Navigation – Plan du site
Lectures

Ryoa CHUNG et Geneviève NOOTENS (dir.) (2010), Le cosmopolitisme. Enjeux et débats contemporains

Montréal, Presses de l’Université de Montréal
Gilles Pronovost
Référence(s) :

Ryoa CHUNG et Geneviève NOOTENS (dir.) (2010), Le cosmopolitisme. Enjeux et débats contemporains, Montréal, Presses de l’Université de Montréal

Texte intégral

Ce qu’il convient d’appeler familièrement le phénomène de la mondialisation désigne l’ensemble des processus d’interactions économiques, technologiques et politiques qui semblent avoir créé une structure d’interdépendance plus importante entre les États. Dans ce contexte, les enjeux éthiques de l’ordre mondial suscitent un malaise moral particulier aux yeux de notre génération (p. 7).

1Malaise dans la civilisation, questionnement moral, éthique internationale, « l’idéal régulateur du cosmopolitisme est associé à des termes forts : justice, paix et fraternités universelles » (p. 8). Rien de moins. Et encore : « Pour certains, l’idéal cosmopolitisme incarne donc la nécessité de réformer l’ordre mondial en vertu de l’égalité universelle de tous les autres êtres humains ; pour d’autres, il s’agit plus ou moins d’une utopie désincarnée » (p. 10).

2On aura compris qu’il s’agit dans l’ouvrage dirigé par Ryoa Chung et Geneviève Nootens d’une approche du cosmopolitisme qui privilégie la perspective des sciences politiques. Des travaux inspirés de la sociologie et de la philosophie y sont également présents mais sur un mode mineur. Il n’est pas facile de s’y retrouver dans ce collectif de 11 auteurs différents, poursuivant chacun le fil de leur itinéraire personnel, quitte à clairement déborder du thème central de l’ouvrage. Grandeurs et misères de tels ouvrages, dans lesquels des analyses éclairantes côtoient des développements autour de questions anecdotiques.

3Pour le dire un peu trop rapidement, le cosmopolitisme repose sur un idéal de démocratie internationale et de justice sociale. C’est le rêve d’un état international de droit assurant l’égalité entre tous, une répartition équitable des richesses et une paix durable, c’est l’idéal d’une citoyenneté sans frontières, projet utopique dans lequel chaque individu est d’abord un citoyen du monde « et doit prêter allégeance à la communauté universelle des êtres humains » (p. 119). Bien évidemment, les obstacles sont pratiquement insurmontables et les contradictions, inévitables. De nombreuses contributions y font allusion : impossibilité d’un véritable gouvernement mondial, profondeur historique des résistances culturelles locales ou nationales, internationalisation accrue de l’économie échappant en grande partie aux contrôles étatiques, homogénéisation culturelle essentiellement anglo-saxonne et superficielle face aux particularismes culturels et aux cultures locales, contrôles à peine voilés des flux migratoires, promotion du libre échange économique qui fait le bonheur des conglomérats internationaux, relations conflictuelles entre les droits des individus et les droits collectifs, etc.

4On peine à se retrouver dans les diverses notions auxquelles il est fait appel. Si l’on excepte le jargon de certaines contributions (« acrasie collective », « cosmomoralisme », « stato-nationalisme », « cosmopolitisme réflexif », « cosmocitoyenneté »), on regrettera surtout une utilisation peu rigoureuse de nombreux termes. Ainsi, dès le départ, il est question de mondialisation, mais cette réalité demeure peu définie et c’est à peine si l’on y revient par la suite, comme si l’idéal cosmopolitique en était issu. De nombreux textes s’en tiennent à des aspirations vertueuses (justice, égalité, etc.). D’autres, plus critiques, peinent à convaincre tant l’argumentation est abstraite. De nombreux phénomènes pourtant liés à la montée présumée du cosmopolitisme sont ignorés : l’importance de la mobilité géographique (chez les jeunes, en matière de tourisme, etc.), l’appropriation de l’anglais comme langue de communication, les conflits entre les codes culturels locaux ou nationaux et ceux qui sont issus de la consommation de produits à circulation internationale, la place du numérique dans les échanges internationaux, l’injonction d’être soi-même dans une société ouverte à tous vents.

5Cet ouvrage décevra les chercheurs qui s’intéressent davantage aux domaines de la culture et des communications, puisque ces champs sont pratiquement ignorés. On ne peut cependant en faire grief aux éditeurs de l’ouvrage puisque cela était ostensiblement hors de leurs préoccupations. Mais on peut rappeler tout au moins que la « mondialisation » renvoie aussi à l’extension des communications, formidable processus de « mise en réseau » auquel ne peut se soustraire toute réflexion portant sur l’universalisme, le particularisme, « la société des individus » et les résistances culturelles locales ou générationnelles. C’est sans compter l’émergence de nouvelles modalités d’accès à l’art et à la culture, voire de nouvelles sensibilités esthétiques et morales. L’ensemble des questions liées à l’art et à la culture est de toute façon complètement évacué de l’ouvrage. La place des jeunes générations est également ignorée, tout particulièrement leur conscience politique, leur refus manifeste des pouvoirs institutionnels, leurs formes d’engagement et l’importance des réseaux de sociabilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pronovost, « Ryoa CHUNG et Geneviève NOOTENS (dir.) (2010), Le cosmopolitisme. Enjeux et débats contemporains », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 02 juin 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6855

Haut de page

Auteur

Gilles Pronovost

Gilles Pronovost est professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : pronovos@uqtr.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org