Navigation – Plan du site
Lectures

Declan FAHY (2015), The New Celebrity Scientists. Out of the Lab and into the Limelight

New York, Rowman & Littlefield.
Mirjam Fines-Neuschild
Référence(s) :

Declan FAHY (2015), The New Celebrity Scientists. Out of the Lab and into the Limelight, New York, Rowman & Littlefield

Texte intégral

1The New Celebrity Scientists est le premier ouvrage de Declan Fahy. Il y fait le portrait de huit scientifiques en suivant leur parcours jusqu’à la célébrité et présente l’influence de leurs propos sur les politiques publiques. De ces huit scientifiques, trois sont physiciens : Stephen Hawking, Brian Greene et Neil de Grasse Tyson. Sont aussi présentés Richard Dawkins, biologiste, Steven Pinker, psychologue cognitiviste, Stephen Jay Gould, paléontologue, Susan Greenfield, pharmacologue, et James Lovelock, environnementaliste indépendant.

2Fahy amorce son livre par un historique des scientifiques célèbres, notamment Charles Darwin, Albert Einstein, Fred Hoyle et Carl Sagan. Le cas de Sagan est particulièrement intéressant, car au fur et à mesure que sa célébrité augmentait, alors qu’il était propulsé par la série télévisée Cosmos dans les années 1980, le monde scientifique le marginalisait. On lui a refusé un poste permanent à l’Université Harvard, de même que le statut de membre à l’Académie nationale des sciences. Le nom d’effet Sagan a alors été donné à cette perception des chercheurs que la célébrité d’un scientifique est inversement proportionnelle à la qualité de son travail de recherche et donc de sa crédibilité scientifique.

3Le cœur du livre de Fahy est composé de la description des huit scientifiques. Ceux-ci ont en commun d’avoir choisi une vie publique : apparitions publiques, rédaction d’ouvrages de vulgarisation, participation à des émissions télévisées et entrevues nombreuses pour des articles de journaux. Ces scientifiques ont aussi des spécialisations distinctes, ont travaillé dans plusieurs types d’institutions et ont pris des routes singulières vers la célébrité.

4Hawking est le premier et sûrement le plus connu des scientifiques décrits par Fahy. Son immense célébrité serait due à son habilité unique de symboliser l’acte scientifique comme étant un travail purement cérébral de recherche de la vérité. Il serait la représentation parfaite de l’esprit désincarné.

5Dawkins, de son côté, a provoqué une révolution silencieuse en biologie par son ouvrage de vulgarisation The Selfish Gene. Ses théories n’étant pas décrites en langage mathématique, il était inacceptable pour les biologistes de citer son ouvrage dans leurs publications, ce qui a pour conséquence que la réputation de Dawkins dans la communauté scientifique est presque nulle.

6À l’opposé, Pinker est l’exemple parfait de ces vedettes universitaires consommées qui arrivent à conserver le respect de leurs pairs tout en ayant une présence importante dans la sphère publique. Il est ce que nomme Fahy un passeur de frontières (boundary spanner), l’un de ces rares personnages qui peuvent s’épanouir à la fois dans la culture de la recherche scientifique et dans la culture populaire.

7Gould serait, selon le biologiste Orr, le seul scientifique consciemment révolutionnaire qui a mis en place une révolution kuhnienne en partie parce qu’il sentait que son champ d’expertise en exigeait une. Il s’est frayé une place dans la sphère publique par la publication de livres de vulgarisation et par ses prises de position contre l’enseignement du créationnisme dans les écoles.

8Greenfield est la seule femme de l’ouvrage de Fahy. Elle personnifie entre autres la science entrepreneuriale puisqu’elle a amassé pour le Département de pharmacologie d’Oxford un don de vingt millions de livres de la part de la compagnie pharmaceutique Squibb en échange de la propriété intellectuelle sur les travaux des neuroscientifiques du Département. Sa vie médiatique a cependant constamment été jaugée selon le stéréotype féminin, à partir de ses attraits sexuels, de ses vêtements et de ses rapports amoureux.

9Lovelock est l’un des rares scientifiques indépendants qui ont travaillé dans leurs propres laboratoires. En voulant présenter son concept de Gaïa aux biologistes, il est devenu un scientifique maverick, soit un chercheur qui a des idées peu orthodoxes (de l’ordre de la pseudoscience) et qui est opprimé par l’establishment scientifique. S’étant fait refuser des fonds de recherche et la publication de ses articles, il s’est tourné vers le public et a publié Gaia: A New Look at Life on Earth, un texte fondateur du mouvement écologique.

10Greene est l’exemple du scientifique qui peut osciller entre les conférences universitaires et des apparitions à l’émission The Big Bang Theory sans perdre sa stature scientifique. Il est à la fois un scientifique influent, un auteur reconnu, un impresario culturel et un animateur populaire de télévision. Il attire des étudiants à la physique théorique et pousse la physique théorique dans la sphère publique. Selon Fahy, Greene est la preuve de l’obsolescence de l’effet Sagan.

11Tyson est un astrophysicien noir qui a lutté entre son désir de choisir sa voie et son devoir à accomplir envers les Afro-Américains. Il est notamment devenu astrophysicien en dépit de la discrimination associée à la conquête spatiale américaine. Son talent exceptionnel pour la communication en a fait le successeur de Carl Sagan alors qu’il a recréé la célèbre émission Cosmos.

12Ces huit portraits sont remarquablement bien construits et captivants à lire. Notons que les graphiques du nombre de citations médiatiques en fonction des années sont très intéressants à observer. Cependant, il me semble que les analyses de chacun des portraits auraient mérité un peu plus de profondeur (les analyses ne dépassent pas deux pages). La cohésion du texte ne tient qu’aux liens qu’établit l’auteur entre les types de pouvoir et l’influence qu’a acquis chacun des scientifiques avec l’accord ou non de la communauté scientifique.

13La principale observation que Fahy martèle dans sa conclusion est la suivante : en découvrant ces vrais scientifiques, le lectorat a enfin accès à la vraie production de faits scientifiques. Cette analyse va à l’encontre d’une longue tradition d’études en sociologie des sciences qui considère la production de faits scientifiques comme une construction sociale (Latour et Woolgar, 1979 ; Knorr Cetina, 1981). Elle semble plutôt se conformer à la théorie du « grand homme » de Carlyle, qui néglige la contribution de l’environnement dans la mesure de l’influence des scientifiques concernés. Autrement dit, ces individus, même s’ils sont exceptionnels, ont effectué leur recherche dans un environnement composé d’institutions, d’étudiants, de chercheurs postdoctoraux et de collaborateurs de recherche (Haraway, 1988 ; Larivière, 2010 ; Barbosa de Souza et Larivière, 2014) sous des conditions économiques et politiques particulières.

14Fahy clôt son ouvrage en affirmant que l’effet Sagan est caduc. La célébrité des scientifiques présentés est une source d’autorité qui leur permet d’influencer les politiques publiques, l’opinion publique et même la vie scientifique.

Haut de page

Bibliographie

BARBOSA DE SOUZA, Held et Vincent LARIVIÈRE (2014), « L’importance des postdoctorants pour le système de la recherche », Découvrir. Le magazine de l’ACFAS.

CARLYLE, Thomas (1888), On Heroes, Hero-Worship and the Heroic in History, New York, Frederick A. Stokes & Brother.

HARAWAY, Donna (1988), « Situated knowledges: The science question in feminism and the privilege of partial perspective », Feminist Studies, 14(3), p. 575599.

KNORR CETINA, Karin (1981), The Manufacture of Knowledge: An Essay on the Constructivist and Contextual Nature of Science, Oxford, Pergamon Press.

LARIVIÈRE, Vincent (2010), A bibliometric analysis of Québec’s PhD students’ contribution to the advancement of knowledge. Thèse de doctorat en sciences de l'information sous la direction de Jamshid BEHESHTI, Montréal, Université McGill.

LATOUR, Bruno et Steeve WOOLGAR (1979), Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts, Princeton (NJ), Princeton University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mirjam Fines-Neuschild, « Declan FAHY (2015), The New Celebrity Scientists. Out of the Lab and into the Limelight », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6872

Haut de page

Auteur

Mirjam Fines-Neuschild

Mirjam Fines-Neuschild est étudiante au doctorat individualisé aux départements de physique et de communication et est membre du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST), Université de Montréal. Courriel : mirjam.fines-neuschild@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org