Navigation – Plan du site
Lectures

Andrée FORTIN (2015), Imaginaire de l’espace dans le cinéma québécois

Québec, Presses de l’Université de Laval
Sonia Laloyaux
Référence(s) :

Andrée FORTIN (2015), Imaginaire de l’espace dans le cinéma québécois, Québec, Presses de l’Université de Laval

Texte intégral

  • 1 Ses domaines de recherche sont la sociologie du Québec et la sociologie de la culture. Fortin mène (...)

1Andrée Fortin est l’une des rares universitaires à se consacrer à la banlieue. Cette professeure de sociologie à l’Université Laval tente de comprendre l’attrait et la popularité des couronnes, le manque d’attractivité de certaines villes, notamment Montréal et Québec1.

2C’est à partir de 270 œuvres de fiction qu’elle travaille sur certains imaginaires spatiaux (de la ville, de la campagne et de la banlieue) présents dans le cinéma québécois des années 1965 à 2010. Néanmoins, nous pouvons être étonnés de certains choix dans le corpus. Par exemple, l’auteure a retenu pas moins de 20 films sortis en 2004, mais un seul pour les années 1971, 1981 et 1982. La production québécoise a bien sûr augmenté depuis les années 1970, mais pas dans de telles proportions. Cependant, sa méthodologie et son travail permettent d’aller au-delà des analyses furtives et des généralisations. Fortin a privilégié les films où l’on parle français, dont l’action se situe dans le Québec de la deuxième moitié du XXe siècle au début du XXIe siècle. L’année 1965 a été retenue pour le film La vie heureuse de Léopold Z, qui a connu un certain succès et où le héros entraîne Josette/Josita dans un tour de ville et explique son envie de vivre en banlieue. Avant cette date, la banlieue est inexistante sur les écrans québécois ; c’est à partir des « années 1950 que se développe la banlieue nord-américaine en général et au Québec en particulier » (p. 13).

3Pourquoi le cinéma et pas un autre support ? Le cinéma « permet de voir ce que nous ne voyions pas avant » (p. 4, citant Aristarco, 1976). Le cinéma agit comme miroir du réel. Pour Fortin, l’œuvre cinématographique, comme toute forme d’art, reflète et façonne l’imaginaire. En ce sens, ce type d’œuvre offre un portrait de la société dans laquelle elle est produite. Toutefois, sans se limiter à en être le simple reflet, le film de fiction propose une vision de ce qu’est le monde et de ce qu’il pourrait être. En s’attardant au cinéma québécois depuis 1965, l’auteure veut savoir comment les espaces de l’habitant et les transports qu’il utilise sont pensés. Les plans et cartes ne sont pas les seuls outils de lecture. L’imaginaire sous-jacent, les représentations doivent être analysés. Fortin part des espaces habités, comme la ville, la banlieue et la campagne, passe par les espaces de déplacement et de circulation, la place publique et l’espace public, pour aboutir aux espaces identitaires.

4Dans la première partie, l’auteure analyse la ville, la campagne et la banlieue à partir des images de ces espaces habités tels qu’ils sont représentés dans le cinéma québécois. Elle note un déplacement de l’action des villes vers les banlieues ; ce qui est certainement dû à une nouvelle génération de cinéastes qui ont eux-mêmes grandi en banlieue. Cet espace fait figure de lieu rêvé auquel on aspire et où il fait bon vivre. Y règne l’uniformité architecturale, la « conformité a son icône : la tondeuse » (p. 63) et les enfants y grandissent. Un ou plutôt plusieurs types de banlieues s’autonomisent, car elles deviennent des lieux d’habitation, de travail, de consommation et de loisirs : les personnages et les histoires n’ont plus besoin de la ville centre. La grande ville, elle, « minée par la pauvreté et la criminalité » (p. 28), a quasiment disparu comme milieu de vie attrayant, elle est devenue invivable surtout pour ceux qui ont des enfants, et la campagne est montrée comme un espace où le temps paraît suspendu par le regard des cinéastes. L’auteure y constate une « panne du passé et une panne du futur » (p. 77), visible aussi bien dans La turbulence des fluides (2002) que dans L’espérance (2004).

5Dans la deuxième partie, à partir de cette analyse des représentations spatiales, l’auteure pose son regard sur les moyens de transport, leurs différents usages et les voyageurs, pour dresser un portrait d’ensemble. Elle se penche non seulement « sur les déplacements entre la ville, la banlieue et la campagne, mais aussi entre le Québec et l’ailleurs » (p. 125). Les déplacements géographiques marquent psychologiquement des passages. Ruelles, rues, ponts… sont autant de signes d’appropriation de l’espace alors que les modes de transport, en particulier la voiture, sont fortement connotés. L’auto est souvent associée au mode de vie banlieusard (L’âge des ténèbres, 2007), même si elle est très présente en ville (Bar salon, 1974 ; Les noces de papier, 1989).

6Enfin, dans la dernière partie, l’auteure aborde l’espace identitaire et donc la façon dont ces espaces sont appropriés. Elle y analyse la figure de l’artiste, de la création, des médias et de l’espace public ainsi que les différents types de narrateurs qui, tous, placent le spectateur dans une situation d’écoute, « lui propose[nt] une vision des choses » (p. 240). Elle montre qu’il existe également un imaginaire de l’art et des artistes dans les films :

[…] superposition des espaces de vie et des espaces de création d’une part (ateliers et salles de montage), de la vie et de l’œuvre d’autre part (fonction mémorielle des images ; liens entre la trame narrative, l’esthétique et le sujet ou thème de l’œuvre) (p. 206).

7alors que les médias jouent un rôle non négligeable par des concours arrangés, la recherche de cotes d’écoute, etc.

8En fin de compte, ce travail nous rappelle que le cinéma n’est pas que du cinéma. Il raconte également une histoire, qui elle-même nous apprend énormément de choses sur la société décrite. Ne serait-ce que pour cela, l’Imaginaire de l’espace dans le cinéma québécois est un ouvrage très intéressant, qui s’adresse aussi bien aux amoureux du cinéma en général et du cinéma québécois en particulier qu’à ceux qui s’intéressent aux questions de la ville, de la société et de l’imaginaire géographique.

Haut de page

Bibliographie

ARISTARCO, G. (1976), « La ville, les possibilités du cinéma et les films », Sociologie et sociétés, 8(1) : 91-116.

Haut de page

Notes

1 Ses domaines de recherche sont la sociologie du Québec et la sociologie de la culture. Fortin mène des travaux sur des questions liées à la postmodernité, à l’identité, à l’espace, à la sociabilité, aux arts et aux réseaux sociaux. En 1988, elle a reçu le prix Marion Porter de l’Institut canadien de recherche sur les femmes pour son article « Les lieux de la sociabilité et de la solidarité féminines » (Cahiers de géographie du Québec). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont Nouveaux territoires de l’art. Régions, réseaux, place publique (2000). L’ouvrage Imaginaire de l’espace dans le cinéma québécois s’inscrit dans une série de recherches menées au sein du Groupe interdisciplinaire de recherche sur les banlieues, auquel appartient l’auteure. Les questions du choix résidentiel ainsi que des usages et des représentations sociales du territoire sont au centre des travaux de ce groupe de chercheurs depuis plusieurs années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sonia Laloyaux, « Andrée FORTIN (2015), Imaginaire de l’espace dans le cinéma québécois », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6890

Haut de page

Auteur

Sonia Laloyaux

Sonia Laloyaux est doctorante en géographie et membre du Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (TVES), Lille 1. Courriel : laloyauxsonia59@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org