, mais qui sont musicalement de « simples copieurs » (p. 53-55). L’auteur insiste sur le fait que ces groupes sont plus complémentaires que concurrents, soulignant « à quel point cette opposition est artificielle » (p. 49). Jean-Louis Vaxelaire (chapitre 4), lui, explore en détail le mysticisme créé par les références au satanisme dans les paroles des Stones. Les membres n’ayant jamais admis une telle croyance, ces renvois occasionnels ont bien alimenté les mythes autour du groupe. Le grand flou et l’ambiguïté qui entourent les paroles des Stones sont encore une autre source de mythes (Mawy Bouchard, chapitre 5), car non seulement Mick Jagger prononce mal les mots (intentionnellement !), mais aussi le groupe n’a jamais publié ses paroles.

5Se penchant sur le cinéma, François-Emmanuël Boucher (chapitre 6) analyse le film One + One (1968) de Jean-Luc Godard, qui mythifie et présente les Stones comme « l’incarnation même de cette métamorphose [des années 1960] » (p. 198). À son tour, Olivier Parenteau (chapitre 9) décortique une histoire qui, entre mythe et réalité, associe les Stones au déclin des années 1960 à la suite de la tragédie meurtrière survenue lors de leur concert à Altamont, en Californie (1969). Maxime Prévost (chapitre 10), lui, étudie les représentations des Stones dans l’œuvre du romancier contemporain Ian Rankin, dont le personnage policier John Rebus s’inspire et se rapproche de ce groupe, dans un contexte social situé des décennies après sa gloire — on voit « les Stones après les Stones » se mythifier (p. 277).

6Laurin (chapitre 7) se tourne plus spécifiquement vers la figure légendaire du guitariste Keith Richards pour montrer comment les mythes se construisent à la fois quand le rocker se sort de situations difficiles — d’affrontement avec la police par exemple — et quand, au contraire, il se trouve puni par des amendes ou menacé par la prison. L’auteure explique : « L’air d’invincibilité et les privilèges accordés aux célébrités entrent également en jeu pour la circulation et le maintien de ce type de rébellion » (p. 222). Pierre-Olivier Bouchard (chapitre 8) montre, à son tour, comment « Richards établit un rapprochement idéologique entre pirates et musiciens de rock » (p. 229). N’oublions pas que dans l’imaginaire social, le pirate est « hors-la-loi : souvent dépeint comme féroce, il refuse ordinairement de reconnaître l’autorité et prône un mode de vie alternatif, clandestin, caractérisé par des pratiques illicites » (p. 228).

7Une énigme s’impose : des pirates hors-la-loi et clandestins qui bénéficient d’une célébrité et d’une richesse aussi remarquables ? En effet, tout au long de l’ouvrage, nous voyons des analyses des paradoxes qui entourent les Stones. Ayant commencé comme de « bons garçons » — habillés en veston-cravate, immobiles sur scène, jouant des morceaux « sérieux » de blues (p. 12) —, les Stones deviennent peu à peu de « petits délinquants », de « mauvais garçons », puis un « vecteur de changement » et des « représentants d’une contre-culture émergente » (p. 20-21). Selon David (chapitre 2), les Stones ont ensuite voulu « reprendre — et exacerber — leur rôle face aux “encore plus méchants“ punks » (p. 67), mais les paroles des chansons proclamées punk d’un Mick Jagger ayant étudié à la prestigieuse London School of Economics laissent entendre plus « la réussite, le pouvoir et le succès » (p. 73) qu’un personnage « méchant » de l’ethos punk. Selon l’auteur, ces paroles sont « antithétiques à la démarche punk que le groupe tente pourtant de singer » (p. 75).

8Par ailleurs, comment un public féminin aussi grand aimerait un groupe qualifié, à l’époque et aujourd’hui, de misogyne et de machiste en raison ses paroles ? Bouchard (chapitre 5) trouve la réponse dans l’usage du vocabulaire du rock (notamment « baby ») pour progressivement renverser les rôles genrés d’une société patriarcale. Ainsi, le scénario où la femme est le « bébé » d’un chanteur homme cède la place petit à petit, surtout dans les paroles des Stones, à la « situation où le chanteur est lui-même le “baby” d’une fille qui joue à la maman » (p. 158). L’auteure explique :

Les Rolling Stones ont développé, autant qu’ils le pouvaient, le personnage de la femme fatale, plutôt noire que blanche, plutôt forte que faible, et, en tout état de cause, toujours sexuellement motivée. […] [Ils] parviennent à transformer le personnage féminin anciennement passif en mangeuse d’hommes, dans un contexte social et culturel où l’on évoque alors, dans les chansons d’autres Anglais, plus mignons, des filles qui attendent sagement qu’on les invite à danser […] (p. 161).

9L’ouvrage offre bien plus que tout ce dont nous pouvons rendre compte ici et, dans son style léger, peut s’adresser à toute personne qui souhaite mieux connaître la culture populaire. Je regrette seulement de ne pas avoir vu également de contributions de spécialistes des sciences sociales dans un ouvrage qui étudie l’imaginaire social — un concept particulier — qui auraient pu apporter plus de profondeur à certaines des thématiques traitées. Par ailleurs, on remarque parfois un excès d’usage de l’autobiographie de Keith Richards comme source presque principale de matériel d’analyse. Mais, au fond, nous nous retrouvons devant des analyses très enrichissantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nuné Nikoghosyan, « François-Emmanuël BOUCHER, Sylvain DAVID et Maxime PRÉVOST (dir.) (2014), L’invention de la rock star. Les Rolling Stones dans l’imaginaire social », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6825

Haut de page

Auteur

Nuné Nikoghosyan

Nuné Nikoghosyan est doctorante à l’Institut de recherches sociologiques (IRS), Université de Genève. Courriel : nune.nikoghosyan@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org