Navigation – Plan du site
Lectures

Cyril-Mickaël CALLEJON (2014), Space opera. 40 ans de science-fiction à la télévision

Paris, L’Harmattan
Vindicien V. Kajabika
Référence(s) :

Cyril-Mickaël CALLEJON (2014), Space opera. 40 ans de science-fiction à la télévision, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

  • 1 Se dit d’une œuvre littéraire, artistique ou cinématographique où dominent l’irrationnel et le surn (...)
  • 2 Genre littéraire qui mêle, dans une atmosphère d’épopée, les mythes, les légendes et les thèmes du (...)
  • 3 Fiction littéraire dans laquelle l’auteur imagine ce qui aurait pu se passer si tel événement histo (...)

1Se distinguant du fantastique1, qui inclut une dimension de l’inexplicable, et de la fantasy2, qui fait souvent intervenir la magie, la science-fiction est un genre narratif principalement littéraire et cinématographique qui s’articule autour des hypothèses de ce que pourrait être le futur ou de ce qu’aurait pu être le présent, voire le passé, un peu comme lorsque l’on scrute les planètes éloignées, les mondes parallèles ou l’uchronie3, entre autres, en partant notamment des connaissances actuelles qui peuvent être scientifiques, ethnologiques ou technologies (Bozetto, 2007).

  • 4 Star Trek est un univers de science-fiction créé par Gene Roddenberry dans les années 1960. Sa onzi (...)
  • 5 À l’origine nommée sous son titre français, La guerre des étoiles est un univers de science-fiction (...)

2Le space opera ou opéra de l’espace, en traduction littérale, est un sous-genre de la science-fiction caractérisé par des histoires d’aventures épiques ou dramatiques se déroulant dans un cadre géopolitique complexe. Suivant les œuvres, le space opera rime avec une exploration spatiale à grande échelle, guerres intergalactiques ou rigueur scientifique notamment. Apparu officiellement au début des années 1940 dans l’espace culturel contemporain, il devient très populaire à partir des années 1960 et 1970, avec notamment Star Trek4 et Star Wars5.

3C’est pour rendre compte de la plupart des thèmes de la science-fiction diffusée à la télévision ces 40 dernières années, en y intégrant l’évolution de grands classiques de ce paysage tels que Battlestar Galactica, Doctor Who et bien d’autres, que Cyril-Mickaël Callejon, créateur de contenu, musique, scénarios, chroniques, publie son ouvrage préfacé par Yvan West Laurence.

4Explorateur prolifique des médias, des cultures de l’imaginaire et grand passionné de l’histoire du média télévisuel et de la science-fiction en tant que mouvement culturel, Callejon analyse et décrypte des tendances qui deviendront, d’après lui, nos références.

  • 6 Android, prononcé Androïd, est un système d’exploitation mobile pour téléphones intelligents, table (...)

5Dans cet ouvrage, Callejon répond aux questions que tous les observateurs et spectateurs de science-fiction se sont probablement déjà posées, à savoir si le système Androïd6 avait le même traitement dans les années 1970 que dans la nouvelle œuvre de Ronald Moore, qui se traduit par la série réinventée Battlestar Galactica, ayant débuté en octobre 2004 au Royaume-Uni et en 2005 aux États-Unis, et qui adopte un ton beaucoup plus sérieux que celui des œuvres déjà produites dans cet univers fictionnel (Topel, 2007).

6Si l’on s’en tient aux descriptions que l’auteur donne de la science-fiction et du space opera, on peut qualifier d’intéressant son travail de décryptage de la culture geek. Dans cet exercice, Callejon décrit, avec brio, les caractéristiques du space opera, dont les récits ont pour point commun de se dérouler à une échelle interplanétaire, pour ne pas dire intergalactique, et de célébrer ainsi les enjeux et les thématiques abordés par la science-fiction : l’avenir de l’espèce humaine, les rencontres avec des espèces extraterrestres, les enjeux politiques tels que des conflits entre entités à l’échelle galactique…

7Callejon explique habilement comment se développe un récit de space opera :

Le réalisme du récit varie considérablement d’une œuvre à l’autre. Souvent pour des besoins de la narration, les lois de la physique sont suspendues : des sons se propagent dans le vide spatial tels que les bruits d’explosions ou de réacteurs de vaisseaux dans Star Wars, par exemple, où l’on constate, par ailleurs, d’autres improbabilités, comme la quasi-majorité des planètes habitables par l’homme, la méconnaissance des décalages temporels énormes dus à la relativité qui empêcherait toute concomitance entre des systèmes planétaires aussi éloignés (p. 77).

8On peut regretter que l’auteur ne se soit pas engagé dans une analyse de fond privilégiant, entre autres approches, l’histoire sociale, l’épistémologie ou la philosophie (par exemple Besson, 2007 ; Langlet, 2006). Malgré l’abondance descriptive, le manque d’analyse et de référence à la littérature savante de ce domaine constitue la grande faiblesse de cet ouvrage. À aucun moment il n’est mentionné que le fondement de ce sous-genre de la science-fiction prend sa source dans un ancrage sociétal.

9Alors que le panorama qu’a réalisé Callejon situe le space opera autour des années 1960-1970,

[l]e terme « space opera » fut tout d’abord une expression péjorative, utilisée pour la première fois par l’écrivain Wilson Tucker dans son fanzine Le Zombie en 1941. Il entendait ainsi désigner, par analogie avec les expressions horse opera (Western opera) et « soap opera » (littéralement : opéra de savon), ce qu’il qualifiait de « the hacky, grinding, stinking, outworn space-ship yarn », autrement dit des clichés du récit d’aventure ou du western transposés dans l’espace, tels qu’on peut les trouver par exemple dans la série des John Carter de Mars de l’écrivain américain Edgar Rice Burroughs. Cette définition fut entérinée par l’une des premières encyclopédie[s] de SF, Fancyclopedia, en 1944 ainsi que dans sa réédition de 1959. Ce sens péjoratif perdure encore parfois de nos jours (Wikipédia)7.

Haut de page

Bibliographie

BESSON, Anne (2007), La fantasy, Paris, Klincksieck.

BOZETTO, Roger (2007), La science-fiction, Paris, Armand Colin.

LANGLET, Irène (2006), La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, Armand Colin.

SZENDY, Peter (2011), Kant chez les extraterrestres. Philosophies cosmopolites, Paris, Minuit.

TOPEL, Fred (2007), « Battlestar Galactica: Ronald Moore talks about Earth », Crave Online, 13 [En ligne]. http://www.craveonline.ca/entertainment/film/interviews/157052-battlestar-galactica-ronald-moore-talks-about-earth. Page consultée le 4 avril 2015.

Haut de page

Notes

1 Se dit d’une œuvre littéraire, artistique ou cinématographique où dominent l’irrationnel et le surnaturel.

2 Genre littéraire qui mêle, dans une atmosphère d’épopée, les mythes, les légendes et les thèmes du fantastique et du merveilleux. Il est souvent recommandé d’écrire fantaisie.

3 Fiction littéraire dans laquelle l’auteur imagine ce qui aurait pu se passer si tel événement historique n’avait pas eu lieu.

4 Star Trek est un univers de science-fiction créé par Gene Roddenberry dans les années 1960. Sa onzième série a été réalisée en 2009 par J. Abrahams.

5 À l’origine nommée sous son titre français, La guerre des étoiles est un univers de science-fiction créé par George Lucas en 1977. D’abord conçue comme une trilogie sortie entre 1977 et 1983, la saga s’est ensuite élargie de trois films sortis entre 1999 et 2005 racontant des événements antérieurs aux premiers. Le Réveil de la Force — The Force Awakens, le titre en anglais — est le dernier film de la troisième trilogie « Star Wars », sorti en janvier 2016.

6 Android, prononcé Androïd, est un système d’exploitation mobile pour téléphones intelligents, tablettes tactiles, assistants numériques personnels (de l’anglais PDA, Personal Digital Assistant), montres intelligentes (version Wear) et terminaux mobiles.

7 [En ligne]. https://fr.wikipedia.org/wiki/Space_opera. Page consultée le 6 août 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vindicien V. Kajabika, « Cyril-Mickaël CALLEJON (2014), Space opera. 40 ans de science-fiction à la télévision », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6837

Haut de page

Auteur

Vindicien V. Kajabika

Vindicien V. Kajabika est chargé de cours à l’Université Paris 10 Paris Ouest et à l’Université de Technologie de Compiègne (Sorbonne universités) et chercheur au Centre d'Études sur les Images et les Sons Médiatiques (CEISME) EA 1484 - Communication, Information, Médias (CIM), Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Courriel : vuninga@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org