Navigation – Plan du site
Lectures

Mira FALARDEAU (2015), Humour et liberté d’expression. Les langages de l’humour

Québec, Presses de l’Université Laval
Marc Loriol
Référence(s) :

Mira FALARDEAU (2015), Humour et liberté d’expression. Les langages de l’humour, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Dans son dernier ouvrage, Mira Falardeau nous propose une étude des différentes techniques communicationnelles et procédés stylistiques mis en œuvre, de l’Antiquité à nos jours, pour produire un effet comique et humoristique. Dans un préambule historique tout à fait intéressant sur les rapports antagonistes et complexes entre l’humour et le sacré, l’auteure rappelle la définition d’Aristote, philosophe qui a tant marqué la pensée occidentale : « L’humour est l’effet d’un sentiment de triomphe, qui vient brusquement, quand nous venons de percevoir en nous une supériorité, soit au contact de l’infériorité d’autrui, soit au souvenir de notre infériorité passée » (p. 11).

2Le premier procédé et le plus central, selon Falardeau, est l’articulation de la simplification et de l’exagération. Cela est visible dans la caricature : il s’agit de réduire la personne caricaturée à un trait physique ou de caractère censé lui être propre pour ensuite l’exagérer d’une façon qui se veut comique pour en faire ressortir le ridicule. On retrouve aussi le procédé dans la commedia dell’arte avec ses personnages stéréotypés aux mouvements saccadés. La simplification augmente la force comique en faisant plus encore ressortir le trait ainsi mis en avant.

3Une autre façon d’articuler simplification et exagération est de contraster deux éléments différents pour en faire mieux ressortir les incongruités. C’est la base des duos comiques comme Laurel et Hardy ou plus généralement l’Auguste et le clown blanc. Associer le triste et le joyeux, le beau et le laid, le grave et le léger, l’exceptionnel et le banal ou plus simplement rapprocher deux événements qui n’ont a priori rien à voir amène le lecteur ou le spectateur à remettre en cause ses certitudes, ses classifications du monde, avec d’autant plus d’efficacité que cela est plus suggéré qu’asséné.

4On retrouve la même logique dans l’inversion, quand l’ordre des choses habituel est renversé, comme dans le carnaval médiéval où un enfant peut devenir, le temps d’une journée, le « pape des fous ». Cette inversion peut chercher à montrer le « ridicule » d’une revendication, comme dans ces images de 1890 montrant des hommes se comportant selon les rôles traditionnels féminins pour tenter de dénoncer les excès supposés des revendications d’égalité homme-femme. À l’inverse, et plus subtilement, l’inversion peut nous amener à prendre conscience du « deux poids, deux mesures » qui légitime souvent insidieusement les discriminations. C’est le cas dans cet amusant dessin de Sue Dewar où un homme grassouillet en maillot de bain, bidon et poitrine tombante, reproche à sa femme, au physique étonnamment similaire, de vouloir se montrer seins nus en public !

5La répétition, l’accumulation et la gradation permettent d’exploiter d’autres formes d’exagération/simplification. Le côté mécanique, artificiel et récurrent de la répétition crée à la fois une connivence avec les récepteurs (celui qui arriverait au milieu de la scène ne pourrait pas comprendre ce qui fait rire les autres dans la réapparition d’un mot ou d’un objet) et un effet de décalage (dans la réalité de telles répétitions seraient très improbables) qui facilitent le rire. On retrouve la même logique dans l’accumulation et la gradation comme dans le cas de la « tirade des nez » dans Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (1897). « Jusqu’où peut-il aller ? » se demande avec jubilation le spectateur.

6Le transfert, par exemple quand on attribue des attitudes ou des comportements humains à des animaux ou à des objets ou que l’on fait parler des enfants comme des adultes, permet également de jouer sur les contrastes, les décalages et les rapprochements inattendus qui font surgir un sens caché. C’est aussi le cas d’un procédé bien connu du comique visuel qui présente comme mécaniques des actions humaines ou animales, comme l’avait bien vu Henri Bergson dans son essai sur le rire.

7Les jeux de mots ou d’images sont aussi, sur un autre registre, des rapprochements de choses qui n’ont rien à voir en dehors d’une proximité phonique ou visuelle. Au-delà de l’amusement lié au quiproquo, au calembour, il s’agit là encore de faire réfléchir le récepteur sur l’absurdité ou le double sens de la situation. Cela est plus encore le cas dans le non-sens cher à l’humour britannique. Cette mise en avant de l’absurde peut prendre une dimension poétique en laissant libre cours à l’invention langagière ou visuelle, ou une dimension critique en faisant ressortir les contradictions et hypocrisies de notre société ou plus modestement d’un personnage. Dans le film Un poisson nommé Wanda, Ken, l’un des malfaiteurs, par ailleurs complexé et amoureux des animaux, est chargé d’éliminer un témoin gênant, une vieille dame possédant trois yorkshires. À chaque tentative maquillée en accident, Ken ne parvient, à son grand désespoir, qu’à tuer, un à un, les petits chiens ! L’effet de répétition et le non-sens de ces machinations compliquées qui aboutissent systématiquement au résultat inverse de celui recherché nous conduisent à rire de ce personnage qui aime les animaux car il ne peut aimer les humains qui se moquent de lui (il est secrètement amoureux de Wanda, la femme fatale qui manipule ce groupe de pieds nickelés bêtes et méchants, et dont il donne le nom à son précieux poisson).

8Pour finir, la métaphore et la métonymie, formes particulières de transfert et de contraste, sont présentées, notamment à partir des dessins réalisés à la suite des attentats contre le journal satirique Charlie Hebdo début 2015, qui, pour dénoncer la violence inacceptable de cette attaque, représentent les humoristes « armés » de crayons à la place des véritables armes létales des assaillants. Si le ridicule peut tuer, ce n’est tout de même pas de la même façon qu’une kalachnikov ! Il n’est donc pas tolérable de répondre à des mots ou à des dessins par des balles, la seule réponse légitime étant celle qui se situerait également sur le plan du discours ou de l’humour.

9C’est donc de façon assez convaincante et suggestive, grâce aux nombreux exemples, que Falardeau nous fait toucher du doigt les différents procédés techniques propres au comique. Il y a toutefois, dans son analyse, un grand absent : la contextualisation. Si à plusieurs reprises il est rappelé que les mêmes procédés peuvent conduire à produire le rire ou des formes de violence et d’exclusion suivant le contexte et la relation entre émetteurs, récepteurs ou d’autres groupes, cela n’est pas développé. Une telle dimension analytique est pourtant indispensable pour comprendre, par exemple, comment Dieudonné, d’abord un véritable humoriste, s’est peu à peu transformé, à la suite de réactions inadaptées aux attaques dont il a été l’objet : plus il était agressé, plus il réagissait de façon outrancière — dans un cercle vicieux de paranoïa-exclusion bien décrit par Edwin M. Lemert (1962) — en agitateur raciste, utilisant les procédés techniques évoqués (simplification, exagération, contrastes, jeux de mots…) pour fabriquer de la haine plutôt que du rire. Autrement dit, comment il est passé de la liberté d’expression injustement attaquée à des propos absolument condamnables.

Haut de page

Bibliographie

LEMERT, Edwin M. (1962), « Paranoia and the dynamics of exclusion », Sociometry, 25(1) : 2-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Mira FALARDEAU (2015), Humour et liberté d’expression. Les langages de l’humour », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6875

Haut de page

Auteur

Marc Loriol

Marc Loriol est membre du Pôle Paris I d’Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES). Courriel : marc.loriol@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org