Navigation – Plan du site
Lectures

Patrick CHARAUDEAU et al. (2015), La laïcité dans l’arène médiatique. Cartographie d’une controverse sociale

Bry-sur-Marne, INA Éditions
Michel Mathien
Référence(s) :

Patrick CHARAUDEAU et al. (2015), La laïcité dans l’arène médiatique. Cartographie d’une controverse sociale, Bry-sur-Marne, INA Éditions

Texte intégral

1Avec son intitulé, l’ouvrage dirigé par Patrick Charaudeau indique l’angle de vue choisi pour aborder un sujet de plus en plus présent dans l’actualité construite ou mise en avant en France par les médias, surtout lors du passage d’un millénaire à l’autre. À sa lecture, on s’aperçoit qu’il est essentiellement franco-français, même s’il aborde des événements politico-économiques et des phénomènes internationaux, dont l’immigration de populations de pays marqués par les cultures et les traditions de l’Islam. Et cela se comprend. Les diverses interpellations et réactions ayant résulté de ces situations, sur les registres culturels et sociaux nationaux et au regard de l’évolution historico-politique de la France, ont remis en avant le problème de la laïcité ayant longtemps marqué le combat démocratique après la chute du Second Empire. Aussi, à la suite de cette analyse critique méthodique fondée sur l’analyse du discours et ses divers prolongements, est-ce bien la question du « débat public », et de sa nature constructive, qui en accompagne la lecture.

2Une synthèse est d’ailleurs présentée sur ce sujet par Charaudeau dans la première partie de cette recherche réalisée par le Centre d’analyse du discours de l’Université de Paris XIII en collaboration avec le Laboratoire de communication et politique du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Dans le premier chapitre de la seconde partie sur « La laïcité au prisme des médias » (Charaudeau), après la description du cadre de l’étude menée au sujet du dispositif de fonctionnement de la presse (Pascal Marchand et Emmanuel Marty), de la radio (Nicolas Becqueret) et de la télévision (Guy Lochard et Jean-Claude Soulages), l’analyse des débats est réalisée à partir des termes ou des mots portant sur la « controverse sur la laïcité » dans les trois chapitres suivants. Puis, Manuel Fernandez (chapitre 5) revient sur le cadre spécifique des propos tenus au Latran par Nicolas Sarkozy, tout récent président de la République reçu par le pape Benoît XVI, lors de son discours du 20 décembre 2007, avec la controverse ayant suivi.

Le contexte français

3Rappelons qu’en France, la question de la laïcité s’était initialement concentrée, à partir de 1989, sur une première « affaire » de port du voile de trois jeunes femmes musulmanes exclues de leur école pour avoir refusé de l’enlever ; de nombreux débats politiques ont suivi cette histoire, alors qu’en d’autres temps, cela n’aurait été qu’un « fait divers ». Depuis, bien d’autres événements relatifs au « foulard », ou à des faits liés à des mœurs et pratiques de vie liées à l’Islam ou à l’affirmation publique d’une identité culturelle, ont été mis en avant par les médias. Et ceux-ci, dans leurs lignes éditoriales, ont fait leurs choix selon les réactions des acteurs politiques, sociaux et confessionnels en référence à la loi française de séparation de l’Église et de l’État de 1905.

4Choix auxquels s’ajoutent, dans l’audiovisuel notamment, les journalistes-animateurs et les experts qui n’échappent pas au star system plus ou moins prégnant.

5Centrés sur la presse, la télévision et la radio, avec la reprise des « moments discursifs », à commencer par le mot laïcité lui-même, les auteurs ont établi un « graphe chronologique » à partir du nombre des dépêches de l’Agence France-Presse (AFP) et de Reuters, de 2003 à 2009, ayant plus ou moins servi d’ancrage à leurs reprises par les médias étudiés, ou de repères dans le temps écoulé. À la suite d’une démarche d’investigation fondée sur 13 classes lexicales ciblées dans leur « analyse factorielle des correspondances », ils ne peuvent que réinterpeller, une fois de plus, les médias sur leurs rôles et fonctions dans une société démocratique. Et cela sans omettre leurs caractéristiques majeures ou obligations spécifiques invitant à l’émotion et à la passion (radio, télévision) ou à l’argumentation « lisible » ou la plus compréhensive possible (presse). Mais aussi, à partir de la thématique choisie, les auteurs interrogent la démocratie en place sur la nature de son profil tendanciel, à savoir autoritaire, centralisatrice, ultra égalitariste ou bien libérale respectueuse de la liberté d’expression et des différences entre communautés, pour autant qu’elle ne porte pas atteinte aux droits de l’homme et à l’ordre public, a fortiori dans le contexte scolaire. Autrement dit, ils s’interrogent sur une laïcité d’ouverture, d’exclusion ou d’intégration selon les débats interrogeant aussi le droit commun égalitaire dans lequel, après le conflit spécifique avec l’Église catholique et le Vatican, toute religion est placée, en France, en regard de la loi de 1905 et de sa Constitution.

Un débat à poursuivre au-delà de l’exception française

6Des perspectives auraient été bienvenues quant à un débat plus constructif sur le sujet de la part des auteurs de ce travail d’investigation de longue haleine et, surtout, à la suite des critiques sur la notion de débat public de Charaudeau. De surcroît, cela aurait été bienvenu après le chapitre spécifique portant sur le discours de Sarkozy avec sa conception de « laïcité positive » et son rappel des racines chrétiennes de la France et de l’Europe tout comme des « aspirations spirituelles » ou du besoin de croire. En effet, considérée dans le contexte français des rapports avec l’Église romaine, la laïcité aurait pu être remise en question à partir des autres confessions chrétiennes qui, ailleurs en Europe, ont connu une évolution historique postérieure différente. Les protestants ont défendu la laïcité et pour cause : dès ses origines, la Réforme n’avait plus considéré le clergé comme catégorie en soi et garant de toute « normativité » morale et culturelle de fait ! Ils ont participé à la Déclaration des droits de l’homme de 1789 et à la préparation de la loi de 1905 tout comme les Juifs. Jean Baubérot (2010), le spécialiste français de la laïcité, ne dira pas le contraire. Autrement dit, parce qu’il est toujours d’actualité, le débat sur le sujet est à poursuivre, surtout quand on sait, ou que l’on constate, que le besoin de croire ou d’affirmer sa foi n’est pas qu’une affaire de « religion » ! Il suffit de porter son regard, en France comme dans d’autres pays d’Europe, sur certains partis politiques s’affirmant démocrates au début du XXsiècle et dont les dogmes ne se discutaient plus : malgré leurs visions du quotidien et de l’avenir. Et donc malgré la nature du lien social et des valeurs à partager ! Et pour quels résultats dans l’histoire passée et dans le présent !

7Dans cette perspective, en fonction du titre évocateur choisi, des questions d’évaluation auraient aussi pu revenir, après une synthèse de chacun des chapitres, sur les trois types de médias. Surtout à propos de cet espace artificiel initialement ensablé – l’arena – pour présenter des jeux, des combats ou autres spectacles, quitte à toujours avoir des « clercs » appropriés pour leurs succès. Cette publication peut intéresser d’abord les adeptes de l’approche de référence en raison des perspectives méthodologiques mises en œuvre et que nous n’avons pu développer ici en raison des normes en usage. Surtout que celles-ci pourraient être reprises pour tout autre thème de société nécessitant un réel dialogue ! Cet ouvrage ne peut que trouver un écho auprès de tous ceux qui s’interrogent sur la thématique retenue, dans son contexte, mais aussi dans son évolution loin d’être acquise en l’état. En ce qui a trait aux causes, dont l’immigration à partir de communautés culturelles spécifiques sur un nouveau territoire de vie, un champ immense demeure ouvert dans le contexte global de la mondialisation ou de « l’attraction mondiale » (Ramel, 2012) sous tous ses aspects, dont les tiraillements, les controverses et les dissonances. Le débat sur la laïcité en est un exemple.

Haut de page

Bibliographie

BAUBÉROT, Jean (2007/2010), Les laïcités dans le monde, quatrième édition, Paris, Presses universitaires de France.

BAUBÉROT, Jean (2014), La laïcité falsifiée, Paris, La Découverte.

RAMEL, Frédéric (2012), L’attraction mondiale, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Mathien, « Patrick CHARAUDEAU et al. (2015), La laïcité dans l’arène médiatique. Cartographie d’une controverse sociale », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6846

Haut de page

Auteur

Michel Mathien

Michel Mathien est professeur émérite à l’Université de Strasbourg. Courriel : m.mathien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org