Navigation – Plan du site
Lectures

Joëlle FARCHY, Cécile MÉADEL et Guillaume SIRE (dir.) (2015), La gratuité, à quel prix ? Circulation et échange culturels sur Internet

Paris, Presses des Mines, Coll. « Les Cahiers de l’EMNS »
Julien Péquignot
Référence(s) :

Joëlle FARCHY, Cécile MÉADEL et Guillaume SIRE (dir.) (2015), La gratuité, à quel prix ? Circulation et échange culturels sur Internet, Paris, Presses des Mines, Coll. « Les Cahiers de l’EMNS »

Texte intégral

1Le présent ouvrage à six mains, publié aux Presses des Mines, est le troisième de la collection « Les Cahiers de l’EMNS ». L’École des médias et du numérique de la Sorbonne (EMNS), dirigée par Joëlle Farchy, « est un pôle pluridisciplinaire de recherche et de formation […] créé par l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne en partenariat avec des entreprises et des institutions publiques1 ». L’ambition, qui est également celle de l’ouvrage, est de proposer une approche actuelle des médias en contexte numérique. Dans ce livre, c’est la vaste question de la « gratuité » des contenus (informations, biens culturels, logiciels, etc.), accessibles notamment par Internet, qui est abordée. Les guillemets sont indispensables — et évidents après lecture de l’ouvrage — tant la notion de gratuité dépend de nombreux facteurs : le point de vue (celui du producteur, de l’ayant droit, du diffuseur, du consommateur, du législateur), le mode de calcul, le type d’objet, le type de production, d’usage, le modèle économique mobilisé pour penser le phénomène, etc.

2Le livre est articulé selon deux parties distinctes : la première, relativement brève (p. 11-32), est précisément consacrée à une mise à plat de la notion d’échange non marchand en lien avec celle de gratuité. Sans proposer à proprement parler de théorie de la gratuité, elle a le mérite de balayer les divers cas de figure qui se présentent actuellement ainsi que les principaux auteurs les ayant analysés. Prise comme une première approche et le moyen d’accéder à une bibliographie synthétique, cette partie peut se concevoir comme un mini-manuel à usage des non-initiés et des étudiants devant aborder le sujet. La seconde partie, nettement plus descriptive, qui constitue le corps de l’ouvrage (p. 33-100), propose un panorama des « industries de contenus dans l’écosystème numérique » au prisme des rapports de marché et de la place que la gratuité et ses variantes y occupent. Découpée en « univers » (l’univers de la contractualisation, l’univers de l’équipement, l’univers de la circulation), elle se concentre sur la musique, le livre et l’audiovisuel, mettant de côté, pour des raisons d’espace, les autres types de contenus, par exemple les jeux vidéo.

3Le principal mérite de cette partie, et de l’ouvrage en général, est alors de donner accès à un nombre conséquent de données, parfois rares ou quasi inédites dans ce format, rassemblées par les auteures et auteurs : études, rapports, tableaux récapitulatifs fournissent quantité de chiffres, mises en comparaison, évolutions et tendances qui permettent d’appréhender le champ en question en quelques coups d’œil. Cependant, ce principe, qui se veut avant tout un exposé des « faits » le plus précis et complet possible, contient en lui-même sa propre limite. En effet, et les auteures et auteurs le précisent dès l’introduction pour le rappeler de manière récurrente :

Les chiffres fournis dans ce document ont été extrêmement difficiles à collationner. Un certain nombre d’entre eux sont indicatifs, fournis par les acteurs impliqués, sans contrôle, ou par des journalistes [sic]. Leur ordre de grandeur nous semble légitime après des croisements et recoupements, mais il apparait clairement qu’il manque des données de qualité, tant les acteurs répugnent à les rendre publiques ou comparables et cela ne facilite pas l’analyse approfondie des enjeux soulevés (p. 10).

4Ce point à lui seul mériterait d’être développé plus avant : le premier constat de la recherche est l’opacité conséquente d’un monde (ou plutôt ici d’un champ) pourtant censé être construit à partir du collaboratif, de l’hyper-communication, de la circulation et de l’échange… bref d’un Internet 2.0 dont on a beaucoup dit — un peu vite sans doute — qu’il était en passe de permettre la plus belle utopie démocratique depuis longtemps. Mais il semble, et les auteures et auteurs le montrent de manière répétée, que la recherche ait ses raisons que le marché ignore.

5Il n’en reste pas moins que cet écueil est loin d’être négligeable, les conclusions devant toujours être formulées avec la plus grande prudence et donc forcées bien souvent au vague et à l’indécision. Deux autres limites viennent s’ajouter, qui frustrent d’autant à la lecture. D’une part, les chiffres les plus récents n’atteignent pas toujours 2013 ; or, deux ans — et ces mêmes chiffres le montrent de façon éclatante, surtout dans ces domaines — suffisent largement à des transformations radicales. Le seul cas de YouTube, avec sa croissance exponentielle tous azimuts, remet en cause la pertinence de données voulues pourtant les plus actuelles et exploitables possibles . D’autre part, et c’est un reproche sans doute injuste tant la tâche est immense, l’étude se cantonne au domaine français. Or, l’une des caractéristiques majeures du phénomène, qui soulève certains des enjeux les plus cruciaux, est bien son caractère international, transfrontalier, mondial. Quelques points de comparaison auraient donné plus de signification aux nombreuses données proposées.

6La conclusion générale n’échappe pas à la difficulté. En effet, si, comme d’autres études, celle-ci s’achève sur le constat de « la gratuité des contenus, un coût réel pour l’Internaute » (p. 105), elle peine à en montrer la substance et l’étendue. Cherchant à proposer des perspectives d’action, des solutions aux problèmes soulevés par les acteurs (comme la rétribution des ayants droit) elle se heurte à une aporie : ne serait-ce que parce qu’il ressort de cette étude que bien que les marchés connexes de l’univers de l’équipement et de la circulation bénéficient d’externalités liées à la présence en ligne de biens culturels, il est extrêmement difficile d’en quantifier les effets dans la perspective de déterminer une assiette de rémunération crédible et d’opérer les transferts adéquats » (p. 114).

7Le mot de la fin se transforme en queue de poisson sur l’aveu d’impuissance de la recherche :

En supposant même que l’on parvienne à évaluer la part nette de l’activité des marchés connexes attribuable à la circulation des contenus (avec toutes les difficultés déjà évoquées supra), la question du taux de rémunération applicable sur cette assiette resterait entière et devrait faire l’objet d’un arbitrage politique plus que d’un savant calcul scientifique (p. 118).

8En d’autres termes, la gratuité a sûrement un prix, devrait avoir un prix, mais il est impossible de le fixer — ce qui fait douter par là même, d’un point de vue logique, de la réalité de son existence…

Haut de page

Notes

1 Site de l’EMNS [En ligne]. http://www.emns.fr/missions.html. Page consultée le 13 juillet 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Péquignot, « Joëlle FARCHY, Cécile MÉADEL et Guillaume SIRE (dir.) (2015), La gratuité, à quel prix ? Circulation et échange culturels sur Internet », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6880

Haut de page

Auteur

Julien Péquignot

Julien Péquignot est membre du Laboratoire Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours (ELLIADD) Pôle CCM, Université de Franche-Comté. Courriel : Julien.pequignot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org