Navigation – Plan du site
Lectures

Bertrand FAURÉ et Nicolas ARNAUD (2014), La communication des organisations

Paris, La Découverte, Coll. « Repères Gestion »
Martine Bocquet
Référence(s) :

Bertrand FAURÉ et Nicolas ARNAUD (2014), La communication des organisations, Paris, La Découverte, Coll. « Repères Gestion »

Texte intégral

1Ce petit ouvrage, agréable à lire, au style clair, se présente comme un regard, une façon de voir et d’analyser les processus et les activités de communication. Il aborde les propriétés organisantes de la communication et les processus d’organisation que peut mettre en branle toute pratique communicationnelle. Il propose des méthodes de recherche mettant fortement l’accent sur l’analyse des conversations, à distinguer de l’analyse de contenu. Tout en exposant les théories de la communication organisante et en en explicitant les implications méthodologiques, pratiques et sémantiques, il dresse un panorama des explications qu’apportent les approches communicationnelles discursives et langagières aux évolutions contemporaines des organisations et à leur rôle dans la société. Il met les objets de recherche en perspective avec des moyens de connaissances, l’approche organisante de la communication impliquant de toujours s’interroger sur la validité et la pertinence des techniques de collecte et d’analyse des données utilisées.

2Le premier chapitre retrace l’histoire du champ de recherche nommé, chez les Anglo-Saxons, organizational communication ou communication organisationnelle. Ce courant trouve son origine dans l’école de Montréal, sous la houlette de James Taylor. Les concepts de base utilisés par cette école sont le comment de la constitution des organisations, dans et par l’interaction sociale supportée par le langage, qui y donne sens. Loin de l’usage qu’a pu faire le marketing du concept de conversation — par enchantement de la relation marchande (Montety et Patrin-Leclère, 2011) —, il apparaît ici théoriquement et méthodologiquement central. Pour paraphraser Taylor (1993), l’organisation devient une réalité par son émergence dans la conversation. Celle-ci est analysée comme un ensemble de transactions permettant le tissage de relations, l’échange de valeurs et la constitution des identités. La transaction se reconnaît dans l’interaction, en narrativant celle-ci. La narrativisation aboutit à une textualisation. Dès lors, c’est en tant que texte que l’organisation devient un objet reconnaissable. La dynamique de changement se trace dans une dialectique entre la conversation et le texte.

3Au deuxième chapitre, l’idée d’une organisation par la communication devient le principe actif, par lequel les organisations et la société s’influencent réciproquement. La communication apparaît, historiquement, comme organisante de la société dans son ensemble ; notamment de nos jours, du fait de la dislocation et de la recomposition des espaces-temps, dans lesquels se nouent les relations économiques, politiques, mais aussi civiles et professionnelles. Il s’agit de comprendre les mécanismes organisants à l’œuvre, par-delà les apparats technologiques.

4Les troisième et quatrième chapitres s’attachent aux implications en sciences de gestion d’une telle conception de l’organisation centrée sur les dimensions langagières et narratives, ainsi qu’aux questions méthodologiques mettant l’accent sur les techniques de collecte et d’analyse de segments de discours, en tant qu’analyse de conversations. Le quatrième contient deux analyses de conversations dans deux types d’activités : logistique pour l’une et de contrôle de gestion pour l’autre, dans une perspective de « fabrique des comptes », ou comment la conversation contribue à la comptabilité, à faire parler les chiffres, à partir de micro-pratiques jusqu’à la certification des comptes.

5Les recherches de Taylor (1993) et de François Cooren et James Taylor (1997) ont montré l’intérêt de l’approche pragmatique du langage développée par John Austin, soulignant en quoi l’acte de langage aurait pour propriété d’être organisant, et montrant que le lien organisationnel est un lieu illocutoire. Tout comme la gestion est, elle aussi, une affaire de parole, selon Gino Gramaccia (2001). Une organisation émerge, se structure et se transforme, à partir de la réalisation de transactions entre le flot des conversations et sa réification dans des textes. Cela s’étend aux données chiffrées, comptables et financières, économiques.

6Valérie Carayol (2004) a observé que la conception de la communication organisationnelle de Taylor s’éloignait des façons dont une organisation peut être vue, sentie, entendue, selon une conception de l’organisation faisant une plus grande place à son existence matérielle, mettant l’accent sur les aspects sensoriels de la communication. Ces aspects mettent en mouvement l’imaginaire, la mémoire individuelle et collective. Sans doute s’agit-il là d’approches plus complémentaires que réellement opposées.

7Bertrand Fauré et Nicolas Arnaud, qui écrivent une dizaine d’années plus tard, ne ferment pas la porte, dans le chapitre deux, aux analyses des modes sensoriels de la communication (vue, ouïe, toucher, odorat, goût), ni non plus, citant Christian Le Moënne (2004), au rapport au temps et à l’espace ainsi qu’aux évolutions de ce rapport. Selon Le Moënne (2008 et 2015), il y aurait risque de réduire l’approche de la communication organisationnelle aux seules interactions langagières, pour importantes qu’elles soient. Il faut prendre en compte une approche globale des logiques d’information-communication organisationnelles, et les penser aussi comme processus d’institution imaginaire des formes sociales. Celles-ci sont des dispositifs de mémoire, ne sont pas porteuses de détermination à agir, mais plutôt de propensions, c’est-à-dire qu’elles sont dynamiques et processuelles. Là aussi, il ne paraît pas qu’il y a contradiction, mais plutôt enrichissement dans une approche plus globale. L’approche par la conversation ne devrait pas être, non plus, mise en contraste avec l’idée de la trivialité (Jeanneret, 2008), c’est-à-dire de la circulation des êtres culturels (ici, par les conversations), de l’altération et de la transformation se faisant de l’information (Foucault, 1969), engendrant à leur tour de nouveaux êtres culturels, et passant ainsi d’un niveau micro à un niveau macro et métaconversationnel.

Haut de page

Bibliographie

CARAYOL, Valérie (2004), Communication organisationnelle : une perspective allagmatique, Paris, L’Harmattan.

COOREN, François et James R. TAYLOR (1997), « Organization as an effect of mediation: redefining the link between organization and communication », Communication Theory, 3 : 219-260.

FOUCAULT, Michel (1969), L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

GRAMMACIA, Gino (2001), Les actes du langage dans les organisations, Paris, L’Harmattan.

JEANNERET, Yves (2008), Penser la trivialité, vol. 1 : La vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès Lavoisier.

LE MOËNNE, Christian (2004), « La communication organisationnelle à l’heure de la dislocation spatio-temporelle », Sciences de la société, 62 : 209-224.

LE MOËNNE, Christian (2008), « L’organisation imaginaire ? », Communication & Organisation, 34 : 130-152.

LE MOËNNE, Christian (2015), « Pour une approche “propensionniste” des communications organisationnelles », Communication & Organisation, 47 : 141-158.

MONTETY, Caroline de et Valérie PATRIN-LECLÈRE (2011), « La conversion à la communication : le succès d’un succédané », Communication & langages, 169 : 23-37.

TAYLOR, James R. (1993), « La dynamique de changement organisationnel : une théorie de la conversation/texte de la communication et ses implications », Communication & Organisation, 3. [En ligne]. http://communicationorganisation.revues.org/1619. Page consultée le 17 avril 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Bocquet, « Bertrand FAURÉ et Nicolas ARNAUD (2014), La communication des organisations », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6883

Haut de page

Auteur

Martine Bocquet

Martine Bocquet est membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC), CNRS, Université des Antilles. Courriel : mm.bocquet@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org