Navigation – Plan du site
Lectures

Jérôme BOURDON (2014), Histoire de la télévision sous de Gaulle

Paris, Presses des Mines, nouvelle édition augmentée
Emmanuel Derieux
Référence(s) :

Jérôme BOURDON (2014), Histoire de la télévision sous de Gaulle, Paris, Presses des Mines, nouvelle édition augmentée

Texte intégral

1La présence du général de Gaulle à la tête de la République française, de mai 1958 à avril 1969, constitue une période importante de l’histoire de la télévision, encore naissante, en France. Ne niant pas la réalité des interventions politiques sur le secteur, qu’il décrit d’ailleurs abondamment, l’auteur semble cependant vouloir souligner, sinon parvenir à démontrer, de manière surprenante et assurément à contre-courant des idées reçues, que cette influence aurait été assez limitée, sinon illusoire, face à la puissance des différents groupes professionnels internes (réalisateurs, producteurs, ingénieurs, journalistes…), à leur constitution en divers syndicats et à l’autorité de quelques personnalités marquantes. Selon lui, en dépit des modifications des statuts de l’entreprise, alors en situation de monopole,

la volonté des hommes politiques et du Parlement a été impuissante à faire fonctionner une institution qui reposait d’abord sur des pratiques professionnelles. C’est dès la fondation de la télévision, avant la période [considérée], que le désintérêt initial de la classe politique, et surtout l’inadaptation du cadre juridique, ont conduit les professionnels à mettre en place des mécanismes de régulation qui ont fonctionné, tant bien que mal (p. 31).

2On aurait ainsi laissé s’installer, à la télévision, des castes contre lesquelles les dirigeants politiques n’auraient pas pu faire grand-chose et qui, de fait, auraient largement été les maîtresses du jeu.

3L’auteur reconnaît cependant au général de Gaulle sa « conception claire de ce que doit être la télévision, c’est-à-dire, d’abord, un outil national, un “instrument magnifique de soutien de l’esprit public”, avant d’être une source de profit ou de divertissement », même si l’on eut « de plus en plus de mal à s’entendre sur les notions de service public et de monopole » ; il lui reconnaît également sa compréhension, avant les autres, du « rôle politique de l’instrument télévision » (p. 32-33) dont lui-même sut se servir, à l’appui de son action politique, avec talent.

4L’évolution des techniques, tant de production que de diffusion, des taux d’équipement de la population française en postes récepteurs, de l’attente des téléspectateurs vers davantage de divertissement… est retracée. Le débat sur le mode de financement, l’ouverture progressive (à partir de l’automne de 1968, mais le projet en est bien antérieur) à la publicité et l’éventualité de l’abandon même du monopole de la programmation (qui sera bien plus tardif, par la loi du 29 juillet 1982, sous la présidence de François Mitterrand, l’opposant au général de Gaulle), après celui de la production, sont relatés. Ce récit historique est fait essentiellement de témoignages, plus ou moins fiables ou orientés, des acteurs (politiques et professionnels), de relevés de mémoires et documents divers et obtenus aussi d’entretiens que l’auteur a eus avec les intéressés.

5Après un chapitre consacré à un rapide survol des différents statuts (1959, 1964), de leurs décrets d’application et des premières réformes qui suivront, c’est essentiellement aux différentes « catégories de personnel » que l’auteur s’intéresse : dirigeants, principalement issus de la classe politique et, dans les premières années au moins, reconnus pour leur fidélité à la personne du général de Gaulle, même si des divergences sinon des désaccords ont pu apparaître par la suite ; journalistes, dont nombre d’entre eux seront sanctionnés pour leur participation à la longue grève de l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) de mai 1968 ; réalisateurs, dont certains prétendaient « incarner à eux seuls les idéaux de service public » (p. 143) ; producteurs ; responsables des programmes ; ingénieurs…

6Sous la pression, dont on commence à se préoccuper, du fait notamment de l’ouverture au financement par la publicité, de l’audience, et contrairement à l’idéal de service public et à l’idée du rôle éducatif officiellement assigné, à l’origine, à la télévision, « jeux, variétés, feuilletons » occupent une place de plus en plus grande. Les coproductions cinéma et télévision vont dans le même sens, préparant les statuts à venir.

7Dans deux ultimes chapitres, l’auteur relate « l’avant-mai : fragilité politique et force professionnelle (octobre 1967-avril 1968) » et « la crise et après, menaces et promesses (mai 1968-octobre 1969) » qui marquent la fin de la présidence gaullienne.

8La conclusion fait état des contradictions de la période :

L’état de sujétion politique de la télévision tenait peut-être moins, dans ces années 1960, à l’idéologie du parti au pouvoir qu’à l’effet quasi-mécanique d’un rapport de forces défavorable entre les politiques et les professionnels, qu’à l’état d’un système où les hommes politiques avaient une foi aveugle en la télévision autant qu’ils se méfiaient des journalistes. […] Avec tous leurs préjugés, les acteurs politiques sont imprégnés de cette notion de responsabilité absolue de la puissance publique — mal dissociée du parti au pouvoir — en matière de télévision (p. 316).

Pendant la période gaullienne s’amorce pourtant un glissement vers une autre télévision, de statut public, mais plus proche des préoccupations commerciales, qui traite le téléspectateur en consommateur dont la satisfaction est mesurée par des sondages, qui n’hésite pas à mettre ses chaînes en concurrence, et qui confie une plus grande part de ses programmes au secteur privé (p. 319).

9À l’image de ce qui s’était déjà produit ou de ce qui se produirait parallèlement dans d’autres pays, l’évolution de la télévision se poursuivra, en France, dans les périodes suivantes et pas toujours en cohérence avec l’idéal politique dont ont pu se réclamer des majorités politiques différentes.

10Cette réédition est enrichie d’un « avant-propos », relatif à « 25 ans d’historiographie de la télévision », évoquant « l’heure des archives, la fin des manichéismes ». En est-il pleinement profité et tenu compte ? Les hypothèses et les analyses de la première édition (1990), issues d’une thèse soutenue en 1988, s’en trouvent-elles toujours et pleinement confirmées et confortées ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Derieux, « Jérôme BOURDON (2014), Histoire de la télévision sous de Gaulle », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 23 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6834

Haut de page

Auteur

Emmanuel Derieux

Emmanuel Derieux est professeur à l’Université Panthéon-Assas. Courriel : emmanuel.derieux@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org