Navigation – Plan du site
Lectures

Louise FINES (2011), Recherche qualitative et cyber-espace-temps. Crimes en col blanc et autres problématiques contemporaines

Québec, Presses universitaires du Québec
Anaïs Djouad
Référence(s) :

Louise FINES (2011), Recherche qualitative et cyber-espace-temps. Crimes en col blanc et autres problématiques contemporaines, Québec, Presses universitaires du Québec.

Texte intégral

1À partir de l’exemple d’une recherche centrée sur les acteurs mis en cause lors du procès de l’affaire Enron, Louise Fines pose l’hypothèse d’une science bouleversée par la possibilité pour n’importe quel citoyen de trouver de l’information, quel que soit le sujet et, en fonction de ses connaissances techniques, quel que soit le degré de confidentialité, grâce à Internet. Ainsi, c’est la temporalité même de la recherche scientifique, qui a souvent une longueur d’avance sur le citoyen « lambda », qui subit une disruption. Subit, car cette nouvelle temporalité, permise par les techniques automatisées de collecte et de traitement des données nécessaires à une enquête scientifique, fait apparaître du même coup une nouvelle forme de science : rapide, technique, technologique, et qui peut ajuster ses résultats presque en temps réel. Une science peut-elle être plus informationnelle que constituante d’un savoir ? En lisant la proposition de Fines, on ne peut s’empêcher de penser à Michel Foucault (1996), tant parce que le cyber-espace-temps fait exploser notre perception habituelle du temps (linéaire) que parce que l’instantanéité se lit dorénavant non plus comme un événement, mais bien comme une succession d’événements sur un même plan, lisibles depuis un même espace, dans un même espace. Ce que l’on entrevoit ensuite, c’est une possible argumentation en faveur de la disparition d’une science qui se veut exacte au profit de l’apparition de la science des vérités, cette science de l’humain qui s’accorde à ne plus vouloir décrire le réel, mais bien des réalités potentielles éclairées subjectivement par le scientifique lui-même, qui ne se cache plus d’influencer le savoir diffusé par sa propre perception de la réalité. Une science plus « humble » ? ou plus « juste » ? Cette problématique méthodologique et paradigmatique que pose Fines s’adresse donc directement aux chercheurs en sciences humaines et sociales qui, aujourd’hui, puisent de plus en plus leurs références théoriques et empiriques dans Internet. Outre la question de la véracité des informations (peu évoquée ici) se pose essentiellement la question des frontières entre différents champs professionnels : constituer une analyse en partant de documents uniquement numériques et d’un traitement automatisé revient-il à faire de la recherche scientifique ou du journalisme d’investigation ?

2Par l’intermédiaire d’une synthèse d’étude réalisée dans le cadre d’un doctorat, nous avons donc ici un ouvrage presque auto-critique d’une jeune chercheuse qui revient de manière didactique sur les méthodes d’enquête et de mise en théorie utilisées pendant ses travaux.

  • 1 Je parle ici de méthodes sociologiques classiques en utilisant un terme « numérique », pour marquer (...)

3À propos du sujet de l’enquête, l’affaire Enron a été pour le monde entier un révélateur puissant du pouvoir économique et spéculatif de certains réseaux de « cols blancs », réseaux informels écrasants. La question de la mécanique de ces réseaux pour se constituer en tant que tels et pour permettre leur fonctionnement à une échelle mondiale n’est pourtant pas mise en valeur, même si elle est la question centrale de la thèse de Fines, qui reste ici ancrée dans une volonté de justifier l’utilisation de la théorie des jeux d’Erving Goffman pour son travail. La véritable quête scientifique à laquelle elle s’est consacrée à travers les réseaux Internet lui aurait également permis de nous proposer une réflexion sur l’éthique des réseaux et la légitimité d’utiliser des méthodes sociologiques in real life (IRL)1 dans le cadre d’enquêtes numériques. Ainsi, le contenu de l’enquête, sa progression, la synthèse des résultats trouvent peu de place. Aurait-il été plus facile pour le lecteur de s’accrocher à une narration du contenu de la thèse pour s’approprier plus aisément les propositions méthodologiques ? L’affaire Enron mérite aujourd’hui de ne pas être écartée des débats citoyens alors que nous continuons en Europe de faire reposer la plupart de nos actions politiques (y compris en matière d’économie) sur la « crise de 2008 ».

4Autre remarque critique, on peut reprocher à l’auteure de n’avoir pas expliqué plus avant les mécanismes humains ou techniques nécessaires à la collecte des informations confidentielles sur les acteurs ou des données liées à l’enquête ou au procès. Nous serions curieux de savoir comment ce type de données peut aujourd’hui être puisé : tout autant que l’éthique des réseaux de « cols blancs », celle d’Internet pose question. L’ouvrage offre donc des clés méthodologiques appréciables et un exemple fort de captation et d’utilisation de données numériques ; c’est une référence de méthode sociologique forte intéressante qui offre un exemple caractéristique de notre temps de la façon dont on donne de nouvelles dimensions à la sociologie par le fait même de proposer de nouveaux cadres méthodologiques s’appuyant sur différentes théories ayant fait leurs preuves. Fines propose clairement une méthode d’enquête hybride, dirions-nous pour reprendre les termes de Josiane Jouët (2000). Un bon support donc pour la recherche sur le terrain médiatique, pour l’étude de faits sociaux en émergence ou de phénomènes sociaux qui n’ont pas encore vu de méthodes particulières s’annoncer comme d’incontournables structures sociologiques du XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

JOUËT, Josiane (2000), « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, 100 : 487-521.

FOUCAULT, Michel (1966), Les mots et les choses : une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, Coll. « NRF ».

GOFFMAN, Erving (1973), La présentation de soi, Paris, Minuit, Coll. « Le sens commun ».

Haut de page

Notes

1 Je parle ici de méthodes sociologiques classiques en utilisant un terme « numérique », pour marquer la difficulté de la sociologie à proposer des méthodes qui combinent des méthodes tant classiques que nouvelles et rendues possibles par les algorithmes, qui peuvent alors éviter au chercheur une confrontation directe avec le terrain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Djouad, « Louise FINES (2011), Recherche qualitative et cyber-espace-temps. Crimes en col blanc et autres problématiques contemporaines », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 23 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6887

Haut de page

Auteur

Anaïs Djouad

Anaïs Djouad est doctorante en sciences humaines et sociales, École des Hautes Études en Sciences Sociales et Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, Centre Edgar Morin. Courriel : anais.djouad@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org