Navigation – Plan du site
Lectures

Étienne DAMOME (2014), Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale

Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux
Aude Jimenez
Référence(s) :

Étienne DAMOME (2014), Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux

Texte intégral

1L’ouvrage d’Étienne Damome, spécialiste multidisciplinaire de la radio en Afrique (2006, 2010, 2012), est issu de sa thèse de doctorat. Il nous propose en 11 chapitres un portrait de près de 30 radios religieuses, en focalisant l’analyse sur « les usages que les institutions religieuses font de ces médias, les fonctions qui leur sont assignées, ainsi que la communication spécifique développée et les discours élaborés » (p. 16).

2Le chapitre 1, à saveur historique, nous informe du fait que la première radio que l’on peut qualifier de « religieuse » en Afrique francophone est née dans les années 1930 au Congo, c’est-à-dire dès les débuts du média sur le continent. L’auteur relate ensuite son évolution, depuis son ascension dans les années 1950 jusqu’à son expansion considérable dans les années 1990-2000 durant la vague de démocratisation médiatique et d’ouverture des ondes.

3Les chapitres 2 à 5, alimentés par un terrain exhaustif effectué entre 2004 et 2013, nous donnent ensuite des indications majeures sur la pluralité des modèles de radios religieuses et leurs caractéristiques communes. Damome montre que cohabitent principalement sur le continent des radios issues des « religions traditionnelles », chrétiennes d’un côté, musulmanes de l’autre, et que les deux religions sont actuellement représentées équitablement (p. 35). Le lecteur découvre d’abord (chapitre 2) un « panorama régional » des radios religieuses au Bénin, au Burkina Faso, au Togo et au Ghana (nombre de radios, nom de la radio, date de mise en ondes, région couverte…). Damome entre ensuite plus précisément dans la présentation des modes de production des stations : fonctionnement des radios sur le plan juridique, technique, financier. On y apprend par exemple que le manque de réglementation est une caractéristique flagrante des radios religieuses dans les pays visités, que ces stations « fonctionnent sur la base du bénévolat et de l’amateurisme » (p. 73) et qu’elles peuvent être classées en six modèles économiques différents, recueillant diverses sources de revenus venant de partenaires multiples, d’aide de l’État ou encore de revenus issus du « dynamisme de la communauté » (p. 106). Ce portrait des modes de production des radios religieuses est enfin complété par une large description des différentes missions éditoriales des stations et de leurs grilles de programmation.

4L’auteur nous offre ensuite une analyse tournée vers les auditeurs de plusieurs stations en Afrique de l’Ouest, de l’Est et centrale. Les chapitres 6 et 7 sont consacrés aux stratégies de fidélisation de l’auditoire des radios et à la découverte desdits auditeurs. En combinant différentes méthodologies telles que l’analyse de témoignages de responsables de stations et l’observation des appels passés et des visites d’auditeurs, Damome décrit les représentations des « communicateurs » des radios concernant leur public et les profils des auditeurs selon un choix de variables classiques (âge, sexe, appartenance religieuse notamment). L’écart entre les deux types de données fait dire à Damome que le public réel ne correspond pas toujours au public cible d’une émission et que l’auditoire s’avère souvent « plus diversifié que ce qu’on pourrait imaginer » (p. 204).

5Enfin, les quatre chapitres suivants (8 à 11) nous plongent dans les analyses communicationnelle et sociologique des radios religieuses. Une classification en quatre types de communication radiophonique religieuse est proposée, et il est intéressant d’apprendre que si la radio religieuse se veut un outil de communication à part entière, elle « manquera toujours le rendez-vous idéal de la communication », car « lorsque les institutions religieuses possèdent des médias, elles ont tendance à les utiliser comme des outils pour diffuser leur message et pas forcément pour dialoguer avec la société » (p. 227). Autre idée phare de l’analyse, la radio religieuse contribue aux évolutions de la religion elle-même au sein des sociétés africaines. En effet, en permettant notamment la portée internationale des messages religieux ou encore l’individualisation du rapport à la religion, les radios religieuses « portent en elles les germes de modernisation du religieux » (p. 229). L’auteur conclut l’analyse en insistant sur la codépendance de l’une et de l’autre ; la radio, surtout privée, survit souvent grâce à ses émissions religieuses qui lui donnent une visibilité accrue. Quant à la religion, elle ne peut se départir de ce canal de diffusion incontournable qui la façonne à son tour.

6D’un point de vue critique, la première caractéristique de cet ouvrage est l’exhaustivité : Damome nous fait découvrir la radio religieuse de quatre pays d’Afrique de l’Ouest (Ghana, Togo, Bénin et Burkina Faso) et complète son étude par des terrains ultérieurs à son doctorat menés au Kenya, en Tanzanie et en République démocratique du Congo. Les chapitres 2 à 5, par leurs descriptions larges et minutieuses des modes de production des radios, peuvent s’apparenter aux grandes enquêtes médiatiques diffusées par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest. Les derniers chapitres, plus analytiques, offrent une perspective théorique à la fois sociologique et communicationnelle originale, en faisant référence par exemple au processus de communication de Roman Jakobson (chapitre 8) et aux définitions sociologiques de la religion de Dominique Wolton et Émile Durkheim (p. 258). Cette approche nous permet de compléter les analyses politiques sur la radio en Afrique, plus largement répandues (Capitant, 2008 ; Diagne, 2014 ; Frère, 2001 ; Smith, 2012).

7Finalement, nous pouvons alimenter la critique de cet ouvrage en mentionnant qu’il aurait été intéressant dans le chapitre 7, intitulé « Publics et profils des auditeurs », d’avoir accès aux témoignages de ces derniers, par le biais d’extraits d’entrevues par exemple. L’auteur s’intéressant ici aux « grands oubliés » (Capitant, 2008) des recherches du domaine de la radio en Afrique, cela aurait alimenté l’approche qualitative, ethnographique d’Erving Goffman choisie comme référence méthodologique. Nous aurions ainsi eu accès, comme c’est le cas ailleurs dans cet ouvrage consacré aux communicateurs des radios, aux représentations des auditeurs concernant la diffusion de la religion au sein des émissions de radio qu’ils écoutent.

Haut de page

Bibliographie

CAPITANT, Sylvie (2008), Médias et pratiques démocratiques en Afrique de l’Ouest. Usages des radios au Burkina Faso. Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Bruno LAUTIER, Université Paris 1.

DAMOME, Étienne (2006), « Le développement des recherches sur la radio en Afrique », Recherches en communication, 26 : 81-92.

DAMOME, Étienne (2010), « Radios africaines et Internet, usages, fonctions et défis », NetSud, 5 : 69-88.

DAMOME, Étienne (2012), « Le tiers-secteur de la radiodiffusion d’Afrique subsaharienne. Service public, médiation culturelle, défis » dans Serge Théophile BALIMA et Michel MATHIEN (dir.), Les médias de l’expression de la diversité culturelle en Afrique, Bruxelles, Éditions Bruyant, p. 145-159.

DIAGNE, Yacine (2014), Sociologie politique d’une expérience de démocratie participative : le cas d’une radio communautaire au Sénégal. Thèse de doctorat en sciences politiques sous la direction de Brigitte LE GRIGNOU, Université de Paris Dauphine.

FRÈRE, Marie Soleil (2001), « 10 ans de pluralisme en Afrique francophone », Les cahiers du journalisme, 9 : 28-55.

SMITH, David (2012), « Radio in zones of conflict: Abnormal measures for abnormal circumstances » dans Liz GUNNER et Dina LIGAGA (dir.), Radio in Africa, Publics, Cultures, Communities, Johannesburg, Wits University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Jimenez, « Étienne DAMOME (2014), Radios et religions en Afrique subsaharienne. Dynamisme, concurrence, action sociale », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 28 août 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6858

Haut de page

Auteur

Aude Jimenez

Aude Jimenez est doctorante au Département de communication sociale et publique, de l’Université du Québec à Montréal. Courriel : audejimenez@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org