Navigation – Plan du site
Lectures

Hélène BOURDELOIE et David DOUYÈRE (2014), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés

Paris, Éditions Mare et Martin
Olivier Le Deuff
Référence(s) :

Hélène BOURDELOIE et David DOUYÈRE (2014), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Éditions Mare et Martin

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Hélène Bourdeloie et David Douyère tente de proposer quelques pistes opportunes et concrètes sur le plan méthodologique pour les chercheurs en sciences de l’information et de la communication. Né à la suite d’un séminaire qui a placé les questions de méthodes et de méthodologie au centre, Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés a pour objectif de livrer des outils qui pourraient servir à d’autres.

2L’ouvrage intéressera donc autant les chercheurs novices que les plus aguerris, notamment s’ils cherchent à repérer des pistes méthodologiques opportunes et à se positionner en tant que chercheur.

3Impossible pour nous de résumer l’ensemble des contributions, et le lecteur saura piocher à l’envi dans l’article qui correspond le mieux à ses besoins. L’entretien avec Fabien Granjon est en ce sens captivant, car il constitue un témoignage d’un chercheur ayant connu différents postes et profils d’emploi qui ont participé à sa construction personnelle. Par conséquent, les anecdotes livrées s’avèrent très intéressantes sur le plan méthodologique et stratégique. On retiendra particulièrement de cet entretien l’importance de la dimension interdisciplinaire présente dans les sciences de l’information et de la communication et qu’il est préférable de ne pas chercher à vouloir restreindre son épistémologie dans l’absolu. Toutefois, on se demande parfois si l’auteur n’a pas déjà préféré s’inscrire dans une démarche principalement sociologique.

4Maxime Cervulle et Nathalie Quemener s’attaquent aux sujets sensibles des questions de genre et de race. Si la question du genre a émergé lentement et difficilement dans les sciences de l’information et de la communication, les études autour du racisme sont bien moindres, entre autres en raison d’une question conceptuelle autour du mot race, notamment. La piste des études ethnoraciales pourrait être féconde, mais la question des données sensibles et personnelles constitue toujours un frein. Il reste toutefois à poursuivre les travaux autour de l’intersectionnalité qui permet d’étudier des aspects genrés et techniques, mais également une complexité qui va au-delà de l’analyse des minorités.

5On lira avec intérêt le chapitre 3 sur la topologie des réseaux et la façon de mieux cerner les différents sites Web avec l’influence des sciences de la nature. Le chapitre 4 est également intéressant : on y relate comment finissent parfois par disparaître dans l’écriture scientifique les rencontres préalables aux réalisations des enquêtes de terrain et notamment l’information sur le rôle essentiel des informateurs que peuvent être des collègues, des bibliothécaires ou tout autre spécialiste joint dans le cadre d’un projet.

6Le chapitre 5 propose une explication de l’ethnométhodologie telle qu’elle s’est développée à l’école de Montréal. Ce texte offre des perspectives sur l’utilisation des enquêtes et donne des solutions concernant la façon de retranscrire et d’analyser les conversations.

7Les chapitres consacrés au numérique mettent en avant des spécificités et le besoin de renouveler les méthodes de collecte de données. Interrogeant le rôle-clé de la machine et des outils, les différents auteurs proposent diverses méthodologies de travail, mais aussi des cadres théoriques et stratégiques bien utiles pour quiconque voudrait se lancer dans l’étude des champs influencés par le numérique. Cette partie est d’ailleurs la plus riche sur le plan bibliographique dans la mesure où l’on y rencontre le plus grand nombre de références issues du champ des sciences de l’information et de la communication. Le jeune chercheur et le doctorant auront tout intérêt à y puiser quelques éléments pour la réalisation de leurs propres recherches.

8L’ouvrage est parfois de qualité inégale et l’ensemble ne forme pas nécessairement un tout cohérent, mais c’est aussi l’objectif de ne pas constituer à proprement dit un discours de la méthode, mais plutôt des regards croisés. On pourra déplorer que la partie informationnelle et documentaire est faible ou quasi absente, tant le rapport privilégie surtout les aspects communicationnels et peu finalement la relation avec le document. Les humanités numériques sont également peu présentes, ce qui est dommage, mais il est vrai qu’il faudrait un second tome pour couvrir tous les aspects méthodologiques qui traversent la discipline des sciences de l’information et de la communication.

9On conseillera donc d’utiliser l’ouvrage quand le besoin s’en fera ressentir en consultant tel ou tel chapitre pour mieux éclairer une problématique de recherche personnelle. L’initiative mériterait d’être poursuivie sous d’autres formes, tant il convient de former à la recherche de façon plus précoce et de donner des clés aux chercheurs face à la complexité des objets d’études abordés par les sciences de l’information et de la communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Le Deuff, « Hélène BOURDELOIE et David DOUYÈRE (2014), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6830

Haut de page

Auteur

Olivier Le Deuff

Olivier Le Deuff est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication ; il est rattaché au Laboratoire Médiation, Information, Communication, Art (Mica), Université de Bordeaux Montaigne. Courriel : oledeuff@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org